Sponsors

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Commençons avec l’Amiga portable, non pas parce que c’est bien, mais parce que c’est la première et probablement la dernière fois qu'on le kyl HD Disque Dur 30 Mo pour Amiga1 SHD30: Disque Dur Externe 30 Mo pour Amiga 500 et Amiga 1000, logé dans un boîtier alimenté. 4990 Frs TTC SHD203i 30 Mo en interne pour Amiga 2000. Les produits Skyllne sont distribués en France par : C,S Manuel en français, . "t 571, cours de la Libération disquette d'installation * 33400 TALENCE contenant le Driver Skyline permettant la gestion de 2 Disques Durs. Taux de transfert : 260 Ko sec. Tel: 56 37 43 78 Fax : 56 04 08 95 AMIEXPO AMIEXPO AM1EXPO voit. C’est du système D, trop lourd à 28 livres, trop volumineux, trop laid, et trop cher à $ 2495 (environ 15000F) - il y a deux lecteurs 3.5’ et un méga de RAM mais pas de disque dur (la place pour un disque dur est prévue, et l’alimentation est de 150 watts). Il n’y a pas d’alimentation autonome. (Micro Momentum, Mike Morrison, 100 Brown Avenue, Johnston, RI 02919, EU; tél 401-949-5310). La découverte la plus étonnante était sur le stand d'Interactive Video Systems. Là nous avons vu un système comprenant un disque dur 40 méga avec interface SCSI Trumpcard, le tout alimenté par l’alimentation standard de l’A500. IVS nous assurait que le système tournait depuis un mois sans problème. Le boîtier alimentation était à peine plus chaud que celui de l’A500 à coté qui n’avait pas de disque dur. Spirit Technology annonce qu’il prépare un "hard card", carte avec disque dur 3.5’ ST-506 incorporé, pour Amiga 2000, avec autoboot en option. Plusieurs sociétés se préparent pour le jour - de plus en plus proche - où l’utilisateur professionnel d’Amiga 2000 sera équipé en Motorola 68030 à la place du 68000 d’origine. Pour l'instant le prix de RAM et de ces processeurs super-rapide freine le mouvement, mais la situation est en train de changer. Ronin Research et Development Inc proposera dans un mois une carte avec 68030 à 28MHz et co-processeur 68882 jusqu'à 33MHz. Mais pour obtenir une véritable accélération de programmes standards Amiga, c’est à dire non spécialement écrits pour ces processeurs, il est nécessaire d’installer Kickstart en 32-bit RAM, chose qui se fait sans problème chez Ronin. L’équipe de Gold Disk nous a confirmé que c’est actuellement le seul moyen de sérieusement améliorer la rapidité d’affichage de l’écran de Professional Page. L’autre grand fabricant de cartes accélératrices pour Amiga, Computer Systems Associates (CSA), n’était pas présent. Mais chez Great Valley Products on montrait une carte 68030 à 25MHz qui sera disponible en avril.

