Sponsors

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Ce qui est fort dommage car les 604e et 603e de ces cartes sont des processeurs qui ne figurent de;a plus au catalogue de Motorola . Les seuts Amiga "oiticiels" sont de Micronik, pas d'Amiga inc. interview qu'il nous avait accordee l'ete dernier (Dream No 43, page 18), Petro Tyschtschenko avait deja revele que le prochain processeur de l'Amiga serait un Power Pc. Par ailleurs, Escom avait opte pour cette solution lors du rachat de I' Amiga en mai 1995 (Dream No 19, page 24). II est done etonnant d'apprendre qu'Amiga inc. ait mis huit mois a reflechir sur l'lnteret d'un processeur qui avait de toute fai;:on ete choisi depuis pres de trois ans. La veritable n ouve aute est qu'Amiga inc. parle de conserver le 680x0 pour rester comp a ti bl e. Une declaration curieuse qui a seme le doute dans beaucoup d'esprits. Si le futur Amiga doit tourner avec un Power Pc, pourquoi ne pas utiliser un emulateur similaire a celui qu'Apple avait developpe en un tournemain ii y a quatre ans ? D'autant que les performances d'un 680x0 ernule sur Power Pc sont bien meilleures que celles d'un veritable 68060 ! Par ailleurs, on se demande bien ce qu'a pu devenir la version Power Pc d'AmigaOs r e c orn pil ee en 1996 par l'Epsl, la filiale europeenne de Motorola specialisee dans l'adaptation d'appli- cations 68 k sur processeurs Rise (Dream No 29, page 27). A priori, elle n'a jamais ete terrninee, faute de moyens. Mais bon, ii y avait tout de rnerne une base qui permettait de se passer d'un 680x0. A bien y regarder, Amiga inc. n'a d'ailleurs pas ete tres loin pour decider du processeur de l'Amiga ; Joe Torre n'a fait qu'enoncer a voix haute les carac teri stique s des cartes PowerUp de Phase 5. Cela pose un problerne.

Click image to download PDF

Document sans nom Mais aussi : Compaq se paye les stations les plus puissantes du monde, Gateway 2000 présente le nouvel Amiga, réveillez la puissance d’Altavista... Guerre des nerfs : Comment Netscape veut s’emparer d’Internet !
Puces en cuivre : Ibm pousse le PowerPC à 1 Ghz !
F Mensuel - 10,95 Scan - 245 FL - 10,80 FS - 255 FB N°ISSN 1259-1165 L 2306 49 38,00 F Mise au point : Que vaudra Windows Nt 5 ?
S. u.s.e. : La distribution Linux ultime ?
Linux en toute tranquillité TOUS NOS TARIFS SONT EN FTTC ET PORT COMPRIS livraison SOUS 48 72 H. Votre PC devient Stotion-X !
165 Fttc Offre spéciale Linux MNIS 10 97 + Applications ELF-97 295 FTTC Linux MNIS 10 97 Xfree 3.3 Noyaux 20.30 2.1.56 Installation simple en français 195 FTTC
* 1ÏT I el I o wo rld ÜÜË HURD GNU HURD
O. S. Temps Réel du GNU 250 FTTC Gimp, Surf, Povray, utilitaires
graphiques, ImageMagic, onatpbm, sced,xpaint, viewers pour
tous les principaux formats, des modules pour générations
spéciales WEB, outils pour scanners, drivers pour scanners
Mustek, SANE (Scanner Accès Now Easy), miroirs de GIMP et GTK,
miroirs des applications graphiques du Sunsite... I I*
M.H.IS__ LINUX Applications Graphiques (MNIS Février 1998)
Plus de 350 applications graphiques !
L I N Ü X Applications Graphisme Le Système Linux "0'Reilly" (590 p.) 2ème Ed. (FR) 290 Administration Réseau sous Linux "0'Reilly" (368 p.) (FR) 230 Linux et Xfree 86 "Eyrolles" 404 pages (FR) avec RedHat 4.2 + Netscape 3.0.1 215 Linux Man (RedHat) 2000 pages 2nd Edition 345 Doctor Linux (RedHat) 2030 pages 5ème Edition 320 FreeBSD FreeBSD 2.2.5 (Walnut Creek) 11 97 235 Complété FreeBSD 2.2.5 + livre (817 p.) 02 98 325 Applications Développement Applixware 4.3.5 Office suite (Logiciel du Soleil) 495 Applixware 4.3.7 Office suite (S.u.S.E) 545 Applixware 4.3.7 Office suite (RedHat) 795
Applixware 4.3.7 Developer's Edition (RedHat) 199( CDE Client Edition Developer (RedHat) 620 Wabi 2.2 pour Linux (émulateur Win 3.1 x) -Caldera- 890 MOO TIFF 2.0.1. InfoMagic 890 Motif ReadHat 2.0.1 124!
Accelerated-AX 4.1 Display Server pour Linux BSD (Xi Graphics) (support de plus de 500 cartes graphiques) 785 CDE (Xi-Graphics) : bundle (CDE + Applications Builder pour Motif + Motif 1.2.5 + Accelerated-AX 4.1) 299i Accelerated-LX 4.1 Laptop Portable Server 159( JAVA WorkShop 2.0 (Sunsoft) tarif Éduc. : 690 117!
GNU Step for Linux 04 97 (Net Community) 235 GNU Step for NT (08 97) 295 C C++ User Group Library 08 97 (Walnut Creek) 245 GNU Free Software for Unix 04 97 (Walnut Creek) 210 Perl 09 97 (Walnut Creek) 190 Tex 12 97 (Walnut Creek) 190 Ada 11 97 (Walnut Creek) 190 Eiffel 03 97 (Walnut Creek) 190 CICA W95 3.1 08 97 (Walnut Creek) 140 CICA NT 11 97 (Walnut Creek) 230 Hobbes OS 2 10 97 (Walnut Creek) 140 Simtel Dos 09 97 (Walnut Creek) 170 Windows95.COM 11 97 (InfoMagic) 170 et bien d'autres titres... Linux Officiel Red Hat 5.0 (Intel) Française (Logiciels du soleil) 360 Linux Official RedHat 5.0
(Intel) 295 Linux Red Hat PowerTools 5.0 (Intel Alpha) 170 Linux Official RedHat 5.0 (Alpha) 320 Linux S.u.S.E. 5.1 (Version US) 295 CALDERA Open Linux Base 1.1 (Version Française) 635 CALDERA Open Linux Base 1.1 (Version US) 595 CALDERA Open Linux Standard 3691 Linux InfoMagic (01 98) 175 Deblan Linux (Linux Press) + manuel 250 Linux OS Professional Edition (Walnut Creek) 07 97 1341 Linux Slackware 3.4 (Walnut Creek) 11 97) 185 MkLinux DR 2.1 + livre 320 pages (Rich Morin) 330 Applications ELF-97 Plus de 400 applications pour Linux 150 FTTC Autres LINUX Livres A retourner à MCD2 Diffusion -
5 7 rue Leredde 75013 Paris Tél. Ol 42 16 88 OO Fax Ol 42 16 89 85 ? )e suis intéressé(e) par ? Je désire commander _ Prénom Nom _ Société Adresse
C. P Ville Tél.
Http: www.mcd2-diff.fr email : mcd2@mcd2-diff.fr et désire recevoir une documentation.
