Sponsors

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

A-news in the news Dès sa sortie, A-news a immédiatement obtenu l’attention de la presse française qui a annoncé avec plaisir la naissance (enfin!) D’une revue dédiée à l’Amiga. Maintenant A-ncws a obtenu la consacration de la presse internationale;... et quelle référence! Car l’annonce de l’existence de A-news a été donnée par... "AMIGA WORLD"; sûrement la revue américaine dédiée à l’Amiga la plus connue dans le monde! (Voir AmigaWorld August 1988, page 93 94; thank you Fem...) J’en profite pour vous conter une petite anedocte. L’Amiga est le seul ordinateur au monde qui a eu une revue dédiée avant sa sortie. En effet le tout premier numéro de AmigaWorld a été publié avant que l’Amiga soit disponible dans le commerce. Cela est intéressant car, une fois de plus, j’ai représenté ici en France, une histoire parallèle: ma newsletter (à l’époque s’appcllait "CUPERTINO’s AMIGA Newsletter") a été publiée pour la première fois le 24 février 1986, avant donc la commercialisation de l’Amiga par les revendeurs français ! Micro News Le Worckbench 1.3 est en retard. La version "gamma 7" qui aurait du être quasiment définitive et qui a corrigé la plupart des bugs de la version "gamma 4" n’est pas... bug-free ! Discovery Software annonce V.I.R (Virus Infection Protection); à part sa fonction évidente de détecter les différents virus connus et de protéger ainsi vos disquettes, ce logiciel permettra dans un grand nombre de cas de "réparer" même les originaux protégés qui ont été abimés par un virus. (Il paraît que ce produit sera commericalisé en plusieurs langues: Allemand, Français, Anglais, Espagnol.)