Click image to download PDF

Document sans nom AmiEXPO PAGESTREAM IMAGINE 4D L’AU REVOIR DE CUPERTINO 00120 AVRIL 1989 No.12 Suisse : 5.50 Canada : 4.95 Belgique : 145 OFFRE VALABLE JUSQU'AU 30 AVRIL 89 Parce que en plus du coffret AMIGRAPH, COMMODORE vous réserve une autre surprise: l'oDération parrainage.
ALORS, 3 FOIS SUPER... o Commodore 10 MILLIONS DE MICRO-ORDINATEURS DANS LE MONDE 150-152, ov. De Verdun - 92130 Issy-les-Moulineaux Liste des revendeurs : MINITEL VERT N° 36 05 12 12 (appel gratuit) Cette montre gratuite, à tout possesseur fun AMIGA 500 qui parrainera un acheteur d'AMIGRAPH... ... et un AMIGA 2000 pour le gagnant du Concours des Parrains. Un disque dur AMIGA 500 pour le second.
Chez tous nos ou chez Parte que t'est génial d'avoir réuni le meilleur mitro et le meilleur logitiel pour le graphisme: AMIGA 500 + DELUXE PAINT II.
Avet manuels en Français Parce que DELUXE PAINT II, c'est la gamme d'outils au service de votre imagination, de votre style : le dessin "pur et dur", les pinceaux et brosses, Parce que le coffret AMIGRAPH permet de réaliser toutes les images... les plus sages comme les plus folles, de la BD aux dessins de sciences et de géo.
Nuances et vigueur, et pour les hyper réalistes l'aé- ro. Sur l'écran haute définition, des couleurs à rendre jaloux un arc-en-ciel.
Votre créativité est multipliée par cent, par mille... c'est l'épanouissement.
Parce que DELUXE PAINT II est facile d'emploi, même pour les débutants, avec son manuel en français (exclusivité COMMODORE FRANCE).
Parce que l'AMIGA 500 donne le maxi de ces possibilités avec un tel logiciel.
Parce que l'AMIGA 500 ne se limite pas au dessin. A son catalogue, de nombreux logiciels éducatifs et pour la détente plusieurs centaines de jeux (aventures, simulation, stratégie). L'AMIGA 500 c'est aussi des possibilités surprenantes en musique, en vidéo, en traitement de texte... LE CHOIX DE LA PASSION _ 12 NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS Surprise surprise ! On trouve une partie du "Enhanced Chip Set" dans certains A2000 livrés dernièrement par Commodore-France. Le nouveau Super Fat Agnus permet 1 méga chip ram, réduisant ainsi une des rares limitations du système Amiga, le plafond de
512k sur la mémoire accessible aux coprocesseurs spécialisés.
L’avantage sera immédiatement senti par l’utilisateur en multitâche, souvent frustré actuellement par l’impossibilité de faire tourner simultanément plusieurs programmes gourmands en mémoire graphique, même en présence de plusieurs mégas de "fast ram".
A noter aussi dans cette révision 6 de la carte mère de l’A2000 l’utilisation de seulement huit composants mémoire de 256kbits x 4 pour faire un méga, au lieu des 32 (256kbits x 1) installés précédemment.
* * * Voici les détails sur la première grande exposition
européenne dédiée entièrement à l’Amiga, qui aura pour titre
AMIGA ’89.
La date : 27-29 octobre Le lieu : Koln, Allemagne Federale Les organisateurs : AmiExpo (promoteurs d’expositions pour enthousiastes de l'Amiga aux Etats-Unis), Commodore Buromaschinen GmbH (c’est à dire Commodore Allemagne), et Amiga Magazin, (un journal allemand dédié entièrement à l’Amiga qui vend plus d’exemplaires mensuellement que Science&Vie Micro, journal pour tous ordinateurs confondus, vend en France!).
Information : AmiExpo, 211 East 43rd Street, Suite 301, New York, NY 10017, tél 212-867-4663, Fax 212-949-
8285.
* * * Commodore ajoute à son catalogue une imprimante laser et
quatre nouvelles imprimantes 24-aiguUIes. La laser, nommé
LP8, comporte 1 méga de mémoire en standard et imprime 8
pages à la minute. Prix : 24990 FHT.
Deux nouvelles imprimantes matricielles 80-colonnes sont les LC 24-10 (142 caractères par seconde en mode listing, 4590 FHT) et NB 24-10 (216 eps, 6890 FHT). Les modèles 132-colonnes sont la NB 24-15 (216 eps, 8690 FHT) et finalement l’AC- CEL 500, qui travaille à la vitesse impressionante de 480 eps (12990 FHT).
* * * Le prochain Amiga DEVCON (conférence développeurs) sera
tenu au Ho- liday Inn Golden Gateway, San Francisco, le 15,16
et 17 juin.
* * * Le nouveau Président de Commodore International Limited
est Mehdi Ali, Managing Director chez Dillon Read et Company de
New York et ancien vice président chez Pepsico Inc et General
Motors. Depuis trois ans Mr Ali a été un conseiller spécial
pour Commodore.
Sa nomination était annoncée par Mr Irving Gould, Chairman et Chief Executive Officer de Commodore International.
Commodore annonce une augmentation de 21% des ventes pour les six mois jusqu’au 31 décembre 1988 en comparaison avec la même période en 1987.
Mr Gould a souligné de fortes ventes en Europe, lieu de plus de 70% des ventes totales pour le trimestre de décembre.
"Plusieurs marchés Européen" et la région Australie Asie Pacifique ont connu une croissance de plus que 50% en ventes, tandis qu’aux Etats Unis les ventes ont crû plus modérément.
Plus de ses modèles Amiga et PC- &l compatible, Commodore a vendu 1 million C64 l’année dernière! Il semble que sur le plan mondiale, l’Amiga se vend maintenant en plus grand nombre que le Macintosh.
* * * Erreur dans notre schéma de câblage Amiga-Laserwriter du
mois dernier (page 10). Nous avons montré 5 fils. En fait il en
faut trois seulement, le premier entre la broche 3 sur Amiga et
la broche 2 sur LW; le deuxième entre la broche 2 de l'Amiga et
la broche 3 du LW; et le troisième entre la 7 de l'Amiga et la
7 du LaserWriter.
* * * Vous êtes programmeur. Vous cherchez une idée pour faire
fortune. Pourquoi pas une version française d'Autoroute,
programme anglais de cartes routières pour IBM, ST, et
bientôt Amiga. Surprenant mais vrai, ce programme s'avère
réellement utile. Le chauffeur tape son point de départ et sa
destination, sa préférence comme route (autoroute,
départementale, etc), et sa vitesse moyenne sur une variété
de routes.
Il entre aussi l’heure à laquelle il doit arriver. Le programme répond avec plusieurs trajets possibles, donnant les distances, le temps nécessaire, et même des directives comme "tournez à gauche sur A5 et continuez en direction nord pendant 5 miles". Pour la version PC les cartes (avec zoom) sont assez primitives - on attend des améliorations spectaculaires pour la version Amiga
* * * Le programme Commodore à l’exposition Parigraph (à la
Villette 13-16 mars) était centré sur "la chaîne créative
Amiga". Un premier poste de travail était animé par la société
Atelier Numérique, qui démontrait la recherche d’étiquette et
packaging pour une bouteille de champagne (DPaint II, Photon
Paint, Butcher, et
l. CA.O. ou Impression Couleur Assisté par Ordinateur, logiciel
dévéloppé par Atélier Numérique). Pour l’étude du volume du
produit Arnaud Ribadeau Dumas utilisait XCAD, Design 3D, la
ta- r Qu’est ce qui fait hurler Mamie sur 9 octaves ??... ZAl
4news
• Mm J t©hjjt mm âSMm& SOMMAIRE EDITO Et voilà, un an est passé
depuis le numéro un d’A-News. Une année très movementée,
épuisante, mais nous sommes satisfaits de notre progression.
L’année a été comme on Pesperait, et les amis de l’Amiga ne nous ont pas déçus. Nous avons honte de notre incapacité de repondre correctement à tous ceux qui nous ont proposé bénévolement leur collaboration.
Ce numéro contient le dernier Newsletter de notre ami Giorgio Cupertino, démotivé dans son travail pour l’Amiga. Son départ sera une perte réelle pour les Amigaistes françaises et indirectement pour le fabricant.
L’Amiga est indiscutablement l’ordinateur familiale le plus brillant du moment. Mais cette brillance est complexe, et l’Amiga a besoin d’un maximum de "support humain" en langue française.
Bien sûr, les campagnes de marketing et publicité sont nécessaires, mais ils ne remplaceront jamais cet autre côté des choses.
C’est dans ce domaine que Commodore- France devrait faire un effort.
Nous avons eu un glitch involontaire dans l’unité ludique ce mois-ci. Vous verrez, le mois prochain on se remettra Dernière Minute: Si vous arrivez à suivre les numéros des pages vous êtes bien plus fort que nous.
Bon courage !
Ce numéro a été mis en page sur Amiga avec Professional Page, Deluxe Paint 11, Prowrite 2, Zuma Fontset l'imprimante LaserWriter d'Apple.
NEWS NEWS NEWS .4-5 AMIEXPO NEW YORK ..6-8 DEVCON FRANCE IMAGINE 4-D .6 DEVPAC 2 ...12-13 INITIATION ASSEMBLEUR ....14-15 PERFECT SOUND ...16-17 LE COIN C .13 CUPERTINO'S ALOHA NEWSLETTER 8pages ...19-26 CONCOURS AMIGABASIC AMIGALEMENT VOTRE INTERRUPTEUR MEMOIRE .27 GUERIR VOTRE
SOURIS 27 LES SEQUENCES ESCAPE .....28-29 NEWCON OU CONMAN? .....30 CLI POUR AMIGADEBUTANTS ..30 DELUXE PAINT III 31 L'ODYSSEE DES DISQUETTES 32-33 LE LIVRE DU LECTEUR 33 FICHIERS .BMAP ...33 TRANSPUTER .34 IRQ NEWS VIRUS MODE D'EMPLOI 35 GFA BASIC ......36 ELITE . LE DEMO DU
MOIS ......37 SOS PIRATAGE ......3g COURRIER ... 39 IMAGINE 4-D ...40 DEEP MODE D’EMPLOI ET DP ....41 PETITES ANNONCES, ABONNEMENTS 42 Copyright NewsEcfi- lion, 1988. Reproduction interdite sans autorisation. Amiga, Amigados, Workbench sont des marques déposées de Commodore Inc. Les articles n'engagent que leurs auteurs rws est édité et publie par NewsEdition SARL de Presse à ZABlis,24500 Eymet.
Tél 53-2376-16 53-58-71-46 FAX53-23-75-35.
Directeur de la Publication.
Bruce Lepper SPECIAL AMIGA LES MEILLEURES CONDITIONS, LE PLUS GRAND CHOIX, LES NOUVEAUTES BEAUCOUP EN PARLENT NOUS ON LES PUBLIE
• PLUS DE 400 LOGICIELS
• TOUS LES PERIPHERIQUES POUR TOUS LES MODELES
• TOUS LES PRODUITS POUR LA VIDEO (GENLOCKS - FRAME BUFFER -
EFFETS SPECIAUX - TITRAGES)
• SERVICE "NOUVEAUTES" DRAGON'S LAIR 471 F BILLIARD SIMULATION
279 F SWORD OF SODAN 365 F PROFESSIONAL DRAW 1500 F GFA BASIC
750 F AC FORTRAN 2388 F SCULPT ANIMATE 4D 5193 F COPYISTPRO
1997 F DIGIVIEW GOLD 1905 F HANDY SCANNER 4 3800 F CARTE 68020
13795 F PERFECT SOUND FRANÇAIS 804 F CARTE AT 2286 10342 F
INBOARD A500-S2 2500 F Modules pour SCULPT 3D ou VIDEOSCAPE 3D
(Architecture, Microbot, Future, Human) 281 F IMPRIMANTE LASER
POSTSCRIPT NEC LC890 (3 Mo de mémoire, 2 bacs en standard, 35
polices ADOBE) 41213 F VIDÈÔTÔASTER Faites vous connaître si
vous êtes intéressé par cette carte vidéo A 2000 + A 1084 S +
CAKLE XF -î- LECTEUR 5 1 4 + MS-DOS •}• GW-BASIC : 12 990 F
(Offre réservée aux enseignants d'établissements publics et
privés. Bon de commande spécial sur demande)
• PRIX SUPER COMPETITIFS DELUXE PHOTOLAB : 682 F CELL ANIMATOR :
1208 F LIGHTS CAMERA ACTION : 553 F VIDEO TITLER : 1089 F
VIDEOSCAPE 3D II : 1234 F PROFESSIONAL PAGE V 1.1 :3200 F CABLE
PARALLELE : 150 F TAPIS SOURIS : 65 F
• LE CERCLE AMIGA MIEUX QU'UN CLUB, C'EST LE RENDEZ-VOUS DE TOUS
LES FANS AVEC DES PRESTATIONS HAUT DE GAMME : PROMOS,
INVITATIONS, HOT-LINE, MAGAZINE, DIGITALISATION IMAGES ET SONS,
IMPRESSION LASER, TRANSFERTS VIDEO, STAGES, PAS DE DROIT
D’ENTREE ESSONNE MAILING 3, IMPASSE JULES DALOU 91000 EVRY Tél:
64.97.96.54 DISTRIBUTEUR & CENTRE TECHNIQUE AGREE COMMODORE Cet
encart a été intégralement réalisé sur AMIGA avec le logiciel
Professional Page et tiré sur imprimante laser PostScript.®
NOM---------------------- Prénom
Adresse------------------------------------- demande de
catalogue gratuit ?
Type de machine A500 0 A1000 ? A2000 0 NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS blette Cherry et la table traçante Roland.
Sur un troisième poste de travail Michel Cribeller, graphiste maquettiste utilisait Frofessional Page et Professional Draw avec le moniteur 19 pouces Viking de Moniterm.
Un projet de film de lancement de la bouteille de champagne était proposé. La société Imacombo réalisait un spot publicitaire avec Sculpt 3D et Animale 3D, et un Amiga 500 équipé de disque dur externe (premier présentation public en France de l'A590 de Commodore) présentait un démo d’un dessin animé par Jean-Eric Barbier réalisé avec Dpaint II, Page Flipper et The Director.
Un film vidéo était réalisé avec gen- lock professionnel Magni (importé par Inelco). Ce poste était équipé d’un magnétoscope BVU et d'une caméra IKEGAMI. Inelco utilise les logiciels Pro Vidéo Plus de JDK Images distribué par Imaco et Guillemot International ainsi que Vidéo Generic Master et Vidéo V ipe Masler de Klmatek.
* * * Nous avons reçu deux joumaux- newsletters qui témoignent de
la qualité croissante de ce genre de production, grâce surtout
aux capacités (également croissantes) de l’Amiga (et aussi du
Mac) en publication assistée par ordinateur.
D'abord, parce que c’est nouveau, le froggie-magazine FRAUG, journal bimensuel (euh, nous voulons dire tous les deux mois, c’est peut-être bimestriel) du French Amlga User Group. A l’intérieur les Gourous reprennent leur nom générique et leur sigle, et surtout leur style. Il y a 32 pages imprimées sur offset, bien pleines d'information, trucs, astuces, montages et tests., en bref, si les Fraugs peuvent maintenir ce niveau dans leur prochains numéros, l’adhérant n’est pas volé, bien au contraire. Un autre projet des Fraugs qui mérite du succès est leur liste des ROF (représentants
officiels de FRAUG) qui sont à l’écoute des membres au niveau régional. (Adhésion 200F, FRAUG, BP64, 64202 Biarritz Cedex) Deuxièmement, parlons du P’lit Pommier, journal de Tours Micro Club (Ecole Victor Hugo, Place de la Tranchée, 37100 Tours, tél 47-51-12-11).
Ce club n’a pas peur de mélanger les marques, et l’Amiga est en train de s’y installer pour de bon, à côté des Macs et Apple Us. Dans le numéro 10 on trouve "Introduction au C, une liste des codes hexadécimaux des différents objets que l’on peut trouver, acheter ou gagner dans Bards Taie II, des petits montages (dont certains, comme le mégaswitch, sont reproduits dans A-News, merci Jurd et TMC), et bien sûr les causeries macintoshiennes...
* * * AMIEXPO NEW YORK New York est superbe. Dix minutes après
notre arrivée nous étions déjà victimes d’un vol - notre
chauffeur de taxi trouvait notre billet de cent dollars (650F)
tellement beau qu'il l’a tout simplement arraché de nos mains
et est parti avec...(en plus des 22 dollars qu’il avait
extorqué pour le prix du trajet)... Nous qui sortons si peu de
notre Eymet tranquille... On était à New York pour 1 ’AmiExpo
de début Mars, bien sûr. Alors, quoi de neuf?
Commençons avec l’Amiga portable, non pas parce que c’est bien, mais parce que c’est la première et probablement la dernière fois qu'on le kyl HD Disque Dur 30 Mo pour Amiga1 SHD30: Disque Dur Externe 30 Mo pour Amiga 500 et Amiga 1000, logé dans un boîtier alimenté.
4990 Frs TTC SHD203i 30 Mo en interne pour Amiga 2000.
Les produits Skyllne sont distribués en France par : C,S Manuel en français, . "t 571, cours de la Libération disquette d'installation * 33400 TALENCE contenant le Driver Skyline permettant la gestion de 2 Disques Durs. Taux de transfert : 260 Ko sec.
Tel: 56 37 43 78 Fax : 56 04 08 95 AMIEXPO AMIEXPO AM1EXPO voit. C’est du système D, trop lourd à 28 livres, trop volumineux, trop laid, et trop cher à $ 2495 (environ 15000F) - il y a deux lecteurs 3.5’ et un méga de RAM mais pas de disque dur (la place pour un disque dur est prévue, et l’alimentation est de 150 watts). Il n’y a pas d’alimentation autonome. (Micro Momentum, Mike Morrison, 100 Brown Avenue, Johnston, RI 02919, EU; tél 401-949-5310).
La découverte la plus étonnante était sur le stand d'Interactive Video Systems. Là nous avons vu un système comprenant un disque dur 40 méga avec interface SCSI Trumpcard, le tout alimenté par l’alimentation standard de l’A500. IVS nous assurait que le système tournait depuis un mois sans problème. Le boîtier alimentation était à peine plus chaud que celui de l’A500 à coté qui n’avait pas de disque dur.
Spirit Technology annonce qu’il prépare un "hard card", carte avec disque dur 3.5’ ST-506 incorporé, pour Amiga 2000, avec autoboot en option.
Plusieurs sociétés se préparent pour le jour - de plus en plus proche - où l’utilisateur professionnel d’Amiga 2000 sera équipé en Motorola 68030 à la place du 68000 d’origine. Pour l'instant le prix de RAM et de ces processeurs super-rapide freine le mouvement, mais la situation est en train de changer.
Ronin Research et Development Inc proposera dans un mois une carte avec 68030 à 28MHz et co-processeur 68882 jusqu'à 33MHz. Mais pour obtenir une véritable accélération de programmes standards Amiga, c’est à dire non spécialement écrits pour ces processeurs, il est nécessaire d’installer Kickstart en 32-bit RAM, chose qui se fait sans problème chez Ronin.
L’équipe de Gold Disk nous a confirmé que c’est actuellement le seul moyen de sérieusement améliorer la rapidité d’affichage de l’écran de Professional Page.
L’autre grand fabricant de cartes accélératrices pour Amiga, Computer Systems Associates (CSA), n’était pas présent. Mais chez Great Valley Products on montrait une carte 68030 à 25MHz qui sera disponible en avril.
Cette carte peut porter une carte secondaire ou "piggyback" avec jusqu’à 8 mégas de mémoire 32-bit. Il y a aussi des emplacements pour l’éventuelle installation d’Unix en Eprom (mémoire morte).
L’avantage du 68030 par rapport au 68020 réside dans le fait qu’il a un nouveau système de cache qui "encache" les instructions et les opérants et la majeure partie des fonctions du processeur de gestion de mémoire 68851. En incorporant cette MMU (Memory Management Unit), le 68030 peut fournir des fonctions de traduction d’adresse virtuelle sans engendrer l’état d’attente (wait-state) qui existe dans les configurations utilisant les deux processeurs ensemble. Le prix d’un processeur 68030 seul à l’AmiExpo était de 350 dollars, exactement deux fois plus élevé que le prix d’un 68020.
Great Valley Products introduit un disque dur avec cartouche amovible de 44 méga pour l’A2000. Prix environ $ 1300 (sans contrôleur). Une cartouche additionelle coûte $ 139.
Creative Microsystems Inc annonce CMInet, une carte multiporte (deux séries, un parallèle) et réseau qui utilise AppleTalk Link Access Protocol.
Le Vidéo Toaster de Newtek était sur le premier stand à l’entrée de l’Expo. Nous nous sommes faits filmer dans tous les sens, toutes les couleurs, en avançant, en reculant à cent à l'heure, inversés, coupés en mille morceaux, rétrécis, aggrandis, biscornus, et encore, sans bouger un millimètre. Impressionant, mais la date de disponibilité, elle, ne fait que reculer avec une certaine monotonie. C'est Juin. Ou plutôt, c’était Juin.
Digipaint 3 (c’est tellement plus puissant que Digipaint qu’ils ont sauté le 2) fait moins que 100k de code machine. Il y a lissage des fonts Amiga, et "user-controllable 3D texture mapping". Ca veut dire que vous pouvez contrôler l’importance de voilure d’une brosse, le point de voilure , et la transparence. On remarque aussi : bitmaps jusqu’à 1024 x 1000 avec autoscroll; overscan définissable par l'utilisateur, changement instantané de résolution écran; des "dilhering" de 30 bits par pixel qui fournit un univers de plus de mille millions de couleurs virtuelles pour créer les meilleurs
trames de dithering possibles. Ceux qui possèdent Digipaint peuvent avoir Digipaint 3 pour $ 30. Ceux qui possèdent DpainÜI, Photon Paint, ou Deluxe Photo Lab paieront $ 45. (avec couverture de manuel comme preuve). Les autres paieront $ 100. La date de disponibilité? Le 17 avril.
Elan Design, créateurs d'Invision, présentaient Elan Performer, un programme permettant l’accès instantané à presque tous les formats de graphisme et animation sur Amiga (IFF, HAM, RGB, RIFF, ANIM). Il y a aussi un contrôle très précis sur la synchronisation, la vitesse, et l'ordre d’apparition. On peut même créer des animations en temps réel avec une sorte de couper-coller d’images. On peut séparer les animations en trames individuelles, les retravailler dans un programme de dessin, puis les réinsérer dans de nouvelles animations.
Prix $ 60.
Music music music Visionary Design Technologies annonce Orchid, le "one stop solution" (solution complète) pour ceux qui sont "sérieux" en musique.
Orchid est configurable pour travailler avec des claviers populaires. Il peut profiter de leurs fonctions, y compris l’échange d’informations exclusives au système et stockage des paramètres. Il enregistre le clavier et imprime les partitions en différent formats, et on peut assigner des tâches rudimentaires d’instrumentation.
En plus il soutient le contrôle Midi de l’éclairage, mixers audio, effect racks, etc. D permet de sequencer une production entière avec la musique.
Son mode de "Musical Preview" fait une synthèse d’une pièce musicale, en combinant des échantillons et en les jouant simultanément de l’Amiga. VDS prétend que cette fonction est parfaite pour le compositeur.
Il y a beaucoup de différents types de pistes (tracks), y compris guitare, un cappella, pistes percussion et signaux d'entrée pour effets spéciaux. Il y a soutien des processeurs 68010, 68020, 68881 et 68882 et compatibilité avec formats tel SMUS, 8SVX et Sonix. 11 y a suite dans trois pages - ...C’est compact, c’est Hard, mais c’est Soft, c’est disponible chez tous! Es bons revendeurs Amiga, entités, chez Boulanger !... C’est...??
LE 1« DISTRIBUTEUR AMIGA PAR CORRESPONDANCE UJ ml C OMPUTER [X] 21, rue Tournefort - 75005 PARIS S Tél. : (1) 47.07.57.15 CONCEPT POURQUOI COMMANDER Nous faisons profiter aux particuliers de notre expérience de grossiste. * p Choisissez chez vous avec le catalogue Computer Concept, comme dans un magasin spécialisé Amiga et ce, où que vous soyez.
3 Des prix sans surprise exprimés TTC, pas de promo tapageuse, mais la garantie d'un rapport qualité-prix constant.
| Nous vous offrons les frais d'envoi.
Si vous commandez 3 articles différents, en cadeau au choix : Sky Fox II Arkanoïd ou Detender of (he Crown COMMENT COMMANDER
* 1 Au téléphone Allo Catherine (1)47.07.57.15 de 9h 30 à 19h du
lundi au vendredi - samedi de 1 2 h à 1 9 h. J3 Par courrier.
Remplissez le bon de commande ci-dessous.
Si vous commandez 3 articles et plus, un cadeau. Frais de port gratuits.
3 Règlement par chèque bancaire ou CCP à l'ordre de Computer Concept.
Xl Adressez le tout, bon de commande + chèque, à Computer Concept : 21, rue Tournefort - 75005 Paris.
AMIGRAPH Pour tout Achat d’une Unité Centrale A500 DELUXE PAINT II PAL EN CADEAU O o z o m u H AMIGA 2000 S UC 1 Mo. I lecteur 3" 1 2.
Souris 11.845 AMIGA 2000 SM U.C 1 Mo. 1 lecteur 3"1 2.
Moniteur couleur A 1084.
Souris...... 14.795 AMIGA 2000 DM U.C. 1 Mo. 2 lecteurs 3 "1 2.
Moniteur couleur A 1084.
Souris ...... 16.440 AMIGA 2000 20 U.C. 1 Mo, t lecteur 3" 1 2.
D Dur 20 Mo. Monrteur couleur A 1084. Souris 20 945 AMIGA 2000 XT U.C. 1 Mo, 1 lecteur 3"l 2.
1 lecteur 5” 1 4. Cane XT.
D-Dur 20 Mo. Moniteur couleur A 1084. Souris 26.625 h n u O zi o, o AMIGA 500 UC 512 Ko Ram. Souris.
1 lecteur 3"112 Cadeau au choix : Textcraft ou Pack 6 jeux + joystick . Amiga 500 UC 512 Ko Ram, souris 1 lecteur 3" 1 2 Moniteur couleur A 1084 Cadeau au choix : Textcraft ou Oeluxe Paint II * Page Flipper ou Pack 10ieux ¦* joystick CONDITIONS SPECIALES EDUCATION RENSEIGNEZ VOUS !
'îfflilftVIilîgB- IMPRIMANTE Citizen 1 20 D MPS 1 500 C couleur 80 C Facit B 1 100 Net B 19 Framegrabber Handy Scanner (N et B) (•16 niveau» de gris) DEVELOPPEMENT Amiga C
1. 790 Lattice C 4.0
1. 790 Macro Assembleur 679 Manx Aztec C Commercial
3. 938 Manx Aztec C Prof.
1. 695 MCC Pascal II 995 Pascal UCSD
1. 350 Power Windows 950 TDI Modula 2
1. 450 True Basic
1. 184 EXCLUSIVITÉ X-CAD DESIGNER
4. 895 COMIC SETTER 950 A 1010 lecteur supp. 3" 1 2 externe 1.290
A 2010 lecteur supp. 3" 1 2 interne 1 645 GENLOCK FRANÇAIS
manuel français... NC le moins cher du marché - connexion
régie possible.
GENLOCK interne pour A 2000 2000
* -X°- EXTENSIONS MEMOIRE H Û.
Tu k 795
16. 011
1. 490
1. 400
1. 400 245 295 295 450 199 249 299 149 199 199 149 300 ml 225 265
NC NC NC 5 337 338 40 O O 350 495 395 omnmma Aegis Draw 2000
1
3. 380 Aegis Animator 950 Aegis Impact 990 Aegis Video Titler
1. 400 Animale 3 D
1. 299 Butcher 339 Calligraphier 895 Cao 3 D
1. 490 Deluxe Paint II Pal 650 Deluxe Photo Lab 745 Deluxe Print
450 Deluxe Production
2. 750 Deluxe Video 950 Dïgi Paint 580 DynamicCAD
4. 950 Express Paint
1. 250 Fancy Font 695 Fantavision 695 Font Set 350 Grabbit 299
Huge Print 4 50 Interchanger 525 Page Flipper 410 Photon Paint
650 Pixmate 490 Print Master Plus 550 Prism 650 Pro Vidéo Plus
2. 690 Sculpt 3 D 899 Turbo Silver
1. 790 The Director 650 TV Text Pal 750 TV Show 770 Videoscape 3
D
1. 540 .tu-». iclHHZipaH Aegis Audio Master 545 Aegis Sonix 750
Deluxe Music 795 Drum Studio 450 Dynamic Drums 750 Future
Sound
2. 000 Instant Music 290 Instant Music Rock & Roll 250 Interface
Midi Simple 520 Keyboard Control Sequence
1. 990 Music Studio 375 Perfect Sound A 1000 990 Perfect Sound A
500 2000 990 Sound Sampler A 1000 990 Sound Scape ProMidi
Studio
1. 590 Synthia 950 Laserscript 750 Logistix
1. 450 Maxiplan 500 Français
1. 490 Maxiplan Plus Français
1. 990 Pagesetter Français
1. 650 Pro Write
1. 100 Professional Page 3 490 Publisher 1 600 Scnbble 760
Superbase Français 9 50 Superbase Pro * App Promo 1490
Textcraft Plus Français 300 VIP Professional 1390 Visawrite
Français
1. 450 PACK EXTENSION Extension mémoire 51 2 Ko pour A 500 + A
1010 lecteur externe 3" 1 2 2.590 PACKAGE BUREAUTIQUE Maxiplan
? Superbase + Prowrite en français avec manuel et pochette
spéciale 2 .890 Digital Lmk Composeur Mini 1 6 Emulateur
Flamitel. Câble Amiga Tel A 1000 ? Câble Amiga Tel A500 2000 +
cable DIGIVIEW Gold (avec adapt) 2 000 A 10 lOlect. Supext.
1.290
- INCROYABLE- COMMUNICATIONS BONNES IDEES Extension 512 K Ram
Amiga 500 1390 Extension 2 Mo Amiga 2000 6 390 Extension pour
Amiga 1000 NC
- iVii«w.r_ Modulateur Pal A 500 190 Câble Peritel A 500 190
Carte vidéo Pal A 2000 930 Easyl de Anakin Research la nouvelle
tablette graphique sensitive pour l’Amiga Easyl-A 500 doc. Et
manuels français 4 590 Easyl A 1000 A 2000 doc ei manuels
français . . , 5.390 Porshe 944 Turbo Battle Chess Quad Iron
Lord Light Caméra Action !
Sculpt Animate 4D Gunship Amazing Computing TABLETTES GRAPHIQUES DERNIER ARRIVAGE IGITALISATION
1. 990
3. 390
2. 990 9 350 9 370 3 556 20 000 lieues sous les mers 215 Shanghaï
390 Arkanoïd 245 Artjc Fox 195 Barbarians 250 Balanœ ol Power
390 BuggyBoy 250 Chrystal Hammer 165 Defender of the Crown 245
Explora 350 Faery Taie Adventure 380 Flight Simulator II 375
Insanity Fight 245 Interceptor 245 Jeanne d’Arc 295 La Guerre
des étoiles 205 La Panthère Rose 205 Leader Board Collection
255 Manoir de Morte Ville 195 Passagers du Vent 1 ¦* 2 305 Sky
Fox 2 295 Starglidor 2 365 Subbattle 290 Test Drive 245 The
Three Stooges 295 Vampire Empire 205 Voyage au Centre de la
Terre 295 Zoom 245 Amiga Sounds and Graphics Manuel Amiga
Hardware Manuel Amiga Intuition Manuel Rom Kernel Device Livre
de l'Amiga Dos Livre de l’Amiga Basic La Bible de l'Amiga SOS
Amiga Dos Livre du Langage Machine Trucs et Astuces Amiga Bien
Débuter sur Amiga Programmées Handbook Ref et beaucoup plus
encore DEMANDEZ NOTRE CATALOGUE GRATUIT Face Floppy Accel.
Project D The Démonstrator
- B223- o °
- ?'u BON DE COMMANDE COMPUTER CONCEPT Je désire un catalogue
Amiga oui ? Non ?
Nom - Date : Prénom - Signature : N° _ Rue_ Ville _ Code Postal Tél. : _ •j Carte bancaire Q Date d'expiration N° l I I I II l l l i i i i i i i i | i | i | Envoyez avec votre règlement à Computer Concept : 21, rue Tournefort - 75005 Paris QTÉ DÉSIGNATION DE L'ARTICLE PRIX UNIT.
T. T.C. PRIX TOTAL
T. T.C. 1 Ahanoid ? Skylox II (J Delender ol lh« CH
00. 00 00,00 1 Catalogue Amiga 00,00 ___QO.QP Port GRATUIT-
Total I
- WHAT’S COOKING, YETi?
Au péril de sa vie, EL YETi est rentré au DEVCON pour goûter la tambouille que prépare Commodore à Miga .
Ayant pris l’aéroplane jusqu’à la capitale, une camionnette du zoo de Vin- cennes m’a gentiment déposé porte de Versailles. J’étais en avance d’une semaine pour le salon du machinisme agricole alors je suis allé au DEVCON.
Une hôtesse a vainement essayé de voler mon pelage pour l’exposer sur un cintre mais je me suis vaillamment défendu à l'aide d'une pile de vieux ANIOUZ. Je n’ai pas osé frapper les gens de Commodore qui étaient déjà tout cassés : Ben FISTER avait la démarche de zebulon dans "le manège enchanté", toumicoti, toumicoton et Nicolas COSTE avait un bras gauche digne du fulguropoing de Goldorak. Le ski est un sport dangereux, personne n’en fait au Tibet.
Les conférenciers utilisaient TV*TEXT et TV*SHOW et un videoprojecteur BARCO pour appuyer leurs propos avec de belles fontes ombrées. D’un point de vue commercial, la situation du miga s’améliore. On en est certes pas encore au niveau des teutons ou des british mais ça décolle. Le gros du meeting était réservé à la présentation des nouveautés zélektroniques : accélérateurs, ECS, transputer, cartes pour UNIX, A590 (disque dur et extension mémoire pour
500) et tout et tout... Moi, j’en parle pas parce que d’autres le
font très bien ici même. (Ed: Pas vrai, mais tant pis)
...C’est la nouvelle version française 2.4f de Perfect Sound
!
Dans ma partie, j’ai noté que Commodore France se décide à faire de la pub vers le secteur vidéo et arts graphiques (Commodore Revue de mars). Le genlock 2300 a été un peu amélioré, je vais essayer de tester ça rapidement. Enfin, un méchant système pour la vidéo sur 2000, le A2350 : 2 cartes (une dans le slot vidéo, l'autre dans un slot d’extension) qui récupèrent un signal composantes C -Y parmi deux entrées (réglages par soft), qui l’échantillonnent sur 21 plans (2 millions de couleurs) dans une résolution de 1024*512. Un soft permettra de "freezer" une image et de redigitaliser au
format AMIGA ou de gen- locker le signal AMIGA (synchronisation et incrustation). Un autre programme permettra de dessiner directement dans la mémoire du frame buffer, pourvu qu’il ressemble à DPAINT !!!. Prix exhorbitant, disponibilité "un jour peut-etre" mais ça existe.
J’ai pu zieuter vite fait un nouveau soft de 3D : IMAGINE 4D. Ce programme est la preuve que la région toulousaine peut donner naissance à des choses plus valables que Jean-Pierre MADERE et GOLD. Il sera distribué à la surface de notre planète par The Disk Company pour un prix de ÎOOO Frs env.
Le modeleur semble beaucoup plus convivial que Sculpt ou Aegis Mcxieler : on travaille sur une seule fenêtre avec des repères en volume. Les commandes ont l’air simples et puissantes, sans fioritures.
La mise en oeuvre de l’animation est simplifiée à l’extreme : vous déterminez vos images-clefs en utilisant les commandes du modeleur (vous voyez immédiatement la tronche que ça prend) puis vous spécifiez le nombre d’interpolations entre chaque image-clef dans le modeleur et hopla!
Certes, ce système est un peu moins précis que la méthode consistant à déterminer les trajectoires mais il est très simple à utiliser, à modifier, et suffit largement pour faire un boulot tout à fait respectable. Pas de ray-tracing (aplu boules en verre sur un damier) mais un ren- dering rapide et propre avec un bon lissage. Tous les formats habituels sont disponibles : toutes les résolutions, le HAM et les tailles d'images équivalent sculpt (stamp, half,.... video).
A-News n’était pas invité à la réunion des développeurs sur Amiga organisée à Paris par Commodore France il y a trois semaines. Le Yetiy était (profession oblige) et nous l’avons cuisiné.... Ce qui me séduit dans ce soft, avant meme de l’avoir essayé, c’est la simplicité et la rapidité. Je vous en reparle dès qu'il sort. (Ed: Voir la voiture en troisième de couverture).
Enfin, il y avait à ce DEVCOM plusieurs développeurs qui bossent dans le domaine du son (pas du bruit TOP 50).
La soi-disant supremacie du ATARA en prend plein la tronche des qu’on parle échantillonnage. Apparemment, y’a beaucoup plus d’intérêt à bosser sur le son digital qu’à piloter midi des machines à tchick - pou new house beat of rasta sound.
Les gens de Commodore nous ont parlé de ce qui se passait dans leur cuisine. J’espère sincèrement que c’est mieux que ce qu’on a avalé à midi.
EL YETi en direct différé par TDF1 Ed: a rencontré les créateurs d’Imagine- 4D à Toulouse. Voir son reportage quelque part par la suite d’il y a trois pages AMIEXPO AMIEXPO AMIEXPO aussi un contrôleur de 64 instruments Midi. Et il y aura "quelques surprises en plus”, dit VDT, qui prévoit la sortie d'Orchid pour la fin de l'automne.
Mindware International (connu pour PageFlipperPlus F X et le projet PageRender3D) annonce qu’il prépare PageSync, un outil de liaison entre graphismes et son de qualité professionnelle, y compris Midi. Le projet est nouveau en sa capacité de permettre des événements Midi externes et des animations sur Amiga de ’s’entre-contrôler’. Par exemple, une machine à percussion Midi peut faire avancer une animation par une trame pour chaque bruit du tambour. Ou, en sens inverse, une animation sur l’Ami- ga peut latéralement jouer un instrument Midi. Pour créer une vidéo musicale à la maison il
suffirait d’envoyer les graphismes et musique (déjà synchronisées) à un magnétoscope.
Finalement, il sera possible de combiner des images en provenance d’une caméra vidéo avec des graphismes, en se servant d’un genlock. L’image qui en résulte, synchronisée avec de la musique, peut être envoyée sur bande vidéo. Un dernier point sur les capacités de ce produit encore sous développement : il peut synchroniser des événements graphiques sur l’Amiga avec des échantillons de son digitalisés. Prix : $ 100. (Ces gens méritent de vendre beaucoup de PageSync parce que c’est le seul prix qui était affiché en chiffre rond de 100 dollars au lieu de 99.99 dollars).
Pagestream Pagestream (l'ancien Publishing Partner Professional), est enfin sorti aux Etats Unis après plus qu’un an d’attente. Ce logiciel est un concurrent très sérieux pour Professional Page, et pour ceux qui n’ont pas accès à une imprimante laser à langage Postscript, Pagestream s’impose tout de suite comme la meilleure des deux. Ses sorties en matricielle ou en laser non-postscript sont impeccables, surtout dans les plus grandes tailles d’écriture. L’éditeur, Soft Logik a créé un système de fonts à contour, très similaire au système Postscript, mais utilisant la mémoire de l’Amiga
pour les calculs, plutôt que la mémoire externe (dans l'imprimante) utilisée par Postscript.
Le nombre de fonctions et options dans Pagestream est bien plus impres- sionant que dans Pro Page, et les nombreuses possibilités de configurer le programme à ses préférences personnelles (jusqu’à configuration des tiroirs où on préfère sauvegarder ou charger ses documents), et la programmation des touches de fonction en "macro" font que ce programme sera sûrement un vrai plaisir en travail intensif. Parmi les options il y a la rotation des textes ou autres objets dans tous les sens, la possibilité de couler du texte autour des autres objets, même irréguliers, et la sélection des couleurs
pour l’imprimerie.
Page Stream n’est pas encore particulièrement stable, et pour une fois il y a de bonnes raisons de patienter en attendant la version française, qui ne devrait pas tarder. Les imprimantes couramment soutenues par Pagestream sont Epson Q,X, QC, XC, Star Gemini, Okimate 10 20, Nec 6 7, HP Laserjet, Xerox 4020, et Postscript.