Au prix de_Fttc TOUS NOS TARIE* SONT EN FTTC ET PORT COMPRIS LIVRAISON SOUS 48 72 H. au prix de_Fttc au prix de_Fttc Total Fttc i I je règle par chèque à l'ordre de MCD2 Diffusion I I je règle par Carte Bancaire en reportant son n° ci-dessous I I I I I I I I I I I I I I II I expire : |_|_ A E d i t o L'effervescence du monde informatique s'amplifie de mois en mois. De toute part, des décisions fracassantes sont prises : Netscape qui distribue gratuitement son navigateur Internet par ci, Compaq qui rachète Digital par là... L'impression générale est celle d'un chaos en perpétuel renouvellement
: Ibm réinvente le processeur grâce au cuivre, Samsung hérite de l'Alpha pour lui offrir une toute nouvelle carrière dans le grand public, 53 abandonne les cartes graphiques pour se lancer dans un tout nouveau concept de calculateur, à la fois Risc et Mips... Le problème, est qu'il est encore trop tôt pour présager de l'avenir ; pour l'instant, toutes ces déclarations enlisent le marché plus qu'elles ne le font évoluer. A moindre échelle, le cas de l'Amiga est tout autant symbolique : Gateway 2000 ne sait toujours pas quoi faire de cette machine. Le constructeur charge donc sa filiale qui lui
est dédiée de multiplier les annonces, même s'il n'y a rien à annoncer. A tous les niveaux, le mot d'ordre est de faire parler de soi. Pour la réelle innovation, on copiera sur les autres plus tard.
Ogjrcstl fticne « A Incroyable : Netscape communicator, la suite bureautique Axene et le jeu Timekeepers pour Amiga en version complète ! Et tout ceci sur le même CD, avec, en prime, des tonnes d'utilitaires et de jeux pour toutes les plates- formes alternatives !
0 Courant alternatif - page 6 Qui l'eût crû ? Compaq rachète Digital, Netscape distribue gratuitement les sources de Communicator, le PowerPC passe à 1 Ghz, James Cameron utilise Linux pour les effets spéciaux de "Titanic"... Ce mois-ci, un dossier spécial sur l'immobilisme d'Amiga Inc. 0 Labo - page 18 Linux Suse, Netscape communicator pour tous, deux excellents outils Internet pour Amiga, mais aussi toutes les dernières nouveautés sur RiscPc, Atari, BeOs... Abonnement P.6Î Windows nt ?
Plus puissant que le StrongArm, voici l'Arm 9 !
En pratique - page 36 Tout ce qu'il faut savoir sur Linux m68k, comment récupérer une partition formatée en Ms Dos sur un gurer l esthé- ;, comment se t faire tourner Os, comment récupérer ses applications originales avec Dosemu et Tosemu... Amiga, comment confi tique du bureau de BeO servir d'Emacs, commen les vieux jeux sous Risc Approfondir - page 50 Suite des initiations au Shell et à Afterstep sous X-window, comment se connecter sur Internet à partir d'un Amiga, comment optimiser ses recherches sur Internet.
0 Programmation - page 58 Suite des initiations à Td tk, java et à l'assembleur.
0 Zone libre - page 64 Les jeux Bubble impact sur RiscPc, Onescapee et Uropa 2 sur Amiga. Le retour des démos sur Amiga ! Et toute la vérité sur cette institution mythique qu'est la Free software Foundation.
C D .
La suite Axene complète pour Linux, FreeBsd et NetBsd Communicator et Navigator 4.04 Depuis peu de temps, les logiciels Navigator 4.04 et Communicator standard édition 4.04 sont disponibles gratuitement. Nous en profitons donc pour vous les offrir dans leurs versions Linux et FreeBsd. En ce qui concerne Linux, les utilisateurs de la Redhat (4.2 et 5.0) installeront les logiciels comme à l'accoutumée par la commande 'rpm -i netscape- communicator-4.04-
3. i386.rpm'. Néanmoins, une version au format tar.gz est
également disponible ; il suffira alors de désarchiver le
fichier dans tmp et de lancer le script ns-install. Les
fans de Debian ne sont pas en reste puisqu'un package .deb
permet d'installer Communicator comme n'importe quel autre
package Debian. Deux conditions à cela : premièrement l'archi
ve au format .tgz doit être
- tfcJljlMtCUMU ' IlillllilIAAl teofUNk
* ». Mltt Î MHWMt Incontournable : le site de Netscape.
Voici un mois fertile en nouveautés puisque figurent sur la liste des logiciels fournis Netscape et Axene.
En effet, le plus célèbre des navigateurs Web (qui ressemble en fait plus à une suite complète pour Internet) est disponible en version Linux et FreeBsd. Par ailleurs, la société Axene vous propose sa suite bureautique pour X-window en version d évaluation. L'Amiga n’est pas en reste puisqu est également présent le jeu TimeKeepers en version complète !
Retouvez sur le CD-Rom Dream de ce mois-ci une version d'évaluation de la suite Axene. Cette dernière comprend les logiciels suivants : Xclamation, Xmayday, Xquad et XallWrite. Rappelons que Xclamation est un logiciel de Pao testé dans le numéro 39 de Dream (avril 97).
Xquad est un tableur-grapheur (Dream 38) et XallWrite est le dernier né des traitements de textes pour X-window. Ces logiciels utilisent Motif mais, rassurez-vous, les bibliothèques sont linkées statiquement et vous n'aurez aucun besoin d'acheter quoi que ce soit d'autre. Pour un meilleur confort d'utilisation, vous pouvez tout à fait lancer les applications directement depuis le CD-Rom (applications dans AxeneOffice Live Linux-2.0 ). Bien entendu, il reste possible d'installer la suite complète sur le disque dur. Pour cela, exécutez la commande suivante : AxeneOffice
Linux-2.0 Axenelnstall. Les versions fournies sont des versions d'évaluation ne permettant pas de sauvegarder ou d'imprimer ; cependant, si vous désirez fjcfvtr rttfrao 5»'«ctor xScnage Frjwn " C7 Sh A|8lç(0 |E|F|0|H| ’ rüT . ; .
I K . 1.
G 7 r-i • •o ... ’Â 17 Olixd Xquad 1995-1998 Axene Le tableur : un modèle du genre.
Acquérir une clé auprès d'Axene, il vous suffira alors par la suite de relancer le programme d'installation en suivant les directives d'Axene pour enregistrer la version que vous avez déjà installée sur le disque.
En cas d'ennuis, il est toujours possible de consulter le fichier Lisezmoi présent dans le répertoire AxeneOffice. The last but not the least, tous les logicels sont en français, y compris l'aide en ligne. Cette dernière est accessible grâce à Xmayday, qui n'est autre qu'un browser de documentation Html.
Présente dans le répertoire tmp. Ensuite, il est nécessaire de spécifier une option sur la ligne de commandes de dpkg, celle-ci devenant alors "dpkg --ignore- depends=libc6 -i netscape4_4.0-7.deb". Enfin, notons que Netscape n'assure pas de support technique pour ces produits et que la seule aide disponible se trouve à l'adresse http: help.netscape.com. Time keepers Initialement édité par Vulcan software, Timekeepers reprend le concept du jeu Lemmings. Il s'agit d'une tribu qui évolue au fur et à mesure des époques, symbolisées par de multiples niveaux.
Le but du joueur est bien entendu d'éviter que les petits personnages ne rencontrent des embûches. Pour ce faire, on dispose d'une multitude d'options, tels le saut, la minuterie ou encore une clef. La plus amusante est sans aucun doute Hurlement : elle sert à crier violemment pour faire fuir le chef d'une tribu adverse qui viendrait éventuellement nous barrer le chemin. Un jeu comme on n'en fait plus !