Click image to download PDF

Document sans nom COUVERTURE "FAIT MAISON"!
LE CUPERTINO NEWSLETTER Sélection couleur par Amiga 500. Economie : 3 000F
C. VASSALLO SUR LE K-SEKA Suisse : 4.50 Canada : 4.95 Belgique :
120 INFOM ANIE 3, rue Pcrraull, 75001 FA. RI.S TEL 4 0 20 0
1 20 TE Demon slral ii n sur rende .- vous METRO LOI IVRE .EX
2 IX 3 2 X Los prix soni rie CON FICl) R. V I' 1 )NS AMIGA
500 Coueur. Genlock PAL Composile 9490 AMIGA 500 Couleur.
Extension 512 K, Deuxième Lecteur 3" 1 2, Visual Aurai 10990
AMIGA 500 Couleur. Disque Dur 20 MEC.A, Extension 2 MEGA 18900
AMIGA 500Couleur, Extension 512 K. Deuxième Lecteur 3" 1 2,
Photon Paint. Imprimante Couleur Star CLC 10 11490 ces prix
sont T.T.C..valables en France, pour règlement comptant,
jusqu'au 30 juillet.
Il ne sont cumulables avec aucune autre remise GAMME AMIGA AMIGA 500 4690 AMIGA 500 Couleur 7490 AMIGA 2000 11590 AMIGA 2000 Couleur 15299 AMIGA 2000 20 21500 AMIGA 2000 XT 26790 icx : lu i v n lis SUBSISTEM
- A 500
- A 1000 Boitier qui accepte 2 cartes d*cxtcnsion pour A2000. Un
lecteur interne et une sortie disque dur.
Aulo-alimcnté, il se positionne sous l’unité centrale et n’occupe aucun slol d’extension.
VISUAL AURAI.
Système interactif images-musique: une musique en entrée provoque des effets paramétrables sur les images à l’écran.
IMPRIMANTE COULEUR JET D'ENCRE XEROX 4020 Enfin la possibilité d’obtenir des sorties papier ou transparent de qualité professionnelle sur ÀMIGA CARTE 68020 68882 25 MHZ GF.N LOCK PAL COMPOSITE A8802 Indispensable pour toute application video. Incrüstation à 1 écran du signal AMIGA avec un signal vidéo externe. Sort un signal PAL-Composite directement exploitable sur bande vidéo. Ne nécessité pas de codeur.
EXTENSIONS MEMOIRE 2 MEGA
- A500
- A 1000 Possibilité de chainer jusqu‘à 4 extensions sur la même
unité centrale (8 Megax supplémentaires). Fournies avec
alimentation indépendante.
DISQUE DUR 20 MEGA
- A500
- A 1000 LECTEUR 10 MEGA 4400 2990 3290 2490 6490 6690 16485 6990
7290
N. C. 18900 1* ER I 1*1 I ER IQU E-S Carte XT A 2000 5681
Co-processeur 68020-68882 18900 Subsystem A500 2990 Subsistcm
A1000 3290 Lecteur Cumana 3" 1 2 1890 Lecteur NEC 3" 1 2 1490
Lecteur Cumana 5"l 4 2450 Lecteur Interne A2000 1650 Lecteur
10 MEGA Supra N.C. Moniteur Commodore A1084 3290 Moniteur H.R.
A2080 4490 Kit Disque Dur A2000 7104 Disque Dur 20 Mega A500
6990 Disque Dur 20 Mega A1000 7290 Extension 2 MEGA A2000 3546
Extensions 2 MEGA A500 6490 Extensions 2 MEGA A1000 6490
Extension 512 K A500 1096 Digivicw (A500- A2000) Filtre
Digitalisation DG 88 Digitaliseur Diapos Fotovix Statif
Digitalisation Statif avec Spots Caméra Pulnix CCD HR Objectif
16mm Zoom Gen Lock Pal Composite A8802 Gcn Lock GST 1000
Encodeur PAL Interface MIDI Visual Aurai 2290 2690 24666 1290
1990 9775 690 .3105 4400 15400 2620 549 2490 Tablette
Graphique A4 4650 Tablette Graphique A3 8500 Table Traçante A3
ROLAND 880 9900 Table Traçante A3 ROLAND 990 16900 Table
Traçante A2 DPX 3200 50701 Table Traçante Al DPX 3300 60723
Table Traçante A0 GRX 400 73532 Digiview (A 1000) 1990 ,A
CREME DES L(XÏKÎ1C1ELS AIVIKJA une sélection cio nos moi I
leurs produits Audiomaster 440 De Luxe Music C.S. 798 Keyboard
Control Sequencer 1890 Pro Midi Studio 1590 Sound Samplcr 990
PROGRAMMATION Lattice C 1590 Manx Aztec C 2490 MCC Assembleur
678 MCC Lisp 1490 MCC Pascal 949 MCC Shell 489 MCC Toolkit 388
BUREAUTIQUE Professional Page 1990 Excellence! 1990 Publisher
Plus 690 Pro Write 2.0 N.C. Superbase 950 Superbase Pro 2490
V. I.P. 1190 Vizawrite 1450 GRAPHISME - VIDEO Aegis Animât or
Aegis Impact Animate Butcher De Luxe Paint 2 De Luxe Video
Digipaint Direct or Express Paint Page Flipper Photon Paint
Pixmate Pro Video Sculpt 3D Silver TV Show TV Text Videoscape
Videotitlcr IMPRIMANTES Star LC 10 2490 Star LC 10 Couleur
2990 NEC P 2200 4317 Star NB 24 10 5990 Star NB 24 15 8490
Xerox 4020 let Encre Couleur 16485 Laser ATARI SLM 804 14173
Laser Postscript AST 35461 790 590 1450 339 990 989 480 650
690 390 790 490 1490 890 1690 750 750 1090 1090 540 LIVRES
Hardware Reference 270 Introduction au système AMIGA 270
Intuition Reference Manual 270 ROM Kernel Librairies 406 AMIGA
ROM Kernel: Refer. 270 Trucs et Astuces sur AMIGA 149 Bien
Débuter sur AMIGA 149 MUSIQUE Aegis Sonix Expéditions en
France et à I 'étranger dès réception de commande, contactez
nous pour disponibilité en stock EDITO Nous avons commandé un
Amiga 2000 et moniteur A2080 il y a trois semaines. L’ordre
était transmis sans tarder à Commodore France, mais nous
n’avons toujours pas reçu la machine... Espérons que c’est un
cas exceptionnel. Paris n’est pas si loin que ça.
Changements, toujours des changements ici à A-News. Nous aimons cela, mais nous sommes quand même tristes de voir partir les Gourous (voir leur Edito page 31). Dans certains domaines, et surtout la convivialité, c’était notre partie préférée du journal. Nous espérons qu’ils vont pouvoir nous envoyer des articles de temps à autre. En attendant ils sont toujours contactables sur 36-15 DEEP, bal GOUROUS.
Contribution surprise! Les pages avec le triangle en en-tête ont été envoyées par Sébastien, Gilles, Jérôme et Johnny, les photos par Castoon (encore une équipe de Bay- onne... décidément, A-News a des affinités avec cette sympathique région).
On vous laisse avec un message de Monsieur Ramon, probablement envoyé de sa plage préférée (Biarritz?)... Bonnes vacances à tous SOMMAIRE NEWS NEWS NEWS 4-5 INTROCAD 2.0 ....6-7 LE COIN C ....8-9 DELUXE AZERTY 11 K-SEKA PAR VASSALLO ....12 L’ASSEMBLEUR DE LITTLE ZEUS 14-15 THE WEDGE ..16 CUPERTINO 'S AjjOHA NEWSLETTER 12
pages ..J7-28 UNE NOUVELLE A500?
CLI POUR AMIGADEBUTANT ...29 ZOOM .30 EDITO DES (GOUROUS .'31 FLIGHT SIMULATOR EUROPE .31 DIGIPAINT PAR NORBERT .32 ROCKFORD .. 33 TOQUESTFOR .33 LE PAVILLON NOIR .....34 NOUVEAUTES . 35 MONTAGE PRISE MIDI ....;.....36-37 BUGGYBOY .37
POSTSCRIPT ..40 PROFESSIONAL PAGE - LA COULEUR! .41 PETITES ANNONCES, ABONNEMENTS 42 LES FICHIERS ...43 Ce numéro a été mis en page sur Amiga avec Professional Page, Deluxe Paint II, Prowrile 2, Digiview et l'imprimante LaserWriter d'Apple.
A-News est édité e! Publié par NewsEdition SARL de Presse h 24500 Eymet.
Tel 53-2-7616 53-58-71-46.
Editeur et Directeur de la Publication.
BruceLeppcr Copirêfit NewsEdfcn,
1968. Reprodtxüonimer- cfitB sans autorisation.
: Artga, Vniga* s,WoiK- i bendi sont des marquas ; déposées de Commodom Inc. NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS Pas de grandes annonces - à l’AmiEXPO de Chicago fin juillet.
L’exposition s'est déroulée sous le nuage de la pénurie de composants mémoire.
Les chips sont devenus presque introuvables aux Etats-Unis, ce qui freine le développement de nombreux projets autour de l'Amiga. Même Commodore n’a pas toute la mémoire qu’il voudrait.
* * * Infomanie confirme que les nouveaux disques durs Supra
comporteront un rom permettant l’autoboot avec Workbench 1.3.
Au moment de la sortie de 1.3, Supra s'assura la disponibilité
d’un rom similaire à monter sur les modèles existants.
* * * Un montage disque dur pour A1000, A500 et A2000 est proposé
par Palomax aux Etats-Unis. Pour S170 il y a une disquette de
soft (drivers, formattage, sauvegarde, etc), et documentation
avec schémas pour construction d'une interface compatible avec
un assortiment de disques durs MFM et RLL ST506 412. La méthode
utilisée est le wrapping.
* * * A propos des pannes avec clignotement de la touche "Caps
Lock", Jean-Luc à téléphoné pour décourager des gens de laisser
tomber leur Amiga depuis "une certaine hauteur" (voir Courrier
A-News 4, page 34). Ce n’est pas possible de faire ça à un
Amiga, dit-il. Face à un probable délai en SAV de six à sept
semaines il a préféré ouvrir l’Amiga et appuyer sur les
circuits. Cela n'a rien changé - toujours le clignotement
infernal. Mais il a laissé allumé l’ordinateur. Après cinq
minutes l’écran a changé de couleur -. Jaune, vert, gris-foncé,
puis un petit bruit électrique et l’Amiga s’est remis à marcher
normalement...
* * * Jay Miner est pessimiste. Dans une interview avec INFO
magazine le créateur de l'Amiga révèle qu'il n'a pas grand
espoir pour l’avenir de la machine.
"Je suis désolé de le dire," dit-il, "mais Amiga est si loin derrière Mackintosh et IBM qu’il sera presqu’impossible de rattraper. Commodore arrivera peut-être à rester concurrentiel dans les deux ou trois prochaines années, mais tôt ou tard ils seront obligés de sortir une nouvelle machine, et il sera difficile de rester compatible avec l'Amiga." Jay ajoute que même si l’Amiga ’goes South’, son influence restera pour le bienfait général.
La poussée d'IBM vers le multitâche et d’Apple vers un meilleur son et graphisme étaient les conséquences directes de l’existence de l’Amiga. -, •
* * * Le Coin du Workbench 1.4: En sus du Fast File System pour
les lecteurs 3.5", il est probable que le 1.4 aura une boîte de
requête de fichiers STANDARD.
Quelle bonne idée! La vie va changer en profondeur pour tous ceux qui passent des heures à écouter les grognements des lecteurs en recherche de fichiers. La différence entre un système efficace de boîte-requête (Professional Page) et un système quelconque (ProWrile - oui, même Prowrite 2, malgré quelques améliorations) est énorme.
Autres probabilités sur 1.4: soutien pour le nouveau chipset et l’A2024 moniteur monochrome: character-mapped console device pour affichage texte plus rapide que l’actuel graphic-mapped console texte; bitmap d’échelle variable (bitmap scaling); encore des changements sur Préférences, nouveau drivers serial.device et parallel.devicc; colorfonts; texte rapide en ROM; soutien pour overscan; des changements dans le math library, y compris un IEEE library simple précision; un meilleur shell; et verrouillage d'enregistrements.
* * * Et Workbench 13? Toujours pas là.... Laurent Durrieux
constate: Les nouveaux drivers d’une préversion 1.3
fonctionnent parfaitement et j’obtiens du 240 ppp sur ma MPS
1000.
J’ai remarqué que le fichier system-configuration en 1.3 permettait un affichage du Workbench (et du CLI) en Overscan, c’est à dire environ 10% de gain en taille d’écran, mais le moniteur n'aime pas trop les élargissements.
Le Fast File System ne fonctionne pas avec les disques durs qui utilisent la carte PC.
Les nouveaux périphériques SPEAK: RAD: NEWCON: PIPE: semblent bien fonctionner. La Mountlist est d’ailleurs bien étoffée.
SPEAK sert à faire parler l'Amiga.
RAD est un disque virtuel genre VD0.
Ces périphériques doivent être "Mountés" On peut aussi mettre le drive externe du 2000 en df 1: On trouve en outre beaucoup de nouveaux utilitaires dans le directory C comme Xicon qui faisait défaut, remRAD, GetEn et SetEnv etc...
* * * Dernière minute: des rumeurs circulent comme quoi on ne
verra jamais Workbench 1.3 en Europe en version définitive. On
passerait plutôt directement à la version 1.4. Mais... ce ne
sont que des rumeurs.
* * * L'Amiga Transputer Interface Board, qui existe en prototype
chez Commodore-AUemagne, est plus près de la commercialisation
qu’on aurait pu imaginer. La carte pour Amiga 2000 utilise un
circuit transputer T-800 de 32 bits de 10 millions
d'instructions second (MIPS). Comme l’Atari transputer-ST, elle
attend le perfectionnement d'un nouveau système d’exploitation
des circuits en parallèle, Helios, développé par Tim King,
créateur d’AmigaDos.
La carte interface Amiga porte un seul transputer, un à quatre mégas de RAM dynamique, et contrôleur mémoire à accès direct (DMA). Cette carte peut gérer jusqu’à quatre cartes supplémentaires, chacune équipée de quatre transputers et 1-4 mégas DRAM.
On peut donc avoir jusqu’à 17 transputers dans un A2000 standard.
Les transputers communiquent entre-eux à travers des "interfaces" séries intégraux (ils sont incorporés dans les chips transputer. Il y a aussi 2K de RAM incorporé sur chaque circuit transputer).
Ces "interfaces" peuvent être utilisés pour faire les liens avec des transputers dans d’autres A2000, créant ainsi un réseau local sans besoin de passer par un autre système de contrôle-réseau. Le tout forme un ordinateur géant, sous contrôle de Helios, avec partage automatique du temps d'utilisation des multiples circuits transputers selon la demande des logiciels tournant sur chaque A2000.
Limite du système : environ 500 transputers. Commodore Allemagne ne dit rien sur le prix ni la date de disponibilité, mais indique que Helios est presque fini.
* * * La Camif à Niort organise un concours national de création
d’un logiciel éducatif. Le gagnant recevra une entreprise dotée
de 100 000 Frs de capital, créée pour lui permettre d’exploiter
ses idées. Un autre concours est pour l'adaptation d'un livre à
un autre média. Les participants doivent fournir le scénario de
leur nouvelle oeuvre, ainsi que quelques éléments tels dessins,
roughs, pré-montages vidéo, etc. Le gagnant recevra la somme de
30 000 Frs.
A vos Amigas! Dossiers de participation et règlement du concours sont à demander à : Carrefour Media Jeunesse de Niort, HÔtcl de Ville, 79022 Niort, tél 49 79 00 34.
NEWS NEWS NEWS NEWS NEWS
* * * A San Francisco, le Bay area Amiga Developcrs GroupE
(BADGE) organise le deuxième Killer Demo contest.
N'hésitez pas, envoyez vos créations avec une lettre à Killer Demo Contest, c o Randy Spencer, Box 4542, Berkeley, California 94704 avant le 15 septembre.
Si vous envoyez cinq dollars avec, vous recevrez une disquette comportant les trois meilleures demos. L’année dernière le premier prix était un Amiga 2000.
* * * Les Suisses ont de la chance - l’Amiga coûte 10% moins cher
que l’Atari ST dans leur pays. Le prix de F Amiga 500 est entre
1300FS et 1600FS.
On estime à 10 000 à 15 000 le nombre d’Amiga en Suisse.
COURRIER Salut à tous Je suis un passionné de musique, aussi je suis tout particulièrement intéressé par les articles traitant de ce sujet. Tout d’abord je m’étonne que personne ou presque n’ait encore parlé d'un soft très intéressant, à savoir SOUNDTRACKER ni. Ce produit ne semble pas être distribué en France pour le moment. Je me le suis procuré en Belgique, mais je sais que pas mal de gens s’en servent en France pour leurs intros.
Il se compose de deux disks - le master, et un disk avec les datas et les bibliothèques de sons digitalisés.
L’utilisation n’est pas très aisée. On rentre les notes au clavier. On travaille en notation anglo-saxone, l’éditeur ne comporte que peu d’options. On ne retrouve pas la convivialité d’un Sonix, on ne peut pas échantillonner les sons, mais la qualité des sons est surprenante, c’est mieux que Sonix.
Jacques Daoud, 22 St Brieuc Cher A-News, J'aimerais des renseignements sur la façon de connecter un LaserWriter à un
2000. . Laurent Durrleux, 07 Viviers Ed: Les voici (un câble à
trois fils suffit): AMIGA 500 ou 2000 RS232:
2. .3
3. .2 LaserWriter RS232 7---------7 Madame, Monsieur, De
passage dans notre belle capitale, et toujours à la recherche
de la plus petite information concernant mon ordinateur
préféré, j'ai du mal à vous décrire quelle fut ma joie en
découvrant enfin un journal, en Français, consacré uniquement
à l'Amiga! Je tiens donc à vous adresser toutes mes
félicitations pour avoir comblé cette immense lacune et pour
le style bon enfant et agréable de vos articles. Néanmoins, je
me permets de vous faire le reproche suivant : Je pense que
vous consacrez un peu trop de place aux essais des différents
programmes au détriment des bidouilles et astuces de
programmation que j’attends avec impatience dans votre revue!
En effet, à l’heure actuelle, les livres réellemcnts
intéressants, et en français, sur l’Amiga et proposant autre
chose que le B.A.BA. ne courent pas les rues... Et les
questions que je me pose quotidiennement restent donc sans
réponse ! J’en arrive donc à vous en poser quelques unes
directement :
1. Pouvez-vous m’indiquer un moyen de régler directement l’heure
et la date en mémoire sans passer par Préférences?
Par exemple par des pokes en basic, je n’ai trouvé cette adresse mémoire nulle part (Ed: bientôt dans A-News en C)
2. Connaissez-vous un moyen de lancer un programme basic
directement à partir du CLI? Pour démarrer un programme
directement de la startup-scqucncc sans passer par l’écran du
basic ni par une icône. (Ed: impossible en basic)
3. Comment faire pour créer une commande CLI? Faut-il
obligatoirement programmer en C? (Ed: utilisez un langage
compilé - C, assembleur, ou basic compilé) En programmant en
basic, j’ai découvert que l'appel des librairies ne fonctionne
que si le nom desdites librairies est écrit en minuscules!
J’ai recherché pendant un moment la cause de mon erreur.
Bizarre non? (Ed: c'est comme ça) Philippe Hayart, 51
Châlons-sur-Marne (Encore Ed: Nous avons nos spécialistes en C
(les Très Coinçés, euh non, c'est Los Très Ombres) et en
assembleur (Lillle Zeus) qui se feront un plaisir de répondre
à toute question. A propos, qui voudrait devenir notre
spécialiste pour le Basic?)
Messieurs, Je n’ai toujours pas compris pourquoi "Commodore France" a fait censurer la couverture du magazine.
Aussi, bien des jeux sont les mêmes sur l'Atari que sur l’Amiga, alors que ce dernier possède des capacités bouleversantes. Espérons que les boîtes de softs ne se contenteront plus de faire de vulgaires adaptations et qu’elles exploiteront un jour toutes les capacités de l’Amiga.
Enfin je vous écris pour vous faire part d’une découverte qui à mon avis va arranger pas mal de gens : si vous avez un soft qui ne marche plus ou qui vous fait des histoires une fois sur deux, prenez n’importe quel copieur et faites assurer à votre soft le rôle de SOURCE et DESTINATION. Le fait de ré-écrire sur le soft les mêmes choses fait parfois des miracles.
Bruno Napoli, 06 Juan les Pins Ed: La direction de Commodore-France s'est toujours opposée à A-News. Mr Frank Lanne, son directeur, a tout fait pour empêcher notre parution, donnant comme raison qu'il préférait le projet de Commodore Revue, un journal couvrant toute la gamme des ordinateurs Commodore. M. Lanne n'a jamais voulu nous donner la permission d'utiliser le litre "AmigaNews", et maintenant il nous interdit d'utiliser les mots "Commodore", "Amiga", etc sur notre première page. Ces mots ont été enregistrés comme marque de commerce par Commodore, et M. Lanne a le droit d'agir ainsi (sauf
en ce qui concerne les litres d'actualité).
A propos du "truc" d'améliorer une disquette en la re-copianl sur elle-même, il est difficile d'y voir la logique. Un copieur reproduit exactement ce qu'il lit, sinon ça serait le désordre le plus total.
Chers A-News, Giorgio et autres Gourous... Je salue, avec un grand merci, votre naissance. Votre revue par son côté "fanzinc”, qui reste proche de l’utilisateur et du bidouilleur, réussit à imposer une identité qui, loin de concurrencer Commodore Revue, lui est au contraire complémentaire et s’avère indispensable pour tous ceux qui veulent utiliser au mieux les capacités de cette petite merveille nommée AMIGA.
Philippe Escuyer, Sucy en Brie Introcad est un logiciel de CAO (Dessin Assisté par Ordinateur) qui ne révolutionne pas la conception de la CAO, mais se distingue par sa capacité à piloter une imprimante au maximun de sa résolution.
INTROCAD 2.0 Révolution dans le pilotage des imprimantes Comme c’est expliqué dans le manuel, l’écran de votre AMIGA a une résolution de 60 par 75 DPI tandis qu’une imprimante de moyenne capacité obtient une résolution d'environ 180 par 180 DPI et une imprimante Laser 300 par 300 DPI.
INTROCAD laisse de côté les DRIVER des préférences et utilise les siens propres.
Plus de 20 imprimantes y sont, et vous n’aurez sûrement aucun mal à trouver la vôtre. Les dessins une fois sortis sur votre imprimante ne donnent pas l'impression d’être construits en escaliers. Un trait quelque soit sa direction reste un trait et avec une imprimante haute résolution, il faut une loupe pour y voir des escaliers.
Les concepteurs de ce logiciel appellent cette manière de piloter et stocker des dessins Object-Oriented Programm. Seules les coordonnées des dessins sont stockées, et à partir de ces coordonnées le logiciel dessine soit à l’écran, soit sur votre imprimante ou table traçante. En bref, ce programme transforme votre imprimante en table traçante
- t w- La création de dessins se fait entièrement à la souris, et
seule la fontion REDRAW utilise des touches clavier pour se
lancer. Ce programme utilise la haute résolution écran et il
n’est pas possible d’en changer. Si vous ne possédez pas de
moniteur longue persistance (2080) ou de verre fumé, vous
risquez d’avoir rapidement mal aux yeux.
Cette version ne travaille pas en PAL et seules les 400 premières lignes de votre écran sont utilisées (sur 512). La surface de travail est illimitée, et les couleurs du plan de travail et des modes d’indications, sont bien choisies pour éviter au maximum le scintillement.
L’environnement de travail Aucune palette d’outils de création à l’écran, toutes les commandes et fonctions s’obtiennent par menus déroulants. Ces menus sont divisés en 7 groupes: Project gère les périphériques (lecteurs, imprimantes et plotters).
Part s'occupe des librairies d’objets (qui peuvent s’apparenter au pinceau de DeluxePaint) et de grouper des parties de dessin pour en faire un "part", ou de les dégrouper.
Option Lui se charge de la gestion de l’environnement de travail. Notamment le Zoom, le Slide (déplacement sur la surface de travail) et Fullpict qui affiche automatiquement l’intégralité de votre dessin. Ruler affiche ou pas les règles de coordonnées. Grid est très intéressant, car 5 sortes de grilles de travail sont possibles, isométrique 30 et 60 degrés, normales avec un supplément de lignes à 30 ou 60 degrés et une grille classique.
1D.P..TQ ISOLATEOID H=p-rH=p- ¦me , I8«.
1- *¦¦¦" 1 | -6V ¦ ut . , ... , I •; ::: Crossair remplace le curseur par une croix de la largeur de l'écran. Gridmesh offre deux espacements de grille fin ou large. ShowXY affiche dans la partie inférieure de l’écran les coordonnées relatives et absolues X et Y. Showmem donne en continu dans une fenêtre la mémoire disponible. ShowTool affiche en haut à gauche la fontion utilisée. Et Mouse Speed permet, sans devoir retourner dans les préférences, de changer la vitesse de votre souris. Très pratique pour les dessins à main levée.
Draw gère les fonctions classiques de dessin qui sont Lines Box Circle et rire.
Measure vous donne la mesure (en inches) d’un point à un autre sans afficher cette mesure dans le dessin. Clone permet de dupliquer soit un objet (part) ou un élément du dessin. Textsize définit la taille des lettres et Cursor place le début de votre texte.
EDIT comme son nom l’indique se charge de l’édition et des modifications à l'écran. Effacer Erase, modifier la taille avec ou sans distortions Size, déplacer un élément ou objet Move. Rotate tourne sur lui-même un objet depuis son centre, à 90 degrés ou à l’angle de votre choix (Variable ). Point permet de visualiser les points qui composent le dessin et de les replacer ailleurs. Color sert à changer la couleur d'un objet ou élément. SetLtype modifie le trait suivant vos préférences et Snap attrape votre élément de dessin pour le replacer sur la grille ou votre dessin (ne pas confondre avec le
snap des options ).
Il y a encore deux menus déroulants Color et LineType qui permettent de choiŒZU rH sir la couleur et les différents types de traits.
Nous avons fait le tour de toutes les fonctions de ce programme qui comme vous le voyez n’est pas un "haut de gamme". Il n’est pas destiné aux professionnels de la branche, mais s’adresse davantage aux amateurs qui ne veulent pas attaquer les rébarbatifs modes d’emplois des logiciels de CAO dits "pro".
Son utilisation en est très simple, et si vous ne lisez pas l'Anglais, vous n’aurez aucune difficulté à vous en servir; le mode d’emploi n’apporte pas grand chose. Le fait qu'il n’y ail pas de touches assignées à des fonctions, rend pénible la création de dessins, mais avec un peu d’habitude... Une remarque : ce logiciel ne permet pas d’imprimer en A3 comme aucun autre programme de CAO d’ailleurs. Si vous possédez une imprimante A3, il vous fau- A-News dra attendre de nouveaux DRIVER d'imprimante pour cela.
En résumé, un programme simple d’emploi et de bonne qualité, sans bugs, et qui en prime vous fait de beaux dessins.
Je remercie EDUSOFT S.A. Genève, qui a gentiment mis le programme à ma disposition pour réaliser cet essai.
Programme de chez : Progressive Pcripherals & Software Inc. Addendum : J’ai précisé que l'impression dans le format A3 était impossible. Pourtant, une solution existe... o Le programme "Plot to Print Converter" de Michael J.Kcryan transforme un fichier destiné à un plotter Hewlett Packard GL en un fichier utilisable par les imprimantes 24 aiguilles (NEC P7, MPS 2000, MPS 2200, Epson, etc.). Les résultats sont aussi bons que ceux publié ci-contre.
Le seul "hic" - ce programme n’imprime pas en couleur.
Plot to Print Converter Michael Jkeryan HiTech Graphics PO Box 446 Tallmadge, OHIO 44278
- Patrick Conconi C A M A
* *&»€! Fl*nP e| J-r-
- ea jet C
- - 1 FICLO 1. .
1 4» 1 0 001-Slide ihowl D 002-Slide show 2 0 003-Demo’le chat* Q 004 - Jargleurtkananhkei 0061 0062 0063 0 064 0065 0066 0067 0068 005 - Probe sequence 006 - Demos Videoseape 3D Q 007 • Demos RGB FOCUS Q 008, Animaüon CAR deroo 0 009 ¦ Demo THE PROJECTORÜ 069 0 010 • Demo de PTERCEPTOR 0 070 0 OU - Demo KpiG CHICAGO D 071 D 012-DemoPINGPONG G 013-Demo NEW TEK Dsk 01
0. 014 • Demo NEWTEK Dsk 02 Q 015 • Demo Le Basqucüeur 0 016 ¦
Digir I just ean’l wait - 01 0 072 0073 0074 0075 0 076 0 017
- Digit’ I just can'l walt * 02 0 077 - 0 018 - Slide show
Detender 0 078 0 019-DATA SONDC Disk 01 0 079 0 020- DATA
SONDi Disk 02 Q080 0 021-DATA SON1X Disk 03 0 081 0 022-DATA
SONDC Disk 04 0 082 0 023-DATASON1XDisk05 0 083 Q 024-DATA
SONK Disk 06 0 084 0 025 • Digit’ Dire Slralti 0 085 0 026 -
Digjl’ GENES 1S Land (4.. 0 086 0 027- NASA dide show Q087 0
028 • Demo MAX HEADROOM 0 088 0 029-Demo 36-15 DEEP 0 030 •
images HAM (Imicus 7) 0 090 0 031 ¦ MAC VIEW . Raj leasing 0
091 0 032-Demo du jeu CAPONE 0 092 0 033 - No Fastmem mrmory
Bool 0 093 0 034 - Musique We are Ihe robots 0 094 0
035-Digit’DEPECHE MODE 0 095 0 036-Demo PORNO ANIME D 096 0
037 -Slide show NONO 0 097 0 038 - Siide SAMANT1IA FOX 0 098 0
039 - Slide RAYTRACPiC 0 099 0 MO-Demo TECH TECH 0 100 0 041 •
Bodean’s Beaidj Nude 01 0 101 0 042 - Bodean's Beauty Nude 10
0102 0O43.BurundjBUekMusie.l- 0103 0 044 ¦ Burundj Buek Musie
-2- 0 104 0 045-Digit’BAD 0105 0 046 • Digit’ JUDA PRŒCT dsk
10106 0 047 - Digif JllDA PRŒST dsk 2 0 107 0 048-Sldeshow
HORROR 01M 0 049- SE de show STAR WARS 0109 0
050-THEIMPRESSION!?! 0 110 0 051- FANTASY SHOW HAM 01U 0
052-Slde CAMELTROPHY 0112 0 053 • UU1. BOOT8ENCH 3 0113 0
054-NAGELSUde show 0114 0 055-AM1GAMAGIC (super!) 0115 0 056 •
STARWARS CLORIA 0 116 0 057 - MARYLIN Spinner H 0117 Q 058 *
Demo GARF1ELD U 0118 0 059 - SERRES Cartoons 0 110 Q 060-DATA
SONDC 07 DUO Slide HAM SHOW U (X) Slide PORNO SHOW 4
GACS(Siçer_) MONDO ANIMATION lMg Digil' F.G.T.H Demo SUPER
SHOCK Digit’RESH FANTASY Digit'MIAMI VICE Disk 1 Digit'MIAMI
VICE Disk 2 Digit’MIAMI VICE Disk 3 Digit’MIAMI VICE Disk 4
Digit' WalkthlsWaj Slide Show SCULPT 3D Demo US BKDC Disk 1
Demo US BKDC Disk 2
• Demo US BKDC Disk 3 Slide show THE WARRIOR SUPER SLIDE
• DATA SONDC 8 REM1X LMG
- AnimSPACEMOVIELMg
- Demo The Dirtetx APPART
- WALK ANIMATION IMG
• MUSIC INVASION 1 ¦HORROR SLIDE SHOW
• DICTT CARRARA
• dictt zoolook
• DICTT 3 MUSIQUES
- SUPER VIRUS PROTECT.
¦HORROR SHOW ANIM’ ANTTTRAX DEMODISK 1 TDRS DEMODISK 1
- SPACEBOBBLE (SUPER)
- ANIMATE3D DEMOS
- ROCKET RANCER DEMO CICCIOLLNA SLIDE (X)
D. M.CS. FICHIERS SONS
- DICTT BLOWRY
• ANIM ’ENGRENAGES"
• TRILOGY DEMO DISK
- JUKEBOX SPECIAL MDC
- HORROR PICTURE SHOW 2
- AMIGA SOUND 1 AMIGASOUND2
- MUSIC INVASION II
- MUSIC PACK 1
- ALPHA aiGHTMUSICS DOC DEMO (SUPER)
- DATA SONDC
• JUNGLE COMMAND MUSIC MUSIQUES ALLEN HAST1NGS DEMO SPACE
ANIMATION IMG DATA SONDC DATA SONDC FANTAVISION DEMO
- EARSHMASHERS MUSICS1 CHRIS MUSICS SON1X MDC DATAS AMIGA
INDUSTRIES DEMO FNINTROMAKER BON DE COMMANDE c r Introcad
transforme votre imprimante en table traçante.
Ces deux dessins étaient tirés sur imprimante MPS 2000 (à 24 aiguilles) NOM PRENOM ADRESSE VILLE Nombre de disquettes commandées : Règlement joint: Râjbn entparchèque à l'oniie de BAB M ERO Merci à tous pour votre abondant courrier, vos encouragements et vos questions. J'ai relevé parmi les lettres que nous avons reçues celle de monsieur R. de BOUZAC (Corrèze) qui nous dit : "Ma femme et moi avions Vhabitude de nous faire couillonner régulièrement par monsieur WEBB.
Depuis que nous avons découvert votre arbre en pierre du sud, TOUT a changé. Je ponce et décape sans effort, ma femme a perdu DIX kilos, je capte parfaitement la 5, la 6 et radio tel-aviv, j’ai de la mémoire et je lis Picsou magazine en moins de 2 heures. Mais ce n’est pas tout, je commence demain une carrière d’informaticien et, en cas de décès, je gagne au loto. Merci!, gloire aux OMBRES. "... plat saucé !!
EL YETI Exemple de déclarations : ) int i,j;long 11,12,13; char cl,c2; Oh lui! Ou va-t-il chercher des choses unsigned short k; * entier court entre 0 et aussi grandioses?
2l6_i* fge c ]e sponsorise t-elle ? Connaît-il Ce sera donc à vous de choisir vos types Bernard Tapie ?
De variables selon vos besoins. Quand est-ce qu’on mange ?
Que nenni, que nenni glapissais-je haut et fort; et je vous explique : Le programme, que vous pouvez ; ¦ ------- • baptiser excmple.c, est constitué tout d’abord par l’inclusion de la bibliothèque stdio.h puisque nous allons utiliser des fonctions d’entrée sortie (printf, scanf) définies dans stdio.h. 1 Ensuite vient le programme principal I main() ...} I On déclare alors toutes les variables du g programme nombre et resuit qui sont deux 1 entiers donc déclarés avec int.
On demande d’entrer le nombre par un il printf que l’on récupère par un scanf (% I puisque nombre entier que l’on stocke dans I nombre (&r.ombrc) ).
Nous arrivons à l’illustration du if eîsc : if ( cxpressio.a ) est ici if (nombre 0) c’est à dire que l’on teste si le nombre entré est négatif; si c’est le cas on va exécuter 1’ instructionl , ici l’affichage par printf du fait que le nombre est négatif.