Gold Disk annonce la sortie imminente de Transcrlpt, un traitement de texte "incroyablement rapide". LE plus rapide jamais écrit pour Amiga, et de surcroît le plus facile à utiliser, si on peut les croire. On verra ça.. Transcript est compact, mais "il se comporte aussi bien avec un fichier de 500k qu’avec un fichier de 5k", disent Gold Disk. Il travaille main dans la main avec Professional Page, l'excellent programme de mise en page de la même société.
Son prix aux Etats Unis sera de $ 70 (moins de 500F).
Version 1.2 de Professional Page sera disponible à partir du mois prochain. Le plus grand changement est le soutien d’images de 16-millions de couleurs en provenance du système couleur Professional ScanLab d ’ASDG. Ce dernier a travaillé avec Gold Disk dans la production de ASDG-RESEP, un utilitaire vendu à $ 60.
Pour utiliser RESEP, on sauvegarde d’abord une image digitalisée par le scanner Sharp JX-300 ou JX-450, en utilisant Pro Scanlab, l’interface pour l'Amiga développé par ASDG. Il est nécessaire de sauvegarder l’image en deux formats - 4096 couleurs HAM, et 16 000 000 couleurs, 24-bit image.
L’image HAM est chargée dans Professional Page et les couleurs sélectionnées et sauvegardées en fichier Postscript. Dans l’étape suivante ASDG-RESEP prend une sélection couleur de l’image 24-bit, déjà sélectionnée par Professional Scanlab, et l'insère dans le fichier Postscript à la place de l’image HAM. Le fichier qui en résulte servira à créer les typons pour l’imprimerie, à travers une photocomposeuse de type linotronique (temps de traitement, environ deux heures pour une image format A4).
Nous avons appris que version 2 de Professional Page sortira plus tard cette année. En attendant, Gold Disk nous assure que la fonction de sélection des couleurs a déjà été améliorée dans la version 1.2. Et la société annonce une Interface matériel logiciel pour le scanner monochrome Canon 1X12, qui digitalise à 300 ppp (points par pouce). Gold Disk voit ce scanner comme l’outil idéal pour la création de fichiers IFF pour la publication assistée par ordinateur. Rien n’empêche d’ajouter de la couleur aux images dans un logiciel tel Dpainl II avant la mise en page. L'ensemble (interface +
scanner) sera vendu $ 1095 à partir d’Avril.
Gold Disk a adopté un programme français de CAO (conception assisté par ordinateur), CAO-3D de Arnaud Rlbadeau-Dumas, qui est spécialist "Support applicatif Amiga" pour Commodore-France. Ce programme présente l’utilisateur avec quatre vues de son modèle, et quatre sources de lumière. Il accepte les objets de Videoscape3D.
Certaines améliorations ont été apportées, et avec son nouveau nom de Deslgn-3D le programme devient ce que Gold Disk appelle un "modelling package". Son prix aux Etals Unis sera de $ 100.
Bon, ça suffit pour Gold Disk. Ils n’avait même pas de stand à l’expo, mais ont présenté leurs nouveaux produits aux journalistes dans leur suite au 45ème, où ils avaient une meilleure vue sur la rivière que nous. Pour raisons de patriotisme départemental on était au 24ème... D’autres détails le mois prochain... ...C’est la nouvelle version française 2.4f de Perfect Sound Perfect Sound est distribué en France par CIS 571, cours de la Libération. 33400 Talence Tel: 56 374 378 ¦
- cSrfr £ f«*ïS. -,. 7Z%m * ? £4°f£ r vj r (Tsv 5'Cw - $
n°pjy A fàXZ 48 rue tu Pont des Morts 8f.3£ MkZ- A NAWCX 55
RueDESQWTRE Eaisy Sî %oé&.
Ou venez vous RECMEiuiR DANS NOS 60UTtQUES= A-News DEVPAC 2 : premières impressions par Charles Vassallo DEVPAC Amiga est la version Amiga d’un assembleur commercialisé par la firme anglaise HiSoft. La version précédente était composée d’un éditeur plein écran (Genam) intégré à un assembleur (Genim) et d’un débogueur symbolique (Monam) séparé. En plus de diverses améliorations, la nouvelle version DEVPAC 2 intègre les trois produits et cela change tout!
Il y a une bonne douzaine d'assembleurs commerciaux disponibles pour l’Amiga; quelques-uns sont intégrés à un éditeur, mais je m’étonne que si peu d’entre eux contiennent aussi un débogueur intégré. A ma connaissance il n’y en a que trois : le bon vieux K-Seka, Profimat de Micro- Application (produit similaire à l’AssemPro américain ?), et maintenant DEVPAC 2.
’Au risque défaire sursauter les vrais programmeurs, je considère DEVPAC 2 comme une sorte de K-SEKA qui serait devenu un vrai outil professionnel.’ Cette intégration assure pourtant un tout autre confort d’utilisation !
Je trouve la mise en oeuvre du Macro-Assembler de Metacomco affreuse. A l’opposé, j’ai déjà chanté les louanges de K-Seka dans les colonnes â'A-News. Bien sûr, les performances de K-Seka en tant que pur assembleur pour l'Amiga sont un peu limitées; par exemple, pas de directive SECTION pour éclater le code objet selon les différents "hunks" offerts par l’Amiga Dos. Autre limitation, un éditeur plutôt primitif... Mais quelle rapidité! Et qu’on m’excuse d’y revenir encore mais le débogueur est une nécessité pour un programmeur en assembleur et K-Seka l’offre.
Au risque de faire sursauter les vrais programmeurs, je considère DEVPAC 2 comme une sorte de K-SEKA qui serait devenu un vrai outil professionnel. Dans une session de travail normale, on charge un programme (source) dans l’éditeur. On complète le programme ou on le modifie.
Deux ou trois pressions de touches pour l’assembler. S’il n’y a pas d’erreur, un Amiga-D et on se retrouve dans le débogueur, où on peut vérifier pas à pas (ou plus vite) que tout se passe bien comme prévu. Un problème ? Un CTRL- C et on retourne à l’éditeur. C’est la même philosophie que K-Seka, mais tout est ici bien plus complet.
PRESENTATION DEVPAC 2 se présente sous la forme de 2 disquettes non protégées et d’une documentation dans un classeur à feuilles perforées. La première disquette est essentiellement un Workbench 1.2 dans lequel on a fait un peu de ménage pour loger 4 fichiers, genam2, genirrû, monam2 et arp.library (90 Koctets en tout).
Le tout peut également se transférer sur une disquette Wb 1.3. La deuxième disquette contient essentiellement les fichiers "include", BL1NK et sa documentation. Plusieurs revendeurs proposent DEVPAC 2 pour 790 FF.
Un reproche : il n’y a pas d'index.
L’EDITEUR (genam2) Suivez le guide! L’éditeur est un vrai éditeur plein écran avec des menus et un curseur pilotable par la souris. L’ensemble est quelque peu hybride, une partie de menus, une partie de séquences CTRL- lettre ou Amiga-lettre ou encore de touches de fonctions. La notice du programme explique qu’on a essayé de rester dans la logique de l’éditeur de l'Amiga- Basic et des séquences de commande de Wordstar, mais il fallait oser proposer CTRL-C pour changer de page... La touche Help rappelle fort à propos tout ce qu'on peut faire avec les touches de fonction, en gros tout ce
qui tourne autour du couper-coller. On peut notamment prendre un bloc en ram et l’insérer dans d'autres fichiers.
On a aussi des fonctions très commodes pour chercher et modifier des chaines de caractères. Pour les opérations sur disquette, on passe par un file requester très "up to date" puisqu'il s'agit du file requester de Charlie Heath (est-ce la seule raison de la présence de ARP-library à côté de ce programme?). Bref, un éditeur qui demande peut-être un (tout léger) apprentissage, mais qui paraît raisonnablement complet.
L’ASSEMBLEUR (genirrû) Pressons Amiga-A pour assembler. Un requester apparaît, détaillant les principales options possibles : code exécutable ou linkable? Doit-on distinguer majuscules et minuscules? Doit-on adjoindre une information pour le déboguage ? Doit-on produire un fichier listing et où (écran, ram, disque)? Sortie du fichier compilé en ram, sur disque ou nulle part? Assemblage rapide (plus gourmand en mémoire) ou lent? La grande nouveauté par rapport à K-Seka est la compatibilité : à une ou deux broutilles près, le programme accepte d’assembler les programmes qui ont été écrits
pour les produits classiques du style Macro-Assembler. Cela tient à l’adoption des mêmes directives, de la même syntaxe pour les macros, et surtout de l’acceptation des fichiers "include". DEVPAC est capable de lire les fichiers "include" de provenance Commodore, mais on conseille plutôt d’utiliser des fichiers "includè" prédigérés proposés avec le programme, pour aller plus vite (On donne aussi un petit utilitaire pour faire cette prédigestion avec les fichiers "include" à venir avec les futures révisions du système). Pour ma part, je crois qu'on peut aller encore plus vite sans fichier
"include". C’était la solution imposée par K-Seka et une fois pour toutes, j'ai compilé tous les "include" en ma possession avec le Macro-Assembler. Depuis, je sais par exemple que dans la structure IntuiMes- sage, on a im_Class=$ 14, im_Code=$ 18, etc...(tout cela se trouve dans la disquette PD "Basic+ASM")... et je ne consulte plus les fichiers "include" que pour les commentaires qu’ils contiennent, tends qu’on me persuade qu'il s’agit d’une mauvaise habitude; en attendant, mes assemblages sont bougrement plus rapides!
Enfin, comme tous les gens sérieux utilisent ces fichiers, il était normal qu’un produit sérieux puisse les compiler, et DEVPAC est manifestement un produit sérieux.
J'at- Bien sûr, s’il y a des erreurs d’écriture (erreurs de syntaxe, symboles non définis, etc...) DEVPAC vous en fournit la liste. Il fait mieux encore, puisqu’il vous renvoie sur l'éditeur, et plus précisément sur la première ligne litigieuse. Vous irez ensuite d’erreur en erreur en tapant Amiga-J. Après avoir tout corrigé, vous réassemblez. S’il n’y a plus d’erreur, c’est que votre code a un sens pour le 68000 - pas forcément celui que vous croyez, mais ce sera l’affaire du débogueur.
Les chevronnés du K-Seka ne se sentiront pas trop dépaysés.
Il faudra simplement qiï ils prennent V habitude de désigner les points d'arrêt avant de lancer le programme.
Si vous faites de très gros programmes, vous les ferez sans doute par petits bouts que vous "linkerez" entre eux. Un autre cas de figure peut-être plus courant : vous avez fait un programme qui réclame ses arguments au moment de l’appel, soit par le CLI, soit par le Workbench. Dans ce cas, vous ferez souvent un "link" entre votre programme et un fichier "startup", si vous n’avez pas le courage d’écrire vous- même le code correspondant. H faut donc un programme pour faire ces liens : DEVPAC propose tout simplement BLINK, un programme du domaine public qui a bien meilleure presse que le ALINK
originel de Metacomco. Je ne peux pas vous livrer une opinion mieux fondée, mon apprentissage avec K-Seka m’ayant maintenu à l'écart de ces problèmes.
LE DEBOGUEUR (monam2) Signalons au passage que l’assembleur et le débogueur peuvent s'appeler individuellement à partir du CLI. Le débogueur fonctionnera en débogueur symbolique pour tout fichier chargeable par l’AmigaDos et contenant une section (hunk) "symboles". Le fichier qui vient d'être créé par l'assembleur n’est qu’un cas particulier.
L’écran se partage en trois fenêtres. La première donne l'état des registres, ainsi que les premiers octets pointés par ces registres. La deuxième est le désassembleur, ou vous retrouvez votre programme avec vos symboles (ou seulement des adresses en hexa s’il n’y a pas de section "symboles" dans le fichier); une flèche vous indique où est la prochaine instruction à exécuter. La troisième fenêtre indique le contenu de la mémoire et on peut la verrouiller sur une adresse donnée. Les fenêtres 2 et 3 peuvent être dédoublées. Une commande "zoom" permet à chaque fenêtre de remplir tout
l’écran
- mais on n’a alors plus accès à tout le jeu de commandes. A tout
instant, on peut modifier le contenu des registres et de la
mémoire.
Tout se passe par séquences de commande au clavier. La souris est complètement hors course (combien de fois ai-je cliqué dans une fenêtre pour l’activer, alors qu'il faut taper sur la touche Amiga, puis sur le numéro de la fenêtre!).
Comme pour l’éditeur, ces séquences sont logiques ... en partie. Comme on n'a que 26 lettres à mettre après les touches CTRL ou Amiga, on va retrouver certaines des séquences de l’éditeur, avec des significations tout à fait différents. Par exemple, le CTRL-C revient à son sens classique d’arrêt de programme. Chacun fera son apprentissage, et plus d’un gardera la doc ouverte à la page récapitulative des diverses commandes du débogueur (pourquoi diable n'y a-t-il pas une page analogue pour l’éditeur?).
Les chevronnés du K-Seka ne se sentiront pas trop dépaysés. Il faudra simplement qu’ils prennent l’habitude de désigner les points d’arrêt avant de lancer le programme. Mais on a maintenant beaucoup plus de souplesse.
On peut décider de ne s'arrêter sur un point d’arrêt qu’au 3lème passage, ou au 88ôme si cela vous arrange mieux. En mode trace, DEVPAC offre une commande CTRL-Z pour le pas à pas ordinaire, mais aussi un CTRL-T qui traite les JSR comme un pas unique, c’est à dire que vous retrouvez instantanément sur l’instruction qui suit le JSR dans votre source. Cela évite de se perdre dans les méandres des fonctions du système; aussi dans celles de vos routines dont vous êtes sûrs du fonctionnement.
L’amateur d’assembleur pour le Basic appréciera aussi la possibilité de sauvegarder tout ou partie du code chargé dans le débogueur pour constituer des fichiers binaires purs (cf la commande "wi" du K- Seka).
Si votre programme ouvre un écran de son cru, vous pourrez aussi aller voir ce qui s'y passe, par une commande "V".
Mais si vous y activez quelque chose (en cliquant sur un gadget ou dans une fenêtre), vous devrez retourner au débogueur par la longue route des gadgets de profondeur ou... vous vous retrouverez piégé si vous avez ouvert une belle fenêtre plein écran sans ce type de gadget. Mais peut-on faire mieux?
COMPATIBILITE Un appendice de la documentation est consacré aux problèmes de compatibilité avec les autres assembleurs du marché. A quelques détails prés, les programmes écrits pour le Macro-Assembleur passent sans modifications. Les programmes écrits sous K-Seka demandent à peine plus de retouches; il ne m’a guère fallu plus de dix minutes pour charger et faire tourner ceux que j'avais écrits.
CONCLUSION Il y a quelques mois, Amazing Computing avait publié une étude comparative entre plusieurs assembleurs disponibles sur le marché américain, et DEVPAC 1.2 (la version précédente), avec une conclusion fort élogieuse, à peine voilée par quelques critiques qui trouvent maintenant une réponse dans la nouvelle version.
Le DEVPAC 2 est encore un peu plus rapide, et le débogueur est intégré. Que réclame le peuple?
Vépopée Héroïque du 68000 Initiation à Vassembleur épisode xxx ( à vous de compléter - A-NEWS le journal qui fait participer le lecteur ) (Ed: Moi je préfère A-News, le journal qui montre le bon chemin...) Par Romeo Rapido Récapitulons les différents modes d’adressage.
Afin de simplifier quand un registre reçoit une valeur on notera ri -. Si c’est une valeur qui est stocirée on écrira celle ci.
Si c’est le contenu d’un registre on écrira le registre ri. Si c’est un adressage indirect et que c’est la valeur contenue à l’adresse qui est dans le registre ri, on écrira (ri) (ouf !! ).
Rappelons qu’il y a 8 registres de données (dO à d7)et 8 registres d’adresse ( aO à a7)et que a7 est aussi le pointeur de pile ou SP ( stack pointeur ), leur taille est de 32 bits, donc acte. Enfin les instructions s’écrivent INSTRUCTION SOURCE.DEST- INATION ou INSTRUCTION SOURCE. Dans ce dernier cas la source est aussi la destination (ex clr.l dO qui est la remise à 0 du registre dO)on abrégera quelquefois par D et S: ex move.l dO.dl on peut écrire la syntaxe de l’instruction move qui est D - S et son effet dans ce cas qui est dl - dO Absolu move.l Sff250,d0 D - (S) dO - ($ ff250) (dO
reçoit le contenu de l’adresse Sff250) Immédiat move.l $ 80,d0 D - S dO - S80 (dO reçoit la valeur $ 80 ) Direct de registre move.l dO.dl D - S dl -dO Indirect move.l (aO),dO D - (S) dO -(aO) Indirect predecremcnté move.l -(aO),dO S = S - taille, D - (S) (taille =1,2 ou 3 selon que .b,.w ou.l ) aO = aO -1 si .b -2 si .w et -4 si .1, dO - (aO) Indirect postincrementé move.l dO,(aO)+ D - S, D = D + taille dO - (aO) , aO = aO +1 si .b +2 si .w et 44 si .1 Indirect avec déplacement move.l 5(a0),d0 D - (S 4 d) dO - (aO 4 d) (la valeur de aO n’est pas modifiée ) Indirect indexe avec
déplacement move.l 5(a0,d0),d0 D - (S 4 d 4 I) (I registre d’index ) dO - (aO 4 d 4 dO) A noter que l’on peut spécifier la taille du registre d’index 16 bits .w ou 32 bits .1 ex: move.w (a0,d0.w),dl n n’en reste plus qu’un, l’adressage relatif au PC. Très utile pour générer des programmes relogeables mais je l’ai volontairement passé sous silence car l’assembleur de l’aztec ne le reconnaît pas. Par contre si vous travaillez avec KSEKA vous pouvez l'utiliser (c’est même recommandé - voir article de C.Vassallo sur le basic et l'assembleur dans A-News N‘ll ).
Dans ce cas move.l DeCadix(PC),dO se traduit par : DO - (PC 4 distance jusqu’au Label DeCadix) (Arg j’ai craqué, c’était trop tentant) Cette distance pouvant être négative ou positive. Votre programme est donc relogable car où que soit le label le déplacement est le même et il n’y a pas d’erreur d’adressage.
Vous savez déjà qu’il y a aussi 2 autres registres le PC (pro- gram counter) qui pointe sur l’instruction à exécuter et le registre CCR (code condition register)qui contient les bits C (cary ou retenue) V (overflot ou dépassement) Z (zéro) N (négatif) X (ex- tend bit d’extention ) Ces bits sont positionées lors d’une opération ou d’un test du type cmp.l $ 8000,d0 qui effectue l’opération d0-$ 8000 (destination - source virtuellement, c'est à dire que les registres ne sont pas modifiés) dont le seul but est de positionner les indicateurs.
Sachez qu’il existe d'autres bits dans le registre d’état mais que ceux ci sont réservés au système et au mode superviseur.
Signification: Z positionné si le résultat est nul V dépassement de capacité le résultat ne peut pas tenir dans la taille de l’opérande C retenue positionné si une retenue est générée X positionné par les opérations sur les opérandes étendus Ces différents bits peuvent être testés par les instructions de branchement pour faire des branchements conditionnels. Leur combinaison permet de faire tous les test indispensables. La syntaxe est Bcc adresse ou étiquette.
Cc peut etre CC I retenue a zéro I c = 0 CS I retenue al I c = 1 EQI égal I z = 1 NE I différent I z = 0 GEI supérieur ou égal I n ou v = 0 GTI supérieur I z et (n ou v)= 0 HII supérieur I c et z = 0 LE I inférieur ou égal I z et (n ou v)= 1 LS I inférieur ou égal I c et z = 1 LTI inférieur I n ou v = 1 MI I négatif I n = 1 PL I positif I n = 0 VC I dépassement a 0 I v = 0 VS I dépassement al I v = 1 T I vrai I 1 F I faux 10 RAI saut inconditionnel I Bon, ceci étant dit, passons à la programmation des boucles en assembleur.
Ex 1 le for: for(i=0,i 10,i++) ...} move.w 0,i ; initialiser la variable de boucle debut_for: cmpi.w 104 ; comparer i a 10 (i -10 ) bge.s fin_for ; si résultat = 0 fin du for boucle: addq l,i ; incrémenter le compteur de boucle bra.s dcbut_for ; saut inconditionnel fin_for: Pourquoi mettre le test en début de boucle tout simplement pour le cas où cm rentrerait dans la boucle avec une valeur nulle ou négative. Ex : for(,bouc 10,bouc++) ...} Ici la variable n’est pas initialisée en début de boucle et elle peut donc contenir n’importe quoi. D en est de même en asm, d’ou la nécessite de
tester en début de boucle sauf si l’on est certain que l’on doit passer au moins une fois dans la boucle. Vous pouvez optimiser les algo en utilisant les registres pour contenir les indices de boucles, mais attention à ne pas utiliser ces registres dans le corps de la boucle (gare aux appels de fonction dans la rom entre autre) ou alors sauvegardez les sur la pile.
Vous remarquerez que les branchements ont tous le suffixe .s, ceci afin de travailler en relatif et non pas en absolu. Explication bra étiquette fait un jump à l’adresse 32 bit d’étiquette, alors que bra.s étiquette décrémente ou incrémente le PC de la valeur nécessaire pour que celui ci contienne la valeur étiquette. La valeur de ce déplacement doit tenir sur 16 bits en signé. On peut donc se déplacer d’à peu près 32 K en avant ou en arrière, ce qui est quasiment toujours suffisant.
Ex 2 le repeat ...} until(condition) : repeatf...} until (i=10) debut_repeat: cmpi.w 104 bne.s debut_repeat l’opération effectuée par empi étant destination - opérande (ici i -10 ) si until(iolO) on aura beq.s debut_repeat until(iclO) bge.s debut_repeat until(i 10) ble.s debut_repeat until(i =10) bpl.s debut_repeat until(i =10) bmi.s debut_repeat Ex 3 le while(condition) (...}: while(i=10) debut_while: cmpi.w 10,i bne.s fin while fin while: Comme vous avez pu le constater on a utilisé l’instruction empi le i en plus veut dire immédiat avec une valeur donnée. Il existe aussi addi, subi etc
(reportez vous au jeux d’instructions du 68000 dans votre bouquin préféré, moi c’est Mise en oeuvre du 68000 de chez SYBEX, un très bon livre sur le 68000 et ses frères ainés, dont le prix est au alentours de 240 F). On aurait pu utiliser emp qui est plus général de même il existe empa qui peut etre utilisé pour tester les registres d’adresses.
Enfin une dernière boucle, le for initialise et décrémente.
For(i=10;i =0;i ) moveq 10,d0 début for dbra d0,debut_for Cette instruction est très puissante car elle décrémente le registre et se branche à l’étiquette si la condition est réalisée sa syntaxe est donc dbCC dn, étiquette (comme bCC ). Dans le cas présent le saut est effectué tant que dO est = 0 (faites attention au nombre de fois ou vous passez dans la boucle, si vous initialisez le registre à n vous passerez n+1 fois dans la boucle). Remarquez au passage le moveq qui est plus rapide qu’un move.w mais qui permet seulement de stocker des opérandes sur 8 bits en signés.
Bon ben voilà, vous connaissez maintenent les bases de la programmation en assembleur on va pouvoir passer aux choses sérieuses (ouverture des librairies, des fenêtres, écrans, fichiers et tout le reste). Sur ceux tchaoooo ffom Roméo el Rapido et pour tout problèmes 36 15 code DEEP bal ROMEORAPID (ou écrire à A-News ).
Cours, riz et ... COURRIER ASM Suite à l’article de Utile Zeus du N‘ 9, Serge Lem- pereur a des problèmes pour utiliser les fonctions graphiques de la rom. Ses problèmes pouvant aussi être les vôtres voici quelques conseils.
En premier lieu voir A-News n" 6 dans la rubrique coin C où sont présentés Move, Draw, RectFill et autre WritePixcl pour les remplissages plus complexes (AreaMove, AreaDraw). Il y aura un article prochainement en C. Mais puisque tu travailles en ASM il est nécessaire d'ouvrir la graphie librarÿ d’allouer une structure bitmap et une structure rastport (facile en C, moins en asm). D faut ensuite initialiser le rastport (InitRast- Port(rastport)) et le bitmap (InitBitmap(bitmap,profon- deur,largeur,hauteur)) et mettre dans le champ bitmap du rastport le pointeur sur la structure bitmap, qui
elle même contient entre autres les pointeurs sur les différents bitplanes (initialiser les pointeurs après avoir alloué les bitplanes ). (Voir les includes .i et .h pour plus de détails sur les imbrications des différentes structures). Il ne reste plus qu’à appeler les fonctions avec les paramètres corrects et pour finir refermer les li- braries.
Bon, tant que j’y suis une autre mise au point : les fichiers link du SEKA sont linkable avec le SEKA uniquement. H en va de même pour les fichiers .o générés par l’AZTEC et le LA1TICE car il n’a pas été défini de standard genre IFF dans ce domaine. Dommage.
Je vais vous parler ce-mois-ci d'un produit importé et distribué par l’équipe C.I.S. de Talence, un important annonceur d’A-News.
Rassurez-vous il ne s'agit pas d’un publi-reportage "spécial copinage" car malgré leur développement spectaculaire, ils n’ont pas encore les moyens de m’acheter.
Perfect Sound est destiné aux illustrateurs sonores (programmes, démos et jeux), aux utilisateurs de logiciels musicaux et aux fous de la Mouse Music squattant l’Amiga pour arriver à leurs fins.
Mais avant de vous parler plus longuement de ce produit, il me semble opportun d’expliquer le principe de l'échantillonnage (sampling si vous préférez).
Le Principe Avant l’ère du tout-informatique, la seule manière d’enregistrer, de stocker et de restituer un son était analogique. Le son était gravé dans le vinyle, couché magnétiquement sur un ruban plastique, etc... Depuis quelques années il est possible d'enregistrer, de stocker et de restituer numériquement un son. A l’aide d’un convertisseur analogique-numérique le son est transformé en un code binaire, puis stocké sous sa forme numérique dans la mémoire de l’ordinateur, le disque dur, le compact disque et depuis peu le D.A.T. (digital audio tape).
Un convertisseur numérique- analogique permet de traduire le code binaire en des pulsions analogiques qui, amplifiées, attaquent les membranes de vos haut-parleurs et finissent dans vos oreilles.
On appelle échantillonnage un enregistrement numérique de courte durée (quelques secondes) utilisé à des fins musicales. On peut, par exemple, enregistrer (ou échantillonner) toutes les notes d’un piano acoustique, les mémoriser puis les rappeler en temps réelles à partir d'un clavier de commande. La dernière génération de pianos électriques utilise technologie et permet de restituer les sonorités des pianos les plus prestigieux pour le prix d'un piano d’étude.
Pour utiliser un échantillon en temps réel, indispensable en musique, vous êtes d’abord obligé de charger les informations de la disquette ou du disque dur dans la mémoire vive de la machine (à moins que ces informations soient figées dans une rom).
Une machine qui permet d'enregistrer numériquement, de stocker sur disquette et de restituer ces enregistrements en temps réel à partir d’un clavier musical s’appelle un SAMPLER ou ECHANTILLONNEUR.
La plupart des samplers Midi travaillent en 12 bits et permettent de 11 secondes à 1 minute d'échantillonnage mono pour 750 Ko (pour un prix situé entre 10 000F et 20 000F). Pour ne pas gaspiller de mémoire, l’utilisateur peut varier la vitesse d’échantillonnage en fonction de la nature du son (la numérisation d’une voix ou d'une grosse caisse nécessite moins d’informations que la numérisation d’une pêche d’orchestre ou d’une cymbale crash).
La dernière génération des samplers Midi 16-bits peut travailler à 44.1 Khz et permet un enregistrement de 12 secondes stéréo de qualité compact disque pour 2 méga (le S1000 Akaï est fabuleux, mais coûte 33 000F!).
L'échantillonnage est une technologie gourmande en mémoire et onéreuse pour le musicien amateur. Cependant, il existe un micro-ordinateur qui possède des convertisseurs numérique-analogique : l'Amiga.
Tous les sons que vous rencontrez dans les programmes, les jeux, ou les démos ont été échantillonnés.
Les échantillons se trouvant sur des disquettes sont chargés dans la mémoire vive de l’Amiga, puis transmis par un ?a convertisseur numérique vers les sorties audio.
A-News """""S Perfect Sound _ Testé par FRANK VROEGOP ~j_ Les résultats sont étonnants si on songe que les convertisseurs ne travaillent qu’à 8 bits. Le son est propre et musicale, surtout si vous branchez vos sorties audio sur une chaîne HiFi. Le grain des voix et des percussions est vraiment extraordinaire et rappelle le Fairlight 1 ou le premier Emulator né au début de la décennie (2 secondes à 8 bits pour 100 000F!
Et le Perfect Sound?
Ce petit boitier qui se branche sur le port parallèle de l’Amiga va transformer ma machine en un sampler 8 bits stéréo.
Je charge le logiciel livré avec le boitier et retrouve l’image de leur publicité illustrée par un savant montage sonore de plusieurs échantillons alliant Laurie Anderson (légèrement "detuned") à Michael Jackson... not bad!
Irréprochablement "clean”. C’est à ce moment précis que je suis pris d’un malaise. Outre le programme, la disquette comprend un mode d’emploi augmenté de conseils pratiques, une adresse et un numéro de téléphone pour des renseignements supplémentaires! Et pire, le tout en FRANÇAIS!
L'équipe de C.I.S. a tout adapté, amélioré et expliqué. Tout est d’une simplicité enfantine, une seule lecture, dix minutes de manipulations avec le montage sonore du générique et on domine le logiciel.
Inquiet, je vérifie le mode d’emploi resté dans la boîte... en français aussi, avec encore plus d’explications :
- qu'est-ce qu’un son digitalisé
- fonctions de l’éditeur de sons
- etc. Comprenez mon désarroi. Depuis dix ans j’essaye des
machines et des logiciels.
J’ai commencé avec le Korg MS20 sans mode d’emploi; acheté un des premiers DX7; reçu le S900 avec un mode d’emploi en japonais et essayé des logiciels Midi non-commercialisés complètement buggés.
Comment faire un article sur Perfect Sound sans copier la notice? Comment expliquer le fonctionnement du logiciel sans avoir l’air de prendre les lecteurs pour des imbéciles?
Je Branche M’enfui... je branche une source sonore niveau "ligne" sur les entrées cinch du boîtier. Pour mes tests j’ai utilisé un compact disque, une platine K7 et surtout un autre sampler (Akaï S900).
Je clique Digitalisation et règle avec le potentiomètre du boîtier le niveau d’entrée. Sur l’écran, deux crête-mètres (comme sur une platine K7) m’aident à régler le bon niveau.
Je reclique et l’échantillonage de fait.
Il faut compter environ 100 Ko pour 10 secondes de sons mono corrects. Je peux maintenant éditer mon échantillon :
- couper
- coller
- transposer
- lire à l’envers
- lire en boucle Je peux stocker jusqu’à 15 échantillons en
mémoire et les monter ensemble.
Simple, rapide, et efficace.
Rien ne vous empêche de retravailler vos échantillons dans les autres éditeurs de sons disponibles pour l’Amiga.
Quelques conseils :
- Partez toujours d'une source analogique irréprochable.
- Réglez bien le gain d'entrée (avec les crête-mètres mais
surtout avec vos oreilles).
- Essayez plusieurs vitesses d'échantillonnage pour un même
son; retenez la plus basse vitesse donnant un résultat
satisfaisant et récupérez de la mémoire.
- Evitez ' échantillonnage stéréo peu spectaculaire à ce niveau,
très gourmand en mémoire (2 fois plus) et qui restreint la
polyphonie dans l’utilisation d’un logiciel musical.
- Avant de commencer à trafiquer votre échantillon, faites une
sauvegarde!
- Pour éviter les "clacs" dans vos boucles, bouclez
alternativement à l’envers, à l’endroit, etc. Les points de
colle auront ainsi exactement les mêmes caractéristiques.
- Dans les logiciels KCS version 1.6A et MRS de Dr.T vous pouvez
chargez jusqu'à 16 sons sur 16 canaux Midi différents et
les jouer ou séquencer en temps réel à partir d'un clavier Midi
(voir A- News Nov 88).
Iœi Perfect Sound Copyright 1988 SunRize Industries Ver 2.4 f par CIS 101 al a holala«2 holala-2 iolala-2 lushuia beepl Panhute PanFlute.atisraa Hushuia.atisrad HBRinE Perfect Sound donne des résultats amplement satisfaisants pour sonoriser vos programmes, jeux et démos. Pour une utilisation Midi, exploitez surtout le grain "8 bits" (sur les voix, les percussions et les gimmicks) qui contrastera bien avec vos nappes synthétiques.
Longueur échantillon: 43726 Vitesse restitution! 8363 Position: 8 Curseur Début Fin: 8 43726 Néhoire libre: 1317288 Vitesse d'enregistrenent; 8363 Fichier IFF Vitesse ce restitution (échant. sec.i c 8363 Le boîtier est bien conçu et le logiciel en français remarquablement réalisé; le tout à un prix étonnant (moins de 900F).
Il constitue en plus une excellente introduction à l’échantillonnage pour ceux qui envisagent d’investir dans un sampler Midi stéréo 16-bits44.1 Khz.
A partir de demain, j’économise.
Frank Vroegop
P. S. Bravo C.I.S. Prix : 895F. Distributeur CiS, 571 cours de la
libération, 33400 Talence (tél 56-37-43-78). Deux versions
pour A1000 et pour A2000 A500.
(Ed: Il est à noter que trois des fonctions sur la version française du logiciel de Perfect Sound n'existent pas sur la version américaine - l'option sauvegarde en format Sonix, les vu-mètres de niveaux échantillonnage, et l'option de fermer le Workbench (gain de 30k de place mémoire).
Nous demandons encore une fois aux importateurs et distributeurs de nous envoyer leurs produits Amiga pour test, surtout (mais pas exclusivement) les produits traduits, me me partiellement, en français.)
Projet (Nouveau Ouvrir Sauvez* Sauvez* sous |A *,-0*05 ne l Quittez* Fornat IFF Fornat BRUI . . Fornat COHPressç Fornat SONIX Quai i té Atisrad Digi talisati Spécial Effacer Intervalle Effacer Echantillon Insérer Intervalle Changer Vitesse de Restitution Copier Intervalle sur Nouvelle Relier Case 5» Case Créer Stéréo Diviser Stéréo Pi.gfi talisation Retournez* Echantillon Graphe Intervalle Créer Instrument Freq=Freqn2 Fi* e q;=Fz* e ï 2 Intervalle,à zéro Graphe Automatique Filtre Sonore Peogeammateon Oeeentee Objet ); struct Gadget Gadget2 = &Gadgetl ,430,30,100,40,GADGHCOMP,G ADG IM
MEDIATE I RELVERIFY.BOOLGADGET, NULLJ4ULL,&Text2,NULL,NULLJ4UL- L,(APTR)TraitGadget2 Comme promis le mois dernier, voici un petit exemple de programmation orientée objet. Ceux qui connaissent déjà ne seront pas très impressionnés mais ce n’est qu’un tout petit exemple de ce que l’on peut faire. Le sujet de l’article étant les gadgets, voyons en quoi elle nous facilite la vie.
Lorsqu’un gadget est activé par l’utilisateur, un message est envoyé à la fenêtre qui le contient. Le problème est de savoir de la façon la plus simple possible quel gadget est activé. Dans le dernier exemple (cf Anews n°9), on récupérait le numéro du gadget émetteur et, par un switch case, on déterminait l’action à exécuter.
La ruse de sioux consiste à placer dans le champ User- Data de la structure Gadget l’adresse de la fonction à exécuter. De cette manière, on n’aura plus besoin de savoir quel est le gadget activé pour appeler la fonction correspondante; on appelera directement la fonction dont l’adresse est située dans le champ UserData. Si vous n’êtes pas convaincu, comparez le programme d’exemple avec celui d’Anews n*9. C’est tout de même plus simple! Votre compilateur (j’ai utilisé le Lattice 4.0) risque cependant de protester par un waming. Méprisez donc cet esprit de contradiction: le programme est
correct. (Au passage, si un lecteur éclairé trouve la conversion de type nécessaire pour éliminer ce waming, il gagnera ... toute mon admiration). Maintenant, tapez le listing et essayez-le. Chorizo Kid le mettra bientôt à votre disposition en téléchargement sur DEEP.
BATCHMAN orierüé gadgets include intuition intuition.h *************GADGETN‘l intTraitGadgetlO printf("L’action associée au gadget 1 est exécutée"); retum(FALSE); ) struct IntuiText Textl = 1,0,JAM2,23,17,NULL,"GADGET1",NULL struct Gadget Gadgetl = NULL.l 10,30,100,40,GADGHCOMP,GADG IMMEDIATE I RELVERIFY.BOOLGADGET, NULL,NULL,&Textl,NULL,NULL,NULL,(APTR)Tra- itGadgctl }; **•****••* GADGET N'2 ******************** int TraitGadget20 printf("L’action associée au gadget 2 est exécutée"); retum(FALSE); } struct IntuiText Text2 = ( 1,0,JAM2,23,17,NULL."GADGET2" J4ULL *********»****
GADGET N"3 * int TraitGadget3() printf("L’ action associée au gadget 3 est exécutée"); printf("c’est fini, on sort!”); retum(TRUE); ) struct IntuiText Text3 = 1,OJAM2,23,17,NULL,"SORTIE",NULL ); struct Gadget Gadget3 = ( &Gadget2,430,130,100,40,GADGHCOMP,GADGIM- MEDIATEI RELVERIFY.BOOLGADGET. NULL,NULL,&Text3,NULL,NULL,NU- LL,(APTR)TraitGadget3 }; struct NewWindow NewWindow = 0,0,640,190,0,1 ,G ADGETDOWN, WINDOWDEPTH I WINDOWSIZING I WIN- DOWDRAG IACTIVATE, &Gadget3J4ULL,"Exemple d’utilisation des Gad- gets",NULL, NULL,0,0,0,0,WBENCHSCREEN struct IntuitionBase *IntuitionBase; struct