Répertoire Linux A l'honneur, les dernières versions de Cnu emocs et d'Xemacs, tous les How-to traduits en français et consultables directement depuis le Cd-rom. Les sources des dernières versions de WindowMaker sont également présentes, ainsi que les derniers noyaux (sources, Debian, Redhat). A noter également la présence du package Iibgif2, nécessaire à l'installation de Kde sous Debian.
S. u.S.E. Linux le leader.
Le produit Linux le mieux vendu en Allemagne arrive enfin sur le marché français.
S. u.S.E. Linux est un système d'exploitation pour votre PC,
puissant, fiable et rapide, avec de nombreux logiciels de
grande qualité intégrés au système. Alliant une interface
graphique avec des possibilités qui enthousiasmeront aussi
bien les néophites que les professionnels, ce système répondra
parfaitement à vos exigences.
C'est un système d'exploitation simple comme bon jour: Grâce à son installation commandée par menue, à la possibilité du lancement de logiciels sur CD sans installation préalable, un à manuel détaillé de 400 pages (en anglais), ainsi qu'à une assistance technique pour l'installation pendant les 60 jours suivant l'achat.
C'est un système offrant de nombreuses possibilités: qu'il s'agisse d'un accès confortable à l'Internet, de RNIS, avec S.u.S.E. Linux tout est possible. Le package S.u.S.E. Linux 5.1 comprend de nombreux langages de programmation, des logiciels-serveur Internet, ainsi que des applications variées.
C'est un système à la portée de tout le monde: le leader parmi les systèmes Linux, ne coûte que 295 Francs (port compris). Essayez-le!
Répertoire Amiga Près de 7 Mo d'applications (gestion de compte bancaire, base de données, conception 3D, fractales, Mp3, etc.), 33 Mo de démos, plus de 7 Mo de docs, plus de 3 Mo d'émulateurs, 4 Mo d'outils Internet, 38 Mo de jeux, 4 Mo de langages (dont les tous derniers optimisés pour Ppc !) Et 20 Mo de pilotes et d’outils divers pour le Workbench !
Répertoire RiscPc Plus de 185 Mo de jeux, de démos et d'outils en tous genres.
Répertoire Atari Tout ce dont on peut avoir besoin pour la musique sur Atari.
Répertoire BeOs Emacs pour BeOs ! Ainsi que des jeux et des utilitaires en pagaille !
Pour toute commande veuillez vous adresser à:
S. u.S.E.
S. u.S.E. GmbH Gebhardstr. 2 D- 90762 Fürth Tel. +49 911 740 53
81 Fax +49 911 741 77 55 Email: suse@suse.de MCD2 Diffusion
5 7 rue Leredde 75013 Paris Tel. 01 42 16 88 00 Fax 01 42 16
89 85 Email: mcd2@mcd2-diff.fr ?
F http: www.suse.de fZ DREAM - N"49 - MARS 1998 Que se passe t-il ?
La carte mère du Boxer; l'une des seules solutions pour assurer réellement la pérennité de Vamiga.
Le 19 janvier dernier, Joe Torre, unique ingénieur d'Amiga inc., s'est prêté au jeu de l'auto-interview pour répondre aux questions les plus courantes que se posent les utilisateurs et les principaux acteurs du monde Amiga. Le thème principal de cette déclaration portait sur le choix du futur processeur de la machine. En voici la retranscription (les répétitions ont été éliminées et remplacées par trois petits points) : Q : Quel processeur est le plus en vue pour le futur Amiga, un 68 k ou un Ppc ?
R : Les deux. L'Amiga a le 68 k pour la compatibilité et le Ppc pour la vitesse. La flexibilité de l'architecture Amiga lui a permis de se parer d'un processeur Ppc pour les calculs intenses, tels que le rendu, la décompression ou encore le cryptage (...). Et puisque nous sommes de plus en plus à adopter la solution 68 k + Ppc, nous disposerons bientôt de logiciels exploitant pleinement les fonctions du Ppc.
Q : Est-ce qu'un processeur Ppc sera requis pour faire tourner le Workbench 3.5 ?
R : Pas du tout. La mise à jour de l'Os est aussi bien destinée aux machines existantes qu'à celles de demain.
Q : Sachant qu'une version Ppc serait plus rapide, pourquoi publier juste une version 68 k du Workbench 3.5 ?
R : Pour supporter la communauté Amiga actuelle (...). Par ailleurs, porter l'Os sur Ppc prendrait plus d'une année.
Q : A terme, y aura-t-il un Amiga Os uniquement pour Ppc ?
R : Chaque possesseur de licence est libre de porter l'AmigaOs sur Dec alpha, Power Pc ou Mips. Ces processeurs seraient d'ailleurs idéaux pour les applications embarquées dans lesquelles excelle l'AmigaOs (...). Néanmoins, ces portages ne pourront pas être considérés comme compatibles Amiga tant qu'ils ne disposeront pas d'une émulation du chipset et du 68 k. Amiga inc., ou l'art de l'immobilisme... Mi-janvier, un responsable d'Amiga inc. s'est livré à des déclarations pour le moins surprenantes qui plongent le marché Amiga dans le flou artistique le plus total.
Q : Qu'en est-il du Coldfire ?
R : Le Coldfire est moins de 30% compatible avec le 68 k. Il dispose d'un nombre réduit d'instructions qui le rend très rapide mais totalement incompatible avec les opérations de Bitfields d'AmigaOs.
Utiliser le Coldfire demanderait une réécriture complète d'AmigaOs et reviendrait à être incompatible avec les archives Aminet.
Q : Amiga inc. fabriquera-t-il de nouveaux Amiga ?
R : Non, Amiga inc. ne fabriquera pas de nouvelles machines. Celles-ci viendront des constructeurs qui disposent d'une licence technologique d'Amiga (...). Des questions en suspens Par-delà le côté grandiloquent de cette déclaration, la première impression est que l'on n'apprend rien du tout, ou peu de choses. Dans une Que valent les PowerUp ?
Quatre mois après leur disponibilité, les cartes PowerUp de Phase 5 constituent toujours la seule et unique manière de faire évoluer le microprocesseur de l'Amiga de façon conséquente. Quelques logiciels commencent à être compatibles et les dernières versions des pilotes, maintenant relativement rodées, permettent enfin d'obtenir des performances acceptables, même si le parallélisme des deux processeurs reste à prouver. Néanmoins, ces cartes souffrent de quelques défauts qui en rendent le prix exorbitant : le contrôleur Ultra-wide scsi connaît plusieurs dysfonctionnements, les supports de
mémoire sont encore au format Simm 72 broches (format introuvable sous peu et avantageusement remplacé sur le marché par des barrettes de SD-Ram 64 bits, totalement incompatibles) et il est impossible de remplacer le Power Pc par un modèle plus récent. Ce qui est fort dommage car les 604e et 603e de ces cartes sont des processeurs qui ne figurent déjà plus au catalogue de Motorola.
Accordée l'été dernier (Dream No 43, page 18), Petro Tyschtschenko avait déjà révélé que le prochain processeur de l'Amiga serait un Power Pc.