Remarque : l’instructionl est ici une instruction élémentaire, c’est à dire qu’il n’y a qu’une seule instruction terminée par le ;. De même la présence de ce ; entre le if et le else peu paraître quelque peu déroutante mais se comprend aisément ’ Initiation au C N°2 : Simone, touche pas au frein à main, on est en pente.
Causerie concernant l'utilisation des variables à l’usage du néophyte et des conducteurs d’appareil électro-chimique : Comme nous l'avons entrevu la dernière fois, un programme C utilise des constantes concervant leur valeur tout au long du programme, ou des variables dont la valeur pourra varier au cours du programme.
En C toutes les variables utilisées dans le programme doivent être déclarées.
A ces deux types d objets correspond un espace en mémoire devant être réservé.
Une variable C sera alors caractérisée par
- son nom
- son type Il existe une troisième caractéristique (classe
d’allocation), optionclle sur laquelle nous reviendrons plus
tard.
- Le nom d’une variable est un identificateur quelconque composé
des lettres A..Z,a..z,_ (souligné).
- Le type : nous verrons aujourd’hui les types de base.
Nous trouvons : char : le type caractère; la variable est un caractère.
Int : le type entier; nombres entiers, short : entier court sur deux octets, long : entier long sur quatre octets.
Ces déclarations peuvent être complétées par le typeunsigned : entier sans signe.
Float : type flottant, nombre réel sur quatre octets.
Double : réel double précision sur huit octets.
De la grandeur des instructions et autres structures de contrôle : En C une instruction élémentaire est obtenue à partir d’une expression quelconque suivie du caractère ;.
X=x+4; y=x+z;z=2*z; Une instruction composée ou bloc est une suite d’instructions élémentaires délimitées par une paire d’accolades }. Un bloc sera de la forme : instruction; instruction; instruction; ) ex : un programme contient toujours un bloc principal main() ( liste d’instruction; Dans la famille structure de contrôle je voudrais le test if-else : if ( expression ) instructionl else instruction2 L’expression est évaluée, si sa valeur est vraie, c’est à dire non nulle, l’instruction 1 est exécutée, sinon c’est l’instruction 2 qui l’est.
Le else instruction2 peut être omis, dans ce cas si l’expression est fausse on passe à l’instruction suivant le if ( expression ) instruclionI ex : calcul du double d’un nombre positif.(géant non ?)
include stdio.h main() ( int nombre,resuit; printf("Entrez votre nombre :"); scanf(”%d",&nombre); if (nombre 0) printf("Votre nombre est négatif.Vi"); else rcsult=2*nombrc; printf("Lc double de %d est %d n",nombre,result); lorsqu’on se réfère à la définition du if-else.
Par contre pour le else instruction2 , instruction2 va être composée par un bloc (une suite d’instructions encadrée par }).
Dès à présent pensez à bien indenter vos programmes : on met l’accolade ouvrante à côté de l’instruction à laquelle elle se rapporte ( else , if (...) (, main() ( ), on écrit les intructions du bloc sur les lignes suivantes, décalées d’une tabulation, l’accolade fermante sera affichée sous l’instruction qui l’ouvrait.
Donc notre bloc du else contient deux instructions élémentaires terminée par un ; : le calcul du double dans resuit puis l’affichage des résultats. A ce propos deux mots explicatifs. La chaîne de caractères entre guillemets du printf contient tout ce qui va être affiché à l’écran ; du texte évidemment, mais aussi les valeurs de nos variables; celles-ci sont remplacées dans la chaîne de caractères par autant de %d que l’on veut afficher de variables (%d car les variables sont entières). Après le guillemet fermant on donne dans l’ordre souhaité d’affichage le nom des variables séparé par des
virgules. A l’affichage le premier %d sera remplacé par la valeur de nombre, le second %d sera remplacé par la valeur de resuit. Enfin le n à la fin de la chaîne de caractères indique au curseur de revenir en début de ligne suivante (return). Ce caractère de contrôle permettant de sauter une ligne peut ctre affiché n’importe quand dans la chaîne de caractères d’un printf.
Le programme se termine par la fermeture de l’accolade du bloc du else puis de celle du main.
Enfin sachez que dans l’expression du if, là où nous avons employé le test , on peut utiliser les opérateurs = = != (différent de), = (égal à).
Remarque : = est le symbole d'affectation (x=4; x reçoit 4) == est le symbole de test d’égalité (x=4 x est-il égal à 4).
Bien, je vais devoir vous quitter, il y a la porte de la fortune qui commence à la télé.
Alors bon apétit, et pensez à mettre votre bonnet quand vous sortirez : de la neige est prévue pour août dans le Luberon.
CHORIZO KID C du sérieux Setcolor Le programme de ce mois ci vous permet de modifier les couleurs du workbench definiees avec PREFERENCES, ainsi que les couleurs de la souris.
Voyons donc le programme setcolorl.c .
Ffincludc "exec types.h" ffinclude "graphics gfxbase.h" ffincludc "intuition intuition.h" ffinclude "intuition intuitionbase.h" struct GfxBasc *GfxBase; * pointeur vers la librarie graphique * struct IntuitionBase *lntuitionBase; * pointeur vers la librarie intuition * struct Window «WindowCLI; * pointeur vers la fenctre CLI (inutilisé dans cet exemple ) struct Scrcen ’WBScreen; * pointeur vers l'écran workbench * void main() IntuitionBase=(struct IntuitionBase *) OpcnLibrary("intuition.library",0); * ouverture librarie intuition.
Syntaxe OpenLibrary( pointeur vers la chaine de caractères contenant le nom de la librairie , version ) * WindowCLI=IntuitionBase- ActivcWindow; WBScreen=IntuitionBase- ActiveScrecn; * initialisation des pointeurs vers la fenctre CLI et l'écran workbench * GfxBase=(struct GfxBase *) OpenLibrary("graphics.library",0); * ouverture de la librarie graphique * SetRGB4(&WBScreen- ViewPort,0,0,0,13); * fond bleu * SetRGB4(&WBScreen- ViewPort, 1.13,0,0): *cncre rouge * SeiRGB4(&WBScrecn- ViewPort,2,0,13,0); ?gadgets verts* SctRGB4(&WBScreen- ViewPort,3,13,13,0): ?curseur jaune*
SetRGB4(&WBScreen- ViewPort, 17,15,0,0)- ?souris rouge * SetRGB4(&WBScrcen- VicwPort,18,0,15,0); ,'vat * SetRGB4(&WBScrccn- VicwPort, 19,0,0,15); * bleu* * chargement des registres de couleur avec les valeurs correspondantes, registre 0 fond, registre 1 encre, registre 2 gadgets, registre 3 curseur.
Registres 17,18,19 couleurs de la souris, syntaxe SetRGB4( pointeur sur le viewport, n‘ registre . Rouge vert, bleu ). B ' rouge .vert ,bleu : valeurs de 0 à 15 ( 0 à F en hexa ) * CloseLibrary(IntuitionBase); CloseLibrary(GfxBase); * fermer les librarics.
Syntaxe CloseLibrary( pointeur vers la librairie ) * Compilez, lancez le programme et admirez le résulat. Si les couleurs ne vous plaisent pas (ce dont je suis persuadé car je les ai choisies exprès) changez les valeurs dans les SetRGB4. Avec 0 la couleur est très sombre avec 15 elle est au maximum de luminosité.
A vous de mélanger judicieusement rouge, vert et bleu. Vous pouvez utiliser la palette de DPAINTou d’un autre logiciel graphique pour rechercher les valeurs qui vous plaisent.
Maintenant vous pouvez vouloir restaurer la palette workbench Il y a 3 solutions: la plus simple RESET.
Recompilez le programme en mettant les bonnes valeurs (changer son nom par ex en restaure.c . Setcolorl charge votre palette et restaure recharge celle du workbench) Enfin utilisez le programme suivant setcolor2.c ffincludc "exec types.h" ffinclude "graphics gfxbase.h" ffinclude "graphics vicw.h" ffinclude "intuition intuition.h" ffinclude "intuition intuitionbase.h” struct GfxBase *GfxBase; * pointeur vers la librarie graphique * struct IntuitionBase * IntuitionBase; * pointeur vers la librarie intuition * struct Window *WindowCLI; * pointeur vers la fenetre CLI (inutilisé dans cet
exemple ) * struct Screen *WBScrcen; * pointeur vers l’écran workbench * struct Window *Window; * pointeur sur la fenêtre utilisateur * struct NewWindow NewWindow = ( 0,0, * origine en X et Y de la fenêtre * 320,10, * largeur et hauteur de la fenêtre * 0,1, * couleur fond et encre * flaSs messages que l’on désire recevoir * W1NDOWCLOSE, * flags gadgets de la fenêtre * NULL. * pointeur sur le premier gadget dans la liste des gadgets * NULL, * pointeur sur la structure image du caractère de sélection des menus * "Setcolor par Los Très Ombres", * titre de la fenêtre * NULL, *
custom scrcen * NULL, * custom bitmap * 0,0, * minimum largeur et hauteur * 0,0, * maximum largeur et hauteur * WBENCHSCREEN * type de l’écran de destination* * déclaration des caractéristiques de la fenêtre * USHORT colormap[32] = ( OxOOOD, * fond * OxODOO, * encre * 0x00DO, * gadgets * OxODDO, * curseur * 0,0,0,0,0,0,0,0,0,0,0,0, OxOOOO,OxOFOO,OxOOFO,OxOOOF, * registres de couleur de la souris * 0,0,0,0,0,0,0,0,0,0,0,0 * table des couleurs à charger I* USHORT lastcolormap[32); * table des couleurs pour la sauvegarde des couleurs initiales * USHORT *ptr; •pointeur vers la
table des couleurs de l’écran workbench* void main() inl i; IntuitionBase=(struct IntuitionBase *) OpenLibrary("intuition.library",0); WindowCLI=IntuitionBase- ActiveWindow; ACHETEZ VOS SOFTS A PRIX CASSES AVEC LA CARTE DE FIDELITE BAB MICRO ECART MOYEN CONSTATE A VEC NOS CONCURRENTS : - 25 % !!!
Tou* Im pria iodiqu** chJ***ou* compr»on*nt im Irai* dm port • tf ambaJUg* AEGIS ANIMATOtVIMAGES
690. 00 AARGH1
190. 00 AEGIS SONIX
410. 00 ARCHON II
240. 00 AEGIS VIDEOSCAPE 3-0
955. 00 ARKANOO
225. 00 AEGIS VIDEO TITLEB
1010. 00 BARBARIAN PALACE
165. 00 ANIMATE 3D
1010. 00 BARD'STALE II
225. 00 AZTEC MANXC
3065. 00 BLUEBERRY
215. 00 BUTCHER 2.0
265. 00 BUBBLE BOBBLE
170. 00 DELUXE MUSIC C.SET 2.0
545. 00 CAPONE
290. 00 0ELUXE PAINT II
560. 00 CHESSMASTER 2000
170. 00 DELUXE VIDEO 1.2
560. 00 CRACK
175. 00 D1GI PAINT
425. 00 CRYSTAL HAMMER
150. 00 FORMSIN FUGHT
595. 00 DEFENDEROF THE CROWN
220. 00 GO 64 • CABLE A1000
770. 00 ECO
200. 00 GO 64 EMULATOR
575. 00 EMERALD MINE
155. 00 GRABBIT
255. 00 EXPLOftA
295. 00 LATTICE C
1555. 00 FEARY TALES
310. 00 MAXIPLAN PLUS
1335. 00 FERRARRI FORMULA ONE
230. 00 PAGE SETTER (FRA.)
1105. 00 FLIGHT SIMULATOR II
320. 00 PHOTON PAINT
680. 00 GARRISON II
220. 00 PIXMATE
485. 00 GOLDEN PATH
175. 00 PROFESSIONAL PAGE
2090. 00 INTERCEPTOR
215. 00 PROWRITE
845. 00 KARATE KID II
180. 00 SCULPT 3-D
680. 00 KING’S OUEST
155. 00 SUPERBASE PRO.
1800. 00 KING OF CHICAGO
255. 00 TVTEXT
630. 00 LEATHERNECK
170. 00 THE DIRECTOR
480. 00 MARBLE MADNESS
160. 00 TRUE BASIC
935. 00 OBLITERATOR
205. 00 VIP PROFESSIONAL
1280. 00 PASSAGERS DU VENT 1 S II PORTS OF CALL
260. 00
345. 00 BAB MICRO ROADWARS
196. 00 7, RUEDECOURSIC ROCKFORD
190. 00 64100 BAYONNE SIDEWINDER
95. 00 59 59 39 65 TERRAMEX VAMPIRE'S EMPIRE
145. 00
180. 00 ENVOYEZ DES MAINTENANT 150 F POUR WIZBALL
230. 00 RESERVER VOTRE CARTE BAB MICRO.
XENON
190. 00 WBScreen=lntuitionBase- ActivcScreen; GfxBase=(struct
GfxBase *) OpenLibrary("graphics.library",0);
Window=(structindow*)OpenWindow(&NcwWindow); * ouverture de
la fenêtre utilisateur.
Syntaxe OpenWindow( pointeur sur structure NewWindow ) * ptr=(USHORT*)WBScrcen- ViewPort.ColorMap- ColorTable; * prt pointe maintenant sur la table des couleurs de l’écran workbench * for(i=0;i 32;i++) ( lastcolormap[i]=*ptr; * lastcolormap[i] reçoit la valeur pointée par ptr * ptr++; * jttr pointe sur la valeur suivante * * sauvegarde des 32 couleurs du workbench dans lastcolortable * LoadRGB4(&WBScreen- ViewPort,&colormap,32); * chargement de la palette.
Syntaxe LoadRGB4( pointeur vers le VicwPort, pointeur vers la table des couleurs, nombre de couleurs ) * Wait( 1 «Window- U serPort- mp_S igBit); * attente que l'utilisateur clique sur la gadget close window de la fenêtre ( en haut à gauche ) * LoadRGB4(&WBScreen- ViewPort,&lastcolormap,32); * restauration de la palette workbench * CloseWindow(Window); * fermeture de la fenêtre.
Syntaxe CloseWindow( pointeur sur la fenêtre ) * CloseLibrary (IntuitionBase); CloscLibrary(GfxBase); Les valeurs des couleurs sont maintenant stockées dans colortablc qui est initialisé à la compilation, attention ces valeurs sont en HEXA ex: OxOFFF correspond à 15 pour le rouge 15 pour le vert et 15 pour le bleu, 0x0A02 - rouge 10, vert 0 et bleu 2.
Les valeurs sugérées sont; fond 0x0000, encre OxOAAA, gadgets OxOOOD et curseur 0x0D90 pour la souris : 0x0000, OxOFOO, 0x0000 et OxODBB.
Remarque si vous lancez ce programme par setcolor2 vous n’avez plus la main, lancez le donc par RUN SETCOLOR2 il tournera en multitâche, de plus il prend très peu de temps du processeur. Pour restaurer l’écran workbench cliquez sur le gadget closewindow en haut à gauche.
Exemple d’utilisation : pour taper sous éditeur définissez vous un fond noir (0,0,0) et une encre grise (10,10,10) c'est moins fatigant pour la vue.
A bientôt et n’oubliez pas de nous écrire.
ROMEO RAPIDO Le Coin C A-NEWS 24500 Eymel ERRATA: No 3, dans le fichier cc il fallait lire blink from lib lc.o,ram: file .o to ram: filc + lib lib lcm.lib,lib lc.lib,lib amiga.lib CHIP Dans le No 4 notre charmante typo Roseline, a malencontreusement tapé des £n à la place des n, de plus RAMON s’est assis sur une ligne il manque donc Ir (" avant "COMMANDE!=’E' && ERREUR!=0)'( Nota Benet : Retrouvez vos héros préférés sur mimitel au 36-15 code DEEP bal COIN-C.
DELUXE AZERTY Comment bénéficier du clavier français des nouveaux Amiga avec les logiciels de la série "Deluxe" de l’éditeur américain ELECTRONIC ARTS.
Ricn n’est plus agréable que de voir apparaître un "A" dans les écrans de logiciels Deluxe Paint II (NTSC & PAL), Deluxe Video 1.2, Deluxe Music Construction Set sans avoir à jongler avec les touches du clavier ou "swaper" (c’est-à- dire : échanger) constamment les disquettes Deluxe et Workbench.
Il est à noter que l’inconvénient secondaire, mais non moindre, de l’utilisation de Deluxe Video 1.2 sous Workbench 1.2 (version française), est l’impossibilité d’accéder aux générateurs de scènes, en particulier le kit de post- production si.utile. Pour bénéficier à la fois d’une interactivité optimale du logiciel et de toutes ses ressources, il suffit qu’au démarrage le logiciel soit contraint de lire d’abord le clavier français, à l’aide de ses propres commandes. Il faut pour cela:
1) Introduire le fichier SetMap dans la disquette programme;
2) insérer la commande dans la séquence de démarrage;
3) mettre le programme d'interface clavier dans le fichier
prévu à cet effet.
Voici une manière de procéder :
1) Sous Workbench 1.2, faire un DIS- KCOPY de la disquette
Deluxe. Nous appellerons la copie "Maker" dans la suite du
texte. (Cliquez "RENAME"). Faites de la place sur la disquette
en vidant les tiroirs.
Copier le fichier "SetMap" du tiroir "System" (de Workbench) vers celui de Maker. (Cliquez l'icône Setmap et emportez son fantôme vers le tiroir System de Maker. S’il n’existe pas, copiez un tiroir vide et renommez-le System). Ok?
2) Rouvrir Workbench. Ouvrir une fenêtre CLI. Commander : CD
Maker: (ou CD Dfl: si vous avez deux lecteurs) ED
Makcr:S Siartup-sequence Sous la première ligne du startup-
scquence, insérer les lignes : If EXISTS System PATH System
ENDIF SETMAP f Sauvegarder la nouvelle séquence de démarrage.
Attention! Avec un seul lecteur, s’assurer que la disquette
Workbench est protégée en écriture, sinon ED peut
sauvegarder la nouvelle séquence sur les deux disquettes :
cliquer CANCEL lorsqu'apparaît le "Requester".
Avec certaines versions Deluxe, l’éditeur ED refuse d’ouvrir le fichier Startup- Sequence qui peut contenir des codes binaires pour des raisons de protection.
Utiliser dans ce cas un autre éditeur de texte comme MicroEMACS.
3) Revenir sous CLI. Copier dans le fichier c les commandes
nouvelles : COPY dfO:c IFIPATHIENDIF TO dfl :c ou, si vous
utilisez un seul lecteur : COPY c IFIPATHIENDIF TO RAM: COPY
RAM: TO Maker c DELETE RAM:IFIPATHIENDIF Finalement, pour
introduire l’interface clavier, exécuter les commandes:
MAKEDIR Maker: Devs Keymaps (Ceci crée un fichier Keymaps sur
Maker) COPY Devs Keymaps f TO RAM: COPY RAM: TO MAK ER:Dcvs
Keymaps DELETE RAM:f Maintenant, nous pouvons redémarrer le
système (Ctrl-Commodore-Amiga) directement avec la disquette
Maker, et utiliser toutes les resources des logiciels Deluxe
tout-à-fait WYSIWYG!!
That’s ail, folks.
Patrick-Marc PS. Dans la première version de Deluxe Paint II, la commande "texte" ne s’adapte pas au clavier français qui n’est utilisable que pour répondre aux "Requestcrs" mais pas en mode graphique.
Ed: Patrick Marc nous écrit de Fresnes: "Utilisateur des logiciels "Deluxe", j'ai du galérer pour franciser mes versions sans conseils éclairés. J'aimerais apporter ma modeste contribution à tous ceux qui avancent, comme moi, à talons dans la bidouille".
C'est la raison d'être d'A-News. A vos claviers. Si vous avez passé des heures à trouver un truc, partagez-le. Vos disquettes (fichiers ASCII, ProWrile, Textcraft, WordPerfect, Nolepad - préciser svp) seront rétournées.
Si votre libraire n’a pas A- News demandez-lui poliment d’en commander régulieèe- ment à la l’NMPP,: Ca ne lui coûte rien et ca peut rapporter gros..Notre numéro NMPP est M 4584 LECTEUR EXTERNE FD 200
- Type simeljne 1’ (extra-plat),
- Mécanisme haute fiabilité,
- Compact : 105x32x152 mm,
- Très silencieux,
- Compatible 100% AMIGA®,
- Cable plat de 1 mètre,
- Capacité de 880 Ko formatés.
Le FD 200 offre toutes ces capacités pour seulement 1190 FF TTC.
Règlement par chèque à l'ordre de BAB MICRO.
BAB MICRO 7, rue de Coursic 64100 RAYONNE TEL. 59.59.39.65 RAM CARD EXTENSION Interrupteur ON OFF, Installation sur port interne, DIM. 90x90x5 mm, Installation simple : sans démonter votre 500 et sans perdre la garantie, La RAM CARD avec 0 Ko 350 FF TTC.
Règlement par chèque 1 l’ordre de BAB MICRO.
Libres propos sur Vamiga et l’assembleur "Amiga : le livre du langage machine" (Editions Micro Application), l’assembleur K-SEKA , et quelques autres.
Trégastel, mai 1988 - par Charles Vassallo Que les choses soient claires : je n’ai qu’une connaissance de bric et de broc de Vamiga. Douze bries ici, neuf brocs là, et pas grand-chose ailleurs. La vie serait triste si on ne parlait que de ce qu’on connait à fond. Je vais donc parler d’assembleur à ma façon. Si vous avez une expérience dans ce domaine qui contredise la mienne ou qui la complète, prenez la plume à votre tour, pour le plus grand bénéfice des lecteurs de A-News - et le mien.
Pourquoi faire de l’assembleur? Bans mon cas, par plaisir et par paresse. Le plaisir de commander directement le coeur de la machine. Comme cela passe pour difficile, on savoure d’autant plus les réussites. Paresse : je suis généralement très satisfait de AmigaBasic et je n’ai jamais eu le courage de me mettre au C ou à Modula-2. C'est lent ? Mettez-y un peu de langage machine!
Parenthèse sur le Basic Parenthèse sur AmigaBasic : certains font la fine bouche sur cette survivance du passé et ne jurent que par les langages totalement structurés genre C, Pascal, Modula-2. A la rigueur, quelques Basic modernes (True Basic par exemple) également très stnicturés. Les mêmes personnes daignent trouver un grand intérêt à l’Assembleur et je trouve cela piquant, car l’Assemblcur en lui-même est encore moins structuré que AmigaBasic. A mon avis, le seul problème, dans n'importe quel langage, est de savoir écrire un programme que vous pourriez reprendre un an après sans avoir à le
réécrire en entier. Cela s’apprend, quels que soient les avantages ou les chausse-trappcs que le langage vous tend. Le grand intérêt d’AmigaBasic est de grandement simplifier la vie en gérant directement un large éventail des ressources de la machine.
Son grand inconvénient est qu’il stérilise plus de 100 Koctcts en ram ; si vous avez un gros programme graphique... Sa lenteur ? Revenons à l’assembleur.
Avez-vous déjà programmé une calculette de poche style HP411 Si oui, vous savez faire de l'assembleur. Un peu plus de registres, un peu plus d’instructions, mais c’est la même philosophie.
Comment faire de l'assembleur ? Il faut satisfaire à 3 conditions : 1 - avoir un programme assembleur, c'est à dire le logiciel qui va traduire les instructions symboliques comme "move.l d0,(al)" en code 68000 2 - connaître les règles du jeu concernant le 68000 (ses registres,scs instructions, ses modes d’adressage). Vous ne trouverez pas cela dans la notice de votre assembleur. En français, vous pouvez acquérir "Mise en oeuvre du 68000" par
C. Vieillefond (Sybex, 238 F).
3 - connaître les règles du jeu du côté Amiga, c’est à dire son système d'exploitation. Rien en français (à part le manuel AmigaDos) ; la série des Reference Manuals (Rom- Kernal I et D, Intuition, Hardware) par Addinson-Wesley, se trouve aisément en France pour environ 1500 F, et... 2000 pages. Trop cher, trop gros? Je comprends que vous hésitiez, mais c'est pourtant indispensable pour tout travail sérieux.
Notez qu’il s'agit des mêmes manuels techniques que pour faire du C ou du Modula-2.
Mais on deviendrait triste à toujours être sérieux. Si vous voulez seulement goûter à l’assembleur en réservant à plus tard la décision d’investir plus... sérieusement, essayez donc "Amiga : le livre du langage machine", chez Editions Micro Application (199F). Je crois qu'il s’agit d’un très bon ouvrage d'initiation, qui se suffit à lui-même. On y trouve une présentation rapide mais efficace des instructions du 68000, puis une succession de programmes permettant un véritable apprentissage, depuis de simples programmes de conversion binaires décimal hexa jusqu’à une présentation solide de la
programmation sous Intuition, en passant entre autres par l’accès des registres machines et le travail avec les fonctions de la librairie Dos.
Le livre est écrit pour un assembleur bien précis : K-SEKA de Kuma Computers Ltd (UK). On y propose aussi de se servir d’un autre produit, PROFIMAT de Micro-Application, mais celui-ci ne serait disponible qu’en septembre 88 (j’ai l’impression qu'une version américaine existe déjà sous le nom ASSEM-PRO, commercialisée par Abacus). N’essayez pas de vous en sortir avec le Macro-Assembler de Mctacomco ou l’un des produits disponibles dans le domaine public. Il faut absolument un produit INTERACTIF où l’on passe instantanément de l'éditeur à l'assembleur et au débogueur et réciproquement.
K-SEKA est idéal pour cela. Vous appuyez sur Escape et vous êtes dans l’éditeur. Vous tapez quelques instructions, vous réappuyez sur Escape et vous êtes au niveau asscmblcur-débogucur. Vous tapez "a" pour assembler. En cas d’erreur, l'assemblage s'arrête avec une indication sur la faute commise : parfait pour apprendre sur le tas ce qui est permis ou interdit en matière de modes d’adressage. S’il n’y a pas d’erreur, votre programme est déjà chargé dans le débogueur.
Vous pouvez le lancer et l’arrêter où vous le souhaitez, puis poursuivre pas à pas pour vérifier si tout se passe bien dans les registres et les mémoires. Ca ne va pas ? Escape, et vous êtes de retour dans l’éditeur, où votre programme source attend la suite de vos cogitations.
Pas de miracle Ce livre aborde donc de nombreux domaines - plus en fait que je n’en ai pratiqués. Mais n’en attendez pas de miracle : on ne peut pas résumer en 200 pages les 2000 pages des manuels de référence. Il y a donc des pans entiers de l’Amiga qui ne sont pas effleurés, tout le système graphique par exemple, mais il fallait évidemment faire un choix. Il y a tout de même au moins un oubli fâcheux : on ne dit pas qu’il faut répondre (avec RcplyMsg) à chaque message reçu par Intuition et lu par GetMsg . Ce manque de courtoisie envers le système risque de faire vivre le lecteur
dangereusement, sutout s’il essaie de suivre les mouvements de la souris. Sans que cela soit aussi grave, on peut aussi regretter le silence sur les fonctions Wait et Wait- Port que je crois indispensables à la philosophie multitâche de l'Amiga. Enfin, on peut regretter l'absence de références pour approfondir l'étude du système.
Je voudrais citer une anecdote personnelle pour insister sur l’intérêt initiatique de ce livre. Après avoir acquis un Amiga, j'avais rapidement cherché un assembleur pour faire une routine de calcul d’ensemble de Mandelbrot. A l’époque, je ne connaissais que le produit quasi-officiel de Metacomco. Il n’était pas disponible en France et j’avais dû me contenter de K-SEKA, produit inconnu, avec pratiquement aucune information sur le système interne de F Amiga. Cela ne m’avait pas gêné pour faire ma routine, que j’avais interfacée au Basic à grand renfort de PEEK et de POKE mais j’avais dû
ensuite laissé dormir mon K-SEKA, craignant fonde ne jamais pouvoir en tirer grand-chose sur l’Amiga. Quand j'ai vu apparaître des articles d’initiation à l’assembleur dans des revues américaines.
1Q % DE PRODUITS EN PLUS GRATUIT DISQUETTES 3" DF DD 1 9 F par 100 18F l’unité 3 "112 Sf DD
8. 90 F l'unité 850 F le 100 3"1f2 DF DD 10 F l'unité 900 100 Y A
STAR NL10 2650 LC 10 2890 NB 2410 5990 CITIZEN 1200 1850 ISP
10 2790 MSP 15 4590 DMP3160 2290 LQ 500 3990 DMP4000 3990
COLLECTIVITE ALLO DANIELE ?
43. 57.48.20 A-News j’ai même acheté le Macro-Assembleur pour
faire les exercices et c est seulement là que j’ai compris
comment je pouvais les transcrire sur K-SEKA. Du même coup,
un exercice d'ouverture d’une fenêtre sous Intuition, qui
demandait quelques jongleries de fichiers et de 5 à 10
minutes avec le Macro- Asscmbler, devenait quasi-instaritané!
Ce livre permet de faire l’économie de ce parcours spirituel
et de tout de suite expérimenter sur le système. A mon avis,
c’est un ouvrage à recommander pour faire ses premiers pas en
assembleur sur l’Amiga, en dépit de ses limitations - à
condition de le lire K- SEKA (ou PROFIMAT, quand celui-ci
sortira) en main.
Le problème des fichiers "include" La grande différence entre K-SEKA et les assembleurs plus classiques genre Macro-Assembleur vient du traitement des fichiers "include". Quand on programme l’Amiga, on passe énormément de temps à remplir des listes de variables, à appeler les fonctions dans telle ou telle librairie, puis à lire les listes de variables retournées par ces fonctions. Toutes ces variables ont des noms officiels qui sont répertoriés dans ces fameux fichiers "include". Par exemple, pour savoir quel gadget a envoyé un message au programme, on écrira include ’intuition.i’ move.l
message,aO move.l im_IAddress(aO),al On aura compris que je suis très content de K- SEKA. Il y a néammoins quelques faiblesses qui peuvent être gênantes. Il y a des problèmes entre le débogueur et l’extension RAM; je dois geler celle-ci avec un utilitaire du genre NoFastMcm pour tout programme impliquant la création d'un nouvel écran. L'assemblage conditionnel des macros ne fonctionne pas toujours correctement.
Je n’ai jamais été longtemps bloqué par ces misères, mais il faut préciser que je ne fais pas de très longs programmes (je n'ai pas dépassé le millier de lignes). Peut-être d'autre problèmes plus graves sont embusqués et attendent les programmeurs plus gourmands.
Cela ne change pas ma conclusion : K- SEKA est un excellent outil pour s'initier à l’assembleur sur l’Amiga.
Dans cet exemple, "message" est une adresse fournie par le programme, et "im_IAddress" est l'un de ces noms officiels. En fait, c’est un nombre (SIC = 28), qui est calculé lors de l’assemblage de l’instruction "include", à partir du fichier "intuition.i". C'est cet assemblage des fichiers "include" qui prend si longtemps avec le Macro-Asscmbler, tout simplement parce que l’ensemble de ces fichiers est énorme (environ 270 Koctets). On n’appelle pas tout à la fois, mais on a vite fait d'en demander la moitié.
K-SEKA règle le problème de manière expéditive : il ignore 1 instruction "include". Il faut faire soi-même le travail correspondant (ce n’est pas très difficile, simplement casse-pied) et remplacer la ligne "include" par im_IAddrcss=28 (les points de suspension signifient qu’il faudra de nombreuses définitions de ce type, en fait pour toutes les variables système dont on aura besoin). On pourrait aussi s’épargner la ligne de définition et écrire directement move.l 28(aü),al mais comprendrez-vous de quoi il s’agit quand vous relirez votre programme un an après?
Nom ...... Code Postal Mon ordmaleur esl un . Rél Prénom Ville N* article quantité prix unit mont + Irais d'envoi PTT 25 F. transporteur 60 F Ci |Oinl mon règlement par chèque CCP CBN° Date de v.»li(1«n Mont Total PAYEZ Facilité AMIE 4 mensualités sans intérêt Crédit GHEG, tau. 18,24 % à partir de 1500 F après acceptation du dossier Carte Bleue, inscrivez le n° et la date de validité sur le bon de commande ci-dessous DISQUETTES 5” 114 DF DD 4 F par 100 3,50 F l’unité Vv-v .w’-’ IMPRIMANTES INTERFACE ET CABLE CENTRONICS FOURNIS à retourner à AMIE-AN, 11 bd Voltaire 75011 PARIS BON DE COMMANDE
DIVERS COULEUR OKIMAT 20 2490 MPS 1500 3390 JX 720 16500 Mes 10 % de produits en plus : Signature A-News 13 Ihors promotionI A-News L’ASSEMBLEUR DE LITTLE ZEUS ?H Le Copper, description et fonctionnement Chers Amiga-Users, Chose promise, chose due : voici en exclusivité pour A-News quelques notions sur le Copper. Celui-ci étant très puissant, nous aurons besoin de plusieurs numéros pour étudier pleinement ses possibilités.
Cependant, ce que nous allons voir ci-dessous va nous offrir quelques idées d'utilisation.
Précisons que ce mois-ci, cet article n'est pas uniquement spécifique à l'assembleur mais à tous les langages faisant appel directement au Copper.
Tout d'abord, passons en revue les utilisations possibles du Copper. Son premier rôle est de garder l’image affichée, il permet aussi d’afficher plus de 32 couleurs simultanément à 1 écran, il peut servir à créer des-effets de couleurs en changeant la palette...son emploi se limite surtout au domaine graphique.
Le Copper ne possède que trois instructions(SKIP, WA1T ET MOVE) mais elles offrent énormément de possibilités comme vous l’avez peut-être déjà deviné.
- MOVE remplit exactement la même fonction que le MOVE en mode
d'adressage immédiat que nous utilisons si souvent.
- WAIT met le Copper en attente jusqu'à ce que le spot de l’écran
ait atteint les coordonnées précisées par l’instruction.
- Quant à Skip, son utilisation étant rare et assez compliquée,
nous ne la verrons que dans un prochain numéro.
- L’instruction MOVE : Elle permet de poker le contenu d’une
adresse dans un des registres et uniquement dans un des
registres supérieur à $ 20.