Window *Window; struct IntuiMessage ‘Message; int fin; int (* f)0: void mainO IntuitionBase = (struct IntuitionBase *) OpenLib- rary("intuition.libraiy",0); if (llntuitionBase) exit(0); Window = (struct Window *) OpenWin- dow(&NewWindow); if (ÎWindow) exit(O); printf('ViNnNnNnNn n'n'n nNnVtNn'vi''n n ri'n'vi nNriviV'); while (!fin) * !fin est équivalent à (fin != 0) * Message = (struct IntuiMessage'*) GetMsg(Window- UserPort); , if (Message- Class == G ADGETDOWN) f = ((struct Gadget *)Message- IAddress)- UserData; fin = (* 0 0; ReplyMsg(Message); 1 CloseWindow(Window); CloseLibrary
(IntuitionBase); GUPERTINO’s ALOHÂ Newsletter franglish version - final issue Monte-Carlo, le V? Février 19B9 Mes Cher(e)s Amigàdos.
Il y a tout juste trots ans, de retour de la toute première réunion dès développeurs Amiga, tenue à Paris en Février 86, j'envoyais à mes collègues le tout premier numéro de ma Newsletter; une vingtaine d'exemplaires en tout!
D I R E C T O R Y Un an plus tard (début 87) mes lecteurs étaient déjà plus de 500: cela me paraissait énorme; en Décembre 87 ma Newsletter était diffusée presque à mille exemplaires.
S. A.V. Amiga . page 2 C-F et moi .
• page 2 Le prix des Chips
• page 2 Compatibilité 1.3 .
• page 3 Mini-Tips ..
• page 3 Concours ABC .....
• page 3 AmiExpo .. .. page 3 Missing
Articles ..
• page 3 Amigalement Vôtre ...
• page 4 Pendant tout ce temps là (presque deux ans) CAN (à
l'époque s'appelait, évidemment, Cupertino's AMIGA Newsletter)
était envoyée gratuitement (environ tous les deux mois) à tous
ceux qui la demandaient; au moment de l'envol il y avait des
timbres, des photocopies, des enveloppes et des étiquettes
partoutt C'était infernal, mais les nouveaux amis que j'avais
connu, même seulement par courrier, étaient pour moi une raison
de continuer.
A ce moment là mes relations avec Commodore-France s'étalent déjà dégradées. M. Franck Lannc en avait pris la direction depuis quelques mois et j'ai l’impression qu'il n'aimait pas trop ma plume sauvage toujours du côté de l'utilisateur.
Attristé par la situation j'avais décidé d'arrêter mon soutien à l'Amiga quand, tout juste avant la fin de l'année (1987) tel Sieur Bruce Lepper pris contact avec moi pour me rencontrer: il voulait fonder, une revue dédiée à l'Ami- ga avec ma Newsletter à l'intérieur.
En luttant contre les forces adverses qui s'opposaient à la parution de A-news (le nom aurait dû être Amiga-News) le tout premier numéro, à la fin de Mars 1988, était en kiosque avec le numéro 10 de ma Newsletter à l'intérieur. Ce numéro-ci, donc, non seulement représente le troisième anniversaire de CAN, mais aussi le premier anniversaire d'A-news.
Non seulement double anniversaire donc, mais aussi un très grand succès. A-news (et par conséquent ma Newsletter aussi) passe à 16.000 exemplaires et mon contact avec mes lecteurs est absolument extraordinaire: au retour des Etats-Unis j'ai trouvé 21 kilos de courrier dont environ deux tiers venaient de mes lecteurs. (A ce propos je remercie tous ceux qui m'ont envoyé une carte de voeux en m'excusant, vue la quantité, de ne pas avoir pu repondre individuellement.) Encore aujourd’hui je continue à recevoir entre 10 et 30 lettres par jour. Il serait difficile de prétendre plusl Annexe:
Nouveautés PDS et Bon de Commande Et voilà, pourtant, qu'au sommet de mon succès d'AmigaFanatic je vous annonce la nouvelle: j arrête.
Oui, oui Je saisi, je vous dois au moins des explications et j'aimerais en avoirl En réalité je n'ai pas une raison précise. En gros je pourrais vous dire que je suis démotivé mais ceci reste un peu vague, même si c est la vente.
Tout d'abord je suis convaincu qu'un travail, il faut le faire bien ou ne le pas faire du tout. Je me suis rendu compte par exemple que 4 pages t3'--*'-' '____' ° a J.cnnciiinnl itoiVni insuffisantes nour un travail bien tau. J aurais au grignoter de la place à compresser ultérieurement la typographie meilleur, risque de ne pas être lu s'il est... presque illisible!)
Je pourrais vous parler d'une dizaine de problèmes mineurs tel que de commandes PDS qui m'ont été payées avec des chèques volés (I) ou des envois recommandés abimés par la Poste qui a refuse de m indemniser (avec milles prétextes), maiâ que j'ai remplacé immédiatement à mes Amigàdos. Mais cela j'aurais pu le supporter.
Un point qui a eu un rôle déterminant dans ma décision a été le résultat de l'enquête S.A. V. Amiga.Avccquelcouragesur le plan simplement moral, je peux continuer à vanter les vertus (vraies et rcclles) de 1 Amigaqu idejour ou il.yunpre blême l'on se trouve face à un mur (Commodore) qui est sourd, muet et aveugle 11 ne faut pas oublier que pour un ordina teur la qualité du support utilisateur représente au moins la moitié de sa valeur et de son utilité.
Cette remarque m'amène aussi à un autre problème que j'ai rencontré: le nombre d'appels que je reçois car¦desj «£hsa- teurs en difficulté n'arrivent pas à obtenir une aide de la part de Commodore et ou de leurs revendeurs lequels (fl faut e dire) vont battre brutalement leur tête (eux aussi) contre le mur de silence de Commodorel Sur ce point je ne veux pas etr La "CUPERTINO'S ALOHA Newsletter (CAN) est une lettre d'information privée publiée à but non lucratif par Giorgio Cupertino à Monte-Carlo (Principauté de Monaco) et diffusée gratuitement par A-news .
CAN - Copyriaht 1986. 1987, 1988 - Tous droits réservés - Toutes reproductions et ou traductions même partielles et par importe moyen, strictement interdites. Les noms, marques et logos cités (reproduits) appartiennent a leurs propres maisons.
Cupertino «a c mal compris. J'aime bien vous aider, mais pour quelle raison dois-je faire moi tout seul le travail de quelqu'un d'autre qui, au lieu de me remercier, encore aujourd'hui (même si indirectement), me met les bâtons dans les roues. (N.B.: Je parle à titre strictement personnel.)
Confucius dit: "Ne fais pas du bien si tu n'a pas la force d'en supporter l’ingratitude." Voilà, quelque chose de magique s'est brisé: je n'ai plus cette force.
En revanche je tiens à souligner que je ne vous laisserai pas tomber immédiatement et totalement. Le "Concours ABC" continue (voir article) et chaque mois je ferai parvenir à A-news le(s) programme(s) gagnant(s). Je garantis le suivi des abonnements et, pour la diffusion du PDS, je vous renvoie à l'annonce des nouveautés où j'explique comment j'assurerai le suivi de ce service.
Ceux qui sont intéressés à l'ordinateur NeXT pourront lire mes articles dans chaque numéro d'icône qui dédiera régulièrement une rubrique à cette superbe machine.
Bien sûr je ne laisserai même pas tomber Bruce Lepper qui a eu la gentillesse d'accueillir mes pages jusqu'ici et, chaque fois que j'aurai des nouvelles à partager avec vous Je lui ferai parvenir mes articles même si ceux-ci ne seront plus partie de ma Newsletter, étant donné que je les écrirai avec une périodicité aléatoire.
Tout ce que je viens de dire ne m'cmpéchera pas de vous présenter, même si c'est pour la dernière fois, le directory du mois.
S-A V. Amiga Je ne vous quitterai pas sans vous faire part de "l'enquête" que j’ai menée à propos du service après-vente. Parmi les dizaines d'Amt- gàdos qui m'ont contacté, deux, je repète: deux, en étaient satisfaits. Pour exprimer le sentiment général des autres je ne pourrais faire rien de mieux que de reprendre la conclusion d’une lettre signée Rxxxxx Fxxxxx: " Certains Jours on peut vraiment maudire Commodore et tous leurs revendeurs...". J'ajouterai que celle-ci était loin d'ètre la plus méchante: d'autres lettres provenaient de clients exacerbés à tel point que leur contenu est
impubliable à cause de la lourdeur des insultes.
Ce que je viens d'écrire en revanche pourrait donner une idée fausse de la situation réelle car il faut d'abord partager les fautes qui sont propres à Commodore (où par Commodore j'entends à la limite et par extension ceux qui éventuellement sous-traitent le service de réparation) des fautes commises par les revendeurs.
Une des doléances les plus courantes porte sur le délai d'intervention. Le S.A.V. Amiga. D'après vos lettres, en règle générale, est loin d'ètre rapide. En revanche il faut savoir que.
Dans bien de cas. Les machines à réparer, aussi bien à l'aller qu'au retour, restent plusieurs jours chez les revendeurs qui ne sont pas toujours pressés de les envoyer ou de prévenir le client quand celles-ci reviennent réparées. Sur ce sujet je dois préciser que les deux expériences positives portées à ma connaissance me signalaient une intervention efficace et rapide de la part du revendeur: cela soit en intervenant lui même sur la machine, soit avec un suivi très soigné et rapide des démarches nécessaires et utiles à assurer un S.A.V. efficace.
En revanche, en défense des revendeurs, il faut dire que ceux-ci se trouvent souvent dans une position incomfortable en ce qui concerne le S.A.V. Amiga. Avant tout, dans bien de cas. En fonction d'un mécanisme défini rachat de garantie, une réparation encore sous garantie qui ne coûte rien au client risque de coûter très cher au revendeur car celui-ci la paye à la place du client. 11 est évident que dans ces conditions un revendeur n'est pas motivé à se donner de la peinel Autre point où les revendeurs sont mal placés pour assister leur clientèle est ce que je définis par lincertitude de la
situation: cela est le résultat d'un autre phénomène que j'appelle l’incommunicabilité. Dans d’autres termes le revendeur n'arrive quasiment jamais à savoir ce qui est arrivé à votre machine; à savoir où elle se trouve, de quelle panne il s'agit. Techniciens introuvables qui ne rapellent Jamais, attentes au téléphone aussi longues qu'inutiles (avec coût téléphonique en proportion) sont seulement une partie des difficultés rencontrées chaque jour par la plupart des revendeurs Amiga.
Si cela peut vous soulager, je peux vous dire que j'ai fait aussi une demi-enquête parallèle sur d'autres machines (même professionnelles, voire très professionnelles) et la situation n'est pas pourtant meilleure. Moins tragique en général, en moyenne c'est quand même un tout petit peu mieux.
En réalité l'impression que J'ai, c'est que ce qui ne va pas chez Commodore, plutôt que le S.A.V. normal, ce sont certains cas limites tellement absurdes qui ont du grotesque. Attentes de 6 (six!)
Mois ou plus; machines qui reviennent (même plusieurs fois de suite) non réparées; machines qui partent avec un défaut et reviennent avec deux; machines envoyées avec leurs accessoires (souris, câbles, manuels, etc.) et qui reviennent toutes seules. Dans tous les cas, cc qui est absurde, plus encore que le problème lui-mème.
C'est la non-intervention de Commodore afin de résoudre les cas extrêmes.
Là, encore une fois, il faut mettre en évidence que. Si ces cas sont limités, le je-m'en-foutisme de Commodore face aux victimes est intolérable et inexplicable. Si. Au contraire, ces cas extrêmes ne seraient pas aussi limités en quantité et fréquence, il serait raisonnable de conclure que le S.A.V. Amiga de Commodore est... terriblement buguê !... Quoi qu'il en soit, face au silence de Commodore, je ne veux pas (et je ne peux pas) tirer de conclusions mais Je dois ajouter que le silence de l'Allemagne, parfaitement au courant de la situation (car mise au courant par moi-même avec
des documents à l'appui), ne peut qu'être considéré décevant au delà de tout espoir. V1VA AMIGA et... bonne chancel C-F et mol Par moyen d’un article publié dans ma CAN 19 (A-News 9).
J'avais déclaré officiellement et publiquement que j'étais favorable à un accord de paix avec Commodorc-Francc.
Dans le doute que les responsables de C-F ne lisent pas A-news et ou ma Newsletter (1?) J'ai envoyé un exemplaire de celle-ci par Recommandé A.R. afin de les informer et de leur laisser l'initiative.
Je n'ai pas reçu de réponse, ni personne de Commodore-France ne m'a contacté. Face à leur silence et vu le temps écoulé, le 14 février dernier je leur ai envoyé un télex afin de les informer que J'interprétais leur silence tel qu'un manque d'intérêt â l'accord de paix proposé. (Au moment où J'écris, samedi 18 février 9:57. Même ce télex n'a pas reçu de réponse.)
Evidemment, vu ma décision d'arrêter, the problem is over mais Je tenais à mettre en évidence (admis que quelqu'un s'en doutait) que l'hostilité ne venait pas de moi.
Le Prix des Chlos Un bon nombre de coups de fils que Je reçois porte sur deux arguments bien précis: l'achat d'une carte mémoire et la date de disponibilité de certaines nouveautés annoncées depuis très longtemps, tel que le Video-Toaster.
Les prix de RAMs rend très onéreux l'achat des extensions mémoire et le prix des autres composants a poussé la plupart des fabriquants à rapporter la commercialisation de plusieurs produits.
Sur cet argument j'ai pour vous une bonne et une mauvaise nouvelle. The good one first: le prix de composants a baissé. Je pourrais dire avoir assisté "en direct" à cette baisse car le prix des composants avait déjà commencé à descendre pendant le Consumer Electronic Show de Las Vegas et il a continué (même brutalement) pendant tout le mois de janvier.
Les plus attentifs de mes lecteurs se souviendront que dans mes articles précédents j’avais prévu cette baisse que je situais entre la fin de l'année et printemps 89.
Tout s'est passé selon mes prévisions. Où est donc la mauvaise nouvelle?! Simple, suivez-moi avec attention: les japonais, sur le marché mondial des chips, ont la partie du lion et avec les américains arrivent à dominer (avec un extrasuperlarge avantage) les producteurs européens qui. Dans la quasi-totalité des cas. N'arrivent pas â les concurrencer sur le plan économique; (prix plus élevés pour des revenus plus faibles).
Les Japonais et les Américains baissent leurs prtx?l Quoi faire pour se défendre? Mais on va mettre des barrières à l'Importation, évidcmmentl (Ahl. Tiens... ça c'est nouveau...). Voilà la mauvaise nouvelle: vis-à-vis des Américains et des Japonais, nous bénéficierons d'une baisse de prix bien plus modeste et nous payerons le prix de la non-compétitivité de notre vieux continent... (Y-a quelqu'un qui veut venir aux USA avec moi?l) Nouveautés PPS - Mise à jour du catalogue AMIGAt 1988 89 - (Addendum du 17 Février 1989) Je vous rappelle que le catalogue PDS (AMIGAt) a été publié dans le numéro
10 de A-news à l'intérieur de ma Newsletter 20; je vous donne ici la description de nouvelles disquettes que j'ai reçues depuis: FISH 173 CrcList Liste complète des fichiers des disquettes FISH du numéro 146 au 172 à afficher en utilisant le programme Crc qui se trouve sur la FISH 133.
FileSelect fn assembler avec source. File IO selector by Fabrice Lienhardt IFFlib une "librairie" prête à l'emploi pour manipuler des fichiers 1FF, avec 2 exemples: un IFF viewer et un utilitaire du genre Grabbit pour sauver un écran sous forme de fichier IFF.
ILBM2C très utüe pour programmeurs en 'C'. Utilitaire pour lire un fichier IFF et le sauver sous forme de fichier à inclure dans un programme en 'C'; avec source et exemples.
Tetrix très jolie imitation du jeu Tetris, fort bien réalisée avec des choses en plus et des choses en moins par rapport à la version du commerce.
Uedit version 2.4g; update de la FISH 121. Version shareware d'un éditeur de textes très complet et performant.
FISH 174 Castle Petit jeu d'aventure graphique pour débutants. Assez joli IFF2SUN utilitaire pour convertir une image au format AMIGA IFF en format RASTER SUN. Seulement source; le programme doit être transféré, compilé et lancé à partir d'un ordinateur SUN. PRINT1.2 utilitaire pour imprimer des fichiers texte avec des petites options intéressantes; avec source.
Strings utilitaire pour la recherche des chaînes de caractères à l'intérieur d'un fichier binaire. Avec source.
Tunnel démo graphique intéressante écrite en Modula2; avec source.
FISH 175 Eléments représentation interactive de la table périodique des éléments. Avec des nombreuses informations. Absolument fantastique!
(Pour le lancer placez vous en CD ELEMENTS et tapez execute execute.me) FURNISH Si vous voulez dessiner avec l'Amiga le plan de votre prochain living, ce programme pourra vous intéresser.
PLOT Version 4.1; programme pour le tracé de fonctions en 3D. Update de la Fish 49. Très bien réalisé avec la possibilité d’intervenir sur plein de paramètres.
SafeBoot version 2.2 Pour sauver et recharger le BootBlock de vos disquettes.
VirusX 3.10 cette version détecte le nouveau IRQ virus et comprend une nouvelle foncion "Kill Virus" et plein de fichiers text concernant les virus. De Steve Tibbet. AVEC SOURCE!!!
ZIPPY version 2.5. Shell graphique pour la manipulation rapide des fichiers au click de la souris. Avec SOURCE. Programme très complet avec beaucoup d’options. Menus définissables par l'utilisateur.
FISH 176 AnalytiCalc Tableur - version 23-2a - update from FISH 144 (sur laquelle vous trouverez les utilitaires auxiliaires nécessaires à l'utilisation du programme). Le programme est présenté sous forme compactée (le programme de decompactage BOOZ est fourni sur la disquette).
Pas pour débutants.
HyperNet Exemple d’une implémentation (limitée) sur Amiga du concept HyperText. (Pas totalement debuggé, à lancer par le CLI, mais quand même font intéresant.)
FISH 177 DiskSalv VI.32 Corrige les bugs trouvés dans la version 1.3 sur la Fish 164. Une sorte de DiskDoctor bien plus puissant et pratique dans certains cas. (Cette version est spécialement conçue pour l'AmigaDOS 1.3) JASK Pour poser des questions tel que YES ou NO sous forme graphique à partir d'un fichier execute, tel que, par exemple, la startup-sequence. Avec source et exemple d'utilisation. Relativement simple et bien réalisé.
MARGE CLI utility pour rajouter à la marge gauche d’un fichier texte un nombre pré-déterminé d'espaces (ou de TABS). Avec Source.
FISH 178 BlackBox implémentation sur Amiga d'un des meilleurs jeux de logique jamais réalisé sur ordinateurs et inspiré du jeu du même nom (boîte et pions en plastique) édité par Waddingtons Ltd. En Angleterre. Un vrai défi à votre capacité de raisonner avec logique.
CIATIMÊR Seulement pour programmeurs qui ont besoin d'un real time clock très précis dans leur application. ’ LS Version 2.0 UNIX style directory lister. Excellente alternative aux commandes DIR et LIST de l’AmigaDOS. Réalisé en Lattice 5.0, compatible 1.3. Avec Source.
RemLibT’our lister (et éventuellement suprimer) les LIBRAR1ES ouvertes. (Très pratique aussi pour connaître leur adresse.)
RexxArpLib V.2.0 D'intérêt uniquement pour ceux qui utilisent le langage Arexx.
Amigan 21 KeyCIick il vous donne un "click audio" chaque fois que vous pressez une touche du clavier.
LUCAS Schéma et instructions complètes pour réaliser une carte 68020 pour votre Amiga.
Projet Hard très sophistiqué (débrouillez-vous tous seuls!).
Recursion démo e£ tutorial sur la récursivité dans les programmes.
Ruler30 TextRuler. Petit utilitaire très pratique pour vérifier visuellement le nombre de caractères dans une ligne.
SetFont V. 2.5 pour pouvoir changer de font à patir du CLI (par exemple à partir de votre startup-sequence).
SNIPIt 1.2 eut and paste utility (cette version a l'air de bien marcher). Pour couper et coller du texte d'une, fenêtre à une autre. Très pratique.
Tbag 24 ClickFigure il transforme une image en une icône qu'on peut appeler à partir du Workbench.
ClickDOS encore un autre DIR UTIL bien fait et très pratique. (Il a l'air fiable.)
Qviewfile viewer simple et pratique, il reconnaît automatiquement un écran PAL.
TRIX Jeu assez joli similaire à Centerjold Squares.
Spite & Malice Jeu de carte (graphique) contre l'ordinateur.
EêîTlian RHTLPetit j?u d’arcade graphique basé sur une course de Jeep dans le désert.
FLIRP et BUBBLES deux HACKS. Très jolis.
WBKaleid ce programme dessine un kaléidoscope sur votre Workbench.
TBAG 25 SafeBoot pour sauver sous forme de fichier le boot code de disquettes. (Voir aussi FISH 175) DefSysDiskpour définir en tant que system disk une disquette différente de celle du boot DAD Casse-tete graphique qui vous rendra complètement fous pour le résoudre (attendu qu'on y arrive...) BezSurf programme pour créer des surfaces de rotation en employant la technique des courbes de Bezier Billiard Jolie petite simulation simplifiée du billard américain en TrueBasic compilé - graphique Diplomacy jeu de stratégie - graphique' CLOSEME et FRIENDS deux amusants petits hacks WRAP le pointeur
de votre souris ne sera plus limité par le contour de l'écran. Voir pour comprendre.
Tbag 26 Scenery programme pour générer des paysages. Très intéressant et bien réalisé. Sur la disquette il y a 2 belles images créées avec ce programme.
Aplot - Programme de trace de fonctions.
ScrollBencn scrolling horizontal du WB ou "comment faire défiler le WB en cinémascope".
Spread tableur électronique KeyCIick - il vous donne un "click audio" chaque fois que vous pressez une touche du clavier. (Aussi sur l'Amigan 21) MemoPad Agenda Calendrier électronique avec aide-mémoire. Très bien réalisé.
Vue la demande pressante de plusieurs de mes lecteurs, je vous informe que j'ai ajouté à ma logithèque les disquettes Tbag du 1 au 10 qui sont donc immédiatement disponibles. (Vous pouvez trouver leur description sur n'importe quelle disquette Tbag à partir du 11).
J al aussi dix nouvelles disquettes FAUG (du numéro 76 au numéro 85), que je ne peux pas décrire à cause du manque de place. Je tiens quand même à vous signaler que ces disquettes, à différence des précédentes, sont loin d être entièrement remplies (elles sont remplies de 45 à 75%) et beaucoup de programmes n'ont pas d'icône et doivent être lancés à partir du CLI.
Mises à jour Je vous signale la mise à jour des disquettes Jumpcat et VirusDisquette. Ces nouvelles versions pourront être identifiées par la référence V89-2 après le titre.
Si vous avez une ancienne version (même si vous ne l'avez pas commandée chez moi) vous pouvez m'envoyer votre disquette (qui doit obligatoirement contenir l'ancienne version) avec 10 francs (20 francs si vous désirez updater les deux: Jumpcat et Virus-Disquette), sans oublier s.v.p. le 10 francs de frais administratifs; (voyez le bon de commande). Seule obligation, si vous n'avez pas acheté les disquettes chez moi. Celles-ci doivent être impérativement Double-Face.
Je ne vous donne pas ici la description du contenu additionel que je vais ajouter, car je continuerai à mettre sur ces disquettes tout ce que je pourrai trouver d'utile jusqu'à la dernière minute avant diffusion.
Service PDS Même si j'arrête la publicaüon de ma Newsletter je continue, avec certaines restrictions, mon Service PDS. Je ne me permettrais jamais de laisser tomber mes Amigàdos les plus fidèles, c'est à dire les collectionneurs du Domaine Public.
A partir du prochain numéro de A-news vous ne trouverez plus ni le bon de commande, ni la mise à jour du catalogue. En revanche je pourrais envoyer de temps en temps une liste de nouveautés à ceux qui se trouvent sur ma mailing list Si vous avez commandé même une seule fois chez-moi vous êtes enregistrés sur mon fichier privilégié par moyen duquel je garderai le contact Si au contraire vous ne m'avez jamais rien commandé, ceci est votre dernière occasion de le faire. Mes abonnés aux disquettes FISH pourront continuer à compter sur ce service, de même que les abonnés aux autres séries (The
Best of..., AmiGraph, PDS-MIX).
N hésitez pas à me contacter si vous désirez plus de détails car, même si j’interromps mon soutien direct à l’Amiga, je ne laisserai pas sans support ceux qui ont eu confiance en moi.
PDS - Public Domain Software, Developers Diskettes and Other Services (Liste des titres et autres services disponibles - 17 Février 1989) Envoyez votre commande, à: Indiquez ici votre nom et votre adresse: Giorgio Cupertino Boite Postale 17 98001 Monaco Cedex Principauté de Monaco
(93. 50.02.84) (Best time to call:
10. 00 13.00 or 14.00 15.30)
1 * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
S. V.P., indiquez au dos les disquettes de votre choix soit en
"cerclant" leur référence, soit en écrivant leur numéro de
référence (FISH çar exemple). Reportez le nombre total de
disquettes commandées aux endroits appropriés et
multipliez-le(s) par le prix correspondant.
Abonnements aux disquettes PDS:
- FISH (12 disquettes) (start with _) 360. -
- PDS-MIX (10 disquettes) 332'-~ -
- The BEST of... (6 disquettes) 210. -
- AmiGraph - DemoPicAnim (6 disquettes) 210. - Tous ces
abonnements offrent la garantie: "Satisfaits ou remboursés!"
(au pro-rata des disquettes non encore envoyées) a Disquettes PDS (port et duplication compris) 30. x _ _ (disquettes garanties et marquées Double-Face) b Abonnement à Jumpdisk (magazine on diskette!)
(6 issues: 350 F.; 12 issues: 600 F.) (envoi by Air-Mail) -- c JumpCat (disquette avec description du contenu des 25. - disquettes FISH, FAUG et AMICUS) d Virus-disquette 25. - e UPDATE: JumpCat (joignez votre ancienne disquette) 10. -- f UPDATE: Virus-Disk (joignez votre ancienne disquette) 10. - g AMIGA Stickers (Etiquettes autocollantes 1.00 F.chacune) 1. x _ _ h Etiquettes AMIGA sur bande perforée (6 étquette par bande - 5.00 F.la bande) 5. X - -- i Supplément pour envoi recommandé 15. - (envoi non recommandé: le risque incombe au destinataire) j Frais administratifs , . In -
(quel que soit le montant de la commande et l'article choisi) Montant total de la commande: Service de distribution des disquettes PDS offert sans but lucratif exclusivement de particulier à particulier.
Prix valables jusqu'au 14 Mai 1989 (Ce bon remplace tous les précédents)
S. V.P. joignez votre chèque à la
commande (étranger:_mandat_postal_international)_
S. V.P. vérifiez attentivement vos calculs, rappeliez-vous de
rajouter les 10 francs pour frais et n'oubliez pas de signer
votre chèque. Merci de votre coopération.
VOICI LA LISTE DES DISQUETTES DISPONIBLES Indiquez les disquettes de votre choix soit en "cerclant" leur référence, soit en écrivant le numéro voulu (pour les FISH par exemple).
Public Domain Software:
- GoMoko + Paint-1 (in AbasiC - ready to run)
- Augment 1 - Freeware (des programmes en basic nouveaux et
anciens)
- DBW-RENDER V1.0 (exceptionnelle mais... débutants
s’abstenir...)
- The Amigans (3-5-7-9-10-11-12-14-15-16-17-18-19-20-21)
- AMIGATimes 1.1 (ViewBoot - Mach II - UtilMaster) Great!
- AMIGATimes 1.2 (VideoScape Animation - Biorythme - Source
debugger démo)
- AMIGATimes 1.3 (SCS, SID, Crunch, DiskSalv 1.3, etc.)
- TBAG (11 à 26)__
- FAUG (51 à 85) _
- FISH (là 178)__
- AMICUS
(1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16-17-18-19-20-21-22-23-24-25-26)
CAN + French:
- MANDELBROT (Charles Vassallo)
- PICMANDEL1 (à utiliser avec la précédente)
- MANDEL_HIRES (Slide-Show of Hi-Res fractals by Charles
Vassallo)
- Moirages + Cycling (Georges de Vaucorbeil) (Freeware)
- Mandelbrot Variations (Philippe Schuller)
- Création E. Dasque (Ex French PDS 2)
- JLG Cycle - Slide-Show avec cycling et musique de fond
- Basic+ASM (Charles Vassallo) (ILBMdemo - palette et ifs
(fractales))
- LOTOCalc by Yann Guilly (Ex French PDS 3)
- AMIGA-KID (Philippe Orieux) pour apprendre l’alphabet aux
enfants
- EDPlus II Version 2.0 (Christophe Perrier-Bavoux - Shareware)
Demos Sélectionnées:
- JUGGLER (le robot animé - une pièce de collection!)
- EL GATO - (superbe démo animée - une pièce de collection!)
- Sculpt-3D Animation Demo (trois belles démos animées)
- M.C. Eschcr Slide-Show avec "cycling", mélange d’art
classique et électronique
- ZEUS (animation du buste de Jupiter - 1 MEGA minimum -
SUPER!)
Developer’s Diskettes:
- Rom Kernel Manual Examples - Iff Sources - Printer Spooler -
Errata vol 1.1
- Goodstuff 1.1 (more examples)
- SerTools (pour gérer le port série et le device TIMER) (aussi
sur FlamDP-II)
- Amiga Programmer Suite (by RJ Mical) (aussi sur FISH 107 -
ProSuite)
- Printer-Helpcr (printer driver generator et fichiers de test
pour imprimantes)
- FlamDP-II (NewFLAM liaison-Minitel) (Mouse-hack,
PrintcrStealer, Record Rcplay)
- Littlc SmallTalk Si vous commandez des disquettes
"développeur", je soupçonne que vous n’avez pas besoin
d'assistance; donc... no support provided !)
Reportez au dos (ligne "a" ou "b") le nombre total de disquettes choisies.
Compatibilité 1.3 Le Workbench 1.3 est merveilleux et en plus il est totalement compatble avec tout! Le Kidrstart 1.3 c'est un cauchemar, rien ne tourne plus! Où est la vérité entre ces deux extrêmes? Est-ce que le 1.3 est vraiment compatble?
Faut-il retourner à la version 1.2?
Voici mon opinion d'après de nombreux tests que j'ai effectués: l'AmigaDOS 1.3 est totalement compatble si certaines conditions sont (ont été) respeclées et les problèmes (connus ?!) Sont limités à des cas bien précis.
Avant tout il faut savoir que le 1.3 est plus gourmand en mémoire. Si vous avez un Amiga avec 512K. Après le boot vous vous retrouvez avec beaucoup de mémoire en moins et cela, pour bien de programmes qui travaillent déjà aux limites de la mémoire, est fatal. Le manque de compatbilité donc est simplement apparent; en réalité il s'agit d'un manque de mémoire. Heureusement dans la plupart de cas il est relativement simple d'y remédier; il suffit, par exemple, d'interrompre la Siartip-Sequence (Ctrt-D) et de charger manuellement le Workbench (LoadW8), de fermer la fenêtre CLI (EndCLI) et
toute autre fenêtre avant de lancer l'application qui vous intéresse. En pratique cela veut dire: grignoter toute la mémoire dont vous êtes capables avant de lancer votre application.
Pour vous donner un cas bien précis voyez par exemple la Tbag «22 dont le boot est très gourmand en mémoire. (Si vous avez seulement 512K et 2 drives vous aurez des problèmes môme avec le 1.2), Par exemple, pour lancer Sho- Wiz suivez la procédure indiquée (pour interrompre la startup-sequence il suffit de taper Ctrf-D dès que l'écran AmigaDOS apparaît), chargez le Workbench et lancez le programme après avoir refermé foules les fenêtres ouvertes; vous verrez que ShoWiz marche parfaitement même en 1.3. Le même discours s'applique à la disquette SCULPT-3D Animations Demo. Cette disquette n'a
pas un boot direct et il faut donc démarrer è partir du Workbench. Si vous utilisez le 1.3 interrompez la Startup-Sequence et procédez comme décrit plus haut pour lancer les animations. Vous verrez que ça marche.
Venons maintenant aux programmes qui ne marchent vraiment pas avec le 1.3 et voyons si l'on peut parler de vraie incompatibPité. D'abord il faut savoir que Commodore (U.S. A du moins) a donné i tous les développeurs les critères de programmation à suivre afin de s'assurer une ¦compatbilité évolutive". Les programmes qui ont respecté le protocole de programmation dicté par Commodore n'ont pas montré de problèmes de compatibilité. Jusqu'ici pas un seul programme respectant les "bonnes règles' ne s'est avéré incompalble.
Au contraire ceux qui disposent de certaines démos (surtout celles avec un boot ultra-rapide) ont sûrement constaté un taux d'incompatibilité très élevé. Cela est dû au fait que les hackers qui les ont réalisées ont intentionnellement by- passed les routines officielles pour squiuer le maximum de performances de l’Amiga, surtout au niveau du coprocesseur graphique. (Dans la plupart de ces cas il suffit d'éliminer fintro et de lancer directement le programme.)
L’utilisation d'un disque dur en revanche mérite un discours à part; en effet les tests que j'ai menés n'ont pas été concluants à cause d'un manque de matériel à tester, d'un côté, et, de l'autre côté, d'un manque de réponses de la part de Commodore (étonnant n'est-ce pas ?!).
N'oublions pas que, quant aux disques durs, l'intérêt majeur du KS 1.3 consiste dans la possbilité d'un boot direct ultra- rapide i partir de celui-ci. A part les cartes-contrôleur de certaines maisons américaines indépendantes, les trois cartes-contiéleur de disques durs annoncées par Commodore sont les suivantes: A 2090 A2090A A 2094 Avec la première (A 2090) oubliez toutes possbilités d'un boot direct; ceci étant formel et définitif.
La deuxième (A 2090A), que je ne suis pas arrivé à me procurer, représente le mystère: C-F annonce dans un premier temps que celle-ci permet (enfin) de booter directement sur disque-dur, tandis qu'après elle déclare que, même avec celle-ci, le boot direct est impossble; fautoboot d'un disque dur ne serait possble qu'avec le contrôleur A 2094 (et il est où ?!).
Le Support Développeurs Américain est formel: avec la II est aussi très facile de rater le bon moment et la startup- carte A 2090A le boot devrait être possible (et ils m'envoyaient tous les exemples nécessaires pour y parvenir) et d'ailleurs la référence 'A' après le 2090 signifie bien "Autoboot"; d'ailleurs pour quelle raison auraient-ils dû faire deux cartes A 2090?; (une avec le "A" final et l'autre sans).
C-F (d’après les revendeurs que j'ai interrogés) maintient sa positron; je contacte alors les Etats-Unis et je sollicite des explications; le tout tombe dans le silence.
Il y a ici, de toute façon, un autre problème encore plus important: ceux qui ont acheté une carte A 2090 et qui désirent maintenant profiter de la possbilité de booter directement sur un disque dur, de quelle façon seront-ils supportés par Commodore? Echange?, mise-à-jour? Commodore ici a une très belle chance de montrer son sérieux, d'autant plus que le problème concerne les possesseurs d'une A 2000 qui est proposée en tant que machine professionnelle.
(A ce propos est-ce que Commodore-France va enfin nous proposer une carte-mère -B- en échange de l'ancienne ?!)
Tout cela dit voici quelques précisions: il parait que la configuration d'un disque dur avec le
1. 3 donne quelques problèmes que, par manque de matériel (I),
je n'ai pas pu vérifier personnellement; attendu que vous avez
le bon contrôleur, celui-ci doit être impérativement compatble
avec l'AmigaDOS
1. 3 (ceci est très important surtout si vous achetez un produit
fourni par une maison indépendante).
Le boot direct est possible seulement sur le côté Amiga; si vous avez un disque dur côté PC (avec une cane XT par exemple) il est impossble de booler directement môme si vous avez une partition Amiga.
Avant de terminer je veux attirer votre attention sur un autre problème de compatbilité qui, en réalité, est le résultat d’un bug caché dans l'Amiga et qui se manifeste souvent d'une façon aléatoire.
L'Amiga, soit pour sa conception, soit pour gérer efficacement son environnement multitasking, est maîtrisée par un système de "timing" très sophistiqué. Depuis le début, un bug (aussi bien hard que soft) se cache quelque part et il est à l'origine de certains "plantages- inattendus; notamment quand il s'agit d'accès aux drives ainsi que dans le "switching" très rapide de bbcks de mémoire.
L’impression que j'ai avec le 1.3 est que certains problèmes de timing ont été corrigés, tandis que d'autres sont., encore plus sensbles et ceux-ci donnent une impression d'incom- patbilité plus grave du réel.