Par ailleurs, Escom avait opté pour cette solution lors du rachat de l'Amiga en mai 1995 (Dream No 19, page
24) . Il est donc étonnant d'apprendre qu'Amiga inc. ait mis
huit mois à réfléchir sur l'intérêt d'un processeur qui
avait de toute façon été choisi depuis près de trois ans. La
véritable nouveauté est qu'Amiga inc. parle de conserver le
680x0 pour rester compatible. Une déclaration curieuse qui
a semé le doute dans beaucoup d'esprits. Si le futur Amiga
doit tourner avec un Power Pc, pourquoi ne pas utiliser un
émulateur similaire à celui qu'Apple avait développé en un
tournemain il y a quatre ans ? D'autant que les performances
d'un 680x0 émulé sur Power Pc sont bien meilleures que celles
d'un véritable 68060 ! Par ailleurs, on se demande bien ce
qu'a pu devenir la version Power Pc d'AmigaOs recompilée en
Access et I nside out Développées par Index information,
l'Access et l'Inside out sont des Amiga complets sur de
toutes petites cartes électroniques.
Aussi large que son indispensable CD-Rom, l'Access est destiné au marché professionnel des bornes multimédia. Véritable carte d'extension Pci, l'Inside out a pour but d'apporter toute la puissance d'une station Alpha à l'Amiga.
1996 par l'EpsI, la filiale européenne de Motorola spécialisée dans l'adaptation d'applications 68 k sur processeurs Risc (Dream No 29, page 27).
A priori, elle n'a jamais été terminée, faute de moyens. Mais bon, il y avait tout de même une base qui permettait de se passer d'un 680x0. A bien y regarder, Amiga inc. n'a d'ailleurs pas été très loin pour décider du processeur de l'Amiga ; Joe Torre n'a fait qu'énoncer à voix haute les caractéristiques des cartes PowerUp de Phase 5. Cela pose un problème. Non pas de performances car, reconnaissons-le, les pilotes ont bien évolué en quelques mois et nous sommes désormais loin des résultats forts décevants rencontrés lors de nos tests. Le véritable souci réside plutôt dans le choix même
du pilote : faut-il opter pour la Ppc.library de Phase 5 et son format Elf bizarroïde, ou pour la plus classique WarpUp.libra- ry de Haage & Partner ?
Aucune précision n'est donnée sur ce sujet pourtant suffisamment épineux.
La décision n'est pas encore prise Vient ensuite le chapitre du futur Workbench 3.5. Si l'on se réfère à une déclaration précédente de Darreck Lisle, il s'agirait juste d'une mise-à-jour sur disquettes ou CD-Rom (Dream No 45, page 7). Là aussi, on se demande où a bien pu passer le Kickstart 3.2 qui logeait dans une Rom de 1 Mo à l'époque du Walker (Dream No 29, page
26) . De même, on apprend qu'il faudrait un an pour porter l'Os
en code Power Pc. Sachant que cela fait trois ans que ce
leitmotiv est énoncé à chaque conférence de presse, faut-il
en conclure que toutes les initiatives précédentes sont
parties à la corbeille ? En tout cas, une chose est sûre : il
n'est plus question d'un AmigaOs 4.0 pour Ppc avant un petit
moment.
Le commentaire à propos du portage sur d'autres processeurs révèle, finalement, la véritable nature de cette déclaration : Amiga inc. préconise l'emploi d'une solution 680x0 + Power Pc mais les titulaires d'une licence feront de toutes façons ce qu'ils voudront !
Preuve en est le projet conjoint de Hiq et Index information, visant à proposer un AmigaOs pour processeurs Alpha d'ici à 1999 (Dream No 48, page 10).
Autrement dit, ce qui a été plébiscité comme étant la révélation du siècle par Amiga inc., à propos du nouveau processeur de l'Amiga, n'est en fait qu'une vMIGA ATARI LINUX RISC PC BEOS OS 2 DIVERS
• Suite page 8
• L'administration pro sous Linux Le gros défaut de Linux à
l'heure actuelle est le fait qu 'il ne dispose pas d'outils
d'administration comparables à ceux des Unix commerciaux. Mais
bientôt, ce ne sera plus le cas, grâce au Caldera opeti
administration System. Coas se présente sous la forme d'une
suite d'applications client serveur ouverte et modulaire,
capable de répondre à tous les besoins d'administration et de
maintenance. Les clients seront disponibles sous trois formes :
en lignes de commandes Shell, avec une interface graphique
X-window et en tant qu 'applets Java. On rêvait de pouvoir
administrer un serveur Linux depuis un poste client Windows ou
Mac, voilà que cela devient une réalité.
Que se passe t-il ?
• Un émulateur Pc pour BeOs m ..»iil énième façon d'entretenir
l'actualité autour de la machine, toujours pour promouvoir
ces fameuses licences. Car c'est bien là la seule chose que
produit la marque Amiga : des licences.
Presque Que se passe t-il ? (suite) des excuses publiques Le fait que cette déclaration se termine en précisant qu'aucune machine ne serait produite par Amiga inc. a suffi à mettre le feu aux poudres. Les réactions ont été à ce point virulentes que, le 5 février, un membre de l'Icoa (une association de pro- La carte mère de l'A500O : Amiga inc. ne savait même pas que c'était faisable... Boxer et Aôooo, les vrais nouveaux Amiga Les sociétés Index information et Dce n'ont pas attendu le bon vouloir d'Amiga inc. Elles mettent dès ce mois-ci en chantier la fabrication en série de deux nouvelles
machines Amiga : le Boxer pour Index et l'A6000 pour Dce. Clairement positionnés comme la relève de l'Amiga 4000, ces clones seront vendus dans des boîtiers Tower atx, disposeront de tous les atouts déjà existants (chipset Aga + Akiko, connecteurs Zorro 3, 68060, bus vidéo A4000, contrôleur E-lde, etc.) et auront même des connecteurs Pci qui fonctionnent.
Grammeurs Amiga officialisée par Gateway 2000) s'est senti obligé d'intervenir pour calmer les foudres des mailing-lists.
Ces dires confirment l'immobilisme actuel de la société américaine : "Amiga inc. n'a toujours pas choisi le prochain processeur.
En fait; ils sont toujours en discussion avec des fabricants de puces, dont certains sont très connus et d'autres beaucoup moins. Ils ne veulent pas sortir un Amiga avec une faible durée de vie et c'est pour cela qu'ils prennent leur temps pour choisir le meilleur rapport qualité prix, à savoir celui qui propulsera la machine au devant de la scène lors de la prochaine décennie. Du fait de ces négociations, Amiga inc. reconnaît que l'activité de la marque sera immobilisée jusqu'à ce qu'un choix final soit arrêté.
Ce qu'ils ont cherché à faire avec cette déclaration, c'est juste de promouvoir le développement d'une architecture intermédiaire, une machine s'appuyant toujours sur le 680x0 mais qui s'aiderait d'un processeur plus puisA propos du Coldfire C'est l'équipe d'Escom qui s'est intéressée en premier au Coldfire, ce processeur Risc de Motorola qui a repris le flambeau des 680x0 pour à peine plus de 100 F l'unité. Malheureusement, le temps que les ingénieurs Amiga se décident, Motorola a remplacé le premier Coldfire (une sorte de 68040) par une version 2 encore moins chère, mais dont la
compatibilité avec l'ancienne gamme était descendue à 30%. Depuis, Motorola a réparé en partie ce souci avec la version 3, mais joe Torre ne semble pas être au courant. Par ailleurs, les bitfields chers à l'ingénieur d'Amiga inc. sont juste une subtilité des processeurs 680x0 en 32 bits. C'est-à- dire que le 68000 en est lui aussi dépourvu. C'est d'ailleurs pour cela que l'AmigaOs ne contient pas du tout ce genre d'instructions. Qu'importe, l'intérêt du Coldfire est de pouvoir construire des ordinateurs pour moins de 7 000 F, ce qui semble loin d'être d'actualité chez Amiga inc. sant. Que ce
dernier soit un Power Pc; un Dec alpha ou quoi que ce soit d'autre n'a d'ailleurs aucune importance (...). L'essentiel est que les développeurs de logiciels Amiga puissent avoir une base commune. Cette base, c'est le 680x0. Et la prochaine architecture aura une interface software vers laquelle seront re-dirigés tous les appels du 680x0. Par ailleurs, nous sommes trois à avoir été engagés par contrat chez Amiga inc. depuis novembre dernier, pour nous occuper de l'AmigaOs 3.5. Les gens doivent savoir qu'Amiga inc. fait son possible, contrairement à ce que certains laissent entendre, mais
la politique de Gateway 2000 est de ne rien révéler tant qu'un produit n'est pas prêt ". Une réponse qui avait tout de satisfaisant.