Attention! !! Le premier mot de l’instruction contient l’adresse de destination et le second mot contient donc la valeur à poker.
Précisons que le bit 0 du premier mot de l'instruction doit toujours être mis à 0 et qu’il est préférable de mettre à 0 les bits 9, 10, 11, 12, 13,14 et 15 du premier mot.
- L’instruction WA1T : Cette instruction seule ne sert à rien;
nous allons voir un peu plus loin son utilisation avec MOVE.
Pour différencier WAIT de MOVE et de SKIP, les bits 0 des deux mou de l’instuction WAIT doivent être mis à 0. Enfin, l’abscisse du point à attendre doit se trouver dans le deuxième octet du premier mot et l’ordonnée dans les biu 1 à 7 de ce même mot.
Attention, voici la subtilité de l'instruction WAIT qui en fait sa puissance : les biu 8 à 14 du deuxième mot, appelés biu de masque de l’abscisse et les biu 1 à 7 du deuxième mot (biu de masque de l’ordonnée) sont mis à 1 quand nous voulons que le bit du premier mot du même poids soit pris en considération, c'est à dire que si nous mettons à 0 les biu 1 à 7 et à 1 les biu 8 à 15 du deuxième mot, l’ordonnée sera ignorée et le Copper attendra à chaque ligne la colonne précisée dans le premier mot de 1 instruction, ceci peut servir à tracer un ou plusieurs rectangles, des traiu horizontaux mais
pas de traiu verticaux comme cela est expliqué dans le paragraphe concernant l'abscisse.
Le bit 15 du deuxième mot sera pour l’instant toujours mis à 1, nous verrons son utilité quand nous étudierons le Blitter.
Consacrons un petit paragraphe aux abscisses et ordonnées de l’instruction WAIT car ça en vaut la peine.
- L’abscisse : L’abscisse doit être comprise entre $ 0 et $ E2 mais
le bit de poids le plus faible n’est pas pris en considération
ce qui donne donc 113 abscisses possibles au lieu de 320. En
fait, chaque abscisse du Copper correspond à 4 abscisses écran
en mode basse-résolution et à 8 abscisses écran en mode haute
résolution.
- L’ordonnée : No problem for it, 255 ordonnée as cvcr(l'abscissc
0 compte aussi).
Résumons tout ceci par un petit tableau : MOVE WAIT Bit mot 1 1 mot 2 I mot l I mot 2 I 15 mettre à 0 Idonnée bit 151 abscisse I mettre à 1 14 mettre à 0 Idonnée bit 141 abscisse Imasque abscisse 13 mettre à 0 Idonnée bit 131 abscisse Imasque abscisse 12 mettre à 0 Idonnée bit 121 abscisse Imasque abscisse 11 mettre à 0 Idonnée bit 111 abscisse Imasque abscisse 10 mettre à 0 Idonnée bit 101 abscisse Imasque abscisse 09 mettre à 0 Idonnée bit 09labscisse Imasque abscisse 08 registre Idonnée bit 081 abscisse Imasque abscisse 07 registre Idonnée bit 071 ordonnée Imasque ordonnée 06 registre
Idonnée bit 061 ordonnée Imasque ordonnée 05 registre Idonnée bit 051 ordonnée Imasque ordonnée 04 registre Idonnée bit 041 ordonnée Imasque ordonnée 03 registre Idonnée bit 031 ordonnée Imasque ordonnée 02 registre Idonnée bit 021 ordonnée Imasque ordonnée 01 registre Idonneé bit 01 I ordonnée Imasque ordonnée 00 mettre à 0 Idonnée bit 00 I mettre à 1 I mettre à 1 Quand nous voudrons prendre en considération l’abscisse et l’ordonnée on mettra SFFFE dans le second mot de l'instruction WAIT.
- Créer une Copperlist : On appelle Copperlist toute combinaison
de plusieurs instructions Copper, en l’occurence MOVE et WAIT.
Une Copperlist peut très bien être faite de plusieurs MOVE
uniquement, comme nous l’avons vu dans le numéro précédent.
A ce propos, je vous avais promis quelques explications complémentaires sur le listing de la routine d’affichage d’image, les voici donc : Vous n’ignorez pas que la Graphics, library possède de nombreuses routines d'animations graphiques, mais elle permet aussi en pokant l’adresse du début de la Copperlist dans le $ 32 octet d’éxécuter la Copperlist par le Copper évidemment.
Ceci est extrêmement important!!!
Toute Copperlist doit absolument se terminer par les deux mots suivant :$ FFFF, $ FFFE.Ceci signifie que le Copper doit attendre J la ligne 255 or ceci lui esl impossible car il ne peut aller plus loin que la ligne 254.
Revoyons la partie du programme du mois dernier qui nous intéresse, signalons aux nouveaux venus que ce programme permettait d'afficher une image à l'ccran, mais pour cela elle devait être perpétuellement réaffichée au moyen du Coppcr.
Nous n’expliquerons pas les lignes déjà commentées précédemment.
Un petit ajout à cette routine, bien que fonctionnant parfaitement telle qu'elle est, il vaut mieux fermer la dos.lib(ce que j’avais oublié de faire) en plus de la fermeture du fichier.
Enfin, une petite rectification dans le commentaire de la ligne "lsl.w 4", le décalage n'est pas d'un octet à gauche mais d’un quartet.
; routine qui garde l’écran affiché au moyen du coppcr..... move.l gfxbasc.aO add.l S32,aO tadresse de base de la graph + S32 movc.w S80,Sdff()96;Coppcr désactivé move.l (aO),oldcoppcr;sauve pointeur de la OldCoppcrlist move.l ncwcoppcr,(aO);on pointe sur notre Copperlisl movc.w $ 8080,Sdff096;Coppcr activé I I ;-On repointe le Coppcr sur la OldCoppcrlist .... move.l gfxbasc.aO add.l S32,aO;adrcsse dans laquelle on poke l'adresse de la Copperlisl move.w S80,Sdff096;NcwCoppper désactivé move.l oldcoppcr.(aO)ton remet le pointeur de l'ancienne Copperlisl move.w
S8080Sdff096;01dCopper réactivé move.l exccbasc,a6 move.w S8020,$ dff096;rcmcitrc le pointeur de la souris rts Maintenant que nous avons vu les éléments principaux, je vous propose d'ajouter à la Copperlisl du mois dernier quelques instructions faisant des effets de couleurs au moyen du Coppcr.
Nous allons voir les directives à prendre mais je vous laisse taper la routine par vous-même, je ne vais tout de même pas faire le travail à votre place. De toute façon, je vous montrerai la routine le mois prochain ainsi qu’une routine permettant les Scrollings.
Les directives sont peu nombreuses :
1) Pour créer un changement de palette sur tout l'écran, une
Coppcrlist de Movc suffit.
2) I’our créer un changement de palette sur une partie d’écran,
votre Copperlisl doit se présenter de la façon suivante WAIT ,
MOVE (dans les registres de S180 à Slbe inclus), WAIT...
3) N’oublie . Pas de terminer votre Coppcrlist par un SFFFF,
SFFFE.
4) Les WAIT doivent être mis dans l'ordre de balayage du spot
sinon gare aux Bugs.
Sur ce je vous quille et vous donne rendez-vous au mois prochain avec une rubrique pour les débutants, la routine de changement de palette et une initiation aux Scrollings.
Little Zcus A-News THE WEDGE - La grosse rapide Vous vous souvenez de cet accessoire miracle? Pour ceux qui auraient oublié, il s’agissait d’une astucieuse carte qui permettait de brancher un disque dur de compatible IBM sur notre machine chérie. Or, qui dit accessoires pour compatible peut aussi dire accessoires relativement bon marché. On peut en effet compter un prix approximatif de 1000F les 10 mégaoctets sur compatibles alors que les 2000F sont facilement atteints pour un disque spécifique à l’Amiga.
Fort de ce principe nous nous étions promis de tester ce fameux Wedgc. Et bien, c'est fait! Grâce aux C.I.S de Talcncc j’ai pu avoir entre les mains une configuration complète comprenant: le wedge lui même, un disque 20 mega miniscribe et un gigantesque boîtier pour loger l'alimentation et jusqu'à deux disques.
Deux constats ' Deux constats s'impose:
1. Les 20 premier mégas reviennent à 6000 F environ soit le prix
classique.
Le système "clés en main" proposé par Wedge Inc. ne devient donc interressant qu'à partir de la deuxième unité de disque. La solution économique revient en fait à l'aquisition de la seule carte interface et du logiciel destiné à la piloter.
2. Le Wedge s’adresse plus à un public de bricoleurs avertis que
d'utilisateurs du type Macintosh ou Amstrad.
J'entends par là que celui qui veut un produit "prêl-à-branchcr" et à oublier sera déçu.
Je m'explique; qu'elle soit en version 500 ou 1(X)0, la carte du Wedge se branche directement sur le bus et supporte alors la carte contrôleur de disques durs type IBM 5150 qui vient s’enfichcr dessus. C'est donc deux cartes qui se trouvent alors sur le plan de travail cl aucun boîtier ne vient les protéger. Sur un 1000 la solution est acceptable en raison du clavier séparé cl de la disposition verticale, mais sur 500 l’électronique gagnerait à être un tant soit peu protégée. D'autant que si la carte du 1000 repose sur la table, la version 500 dont la seule liaison mécanique est assurée
par le connecteur d'extension ne repose PAS sur la table et offre un porte-à-faux de 15 bons centimètres!
Voilà pour la carte et le contrôleur, passons sur un câble trop court reliant le dit contrôleur au disque et vcnons-cn au boitier. Ce boilicr, en fait un châssis d'extension de style PC, renferme une alimentation musclée et permet de loger deux unités de disque pleine hauteur.
Un bien gros boitier à vrai dire! Imaginez un Amiga 1000. Vous y êtes? Et bien vous rajoutez 5 bons centimètres et vous aurez une idée approximative du monstre.
Remarquez bien que là vous avez la place... Le bricoleur trouvera bien quelques choses à loger dans tout cet espace généreusement offert à nos délires. D'autant que l’on y trouve aussi une alimentation à découpage des plus musclées et largement antiparasitée.
Sur la face avant trônent quatre interrupteurs munis de voyants qui commandent l’alimentation interne et des prises secteurs en face arrière. Pratique pour tout éteindre d’un coup. Et comme la maison ne recule devant aucun sacrifice, vous avez droit à un ventilateur pour refroidir le tout. Ce dernier est doté d'une puissance cyclonique et présente la particularité d'aspirer l’air au lieu de le refouler. Pas grave me direz vous, non c'est vrai. Mais le las de poussière qui se dépose alors sur l'alimentation placée juste dans le flux d'air est loin d’être insignifiant lui. En résumé,
débranchez donc celle turbine bruyante (les heureux possesseurs de 20(X) me suivront...) car vu le volume titanesque du boitier, la ventilation est bien suffisante pour une utilisation avec un seul disque dur.
Les Performances La description technique étant close, examinons un peu les performances. Alors là, rien à dire! Ca va vite, très vite, pour vous donner un ordre d'idée, le système ne va pas subjectivement moins vite qu’avec le contrôleur SCSI et DMA que Commodore propose aux alentours de 6000 F aussi. Avec le Wedgc vous pouvez avoir jusqu’à quatre disques relativement bon marché, avec la carte SCSI sept mais bien plus cher. La facilité d'emploi est équivalente, et le Wedgc fonctionne aussi lorsqu'une image ovcrscan est affichée.
Lui... De plus, est c’est là l’un de ses avantages le plus intéressant, le Wedge est entièrement compatible avec le Fasl Filing System du WB 1.3. Cela lient au fait qu'il est piloté par un devicc qui est déclaré par MountList. A ce propos le temps de validation du disque à l’initialisation est Asservi | eU un des plus rapides que j’ai rencontrés.
Quelques secondes suffisent alors qu’il m'est arrivé de fulminer durant près de deux minutes devant un disque récalcitrant!
La première mise en marche se passera sans difficulté si, primo, vous parlez anglais; secondo, vous épluchez avec soin la documentation fournie sur disquette.
Ceci est indispensable car sinon vous mettrez aussi longtemps que nous à démarrer ce satané machin. Si vous ne pipez rien à la langue de Shakespeare, dur dur. Tout est dans la notice, rien ne manque, mais il faut le trouver et tout est indispensable.
Etant donné qu’il n'y a toujours pas d'importateur, la traduction du manuel risque bien de durer... Vous trouverez ainsi sur cette disquette les différents programmes servant à formatter le disque, parquer la tête, effectuer des sauvegardes sur disquettes et toutes choses utile au possesseur d'un disque dur.
Pour conclure, une 1res bonne idée mais qui pcche un peu dans la réalisation.
Si le coté logiciel est irréprochable, la réalisation technique manque de fini. On peut excuser le fabricant qui a été pris de court au niveaux de l'alimentation en 220V 501 2 qui nous est chère. Ceci explique peu être le boitier disproportionné qui était d'ailleurs robuslemenl et proprement câblé. Mais pour ce qui est de la carte venant s’enficher sur le bus, un boitier ou au moins un support pour la version 500 paraissent pour le moins indispensables!
- Laurent GUPERTINO’s ALOHÀ Newsletter 1S (franglish version]
hm Mon+ezCar.IÔ!
'Juillet, Mes Cher(e)s Amigàdos, En effettî aiCl iCmnrp4«!,en profltant des vacances, m'ont envoyé des cartes postales, parmi "tous" i'”Pre8 °n qU£ C°Ut le monde soit en vacances. Tous, sauf moi! Et SSS-v» S:i=- “ =•»='» ~ K-K-.3” éteîneî? nraU Si P°Ur la?C6r Un appel aux "amis inconnus" qui éternellement et sans succès une réponse à leurs lettres.
Risquent d'attendre votre”™ ordt™rienti™™t”o”eS ™é™rd”(',r5PrdeUr' “n°nC" très clairement vous joindre (S V P 1 Tp nrgfà e téléphoné en précisant quand je pourrai mais pas le oir ap;L'l9JheSïes 1V°US appeller soit en semaine, soit le week-end, r apres Iy heures, merci pour votre compréhension.)
MENU DU JOUR A news in the news ..... page 2 Micro news .. pa 2 Une nouvelle A500? ..... Da2e o A3000 et autres (suite) nage 3 »Uh ... page 4 Contaminated? ... page 4 Trucs et Astuces .... page 5 miCa!;e ..... page 6 Mim-Tips ... °e 6 j3pX pderj . pa§e 7
J. F. Kennedy page g Amigaiement votre
...... page g Annexe: Nouveautés PDS et Bon de Commande
La "CUPERTINO' s ALOHA Newsletter" (CANrenr rîl ra*'•'* *
titre individuel et à but non lucratif d information privée
publiée à (Principauté de Monaco) et diffusée gratuitement
pa I ws"? 3 Monte-Carl° Les noms, marques et logos cités
(reproduits) appartiennent à leurs propres maisons.
“LucSîTSL'pa ines «r ic Pa«„TL°tërdi .
A-news in the news Dès sa sortie, A-news a immédiatement obtenu l’attention de la presse française qui a annoncé avec plaisir la naissance (enfin!) D’une revue dédiée à l’Amiga.
Maintenant A-ncws a obtenu la consacration de la presse internationale;... et quelle référence! Car l’annonce de l’existence de A-news a été donnée par... "AMIGA WORLD"; sûrement la revue américaine dédiée à l’Amiga la plus connue dans le monde! (Voir AmigaWorld August 1988, page 93 94; thank you Fem...) J’en profite pour vous conter une petite anedocte. L’Amiga est le seul ordinateur au monde qui a eu une revue dédiée avant sa sortie. En effet le tout premier numéro de AmigaWorld a été publié avant que l’Amiga soit disponible dans le commerce. Cela est intéressant car, une fois de plus,
j’ai représenté ici en France, une histoire parallèle: ma newsletter (à l’époque s’appcllait "CUPERTINO’s AMIGA Newsletter") a été publiée pour la première fois le 24 février 1986, avant donc la commercialisation de l’Amiga par les revendeurs français!
Micro News Le Worckbench 1.3 est en retard. La version "gamma 7" qui aurait du être quasiment définitive et qui a corrigé la plupart des bugs de la version "gamma 4" n’est pas... bug-free!
Discovery Software annonce V.I.R (Virus Infection Protection); à part sa fonction évidente de détecter les différents virus connus et de protéger ainsi vos disquettes, ce logiciel permettra dans un grand nombre de cas de "réparer" même les originaux protégés qui ont été abimés par un virus. (Il paraît que ce produit sera commericalisé en plusieurs langues: Allemand, Français, Anglais, Espagnol.)
Marauder ne sera plus commercialisé sous sa structure atcucllc. Le Brainfilc numéro 10, actuellement distribué par Discovery Software, sera la dernière mise à jour disponible de l’ancienne version du programme. Un nouveau Marauder sera bientôt produit par Discovery Software, mais cette fois il ne pourra copier que des disquette "normales" (c’est à dire "non protégées"). La maison a expliqué la nouvelle politique en expliquant que Marauder a beaucoup trop supporté le piratage et ça doit s’arrêter.
NexT, la workstation "rêvée" par Jobs pourrait être commercialisée avant la fin de l’année à un prix de base d’environ
5. 000 dollars.
Stephen P. Jobs co-fondatcur de Apple et fondateur de "NExT, Inc." a racheté "Pixar, Inc." de Lucas Film. Ceci laisse soupçonner un "transfert" de haute-technologie graphique vers l’ordinateur de NexT. Une indication de la volonté d’imposer Pixar en tant que standard graphique de haute qualité pour ordinateurs vient du fait que le programme de base (Rcndcr-Man) sera mis à disposition gratuitement pour différentes machines. Parmi autres 19, Walt Disnay and Digital ont déjà adopté Rendcr-Man pour standard.
Une nouvelle A500?
Ce que je vais écrire ne se base ni sur des bruits qui courent, ni sur des informations de "source valable". Tout simplement l’observation attentive de certains faits, dont je ferai l’analyse avec vous, me laisse soupçonner que nous pouvons nous attendre à voir sortir une nouvelle machine avant la fin de l’année.
Commodore est bien protégée (ayant signé des contrats deux ans à l’avance) contre la (forte) hausse de prix des composants, tandis que d’autres maisons sont "sous pression" et ont déjà augmenté leur prix. (Voyez ATARI en Angleterre.)
Donc, Commodore a baissé le prix de la 500 en Angleterre et a organisé une promo pour les revendeurs en France, quand en réalité cela ne paraît pas nécessaire face à la concurrence.
Ceci est pour moi un signal qui indique qu’ils pourraient vouloir "se libérer" du stock actuel de 500.
En mcme temps une autre promo a été proposée ici en France: extension mémoire de 512K avec horloge plus lecteur externe pour un prix très compétitif.
De plus en plus de maisons sortent des programmes qui demandent 1 Mega, soit pour travailler, soit pour permettre des L Amiga 2000 3 Un mCga d’0rigine: Une 500 avec 1 mega eIle aussi immédiatement compatible. La nouvelle carte mere de l’Amiga 2000B a 1 mega installé sur la carte mère; construire une Amiga 500 avec elle aussi 1 mega d origine sur la carte mère coûterait moins cher que la solution actuelle qui oblige à l’achat d’un moouic sépare.
Donc, pousser l’achat de l’extension mémoire pour la 500 veut dire créer une base d’utilisateurs qui vont devenir compatibles avec le nouveau modèle à 1 Mega. Si mon impression est correcte il s’agirait d’une politique très intelligente de pre-misc-a-jour.
Hors, si devais porter une critique à l’Amiga 500 face à l’Amiga 2000 j’indiquerai en premier le manque de slots qui limite les possibilités d extension de la machine. Il est vrai qu’il est possible d’acheter des châssis d’expansion qui vont permettre de connecter des cartes conçues soit pour la 2000, soit pour la 1000, mais...!, c’est là le piège, aucun châssis d expansion peut donner a la 500 le connecteur (slot) vidéo qui lui manque.
L’Amiga est en train de conquérir très rapidement le marché de la vidéo et de l’animation. Certains produits malheureusement pourront ctre utilisés uniquement avec la 2000 car ils nécessitent son slot vidéo.
S. les fabricants de ces cartes pouvaient en revanche compter
aussi sur les 500, le marché deviendrait beaucoup plus
important. Y v Ce ,qa’1.1 .faul fairc cl simPIe: doter
l’Amiga 500 de ce slot vidéo! Mais pour faire cela il faut
introduire un nouveau modèle. Mais avant d annoncer ce nouveau
modèle il est plus prudent d’épuiscr l’ancien... Tout cela
dit, je formule trois prévisions:
- Entre septembre et décembre l’A500 bénéficiera soit d’une
baisse de prix, soit des promos intéressantes, soit rf’-» tres
incitations a 1 achat.
- Entre septembre et février je m’attends à l’annonce d’une
nouvelle A500 (le nom du modèle pourrait être différent) avec 1
mega et l horlogc d origine.
- Enire décembre et Juin une "Supcr-500" avec slot vidéo et,
pourquoi pas?!, châssis d’extension intégré, pourrait être
introduite sur le marche. (Serait-elle l’hériticre spirituelle
de l’Amiga 1000?)
En tant qu’utilisateur, si mes prévisions sont correctes pour les deux tiers, je serais content; entretemps... attendre pour A3000 et autres (suite) circule ' C°nCCrne rAmiga 3000’ Pas un mot- Tous ont la bouche fermée; personne ne parle; pas le moindre bruit qui Je ne voudrais pas me tromper mais cela est un bon signe car normalement, quand, après tous les bruits, on tombe dans le silence le plus absolu, cela veut dire que l’on est "proche" de l’annonce officielle.
Je confirme plus ou moins mes différentes prévisions (voir A-news 2) et notamment celle qui prévoit la disponibilité de 1 ordinateur NexT pour la fin de l’année.
Il est fort raisonnable donc que Commodore avant de lancer son A3000 attende de voir cette nouvelle machine aGn de mieux connaître prix et caractcnsüqucs et, donc, contre attaquer en connaissance de cause. Cela me laisse soupçonner que Amiga 3000 ne sera pas commeciahsée (même simplement annoncée) avant printemps de l’année prochaine Wait and sec. K Wish List A la dernière réunion mondiale des développeurs AMIGA. Tenue à Washington au mois de mai dernier (voir A-news 4), une session a été totalement dédiée aux désirs des programmeurs.
Commodore nous a demandé ce que nous désirons le plus pour être mieux à l’aise avec notre AMIGA: système d’exploitation, environnement de programmation, ou autre; nous avons eu la possibilité de manifester nos désirs.
Evidemment les différents désirs énoncés par les participants étaient manifestés à partir de l’optique d’un programmeur; ce point de vue est fort différent de celui de l’utilisateur.
A partir de cette considération je me suis dit que nous pourrions établir ensemble notre "liste de désirs" en indiquant ce que nous aimerions le plus pour les nouveaux modèles d’AMIGA; qu’il s’agisse d’une fonction-système ou la forme du clavier ou n’importe quel autre détail, il serait intéressant de pouvoir "guider" Commodore à produire la machine de "nos rêves".
Je me chargerai de recueillir toutes vos idées et de le transmettre aux personnes concernées. Cette liste sera accompagnée des noms des personnes qui ont contribué à la former.
Imaginez donc, une Amiga presque "made in France"... Contaminated?
J’ai raison de croire que quasiment tout le monde a entendu parler du "virus". Les nombreux appels que j’ai reçu m’ont permi aussi de me rendre compte qu’il y a beaucoup de malentendus à ce sujet.
Il est donc utile de faire le point afin de savoir reconnaître les vrais dangers, dont il faut "avoir peur", de toutes autres fausses conceptions qui nous entournent.
Tout d’abord il faut préciser que le "virus" se transmet d’une machine à l’autre par moyen d’une disquette "contaminée"; à l’origine donc est bien la disquette et non pas la machine qui est infectée.
Un virus peut s’installer dans la machine (et donc la contaminer) par plusieurs moyens; normalement le virus se trouve dans le code du "boot" (c’est le cas typique et le plus répandu). En ce qui concerne notre AMIGA il s’agit de deux premiers secteurs de la toute première piste. (Secteurs 0 et 1 de la piste 0). Evidemment il est possible d’installer le virus et contaminer disquettes et machines par au moins une dizaines de systèmes différents mais je ne veut pas donner à personnes des mauvaises idées... Une fois que le virus est installé dans la machine le "processus de contamination"
continue de disquette en disquette.
En pratique il suffit de faire un "reset" (CTRL-A-A) ou autre acte prévu à cet effet que le virus sera "passé" de la machine à une autre disquette et... ainsi de suite; de disquette en disquette et, en s’échangcant des disquettes, de machine en machine.
II est important de savoir que tous les virus qui utilisent les secteurs du "boot" sont catastrofiques pour certaines disquettes "protégées" qui, proprement pour leur code de protection, utilisent un "boot spécial" lui aussi inscrit sur les mêmes deux premiers secteurs. Le virus donc, en cas de contamination, sera inscrit à la place du code original; celui- ci ne sera plus reconnu par la routine de contrôle et le programme ainsi protégé refusera de reconnaître la disquette en tant que vrai original et ne marchera plus.
En revanche il ne faut pas confondre le virus avec un bug ou croire que votre Amiga est en panne quand en effet il suffit de l’éteindre et de la ré-allumer en boutant une disquette saine.
Dans le cas de la 2000 et de la 500 dotées d’extension mémoire avec horloge, il est vrai que ce nouveau virus, connu en tant que "virus de l’horloge", reste à l’intérieur de la machine même une fois éteinte, car il se loge dans la mémoire de l’horloge qui est sauvegardée par batterie interne.
Pour le moment je suis arrivé à "isoler" ce virus mais pas encore à désassembler et réassembler son code pour comprendre son fonctionnement. Si j’ai le temps de pousser plus loin mes recherches je vous en dirai plus la prochaine fois.
Entretemps si vous désirez ne pas être contaminés faites attention avec qui vous "entrez en contact"... Nouveautés POS - Mise à jour du catalogue au 22 Avril 1987 (flddendum du 21 Juillet 88) Taht-tat-ah-tah!! ! (fiato aile trombe, rullo di tamburi...) And now, Ladies and Gentlemen, j'ai l'honneur, en toute avant-première européenne de vous annoncer la plus belle disquette jamais mise à disposition du public: AMIGATimes 1.1! Cette disquette est diffusée avec la revue américaine "AMIGATimes" dont le premier numéro vient enfin de sortir. Il s'agit de la première et seule "diskazine"
(diskette+magazine) pour Amiga; les souscripteurs en effet reçoivent chaque mois la revue avec la disquette. (S'il y a assez d'intérêt, je verrai si je peux vous offrir la possibilité de vous abonner par mon intermédiaire.) Entretemps j'ai la permission de dupliquer la disquette qui vient avec. Impossible de décrire à fond son contenu mais voici les programmes plus intéressants: AMIGATimes 1.1 ViewBoot 1.01 pour afficher en format ASCII les deux secteurs du boot; avec VirusKiller intégré (install). Il vérifie aussi la mémoire pour la présence de A virus: AEK, SCA, LSD et Byte Bandit. Avec doc.
Mach II (2.1) C’est une "all-in-one" utility avec: mouse accelerator, screen blanker, PopCLI, SunMouse, horloge et autres choses encore. Il ressemble beaucoup à "DMouse" (FISH
145) , mais celle-ci offre en plus les fonctions "HotKeys"
permettant de définir 20 macros!
UtilMaster Utilitaire pour la manipulation de fichiers; très complet et partiellement redéfinissable par l'utilisateur.
Bien sûr les nouvelles FISH sont arrivées; elle sont disponibles jusqu'à la 146; malheureusement il s'est passé une vraie tragédie: les premières que j'ai reçues doivent être passées aux rayons-x car elles étaient toutes illisibles. Quand je m'en suis aperçu j'ai téléphoné à mon ami Richard en Californie pour lui demander de me faire un paquet Air-Mail urgent (merci Richard!) Que j'ai reçu juste à temps pour vous donner la description et vous en assurer la duplication. (Je désire surtout m'excuser auprès de mes abonnés car ils sont habitués à recevoir les disquettes FISH dès leur
disponibilité; cette fois s'est mal passée; toutes mes excuses.)
De toute façon voici leur (très succincte) description: AmiCron version débuggée et améliorée du même programme publié sur la FISH 113 ProCalc simulation du calculateur programmable HP 11C.
FISH 139 TurboBackup fast mass floppy disk duplicator.
WheelChairSim Simulation d'une fauteuil à roulette pour en apprendre le fonctionnement aux enfants handicapés. Développé par le Technical Resource Centre et l'Albert Children's Hospital.
Plus utilitaires divers pour programmeurs.
SBProlog Stony Brook Prolog version 2.3.2 - Volume 1 - En plus du compilateur il offre des fonctions avancées tel que: mixing of compiled and interpreted codes, macros, FISH 140 extension tables, debugging with 2 levels of tracing etc. Avec documentation sur la disquette même.
SBProlog Volume 2 - Ce volume contient le C et le Prolog source code. (Exécutable and libraires on FISH 140) FISH 141 SmallC un petit subset du 'C' language; assembler and linker required to produce working exécutables.
I FISH 142 FracGen Générateur de Fractals qui crée des images Fractales à partir des "SEEDS" créés par l'utilisateur. Différent de tous les autres vus jusqu'ici. Great! A ne pas manquer.
SciSubr Subroutines scientifiques à utiliser avec le ABSoft FORTRAN, une ressource importante de sources pour fonctions mathématiques et statistiques en Fortran.
RIM Relational Information Manager. Ecrit en FORTRAN. Base de données complètement relationnelle utilisable pour une très grande base de données; les données sont stockées avec la technique B-Tree. Interface utilisateur rustique, mais personnalisable car le source code vient avec. Documentation, help et langage de programmation. A tester... FISF 143 Analyticalc Version 22-3D FISH 144 Update de la FISH 104 avec source et doc (ARC'd form). Grand tableur puissant, mais avec interface utilisateur rudimentaire. A tester.
FISH 145 Dmouse Super utility comprenant: Screen blanker, mouse blanker, auto window activator, mouse accelerator, PopCLI et autre encore. Version 1.06. TinyProlog un interpréteur Prolog simple avec code source. Très indiqué pour l'expérimentation avec ce langage.
FISH 146 C-Light Version démo d'un programme commercial de RAY-TRACING identique au produit du commerce, sauf qu'il est limité à 10 objets.
MemPad Agenda électronique. Très belle réalisation.
Nous avons aussi deux nouvelles AMIGANS avec nous: Amigan 3 C-Kermit Elle n'est pas toute à fait récente, mais j'ai décidé de l'ajouter car tous ceux qui désirent le Kermit de dérivation UNIX pour Amiga pourraient en avoir besoin.
(Uniquement pour utililsateurs avertis, no support provided!)
Amigan 16 Arpl.l Official release 2 of the AmigaDOS replacement project program.
ConMan update de la version dans The Amigan 11 Flipl.l Programme pour imprimer en horizontal.
LdebugDemo version démo d'un Source Level Debugger pour LATTICE C et Assembleur.
Mach - version 1.6a - pour description et version 2.1 voyez AMIGATimes 1.1 Patch 1.2 pour patcher deux bugs dans le Kickstart 1.2 (à votre risque) (A1000 uniquement) Undelete to Undelete un fichier accidentellement détruit.
Vgad Gadget editor. Pour Programmeurs.
Les disquettes des Amigàdos: mes lecteurs deviennent de plus en plus nombreux à m'envoyer leur contribution au Domaine Public Français. Qu'il s'agisse d'images, programmes ou autre, toutes vos contributions et vos efforts seront toujours appréciés. Même si vous ne voyez pas annoncé tout de suite ce que vous m'avez envoyé, ne soyez pas déçus: organiser une disquette prend du temps, et organiser d'une façon cohérente des programmes différents de divers auteurs n'est pas facile si l'on désire offrir une disquette "acceptable" même pour les moins experts. C'est pour cette raison que je "donne la