A titre d'exemple je cite le cas de la disquette Tbag 11 ; si vous bootez celle-ci avec le KS 1.3. vous obtiendrez un ¦plantage total" garanti Si en revanche vous interrompez la "startup" et vous exécutez manuellement, l'une après l'autre, toutes les commandes de la "Startup-Sequence" aucune de ces instructions ne "plantera" la machine. En réalité aucun des programmes lancés individuellement n'est en effet incompatble avec le 1.3, mais si vous les lancez par la sequence du startup (donc avec un timing plus serré que ce qu'il est possible de faire à la main) l'Amiga se plante, tandis
qu'il ne le fait pas avec la version 1.2 du Kickstart.
En conclusion on peut dire que l'AmigaDOS 1.3 conserve un très bon niveau de compatibilité avec les versions précédentes. Il ne s'agit pas d'une compatibilité absolue, c'est vrai, mais elle se place sûrement à un niveau bien plus élevé par comparaison à d’autres mises-à-jour sur d'autres systèmes. Il faut dire aussi que d'autres fabricants ont des mises-à niveau du système bien plus fréquentes et avec des problèmes de compatbilité bien plus importants.
Pour le moment donc je trouve que les ingénieurs de l'Amiga ont fait du bon travail. Avec la version 1.4 nous aurons non seulement la confirmation de leur capacité technique, mais Commodore aura aussi une nouvelle chance de prouver qu'ils ont appris quelque chose sur le plan maiketing.
Pour cela nous attendons des ottres de mise à niveau qui ne rendent pas dépassé le matériel dont nous disposons aujourd'hui.
Mini-Tins Je ne vous priverai pas, dans cette dernière édition, au moins d'une toute petite astuce.
Souvent il est pratique d'arrêter la Startip-Sequence. Pour cela faire il est suffisant de taper Ctrl-D dès que l'on voit apparaître dans la fenêtre AmigaDOS le message de Copyright en haut à gauche de l’écran.
Sequence sera ainsi exécutée, au moins en partie, avant d'arriver à prendre le contrôle de la machine.
Voilà l'astuce: il suffit d'éditer la startup-sequence et de rpet- tre à la toute première ligne la commande WAIT '2 afin de disposer de deux secondes de réflexion et décider en toute tranquillité si interrompre ou pas la startup; ceci avec en plus la certitude de ne pas rater le bon moment pour taper CTRL-D.
Les perfectionnistes pourront faire piéceder la commande WAIT2 par cette ligne: ECHO "Vous disposez de deux secondes pour taper Ctrf-D" afin d'avoir une aide mémoire au boot.
Mini-Tip additionnel que je ne me lasserai jamais de vous répéter: faites vos modifs seulement et toujours sur des copies. Ne l'oubliez pas: un back-up en plus vaut un problème en moins!
Concours ABC Le concours continue et je sollicite donc votre participation.
Les règles (avec aussi un exemple) ont été publiées dans le tout dernier numéro de ma Newsletter (A-news 11, CAN 22, page 2) avec une liste de primes disponibles.
Ce mois-ci nous avons encore un nouveau sponsor, Monsieur Thierry Martin de Marseille, qui nous a gentiment offert trois jeux: Space Racer, Bionic Commando et Maible Madness; (des originaux bien sûr).
En remerciant Thierry Martin, AmigaFan et notre fidèle lecteur, je tiens à mettre en évidence que, plus encore que les sponsors officiels, ce sont mes lecteurs qui ont recueilli la signification de mon action en multipliant avec enthousiasme la diffusion de l'esprit amigale que j’ai essayé, depuis le début, de répandre à l'intérieur de la communauté Amiga.
Moi aussi je désire mettre à disposition une prime: le package original américain de l'AmigaDOS 1.3 avec manuel et disquettes; le tout amené personnellement par moi-mème des Etats-Unis.
Les listings des programmes gagnants avec le nom de leurs auteurs respectifs seront publiés à partir du prochain numéro de A-news dans une page spécialement dédiée à ce concours permanent.
AmiExoo Je suis en train de partir pour New-York où je profiterai de visiter l'AmiExpo. Vous lirez ça dès mon retour, mais ce sera Bruce Lepper qui vous fera le reportage (lui aussi sera à New-York avec moi). Ce que je tiens à vous signaler en revanche, c'est qu'une AmiExpo Européenne (sauf changement de dernière minute) est prévue pour Septembre à Francfort et en repiquant les mots d'une belle chanson western: ’l'llbe there...’... of course!
Missinq Articles Voilà, encore une fois je n'ai plus de place disponible.
J'avais encore plein de choses à vous conter: le tutorial sur le WB 1.3. le compte rendu du CES de Las Vegas, les dernières nouvelles sur l'avenir de l'Amiga (le 2500 par exemple qui est à peu près la "A2020" que j'avais prévue il y a quelques mois); même sur le silence de Gail Wellington (mother software pour les initiés) vis-à-vis de l’Amiga 3000 il y aurait plein de choses à dire... Je me passe aussi de toutes les autres choses fabuleuses que j'ai vu aux USA telles que l'utilisation des ordinateurs par Lucas Film dans la réalisation des effets spéciaux, par exemple.
Et tous les nouveaux virus (une recrudescence l'on dirait) qui sont apparus; notamment ceux qui ne peuvent pas être détectés dans le boot-btock-, j'en ai déjà analysés 4 différents qui (sales bêtes!) S'accrochent directement aux programmes et qui ne sont même pas reconnus par le VlrusX
3. 10; (à ce sujet je tiens à vous signaler que cette version
n'arrive pas à discerner le SystemZ Virus du Z4.0 Virus
Protector, qui n'est pas un Virus).
Malheureusement cette fois je ne peux pas vous dire next lime-, ces article avec toutes les Micro-News et les Amiga- Tricks que j’avais recueilli pour vous resteront là, dans ma plume... Cupertino IZ Ç] Amlgalemcnt Vôtre Normalement Je terminais ma Newsletter soit en formulant des souhaits pour l'avenir de l'Amiga, soit en annonçant 1 objet de mes prochains articles. Cette fois, au contraire, l'on est aux adieux. Je me sens comme quelqu'un qui part entouré de ses amis (mes cher(e)s Amigàdos) et qui, en attendant le train qui le portera ailleurs, ne sait même pas quoi dire... Je me
sortirai de cette impasse, je vaincrai le silence de la seule façon appropriée aux circonstances: avec les remerciements.
Evidemment’mes premiers remerciements vont à mes Amigàdos, tou(te)s mes AmigaFans; tous mes lecteurs et, parmi eux, les collectionneurs de disquettes PDS que j'ai constamment mises à disposition de la communauté Amiga. Ils sont, ceux-ci, des remerciements évidents, escomptés. Je ne peux donc pas me passer de remercier d'une façon plus précise et personnelle tous ceux qui m'ont aidé, directement ou indirectement, dans mon activité en faveur de l'Amiga et de ses utilisateurs.
Je tiens d'abord à remercier le team technique de Commodore-France: Benjamin Phister qui m'a formé au premier stage développeurs et qui m'avait envoyé les toutes premières disquettes F1SH, une quinzaine, au tout début quand personne (sauf un visionnaire tel que moi) n'aurait jamais pu imaginer l'ampleur qu'aurait pris le Domaine Public de l'Amiga; Marie-Christine la secrétaire efficace, la base de données vivante à la mémoire exceptionnelle qui lui permettait de se passer d'utiliser un ordinateur: Nicolas Costes, mon copain au stage développeur et embauché peu après par Commodore pour le
support technique. Si de temps à autre un de vos problèmes a pu être résolu, dans bien de cas vous le devez (directement ou indirectement) à ces trois personnes qui (jusqu'au moment où ils ont pu) m'ont prêté leur assistance. De même que l'ont fait d'ailleurs quasiment tou(te)s les employé(e)s de Commodore-France avec lesquel(le)s j'étais en contact et que je veux remercier ici une fois de plus.
Mes remerciements vont évidemment à Bruce Lepper et Rod Craig, éditeurs de A-ncws, qui pendant ces douze numéros ont si gentiment accepté ma Newsletter.
Merci aussi à tous ceux qui ont coopéré avec A-ncws: les infographistes qui m'ont envoyés leurs dessins, les photographies et les diapositives; ceux qui ont contribué au Domaine Public, mes collègues qui m'ont aidé d'une façon ou de 1 autre. Ici Je ne citerai pas leurs noms car la liste serait trop longue et risquerait d'être incomplète et je ne pourrais jamais me pardonner le tort d'en oublier quelques uns... Je n oublierai pas non plus les Maisons Françaises et Américaines qui, sous des formes et modalités différentes, ont mis à disposition leurs produits, soit pour test, soit pour simple
information de Presse. Merci aussi à mes amis aux Etats Unis: les développeurs, les responsables de Relations Public, les Editeurs et, tout spécialement, les auteurs qui ont mis leurs programmes à disposition du Domaine Public qui a été tellement utile au succès de l’Amiga.
Mes remerciements à Fred Fish donc, à John Faust, Dick Barnes, éditeur de The Amigans et Richard Ramella, éditeur de Jumpdisk. Sans l'aide précieuse de ces amis Je ne serais jamais arrivé à vous proposer la logithèque PDS que la plupart d'entre vous a su si bien apprécier. Je tiens aussi à remercier le staff de Commodore U.S. qui m'a aidé et supporté dans les moments difficiles... Un remerciement spécial à Jean-Pascal Grevet éditeur d' cônes qui, captivé par ma Newsletter, a décidé de dédier des pages à notre machine préférée donnant ainsi à l'Amiga une chance d'une plus grande notoriété
surtout face à la concurrence. Un remerciement spécial va à l'équipe des rédacteurs de TILT pour l'attention et le support moral qu'ils m'ont dédié quand j'en ai eu besoin.
Last but not least, je remercie mes amis de Monaco: Olivier pour la patience qu'il a eu en relisant mes textes (et ses efforts pour m'apprendre la langue française); Patrick pour toute son assistance, générique et spécifique tel que conseils, laser printing, service Info.nouveautés; Marzlo Carver, du magasin Gloria, qui m'a permis de profiter de son magasin (et sa laser) en toute liberté. Merci à ma femme, Anna Maria, à laquelle vous tous devez l'efficacité du service PDS et des réponses au courrier.
Voilà j'ai terminé et j'espère de ne pas avoir oublié quelqu'un, mais!... mais nonl, mais non!, mes amis!... Allons!, essuyez vos larmes; Quoi?!, larmes de joie?! Ah bon, alors ça va. Cela me soulage et me donne le courage, encore une fois, de signer, AMIGAlement Vôtre,
- Giorgio Cupertino - Certified Software Developer (Amiga, Apple
and... "next"?)
Crédits: Cette Newsletter est quasi totalement mise en page sur AMIGA avec Professional Page et imprimée sur une Apple LaserWriter PostScript. Une partie des annexes est réalisée, avec un Apple Ile avec FulIText et imprimés sur une machine à écrire Triumph à marguerite, avec ruban de polyéthylène, par l'intérmediaire d’une interface ADLER. L’en-téte est préparé sur AMIGA avec PrintMasterPlus, imprimé sur matricielle EPSON et photocopié, pour le master final, avec une Nashua. Dans le processus n'intervient aucun procédé de collage (couper-coller) manuel. Le tout avec une très grande aide et
beaucoup de patience de la part de ma femme et de quelques amis.
Je désire remercier tout spécialement le magasin Gloria à Monte-Carlo pour m’avoir toujours mis à disposition sa LaserWriter à n’importe quel moment et sans limite de temps. (Merci Marzio et Patrick!)
?a J’essaierais bien cette démo, elle a l’air pas mal!
Problème : j’ai 1 méga de ram et ça tourne en 512 kl Que MINI MONTAGE faire?
Par soft c'est facile il suffit de rajouter la commande fastmem dans la disquette par un copy que vous trouverez un peu partout et ensuite de changer la startup-sequence, mais ce n’est pas toujours possible à cause d'une disquette à Dos non standard ou parce qu’elle est pleine à craquer.
Le seul recours est d'enlever cette fameuse extension.
Si comme moi vous avez des papiers qui trainent sur votre bécane, votre femme est assise dessus ou que la machine est collée à la table, la manip est plutôt emm.. pour ne pas dire chi.. Bref pour éviter d'enlever, de remettre cette carte, ce qui n’arrange pas forcément les connecteurs, il existe un moyen bien plus pratique que je m'en vas révéler tout de suite.
ATTENTION, ATTENTION, ATTENTION, cependant.
Vous allez être obligé de démonter la ferraille qui entoure votre carte alors la garantie, pfuitt, s'envole! Et ne comptez pas sur nous pour réparer quoi que ce soit mis à part une vis à enlever ou à remettre.
Enfin avec un tant soit peu de soin et d’application, vous éviterez de brûler votre carte et vos nerfs.
Positionnez votre carte après l'avoir décortiquée composants contre sol (si vous travaillez par terre!). Avec un cutter ou un objet coupant (comme un cutter!) Vous cisaillez la connexion
32.
Puis vous soudez avec une gaine thermorétractable 1 fil à cette sortie 32 et un autre à la sortie 34.
Vous reliez ces 2 fils par un miniinterrupteur et le tour est joué. Il ne vous reste plus qu'à engranger votre carte dans l’Amiga et à bricoler une présentation potable et accessible de votre interrupteur. Quand celui-ci est fermé vous avez 1 méga, ouvert il vous restreint à 512 k. Coût de l’opération minime, intérêt maxime (ça doit pas exister comme mot, maxime, sauf comme prénom ou bistrot).
Merci Christophe pour nous avoir indiqué cette petite bidouille très intéressante.
JURD.
OUMI Vous souvenez-vous de notre lecteur Fantomas qui se plaignait le mois dernier de nombreux ennuis avec sa souris? Le bouton gauche fonctionnait mal ou pas du tout, comme celui sur la souris de l’A500 d’A-News.
Fantomas écrivait: "Le poussoir métallique à l'intérieur marche parfaitement. Quel mystère! Pourtant, lorsque j’ai la boite le "clic" se fait parfaitement entendre et malheuresement le bouton ne fonctionne toujours pas".
Le dysfonctionnement d’une souris peut avoir des conséquences graves - sur notre A2000 c’était le bouton droit qui fonctionnait irrégulièrement et nous n'étions jamais sûrs, on choisissant dans le menu Project, que notre sauvegarde serait une réussite ou si, au contraire, la souris allait choisir à notre place un New'.
Aujourd’hui, ce ne sont que de mauvais souvenirs. Non, nous n'avons pas changé nos souris, nous leur avons donné des bottes en caoutchouc! Elles en sont tellement contentes qu’elles glissent docilement à droite et à gauche sur l’écran, cliquant avec précision et consistance... Voici comment apprivoiser votre souris : En démontant nos deux souris (deux vis à l’avant) nous avons découvert deux différents modèles de micro-rupteurs.
Ceux de la souris du 500 étaient à poussoir plastique, ceux du 2000 étaient plus plats et métalliques. Les deux modèles de souris (et il y en a peut-être d'autres) utilisent le même système de déclenchement - des "doigts" en plastique moulu qui viennent s’appuyer sur les micro-rupteurs.
En appuyant sur un des micro- j rupteurs défaillant à l'aide d’une allumette nous avons pu constater que, malgré le clic sonore satisfaisant, l’effet à l’écran était nul - mais seulement quand on appuyait sur la partie gauche du rupteur. En appuyant 3 millimètres 'à droite le signal était transmis parfaitement à l’écran.
Le problème était donc dû au point, d'appui très limité des doigts plastique. Solution : prenez un morceau I de tuyau en plastique souple du type uti-1 lisé sur les systèmes de lave-glaces des!
Voitures (ou arrivée d'essence sur mobylette) et enfilez’-le sur le doigt en!
Plastique. Coupez-le de façon qu’il ; appuie d’abord sur le côté "efficace" du j micro-rupteur. Fermez votre souris etj roulez... ¦Les séquences "escape" sont utiles pour obtenir des effets spéciaux à l’écran ou sur l’imprimante. Leur utilisation sur l’Amiga est soumise à quelques contraintes que nous nous proposons de décrire ici.
Tout d’abord, cet article visant des utilisateurs non programmeurs, redéfinissons rapidement les séquences Escape.
Les séquences "Escape" et Vamiga C’est Quoi, Les Séquences Escape?
Lorsqu’on envoie une suite de caractères à une imprimante, ce qui part en fait de l’ordinateur sont des octets représentant ces caractères. Initialement, ces octets comprenaient un bit de parité, il y avait donc 7 bits disponibles pouvant représenter 128 caractères différents. Ces caractères ont été normalisés par la convention américaine ASCII, et vous trouverez normalement toujours une table ASCII dans un des appendices au fond du manuel de votre imprimante.
Le jeu de départ de 128 caractèeres comprenait les lettres de l’alphabet, en majuscules et miniscules, les chiffres, les signes de poctuation, quelques symboles comme © et &, les 31 premiers caractères étant destinés soit à gérer le protocole de transmission entre l’ordinateur et l’imprimante comme par exemple le caractère 22 (SYNC) ou le caractère 6 (ACK), soit à commander des fonctions spéciales comme le caractère 13 (CR, ou retour chariot), le caractère 12 (FF, form feed - saut de page), les caractères 14 et 15 (SI, SO - shift-in, shift-out) servant à mettre en oeuvre un second jeu de
caractères dit "altemate" et à revenir au jeu de caractères principale. Ces 32 premiers caractères peuvent être envoyés en combinant la touche Ctrl et une autre touche du clavier.
Fiabilité Par la suite, la fiabilité des circuits augmentant, on a pu se passer du bit de parité et disposer de 256 caractères, ce qui a permis de transmettre entre autres tous les caractères accentués étrangers à la langue anglaise.
Cependant, à l'époque de la transmission à 7 bits, il ne restait plus de caractères disponibles pour notifier à l’imprimante d’avoir à imprimer en italique, ou en caractères gras, ou de souligner, ou de changer de police de caractères, etc. On imagina donc d’utiliser le caractère 27 (ESC, escape, ou échappement) pour dire à l’imprimante : "attention, ce qui suit, et jusqu’à nouvel ordre, n’est plus du texte à imprimer, mais une commande régissant votre comportement".
En consultant le manuel de votre imprimante, vous verrez en détail comment ces séquences sont faites, et aussi qu'il y en a des types très divers.
Bien entendu, les constructeurs utilisent pour leurs séquences escape tantôt une syntaxe commune, tantôt leur syntaxe propre.
C’est la Jungle.. Il faut donc faire très attention et respecter scrupuleusement cette syntaxe, en particulier ne pas confondre majuscules et miniscules, et, piège classique, la T minuscule et le chiffre 1. Il est aussi mauvais pour la tension artérielle d’imaginer naïvement qu’une même sequence escape produira le même effet sur deux imprimantes de modèles différents d’un même constructeur.
Vous constaterez de plus que l’ensemble des fonctions d’impression d’une imprimante est un mélange fraternel, non seulement de séquences escape de diverses sortes, mais aussi de caractères pris parmi les 32 premiers de la liste ASCII, c’est-à-dire de la forme CTRL-0 par exemple.
|AniffaShell: IO
l. SYS: echo "I chappez belle" belle i ¦ Voici deux exemples à
titre d'illustration : sur l’Epson FX-85 (matricielle à
aiguilles classique) par Pierre Ardichvili programmer
l’impression condensée : SI ou Ctrl-0 arrêter l’impression
condensée : DC2 ou CtrI-R longeur de la page en lignes :
EscCn programmer l’impression en italique : Esc4 sur la
Hewlett-Packard PaintJet (couleur, à jet d'encre) programmer
l’impression condensée à 96 caractères par ligne : Esc&k4S à
144 caractères par ligne : Esc&k2S arrêter l’impression con
densée : Esc&kOS longeur de la page en lignes : Esc&lnnP
déclencher l’auto-test : Escz Comme vous le voyez, c'est la
jungle.
Avantage Amiga - le tiroir Devs Normalement, c'est le logiciel de traitement de texte, ou le logiciel graphique, qui envoie à l’imprimante les bonnes séquences, via le "driver" de l’imprimante. Sur l'Amiga, nous avons la chance de pouvoir les mettre, au fur et à mésure qu'ils sont disponibles, dans notre tiroir "devs", ce qui nous donne une certaine indépendance vis-à-vis du choix initial du concepteur du logiciel.
Mais nous sommes tous un peu bidouilleurs et nous aimons la difficulté.
Prenons un exemple : la commande CLI dir prt: dhO: opt a causera l'impression de l'arborescence complète des répertoires, sous-répertoires et fichiers du disque dur. Dans mon cas, ceci représente 800 lignes, soit 14 pages normales de 60 lignes.
Je préfère faire cette impr’ession en petits caractères, à raison de 80 lignes par page. Ceci réduit le listing de 4 pages, cela vaut absolument la peine, tant d'un point de vue de l’économie que de celui de la consultation du documenL Pour cela, il me faut envoyer à l’imprimante, à partir du CLI, deux séquences Escape avant de taper la commande ci-dessus.
Et le Basic?
4 Je peux souhaiter faire la même chose dans un programme écrit en Basic, par exemple. Or, il se fait que les concepteurs, de l’Amiga, pour une raison que j'ignore, ont voulu interdire à l’utilisateur d’envoyer à l’imprimante une séquence Escape par la voie la plus simple. C'est peut-être pour éviter l’envoi involontaire du caractère Esc à l’imprimante, et les choses inattendues qui peuvent se passer en fonction des caractères qui suivent.
Transmission des séquences Escape en Basic En Basic, le caractère Esc se représente par CHR$ (27). Pour mettre par exemple l’imprimante HP Paintjet en mode 144 caractères par ligne, l’instruction serait : LPRINT CHR$ (27)+" &k2S" Si vous essayez ceci, vous verrez que l’imprimante imprimera &k2S ce qui montre qu'elle n’a pas reçu le caractère Esc, ce qui est confirmé en met- tant un analyseur de protocole sur la ligne.
L’astuce est d’avoir recours à l’envoi des caractères au port auquel est connecté l'imprimante; dans le cas du port série, cela donnera : OPEN SER: FOR OUTPUT AS 1 PRINT 1,CHR$ (27) + "&k2S" CLOSE 1 et ça marche.
Au passage, un grand merci aux amis correspondants de la rubrique "Astuces" de DEEP, qui m’ont mis sur la voie.
Transmission des séquences Escape à partir du CLI Le principe est le même : naturellement, on serait tenté d’écrire ECHO PRT: " A[&k2S" alors que ce qui marche est ECHO SER: "A[&k2S" Ceux d’entre vous qui pourraient retrouver le numéro de septembre- octobre 86 d'Amiga World y trouveront en 2,SVS: écho M e[l;4j33;41tt Bonjour e[0n" ¦ ilililjdli J
2. SYS: page 110 un intéressant article sur les séquences
Escape, dans lequel l’auteur donne une méthode de transmission
des séquences Escape qui permet de s’affranchir du style
particulier au constructeur de l'imprimante en passant par le
device PRT: . Les escape sequences transmises à ce device sont
ensuite traduites par le driver de l’imprimante dans le
standard approprié. J’attire l’attention du lecteur sur le
fait que ceci n'est valable qu’à partir d’un langage de
programmation, et pas à partir du CLI. La commande ECHO PRT:
refuse absolument de transmettre le caractère Escape, il faut
passer par SER: ou PAR: La syntaxe générale est : ECHO
"*e[s;f;bm" où
* e correspond au caractère Esc [ indique que c’est une séquence
modifiant l’affichage s (style) est un des nombres suivants : 0
normal 1 caractères gras 3 italique 4 souligné 7 vidéo inverse
et on peut combiner plusieurs codes f (foreground) est un
nombre qui définit la couleur de l’avant-plan, c’est-à- dire du
texte : 30 la couleur par défaut 31 blanc 32 la couleur
complémentaire (noir pour les couleurs normales du Workbench)
33 rouge b est un nombre qui définit la couleur de
l’arrière-plan, c’est-à-dire du fond sur lequel s’inscrit la
ligne de texte : 40 la couleur par défaut 41 blanc 42 la
couleur complémentaire 43 rouge sa fh Par exemple ECHO
"*e[l;4;33;41m Bonjour" écrira Bonjour en caractères gras,
soulignés, en rouge sur fond blanc.
Je vous laisse le soin d'essayer toutes les combinaisons et de trouver pourquoi certaines sont idiotes.
Pour revenir au mode normal, n’oubliez pas, à la fin de voue commande, de mettre "*e[0m" en vertu du principe selon lequel l’effet d'une séquence Escape reste en effet jusqu’à nouvel ordre (reset, fermeture de la fenêtre, ou autre séquence Escape).
Ces séquences Escape de contrôle d'écran sont intéressantes lorsque l'on veut mettre en relief des messages devant attirer l’attention.
Voila! C’était peut-être un peu sec, mais moyennant une petite demi-heure d’exercices au clavier de votre inséperable et irremplaçable Amiga, vous maîtriserez une possibilité de plus de cette passionnante bécane.
Bon amusement!
?a CLI pour AMCADEBUTANTH par P.CONCONI Bonjour les aCLImatés.
Avant de faire ou dire quoi que ce soit, il faut que je fasse mon mea culpa. Pourquoi? Dans le dernier numéro, j’ai posé la question "Existe t'il un utilitaire du style INPUT... etc. " Mais oui ça existe et Pierre le disait dans son article sur le WB 1 3 dans VA-News précédent. Je n’ai pas encore reçu la doc. En français du WB 1.3 et je lis l’Anglais comme un Turc à Madrid.
Ce ne sont pas des excuses, mais n’oubliez pas que je fais cette rubrique bénévolement. Donc toutes mes connaissances sur le
1. 3 sont en fait des recherches longues et laborieuses qui me
permettent de vous donner des informations et de vous aider.
Alors S.V.P. ne me jettez pas la pierre, merci d’avance. Et pour pardonner je vais vous entretenir de la commande FAILAT.
Failat, à quoi que ça sert ou quoi que ça fait? ( Pour la traduction demander à votre enfant..) (Ed: tofail = échouer, donc failat = echouer à) Alors je commence par "ou que ça pourrait manquer".
RVN TEXTCRAFT ENDCU Quel est le problème?
D n’y en a pas sauf que ENDCLI ne sera exécuté que lorsque Textcraft sera fermé. Par fermé j'entend que vous aurez quitté le programme.
Ceci est dû au fait que le niveau d’erreur généré par Textcraft est supérieur à 10. Donc pour faire en sorte que la suite des commandes puisse être executée, il faut modifier la valeur par défaut du RETURNCODE (en français Niveau-Erreur).
FAILAT fait cela très bien et il suffit d’ajouter après FAI- LAT une valeur qui remplacera la valeur par défauL FAILAT 40 permet à Textcraft de ne pas suspendre l’éxecution du script.
Exemple: FAILAT 40 RUN TEXTCRAFT ENDCU Une fois éxecuté le script va fermer la fenêtre CLI. Magnifique non! Ne me dites pas merci c'est normal.
Au début les dieux informaticiens créèrent l’AMIGA, puis le dieu programmeur créa l’AMIGADOS. A l’aube du 7ème jour, quand il voulu savoir combien de place était libre sur sa disquette!
Il jura comme un journaliste sur sa copie et se remit au travail. De son travail naquit la commande INFO qui fait le bonheur de tout ceux et celles qui veulent savoir quelle place est occupée sur une disquette ou quelle place libre il reste.
Comment vous, simples mortels pouvez obtenir cette information? Mais en tapant INFO dans une fenêtre CLI et en attendant la réponse donnée par le système. Dieu ayant été généreux dans son travail, il nous est possible en plus de savoir si cette disquette est libre en écriture ou si il n’est pas possible d’y écrire dessus. De plus, même les RAMDISK et les RAD ou autres disques virtuels qui ont été mountés (de la commande MOUNT) sont affichés.
Merci ho mon dieu et donne nous notre DOS quotidien Pour m’écrire: A-NEWS 36 av. Lusema 1203 Genève SUISSE CONCONI Patrick Un article dans le dernier numéro de "The Amigan" (Jan-Feb 1989) intitulé Or- gan Transplants in VI.3 explique les avantages du remplacement des structures NEWCON et NEWSHELL du Workbench par les programmes ConMan (shareware) et Wshell, de Bill Hawes.
VOUS AVEZ LE CHOIX NEWCON.... OU CONMAN?
Selon The Amigan beaucoup d’utilisateurs de l’Amiga sont embrouillés sur les différences entre NEWCON, qui permet d éditer les lignes de commande, et NEWSHELL, qui fourni le shell et des fonctions nouvelles comme Alias.
NEWCON est une entité indépendant dans le Workbench 1.3, et on peut l’enlever et le remplacer par ConMan, qui marche parfaitement dans l’environnement NEWSHELL. Parmi les avantages de ConMan sont l’option de re-dimensionner une fenêtre CLI (ou Shell) de grandeur timbre-poste à plein écran et inversement avec les touches de fonction FI et F2, et la sauvegarde de l’historique de commandes dans un fichier pour ré-utilisation.
The Amigan propose la procédure suivant :
1. Inscrivez ConMan dans la première partie de votre
stratup-sequence.
2. Enlevez MOUNT NEWCON du startup-sequence. Enlevez newcon hand-
ler du tiroir L et du Mountlist dans le tiroir DEVS, ainsi
récupérant 7464 bytes.
ConMan, substitué, prends un total de 7464 bytes pour library, programme, et handler (version 1.1).
3. Si vous utilisez PopCLI ou similaire qui crée une fenêtre
NEWCLI ou NEWSHELL avec les touches Amiga- gauche et ESC, vous
pouvez définir la fenêtre dans votre startup-sequence :
résident CLI L:Shell-Seg SYSTEM pure add popcli 600 newshell
con:0 0 640 100 Conshell Comme ça, la fenêtre shell s’ouvre de
CON:
4. Editez le script "shell-startup" dans le tiroir S pour que la
toute première ligne assign l’alias de "newsh" pour "newshell"
: alias newsh newshell con:0 0 640 - 150 ConShell La majorité
des shells, avant d’apparaître, lisent le script "shell-
startup" et acceptent les alias dans le script. Cette ligne
donne NEWSH comme nom pour un NEWSHELL de CON et éliminé la
nécessité pour NEWCON. Chaque fois qu’il vous faut un autre
shell vous pouvez le créer de n’importe quel shell avec
newshsuivi par la touche retour.
5. Comment faire pour que la première fenêtre shell reconnaît
l'alias newsh quand vous la créez avec un fichier FROM? (Les
fichiers FROM ne lisent pas le script shell-startup). Réponse
: EXECUTE le shell-startup de l’interieur de votre fichier
FROM. Voici un exemple, où le premier shell est créé dans un
script startup : newshell con: 640 100 ConShell from
rad:s newseq Exécutez le shell startup dans le fichier
newseq
6. Avertissement : Si vous essayez de démarrer le programme
Newshell (dans le tiroir C du Workbench) vous verrez appa
raître un message "MOUNT VOLUME NEWCON". Ceci parceque le
programme Newshell cherche automatiquement NEWCON (si vous ne
faites pas de préemption, comme au-dessus, en faveur de CON).
Cliquez "CANCEL" pour avorter le commande newshell. La
prochaine fois, utilisez l’alias NEWSH.
Dpaint III est obligatoire Loin de l’agitation hystérique des secoueurs de joystick qui s’éclatent le surmoi sur un jeu six mois avant sa sortie rien qu’en regardant des pages de pub flashantes, Dan SILVA a présenté la dernière version du grand DeluxePaint lors d’un FAUG meeting : Dpaint III.
TTTRRRROOOOAAAAAaaaaaahhhh !!!!, lovely.
On trouve des modifs des le tableau de choix du format d’écran :
- Overscan a tous les étages ( on clique sur overs- can et, paf,
on est en overscan ).
- 64 couleurs, c’est le mode Half-brite ( c’est pas un
dentifrice, ça veut dire que les 32 couleurs en rab sont
obligatoirement les 32 premières en deux fois plus foncé )
- Notez qu’avec 512Ko, le programme choisit automatiquement le
mode de chargement swap d'ou nécessité de deux drives (en fait,
il ne se sent bien qu’avec 1 Méga).
Mais toute la nouveauté est à l'intérieur. Mis à part le nombre affolant de couleurs disponibles en HalfBrite, un seul indice permet d’identifier DP ni : un menu ANIM ( je vous raconte ça plus tard).
D’abord, les outils. Le trait continu est maintenant disponible en rempli. H est plus rapide, donc, plus précis. Les boîtes de paramétrages des traits (point, freehand, line, curve ) sont redessinées. Comme sur le II, on peut regler un espacement relatif ou absolu des points mais, nouveau, on peut tracer à l’aero. On trouve de nouvelles options dans les paramètres des formes : Tint et Hbrite pour uüliser les possibilités du HalfBrite, Wrap qui nappe une brosse dans une forme. On appelle les fontes depuis 1 outil; le requester de chargement permet de visualiser la fonte et de sélectionner les
effets ( le menu Fonts a enfin disparu ) Aucune modif apparente dans le menu Effects mais la vitesse de mise en perspective a été accrue.
Une nouvelle commande dans Project permet de renverser 1 écran entier en X ou Y. Deux nouvelles commandes dans Brush pour le HalfBrite : Tinte.1 Hbrite. Blend est netement amélioré.
J’en viens maintenant à ce nouveau menu Anim. Vous décidez de votre nombre d’images, hop, deux chiffres apparaissent sur la barre menu : numéro de l’image courante et nombre total d images. Avec 1 et 2 vous changez d’image, vous crobardez ce que vous voulez sur vos images, paf, vous appuyez sur 4 et vous etes Tex Avery. C’est indecriptible de simplicité et d’éfficacité.
Toutes les commandes dont on peut rever sont disponible : copie d une image vers toutes les autres, ajout; avance, restore, et la commande dingue Move. La commande dingue Move permet de creer des trajectoires à plat et en perspective pour des brosses : vous spécifiez les coordonées X et Y d’arrivée, les rotations en perspective, le nombre d’images et l’ordi fait le reste (j’ose pas rever aux trucs qu’on va pouvoir faire avec ça). Le résultat est sau- vcgardable sous format ANIM standard.
Bref et conclusion, DeluxePaint III est obligatoire (je trouve nen d'autre à dire). Prix annoncé pour la France : 880F. Le prix de l'upgrade II vers m sera de 57 dollars US.
Grand cérémonial honorifique à monsieur Dan Silva qui nous fait un soft de plus en plus archi schtounga.
Infos toutes neuves lues sur USENET grâce à Batchman.
Les nouveautés se faisant assez rares cette fin d’hiver, je vais vous causer un peu des vieilleries qui continuent à bien marcher dans leur coin en rendant des services valables z’et journaliers aux joyeux drilles qui font des images. Or donc, PIXmate de Progressive Peripherials and software. Il s'agit d’une salle de torture tous formats permettant, à partir de n’importe quelle image IFF sauf HalfBrite, d’obtenir l’image qu’il vous faut à vous pour parachever votre grand-oeuvre. Finies les digits récalcitrantes ou les effets psychédéliques à la main, vous pouvez tout modifier : le format, la
définition, la couleur dominante, les rapports de couleur dans l’image, le nombre total de couleurs utilisées ... Vous pouvez éxtraire les composantes, déplacer les bitplanes .... Enfin, vous avez à votre disposition une flopée d’éffets complètement paramétrable vous permettant de rendre une image floue, granuleuse, de faire ressortir les détails, les traits, de générer des brouillages et autres tempetes algorythmiques. Bref, ça pourrait passer pour un gadjet pour docteur fou mais il n’en est rien. PIXmate fait partie de ces disquettes qui restent à portée de main et qui ne regagnent que très
rarement ma boite de rangement ; je conseille à fond pour les DIGIviewistes.
Etonnez vos amis, roulez en PIXmate. Me croierez-vous si je vous dis que ce soft m’a été gentiement prêté par le bo magasin CIS à Talence qui ne vend que l’AMIGA (pour votre gouverne personelle, CIS signifie "on ne vend que l’AMIGA" en argot pakistanais).
Je tiens à écrire ici que RAC Lombard Rally de Mandarin Software est le plus nul des logiciels de dessin que j’ai testé jusqu’a ce jour. C'est, par contre, un très bon simulateur de pilotage en rally. J'ai pu laisser libre cours à mes instincts nordiques et bouziller un maximum de sien-as cosworth sans déséquilibrer mon budjet familial. Je suis très content de ce jeu qui fait broum - vroum - scriiiii - roaahhmmm - clabing.
Les jours rallongent, les trames raccourcissent, meme Haroun TAZIEFF est incapable d’éxpliquer pourquoi.
EL YETi veux de* zikouiki* Quand vous lirez ceci, je serai loin. Hier, je suis allé faire le plein de mon solex et j’ai révisé moi-meme le guidon. J'ai rempli mes sacoches d’éskimaux gout "fraicheur d'avril" en promotion chez Mammouth (je vais toujours chez Mammouth, c’est un copain). Dans la tiedeur rassurante d’une sanisette, j’ai longuement potassé le guide Michelin de la Dordogne afin d'aller visiter une grotte à vendre à Lascaux. Dans un mois, je serai chez moi, juste à temps pour l’ouverture de la saison des éxpeditions ... ?H La Fabuleuse Odyssée des Disquettes A-News