Malheureusement, Joe Torre et Jeff Schindler (patron d'Amiga Inc.) ont publié un démenti formel dès le 11 février suivant : "seules les annonces parues sur le site : www.amiga.de sont officielles, toutes les autres doivent être considérées comme des rumeurs d'utilisateurs. Par ailleurs, le nouveau processeur de l'Amiga est bien la solution 680x0 + Power Pc, en attendant que le Power Pc soit le processeur officiel ".
C'est mal parti La lecture de ces déclarations ne fait aucun doute : Joe Torre est vraiment le porte- parole le plus nul en communication que l'Amiga ait connu. Non seulement aucune information supplémentaire n'est donnée, non seulement il invalide totalement la légitimité de l'Icoa et de son site officiel : (http: www.netreach.net ~fl eecy icoa ) mais, en plus, il élimine toute la crédibilité qu'aurait pu avoir son équipe. En résumé, Amiga inc. a décidé d'un processeur, mais chacun peut faire ce qu'il veut. Amiga inc. a tranché pour la solution de Phase 5 mais ne semble pas au cou
rant de celle d'index information qui semble, au moins, autant prometteuse (Dec alpha). Amiga inc. demande à l'Icoa de développer le Workbench 3.5 mais déclare que cette association n'a rien d'officiel. Amiga inc. insiste sur le fait que la solution 680x0 + Power Pc n'est pas intermédiaire mais celle-ci sera quand même remplacée par une autre. Amiga inc. dit officiellement que le prochain processeur sera un Power Pc mais aussi que ce choix n'est pas encore officiel... Finalement, on se demande si, en tombant dans le domaine public, l'Atari n'a pas eu plus de chance que l'Amiga.
TECHNOLOGIE Grâce au cuivre, le PowerPC atteint 1 Ghz !
Sur les traces de Digital, Ibm vient d'annoncer sa nouvelle génération de microprocesseurs : des PowerPC capables d'atteindre la vitesse extraordinaire de... 1 Ghz ! En plus d'une architecture 64 bits, ces nouveaux PowerPC auront la particularité d'être fabriqués avec du cuivre. C'est une première. En effet, jusqu'ici tous les constructeurs utilisaient de l'aluminium, un métal aux particules tellement fines qu'il est possible de dessiner de très petits circuits intégrés avec. Le problème de l'aluminium est qu'il est très sensible à la chaleur excessive des fréquences très élevées.
Par exemple, pour éviter que les circuits de son Alpha 21164 ne se déforment et deviennent totalement inutilisables à 767 Mhz, le constructeur Digital avait décidé de poser un volumineux réfrigérateur sur son microprocesseur (voir Dream précédent).
Mais les fonderies d'Ibm viennent de réussir la prouesse de manier aussi bien le cuivre que l'aluminium, c'est-à-dire s'en servir pour fabriquer des microprocesseurs. L'avantage de ce matériau, bien plus conducteur, est que l'on peut y faire circuler des signaux électriques beaucoup plus rapidement, sans que cela soit dangereux pour le processeur. Du coup, il est possible d'atteindre des fréquences incroyables, telle la barrière du Ghz.
Parallèlement, Digital confirme son intention de proposer aussi un Alpha 21264 à 1 Ghz d'ici à l'an 2000, mais dans une technologie plus traditionnelle.
S'il est aujourd'hui impossible de prédire les performances de chacun, il y a tout de même fort à parier que le PowerPC sera le moins onéreux. En attendant les futurs composants G4, lesquels disposeront en outre de plusieurs Dsp et de l'équivalent de quatre unités Ppc 750 sur le même chip, le PowerPC 750 sera le premier à bénéficier de la technologie du cuivre, ce qui lui permettra d'atteindre la vitesse de 500 Mhz d'ici à la fin de l'année.
Banalisation du midi sur Risc Pc L'éditeur Q-tec vient de mettre à la disposition du public son logiciel de gestion et d'écoute des fichiers Midi, Karelia. Ce logiciel peut être considéré comme un super lecteur de fichiers Midi, offrant la possibilité de jouer sur de nombreux paramètres rrïl rmnrrrrrmrr !
. Mm.
1- h ni mn üiii h nu! Ni n m ü'ümi ni nui h iq | y *J Karelia a tout d'un pro.
En temps réel et disposant d'une multitude d'afficheurs.
Karelia correspond au logiciel qui était précédemment distribué sous le nom de Conductor. Mais il est fort heureusement moins bogué. Ce cadeau de Q-tec est en réalité destiné à mettre en valeur le nouveau Karelia 2, bien plus évolué et disponible pour environ 650F. Q-tec profite également de l'occasion pour faire une promotion sur l'interface Solo, une carte Midi sur port parallèle à moins de 600F. Le site de Q-Tec est à l'adresse : http: www.q-tec.demon.co.uk
• Un nouvel Os ultra portable !
L'éditeur Tao, spécialisé dans les systèmes dyexploitation pour systèmes embarqués, vient de présenter un nouvel Os dont la particularité est d'être extrêmement portable, El a te. La preuve, en quelques jours à peine, Tao a été en mesure de fournir une version Arm et Intel de son système initialement prévu pour PowerPC. Le principe d'EJate est d'utiliser à l'extrême le concept des modules, minimisant ainsi la taille du noyau spécifique au processeur hê)te. Le but avoué est de proposer Elate comme alternative à Windows ce et même JavaOs.
EXPO Troisième Forum des rencontres scolaires de créations infographiques Organisée par l'association Clic'Art, regroupant des enseignants d'Art Plastiques, la 3ème rencontre scolaire de créations graphiques aura lieu à Toulouse les 4 et 5 avril 1998. Echanger des informations entre élèves et professeurs, présenter les réalisations des élèves, promouvoir l'infographie dans le milieu scolaire, débattre sur l'avenir des technologies... Les objectifs de ce festival sont multiples. Renseignements auprès de l'organisateur Elio Nocera, Collège Anatole France, 4 avenue de Lespinet, 31400 Toulouse
ou par Email nocera@ac-toulouse.fr. http : www. Tao. Co. Ukl2ltaolindex.ht ml
• Sur quoi tournera BeOs ?
Ii PrtXfcjcU
B. IW. (?) ’N» Slor» Q CW.VIOPOTI A----- HeOS for Intel Q & A La
sortie prochaine de BeOs sur Pc suscite de nombreuses
questions, la plus f réquente étant “quel matériel est
compatible Pour y répondre, Be vient d'ouvrir spécialement une
page Web très complète sur le sujet.