précédence" aux disquettes qui sont déjà prêtes (ou presque) à l'emploi. Ce mois-ci je peux vous annoncer trois disquettes d'origine française: Basic+ASM Charles Vassallo nous présente une disquette qui en réalité est un vrai tutorial pour nous apprendre à utiliser des routines en assembleur sous AmigaBASIC. Trois programmes nous prouvent l'efficacité de cette approche: ILBMdemo (pour charger des images IFF tous formats), palette (pour manipuler les registres couleur) et ifs (fractaless et récursivité, inspiré d'un article publié dans BYTE).
LOTOCalc Yann Guilly a un désir: voir tous les Amigàdos devenir riches en gagnant au LOTO!
Personnellement je ne crois pas aux "systèmes pour gagner de l'argent", mais il n'est pas interdit de rêver. D'après moi le vrai intérêt de cette disquette consiste à voir jusqu'à quel point Yann a poussé la maîtrise de l'Amiga et le raffinement esthétique.
(Voyez par exemple dans les menus l'option SetMouse pour changer le pointer "à la volée"!)
AMIGA-KID Philippe Orieux a réalisé avec DeluxeVideo aux enfants de tous âges. Le tout avec une développer déjà fort bien réalisée.
Un tutorial animé pour apprendre l'alphabet agréable musique de fond. Une idée à Abonnements: Je suis en retard dans la préparation des disquettes pour la série "The Best of..." "PDS- MIX" et "AmiGraph", je vous promets de m'en occuper pendant cette période des vacances afin que vous puissiez les recevoir dès la rentrée. (Une fois ma newsletter était bi-mensuelle; cela me permettait de m'occuper un mois de la newsletter et l'autre mois des disquettes. Maintenant qu'elle est publiée à l'intérieur de A-news je dois écrire des articles chaque mois et j'ai l'impression que le temps passe de plus
en plus vite. S'il vous plaît, soyez patients: j'essayerai de primer votre attente avec la qualité du contenu.)
Autres abonnements: Ceux qui ont souscrit à "The Amigan" et à "Jumpdisk” par mon intermédiaire peuvent, à l'échéance, renouveler directement leur abonnement; en principe cela vous coûtera moins cher. Si en revanche vous désirez que je m'en occupe, envoyez moi, avec le bon de commande, l'avis de renouvellement que vous aurez reçu et je ferai le reste. N'hésitez pas à me contacter pour tous renseignements.
ANS - II PD5 - Public Domain Software, Developers Diskettes and Other Services (liste des titres et autres services disponibles - 21 Juillet 1988) Envoyez votre commande à: Indiquez ici votre nom et votre adresse: Giorgio Cupertino Boite Postale 17 98001 Monaco Cedex Principauté de Monaco
(93. 50.02.84) (Best time to call:
10. 00 13.00 or 14.00 15.30)
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
S. V.P., indiquez au dos les disquettes de votre choix soit en
"cerclant" leur référence, soit en écrivant leur numéro de
référence (FISH par exemple). Reportez le nombre total de
disquettes commandées aux endroits appropriés et
multipliez-le(s) par le prix correspondant.
Abonnements aux disquettes PD5:
- FISH (12 disquettes) (start with
360.
330.
210.
210.
- PDS-MIX (10 disquettes)
- The BEST of... (6 disquettes)
- AmiGraph - DemoPicAnim (6 disquettes) Tous ces abonnements
offrent la garantie: "Satisfaits ou remboursés!"
(au pro-rata des disquettes non encore envoyées) a Disquettes PDS (port et duplication compris) 30. x (disquettes garantie et marquées Double-Face) b Abonnement à "The Amigan" (1 year - 6 issues) 290. (The best newsletter for the Amiga; environ 60 pages) c Abonnement à Jumpdisk (magazine on diskette!)
(6 issues: 350 F.; 12 issues: 600 F.) (envoi by Air-Mail) d CAN (Newsletter 5,6,7,8, 8b+9) (cerclez celle(s) choisie(s)) (1 = 20 F.; 2= 35 F.; 3 = 50 F. ; 4 = 60 F. ; 5 = 70 F.) e Catalogue PDS (22 Avril 1987 + mises à jour) 20. x f AmigaLibDisk 0 (Catalogue "FISH" sur disquette) 25. g AMIGA Stickers (Etiquettes autocollantes 1.00 F.chacune) 1. x h Supplément pour envoi recommandé 15. (envoi non recommandé: le risque incombe au destinataire) i Frais administratifs (quel que soit le montant de la commande et l'article choisi)
10. Montant total de la commande: Pour le moment le service de
distribution des disquettes PDS est offert sans but lucratif
exclusivement de particulier à particulier.
Prix valables jusqu'à fin Août 1988 ou jusqu'à parution d'un nouveau catalogue ou jusqu'à un taux de change du dollar de 6,50 (whichever cornes first) (Ce catalogue remplace tous les précédents avec effet immédiat.)
S. V.P. joignez votre chèque à la commande (étranger: mandat
postal international) Attention: Pour ne pas abimer votre
exemplaire de A-News vous pouvez utiliser une photocopie, ou
du papier libre.
V OICI LA LISTE DES DISQUETTES DISPONIBLES Indiquez les disquettes de votre choix soit en "cerclant" leur référence, soit en écrivant le numéro voulu (pour les FISH par exemple).
Public Domain Software:
- FISH (1 à 146) _
- AMICUS
(1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16-17-18-19-20-21-22-23-24-25-26)
- Advantage (1-2-3-4-5) (Great!)
- The Amigans (3-5-7-9-10-11-12-14-15-16) ( 11 avec 60 mouse
pointers)
- Augment 1 - Freeware (des programmes en basic nouveaux et
anciens)
- French PDS: 1 II 2 3 ( 3 = LOTOCalc by Yann Guilly )
- GoMoko + Paint-1 (in AbasiC - ready to run)
- P0LY83-123 (beaucoup d'utilitaires et autres choses + PopCLI)
- RAY-TRACING (DBW-RENDER VI.0) (exceptionnelle mais...
débutants s'abstenir...)
- MANDELBR0T (Charles Vassallo)
- PICMANDEL1 (à utiliser avec la précédente)
- Basic+ASM (Charles Vassallo) (ILBMdemo - palette et ifs
(fractales))
- MCA (AD 4 - GD 13 - GD 14 - MS 1 - PRG 1 - SD 2)
- CS-PREST0N 27 - (MachMouse plus utilitaires et programmes
divers)
- AMIGATimes 1.1 (ViewBoot - Mach II - UtilMaster) Great!
Démos - Slide-Shows - Personal-Software:
- GAC (1-2-3-4-5) (Slide-Shows du concours: "Say it in Colors")
- Amiga Slide Show (une suite d'images digitalisées)
- Slideshow (organisé par Gauthier Groult)
- Slide Show Météo
- Sunshine (Changez la rotation du globe sur trois axes!)
- J.Santos D.LeNouaille (première disquette française de
Slide-Show)
- New Workbench Demos
- New Instruments for Music Demos
- New Boing! With Screen Dump and Jukebox
- Georges de Vaucorbeil (moirages + cycling!) (PS - freeware)
- JUGGLER (le robot animé - une pièce de collection!)
- Mandelbrot Variations (Philippe Schuller) (PS - not PDS)
- MANDEL_HIRES (Slide-Show of Hi-Res fractals by Charles
Vassallo)
- Farrah "COSMOS" (PS - not PDS)
- Farrah "Poivre Sel" (PS - not PDS)
- DEMO "VideoScape 3D"
- EL GAT0 - (superbe demo animée - une pièce de collection!)
- Sculpt-3D Animation Demo (trois belles démos animées)
- JLG Cycle - Slide-Show avec cycling et musique de fond
- AMIGA-KID (Philippe Orieux) pour apprendre l'alphabet au
enfants Developer's Diskettes:
- AmigaBasic with BitMaps ( load save convert pictures IFF +
ACBM) (l.-l)
- Rom Kernel Manual Examples - Iff Sources - Print Spooler -
Errata vol 1.1
- 1.1 Goodstuff
- Mount Command (pour configurer tout genre de drive et
disque-dur) (1.1)
- SerTools (pour gérer le port série et le device TIMER)
- Block Slide 5 (used by US Commodore for Service Training)
- FlamDP-II (NewFLAM liaison-Minitel) (Mouse-hack,
PrinterStealer, Record Replay)
- Printer-Helper (printer driver generator et fichiers de test
pour imprimantes)
- Amiga Programmer's Suite (by RJ Mical) Si vous commandez des
disquettes "développeur", je supçonne que vous n'avez pas
besoin d'assistance; donc... no support provided!)
Reportez au dos (ligne "a" ou "b") le nombre total de disquettes choisies.
Toutes mes disquettes sont garanties indemnes de tous virus AN5 - IV Trucs et Astuces Ce mois ci je vais vous initier à la pratique d’automatiser le lancement des programmes à partir des icônes.
Je pense qu’il n’existe pas un seul utilisateur Amiga qui, en cliquant sur l’icône d’une image n’a pas reçu un message tel que: "Error while opening: Dpaint: 205" ou, dans le meilleur des cas, "Plcase insert Dpaint in any drive".
L’intérêt de pouvoir cliquer sur une icône pour pouvoir afficher une image (ou lire un texte) devrait nous permettre de rester "indépendants" vis-à-vis d’un logiciel bien précis.
Cette possibilité existe: elle est applicable à tous les fichiers dotés d’une icône "project" et nous allons découvrir ensemble l’une des possibilités les plus flexibles de P Amiga.
Pour mieux me suivre chargez une disquette où vous avez des images créées avec DeLuxcPaint ou Photon Paint ou autre programme similaire qui sauve les images avec une icône.
Ouvrez la disquette (doublc-cliquez sur son icône je veux dire!) Et cliquez une seule fois sur l’icône d’une image; faites attention à laisser l’icône sélectionnée. Maintenant faites apparaître la barre des menus en appuyant sur le bouton droit de la souris et sous Workbench (le premier menu à gauche) choisissez Info; vous devriez voir apparaître la fenêtre reproduite ici à côté.
?[Info release 1,2: TYPE Project SIZE in bytes 122962 in blocks 252 Cette fenêtre contient un tas de renseignements intéressants; dans notre cas il suffit de vérifier que le TYPE du fichier est bien "Project"; cela nous confirme que nous pouvons intervenir pour la manip qui nous intéresse.
STACK COMMENT DEFAULT TOOL Photon PainttfhotonPaint Quand vous double-cliquez une icône du type project, l’Amiga recherche le programme qui est indiqué dans la barre (string gadget) à la droite de "DEFAULT TOOL". (Voyez ici à côté où c’est écrit "Photon Paint:PhotonPaint".)
Evidemment si vous n’avez pas Photon Paint vous ne pouvez pas visualiser l’image. Heureusement le système de stockage IFF est (quasiment) standard et toutes les images stockées dans ce format pourront (en principe!) être affichées à l’écran par n’importe que-' programme capable de lire le format IFF; dans ie domaine public il y a une dizaine de ces programmes.
Prenez par exemple le cas de uShow qui se trouve, sur la disquette MCA-GD 13; il vous suffira de le copier sur la disquette où vos images sont stockées (supposons que celle ci s’appelle IMAGES) et de changer le "DEFAULT TOOL". Pour faire cela cliquez dans la barre à droite, effacez "Photon Paint:PhotonPaint" (ou n’importe quel autre message que vous avez trouvé dans votre fenêtre) et tapez "IMAGES:uShow"; tapez RETURN dès que vous avez terminé et cliquez sur SAVE; à partir de ce moment, chaque fois que vous double-cliquez cette icône-là, votre AMIGA cherchera, sur votre disquette IMAGES, le
programme uShow pour afficher l’image associée à l’icône.
Une fois saisie l’astuce, vous pourrez faire la même chose pour d’autres applications aussi; par exemple une icône associée à un fichier texte pourra être dotée dans son Dcfault Tool du programme "more", ou autre de votre choix, qui permet l’affichage du texte.
Attention qu’il y a deux pièges dans cette procédure: avant tout soyez cohérents dans ce que vous faites; une image a besoin d’un programme différent de celui qui affiche du texte; deuxièmement, n’oubliez pas de copier à l’endroit approprié le programme invoqué par votre icône.
L’option "Info” est riche en possibilités; si vous désirez en savoir plus, lisez votre manuel et voyez les différents exemples donnés au sujet du NotePad. Non seulement cela sera instructif, mais je suis sûr que vous le trouverez aussi très amusant.
AmiCnre Est ce que vous aimez votre Amiga?! Oui?!!! Eh bien, alors il faut l’entretenir comme il faut.
A partir de cette édition je commence à publier quelques lignes pour vous indiquer de quelle façon vous pouvez vous occuper de la bonne santé de votre Amiga. Etant donné que pour la faire marcher il faut l’allumer, voyons cette fois- ci ce qu’il faut savoir à ce propos.
Avant tout rappelez-vous de ne jamais allumer la machine tout de suite après l’avoir éteinte. Laissez toujours passer au moins 20 30 secondes. Cela est nécessaire pour deux raisons: la mémoire aura le temps de se "vider" comme il faut et, surtout, l’ordinateur et les composants ne recevront pas un contre-coup qui pourrait être fatal. Je vous épargne les détails, mais imaginez un train qui démarre violemment et s’arrête aussitôt brusquement pour redémarrer à toute vitesse; si vous êtes à bord et vous vous comparez à un composant électronique vous voyez ce que je veux dire... Deuxième règle:
essayez d’allumer votre machine chaque jour une seule fois pour tout le temps qu’il faut. Même si vous l’utilisez pendant une heure seulement, mais en 3 ou 4 reprises plusieurs fois par jour, votre machine "souffrira" moins si vous la laissez allumée toute la journé plutôt que de l’allumer et l’éteindre plusieurs fois.
Pour comprendre la raison de ceci comparez les circuits électroniques à un système hydraulique vide qui se remplit tout d’un coup avec l’eau en cascade chaque fois que vous appuyez sur un interrupteur; avec le courant électrique c’est la même chose: à l’allumage celle-ci envahit les circuits et les composants avec toute sa violence; c’est le stress électronique.
C’est bien pour cette raison que, quasiment dans la totalité des cas, les ampoules, les fusibles, les composants électriques et électroniques en général, "sautent" à l’allumage: ils ne résistent pas au "choc" (stress).
Moins de fois vous allumez votre Amiga, moins des chocs elle recevra.
En revanche, si vous avez une Amiga toute neuve, il vaudra mieux la tester comme il le faut car les composants électronique défectueux ou "faibles" peuvent être "identifiés". Si un composant est faible c’est bien mieux qu’il se manifeste pendant la période de garantie qu’après!
Voilà comment procéder pour vous assurer que votre Amiga est saine et forte: laissez-la allumée du matin jusqu’au soir, deux jours, l’un après l’autre; 12 heures au moins (par exemple de 8 h à 20 h). Le troisième jour, il n’est pas nécessaire qu’il soit consécutif, laissez-la allumée pendant 24 heures.
(En alternative vous pouvez faire un seul test de 48 heures sans l’éteindre. Ceci s’appelle burning-test et plusieurs fabricants, notamment de téléviseurs, déclarent le faire eux-mêmes avant sortie des appareils de l’usine... J’aimerais bien voir si c’est vrai!)
Le moniteur aussi doit rester allumé, mais soyez sûrs de lancer un programme qui fasse bouger continuellement images et couleurs afin d’éviter une "sensibilisation" des phosphores.
Si après ce test votre Amiga marche correctement vous avez 95% de chance qu’elle marchera correctement au moins pendant les 5 prochaines années.
La prochaine fois on verra comment avoir soin des périphériques en général.
Mini-Tins A différence des "vrais" Trucs et Astuces, les Mini-Tips sont des petits conseils qui peuvent être très pratiques même si fort simples et ou limités dans leur applications.
Certains sont tellement simples ou évidents que je me sens stupide à l’idée de les publier Car je soupçonne votre réaction (légitime) dans le sens que vous pourriez penser que je me moque de vous tellement certains conseils sont évidents.
D’autre part des utilisateurs qui sont nouveaux sur Amiga pourraient trouver pratiques certains conseils, même si très simples. Quoi faire?! A vous de décider! Cette fois je vous donne trois "mini-tips" vraiment légers; s’ils sont trop légers (voire bêtes!) Vous me le dites et j’arrêterai pour revenir à des "tips" plus intelligents.
Lst Mini-Tip: si les circonstances vous le permettent, gardez toujours ouverte une fenêtre CLI; cela vous permettra d’accéder aux disquettes et de lancer d’autres programmes (faire "dir" par exemple) même pendant qu’un autre programme tourne; souvent aussi en cas de "software failure".
2nd Mini-Tip: gardez toujours sous la main deux disquettes formatées; rien déplus triste qu’un "disk full" au moment où vous devez sauver votre chef d’oeuvre! (Surtout si vous avez un seul drive...) La deuxième disquette vous servira de "master"; en réalité une fois que vous avez une disquette déjà initialisée, si vous avez deux drives, il est plus rapide de la copier plutôt que d’en initialiscr une autre. (Je garde toujours une disquette formatléc et de temps en temps je l’utilise pour en dupliquer une dizaine que je garde toujours sous la main.) N’oubliez pas de renommer les copies d’après
vos nécessités.
3rd Mini-Tip: N’oubliez pas que l’Amiga est multi-tâche et qu’elle peut faire plusieurs choses à la fois; profitez donc de cette possibilité en exploitant à fond la commande "RUN". Si dans une fenêtre CLI vous lapez: copy MonFichierTexte to prt: vous imprimerez votre fichier texte mais il faudra attendre que l’impression soit terminée avant de pouvoir continuer à vous servir de votre fenêtre CLI; en revanche si vous tapez: run copy MonFichierTexte to PRT: l’Amiga vous rendra aussitôt la main et vous pourrez continuer à travailler dans votre fenêtre CLI pendant que l’imprimante continue à
imprimer. (Pratique n’est-ce pas?!)
Mail Orders Un nombre important de mes lecteurs achète par correspondance des produits pour leur Amiga, en adressant leurs commandes à des maisons étrangères, notamment américaines.
Ce phénomène s’explique par la combinaison de trois facteurs: la non-disponibilité ici de certains produits; le prix souvent excessif des produits importés; la résistance de la plupart des revendeurs à stocker en magasin certains produits.
Je ne nie pas que moi aussi je fais environ 80% de mes achats aux Etats-Unis et par correspondance. En revanche il faut savoir que cette pratique n’est pas sans danger ou, tout de même, sans risque de se voir confrontés à des problèmes.
Un achat par correspondance est toujours un acte de confiance envers le fournisseur qui, quelquefois, en profite (abuse) et vous laisse seul face à des expériences amères.... Pour une fois nous ne sommes pas les seuls à avoir le privilège d’être confrontes a uv tels problèmes; les utilisateurs américains ont déjà eu beaucoup à se plaindre du service de certaines organisations.
Les éditeurs de AmigaWorld, soucieux de protéger leurs lecteurs, ont commencé à publier une liste de maisons de vente par correspondance qui ont eu des difficultés avec leurs clients. Avec ce même esprit je vous donne la liste des maison dont les services pourraient ne pas vous satisfaire: Computer Best et Future Soft aux Etats-Unis; Silica Shop en Angleterre.
J’en profite pour vous rappeler que l’Amiga est une n ..ne extraordinaire, pour des utilisateurs extraordinaires, qui ont droit à un support extraordinaire.
Si vous avez eu des mauvaises expériences, vous avez la possiblité de prévenir les autres utilisateurs par l’intérme- diaire de mes pages. Ne permettez pas à des maisons non sérieuses de profiter de vous. Délais de livraisons trop longs, mauvaise qualité des produits ou services, défaillances techniques, prix "spéciaux" promis et non tenus, bref, quelle que soit la raison de vos doléances, n’hésitez pas à me signaler tous les abus dont vous estimez avoir été victimes car vous pouvez vous défendre! (As you know. '"iih CAN you can...) Cupertino 1 | |Tll
J. F, Kennedy Je suis convaincu que pour la plupart mes lecteurs
sont trop jeunes pour savoir qui est; les autres se
demanderont quelle liaison peut exister entre lui et l’Amiga.
En réalité John Fitzgerald Kennedy a été, d’aprés moi, l’un des plus grands présidents américains de l’histoire récente.
Une fois, en parlant au peuple des Etats-Unis, Kennedy a dit: "Plutôt de vous demander ce que l’Etat peut faire pour vous, vous devriez vous demander ce que vous pouvez faire pour l’Etat..." La logique est simple: le peu que chacun individuellement peut faire, devient beaucoup s’il est multiplié par une multitude de personnes et, à la longue, ce sera même plus que ce que peut faire une seule entité même si aussi puissante qu un Etat.
Et l’Amiga dans tout ça?! Une minute, je m’explique: notre belle machine a une revue dédiée qui s’appelle "A-ncws"; j ai reçu un nombre de lettres considérable où vous exprimez votre approbation pour ce que je fais pour l’Amiga et sa communauté d’utilisateurs.
Eh bien!, le monu,..t est venu où vous devriez vous demander ce que vous pouvez faire pour A-news!
Avant tout vous pourriez écrire des articles! En plus je suis impressionné par le nombre de personnes qui n’arrivent pas à trouver A-news en kiosque -vis parler de ceux qui cru,.-.m qu’elle n’était pas (ou plus) sorüc!
Alors, s il est vrai que vous désirez soutenir A-news, dites à vos amis de l’acheter; ne donnez pas pour acquis qu’ils en connaissent son existence. Montrez un exemplaire de A-news à votre revendeur habituel. Parlez de son existence sur votre serveur préféré.
Ilest a chacun de vous d’agir. Ne pensez pas que sur la quantité des lecteurs quelqu’un le fera. Si tout le monde pense comme ça personne ne fera rien.
A tous ceux qui se plaignent de ne pas arriver à la trouver, dcmandcz-leur d’écrire à l’éditeur de A-ncws en lui donnant nom et adresse de leur marchand de journaux afin que lui puisse indiquer à la distribution où il faut diffuser A-ncws.
J ai toujours supporté mes Amigàdos; les temps est venu que mes Amigùdos m’aident à supporter l’Amiga. En ce moment, la façon la meilleure de supporter votre Amiga est de faire connaître A-news, le seul moyen d’information dont nous disposons actuellement. Viva AMIGA!
AMIGAlement Vôtre L Amiga est une machine très puissante; trop puissante. Tellement performante que je suis convaincu que ceux qui ne la connaissent pas, ou la connaissent seulement depuis peu, ne songent môme pas à tout ce qu’elle est capable de faire.
Malheureusement, surtout parmi les acheteurs de la 500, l’impression pourrait être celle d’une console de jeux même si très sophistiquée.
Je précise bien qu’il n’y a rien de mal à jouer avec un ordinateur et je n’ai rien contre, bien au contraire: certains jeux donnent envie de savoir plus”, de mieux connaître la machine, d’apprendre à programmer, de créer nous-mêmes un jeu a succès. Et si vous jouez tout simplement pour vous amuser, mieux encore; cela veut dire que vous aimez la machine telle qu elle est.
Mais si son image" décale trop vers les jeux, on risque de la voir "refusée" définitivement pour les applications prolessionnellcs. Il serait dommage, car l’Amiga est bien plus performante que d’autres ordinateurs "sérieux". Qui sait, peut-eire qu elle est trop performante pour être prise au sérieux. Ou c’est peut être l’image de marque de Commodore qui 1 cmpechc de conquérir le marché professionnel.
Je considère un ordinateur personnel comme une extension de ses propres capacités intellectuelles. J’ai soutenu l’Amiga avec toutes mes forces (et, surtout, même contre les forces adverses, aussi absurdes que leur origine).
Je crois que maintenant c’est aux développeurs et aux utilisateurs de faire évoluer la machine. Cela peut se faire seulement avec un support sérieux de la part de Commodore. Si ce support ne viens pas (et vite!) Je crains que beaucoup seront ceux qui laisseront tomber cette merveilleuse machine.
Amigalement Vôtre, Giorgio Cupertino (A...e, Amiga et... NexT?)
CLI POUR AMIGADEBUTANT _ Patrick Conconi L’édilcur "ED" permet d’éditer des fichiers (qui ne sont pas ASCII), de les modifier ou d’en créer.
ED S STARTUP-SEQUENCE" vous fera entrer dans un programme appellé "ED" qui se travaille différcmcnt du CLI. (La barre " " indique à l’AMIGA la fin d’un nom donc d’un tiroir et le début d’un autre : toujours utiliser celle-ci pour séparer et indiquer que le programme se trouve dans ce tiroir).
Après avoir chargé le programme "ED" et le STARTUP-SEQUENCE, une fenêtre noire remplit l’écran et le texte du Script apparaît. A quoi peut-il bien servir ? Le STARTUP-SEQUENCE est le premier programme que lit votre AMIGA quand il se met en "branle" au démarrage. Il lit au fur et à mesure les instructions écrites dans ce Script cl les exécute. C’est ainsi qu’en inscrivant le nom d’un programme en fin de Script, mais avant la commande "ENDCLI NIL:", il se lancera tout seul.
ATTENTION, il ne faut pas tout effacer dans le Script. Certaines instructions sont nécessaires à la bonne marche de votre programme.
Pour se déplacer dans cette fenêtre, les touches fléchées dirigent le curseur et l’action simultanée sur "CTRL" & "B" effacent la ligne sur laquelle se trouve le curseur. Pour sortir de "ED", il faut se mettre en mode Commande en appuyant sur la touche ESC: Un astérix apparaît en bas à gauche de l’écran et attend votre ordre. "X" indique de sauver le nouveau fichier avec ses modifications tandis que "Q" (pour quitte) sort du programme sans sauver vos modifications.
ON PEUT FAIRE RAPIDEMENT DU RAY-TRACING AVEC DES BAUDRUCHES,DU CARRELAGE,DE LA LUMIERE ET UN DIGITALISEUR TEMPS DE CALCUL: 30 SECONDES MAXI SANS COPROCESSEUR ARITHMETIQUE Ajoutez au début de votre Script "ADDBUFFERS DRIVE DFO: BUFFERS 40" : ceci ajoute au buffers de votre lecteur 20Ko de mémoire tampon (astuce); la relecture du répertoire est plus rapide puisque en mémoire... Si vous avez deux lecteurs, ajoutez la même commande sur la ligne suivante en remplaçant DFO: par DF1: et sauvez le tout par ESC puis X et RETURN.
AVOIR UN CLAVIER FRANÇAIS AU DEMARRAGE Suivant le WORKBENCH que vous possédez, vous obtenez un clavier QWERTY au lancement de votre machine ou plus précisément, un clavier Américain.
Pour avoir un clavier français il faut ouvrir le CLI, et taper en mode direct:-"SETMAP F" qui l’installera.
Pour ceux qui désirent écrire en Allemand, Italien etc., d’autres claviers sont à votre disposition dans le DEVS KEYMAPS du WORKBENCH. Pour les visualiser, taper : COUCOU, me revoilou zici... Aujourd’hui, éditons le STARTUP-SEQUENCE et bricolons un peu... Pour ceux d’entre vous qui prenez le train en marche, cette rubrique est consacrée à ceux qui désirent approfondir un peu leurs connaissances dans le CLI. Je répondrai volontiers à vos questions; il vous suffira de me les envoyer à l'adresse ci dessous et de lire les réponses dans les numéros suivants de A-NEWS.
- "DIR DEVS KEYMAPS" qui affichera tous les claviers disponibles.
Pour rendre automatique l’installation d’un clavier au démarrage, entrez dans l’éditeur ED et remplacez ou créez dans le STARTUP-SEQUENCE une commande "SETMAP F”.
ED S STARTUP-SEQUENCE (édite le Startup-scqucncc)
- Se positionner sur la commande SETMAP existante ou créer une
ligne vide en positionnant le curseur à la fin d’une ligne et
tapant sur RETURN.
- Remplacer le SETMAP existant en écrivant "SETMAP F" ou s’il
n’existe pas de SETMAP dans le Startup-scqucncc l’écrire dans
la ligne vide que vous avez créé.
Un conseil quand même, utilisez une copie plutôt que l’original de votre disquette Workbenchü!
CONCONI Patrick 36 av. LUSERNA 1203 GENEVE SUISSE AMIGAMUSEZ-VOUS BIEN ZOOM!
ZOOM! Est un nouveau jeu conçu en Allemagne par Frank Neuhaus (jeune auteur de 22 ans déjà créateur de Swooper et Mikc llic Magic Dragon) et diffusé par Discovcry Software. Il s’agit d'une mélange de jeu d'action et de stratégie très agréable à jouer.
Anny Funny u une passion secrète: les jeux sur ordinateurs. Vraie virtuose du Joystick (on a quasiment l'impression que celui-ci s'anime entre ses mains) Anny Funny montre rapidité et intelligence, maîtrisant ainsi les jeux d'arcade les plus "addictives" et les "aventures" les plus mystérieuses. Chaque mois elle nous présentera un jeu choisi pour son originalité et qualité de finition.
Le tableau du jeu est une sorte de sol quadrillé suspendu dans l'espace; le joueur est représenté par une balle de couleur jaune. Il faut promener la balle sur les quatre bords de chaque carreau du quadrillage en marquant le pourtour. Quand les quatre lignes du carreau sont dessinées le carreau change de couleur et l’on gagne des points. Le but du jeu est de changer la couleur de tous les carreaux du quadrillage et c’est à ce moment que l'on avance de niveau.
Evidemment la tâche n’est pas simple; il y a des ennemis qui chercheront à vous empêcher d’accomplir votre travail. Une énorme bouche vous suivra partout en essayant de vous manger, des petits monstres verts effaceront les lignes que vous avez déjà tracées et d’autres caractères essayeront d’entrer en collision avec vous pour vous tuer. Il vous faudra être très agiles et très attentifs pour réussir votre mission.
Au hasard, à l’écran apparaissent aussi des objets en faveur du joueur: des sacs d’or qui donnent des points supplémentaires, des objets qui arrêtent momentanément les ennemis, d’autres qui augmentent la vitesse et ainsi de suite.
En total le jeu se compose de 50 niveaux. Si vous n’êtes pas très forts ne vous désespérez pas, le jeu donne la possibilité de choisir le niveau, ainsi vous ne serez pas obligés de commencer toujours du début. On peut choisir de jouer à un ou à deux. Le seul inconvénient est que le contôlc du joystick n’est pas toujours très précis. De toute façon le jeu est très amusant et assez difficile pour vous pousser à continuer vos essais devenant très vite "very addictivc".
Hormis mon goût personnel qui m’a immédiatement fait apprécier ce jeu, je l’ai aussi aimé pour différents détails qui font très plaisir aux utilisateurs.
Avant tout le package est joli, les explications essentielles mais claires, on y trouve dedans une carte de garantie qui donne droit à un échange gratuit en cas de défaillance de la disquette, et un coupon pour commander un back-up contre le paiement de 9 dollars; c’est très raisonnable (oui, bien sûr que la disquette est protégée!!!).
ZOOM! A été conçu spécialement pour l’Amiga, il n’est pas importé d’autres machines. Le chargement est rapide, la présentation très sympathique, les bruitages et la musique bien faits.
Si on déprotège la disquette les scores seront automatiquement sauvés, si non ils seront tout simplement enregistrés à l’écran, sans être sauvés, jusqu’au moment d’éteindre l’ordinateur; de toute façon pas de plantages ou de messages ennuyeux à l’écran si le programme trouve la disquette protégée.
Autre chose que j’ai aimé: la disquette marche avec tous les trois modèles d’AMIGA et, pour le moment, je n’ai pas eu des problèmes avec toutes les configurations que j’ai testées.
Avec 3 Mega de mémoire il n’y a pas eu le problème de devoir lancer le NoFaslMcm; avec seulement 512K et 3 lecteurs branchés (!) Il n’y a pas eu besoin de déconnecter les drives. En un mot, même si votre temps est limité (c’est souvent mon cas), vous allumez votre ordinateur, vous insérez, votre disquette et vous jouez tout de suite, sans bricolage préalable.
Ceux ci sont tous des détails dont les éditeurs devraient tenir compte avant de commercialiser un logiciel!