* .
Saga 1 Où tout est simple Un drive Amiga n’est qu’une fente vu de l'extérieur. Mais que se cache-t-il derrière cette façade béate et à vide. Rien de bien compliqué au niveau du matériel : un moteur pas-à-pas pour changer de piste, un autre pour faire tourner le manège, et une électronique que nous simplifierons à un interrupteur pour la face (dessus ou dessous).
Pour l’utilisateur de tous les jours, rien de tout ceci n’apparaiL En effet, nous ne connaissons de ce système que quelques aspects que je rappellerai:
- La piste, constituée de 11 secteurs, correspond à un tour du
disque.
- Les secteurs, numérotés de 0 à 10, font ... si,si! 1 11 de la
piste chacun. Sur un secteur, on place 512 octets. Donc une
piste fait, après un rapide calcul, 512 x 11 = ... euh ... 5632
octets en gros.
Codage FM e i a e î e I-1 I-1-1 1-1 Bits ; ! ¦ i i i i !!!!'*' ¦ i i i i i î n_n___ jt n n n n n Horloge
- .jt rinn n nnn inpuisions
- Les faces, au nombre de 2 (plus, c’est marrant à faire
tourner), contiennent 80 pistes (de 0 à 79). Nous verrons
plus tard pourquoi l’on parle dans certains cas de 81, 82, voir
83 pistes.
Tout ceci nous fait une disquette de : 5632 x 2 x 80 = 901120 octets (ce qui fait bien 880 Ko). Il arrive que l’on parle de blocs. Ce n’est qu’une manière d’exprimer un ensemble de pistes, secteurs et faces. Voici la formule tirée du grimmoire de mes ancêtres : bloc = secteur + face x 12 + piste x 24. Donc, au plus, nous aurons 1760 blocs numérotés de 0 à 1759.
Je signale que le DOS appelle parfois les blocs des "Keys" (d’où le message "Key now unrcadable").
Codage ?
0 10 0
i. n i 4FM 1 0 Bits n_i
• i i i i i n Impulsions ! 1 1 1
• ¦¦a
• • i ï Un fâcheux problème Jusque-là, tout est facile. Pour
sauver mon programme sur la disquette, je prends les octets en
mémoire et les place sur le disque. Génial, mais pas si simple.
Il faut trouver un système pour savoir où est mon programme et gérer l’occupation de la disquette. Soit, alors considérons que nous laissons ce problème à l’Amiga- DOS (c’est son job, et il ne fait pas grève, lui...). Tout est parfait dans le meilleur des mondes.
Mais qu’ouis-je ? (nb: du latin audire "entendre"). Quelle est cette plainte discrète ? Eh oui, encore un problème, mais cette fois-ci, au niveau matériel. En effet, la tête de lecture-écriture a des ennuis.
Elle ne doit surtout pas se démagnétiser.
Je m’explique. Lors de l’écriture des 1 sur le disque, la tête se magnétise du fait de l’impulsion électrique envoyée. Quand on écrit un zéro, l’impulsion disparait et la tête commence à se'démagnétiser. Il ne faut jamais laisser la tête plus de 8 microsecondes sans impulsion ou alors, il faut la re-magnétiser, ce qui prend beaucoup de temps. Comment faire ? De plus, en lecture, comment trouver le début d’un secteur ou d’une piste au milieu de ces 0 et 1 ?
Où le disque se peuple plus qu’il ne conviendrait Pour résoudre ces problèmes, on va coder les données avant de les écrire et on rajoutera des marques de début de piste et de secteur sur la disquette.
Voyons le codage. Sur l’Amiga, il est de type MFM, ce qui veut dire Modified Frequency Modulation. Il consiste à intercaler entre 2 bits à 0 un bit artificiel à 1 (voir schéma 1). De ce fait, il y aura au minimum une impulsion toutes les 8 micro-secondes. Le débit d’information est de 250 kilobits seconde avec ce codage. Il faut savoir que la détection des zéros consécutifs est faite, sur l’Amiga, par le blitter.
Nous voilà donc avec un programme codé, que Ton va diviser en secteurs pour l’écrire sur le disque. Sur une piste format Amiga, on trouve:
- Un espace rempli de zéros appellé GAP qui marque le début de la
piste.
- Puis, dans le désordre, les secteurs précédés du numéro de
piste et de leur numéro propre.
A noter que les secteurs ne sont pas forcément écrits dans Tordre, mais le DOS les remettra à leur place une fois lus en mémoire (on notera ici une perte de temps pour les puristes). L’AmigaDOS lit la piste entière même s’il ne lui faut qu’un secteur de cette piste.
Dans les délices de Codage Valley D existe évidemment d’autres méthodes de codage des informations. Je vous en donne un rapide aperçu:
- code FM (Frequency Modulation): consiste à superposer des
impulsions à des intervalles réguliers. Débit 125
kilobits seconde (méthode utilisée par les PC en simple
densité).
- code MMFM ou MFM (MFM Modifiée) : supprime les bits à 1 que Ton
a rajoutés lorsqu'ils se suivent. Débit : 250 kilobits seconde
(peu utilisé).
Code GCR (Group Coded Recording): le meilleur, the best one, the marvellous, le dieu des dieux, enfin celui que je préfère. Au départ, on divise un octet en 2 groupes de 4 bits (nibbles ou quartets). Ces nibbles peuvent prendre 16 combinaisons différentes (2A4). On fait correspondre à chacune un code GCR de 5 bits ne contenant pas plus de 2 zéros de suite (voir schéma 2). Il ne reste plus qu’à écrire ces 5 bits sur le disque.
Débit : 380 kilobits seconde. Il est utilisé par APPLE avec une méthode légèrement différente.
Le contrôleur de disque de l’Amiga est capable de lire tous ces formats, et même la moitié des disquettes MACINTOSH (car l’autre moitié est écrite en ralentissant la rotation du disque !!! (cela s’appelle de la vitesse linéaire constante)).
Sur ce, citoyens, je vous laisse digérer ces merveilles de teich-no-logis et vous donne rendez-vous à la prochaine fois.
See you later Siegfried et Vadhila Code GCR | Binaire | code GCR | 0000 11001 I 0001 11011 0010 10010 I 0011 10011 0100 11101 0101 10101 0110 10110 0111 10111 I 1000 11010 1001 01001 1010 01010 1011 01011 1100 11110 I 1101 01101 I 1110 01110 I I 1111 01111 I Addendum: La démagnétisation, keseke-C-kesa ?
' Regarder les schémas: une spirale de SUITE- Dans ce livre vous trouverez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le lecteur de disquettes.
En détail : Présentation du CLI (avec quelque astuces), du WORKBENCH et du système de fichiers. Puis comme d'habitude du Basic. Comment gérer les fichiers en Basic (fichiers séquenciels et relatifs) avec un petit programme d’application (une mini base de données beuuurrrkk !!! Rien que le nom me donne de l'urticaire).
Dans la partie gestion des fichiers on trouvera, outre les structures du DOS (bitmap, root bloc, file header...) une partie sur le boot bloc et quelques pages sur les virus, mais ho déception ! On ne cause ici que du SCA et on effleure à peine le BYTE BANDIT. Pour plus d’informations lisez A-News (c’est d’ailleurs ce que vous êtes en train de faire).
Ensuite une bonne partie consacrée au C qui présente assez en détail le Trackdisk device et ses possibilités, les instructions d'entrées sor- fils de cuivre et un aimant. Si l’aimant est immobile, l’ampoule ne s’allume pas. Par contre, si l’aimant est animé d’un mouvement de va-et-vient (ranger vos idées salaces !), un courant électrique est généré qui allume l’ampoule (encore!! Obsédés!).
Le troisième schéma fait le parallèle avec le lecteur de disquette: la tête n’est qu’une bobine, la disquette un aimant. A l’écriture, quand on envoi un 1, il se produit un changement d’état (Nord devient Sud, ou l’inverse). A la lecture, on comprends que s’il n’y a que des zéros sur la disquette, pas de changement d'état, donc pas de courant.
NOTA BIT-ALL OFIT.
Siegfried et Vadhila ties et les structures port, device et trackdisk. Ici pas de programme complet mais des bouts de listing, à vous de jouer au mécano. Par contre présentation des routines de la ROM dessassemblées.
TKâi 7 1 e t e du lecteur G - |s|n|s|n|s|n| - disquette Et nous arrivons à la dernière partie, l’assembleur, ou comment accéder au disquettes sans le DOS. Tout y est, les formats MFM et GCR, les routines de codage et de décodage, les registres des CIA et les registres "DISK", enfin tout quoi!.
En annexe (un bon tiers du bouquin) vous trouverez les listings d’un éditeur de blocs, d’un accélérateur d'accès disk et d'un copieur (aïe! La tuile).
J’ai testé les trois : Le moniteur a l’air de fonctionner correctement. Par contre avec l’accélérateur j'ai eu droit à la visite du GOUROU.
Fichiers .bmap Heureux posseseurs du "Livre du Graphisme", et peut-être de sa disquette, paru chez Micro Application, si vous êtes aventurés à essayer certains programmes, vous avez dû vous rendre compte qu’ils ne fonctionnaient pas toujours.
Certains des programmes utilisent des fichiers .bmap qui n’existent pas ou plutôt pâs encore. C'est seulement à la page 119 et dans l'annexe D du livre que l'on vous explique comment créer ces fichiers .bmap. Cela peut sembler sans difficulté pour un utilisateur averti, mais pour un débutant il n’en va pas de même.
Ces fichiers -bmap, vous en trouvez dans le répertoire Basicdemos de la disquette Extras. Ils sont créés à partir des fichiers lib.fd qui sont dans le répertoire Jdl .3 grâce à ConvertFD également dans le tiroir Basicdemos.
Le programme Superbitmap a par exemple besoin du fichier layers.bmap entre autres, mais ce dernier n’existe encore nulle part. Nous allons donc le créer.
Sélectionnez le tiroir Basicdemos et ensuite ConvertFD. Alors que le programme s’exécute, ils vous demande le fichier à transformer. Entrez : dfx:Basicdemos layers.bmap Vous venez de créer un fichier .bmap dans le tiroir Basicdemos. Superbitmap a aussi besoin d'intuition.bmap. Avec cela vous pouvez utiliser Superbitmap comme il vous l’est expliqué dans le livre.
Est ce dû à la présence d’un 2ème drive ???? Bon, reste le copieur.
Pas de problème pour les copies de disquettes DOS non protégées (les vôtres et les DP) mais par contre ne vous faites pas d’illusions: si sur la couverture on vous anonce qu’il peut copier des disquettes protégées, (keuf keuf keuf !!! Je me marre) il n’en est rien, les nouveaux systèmes de protection résistent parfaitement (même les moins sofistiqués). Seuls quelques logiciels des débuts de l'Amiga sont peut-être copiables (pour faire des copies anti café bien sûr), à voir.
Le Livre du Lecteur de Disquettes des éditions Micro Application.
De toute façon je vous recommande ce bouquin que vous soyez basiqueux ou mordu de l’assembleur. Ah! J'oubliais, il est vendu avec la disquette qui contient les sources (en Basic, C et pour Profimat en asm) et les exécutables en version 1.2 et 1.3 quand elles sont incompatibles.
Prix de cette bible du lecteur de disquettes : 299 F Roméo Rapido est noyé dans les octets de sa disquette dfx: signifie bien sûr le lecteur numéro x. Si vous n'avez q’un seul lecteur vous pouvez l’omettre, sinon signalez quand même dans quel lecteur vous avez placé votre disquette Extras.
La seule difficulté restant est de transférer les fichiers d’une disquette à l’autre si vous n’avez qu’un seul lecteur et que vous ne savez pas bien utiliser ram: Le plus simple est pour transférer par exemple layers.bmap dans le répertoire libs de la disquette Work- bench (travaillez toujours sur une copie), d’entrer sous CLI: copy c copy to ram: cd ram: Vous n’avez plus besoin de la disquette Workbench pour utiliser copy.
Mettez la disquette Extras dans le lecteur.
Copy dfO:basicdemos ldyers.bmap to ram: Mettez la disquette Workbench.
Copy ram:layers.bmap to dfO:Iibs Le fichier layers.bmap est maintenant dans le répertoire libs de la disquette Workbench, c’est à dire là où Superbitiqap ira le chercher lors de son exécution.
Bien sûr, le petit truc pour utiliser copy à partir de la ram: sans la disquette Workbench est aussi possible pour toutes les autres instructions du CLI. Ceci est surtout utile pour un dir d'une autre disquette que le Workbench, car on évite les pénibles et incessantes permutations de disquettes.
Voila pour cette fois-ci. A bientôt.
The Wild Cagou Commodore fournira aux développeurs intéressés un système comportant tout ce qu’il faut pour commencer à développer sous Helios, un nouveau système d’exploitation créé pour le Transputer par Perihelion, société anglaise qui compte parmi ses programmeurs Dr Tim King, créateur de l’AmigaDos. Le kit comprendra la carte transputer, Helios, un compilateur Helios C, assembleur, et utilitaires système.
La carte est équipée d’un Inmos T414 transputer à 15Mhz et 1 méga de mémoire qu’on peut augmenter à 4 méga avec des chips DRAM. Sur cette carte on trouve le "host link adaptor",qui est l'interface entre le bus Amiga et un des quatre "links" (des mini-bus) sur le transputer.
Les trois autres links du transputer sont disponibles en forme de connecteurs externe 9-broches.
On peut remplacer le T414 par une version plus rapide, ou un T800 (version perfectionée du transputer) à n’importe quelle vitesse. Il y a un commutateur DIP pour sélectionner parmi 16 configurations pour synchronisation entre des différentes versions de transputers et DRAM.
Le kit comporte aussi un logiciel serveur pour le Transputer Development System d’INMOS.
Cette carte pour le 2000 exige un disque dur. Il est possible (mais pas simple) d’utiliser HELIOS pour écrire des programmes autonomes ("stand-alone"), compilé au standard Helios. D y a 1 méga de mémoire sur la carte transputer, mais le coté Amiga ne peut pas y accéder.
Pour le transputer, l’Amiga n’est qu’un autre transputer. La seule interface entre l’Amiga et le transputer est le "link", "memory mapped" dans l’Amiga, utilisant six adresses mémoire (en fait 4 adresses mémoire et des registres de contrôle nécessaires pour l’initialisation et analyse du transputer).
Les links du transputer sont capables d’une vitesse de transfert de data à l’ordinateur hôte de 20Mbit s, mais la vitesse est actuellement limitée à environ 1 Mbit s. Un contrôleur DMA pouvait augmenter cette vitesse à lOMbit s, permettant l’ordinateur de fournir les fonctions console clavier, graphism, et serveur fichier sans restreindre la vitesse.
La vitesse de transfert de data entre le serveur Helios et le disque dur est de l’ordre de 50k s - plus rapide que l’ancien "file system" de vl.2 de l’Amigados, mais Quand la vitesse de la lumière est trop lente moins vite que le nouveau Fast File System. En utilisant des cartes disponible chez d’autres fabricants on peut augmenter cette vitesse à 500k sec.
Transputer: L’objectif immédiat de Commodore est de mettre entre les mains des développeurs Amiga un système de base qui servira de véritable "terrain d’exploration’. Un des avantages de cette configuration HELIOS-AMIGA est la possibilité d’accès en permanence aux utilitaires existants, comme le programme Kermit pour le transfert de data entre ordinateurs.
Grâce à son blitter, L’Amiga se prête bien à une utilisation comme workstation graphique pour un système à base de transputers.
Actuellement chaque shell dans le réseau Helios peut ouvrir sa fenêtre sur l’écran Amiga. L’interface graphique sous développement est Xwindows, un système capable de travailler dans un environnement multi-processeur et multi- utilisateur. Les commandes et interfaces logiciels internes de Helios sont très similaires à ceux d’Unix.
On peut ajouter quatre cartes transputer chacune avec quatre transputers, dans un 2000, pour un total de 17 transputers.
Chaque transputer a une performance de lOMips (millions d’instructions par seconde), et comme ils sont capables de travailler tous ensemble, "en parallèle", simultanément, la puissance totale de l’A2000 sous Helios devient de l’ordre de 170Mips!
Par comparaison, un ordinateur personnel performant "classique" a une puissance de deux ou quatre Mips seulement Le grande avantage du système Helios transputer est que cette puissance est accessible, à travers les "links”, à n’importe quelle machine équipée de la carte transputer de base. Pour les distances de moins de 20 mètres il n’y a pas de restreinte sur la vitesse de transfert de data entre les processeurs. Au delà de cette distance, la vitesse de la lumière réduirait de façon significative la vitesse maximum de transfert.
Il n’y a pas de limite sur le nombre de processeurs incorporés dans un réseau, et une puissance totale de lOOOMips est parfaitement possible.
Quand on parle de vitesses de calcul dans les centaines, voir les milliers de millions d’instructions par seconde il est évident qu’un émulateur Amiga entièrement en logiciel (ou un émulateur de n’importe quel ordinateur "monoprocesseur") peut tourner beaucoup plus rapidement sur un Amiga 2000 en reseau transputer que l’Amiga lui-même avec son 68000 (ou 68030)...Où va-t-on...?.... LE PRIX DU TRANSPUTER Une société allemande, SANG Computersysteme GmbH, commercialise une carte transputer compatible PC, avec interface externe pour l’Amiga
2000.
Sa puissance énorme jusqu’à 60 MIPS, 9 MFLOPS, fait penser aux mini-ordinateurs plutôt qu’aux cartes périphériques pour micro-ordinateur.
Dans sa version de base, système 101-4, la carte MEGA-LinkOl comporte 1 T414-20 transputer d’In- mos, avec 1 méga 80ns-DRAM. Son prix : environ 11600 FHT, avec interface Amiga 2000.
Le système 404-8 comporte quatre transputers T800-20 d’Inmos avec 4 mégas de 80ns DRAM est de 44000F- HT. Une carte équipée du dernier-né d’Inmos, le T800-30, sera disponible le mois prochain.
Les cartes MEGA-Link sont compatibles avec la carte "évaluation" d’Inmos. Le Tvansputer Development System d’Inmos est disponible pour 20000FHT, et Helios-PC avec compilateur C coûte environ 8400FHT. Le prix d’un transputer T414-20 supplémentaire (avec 1 méga 80ns DRAM) est de 84O0FHT, et le prix d’un T800- 20 est de 10150FHT.
Une interface est aussi disponible pour Atari ST, mais son prix (environ 2500FHT pour l’interface sans la carte transputer) est de deux fois le prix de l’interface Amiga (1200FHT).
La société SANG fabrique aussi une carte graphique pour Amiga 1000 et 2000, la Mega-Vision03. Elle comporte un processeur graphique dédié, le Hitachi HD 63484 ACRTC, un tampon-mémoire de trame de 512k, une table de référence couleur Brooktree BT 458, et logique de zoom, scrolling et panning. La vitesse de dessin peut atteindre 2 Mpixel sec à 256 couleurs pixel. E es drivers-logiciel (pour language C etc) sont livrés avec.
Deux exemples de résolutions typiques:
- 800*600 pixels, rafraîchissement 55Hz, 256 couleurs sur 16
millions.
Ecran logique 800*600, 1 fenêtre 210*210. Application : CAD.
- 512*512 pixels, 256 couleurs sur 16 millions, 2 écrans logiques
512*512.
Application : vidéo, animation.
Affichage sur moniteur multi-sync.
Prix : 8732FHT.
SANG Computersysteme GmbH, Am Wünnesberg 13, D-4300 Essen. Tél 0201 71 01191, Fax 0201 71 0410.
GFABASIC Impression d’ensemble Le voilà enfin, ce Basic tant espéré... En deux mots : GFA-BASIC est remarquable, son environnement est dégueulasse. Bien sûr, tout ce que je vais dire n’est valable que pour la version dont j’ai disposé : la version anglaise
3. 0 datant de décembre 1988, une vieillerie je vous dis. Alors
si dans l’euphorie du champagne du nouvel an les promoteurs
les concepteurs les programmeurs de la version Amiga du
GFA-BASIC ont amélioré l’éditeur, ont rajouté la possibilité
de sortir des sons dignes de l’Amiga, que sais-je encore,
dites-le moi bien vite, sûr qu' ma demande A-News va
immédiatement envoyer un rectificatif-
modificatif-correctif-auditif à ses abonnés pour leur dire que
le GFA-BASIC sur Amiga c’est encore mieux !!! Parce que quand
même c’est pas mal du tout dajis la version que j'ai.
L’éditeur Quel bonheur...fïni les écrans et les fenêtres stupidement encombrés d’icônes envahissantes. GFA-BASIC ne crée pas d’icônes pour ses programmes na !! Vous voulez charger un programme allez hop cliquez sur Load sur la barre du haut GFA-BASIC vous offre une belle boîte. Vous faites défiler : vous n’êtes pas pressé j'espère. Et puis ça c’est rien mais vous voulez faire un peu le ménage.
Alors sortez vite du GFA-BASIC, rentrez dans le CLI ; la suite vous connaissez, merci.
D’ailleurs, tant qu'à être convivial, fini les périlleuses manoeuvres à la souris pour sélectionner, couper, coller... il suffit de poser une marque au début, une autre à la fin (curseur à l’endroit voulu, clic, ctrl-B, curseur à l’endroit voulu, clic, ctrl-K), puis d’aller chercher le menu "bloc" et de copier, déplacer, effacer... Oh bien sûr, maintenant que vous avez votre bloc, vous pouvez aussi le sauver dans un fichier ou le faire imprimer, ce qui n’est pas inintéressant Mais ED et EMACS c’est super convivial cté ! Et si vous n’êtes pas dégoûté de ne même pas pouvoir importer du texte en
ASCII pour utiliser vos vieux programmes si vous n’êtes pas dégoûté de ne même pas pouvoir insérer une ligne en ajoutant un CR la fin de la ligne précédente alors faites ctrl-N comme tout le monde : vous aurez de la place y aura pas foule.
C’est vrai qu’il y a des tas de trucs qui m’énervent, qui me font bisquer. Il faut dire que je suis un vieux garçon en informatique.
J’ai pris mes petites habitudes merci Xeros merci Apple mais vous savez le couper-copier- coller quand on en a pris l'habitude on peut plus s’en passer on est drogué. Alors là il faut le dire très fort l'éditeur du GFA-BASIC comme cure de désintoxication pour le c-c-c c’est génial.
Pour être honnête, il faut dire que la vitesse de déroulement de la liste du programme est tout à fait remarquable (c’est le point catastrophique de l'éditeur de l’AmigaBASIC, il parait que le gars qui avait programmé le défilement de la liste ils l’ont refilé à GFA il a tout programmé sauf le défilement ça vous fait rire moi pas du tout).
Une Syntaxe crispée Une syntaxe à hauteur de l’éditeur : par exemple l'interdiction de mettre plusieurs instructions, séparées par des deux points, sur la même ligne. Cela pourrait à l’extrême limite se supporter s'il ne fallait pas par exemple deux instructions pour dessiner un trait ou un cercle de la couleur que vous voulez : COLOR et puis LINE et CIRCLE.
On se demande pourquoi GFA n’a pas demandé à Commodore de lui faire un écran spécial, 10 cm de large sur 70 de haut !! Imaginez que vous vouliez dessiner des cercles dans les couleurs qui changent (de 4 à 15 par exemple). En AmigaBASIC, vous écririez quelque chose comme : coul = coul+1 : IF COUL 15 THEN coul=5 CIRCLE (x,y),r,coul En GFA-BASIC, pas question d'écrire le IF sur une seule ligne, pas question d’inclure la couleur dans les paramètres de l’instruction CIRCLE ! Vous devrez utiliser 6 lignes : coul = coul+1 IF coul 15 THEN coul=5 ENDIF COLOR coul CIRCLE x,y,r.
Vous imaginez le bonheur lorsque vous commencez un programme par une douzaine d'initialisations. Ca vous fait une douzaine de lignes. Il parait que les types de chez GFA ils font des mots croisés de 24 lignes et 6 colonnes tous les soirs. Ca les entraine.
Un interpréteur TGV Bref, mon bonheur et ma déception sont simultanément à la hauteur de mon attente et de mon impatience... Ma déception je viens d'en parler, mon bonheur, attendez, il arrive. Je me demande si GFA-BASIC n’a pas exactement les inconvénients de ses qualités. En y réfléchissant, un langage où chaque instruction ne possède qu'un nombre restreint de paramètres, où il n’y a pas deux sortes d'IF (celui qui tient sur une seule ligne sans ENDIF, et le "complet"), où ..., il se pourrait bien que cela simplifie drôlement la tâche de l’interpréteur, et que ce soit cela qui permette
d'aller aussi vite. Car c’est vrai qu’il va vite, le bougre. Jugez-en vous-même fies temps sont en millisecondes - les références sont prises dans la "Pratique de l'Amiga" de H. Cohen et
F. Dress, éditions Fréquences Eyrolles) : tour de boucle "à
vide", variable entière 4 octets : AmigaBASIC 0.20 - GFA-BASIC
0. 033 - Gain facteur 6 tour de boucle "à vide", variable réelle
: AmigaBASIC 0.40 - GFA-BASIC 0.068 - Gain facteur 6
affectation variable entière - entier positif : AmigaBASIC
0.35 - GFA-BASIC 0.067 - gain ntier pos : 0.067 - facteur 5
affectation variable entière - entier négatif AmigaBASIC 0.47
- GFA BASIC 0.067 - gain facteur 7 Dessin d’un point PSET
AmigaBASIC
2. 12 - GFA-BASIC 0.52 - Gain facteur 4 Des instructions à la
pelle Et la rapidité c’est pas du tout, il y a un second point
fort., des tas d’instructions en plus. Y-en a c'est des
gadgets amusants, y-en a c’est des gadgets vraiment utiles et
puis y-en a c'est même des gadgets, c’est des choses tout à
fait sérieuses même qu'il y en a aussi quelques unes d’utiles.
Je vous livre cela en vrac : un INSERT et un DELETE pour
traficoter des tableaux sans se récrire chaque fois la procé
dure qui enfin si vous avez déjà fait une fois dans votre vie
vous voyez; un SWAP c’est la moindre des choses; un DRAW qui
vous pilote quasiment une tortue graphique que vous vous
croyez en LOGO merci m’sieur Papert; des structures de
contrôle avec un SELECT qui fonctionne sur expression
numérique (mais ce n’est pas encore un vrai CASE OF de PAS
CAL tant pis m'sieur Wirth); un REPEAT ... UNTIL; un WHILE ...
WEND bien sûr on ne peut pas faire moins que l’AmigaBASIC; un
DO...LOOP (avec un EXIT IF parce que sans!); et puis si vous y
tenez on vous rajoute un DO WHILE un DO UNTIL un LOOP WIIILE
un LOOP UNTIL n’en jetez plus.
Les écrans et les fenêtres c’est pas mal non plus. J'ai l’impression à première vue qu'on peut plutôt fane un peu plus de choses qu’avec l’AmigaBASIC (vous pouvez par exemple déplacer une fenêtre, lui demander de s’agrandir à la taille de l’écran tout entier etc...) et puis c’est pas fini, vous avez en prime en plus tout l’assembleur, tout le C avec des BCLR BSET BCHG (non non, il n'y a pas de BCBG !!) BTST pour tripatouiller tous les bits de la création et je vous parle pas de Shift et de Roi sans compter l’ARRPTR (il y a bien sûr aussi un VARPTR) pour l'adresse, l’ABSOLUTE ur la changer,
et tout un tas de BYTE CARD ORD etc...pour y écrire des cochoncetés un MALLOC ne vous rappelle rien.
Ah ! J’oubliais la doc. Elle vous donne quasiment toute la liste expliquée des routines du système qu’il ne vous reste plus après qu'à ouvrir la bibliothèque de votre bonheur (au fait pardonnez-moi mais malgré une habitude qui se répand hélas le mot anglais library se traduit par bibliothèque et non pas par librairie ça s’appelle un faux-ami les copains). Il y a encore des tas de trucs très chouettes je suis sûr que j’en ai oublié. Tiens ! Il y en a un je m'en souviens maintenant c'est GRAPHMODE. Vous pouvez faire des "effets d’élastique” avec, vous pouvez réécrire Deluxe Paint tout seul.
Un point faible Par contre, côté son, c’est pas le pied. Un SOUND, un WAVE. Je ne suis peut-être pas très doué, mais je n'ai pas trouvé comment on peut faire deux sons différents en même temps (l’équivalent du SOUND WAIT de l'AmigaBASIC, quoi). J'allais oublier la récursivité.
Ben c’est récursif même que vous pouvez emboîter 1000 si ça vous chante vous voulez faire un essai? Ecrivez cn2 =0 PROCEDURE bino (k) FOR l = 0TO 1000 cn2=cn2+ 1 bino (i) if KsOTHEN PRINT cn2 ___ binofk-l) NEXTi -y?- ENDIF END '' RETURN faites tourner quelques dizaines de secondes vous avez une longue colonne de nombres qui se termine par 501501 c'est pas mal, encore que je sois grincheux ça me gêne qu’on puisse pas mettre un RETURN ou un EXIT ou quelque chose qui vous évacue par la sortie au milieu d’une procédure.
Conclusion Tout ce que me dira GFA-BASIC que j’ai pas bien compris que j’ai expliqué de travers alors par avance je m'excuse mais il faut pas m’en vouloir vu qu'y a pratiquement pas d’exemple sur leur disquette, que pour comprendre comment fonctionnent leur trucs j’ai été obligé de lire leur manuel, qu’il n'est pas parfait loin de là. Par exemple, pourquoi ils disent pas que OPENW no c’est pas seulement pour ouvrir une fenêtre avec des paramètres standards mais aussi pour rendre active (sans toucher à son contenu) une fenêtre déjà ouvert? Je m’excuse, faut pas m’en vouloir. D’ailleurs
GFA-BASIC c'est plein de trucs fabuleux, je lui veux du bien, beaucoup de bien. Allez pas croire qu’ils m’aient payé pour que je le dise.
Mais comme je lui veux du bien alors j’ai un conseil d’ami, vraiment d'ami, pour la société GFA. Je sais pas si c’est comme ça qu’elle s’appelle mais sûr que les gens qui travaillent chez GFA il y en a au moins un qui a remarqué que dans la fenêtre ouverte par sa disquette il y a une icône en-dessous; c'est écrit Trashcan. Alors conseil d’ami, vraiment d’ami : c’est là qu’il faut mettre votre éditeur.
El Basico ?a PROGRAMMES ...et un LIVRE IRQ News: Un anti VIRUS IRQ nous vient d’Allemagne et comme vous allez le voir c’est ridiculement simple. Merci à Martin Brenner qui a mis son "truc" en DR La théorie: avant de s’installer, le virus IRQ (dans sa version actuelle) teste sa "signature", c’est à dire s’il est deja installé. Pour cela il teste le point d’entrée de OldOpenLibrary. Si celui ci est inférieur a SfcOOOO il ne s’active pas. Il suffit donc de modifier ce point d’entrée pour tromper le virus, donc acte.
ExecBase equ 4 AllocMem equ -198 OldOpenLibrary equ -408 SetFunction equ -420 MEMF_PU BLIC equ 1 start: move.l ExecBase.aô move.l 6,d0 ; allouer 6 octets move.l MEMF_PUBLIC,dl ; 2 pour l'instruction JMP jsr AllocMem(a6) ; et 4 pour l'adresse tst.l dO ; adresse retournée dans dO bne.s AllocOK ; si != 0 ok moveq -l,d0 ; sinon retourner -1 = erreur bra.s Leave AllocOK: move.l dO.aO move.w $ 4EF9,(aO)+ ; code de l’instruction JMP move.l OldOpenLibrary+2(a6),(a0)+ ; recopie l’adresse de la routine move.l a6,al ; passer le pointeur sur la librairie lea OldOpenLibrary.aO ; charger l'offset jsr
SetFunction(aô) moveq 0,d0 ; retourner OK Leave: rts Enjoy il !
Notez que si vous avez déjà l’IRQ vous pouvez vous en débarrasser grâce à KV (disponible en téléchargement sur 3615 DEEP) et vous pouvez aussi le détecter avec VirusX 3.10 (également en téléchargement).
(Ed: Selon le fichier "VirusX.doc" de Steve Tibbet, auteur de Virus X3.10, il n'est pas possible d'identifier simplement en regardant un fichier infecté, puisque le virus encode (encrypt) dif- férement ses lignes "texte" sur chaque copie. Vous remarquerez la présence du virus si vous insérez une disquette protégée Work- bench (ou autre disquette contenant une "startup-sequence" dans le tiroir S) et le résultat est une boîte-requête "Volume (nom de la disquette) is Write protected".Le virus IRQ (ou un autre virus) est en RAM, essayant d'infecter la disquette. VirusX 3.10 vous dira quand l'IRQ
est en RAM, et l'enlèvera si vous le souhaitez. Si VirusX tourne en permanence sur votre machine il est probable que le dernier programme lancé avant l’avertissement de VirusX contien le virus. Mais VirusX ne trouvera pas forcément tous les fichiers infectés, et pour cette raison un deuxième programme, KV (pour "killVirus"), a été écrit par Dan James. Ce programme cherchera le virus IRQ dans un répertoire entièr.)
Top Secret: J’en profite pour annoncer un test complet du compilateur C LATTICE v S.02 dans le prochain numéro. De plus, de source généralement bien informée et autorisée, MANX abandonne la bataille du 4.0 ( argh !!! Damnation ! ) mais pour passer directement à la version 5.0 ( ouf ! Sauvé. ) qui devrait être "à en rester sur le..." Wait and see.
Roméo Rapido Virus mode d9emploi Ce pourrait être le titre du dernier bouquin de MICRO APPLICATION (encore eux! Allez vous dire, ben oui, mais que font les autres éditeurs?) Dont le nom exact est VIRUS LA MALADIE DES ORDINATEURS.
On vous explique tout sur les virus : leur histoire, leur principe, les dégâts qu’ils peuvent commettre etc... Certes le livre, dont le prix est de 149F, traite peu des virus sur AMIGA et est plutôt axé sur les virus PC et virus "réseaux” (virus qui se propagent non pas par disquettes contaminées comme sur Amiga Atari et PC, mais par les résaux locaux ou internationaux).
Il explique la façon de réaliser un virus en ASM, Basic ou Turbo Pascal sur IBM (ouf) avec listing à l’appui. Initiative qui peut paraître contestable mais les auteurs mettent en garde les futurs concepteurs de virus; en effet la demiere partie (une trentaine de pages) est consacrée à la jurisdiction en la matière. Autrement dit, ce que VOUS risquez si vous fabriquez un virus. Un bouquin intéressant pour ceux que les VIRUS captivent, mais il ne solutionne pas le problème des virus, surtout sur notre ami Ga.
Roméo el RapiDOS PS: la commande install de Workbench vl.3 possède un nouvelle option CHECK qui permet de tester si le bootblock de la disquette dans le lecteur est un boout block slandand.
Install d 0: check permet donc de savoir si on a affaire à un boot block standard (vl 211.3) ou à un boot block "suspect". Merci monsieur Commodore .
S. O.S Amiga : Auto-destruction programmer.. Thierry fait appel
aux pirates Ils sont partout. Ils travaillent dans les
banques, dans les supermarchés, dans les maisons d’édition,
même dans la presse, ou pour la plupart sont encore étudiants.
Ils parlent le même dialecte, c’est à dire l’assembleur ou le
C. Ils vivent par petits groupes à l’intérieur desquels
chacun occupe une fonction bien précise et sait parfaitement
ce qu’il a à faire. Ils sont plus forts que les Martiens, plus
organisés que la Mafia, plus rusés que les Virus, et parfois
même, plus cons que la moyenne. Les pirates aujourd’hui
gouvernent leur monde: celui de l’informatique. Oui mais...
Les faits : En visite chez un éditeur, je regarde les quelques
nouveautés et pre- views qui viennent d’arrivées: "pas mal"
dis-je, "mais je suis sûr que vous me cachez un super
truc...". "Bon ok, alors regarde un peu ces vidéos".
C'était parti pour une heure et demie de projection intense.
Divers produits d’arcades Japonnaises étaient présentés, et c'est ce qui doit être signé pour adaptation sur micro.
Fantastique. J’avais jamais vu autant de couleurs et d’animations aussi belles à la fois!
"Bon très bien, et vous comptez faire ça sur l’Amiga pour quand?".
"Pour l’instant, on ne pense pas faire quoi que ce soit sur cette machine".
Alors là, une certaine incertitude suivie d’une angoisse profonde monta en moi. "Tu vois, on a un problème avec l’Amiga: le piratage. Les ventes sur cette machine sont si nulles (pour tout dire, on vend entre 3 et 5 fois plus sur SPEC- TRUM que sur l’Amiga pour un même soft!!!) Qu’il serait stupide de vouloir développer un soft exclusivement dessus, aussi bon soit-il, sachant qu’il va être déplombé dans les deux jours qui suivent sa mise en vente. Alors tu vois, on préfère développer sur ST, quitte à ce que ce soit un peu moins beau, et faire une simple adaptation sur l’Amiga en améliorant
quelques trucs et en changeant les bruitages et la musique...". Malheureusement, ce n’est pas la première fois que j’entends cette phrase, et c’est là qu’est le problème. Les éditeurs et distributeurs sont unamimes : développer un produit spécifique à l’Amiga est dangereux et rares sont ceux qui en prennent le risque. Déjà, certains éditeurs pensent très sérieusement arrêter la production de softs pour Amiga, et faire de simple adaptations ne leur convient pas du tout... Le mal : c’est bien sûr le piratage. Les pirates? On les connaît. H existe une liste très détaillée avec les noms,
adresses et numéros de téléphone de presque tous les groupes qui existent en France et pays limitrophes. Beaucoup de gens sont en posession de cette liste. Pour l'instant, les "chefs" de ces divers réseaux ont été avertis par téléphone du problème. Seulement voilà: qui va faire le premier pas? Qui va se décider en premier à faire condamner un jeune de 16 ou 17 ans à l'emprisonnement et une amende de 400 000 ou 500 000 francs? Que de lourdes responsabilités, non?