Son adresse est http :Hwww.be. cornlsupport qandas intel.html. Fort de la concurrence déloyale que lui imposent les constructeurs de Pc haut de gamme, Silicon graphies a décidé de casser les p ix de ses stations graphiques. Désonnais, une Octane Mxe d'entrée de gamme (avec un processeur RI0000 à 250 Mhz) sera disponible au prix plancher de... 150.000 F ! Hé oui, les temps sont durs pour tout le monde... i i ¦ Compaq rachète Digital et Samsung récupère l'Alpha !
La nouvelle est tombée le 26 janvier dernier : Compaq, le plus gros fabricant de compatibles Pc au monde, vient de racheter Digital pour 9,6 milliards de dollars.
• Programmer sous BeOs Les éditions O'Reilly viennent de publier
un volumineux pavé de 950 pages, intitulé La bible du
développeur BeOs. Absolument indispensable à tout programmeur,
F ouvrage s'accompagne d'un CD- Rom rempli de tous les outils
nécessaires.
Le pourparler aura duré deux ans, mais le résultat est là : après avoir revendu la plupart de ses usines de microprocesseurs à Intel, Digital vient d'être racheté par Compaq pour la coquette somme de 9,6 milliards de dollars. Pour Compaq, l'intérêt d'une telle opération est multiple. Tout d'abord, le fabricant texan peut ainsi entrer de plein pied sur le marché des gros systèmes (les fameux mainframes), que Digital partageait avec Ibm et Hp. Ensuite, Compaq hérite de 1600 ingénieurs-conseils en Windows nt et de 3000 autres spécialisés en Unix. Et c'est bien là que se trouve la
plus-value de cette transaction : fort d'un bagage de 30 ans d'expérience, Digital était réputé pour avoir le meilleur Consulting informatique et le meilleur support commercial du monde, un paramètre essentiel pour qui veut travailler avec les entreprises de demain. Par ailleurs, Compaq hérite également de toute une kyrielle de chaînes de productions qui lui permettront d'étendre son potentiel de fabrication. Enfin, en cumulant les résultats des deux sociétés pour 1997, Compaq totalise 37,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires, ce qui en fait le deuxième plus gros groupe informa
tique au monde, juste derrière Ibm et bien loin devant Microsoft.
L'éclatement de Digital Quoi qu'on en dise, voici quelques années que les résultats de Digital n'étaient plus aussi extraordinaires que ça. A titre indicatif, les bénéfices du constructeur en 1997 n'ont pas dépassé les 141 millions de dollars, là où Compaq atteint tout de même 1,9 milliard de dollars. Mais ce qui choque le plus le marché n'est pas tant le prix auquel il a été racheté que le changement de son statut : Digital, l'un des plus gros constructeurs de machines non-Wintel, devient une filiale du plus gros fabricant de micros complètement Wintel. Ironique. Et alarmant, car de
notoriété publique, Compaq n'a que faire d'un microprocesseur alternatif, aussi puissant l'Alpha soit-il. Tout le reste est déjà casé : une fois les chaînes de productions et les ingénieurs recyclés au service des architectures Intel, les anciens commerciaux ont été placés à la tête de Tandem, une autre filiale de Compaq spécialisée dans le Pc de bureau pas cher. Officiellement, les architectures Alpha sont toujours supportées, mais officieusement on cherche surtout à ne pas déstabiliser le marché en attendant l'arrivée du très prometteur Merced, futur rejeton de l'allié Intel qu'il est hors
de question de concurrencer.
Quel avenir pour l'Alpha ?
Redoutant à juste titre de voir leur technologie laissée pour compte, les dirigeants de Digital ont décidé de céder tous les droits des microprocesseurs Alpha à Samsung avant que le rachat par Compaq soit définitivement conclu.
Depuis le 9 février dernier, Samsung est donc le nouveau détenteur de tous les copyrights, de toutes les propriétés intellectuelles et de tous les travaux en cours concernant les processeurs Risc 64 bits 21164 et 21264. A noter que Samsung, qui disposait d'une licence en ce sens depuis déjà plus d'un an, met dès aujourd'hui sur le marché deux nouvelles cartes mères Alpha et dispose dans ses cartons d'une version du 21164 pouvant aller bien au delà des 737 Mhz à peine expérimentés par Digital. Par ailleurs, le but de Samsung est de produire des processeurs Alpha au prix le plus bas possible
afin de démocratiser la technologie sur les machines grand public. Un sacré pari que Samsung devra assumer seul. En effet, Mitsubishi, l'autre détenteur nippon de licences Alpha, vient de geler tous les développements en cours à propos de ce type de processeur.
Et Unix ?
Le cas de Digital unix, l'une des adaptations Unix les plus performantes car en 64 bits, est plus enviable. Pour l'heure, ni Compaq, ni les anciens analystes de Digital ne sont à même de prévoir quel sera le système du futur. Le catalogue du constructeur texan réserve donc une place de choix au système de Digital et encourage même la continuité des accords passés avec Intel pour son adaptation sur Merced. Cela étant, Digital avait signé, quelques jours avant le rachat, un accord avec Microsoft visant à développer en commun une version de Windows nt pouvant fonctionner sur 64 Merced montés en
parallèle.
CARTE GRAPHIQUE Trois nouveaux Scandoublers pour j miga
• Vulcan recrute Vu cnn software, le dernier bastion du jeu sur
Amiga recherche des collaborateurs talentueux dans le domaine
de Tintelligence artificielle, des graphismes, de la musique et
des réseaux. Renseignements sur le site de Vulcan :
www.vulcan.co.uk.
• Redhat 5.0 gratuite Les Logiciels du Soleil sont plutôt sy
mpas. Après avoir réalisé la version française de la Redhat
5.0, ils offrent à la communauté Linux en France son
téléchargement gratuit sur leur site www.linux- kheops.com. Le
constructeur allemand Micronik, réputé pour ses versions
d'Amiga 1200 montées en boîtiers Tower (les fameux Infinitiv
1300, 1400 et 1500) vient de présenter trois nouveaux modèles
de Scandoublers. Rappelons que l'intérêt de ces appareils est
de permettre l'affichage de tous les modes vidéos de l'Amiga
(sauf le Super72, mais il n'est jamais utilisé) sur un simple
moniteur Vga. Il faut en effet savoir que la gestion graphique
est d'origine un petit peu bâtarde sur Amiga : les jeux et les
démos ne sont visualisables que sur un écran de type Tv
(fréquence de 15 Khz) et les hautes résolutions nécessaires à
une utilisation plus professionnelle ne sont compatibles
qu'avec les moniteurs informatiques. Jusqu'à présent,
l'utilisateur de base devait obligatoirement choisir entre
une utilisation ludique ou professionnelle, ou alors disposer
de deux moniteurs ! Si Micronik a choisi de sortir trois
versions de son Scandoubler, ce n'est ni plus ni moins que pour
s'adapter à toutes les configurations possibles. Le premier, le
plus optimal, est une carte se connectant le plus simplement du
monde sur le connecteur vidéo interne des Amiga disposant de
bus Zorro. Le second, le moins cher, est un module externe
s'adaptant sur le connecteur vidéo composite externe de
n'importe quel Amiga (du 1000 au 4000). Malheureusement, la
qualité de l'image s'en ressent quelque peu. Le modèle le
plus intéressant est en fait le troisiè- il s'agit d'une carte
fille qui vient se clipper sur les composants Aga d'un Amiga
1200 pour ajouter un connecteur Vga supplémentaire à la
machine. La qualité est dès lors aussi optimale que celle du
premier modèle.