En conclusion je peux dire que le jeu est très bien programmé et il devrait plaire aux adultes comme aux plus jeunes. Allez le chercher chez votre revendeur et... amusez, vous bien!
S nnij ‘Juntuj SaDontt Des m&s (S9©§î ©nnOTF© nn©QDSo Hélas, après de multiples déboires, nous n’avons pas pu éviter d’être reconnus. En effet, les huit dangereux individus que nous sommes, recherchés depuis près d’un an, ont été retrouvés.
Décrits comme de dangereux fanatiques, accusant tous une déviance évidente envers une machine l’Amiga, les services psychiatriques nous sont tombés dessus.
Ce sont donc les derniers articles que nous avons pu faire parvenir à la rédaction d’A-News.
Vous pouvez quand même continuer à nous écrire (Gourou Production BP 64 64104 Bayonne cedex), le courrier sera acheminé jusque dans nos cellules. Vous pouvez aussi nous remonter le moral en nous téléphonant au.59-41-17-91 à des heures raisonnables bien sûr, faut quand même pas exagérer. Enfin, toujours présents sur Deep (36 15 code deep), vous pourrez nous contacter sur notre bal LesGOUROUS.
Le plan d’évasion est en bonne voie...On espère en sortir bientôt.
Los EUROPEAN TOUR Après avoir dépoussiéré le Cessna, et oui depuis l’arrivée d’Interceptor, j’ai complètement abandonné Flight Simulator IL Mais voilà que le scenery disk europe tant attendu est enfin disponible en France. Je vous propose un vol au dessus de notre cher pays la France, cocorico !!!!.
Le chargement des disks étant effectué, on se trouve en Angleterre à côté de Londres, bccause la langue, je suppose.
Voilà une excellente occasion de visiter Londres, et en plus par beau temps. Plutôt rare non !!
Le tapin, oui oui, après plusieurs missions en F16 ou F18, le Cessna est vraiment un tapin. Revenons donc à notre tapin qui nous attend en bout de piste. Un checkliste complet est effectué; normal, après un long séjour au hangar, il vaut mieux tout vérifier. Un avion quelqu’il soit n'est pas fait pour être au sol à l’abri du soleil.
Tout a l’air OK. Les gaz à fond et la piste commence à défiler, enfin je devrais dire se crainer, péniblement les 60 noeuds sont atteints, Je tire sur le manche en douceur et me voilà en l’air Durrr, Duirrr !! Direction London, un survol de la Tamise m’emmène droit sur le pont de Tower Bridge, puis Big Ben, la city et pour terminer un passage au dessus de Picadily Circus. Attention, je vous rappelle que nous sommes en Angleterre, et que s’il vous prenait l’envie de retourner au plancher des vaches, la conduite sur route est à gauche Hé Hé.
Cap au 155 direction la mer du nord, puis la France. Au passage de la côte anglaise quelques turbulences, il faut dire que je vole au ras des pâquerettes comme ' aux temps héroiques de Blériot. La mer est calme, pas un bateau à l’horizon, ça rame un max, Bzzzz.. Bzzzz.... je bulle dans mon cockpit. XX h plus tard terre ! ! !
La côte est en vue, petite correction de cap en direction du Touquet. Aterrissage en douceur, le trafic aérien est très calme, normal tout le monde se bat contre les MIG. Hi!Hi!Hiü.
Après une pause café, je décide de repartir pour PARIS. Le moteur du Cessna s’étant dégommé durant la première partie du vol je peux utiliser le turbo, pas celui du moteur, mais l'option slew du soft.
Paris à 11H devant, léger virage à gauche en piqué, la Défense est en dessous, un passage au dessus de l’Arc de Triomphe, pas assez kamikaze pour tenter de passer sous la voûte, une autre fois peut-être. Descente des Champs Elysées, sur la gauche dans le fond le Sacré Coeur, un virage serré à droite me permet de suivre la Seine jusqu’à la Tour Eiffel, tiens! Ils l’ont repeinte en orange !!!
Original non? Bon, le temps passe, je mets le cap sur Orly où je laisserai mon Cessna au hangar, faute de scenery disk France sud, ce qui m’aurait permis de tirer jusqu’à Biarritz.
Me voilà donc à Orly. "Hep taxi!!!"
Gare d'Austerlitz svp. Pas le choix si je veux rentrer. D’ici 8 heures je retrouverai le F18 Ha Haaa!!!.
Entre nous, un vol au dessus de la France avec le Cessna, c’est très agréable et reposant. Alors faites comme moooiiii FLIGHT SIMULATOR H dans DFO: et SCENERY DISK EUROPEAN TOUR dans DF1: Bon vol.
Certains d'entre vous ont déjà la disquette GOUROU hors série Nol. Elle ' contient une méga (1 méga ou 1J méga avec la musique) animation réalisée par Norbert. Un conseil, n'hésitez surtout pas à la diffuser (spread il ! Pour d'autres), elle est faite pour ça. Si vous ne l'avez pas encore, vous pouvez la commander pour 30 F port compris. Au fait, celte animation est également Domaine Public: Merci, donc vous pouvez aussi offrir une contribution à Norbert pour son travail.
_ A-News 31 DIGIPAINT de NEW TEK Bon, je sais, c’est pas du neuf, mais c’est du bon, et du solide... Et puis si on n’en parle pas, qui c’est qui va le faire, hein ??? De plus, moi, du moment que ça fait des couleurs partout partout, que ça fait des ronds et des carrés, je suis content, alors... PREMIER CONTACT Une boîte plastoc antique (et non une boite plastic en toc) style vidéocassette, d’un joli blanc clair (un blanc foncé aurait été plus joli, mais enfin ...) le tout agrémenté d’un dessin en quadrichromie.
J’ouvre. On y trouve de quoi lire et de quoi donner à manger au lecteur de disque. Pour le coté littérature, bonjour Shakespeare, au revoir Molière... Hé oui, c’est du bel anglo- saxon sans accent, et surtout sans traduction. Il y a les partisans et les détracteurs de cette formule. Personnellement, je préfère la Doc d’origine en Anglais, mais correcte, à une pseudo traduction du style: "Agitez le souris pour circuler sur le écran de votre calculateur"... Bon, de la lecture éducative donc, qui vous permettra de perfectionner d’une part votre connaissance des langues étrangères et vous
donnera d’autre part tous les tuyaux pour bien utiliser le programme. Bien sûr, une disquette programme et enfin un petit bout de papier pour les instructions de dernière minute (ce qui fait un peu désordre).
LE PROGRAMME Chargement par le WorkBench avec 2 icônes au choix, soit la basse résolution 320x200 soit le mode entrelacé 320x400. Si vous êtes "baseux" (en version de base 512K) vous ne pourrez accéder à ce dernier mode. Par contre pas de problème pour la basse résolution. Le programme est protégé par un code, ce qui est amusant la première fois, mais qui devient vite lassant lorsque vous devez sauter à la page 52, trouver le 392cme mot du 528ème paragraphe après le 153eme verbe se terminant par un ’Z’. Bon, j’exagère, mais c’est un peu ça... Une fois le Sésame trouvé, nous voila face à
l'angoisse de l’écran noir. Heuuureu- uuseuuument, il y a la doc qui nous fait le coup de la visite guidée. Bonne idée, car en plus, c’est bien fait, et vous avez très vite l’impression de maîtriser l’engin.
Digipaint propose 4096 couleurs, plus une palette de 16 nuances. Dans un premier temps, je n’avais pas bien compris le pourquoi de la chose, mais une fois arrivé au dernier chapitre de la doc, tout s'est éclairé. Pour que vous ne baviez pas sur A-News, ce qui serait dommage, je m’en vais tout vous expliquer, bande de petits veinards!!!
Le mode HAM (Hold And Modify) permet d’afficher 4096 nuances simultanément à l’écran, mais avec toutefois certaines restrictions. Ainsi, un pixel a sa couleur codée sur 6 bits(HAM utilise 6 plans graphiques), 2 pour l’intensité de rouge, 2 pour le vert et 2 pour ... le bleu. Ok y’en a 3 qui suivent, je continue. Pour passer d'un pixel noir à un pixel blanc, il va falloir 4 pixels car on ne peut alors modifier qu’un seul registre de couleurs à la fois. Prenons un exemple : un pixel noir aura 0 de Rouge, 0 de Vert et 0 de Bleu, ce que nous noterons 0-0-0.
Pour passer à un pixel blanc, il va falloir arriver à 15-15-15 (maxi d'intensité pour chaque registre). He bien, cela n’est pas possible directement, nous allons devoir modifier chaque registre individuellement et surtout successivement. De 0-0-0 on passe à 0-0-15 puis à 0-15-15 puis enfin à 15-15-15, ce qui nous fait bien 4 pixels en tout pour afficher un pixel noir à côté d’un pixel blanc. C'est pourquoi le mode 4096 couleurs n'est pas entièrement 'propre' sur nos Amiga®, laissant des espèces d’ombres autours de certains traits.
Par contre, si les couleurs choisies font partie d'une palette prédéfinie, ces problèmes ne se posent plus, et il n’y a plus de conflit de proximité. Voila pourquoi Digipaint nous offre ces 16 couleurs... Ouffff !! Vous avez bien mérité une Aspirine® pour vous dérider les neurones !!!
Une fois le coté technique apprivoisé, et tout en sachant ce que chaqune de nos actions va avoir comme conséquence sur notre cher 68000, nous allons pouvoir nous exciter comme des bêêêêtes sur nos souris. Attention, j'annonce les fonctions rectangle, oval, line, une palette de 4096 couleurs qui se choisissent du bout de la souris, plus les habituels réglages RGB.
Si ce n’est pas assez chère Madame, je vous rajoute les options de transparence des couleurs. Oui vous avez bien entendu. Il est possible de colorier un cercle en jaune, puis de superposer un bleu pour avoir la joie de trouver du vert là où un autre programme n’aurait mis qu'une bête couleur Shtroumpf®.
Si cela ne vous convient toujours pas, sachez qu’il est possible de prendre n’importe quelle partie du dessin en brosse et de lui appliquer tous les effets de transparence ou de dégradé possible. Digipaint nous offre en prime tout une panoplie de fonctions logiques qui vont nous permettre de gâcher très facilement n’importe quelle splendide digitalisation. Vous avez le choix entre XOR, ADD, SUBSTRACT et les autres, qui travaillent sur lès valeurs des registres de couleur. Ainsi si votre fond a une valeur 12 de Rouge.O de Vert et 0 de Bleu et que vous lui superposiez un joli bleu- ciel fait
de 0 Rouge, 12 de Vert et 12 de Bleu, le tout avec la fonction AND, cela nous fera un splendide gris clair du plus bel effet.
Si vous pensiez que, en partant d'un rouge vermillon et en ajoutant du bleu, vous pourriez obtenir du violet, vous vous mettiez la souris dans l'oeil, jusqu’au port joystick!!! En fait la fonction AND ajoute les valeurs des différents registres, et donc de 12-0-0 + 0-12-12 on est arrivé à 12-12-12, c'est ma-té-ma-tic. Et je ne vous parle pas des XOR et ADD qui vous permettront de faire la joie des petits et des grands en organisant des soirées devinettes du genre : "Et si je mets du jaune pâle sur du rouge caca, qu’est ce que j’ai ???".
UN CHEVEU DANS LA MARMELADE Digipaint permet une foultitude d'effets comme l'ombrage de textes ou de partie de dessins, mais son utilisation demande une grande habitude et une bonne compréhension de l'Anglais pour pouvoir bien s'imprégner de la doc. Si vous dites à un inconditionnel de ce programme que telle ou telle fonction n’est pas possible, il vous dira que oui et que vous ne savez pas utiliser le programme.
A titre d'exemple, je ne résiste pas au plaisir de vous expliquer comment faire une brosse parfaitement carrée. C’est très simple... Vous prenez l’option rectangle, qui dessine des ... rectangles. Vous entourez la zone qui vous intéresse avec votre carré en laissant le doigt appuyé sur le bouton gauche de la souris. Puis vous lâchez le bouton et pendant que le programme vous invite à patienter 3 secondes pendant qu'il dessine ce que vous lui avez demandé, vous vous précipitez sur le bouton de droite, ce qui a pour effet d’annuler la fonction en cours. Ceci étant fait, prenez l’option
brosse symbolisée par des ciseaux (à cause des capilliculteurs qui vous coiffent à la brosse sans doute...) et clickez l’option ’Again' qui refait la dernière action. Et enfin, sous vos yeux mouillés de larmes devant tant de génie, vous avez la joie d'avoir une brosse bien carrée. A titre d'information, je signale que cette option est directement accessible en 1 seule opération sur Photon Paint par exemple... Mais on peut faire de belles choses sur Digipaint, rien qu’en y connectant une tablette graphique par exemple... C’est super, on a alors l’impression de peindre en posant des touches de
couleurs, comme un impressioniste. En toute modestie, bien entendu... EN CONCLUSION : Un bon programme avec de bonnes possibilités, une doc de 56 pages, et un prix abordable de 630Fr environ, ce qui le met à portée de toutes les bourses, comme disait Mme Marthe Richard... Ah, au fait, demain je fais une interro sur les pixels en mode HAM, et comtjic moi-même je ne suis pas sûr d’avoir tout compris, je compte sur vous.
Btertarü MOCSOFOMID ê® MdlbtMrmi© Iktomis© Arcadia Software, filiale de Melbourne House, a encore frappé.
Voici une boite qui se permet de sortir un logiciel par mois
- et quels logiciels me direz-vous. En effet Arcadia déborde de
productions de qualité, citons dans les derniers Xénon, Road-
wars. Ces softs sont adaptés de jeux d’arcade. Alors la
question est:
- "Où s'arrêteront-ils?"
J'espère qu’ils continueront sur cette voie pleine d’espoir pour promouvoir le mouvement Amiga. Enfin parlons du II reste encore une fois à féliciter Arcadia pour son travail d’adaptation du jeu de café. Et je n’hésiterai pas à nommer Melbourne House éditeur de l’année.
Dernier en date, il doit son nom et sa renommée au Commodore 64 car il en a fait les beaux jours (Il existait quatre softs plus un éditeur de tableaux sur le marché, c’est dire.). Vous avez trouvé qui je suis? (Avec l’accent).
Il n'y a aucun suspense car la solution est dans le titre de l’article, mais je la repète voici le Boulder Dash de l’Amiga, pas une copie du genre Emcrald Mine, le vrai, celui de First Star.
Parlons du logiciel en lui meme, la présentation est génialcipcnt finie. Rockford jongle avec un diamant et tape du pied d’impatience le tout sur un fond de montagne avec une ville animée à l’horizon.
Après la présentation vous avez le choix entre cinq mondes ou envoyer Rockford. Chaque monde correspond a un métier: Rockford peut être chasseur, cuisinier, cow-boy, astronaute ou maitre du monde (Pardon, pas maitre du monde mais docteur). Il devra respectivement ramasser des totems d’or, des pommes, des pièces de monnaie, des soleils et des coeurs.
Rockford sera pousuivi par des singes, des oeufs au plat, des nébuleuses, des pistolets et des crânes. Ouf, tout les ingrédients pour en faire un faire un jeu qui allie dureté, action et réflexion avec merveille. Un mustpour les amateurs.
Ensuite les petits plus a mon gout sont les robinets d’eau et de feu, imaginez le contact, la chenille qui transforme les pierres en diamants, et les décors fantastiques. Du coté négatif on pourrait remarquer un Rockford un peu petit mais très bien représenté, un scrollir.g qui manque de fluidité et (personnellement) trop peu de tableaux ( on pourrait palier cela par un éditeur).
Passer le pont il faut tirer la lance sur le Troll. La lance ce trouve dans l'antre du dragon où il faut ramasser d’abord le bouclier. Pour tuer le cyclope : ii faut ouvrir la fronde, y mettre la pierre (qui ce trouve prés de la cas- cade),fermer la fronde. Puis OPERATE le lance pierre + le cyclope. Pour passer les gargouilles il faut utiliser le sortilège : "INSTANTUM ILLUMINARIS" pour les aveugler, attention on ne peut passer qu’une fois.
Pour traverser la lave : OPERATE le livre + la statue (ne pas oublier de mettre les lunettes). L’ ordre des leviers, de la salle suivante est : 3-2-3.
Pour ma part : comment passer la plaque qui s’effondre (tableau où il y a la flèche). Comment prendre des objets dans la salles des gardes ,et comment terrasser la femme qui se transforme en mollosse.
PHILIPPE : POWER PLAY : Pour quitter le générique il suffit d’appuyer sur "ESC" J’attends avec toujours autant d’impatience votre courrier.
Ifirsaledc LE PAVILLON NOIR EMMANUEL ABORD LE PIRATAGE HISSEZ LE PAVILLON NOIR... On en a beaucoup parlé, tous les journaux informatiques l’ont condamné et on a même réalisé quelques films à ce sujet : c’est vraiment pour dire si le piratage informatique est lié de très près à l’ordinateur familial. Bien entendu comme tout micro qui se respecte, le piratage sur Amiga est prospère, trop peut-être au goût de certains éditeurs. Cet article n’est pas une accusation, ni bien entendu une plaidoirie, les faits rien que les faits... UN PEU D’HISTOIRE Si le piratage peut tuer la machine et je
prendrai en exemple récent le fait que Word Perfect Corporation refuse de sortir de nouveaux produits sur l’Atari ST car bonjour les ventes (ou plutôt adieu dans le cas présent), il faut bien voir qu’il a permis à de nombreux ordinateurs de s’imposer sur le marché: L’Apple II en est la preuve vivante.
Dès le début et face au prix très coûteux de certains programmes, des utilisateurs ont eu l’idée d’acheter les logiciels en commun et de se les copier. La loi autorise même une copie de sauvegarde, ça y est : l’irréparable était fait.
LA CONJONCTURE ACTUELLE (MOT A LA MODE) Aujourd’hui, le piratage et plus particulièrement sur notre machine est organisé par de gros réseaux de déplombage puis de distribution s’étendant sur plusieurs pays européens : Allemagne, Belgique, France ou Suisse. C’est "la course au soft”: tous les moyens sont bons pour se procurer le plus rapidement un original que l’on pourra déplomber et ainsi distribuér dans ce marché underground. L’import en provenance des USA est souvent pratiqué. Les contacts entre groupes sont nombreux (qui n’a jamais vu une liste de remerciement à rallonge au détour
d’un programme? Menteurs que vous êtes...) et il faudrait comdamner les inventeurs du minitel pour complicité. Et les éditeurs ont beau cherché les meilleures protections du monde qu’elles soit dans le logiciel lui- même alors incopiable (et la copie de sauvegarde alors?) Ou dans manuel accompagnant le soft, rien n’arrête le talent car il faut parler du talent des déplombeurs.
DE SUPERS UTILISATEURS C’est par ce terme que l’on pourrait qualifier ces virtuoses du cracking. Non content de déplomber un logiciel ultra- protégé, il faut que le pirate y apporte sa touche personnelle et celle de son groupe. On ainsi droit à des chefs d’oeuvre de présentation avec musiques et animations incroyables, présentation bien souvent supérieure au logiciel lui- même. Certaines disquettes dans le Domaine Public pirate car il ne s’agit pas de véritable DP sont des démos de ce que ces personnes sont capables de réaliser en C ou en assembleur et l’on est soufflé... Je pose une
question: qu’attendent- ils pour réaliser un programme?
Mais certains le font déjà: les géniaux compacteurs de fichiers sont réservés à une certaine clientèle alors qu’ils mériteraient d’être distribué à grande échelle. Et pour tous les possesseurs d’Amiga 1000, le kickstart antivirus d’H.Q.C n’est pas-il pas le programme rêvé? Tant que l’on parle de virus, n’oublions pas que le premier sur Amiga était l’oeuvre d’un groupe suisse SCA, virus aujourd’hui destructeur mais au principe si génial... Y A UN HIC... Les éditeurs protestent car la trop grande diffusion de leurs logiciels empêche toute vente ou presque.
C’est vraiment la branche pourris du piratage: le commerce. Certains pirates vendent les logiciels à des prix exorbitants ou alors les échanges vont bon train...(voir les petites annonces dans certaines revues informatique grand public).
C’est certainement là que le problème se pose: le manque de produits nouveaux peut entraîner la chute car si le marché n’est pas assez important et que le peu de logiciels qui sortent sont copiés, il ne faut pas être devin pour voir que la machine est condamnée à rester dans son carton par manque de logiciel. L’échec de l’Amiga 1000 en France était certes dû à son prix mais aussi à cela. Et puis n’est-ce pas agréable de voir nos éditeurs français enrichir leur catalogue de logiciels sur Amiga?
Enfin, il semble que l’Amiga avec ses 600000 machines vendues officiellement dans le monde et les ventes de noël en France ait réussi à franchir le cap fatidique. Mon article n’a pas été fait dans un esprit moralisateur, les utilisateurs que vous êtes étant assez grands pour juger mais il faut remarquer que la solution de facilité n’est pas toujours la meilleure. Même si le piratage peut aider les bourses les plus démunies car je sais que beaucoup d’entre vous n’ont pas assez de brouzoufs pour s’acheter un programme original, quelques petits sacrifices pour votre machine ne
peuvent pas vous faire de mal.
A ESSAIS ESSAIS NOUVEAUTES L| ES NOUVEAUTES DU MOIS THUNDERCATS arrive sur Amiga : je n’ai pu tester qu'une pré-version, sans aucun bruitage. Le principe du jeu est à mi-chemin entre WONDERBOY et GHOST N GOBELINS. Vous déplacez un des héros du dessin animé à l’écran. Des monstres surgissent de partout : vous devez tous les anéantir grâce à votre épée aux pouvoirs magiques. Les graphismes sont bons et l’animation rapide, la gestion du personnage est assez lourde.
FOOTBALL MANAGER II vient aussi d’arriver. J’ai eu quelques difficultés pour le tester car je ne dispose que d’une préversion Allemande : dur! Dur! Cette simulation est très complète : vous devez choisir l’équipe rencontrée, la position de chacun de vos joueurs sur le terrain en fonction des positions adverses avant de commencer le jeu. Vous en saurez plus après un test plus approfondi.
Ere Informatique vient d’annoncer la parution de L’ARCHE DU CAPITAINE BLOOD pour la mi-juillet.
Nous espérons vous fournir un test complet dans le prochain numéro. JEANNE D'ARC de chez Chip sera sorti à l’heure où vous lirez ces lignes. Le jeu semble très similaire à VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE : graphismes digitalisés, séquences d’arcade sous couvert d'une simulation historique ! A voir... ROCKET RANGER de Cinemaware et CALIFORNIA GAMES d’ EPYX ne devraient plus tarder. La conversion de BERMUDA PROJECT sur Amiga est disponible à l'heure actuelle chez Loriciels. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour la suite de cette rubrique grâce à laquelle vous êtes au courant des dernières
nouveautés avant tout le monde.
Sympa non ?
| L | E MANOIR DE MORTEVIELLE L’équipe dynamique de Lankor développe enfin sur Amiga. Première adaptation sur notre machine, MORTEVIELLE MANOR se révèle un soft de très grande qualité. Entrons dans le vif du sujet : vous incarnez un détective privé médiocre, dans les années cinquante, qui se morfond dans son bureau lorsqu’une lettre vous parvient du Manoir de Mortevielle, où vous avez passé votre enfance. Julia, votre amie, vous envoie une lettre étrange dans laquelle elle parle de danger de mort pour elle et les siens. Julia est malade, et dans le cas où il lui arriverait quelque chose,
elle déclare vous avoir laissé un message derrière le mur du silence. Les souvenirs d’enfance, votre âme généreuse et votre curiosité prennent le dessus sur la prudence : vous partez le jour même pour le Manoir. A peine arrivé, Max le domestique vous annonce la mort de Julia, suite à une embolie pulmonaire. Vous ne voyez pas du tout les choses de cet oeil et décidez d’agir au plus vite pour démasquer le ou les assassins. Agissez avec tact et discrétion, sans quoi vous serez fichu à la porte comme un malpropre. Les graphismes sont très beaux et très fins. Le principe de jeu à base de menus
déroulants et d’îcones exploitant uniquement la souris est très agréable. De très nombreux sons digitalisés accentuent le réalisme : portes qui grincent lorsqu’on les ouvre, bruits de pas, hululements d'une chouette dans la forêt, bruit du vent et de la neige... Une musique courte mais inquiétante vous donne des frissons lors des changements de lieux. La synthèse vocale française est excellente.
Que dire d'autre si ce n'est l’existence d’une option de sauvegarde. Rôder dans les endroits déserts de la maison (grenier, puits, cave... ) peut vous en apprendre long. Le message est facile à trouver, il suffit d’aimer la poésie, quant à la famille : ne vous fiez pas aux apparences et évitez de poser trop de questions.
Sébastien C. Fabriquez vous-même votre prise MIDI... Si vous êtes allé au SICOB, vous avez pu vous rendre compte que la gestion des signaux MIDI n’était plus l’apanage exclusif de certains micro-ordinateurs ludiques.
L’Amiga comme à son habitude, est capable de prouesses en ce domaine; en fait, ce qui lui manquait, c’était un séquenceur performant; c’est maintenant chose faite avec le KCS V1.5 de Dr.T’s qui m’a laissé pantois d’admiration... La seule ombre au tableau semble être le prix prohibitif des modules d’interfaçage MIDI du commerce, surtout lorsqu’on en voit le contenu... DEMYSTIFIONS UN PEU LA TECHNIQUE Le standard M.I.D.I. est un procédé de transmission sérielle réalisé en boucle de courant, dont la connectique est normalisée sur des prises DIN à 5 broches à 180.
Seules les prises 4 et 5 des DIN sont utilisées; l’entrée se fait par une DIN (MIDI IN), la sortie par une autre DIN (MIDI OUT); la boucle de transmission étant réalisée en courant, cette disposition permet d’utiliser dans la boucle plusieurs séquenceurs sur plusieurs micros, par une DIN de passage (MIDI THROUGH).
Partant de ces considérations de base, ainsi que de quelque littérature étrangère sur ce sujet, le montage permettant la transformation de la boucle de courant en tensions adaptées au standard RS232C a été relativement simple à élaborer. Ce schéma est en Figure 1.
REALISATION Le montage peut être réalisé, soit sur une plaque à trous du genre "Vcroboard", ou en wrapping, soit sur un circuit imprimé dont vous trouverez le dessin en Figure 2.
Les circuits intégrés seront, de préférence montés sur supports (à moins'que vous soyez sûr de vous...). Il va de soi que le montage, une fois réalisé, devra faire l’objet d’un contrôle sérieux, surtout au niveau de l’alimentation, si vous ne voulez pas voir quelques composants partir en fumée... Certaines bévues ne pardonnent pas !
Un court-circuit au niveau de l’alim. Et c’est la casse, l’alimentation de PA500 étant fragile.
La carte une fois vérifiée (même plusieurs fois...), pourra être utilement mise en boîtier, la liaison entre la carte et l’Amiga étant réalisée à l’aide d’un câble possédant au moins 3 conducteurs et un blindage muni d’une prise DB 25 équipée d’un capot et d’un serre-câble.
L’Amiga 1000 ayant de légères différences avec les autres modèles de la gamme, n’a pas été oublié. Au niveau de la RS232, les différences entre l’A1000 et les 500 et 2000, résident essentiellement dans le genre de la DB25 et dans les tensions d’alimentation disponibles sur cette DB25. Les possesseurs d’AlOOO ont donc à supprimer du montage, le régulateur 78L05, les deux condensateurs de 0,1 microfarads ainsi que la liaison à la broche 9 de la DB25 (le +5V étant prélevé sur la broche 21 pour les alOOO). La DB25 sera du type mâle.
Les possesseurs d’A500 ou d’A2000 devront par contre réaliser le montage intégral à l’exception de la liaison à la broche 21 de la DB25 (du +12V étant prélevé sur la broche 9 pour les A500 et A2000). La DB25 sera du type femelle.
L’opto-coupleur 6N138 (fabrication Hewlett Packard) ne se trouve pas chez tous les revendeurs de composants, il est possible de le remplacer par un autre modèle à condition de remanier l’implantation du circuit imprimé, tous les opto- pour R500 et 2003 exelusi vemsnt Fig 1: Schéma de Principe
- r* sèdent qu’un seul synthétiseur (les pauvres...!) Peuvent ne
pas monter les prises des sorties 2 et 3 ainsi que les
résistances de 220 ohms correspondantes.
Alors, les musiciens: à vos fers à souder... et bon courage !
Bibliographie:
- Amiga MIDI interface schematic by Steve Stevens (1986) - Public
Domain.
- Synthesizer steum mit dem Amiga - Markus Breyer - Amiga Magazin
(10 1987) Je remercie ici, Alien qui m’a procuré le premier
article, ainsi que Com (Auci) fournisseur du second article.
Fig 2: Circuit Imprimé coupleurs n’ayant pas le même brochage; en cas de changement, choisir un opto-coupleur rapide (par exemple le PC900 de chez Sanyo), sinon quelques problèmes peuvent subvenir... Vous pouvez remarquer, sur le schéma, que trois sorties sont disponibles pour trois synthés. Ceux qui ne pos, 7HLS0H . 1 1 . 1 1 , .1 1 .
. 1 1 .
.1 1 .
DIH DIH DIH DIH DIH 0UT3 0UT2 0UT1 THRU IH I T T X Implantation. Vue côté composants Cet article nous a été envoyé par "AMIGA 59" dit "Sammy la glu", vous pouvez le joindre sur minitel: 3615 code DEEP (Bal: Amiga59). Il répondra à toutes les questions pertinentes, mais il précise qu’il ne fournit aucun composant, ni Kit, et qu’il ne réalise aucun montage en dehors de ceux qui lui sont destinés Liste des Composants:
- 1 circuit intégré SN74LS04
- 1 optocoupleur 6N138
- 1 régulateur de tension 78L05
- 5 résistances 1 4W de 220 ohms
- 1 résistance 1 4W de 180 ohms
- 1 résistance 1 4W de 1 K.ohms
- 2 condensateurs MKH de O.luF
- 5 DIN pour CI femelles 5 broches 180
- 1 fiche DB25 avec capot
- 2 mètres de câble blindé à 3 ou 4 conducteurs
- 1 diode 1N4148 ou 1N914 Parmis vous, il doit sûrement y avoir
des nostalgiques du C64, qui se sont éclatés avec UP N DOWN.
Eh bien, Elite reprend le même principe et le mélange avec la
vision et le changement de vitesse à la POLE POSITION.
Certains d’entre vous ont déjà tout compris, mais pour la plupart, c’est encore flou. Je recommence donc mes explications différement. Vous êtes au volant d’un Buggy, mais vous voyez également le véhicule devant vous. La route se déroule comme dans toutes les courses de voiture, avec en plus de longs tunnels et des virages surélevés dignes des plus grands circuits de skateboard! Sur la route, c’est le bazard, à croire que cela a été fait exprès ... Pour un peu, on oserait dire que le personnel d’entretien du circuit n’a pas fait son boulot : Jugez plutôt; des barrières, des pierres, des
tonneaux, des bornes viennent traincr sur la route.
Votre but est le même que dans POLE POSITION, faire le plus vite possible pour finir un circuit et bénéficier du temps supplémentaire pour faciliter (ou rendre possible) la fin du circuit suivant. Pour agrémenter le but de la manoeuvre, vous avez la possibilité de récolter différents bonus: du simple passage sous une ban- derolle bonus au ramassage de drapeaux dans un certain ordre (UP’N DOWN qui revient) en passant par des barrières TIME et j’en passe ... Comment un engin motorisé pourra réussir à se faufiler parmi tant d’obstacles et arriver intact. En réalité, votre véhicule est un
buggy tout terrain hyper bien équilibré, capable de toutes les cascades sans dommage.