De plus maintenant il y a non seulement les divers organismes comme l’APP (Agence pour la Protection des Programmes) qui recherchent ces différents groupes, mais il y a aussi le Fisc (pour manque à gagner en T.V.A), et le Fisc, c’est l’état. Je ne pense pas que eux, prendront des gants.
Alors, que faire? Essayer de faire descendre le piratage à moins de 40% est pratiquement impossible. Le mal est trop grand et c’est trop tard.
Si tous les principaux groupes de pirates se font saisir, il n’y aura presque plus de copies en circulation. Très bien pour certains, mais manque d’intérêt pour d’autres: si on a du mal à trouver des copies, on préférera acheter l’ordinateur du conçurent car on sera sûr d’être servi en softs. Je vois déjà la tête de certains.... Le plus grave voyez-vous, c’est que l'Amiga est une machine très jeune et qu’il n’y en a pas beaucoup en France (entre 20000 et 25000) (Ed: C'est le chiffre, trop pessimiste à notre avis, de Thierry. D'autres parlent de 35-40000. Le chiffre réel est le secret de
Commodore.)
Ce qui est peu quand on voit par exemple que le magasin Serap informatique à Paris, à vendu en moyenne 1000 Atari 520 ST par semaine pour le mqis de décembre. Ca donne à réfléchir, non?
J'en profiterais aussi pour rappeler que l’Amiga est certes POUR L’INSTANT le meilleur ordinateur familiale, mais attention : Atari annonce pour la fin de l’année un super ST avec un 68000 à 16 Mhz, 4096 couleurs, même processeur sonore que l’Amiga ... De leur côté, Sega, Nintendo, Konix se prépare à sortir leur consoles 16 bits avec un tas de périfs (cd rom, interfaces à infrarouge, même une mini console d’arcade pour Konix) pour une bouchée de pain. Ceux qui ont vu une de ces machines, savent combien l’Amiga fait triste mine à côté.. L’Amiga risque donc de prendre une claque pour les jeux
avec les consoles, et une deuxième pour le pro- fessionel avec Atari (qui à déjà une certaine longueur d'avance à l’heure actuelle). Et c’est pour ça que l’Amiga a besoin d'être présent sur le marché.
Comme vous le constatez, rien n’est encore joué!
Indirectement, les divers média informatique en subit aussi les retombées: Les principaux annonceurs vendent du jeu: pour que le prix de la page de publicité soit rentable, il faut en vendre des softs! Et bien si les ventes sont pauvres, pas de pub... La seule chose que l’on puisse espérer, c’est que tous ces pirates freinent leurs ardeurs.
Puisqu’il apparait que le chiffre de vente d’un logiciel de jeu se fait principalement dans le 1er mois de sa mise en vente, il serait déjà bien que les versions déplombées ne soient pas en circulation pendant ce temps. Cela permettrait que les personnes ayant investi dans un soft récupèrent un peu leurs billes, et ça calmerait le climat extrêmement tendu qui règne entre éditeurs et pirates.
Ne pas déplomber un soft et le distribuer pendant un mois c’est quand même pas la mer à boire! C’est juste une habitude un peu différente qu’il faut prendre. L’idée n'est pas nouvelle, puisqu'il y a deux ans le principal déplombeur sur ST avait, juste avant de se retirer, adopté une technique similaire: attendre avant de distribuer, et ne pas déplomber les softs Français. Le résultat se voit au niveau des comptes des diverses sociétés pendant cette période bénéfique.
Sans commentaire... Cette idée n'est absolument pas une solution au problème, mais y a t-il vraiment une solution ? Tout ce que je sais, c’est que je ne veux pas que l’Amiga devienne une machine inexploitée et impopulaire. Alors, hackers, crackers, swapers, deplombeurs, et autres copieurs de toute sorte, l’avenir est entre vos mains... Thierry R. C'est sans trop d’illusions que j'ai jeté un coup d’oeil sur la version Amiga d'Elite. Je croyais en avoir fait le tour complet sur mon bon vieil Apple et je voulais juste voir les améliorations qui y avaient été apportées. Je me suis rendu compte
de mon erreur trop tard!
ELITE A peine avais- je passé une demi- heure sur cette simulation de commerce que j’avais définitivement contracté le virus qui a déjà terrassé des milliers d’autres fanatiques de ce jeu sans égal.
PREVIEW SKWEEK (LOR CIELS) Les Skwecks débarquent sur notre planète!!! Four ceux qui ne connaissent pas encore ces petits monstres, sachez qu’ils ressemblent comme deux gouttes d'eau à notre EL YET1 tant ils sont poilus et sveltes. Mais les Skwceks sont bien tristes car, Tinfame Pitark contamina Skwcc .’land avec un skweeticidc bleu ce qui fit fuir les Skwcezcttcs de la planète (bonjour les noms...). Vous devez décontaminer les 99 continents de Skweez’land en les repeignant en rose, tout en évitant les Schnoreuls, ennemies héréditaires des Skweeks. S’apparentant au Pac-Man, Skweek est un
joli petit jeu de tableaux qui vient renouveler le style de jeu de Loriciels. Tout ça devrait arriver lin Mars sur Amiga.
Thierry R. Le but est simple: amasser le plus d’argent possible. Pour quoi faire? Pour équiper son vaisseau, bien sûr. Et pourquoi équiper son vaisseau? Euh... là je ne sais plus. Peut- être parce que plus vous jouez, plus ce vaisseau devient important à vos yeux. Ainsi, vous vous baladez de planète en planète en profitant sans le moindre scrupule des différences de prix pratiqués d’une station orbitale à une autre.
Par exemple, une planète peu dévelopée produira des fourrures en abondance mais aura besoin de produits pharmaceutiques que les planètes évoluées fabriquent à bas prix. Vous choisissez donc une planète sur la carte de la galaxie (8 galaxies au total, plus de 2000 mondes disent les auteurs), vous faites un saut en hyperespace et vous joignez la base orbitale par bonds successifs.
La monotonie de ces petits sauts est rompue par l’agression de quelques pirates en mal de cargaison. Un casier judiciaire vous suit pendant tout le jeu et gare à vous si vous décidez de faire un carton sur un inoffensif commerçant La police n'arrêtera plus de vous harceler.
Comment expliquer l’engouement pour un jeu où l’on n'arrête pas de répéter les mêmes actions? Cela ne s’explique pas: c’est l’étoffe d'un grand jeu. Mais j’ai aussi gardé le meilleur pour la fin... wrrrmBWï nr-rrr& srrnrppi'- Au moment où casser du Thargoïd (vos plus féroces ennemis) est une simple opération de routine expédiée entre un verre de limonade et le recollage des ventouses du joystick qui a succombé aux attaques conjuguées du petit frère et de Hybris, un nouvel événement en relance tout l’intérêt: on vous confie des missions.
Du coup, tout ce qui faisait l’intérêt de la première partie passe en arrière-plan. On se concentre désormais sur le but de la mission (n’attendez pas la première avant 80000 points, et restez CLEAN). Jusqu’à présent, j’en connais cinq. Mais il y en a sûrement beaucoup d’autres. Bref, un jeu à posséder absolument Cédric Beust IT mégadémo
1. Description Dès l'insertion de la disquette, une image apparat
nous annonçant le nom du groupe (IT) et ce qu’il présente...
L'image est bien faite, le sigle donne l’impression d’avoir
été réalisé avec des bandes de papier pliées (origamis. ).
Dommage, pas de musique d’attente... La première partie, une
fois chargée et décompilée, est très prometteuse. Un super
sigle, en relief, avec des couleurs qui changent, rebondit En
bas de l’écran, se trouvent 3 scrollings (deux en dégradés de
rouges, et un en gris) qui rebondissent et passent devant un
ruban sur lequel est écrit "Megademo". Au lieu des
traditionnelles étoiles, à Panière plan, ce sont des sphères
qui passent,.
La seconde partie est composée principalement d'une animation de boules bleus (genre Doc démo. ) qui passent devant des bandes noires quadrillées de gris qui servent de vu-mètres. En bas de l’écran, un scrolling rouge à vitesses variables. En dessous du scrolling, on peut noter, ce que l'on appelle un "effet d'eau" (Je m’essplike:lmaginez que le scrolling passe sous un cours d’eau (Ou dans un évier pour les moins riches. ), on ne verra pas le scrolling très nettementx’est c'est effet qui est rendu... ) La troisième partie est, en elle-même, composée de trois parties. En fond, une belle tête
de seipent Au milieu de l'écran, quatre canés qui servent de vu-mètres. De temps en temps, une plaque apparait, annonçant le nom du programmeur, du musicien ou du groupe... Si, l'on appuie sur le bouton gauche, on accède à la deuxièrre puis à la troisième partie, composées respectivement de trois scrollings et d’animations saccadées qui gâchent l’ensemble.
La quatrième partie est appcllce " Veclor demo". En haut de l’écran, un sigle IT en perspective et en dégradé de bleu. En bas, un scrolling qui ondule. Et au milieu de l’écran, vous l'attendez tous, chers lecteursda partie vectorielle (Vu-mètres en fil de'fer, animation du sigle IT et de divers autres choses,.,) La dernière partie est consacrée aux "crédits" (hommages rendus aux graphistes, musiciens et programmeurs qui ont participés à cette mégadémo...). Un scrolling horizontal en bas, un vertical au milieu, et des étoiles à la manière du bootblock de Wild Copper...)
2. Qualités et défauts Cette mégadémo est bien faite, contient
très peu de bugs, est bien accompagnées par d’excellentes
musiques mais, mais... mais elle est un peu trop banale... A
l’heure qu’il est, les beaucoup se suivent et,
malheureusement, se ressemblent Aussi, je lance un appel
"OOOOEEEEEEEEül".
Svp, contactez-moi si vous avez des mégadémo qui sont i novatrices, excellentes, bref qui vaillent vraiment la peine d’être testées... Je lui mets comme note 15 20 Musique: 4 Originalité: 4 Animation: 3 Dessin: 4 Si vous voulez me contacter écrivez à: Emeric Fermas 11, Rue du Pressoir 75020 PARIS Tél:47-97-84-76 "C’est mon expérience dans le spatial qui m’a amené à fabriquer cet outil".
Chez Matra, Bertrand Aubé fabrique des logiciels qui permettent de visualiser les satellites. A mi-temps il travaille dans sa propre entreprise d'informatique et vidéo, Volumn (4 bis, rue du Pont-Vieux, 31300 Toulouse, tél 61-59-29-88) où avec ses collaborateurs Bernard Letourmy et Danielle Delord il crée et vend des images de synthèse réalisées sur Amiga pour les sociétés à Toulouse.
L’outil en question est Imagine 4-D, un logiciel de création et animation d’objets sur Amiga qui sera _ commercialisé par The Disk Company à partir du début avril pour moins de 1000F.
; Zoon 119 ' .
H y a trois programmes :
- Imagine 4-D, la table de travail où on crée des objets et des
scènes;
- Rounder 4-D, qui prend des séquences d’Imagine 4D et calcule
les images;
- Show 4-D, qui affiche les images.
Imagine tourne sur les trois modèles d’Amiga, mais 1 méga est le minimum convenable. Dès le départ le manuel est publié en trois langues - l’allemand, l’anglais, et le français.
D y a un système de chargement de fichier-language qui rend facile le changement d’une langue à une autre. Le Yeti sera content - il suffit que le fichier Yetosh soit sur la disquette et les menus et messages d’erreurs sera comme par magie transformé en sa langue natale.
Dans le premier programme on se retrouve dans un cadre à trois dimensions avec un repère. On choisit une primitif - soit un cube, soit une sphère, soit une surface plane, etc. On donne le nombre de points qui va représenter la forme vers le haut et sur le côté - le maillage.
L’objet préféré de Bertrand Aubé est une carafe. Pour la fabriquer il choisit une sphère, il l’aggrandit à la dimension voulue, il l’allonge en tirant sur les points avec la souris, puis il crée le fond plat en prenant le point du bas et en le tirant vers le haut. B ouvre la carafe en coupant une ligne du haut. Pour faire le bec verseur il clique encore sur un point et tire son bec.
Dit Bertrand : "Je façonne mon objet comme un potier façonne sa glaise, c’est aussi facile que ça..." Pour faire l’anse il appelle une autre objet - il trouve que le cylindre est celui qui se rapproche le plus d’une anse. Le cylindre est maintenant l’objet actif sur l’écran. D le diminue, le place derrière la carafe, et le déforme en tirant pour donner la forme d’une anse. Après, il groupe le tout ensemble pour créer un seul objet.
Ceci n’est que le squelette de l’objet, qui KB. OBJETS : 34 STOCKAGE ; Non Stocke sera lissé par le deuxième programme.
Au contraire de Sculpt 3d avec ses trois petites vues sur l’objet, ici on est toujours en une seule vue grandeur écran, et on est toujours en perspective de trois dimensions. On peut se balader autour de l’objet, c’est bien sympathique et les changements semblent très facile à faire (attention, ceci est un aperçu par Ed: qui connail à peine plus que sa grand mère en matière de 3-D; il faut attendre le test tout-mains tout-pieds du méchant Yéti pour savoir si Imagine 4-D est vraiment aussi génial et user-friendly que ses concepteurs).
Les 4096 couleurs de l’Amiga sont disponibles, mais pour donner plusieurs couleurs à la carafe il faudrait rajouter les formes au-dessus. Une fois créé, un objet ne peut pas être séparé en plusieurs parties différentes, et ne peut pas être assigné plusieurs couleurs. Donc il faut prévoir ces détails dès la création de l’objet. Les options de texture sont brillantes, granuleuses, métalliques ou plastiques.
Le programmeur prétend qu’au niveau ergonomie, c’est à dire de la facilité à manipuler des objets, il n’y a pas d’équivalent sur micro, Mac compris.
Imagine-4D Made in Toulouse On peut fabriquer jusqu’à 666 objets avec 200 000 points. Avec 1 méga on peut avoir environ 150 objets ensemble. On peut dupliquer les objets. Pour créer une animation de la carafe en train de verser de l’eau, Bertrand fait pivoter l’ensemble et clique sur "ajouter scène", puis fait pivoter davantage et ajoute la scène numéro 2, etc. etc. Bien sûr, il peut déformer l’objet en pleine animation.
On peut choisir le nombre d’images entre chaque scène. Dix ou douze est adéquat. Il y a une option pour mettre une image IFF en fond, derrière l’animation. On peut faire la même chose pour devant, avec une des couleurs qui devient transparente, formant une fenêtre à travers laquelle on voit (ou aperçoit) l’animation.
D faut choisir la résolution écran. Ici il y a une restriction - Imagine 4-D ne peut pas faire des animations en mode entrelacé (medium ou high résolution), seulement des images fixes peuvent utiliser ce mode. Puis on choisit la taille du film - format vidéo, format plein-écran, quart d’écran, etc
- et l’éclairage.
Pour visionner, le mode Fil-de-fer monochrome est très rapide et permet de tester le film Le mode Polygone permet de faire des animations très rapidement, mais avec un rendu assez beau. Chaque facette est peinte avec une intensité plus ou moins claire çuivant l’éclairage choisi.
Le mode Pixel crée une forme arrondie et calcule chaque point pour éclairage et couleur. Le temps nécessaire pour cette opération est comparable à Sculpt-3D - on parle en nombre d’heures plutôt qu’en minutes.
Contrairement à Sculpt 3-D, Imagine 4- D ne fait pas de ray-tracing - vous n’aurez jamais des images de la qualité superfin et avec ombres portées qu’on peut atteindre avec Sculpt 3-D après quinze heures de calcul. Imagine 4-D est plutôt orienté vers les animations faciles et rapides.
Dans six mois sortira une version plus professionnelle, qui tournera sur 68020.
Cette version s'adaptera aux écrans haute résolution tel le Moniterm Messieurs courrier courrier courrier Je possède un Amiga 1000 RGB NTSC avec prise péritel à l’arrière, est-ce un SECAM? Comment puis-je accéder au bas de l’écran qui reste définitivement caché?
D’autre part, avant l'Amiga j’avais un ordinateur qui alors était inconnu de tous mais superbe pourtant - Commodore 64, et ensuite un disk drive externe 1541.
J’aimerais vraiment que vous me disiez qu’il est possible de le connecter à mon Amiga. Je sais que cela vous parait fou, mais enfin! Je devais vous le demander (for conscience’s sake) avant de mettre mon 1541 au placard...snif!
Eric Do Estanque, 13 Marseille Ed: Pour voir en plein écran il vous faut la version PAL du circuit Agnus, disponible chez des revendeurs spécialisés Amiga pour environ 200F. La transplantation n'est pas difficile.
Version 2 du "The 64 Emulator" de Readysoft propose en option une interface série qui permet l'utilisation des imprimantes et lecteurs du C64 avec l’Amiga. Avec cette version l'Amiga peut adresser les périphériques C64 sans rentrer dans le mode émulation C64, une amélioration majeur.
Monsieur, Mes encouragements pour votre revue débordante d’idées mais permettez à l’enseignant que je suis de dire que les tournures anglomanes les fauts d’orthographe et de français ne servent pas l'objectif que vous poursuivez si bien par ailleurs.
Gérard Serra, 13 Marseille Ed: oui m'sieur.
Monsieur Possédant un Amiga 2000 depuis quelques mois, je me permet de vous écrire pour vous dire qu’il est inadmissible et honteux que tous les logiciels prévus pour Commodore soient édité en Anglais.
Vous devriez obliger les fabricants de logiciels à rédiger leurs textes et documentations en langue différente pour chaque pays - mais naturellement tout le monde pense qu’à l’argent et la conscience professionelle n’existe plus.
Et je dois vous avouer être deçu comme beaucoup de clients que je connais et qui possèdent un Amiga, et qui espèrent que la Bêtise humaine réagira assez vite et qu’elle comprenne qu’il faut être responsable de ce que l’on veut vendre dans la vie. D’ailleurs cette escroquerie devrait être interdite en France, même au niveau des autorités Françaises.
René Quintana, 83 Toulon Cher A-News, Je suis possesseur d’un Amiga 1000, acheté en 1987 (il a deux ans ce mois-ci !!) Et je suis deçu par l’abandon presque total de cette machine par les boutiques spécialisées. Les extensions "hard" deviennent quasiment introuvables ou hors de prix, encore heureux que l’Amiga 1000 soit compatible avec les 500 et 2000 en ce qui concerne le soft. Cependant, je ne suis pas encore totalement décidé à le vendre pour l'achat d’un 2000 et je trouve très intéressante des questions telles que 'Comment bidouiller une extension mémoire A501 pour un A1000?’, ou
'L’extension de 1 méga qui remplace celle de 256k de l’A1000...ca existe?’. D est vrai que l’on a entendu d’une extension de ce genre à la sortie de l’Amiga 1000 (Ordinateur Individuel Hors Serie 87 No 88HS pl46, on parle de TAX2000 de Comspec), depuis plus rien.
Dommage que l'on ne parle plus de musique, surtout d’interface Midi (au fait la mienne que j'ai monté à partir du schéma de A-News fonctionne très bien, tout comme le câble minitel).
Jean Michel Marie-Julie, 94 Thiais.
Ed: Laurent a réussit son projet d’un montage qui fourni un totale d'un méga mémoire sur Al000. Nous esperons bientôt publier un article à ce sujet. A propos de la musique, l'A500 de Frank a été hors service récemment, mais ça y est, c'est réparé, et Frank redémarre avec son article sur Perfect Sound.
Monsieur, Dans le numéro de mars, je fus intéressé par le programme de téléchargement, mais il est vraiment laid!
(Ed: pour les lecteurs oublioniques, le titre sur la liste des DP le mois dernier était 'T'es laid chargeables"). Je saisis le programme Basic tout en vérifiant moults fois la syntaxe. A partir de WB 1.3 avec le port série pour 1200 bauds, parité Even, 1 stop et 7 bits dponnée, et le serial.device présent, je lance AmigaBasic et le petit programme est chargé. Ensuite je lance mon programme de communication pour contacter DEEP ou je crée ma BAL, je récupéré les pages du programme basic pour vérification, et enfin je rappelle le petit programme basic pour le lancer.
- 1ère erreur, le nom du fichier du listing "COM1:1200,E,7,1"
est refusé.
- 2ème erreur, je change le nom du fichier par "ChargeDeep",
qui est accepté mais la définition ne convient plus, je reçois
un "Field overflow" pour LA : if ASC (Input$ ( 1,2)) 12 GOTO
LA.
Inquiétude de ma part, aussi j’entre dans un Forum où j’apprends que le programme pour récupérer DEEP, fonctionne.
Toutes ces manoeuvres répétées plusieurs fois commencent à gréver le budget du téléphone, je commence à avoir le même avis que Giorgio pour le téléchargement, est-ce valable à un tel tarif?
Pourriez vous indiquer dans le n‘ prochain de la revue si d’autres utilisateurs d’Amiga ont des mêmes déboires?
Enfin, si je n’ai toujours pas de chargement, il me reste la télé.. Jean Pierre Fabien, 47 Fumel Ed: Votre problème est similaire au mien quand j'ai essayé de télécharger (à partir du CLI) tout en ayant un programme de télécommunication ouvert (conflit pour le port série). Il faut fermer votre "programme de communication" (et peut-être re-initialiser), puis simplement ouvrir un CLI ou Shell, branchez le Minitel à l'Amiga, entrez en communication avec Deep en utilisant le clavier du Minitel, et lancer le programme Basic sur l'Amiga quand DEEP vous le demande. Vous êtes seulement la deuxième
personne de nous contacter avec un problème, tandis que DEEP à servi de nombreuses t'eslaidchargeurs (euses) sans incident. Il est vrai que de petits problèmes de celte nature peuvent coûter très cher très rapidement. Mais une fois la période d'apprentissage et réglage est passé, ce service devient un vrai atout sans avoir à débourser des sommes énormes. Enfin, c'est ce qu'il nous semble... Sltà toute l’équipe!
Pourriez vous me dire si vous envoyez des lettres de relance à vos abonnés (je ne sais plus quel mois exactement se termine le mien). De plus, il me reste de mon CPC une imprimante DMP2000. Quel câble utiliser pour la relier à mon A500? Ou le trouver?
Eric Almon, 81 Monesties Ed: Oui, vous trouverez une lettre de rappel avec vos avant-derniers et derniers numéros. Vous pouvez toujours connaître le dernier numéro de votre abonnement en regardant l'étiquette d'envoi (c'est le chiffre imprimé après votre adresse).
Aucun problème pour le câble.
L'A500 et A2000 ont un port parallèle standard IBM. Vous pouvez utilisez un câble d'imprimante pour IBM ou Atari ST, disponible dans tout les magasins d'informatique.
LE COIN DES PROBLEMES (Cinq disquettes de marque seront envoyé pour chaque réponse publié) Quelqu’un connaitrait-il une recette pour diminuer le bruit du ventilateur du 2000?
MATERIEL VENDS HP LaserJet Plus, interfaces parallèle et série, double bac papier, 7500F. Mr RAFFI, tél 43-37-90-69 la journée.
VENDS AMIGA 2000, neuf, 3 mois. Prix à débattre. Téléphoner au 67-27-60-41 après 18h (Province).
VENDS AMIGA 2000 (11 88) 10500F, carte XT A2088 (1 89) 4000F, lecteur interne A2010 (11 88) 1000F, moniteur A1084S (12 88) 2200F. Le tout 17000F. Tél (1) 69-48- 26-17. Demander Patrick.
VENDS AMIGA 500 équipé avec imprimante, nombreux logiciels "jeux- utilitaires", documentations, livres. Prix A-NEWS en SUISSE Si vous êtes en Suisse vous pouvez vous abonnez à A-News pour 12 numéros pourla somme de 54FS. Envoyez votre paiment à : A-News, Conconi P, 36 Av Luserna, 1203 Génève.
CCP No 12-25868-1 Vous pouvez commencer votre abonnement à partir de n’importe quel numéro, le No 1 compris.
Les anciens numéros sont disponibles au prix de couverture chez: 33 CIS 571 571 ers de la Libération, Talence 62 Infograph 1 r du 11 novembre. Lots 64 Bab Micro, 7 rue de Coursic 64100 Bayonne 69 Gelain Ets 22 Ave de Saxe, Lyon 75 Infomanie 3 r Perrault 75001 Paris 98 Gloria 7 r deMillo, Monte-Carlo, Monaco Belgique Media Lem,rue François Dorzee 93,7360 Boussu Suisse Octopus Computer SARL, rue du Bassin 8,2000 Neuchatel Access, rue Centrale 66a, 2503 Biel-Bienne EduSoft 14-16 r des Gares 12011 Genève 2 A-News - Premier journal français dédié à l’Amiga® Abonnement d’un an (12
numéros) ....180F Pour l’étranger (tous pays) 240F (Avion 400F) Bulletin d’abonnement ci-dessous, mais si vous ne voulez pas découper votre A-News envoyez-nous votre demande sur papier libre. Les numéros précédents sont disponibles au prix de 20F par numéro + 5F frais de port, étranger compris. (Le port coût toujours une totale de 5F, quel que soit le nombre de journaux commandés) Les petites annonces sont gratuites pour les particuliers Oui, je m’abonne pour un an (12 numéros) à partir du numéro.
Nom ....Prénom .. Adresse .... Bon à découper et à adresser avec votre règlement au nom d’A-News à : A-News Diffusion, 24500 Eymet Les abonnés sont priés de noter le numéro du dernier journal qui leur sera envoyé (ce numéro est Imprimé en bas de l’adresse sur l’etiquette d’envoi), et de renouveler leur abonnement en bon temps.
Intéressant Tél 89-47-30-84 (entre 19h et 21h30).
VENDS AMIGA 500 cause Amiga 2000, avec moniteur A1084 + originaux. Contacter Jacques Gueneau au 56-75-19-82 VENDS AMIGA 1000 PAL. 512k, lecteur 880 ko + moniteur Commodore 1081 (couleur et monochrome). Le tout parfait état et sera délivré dans les emballages d’origine. Je le cède à 8500F. EXTENSION MEMOIRE EXTERNE 2 Mo 7000F, DRIVE 1010 3.5p externe 1000F. Demander JESUS au 84-22-49- 45 après 21h30.
ACHETE DISKS VIERGES 3.5p pour Amiga; cherche AGRANDISSEUR D’IMAGE pour TV couleur 55cm; VENDS tuner Scott FM 800F, Ampli Brandt 2*50w 900F, Platine disque Phonia 800F. Toutes propositions au 35-80-07-26.
ACHETE AMIGA 1000 PAL, Azerty, 512k, moniteur 1081, lecteur externe 3.5p, disposant du mode extra halfbrite (EHB 64- couleurs). Je réponds à toutes les offres CHERCHE EXTENSION MEMOIRE pour Amiga 1000, digitaliseur de sons sur A1000, et Sidecar. Contacter Jean-Michel au 48-53-34-09, après 19h.
CONTACTS LES AMIGATISTES DE NANTES diffusent des programmes du domaine public (démo, slide show, data sonix...) Joindre un timbre pour la réponse (qui est garantie à 100%). Ecrire à M.Morin, 4 bis rue de Feltre, 44000 Nantes CHERCHE désespérément contact sur AL- BI ou CARMAUX (les autres ne sont pas exclus) en vue échanges de toutes sortes.
Téléphonez-moi au 63-76-10-51 ou écrivez : ALMON Eric, Route des Ecoles, 81640 Monesties.
UN CLUB Amiga est né : The united stars of Amiga. Venez nous rejoindre (programmation, graphisme, musique, domaine public...). Contactez nous chez PHASE, Galerie "le square", 93 avenue du Général Leclerc, 75014 Paris.
VOUS qui possédez un Amiga et qui de plus aimez les Superbes Démos animées, Sonores, Slides-show, Datas pour Sonix et Utilitaires, profitez de notre Service de distribution de Disks du Domaine Public. Notre catalogue est disponible sur simple demande.
Adresse ; FD, BP 18, 59115 LEERS. Merci de joindre un timbre.
JE SUIS DEBUTANT et je recherche des contacts pour échange en tous genres sur Amiga 500. Pour me contacter écrire : Oméga, BP 11,7700 Mouscron 1, Belgique.
CHERCHE CONTACTS dans la France entière avec possesseurs d’Amiga pour des échanges d'idées, de trucs, et de softs. Réponse assurée. G al an Bruno, 161 rue Maurice Amoux, 92120 Montrouge.
RECHERCHE CONTACTS sur Amiga sérieux, même débutants - Mr ROLLAND Pascal, Parc St Just, Bat D, Appt 62, 76800 St Etienne du Rouvray. Tél 35-64-13-78.
CHERCHE CONTACTS sur tout ce qui touche à l’AMIGA MIDI pour la région parisienne. Je recherche aussi des possesseurs d’Amiga 500 sur Pantin s’il en existe. Tél 48- 46-06-05.
AMIGA 1000 cherche contacts (sérieux!!)
Dans la région d'Aix en Provence pour échanges d’idées et softs. Elève Thomann, CYR 15, Lycée Militaire, 13898 AIX ARMEES.
EMPLOI COMPUTER CONCEPT Recrute ; Un(e) Support produit (Technique + Artistique) AMIGA 21-25 ans. BAC + souhaité. Bonne présentation. Bon contact commercial. Permis de conduire indispensable (Dégagé des O.M.). Appeler au 47-07-57-15.
SOCIETE D’INFORMATIQUE LUDIQUE recherche jeunes développeurs de jeux connaissant l'assembleur 68000 ou le langage C sur Amiga, Atari ou compatible PC. Téléphoner au : 43-00-70-06 ou au 43-88-12-58 après 19h. Recherches permanentes.
URGENT : FORWARD VIDEO- GRAPHISME, société de production audiovisuelle (information - formation - promotion - publicité) recherche d'urgence infographistes (Paris et région parisienne) travaillant sur Amiga 2000 voire 500, tous styles et talents bienvenus, pour contrat free-lance ou à durée déterminée. Envoyer CV + 5 diapos signées à ; Mr LEBRUMENT Jean-Christophe, Forward Vidéo-Graphisme, 38bis rue Pascal, 75013 Paris. Ou téléphoner (dans la journée) 16(1)45- 90-68-82.
CLUBS (rubrique gratuite) 18 BOKONEN CORPORATION - Club pour Amiga ST. Charles Descouls, 16 Allée Henri Salté, 18000 Bourges, lil 48-24-53-64 h.r. 49 CLUB AMIGA ANGERS: Pour tout renseignement: Alligand Denis, 65 rue du Bon Repos, 49000 Angers. Tél 41-44-21-51 57 ALP1ÏA CLUB INFORMATIQUE SARREGUEM1NES Foyer Culturel, 3 rueJ.Roth, 5720 SARREGUEMINES. Tél 87-95-25-03.
64 MICROINFORMATIQUE CLUB D'ANGLETTéL59-52-34-03.
70 AMIGA FUN CLUB: Newsletter, contacts, domaine public. Reiniche Laurent, rue du Coteau, Errevet, 70400 Héricourt.
Pas plus tard qu’il y a quelques jours, Yves Remord, Amigaïste convaincu de Jamac (Charentes), me demandait par l’intermédiaire d’une missive dactilographiée, si il pouvait m'envoyer Son domaine public fait avec ses mains. Ma réponse est nette : Oui.
Si vous avez ou avez fait un programme de DP qui vous semble intéressant, n’hésitez pas, envoyez le nous. Les meilleurs passeront sur DEEP et chaque mois l’un de vous gagnera un mois d’accès sur DEEP en 36-14.
Commençons par deux précisions concernant le numéro précédent.
D manquait quelques lignes au programme Basic de capture du programme de téléchargement. Ceux qui se sont branchés sur Deep l’auront vu, nous avions mis des explications et nos excuses (notre imprimeur est écossais et tout est bon pour faire des économies).
Je vous rappelle que pour ne pas avoir d’ennuis avec le téléchargement il faut commencer par charger le Worbench, puis le basic pour le programme de capture ou le programme de téléchargement (Deep). Dans cet ordre il n’y aura aucun problème.
Donc pour éviter toute confusion revoilà le programme de capture.
OPEN "COM1:1200,E,7,1" AS 2 LEN=1000 C=0:Z$ =CHR$ (19)+"A" OPEN "DEEP" FOR OUTPUT AS 3 PRINT CHRS(12) PRINT "SI L’AFFICHAGE NE S’EFFECTUE PRINT " PLUS" PRINT "TAPE 1+ENVOI SUR LE MINITEL" PRJNT 2,"1"+Z$ ; LA: IF ASC(INPUT$ (l,2))ol2 GOTO LA IF (ASC(INPUT$ ( 1,2))-32)oC GOTO LA A=ASC(INPUT$ ( 1,2))-32 L=A*64+ASC(INPUT$ (l,2))-32 IF(L 0 OR L 500) GOTO LA K=0:C$ ="" FOR 1=1 TO 500 A=ASC(INPUT$ (l,2))-32 B=ASC(INPUTS( 1,2))-32 IF(A =0 AND A 16) GOTO LB GOTO LC LB: IF(B =0 AND B 16) GOTO LD LC: K=-l:GOTO LE LD: A=A*16+B :K=K+A :C$ =C$ +CHRS(A) NEXTI K=(K AND 15)+96 LE: A=ASC(INPUTS(U))-32 IF(K=-1 AND KoA)
THEN GOTO LA C=C+1:PRINT 3MIDS(C$ ,1,L); IF L=500 GOTO LF PRINT 2,CHR$ (19)+"F'; CLOSE 2:CLOSE 3:END LF: PRINT CHRS(12) PRINT "SI L’AFFICHAGE NE S’EFFECTUE"; PRINT ’’ PLUS" PRINT "TAPE";C+l;"+ENVOI SUR LE MINITEL" A$ =MID$ (STR$ (C+1),2,LEN(STR$ (C+l))-l)+Z$ PRINT 2,CHR$ (1 9)+"E"+A$ ;:GO- TO LA Deuxième précision pour le plan du câble. Si vous avez suivi les conseils de Tropic (car le plan était de Tropic) votre Amiga a dû griller.
Le fil +12V se branche donc sur la broche 23 de la DB25 mâle si vous avez un 1000 (sincères condoléances) et sur la broche 9 du connecteur DB25 femelle si vous avez un 500 ou 2000.
Je vous rappelle les références des résistances : 8.2K, 10K et 15K.
LES T’ES LAID- CHARGEABLES Passons maintenant au choses sérieuses : les nouveaux Domaines Publics que vous trouverez ce mois ci en téléchargement sur DEEP.
BootCopy : C’est un programme pour faire des copies de Boots! Le boot reste un des plus sûr moyen de voir si une disquette »est infectée par un virus (il saute quand le virus s’installe sur le boot bloc). Vous trouvez un boot et avec ce programme vous le mettez sur vos disquettes.
ReadAlï : Un éditeur de texte très simple pour éditer vos textes simplement, c’est simple!
ShowAnim : Beaucoup nous l'ont demandé; ShowAnim est la routine permettant de lancer toutes les animations de fichiers Anim (Videoscape, demo TheCat,...). Pkax : Non ce n'est pas une insulte (à la différence de Gros Pim’s), c’est un compacteur de fichiers. Et pour le même prix, c’est aussi un décompacteur de fichiers.
Vos programmes archivés compactés tiendront tout ça moins de place sur vos disquettes.
SCS : Slideshow Construction Set. Vous allez enfin pouvoir réaliser vos propres (ou sales pour certains) slideshows. Toutes les fonctions y sont, scroll, fade, strountch, zlikmol, et j'en passe.
TheWheelOfFortune : Eh oui.
La Roue de la Fortune. LE jeu. En basic avec les sources en basic. - Je prendrais un T. - Désolé madame, il ne nous reste que du café. Le jeu vaut ce qu’il vaut (sur l'ordinateur) mais les sources vous apprendrons des trucs et après vous pourrez vous lancez dans l’adaptation du Juste Cri, de la Porte Magique, du Grand Echiquier, des réclames, de soirée ça craint, et en fin de soirée le journal.
Bonne soirée. Merci.
Si vous voulez particulièrement un programme du domaine public, n'hésitez pas, écrivez moi dans ma bal CHORIZO- KID ou au journal. Les programmes les plus demandés seront publiés les premiers évidemment. Par exemple le mois prochain on vous donnera un player de musique IFF que beaucoup nous ont demandé.
On me dit de préciser que le plan de Tropic ne pouvait pas faire griller votre Amiga. Vous l'aviez plus blanc @&ée'(§ et flûte encore les plombs qui sautent, compris voulais-je dire, c'était un poisson d'avril. Ah quel bout en train ce Chorizo, il ferait un bon parti pour la petite.
Chorizo Kid n' est pas un Fou de la Messe.
A-Sews 41 The Disc Company annonce que Imagine 4D sera distribué en France au prix public de 650F, En Suisse le prix sera de Sfr 149, et en Belgique de FB 4.450. CRAZY CARS TITAN jPGO jU-O sppqjjQuEl MISER ’iruirirunri AMIGA ATARI ST PC ET COMPATIBLES AMSTRAD CPC C 64, 128 SPECTRUM 28 TER AVENUE QE VERSAILLES • 93220 GAGNY - TÉL. : (1) 43.32.10.92 TECHNOLOGY
* M«I’ «» «AM.OFT.OM ' y- y- 1 «ES IBAMMmO.O f» 1 su». •'*».» .==
1 __ UgHy»! R ¦¦ miÿj »t»IT.!£TW «MHMlt.ll *“ fcg-Vd [ nin-iHi
ai
• 5231 KHK!
Nouveau : Extension mémoire interne pour AmiGA 500
• Jusqu'a 3 Mo' de mémoire
• Plus horloge calendrier optionnel"
4. % ??** i* Les extensions mémoires SPIRIT TECHNOLOGY r son?
H rées avec une disquette d accompagnement qui contient ces
routines s "ces permet tant '|J" 53’ on ce e ~e"c re et ce
nor!co° a.o»r? R de vos disquettes ' j Cette disquette
contient aussi plusieurs logiciels du y* domaine public comme
un RAM DISK résistant au , V % reset. Un programme qui traite
les erreurs, .ce nomc'eux utilita res. Une notice complète,
détaillée et illustrée pour une installation rapide de la
carte SPIRIT TECHNOLOGY sans soudure n; modification. Un tes"
permet ce localiser avec précision tout oro&ieme ce composante
mémoire installes sur la carte en OK ¦' • ;t Y iWï'V ' Les
extensions mémoires SPIRIT TECHNOLOGY peuvent être util sees
en mode Auto-configuration, non auto-con curaîion RAM DISK ou
transparent (RAM OFF; CiS garantit les cartes SPIRIT
TECHNOLOGY un an Les cartes SPIRIT TECHNOLOGY bénéficient de
la meilleure technologie qu soit en matière a extension
interne sur AMIGA.
WL .snm [I!
PHOTO ¦ Extension mémoire interne de OK a
1. 5 Mo avec horloge calendrier pour Amiga ?000 jusau'a un total
de 2 Mo.
Ccon exclusive er Europe 571 cours de la Liberation - 334)0 TALENCE - FRANCE -Tél. 56 37 43 73 - Fax 56 04 03 95 1 Le prix indiqué au dos s’applique à toutes les disquettes de ma liste sans aucune distinction entre PDS - Démos et Developer’s.