DONNATION .chez.com nicoteam JL B g WWW.C Cvicoteam L'auteur de Quake offre
20. 000 dollars à la Fsf John Carmak, génial auteur des moteurs
3D de Wolfenstein 3D, Doom, Quake et Quake 2 est également un
invétéré joueur de Blackjack. Lors d'une soirée organisée par
Activision à Las Vegas, notre homme a gagné la coquette somme
de 20.000 dollars (environ 120.000 francs) à l'occasion
d'une partie. Allait-il enfin s'acheter un autoradio
Windows ce pour la F40 qui occupe le fond de son garage ? Eh
non ! John a tout simplement offert ces gains à la Free
software foundation : "cela faisait un bon moment que je
comptais faire quelque chose pour la Fsf. Doom et Quake ont
été développés sous Nextstep, lequel est peuplé d'outils
Fsf. Je ne cautionne pas tous leurs dires, mais je dois
avouer que j'ai clairement tirer parti de leurs efforts". A
noter que John Carmak s'était déjà exprimé dans le passé sur
les systèmes alternatifs. Son préféré est sans conteste
NextStep, suivi de très près par Linux. Il aime également
bien BeOs pour sa stabilité mais n'accorde aucune attention
à MacOs, ni Os 2. A noter qu'il ne trouve qu'un seul intérêt
à Irix : "ce système tourne sur le meilleur hardware pour
OpenGl (les stations Silicon graphies) ; en revanche c'est un
piètre environnement de développement".
"Le Hacker II" CM 164SX (cache 1Mo) Proc 21164PC 533 Mhz 64 Mo SDRAM DD 3.5 Go EIDE Fujitsu CDROM 24x EIDE Sony Lecteur 3.5" 1.44 Mo Carte Réseau PCI Carte Son SB 16 PnP Matrox Millenium II 4 Mo Moniteur 15" Panasonic Souris Logitech Pilot Clavier KeyTronic Rack Amovible IDE Boitier Moyen Tour ATX OS : Linux RedHat 5.0 18 990 F ttc Port Compris VENTE PAR CORRESPONDANCE UNIQUEMENT Bientôt des points de vente près de chez vous : consultez notre serveur web ... www.chez.com nicoteam Pour rendre le futur Technologies plus présent... Station AlphaPC 533 Mhz Options 21164a 533 Mhz + CM LX 2 Mo : NC
32 64 Mo SDRAM Supplémentaire : NC DD IDE - SCSI 4 3 Go + Carte : 2000 F ttc Graveur 4x 12x Teac SCSI : 3000 F ttc Lecteur ZIP EIDE + 1 Disk : 1000 F ttc Matrox Millenium II 4 Mo - 8 Mo : 1000 F ttc Matrox 4 Mo - FireGL 1800 pro : 1000 F ttc Moniteur 15" - 17" llyama 8617 : 3000 F ttc Boitier Moyen Tour - Grand Tour : 500 F ttc Win NT 4.0 Workstation : 2000 F ttc Linux Official RedHat 5.0 Installé : 500 F ttc Autres Options : Nous Contacter Les Kits Boitier ATX + 64 Mo SDRAM + 164SX + 21164PC 400 Mhz : 10 490 F ttc - 533 Mhz : 12 490 F ttc Autres Configurations : Nous Consulter
Nicoteam Technologies - Bat Oeillet, 37 rue Corneille, 31100 Toulouse Ouvert du Lundi au Vendredi Tel : 05.61.43.48.33 de 9h30 à 18h30 Fax : 05.61.43.48.31 Nicoteam Technologies, SARL au capital de 50 000 F
• Nouveaux pilotes pour Amiga Les éditions Ad fi annoncent une
nouvelle version de ses Pilotes Amiga pour imprimantes. La
Version 37.5 dispose d'un tramage Floyd steinbe g amélioré. En
outre, la table Brascii est remplacée par la table de
caractères PC 850 en raison de son universalité. Ces drivers
supportent désormais le 720 ppp, notamment avec la Stylus color
400.
PORTAGE Le projet Win32 Os 2 avance
• La bureautique sous BeOs Une nouvelle société axée sur le
développement de logiciels BeOs vient de voir le jour. Ils
’agit de Gobe (prononcer Gobi), dont les fondateurs ont
anciennement travaillé sur Pintégré Claris works.
On l'aurait deviné, le premier produit de ce jeune éditeur, Gobe productive, est un intégré bureautique comprenant traitement de texte, tableur et autre logiciel de présentation.
• Une nouvelle distribution de Linux 68 k !
Une toute nouvelle distribution de L inux 68 k vient de faire son apparition : la DaCri. Réalisée par deux Français (dont l'un de nos collaborateurs, David Curé), celle- ci est entièrement dans la langue de Molière et dispose d'un système d'installation extrêmement intuitif.
I) 'un point de vue technique, ta CaDri repose sur la nouvelle
libc version 6 (alias glibc 2) et inclut les noyaux 2.0.33 et
2.1.79 en version 030, 040 et 060. Attention, cette
distribution est juste destinée aux utilisateurs d'Atari (avec
68030 et co-processeur arithmétique) et ne se lance pas sur
Amiga.
Lotus passe à java Lotus vient de lancer sa suite bureautique allégée Java : eSuite. Avec le budget pharaonique qu'lbm a donné à Lotus pour développer ce package, on pouvait s'attendre à quelque chose d'étonnant... Pour une fois, pas de déception : la E-suite est vraiment un petit bijou . Mais ce qu'il y a de très intéressant, c'est le Devpak qui contient toutes les classes Java de la suite ainsi que la documentation qui va avec. Et comme il s'agit d'une application elle-même en Java 1.1.4, les classes en question sont des Beans (composants de type "boîte noire", pouvant s'intégrer sans
problème au sein d'une autre application). Et hop ! Une petit composant fenêtre de traitement de texte ou tableur dont on règle le look and feel dans son Intranet ! Mieux, une applet permettant de saisir du texte, dialogue avec une Servlet sur un serveur Web qui stockera les fichiers de traitement de texte.
Après tout, le e-business est peut être un concept pas si bidon que ça... Bref, ce fameux Devpak est téléchargeable pour évaluation (rien n'est bridé, c'est juste une question de licence) sur le site de Lotus http: esuite.lotus.com (ça fait tout de même eSuite : toute la suite de Corel en Java. 40 Mo). Bonne programmation!
Rappelons les faits : il s'agit d'un kit capable de traduire les applications Win32 en Os 2. Le produit sera gratuit pour les particuliers et payant pour les entreprises.
La première Quake 2 pour Windows sous Os 2 ! „ „ .. r grosse application convertie est un jeu : Quake II. Ce qui prouve que le portage DirectX et multimédia est plutôt avancé. D'après les testeurs l'application tourne aussi vite sous Os 2 que sous Nt 4.0 en plein écran ; elle est en revanche plus lente en fenêtre. Des problèmes se posent encore pour Microsoft office qui fait des accès inhabituels à la mémoire : il faudra attendre que le noyau Os 2 récupère les fonctions du noyau de Warp server smp pour pouvoir disposer d'une adaptation correcte de cette suite bureautique. En attendant,
les développeurs demandent aux personnes désireuses de les aider de leur fournir le plus d'applications Win32 possibles pour tester et parfaire leur outil.