Du point de vue réalisation, ce logiciel d’Elitc est très bien fait. Les graphismes sans être déments, sont très soignés et précis. L’animation, quant à elle, est fluide et sans reproche. Par contre, le son est réduit aux seuls bruitages du moteur et des bonus; une petite musique entraînante n’aurait pas été de trop.
Il semblerait que l’approche d’OUTRUN cause le même phénomène qu’ ARKANOID, les courses se multiplient. A quand un super tennis?
(requête personnelle! ).
Jean-Pierre _A_ ESSAIS Â-NËWB ESSAIS - BARD’STALEII e premier contact avec ce logiciel s’avère très prometteur : très belle page de présentation, graphisme tin et coloré pour la représentation des personnages, musique très sympathique pendant les options préliminaires, doc en français. Avant de jouer, il est nécessaire, comme indiqué dans la doc, de formatter une disquette vierge et de la nommer DESTINY KNIGHT CHARACTER DISK. Cette disquette sera bien utile pour sauvegarder de nouveaux personnages, ou la progression de votre guilde.
Malheureusement ceux qui ne possèdent qu'un seul drive seront pénalisés pour créer leurs personnages car de nombreux changements sont nécessaires.
Une remarque importante : il est possible d’importer directement les joueurs de BARD’S TALE I. Le principe du jeu se révèle très similaire à BARD’S TALE I: chaque personnage possède une classe et une race différente à choisir lors de sa création. Le déplacement dans la ville est lui aussi identique à la première partie. Là où intervient un changement c’est surtout dans la possibilité de quitter la ville pour explorer les alentours, et dans l’apparition de nouvelles créatures.
Le but du jeu est de faire progresser votre guilde en faisant gagner à ses joueurs des points d’expérience qui vous aideront pour résoudre les énigmes des différents donjons. En fait, BARD'S TALE II est un jeu de longue haleine et vous passerez de nombreuses nuits pour le finir, si toutefois vous y parvenez. Car BARD’S TALE est dur, oui très dur. Les différents monstres vous attaquent constamment et vous affaiblissent. Chaque combat vous rapporte de l'expérience et de l'or qui servira à parfaire votre équipement, vous faire soigner, ou encore tirer des renseignements de l’aubergiste :
encore faut il rester vivant pour profiter de ses trésors II!
Toutes vos aides concernant BARD'S TALE II sont les bienvenues. Ecrivez au journal ou sur 36 15 DEEP BAL MAGIC ROM.
BUGGYBOY (Encore Lui) I y a quelques mois à peine, je passais des heures à m'éclater sur l’arcade de BUGGY BOY.
Lorsqu'on m'a annoncé la sortie du soft sur Amiga, je me suis jeté dessus pour le tester. Ma première déception fut pendant le chargement : l'image de présentation était réalisée en 16 couleurs et en trames, donc il ne fallait pas s’attendre à des améliorations par rapport à la version ST. Pourtant, je n’ai pas trop été déçu par le soft.
L’animation et la vitesse, strictement identiques à celles du ST sont très bonne. Seule la musique et les sons digitalisés sont supérieurs : on se croirait dans la machine d’arcade ! Vous avez le choix au début du jeu entre 5 parcours, pour chacun d’eux vous voyez un plan et le tableau des scores. Dès que vous y aurez goûté, vous y passerez des heures !
Le principe du jeu consiste à finir plusieurs étapes dans un temps limité. Votre route est jalonnée de drapeaux et de portes qui vous rapportent des points ou du temps supplémentaire pour l’étape suivante. Les obstacles sont nombreux : barrières, blocs de pierre, arbres, panneaux, lampadaires, tonneaux etc... Les troncs d’arbres permettent de sauter, et les cailloux vous mettent sur deux roues I! Les paysages qui varient suivant le parcours sont très beaux et très colorés. Cependant, malgré ses qualités indéniables, on se lasse de ce jeu : car il manque de difficulté et il ne vous faudra que
quelques parties pour le finir.
Buggy Boy est malgré tout un jeu à classer parmi les plus distrayants et sous des aspects simples et sans prétention.
C'est quand même une très bonne conversion d'arcade comme on aimerait en voir plus souvent.
Sébastien C. Jjj n jeu d’action édité par FIREBIRD. Jack, bouffon de son état, doit récupérer neuf lampes enchantées dans le pays d’Allégoria et les poser une à une dans les vingt étagères réparties dans le royaume. Celui-ci est composé de châteaux, de maisons, de forêts etc... Les créatures qu'il doit affronter sont très variées, cela va des sorcières qui lui lancent des flammes depuis leur balai, jusqu’aux dragons cracheurs de feu, en passant par les chevaliers qui lancent des éclairs avec leur épée. Notre héros, durant sa quête, peut ramasser divers objets pour, pendant un court instant,
avoir quelques pouvoirs supplémentaires : cinq joyaux pour posséder une armure le rendant invulnérable, cinq instruments de musique pour acquérir une plus grande vitesse de ESSAIS A'-NEWS ESSAIS - BLACK LAMP DRUID II déplacement et cinq armes pour augmenter sa puissance de tir. Les graphismes sont corrects. Les diverses musiques qui accompagnent le jeu, bien qu'agréables, n’ont pas été retouchées lors du transfert de l’Atari vers l’Amiga. L’animation est bien réalisée, et la gestion du personnage réclame un peu d'habitude. Pour monter à une échelle, il faut se positionner en face de
celle-ci, se tourner, et pousser le joystick. Si vous ne vous tournez pas, Jack va sautiller sur place, et vu le nombre de monstres qui vous attaquent, votre énergie va diminuer à grande vitesse.Voici donc un bon soft qui aurait mérité une meilleure réalisation sur cette machine.
Gilles G. Jerome.C pi e la magie tu te serviras. Cette phrase aurait pu être celle qui définit ce magnifique jeu de FIREBIRD. Magnifique car sans être original il est : BEAU tant au point de vue des graphismes que de la musique.
Le scrolling sans être rapide est fin et multi- directionnel. Parlons du chargement: Une fois la disquette insérée et après avoir attendu un instant, une image représentant un druide en pleine activité (pour les connaisseurs, regardez la couverture de AD&D player handbook) apparaît accompagnée d’une très bonne musique digitalisée.
Viens ensuite le jeu accompagné lui aussi d'une très bonne musique. Le druide que vous dirigez se promène dans un paysage en 3D (voir photos). Il faut noter que le premier tableau ressemble étrangement au premier tableau de l'arcade ''GHOST'N’GOBLINS’’ toutefois celui-ci est en 3D. Les tableaux dans lesquels vous évoluez sont grouillants de monstres, que vous tuerez à l'aide de sorts. Vous avez la possibilité d’invoquer des monstres qu’un second joueur (muni d’un joystick) pourra diriger. Les sorts s’épuisent et il faudra penser à se ravitailler dans les différents mondes. Ce très bon
programme est disponible pour 200 frs environ chez votre revendeur habituel.
TECHNIQUE tf-NEVbS TECHNIQUE A DO YOU SPEAK POSTSCRIPT ?
J Ql omment expliquer que depuis quelques mois le 1 ¦ nom de POSTSCRIPT soit devenu quasi- indissociable de la notion de qualité en matière de Publication Assistée par Ordinateur ?
Le POSTSCRIPT est un langage de description de page. Il est chargé de guider, de programmer l’imprimante laser sur laquelle il est implanté. Il s'agit bien d'un langage à part entière, au même titre que le BASIC ou le PASCAL. Il faut bien comprendre que le POSTSCRIPT est le langage de l'imprimante et que le micro utilisé importe peu pourvu que le programme de micro-édition utilisé soit apte à envoyer des ordres tels qu’ils puissent être interprétés par le langage POSTSCRIPT.
Ainsi une LASERWRITER de chez Apple acce-ptera d’éditer les fichiers reçus aussi bien d'un MAC que d'un AMIGA (et même d'un ST si on lui bande les yeux!). Pour l'AMIGA il faudra disposer d'un cable série adapté et positionner la LASERWRITER sur 9600 bauds.
Sur une imprimante (même laser) non-postscript (par exemple la HP-LASERJET Plus de chez Hewlett- Packard) les graphismes et les caractères sont stockés puis imprimés sous forme d’images bitmap (point par point). La résolution maximale d’un caractère imprimé est donc fonction d'une part de la résolution à laquelle il est stocké dans la mémoire du micro et ensuite en fonction de la résolution de l'imprimante.
Un examen du résultat même à l'oeil nu met en évidence l'imperfection du tracé obtenu. Pour pallier ce problème des logiciels tels que Publishing Partner Professional (non encore disponible) utilisent des algorithmes de lissage des caractères permettant d'obtenir des résultats acceptables sur des imprimantes non-postscript avec toutefois un écart encore important de qualité avec celles-ci.
Avec le langage POSTSCRIPT les caractères sont soit initialement stockés dans la mémoire de l'imprimante, soit téléchargés depuis le micro. L’imprimante ne contient qu’un seul jeu de caractères pour chaque police, ceux-ci étant stockés pouis traités sous forme vectorisée.
On se rend ainsi compte du fait que la qualité d’impression est indépendante des limites imposées par le micro-ordinateur aussi bien que l'imprimante. Il est donc possible d'obtenir avec le même logiciel (par exemple Professional Page) un document d’une qualité de 300 points par pouce grâce à une sortie sur LASERWRITER et une qualité d'environ 2500 PPP en utilisant une photocomposeuse LINOTRONIC 300.
Si la vocation première du langage POSTSCRIPT est l’obtention de caractères de qualité, ce langage permet également, pourvu que l'on dispose d’un logiciel adéquat, de créer d'impressionnants (sans jeu de mots!) Effets typographiques. Ainsi une fois un "objet" défini et composé avec des caractéristiques classiques (par exemple une suite de caractères) il est possible d'intervenir à volonté sur la forme de celui-ci, de l'élargir, de l'incliner, de le déformer, de créer des dégradés de nuances, des trames, des effets de perspective, d’ombrages... En théorie le POSTSCRIPT permet donc de réaliser
des dessins très élaborés. L'AMIGA ne dispose toutefois à l’heure actuelle pas d'un outil exploitant directement ces possibilités ; imaginez donc une version de Deluxe Paint II en dessins vectorisés!
Notez toutefois qu’il est possible avec Professional Page d'importer et d’éditer les dessins techniques créés et sauvegardés avec Aégis Draw Plus.
C Le POSTSCRIPT c’est bien beau, mais ce n'est pas demain que je disposerai des 29 900 FF Hors Taxe nécessaires pour me payer ce joli périphérique qu’est la LASERWRITER!!!
Sachez qu’il existe aux Etats-Unis de nombreuses boutiques de micro offrant à leurs clients un service "OUTPUT POSTSCRIPT", et en cherchant bien vous en trouverez tout de même quelques-unes en France proposant ce service sur AMIGA.
En guise de conclusion, il semble raisonnable d'espérer que le mariage de l'AMIGA et du langage POSTSCRIPT donnera bientôt naissance à de nombreux logiciels de dessin technique, pleins de vecteurs dans tous les sens, avec des courbes de Bezier à la Samantha Fox, des dégradés d'enfer dignes des 4096 couleurs de l'AMIGA... Parlant couleur, il semble bien que les futurs softs de PAO permettront d'obtenir les 4 films nécessaires au traitement de documents en quadrichromie. C’est d'ailleurs déjà le cas de Professional Page qui, combiné avec Color Séparator, permet à l'AMIGA et au langage POSTSCRIPT
de donner le meilleur d'eux-mêmes.
Johnny D. Ce mois-ci, noire couverture est une première européenne - et probablement une deuxième mondiale. C’est la première fois en Europe que la couverture d’une publication distribuée en kiosque a été entièrement composée et la couleur sélectionnée sur un ordinateur familial - un Amiga 500 avec 1 méga de mémoire.
Notre confrère "Info" aux Etats-Unis réclame la première mondiale avec sa couverture du mois dernier.
Ceux qui n'ont jamais eu l’occasion de faire imprimer (en imprimerie classique) en pleine couleur ("quadrichromie"), doivent se demander pourquoi on fait tant de bruit autour d'un sujet aussi banal. Les couleurs de cc-mois-ci sont moins jolies que celles du lion d'Andreotto en juillet. Alors, où se trouve l’avance?
Premièrement, c'est une question d’économie. En moyenne, A-News paie près de trois mille francs par mois (pas si loin du prix d’un Amiga 500 lui-même) pour la préparation de ces fameuses "sélections couleur" chez des spécialistes de la photogravure. Trois mille francs parce que les procédés pour séparer une photo (d’écran, par exemple) en ses trois couleurs de base - magenta (ou rouge), jaune, et cyan (ou bleu) nécessite des appareils coûteux. Par contre, avec la nouvelle version 1.1 de Professional Page de Gold Disk (Canada) on clique deux fois sur la souris et les sélections sont calcu
lées et imprimées en quelques minutes en moyen résolution sur imprimante laser à langage postscript, pour un coût de cinq francs seulement. Pour un prix un peu plus élevé les sélections peuvent être imprimées sur une photocomposeuse à haute résolution, genre linotronic, toujours par l’intermédiaire du langage postscript.
Deuxièmement il y a le facteur temps.
Les sélections couleur traditionnelles impliquent une photographie d’écran, développement de la pellicule, transport chez le spécialiste, temps de traitement, puis retour pour la mise en page. Les changements de dernière minute sont hors-question, vu le coût et le temps nécessaires.
Troisièmement, on trouve une nouvelle liberté. Plus besoin de décider longtemps à l’avance la taille définitive des illustrations. Plus besoin de projeter des diapos sur une feuille blanche en essayant de prévoir le résultat final. Tout se passe sur l’écran, avec à tout instant la possibilité de re-positionner les tableaux par rapport au texte, de les élargir, les rétrécir, de changer leurs couleurs (et les couleurs du texte et du "papier").
Nous étions mal équipés pour notre premier essai de cette nouvelle fonction de Professional Page. Même pas un moniteur couleur disponible - on travaillait "dans le noir". Résultat : un mauvais choix de couleurs, ou plutôt une manque de couleur, dans l'image Mandelbrot. Un deuxième problème était le placement des repères sur les feuilles sorties de l'imprimante laser. Il est essentiel de pouvoir superposer les couleurs avec précision les unes sur les autres, à l’aide de ces repères.
Or ils étaient trop éloignés de l’image et nous étions obligés d’en enlever trois sur quatre. C’est une des raisons du léger décalage des couleurs sur la couverture.
Mais ce problème semble être le résultat d'un mauvais choix de notre part des dimensions de la page à imprimer (paramétrables dans l’option "Alter Currcnt" du menu "Page").
Plus grave est que le logiciel ne semble pas encore au point pour le calcul des sélections. Le cliché "noir" est bien trop noir. Si nous l’avions imprimé tel quel, vous auriez eu droit à une couverture extrêmement sombre. C’est seulement en trichant dans la préparation des films - en diminuant le noir au minimum - que nous avons pu sortir des tableaux convenables.
NOTRE COUVERTURE UNE PREMIERE Frédéric, créateur du monstre virus, nous affirme que certaines nuances sont bizarrement changées - mais en général il trouve "terrible" les nouvelles possibilités ouvertes par ce logiciel. Nous sommes d’accord, et nous avons l’intention de vous en infliger encore! Vous allez suivre "en direct" cette révolution.
La version 1.1 de Professional Page comporte d’autres améliorations : les pages peuvent être imprimées par les imprimantes dans Preferences, y compris le HP Paintjel et le Xerox 4020 (Preferences vl.3 est fourni avec ce logiciel). De plus il y a une option pour la césure automatique en français .
Une nouvelle option d’écran non- entrelacé s’avère parfois utile, mais un texte de 10 points (taille souvent utilisée par A-News) est illisible en cette résolution. L’utilisateur se trouve obligé de passer en grossissement de 200 pour cent, mais en conséquence on ne voit qu’un huitième de la page et les changements de position deviennent trop fréquents, trop pénibles.
Certains bogues ont été enlevés, en particulier le "A" de "A-News" revient à sa place sur l’écran (voir notre premier article sur Professional Page dans A-News N'2. Mais d'autres subsistent. Un exemple : de temps en temps Professional Page n’arrive pas à trouver un fichier IFF sur disquette. On peut quelquefois résoudre le problème en éteignant l’ordinateur et recommençant à zéro.
Micro Application espère sortir une version en français en octobre.
LES SELECTIONS SORTIES SUR LASERWRITER - ROUGE, JAUNE, BLEU ET NOIR COURRIER Bonjour, J'ai un A2000XT + RAM 2Mo + HD20Mo. Je suis plutôt orienté graphisme et vidéo, alors tout ce qui tourne autour de l'Amiga-Dos et utilisation du CLI m'effraie un peu, ça me parait plutôt compliqué...Par exemple : comment copier Dpaint sur disque dur pour éviter de charger avec la disquette? J'ai essayé de copier CLI-Mate : ce fut désastreux. Le logo DHO a été remplacé par le logo CLI- Mate! Ca doit être du propre dans les fichiers de mon disque dur! Comment faire pour tout remettre en ordre? Tellement de
noms se ressemblent.
Je consulte parfois DEEP, c’est bien..avec A-News, celà fait un bon ensemble. Continuez!
Jacques Auclerc-Galland Ed: Les développeurs sur Amiga se sont fait tiré récemment ’loreille à la réunion de Washington par Dr Henri Rubin, Chief Operaling Officer de Commodore International, Ltd. Sa critique : les développeurs n'avaient pas crééedes procédures simples pour installation sur disque dur, tel le déplacement d'icônes avec la souris (il les a critiqué aussi de ne pas avoir profilé des possibilités coprocesseur du Bridgeboard ou carte passerelle). En principe on trouve les explications plus ou moins compliquées dans la doc de chaque logiciel. Laurent Durrieux de Viviers
(07) m'informe que pour ceux qui se demandent comment utiliser Cumate avec un disque dur JHO (via carte PC), il faut d'abord utiliser la dernière version de Cllmaie (celle qui permet de désactiver le fastdir) et ajouter cette ligne dans la startup-sequence: Assign DHO: JHO: Ainsi apparaît dans les périphériques de CLImale le disque dur.
Cher A-News, Si Monsieur Andrcotto cherche encore une adresse pour ses tirages, je peux lui donner celle de Abaque Micro, 23 rue du Poteau, 75018 Paris, ou les tirages sont fait en Imageur Honeywell. Cette adresse m’a été communiquée par TecSoft (un groupe de "dingues", n'est-ce pas?), après qu’ils m’aient fait voir quelques tirages).
Sinon, et ce à partir de septembre, il sera possible de faire des tirages chez MAD, où Didier va installer, de manière accessible, une laser ainsi qu’une imprimante à jet d’encre.
A-N€WS - Premier journal français dédié à Vamiga9 Abonnement d’un an (12 numéros) ....180F Pour l’étranger (tous pays) 240F Bulletin d’abonnement ci-dessous, mais si vous ne voulez pas découper votre A-News envoyez-nous votre demande sur papier libre.
Vous pouvez commencer votre abonnement à partir de n’importe quel numéro, le No 1 compris. Les numéros précédents, vendus séparément sont disponibles au prix de 25F par numéro (20F par numéro pour les commandes de plus d’un numéro), port compris.
Les petites annonces sont gratuites pour les particuliers Oui, je m’abonne pour un an à partir du numéro . Nom ....Prénom .. Adresse . Bon à découper et à adresser avec votre régiement au nom d"À-News à : A-News Diffusion, 24500 Eymet Tristan Luce, 45 Olivet Cher A-News Une petite remarque au sujet des softs que vous testez. Pourriez-vous mentionner si le soft tourne en PAL NTSC? C’est bien utile pour les gens qui ont un NTSC... Ainsi: EXPLORA...arghhh il utilise PAL (comme tous les
bons éleveurs...). Heureusement, il est parfaitement multi-tâche et on peut "ruser" en lançant "Screenshift" (Fish 89). Ca permet de voir le texte qui apparaît parfois en bas de l’écran, aux dépens de la bande graphique du haut de l'écran qui est de peu d’importance.
Félicitations quand même pour votre revue, et votre ténacité envers et contre tout.
François Rouaix, 78 Le Chesnay CLUBS (rubrique gratuite) 18 BOKONEN CORPORATION - Club pour AmigalST. Ecrivez ou téléphonez Charles Descouts, 16 Allée Henri Sallé, 18000 Bourges tél 48-24-53-64 h.r. 6 49 CLUB AMIGA ANGERS: Nous avons un Amiga 2000XT, des Amiga 500, drives, imprimâmes (couleur, noir et blanc)..Nous recherchons des contacts dans toute la France pour pouvoir faire des échanges (d'idées, de logiciels...). Pour tout renseignement: Alligand Dents, 65 rue du Bon Repos, 49000 Angers. Tél 41-44-21-51. * 70 AMIGA FUN CLUB: Newsletter, contacts, domaine public. Reiniche Laurent, rue
du Coteau, Errevct, 70400 Héricourt.
CONTACTS AMIGA 500 échange programmes sur Thonon, Annemassc, Genève. Gauthier Delerce tél: 50-94-06-93 Douvaine.
AMIGA 500 recherche contacts pour échanges de softs et programmeurs, graphistes ou musiciens pour création de dé- mos èt scrollings. Réponse assurée.
Rame Xavier, 17-22 Vieil Castel, 18000 BOURGES. Tél 48-65-07-13.
CHERCHE contacts Amiga ECHANGES, DESSINS, MUSICS - Gégé, 45-27-24-92 Paris.
A500 cherche correspondant sérieux pour échanges; recherche sources assembleur sous SEKA ou sous Macro Assembleur MCC et donc programmeurs. François Rimasson, "La Fonderie", 35170 Bruz. Tél 99-52-93-96 DEUX AMIGA 500 gonflés + 2 compatibles Commodore + 2 Atari 520ST voulant créer un club de contacts, échanges, S.O.S SGHL (hclper Softs, Gourou, Hardware and Languages) diffusion PDS français et USA, GAMPS (Groupements d’Achats, Matériels, Périphériques et Softs), possibilité d'une newsletter. Contact tel: 93-28-05-50 chez Mr FILALY-ANSARY Vincent, 15 Val de Gorbio 06500 MENTON ou Mr
CANES- TRELLI Raphaël, 9 Av de la Madone 06500 MENTON.
CHERCHE contacts sur Amiga, pour échanges de softs, trucs et bidouilles. Les débutants sont aussi les bienvenus. PIED- NOEL Alain, Hameau des Prés, St George de la Rivière 50270 BARNEVILLE- CARTERET. Tél 33-53-88-07.
AMIGA dingue de softs cherche contacts sympas. Débutants s’abstenir, merci. CODEREY Denis, Rue Haldi- mand 18.1003 LAUZANNE, SUISSE.
MATERIEL: A vendre pour Commodore Amiga un drive externe 3.5" A 1010 sous garantie.
Prix: 1490F à débattre. Tél: 64-97-91-01.
AMIGA échange ou vends pour le prix de la disquette, programmes du domaine public uniquement. Contactez par courrier: MAGUERRE Michàel, 11 1 Place des Trois Ponts 59100 ROUBAIX.
Si pas serieux s’abstenir.
Vends AMIGA 1000 (cause achat A2000) 512Ko 4 87 moniteur couleur, cable imprimante + nombreux logiciels, très bon état - 7000F. Pierre Arnaud, 38 rue du Garel, 69530 Brignais 78-05-18-05 A VENDRE AMIGA 500 + lecteur externe + 2 joysticks + Barbarian (jeu) + câble Péri tel. Le tout sous garantie. Prix 5500F. Tél: 43-50-07-81 COOP INFORMATIQUE SERVICE, importateur en Europe des produits SPIRIT TECHNOLOGY (périphériques pour AMIGA), recherche 1 distributeur pour la Belgique ainsi que pour la Suisse. Contacter : COOP INFORMATIQUE SERVICE 215 rue Frédéric Sévène, résidence Saint
Michel C233, 33400 TALENCE, FRANCE. Tél : 56-04- 41-93 Si vous n’avez pas l’habitude de travailler sous CLI, vous devez, pour bien comprendre son fonctionnement, connaître la structure des fichiers contenus sur une disquette. Je vais donc essayer de mettre en valeur les différents types de fichiers qui peuvent cohabiter sur une disquette puis les méthodes pour les modifier et enfin l’organisation physique de ceux-ci sur le disque.
LES FICHIERS Par Cedric, de l’équipe de la revue Oméga Sur une disquette telle que Workbench il y a deux grands types de fichiers :
- Les fichiers programmes
- Les fichiers de données Les fichiers programmes sont aussi
appelés exécutables. Ce sont des fichiers qui contiennent des
codes directement compréhensibles par le microprocesseur de
l’Amiga. Il suffit, sous CLI, de taper le nom de l’un de ces
fichiers (+ RETURN ou ENTER) pour que celui-ci se charge dans
la mémoire de l’ordinateur puis s’exécute.
Ainsi, vous trouverez sur votre disquette Workbench le fichier "Preferences". Si vous tapez son nom sous CLI immédiatement ce pro- grpime démarre et vous permet de faire vos choix de couleurs, etc. Il en est de même pour toutes les commandes du CLI. Ce sont des fichiers programmes qui peuvent donc démarrer uniquement en tapant leur nom. Soit par exemple Dir, Copy ... Les fichiers de données ne peuvent pas s’exécuter. Le code qu’ils contiennent ne peut cire compris que par un programme adéquat. Ainsi quand vous sauvegardez une image à partir de Dpaint, vous obtenez un fichier de données
que seul un programme de dessin pourra comprendre.
S’il n’y a pas un programme correspondant, votre fichier ne vous est d’aucune utilité.
C’est dans la catégorie Données que vous trouvez les fameux fichiers ASCII. Ce sont simplement des fichiers qui ne contiennent que des caractères compréhensibles par l’utilisateur. On trouvera donc dans cette catégorie les fichiers générés par un traitement de texte, par certains Basic, par des tableurs... Pour reconnaître ces différents types de fichiers, vous avez plusieurs méthodes. Vous pouvez tout d’abord demander à l’ordinateur de vous afficher entièrement le contenu d’un fichier. Pour cela utiliser la commande CLI : TYPE Nom_du_Fichier OPT H OPT H signifie OFTion Hexadécimale. Cela
permet de voir tous les caractères contenus dans le fichier même si ceux-ci ne sont pas des caractères ASCII. Les codes ASCII sont de plus affichés à droite de l’écran. Si tout ce qui se trouve à cet endroit n’est que du texte compréhensible alors vous avez affaire à un fichier ASCII. Vous pouvez arrêter le défilement de l’écran avec Espace puis Backspace pour reprendre ou CTRL C pour un arrêt définitif.
Pour voir si un fichier est exécutable vous pouvez simplement taper son nom suivi de RETURN. Si vous obtenez une erreur DOS du type 121 (file is not an object module) c’est que votre fichier n’est pas un programme.
Pour modifier un fichier il existe plusieurs méthodes. Pour un fichier de données il faut utiliser le programme qui l’a généré ou un équivalent. Ainsi pour un texte ASCII vous pouvez utiliser ED pour le modifier mais aussi ProWrite où encore Note-Pad, etc. Pour un fichier qui contient une image vous utiliserez Phoion Paint. Digi- Paint, Butcher... et ainsi de suite.
Pour ce qui est des fichiers programmes c’est une autre affaire. Pour les générer vous pouvez utiliser un Langage (compilé) tel que le C, le Pascal ou F Assembleur. Pour modifier un programme déjà existant il vous faut des utilitaires tel que Diskwik ou Dcbugger contenant un désas- sembleur, mais il vous faut surtout de sérieuses connaissances en langage machine ou en assembleur pour pouvoir comprendre le code du fichier.
En effet, il est facile (!) De descendre d’un programme Source à un programme objet (exécutable) via un compilateur mais pour retrouver le programme source à partir de l’exécutable c’est souvent mission impossible!!!
Si les fichiers de données sont enregistrés de manière brute sur la disquette il n’en va pas de même pour les fichiers programmes. En effet ceux-ci ont la possibilité de pouvoir se charger n’importe où dans la mémoire de l’ordinateur. Or les programmes contiennent des références absolues à des positions mémoires.
Le fichier est donc sauvegardé suivi de toutes les adresses absolues qu’il contient. Ainsi lors du chargement toutes ces adresses seront corrigées en fonction de l’endroit du chargement dans la mémoire. Vous pouvez connaître la longueur des fichiers à l’aide de la commande LIST qui affiche les noms des programmes ainsi que leur longueur et la date de création.
Lors de l’enregistrement, le Dos morcelle le fichier pour aller le mettre sur différents secteurs d’une disquette.
Si les secteurs contenant un fichier sont proches l'un de l'autre le chargement sera plus rapide que si le lecteur doit aller chercher à droite et à gauche tous les secteurs pour ce même fichier.
Il est d’ailleurs à remarquer que le lecteur de disquettes fait un bruit caractéristique lors du déplacement de la tête d’une piste vers une autre. Si le fichier se trouve bien rangé de façon séquentielle sur la disquette il y aura peu de bruit et le chargement sera rapide (voir le chargement de Kicks- tart pour les possesseurs du 1000).
Vous pouvez normalement réorganiser l’écriture d’un fichier en le copiant de sa disquette d’origine vers une autre qui sera pratiquement vide. Plus vous utilisez une disquette en lecture, écriture et effacement, plus vos fichiers risquent d’être morcelés.
Vous pourrez faire une remise en ordre de temps à autre en faisant un COPYdfO: ? Dfl: qui va copier tous les fichiers de la disquette du lecteur 0 vers celle du lecteur 1, qui doit être formattée et vide si possible. (Attention, la commande Disk Copy ne réorganise pas les fichiers sur les disquettes).
Cédric Article d’OMEGA N°3, réproduit avec autorisation.
Mandelbrot à colorier vous-même.
Non, ce n’est pas la faute de Profcssional Pave. Kd: va pouvoir se procurer un moniteur couleur avant de faire d’autres sélections couleur "à la maison". Nous avons retire la partie droite de la sélection noire pour montrer l’effet écrasant du noir. Voir l’article sur Professional Page.
Extension mémoire interne pour les Amiga® 500 et 1000 Ajoute jusqu’à 1,5 Mo de mémoire rapide qui porte votre A 500 à 2,5 Mo ou votre A 1000 à 2 Mo.
• Notice d’installation en français détaillée et illustrée.
• Jeu complet d’utilitaires système (auto config., ram on off,
ram disk protégée, etc.) avec procédure d’installation
automatique incluse.
• Prix abordable ! Seulement 1 990 F pour l’Inboard 500 0K.
Disponible en configuration extensible suivant vos besoins de oK à 1,5 Mo.
Horloge Calendrier permanent en standard sur la version 1000, en option sur la version 500.
Installation simple et rapide sans soudure.
Garantie 1 an.
SpfR T 215, rue F.-Sévène Rés. Saint-Michel - C 233 33400 TALENCE S 56 04 41 93 TECHNOLOGY Adressez-vous à votre revendeur ou contacte2 Coop Informatique Service Distribué on Franco par COOP INFORMATIQUE SERVICE Où vous procurer les cartes d’extensions SPIRIT TECHNOLOGY : INFOLOG 41, Bd Baille 13006 Marseille BUREAUMATIQUE 4 Pr des Capitouls 31000 Toulouse MICRO-C 16 rue des Fossés 35000 Rennes DIGI-CENTER Centre Cial V2 59650 Villeneuve d'Ascq ZIOMWI 1 rue Déserte 67000 Strasbourg MICRO COMPUTER CONCEPT ZI Arbletiers 23400 Gaudincourt LIBRAIRIE PRIVAT 14 rue des Arts 31000 Toulouse BURO
PILOTE 31 rue Stanislas 54000 Nancy MICROVISION 18 rue Jean Bart 64200 Biarritz CLEMENT INFORMATIQUE 216 rue de Créqui 69003 Lyon Imprimé par NEWS PRINT, Eymet 24500