Click image to download PDF

Merci pour votre aide à l'agrandissement d'Amigaland.com !


Thanks for you help to extend Amigaland.com !
frdanlenfideelhuitjanoplptroruessvtr

Connexion

Pub+

49.6% 
10.2% 
5.7% 
3.9% 
3.5% 
3.4% 
2.9% 
1.4% 
0.9% 
0.9% 

Today: 69
Yesterday: 82
This Week: 449
Last Week: 671
This Month: 2590
Last Month: 2911
Total: 75111

Information cookies

Cookies are short reports that are sent and stored on the hard drive of the user's computer through your browser when it connects to a web. Cookies can be used to collect and store user data while connected to provide you the requested services and sometimes tend not to keep. Cookies can be themselves or others.

There are several types of cookies:

  • Technical cookies that facilitate user navigation and use of the various options or services offered by the web as identify the session, allow access to certain areas, facilitate orders, purchases, filling out forms, registration, security, facilitating functionalities (videos, social networks, etc..).
  • Customization cookies that allow users to access services according to their preferences (language, browser, configuration, etc..).
  • Analytical cookies which allow anonymous analysis of the behavior of web users and allow to measure user activity and develop navigation profiles in order to improve the websites.

So when you access our website, in compliance with Article 22 of Law 34/2002 of the Information Society Services, in the analytical cookies treatment, we have requested your consent to their use. All of this is to improve our services. We use Google Analytics to collect anonymous statistical information such as the number of visitors to our site. Cookies added by Google Analytics are governed by the privacy policies of Google Analytics. If you want you can disable cookies from Google Analytics.

However, please note that you can enable or disable cookies by following the instructions of your browser.

Visitors

Visite depuis
03-10-2004
Visite depuis
23-02-2014