Click image to download PDF

Merci pour votre aide à l'agrandissement d'Amigaland.com !


Thanks for you help to extend Amigaland.com !
frdanlenfideelhuitjanoplptroruessvtr

Connexion

Pub+

52.8% 
11.7% 
4.7% 
3.6% 
3% 
2.3% 
2.2% 
1.5% 
0.9% 
0.8% 

Today: 3
Yesterday: 101
This Week: 297
Last Week: 665
This Month: 2739
Last Month: 2920
Total: 72349

Information cookies

Cookies are short reports that are sent and stored on the hard drive of the user's computer through your browser when it connects to a web. Cookies can be used to collect and store user data while connected to provide you the requested services and sometimes tend not to keep. Cookies can be themselves or others.

There are several types of cookies:

  • Technical cookies that facilitate user navigation and use of the various options or services offered by the web as identify the session, allow access to certain areas, facilitate orders, purchases, filling out forms, registration, security, facilitating functionalities (videos, social networks, etc..).
  • Customization cookies that allow users to access services according to their preferences (language, browser, configuration, etc..).
  • Analytical cookies which allow anonymous analysis of the behavior of web users and allow to measure user activity and develop navigation profiles in order to improve the websites.

So when you access our website, in compliance with Article 22 of Law 34/2002 of the Information Society Services, in the analytical cookies treatment, we have requested your consent to their use. All of this is to improve our services. We use Google Analytics to collect anonymous statistical information such as the number of visitors to our site. Cookies added by Google Analytics are governed by the privacy policies of Google Analytics. If you want you can disable cookies from Google Analytics.

However, please note that you can enable or disable cookies by following the instructions of your browser.

Visitors

Visite depuis
03-10-2004
Visite depuis
23-02-2014