Si ce projet aboutit, Os 2 deviendra la plate-forme dotée du parc logiciel le plus important du marché. Le projet avance manifestement assez vite : une beta publique sortira d'ici au mois d'avril. Toutes les infos sont sur le site : http: www.io.com ~timur win32os2.html. BUREAUTIQUE DEVELOPPEMENT C'est parti pour java Si 95 était l'année Windows, 98 promet d'être celle de Java. Lors du dernier Internet world, tout le monde ne jurait plus que par ce langage et par les Java- Beans. Oubliés, le C++, Delphi et autre ActiveX. Les applications écrites en Java commencent ouvertement à se tailler
la part du lion. Sun lance d'ailleurs une nouvelle bibliothèque de composants pour le développement d'applications Internet et multimédia. Par ailleurs, des versions beta de Java 1.2 sont disponibles et HotSpot est annoncé pour le printemps 98.
Les premiers tests sont étonnants : aussi incroyable que cela puisse paraître, Java serait réellement aussi performant que le C++!
Mais d'ici là, Embedded java, le Java pour l'électronique grand public, sera lancé. Il est vrai que si Sun marque pour l'instant des points face à Windows 9x et nt, en revanche rien n'empêche encore Windows ce de se répandre.
La petite histoire d'Unix Le début des années 60 voit naître un projet très ambitieux : développer le premier système d'exploitation multitâche, multi-utilisateurs et totalement interactif. Baptisé Multics, ce projet sera un échec mais servira d'inspiration au développement d'un autre système, quelques années plus tard. Par dérision, ce nouvel Os s'appellera Unies, l'orthographe sera ensuite modifiée pour devenir Unix. Aujourd'hui encore, cette fameuse lettre X est le symbole d'Unix, à tel point que certains affirment que "seuls les systèmes dont le nom contient au moins un X sont
perçus par les utilisateurs comme de véritables systèmes Unix" (pour citer un analyste bien connu).
STOCKAGE Le lecteur Ditto quatre fois plus rapide !
Verbatim, un nom bien connu sur le marché des supports de stockage, vient de présenter une nouvelle gamme de cartouches, les Dm-extra. Spécialement conçues pour le tout nouveau lecteur Ditto max de Iomega, ces cartouches permettent la sauvegarde d'1 Go de données en une demi- heure seulement, soit quatre fois plus rapidement que sur l'ancienne version du lecteur. Par ailleurs, Verbatim propose quatre modèles de cartouches toutes directement compatibles avec le Ditto max: 3 Go, 5 Go, 7 Go et 10 Go. Le lecteur reconnaît automatiquement la bonne capacité à chaque nouvelle insertion. Rappelons
qu'au contraire du Zip et du ]az, le Ditto max est juste une grosse unité de stockage destinée à la sauvegarde fréquente de données : il ne peut en aucun cas se substituer à un véritable disque dur ! Ses accès sont en effet trop lents pour travailler directement dessus. Néanmoins, il est à noter que le lecteur Ditto max dispose désormais d'un espace de stockage spécial, appelé Flash Ifile, dans lequel il est possible d'ouvrir et d'enregistrer des fichiers très rapidement. Mais il s'agit juste d'une solution de dépannage, cet espace étant très réduit. Toutes les informations sont sur le
site www.verbatim.fr. Descent, bientôt pour les machines alternatives ?
Après Doom, Descent, le fameux titre 3D d'Interplay, vient de voir ses sources mises gratuitement à la disposition du public. Rappelons que Descent est un jeu dans lequel on pilote un vaisseau en vue subjective. Techniquement, la supériorité de Descent sur Doom vient du fait que l'univers représenté est constitué des multiples tunnels d'une mine spatiale. Autrement dit, il n'y a ni haut ni bas et le vaisseau, absolument pas solidaire du sol, peut se retourner dans tous les sens. Même s'il est bien plus impressionnant, le moteur de Descent n'en est pas pour autant spécialement plus compli
qué que Explosion gratuite !
Celui de Doom : ici aussi, déformer des textures suffit à donner l'impression de murs en perspectives. Autrement dit, il y a fort à parier que Descent sera rapidement adapté sur les plates-formes alternatives, Amiga et Risc Pc y compris.
MUSIQUE L'Atari ne lâche pas la musique Cubase.
Comme chacun le sait, le domaine de prédilection de l'Atari est la musique (avec la Pao, bien sûr). Et ce n'est pas prêt de s'arrêter ! En effet, Steinberg, le créateur de Cubase, annonce une baisse de prix sur toute sa gamme de produits pour Atari. Rappelons que ceux-ci fonctionnent sans problème sur le clone Atari le plus puissant du moment, à condition de posséder le triple port cartouche (seule la version Audio est encore en cours de portage sur Hades équipé de la carte sonore Startrack).
Dans le même ordre d'idée, la Startrack (qui fonctionne aussi sur Atari Tt) est désormais proposée à un prix incroyablement bas à tous les développeurs. Il suffit de contacter la Terre du milieu pour de plus amples renseignements. Mais le meilleur est à venir : la société française Softjee travaille en ce moment avec l'éditeur Agecoda sur l'adaptation du logiciel Digital home studio sur Hadès, mais aussi Milan, le tout nouveau clone Atari. Pour l'occasion celui-ci sera même équipé d'une carte audio Pci inédite autorisant l'usage de 128 voies !
Événement Depuis le 22 janvier au matin, la face du monde informatique a changé. Par une décision aussi inattendue qu'humanitaire, Netscape a décidé d'offrir gratuitement à tout le monde, aux particuliers comme aux entreprises, ses navigateurs Internet Communicator 4 et 5. Mieux, à terme, Communicator 5 sera disponible de la même manière que les produits de la Gnu général public licence : le code source du navigateur ainsi que celui de tous les outils livrés avec (client de mail, de news, etc.) seront rendus publics ! Autrement dit, n'importe qui aura la possibilité de recompiler
Communicator pour son propre système, de lui ajouter de nouvelles fonctions ou encore de corriger d'éventuels bogues.
Netscape devient le Linux des navigateurs Internet ! Et, à l'instar de ce qui s'est passé pour Doom, il y a fort à parier que le logiciel existera enfin pour les plates-formes alternatives comme l'Amiga et le Risc Pc !
Il est par exemple fort encourageant de constater que Communicator fait déjà partie de la distribution RedHat 5.
Netscape gratuit pour tous et même recompilable !
Une véritable révolution. Netscape, grand ennemi de Microsoft devant l'éternel, vient de rendre totalement gratuit son logiciel phare, Communicator. Et en toute légalité en plus !
Vaincre Microsoft Netscape n'y va pas de main morte. Il est clairement écrit sur son site (www.netsca- pe.com) que l'éditeur souhaite devenir le maître absolu d'Internet. Des prises de position particulièrement extrêmes qui ne visent qu'un but : casser la stratégie monopoliste de Microsoft. Initialement, Microsoft avait juste gagné la guerre des Os sur micros personnels et le terrain vierge d'Internet s'offrait comme la seule alternative pour repartir sur des bases saines.
Netscape, Oracle, Ibm et Sun se sont réunis sous la bannière d'une conception bien particulière du Net : des terminaux à 1500 frs dans chaque foyer, les mêmes logiciels pour tout le monde et aucune dépendance vis-à-vis d'un matériel ou d'un Os. Netscape fournit l'interface de navigation, Oracle le cahier des charges des terminaux (les fameux Network computer), Ibm l'infrastructure et Sun les prérogatives architecturales des logiciels (écrits avec le langage Java). Evidemment, cette conception du marché n'a pas du tout satisfait Microsoft, dont le pouvoir repose encore sur la
vieillissante technologie Wintel. Mais le géant de Redmond a mis tous les moyens mercantiles de son côté pour rattraper le retard : développement à la va- vite d'une version propriétaire de Java incompatible exprès avec l'originale et mise en bundle gratuite du navigateur maison, Internet explorer. Le tout a même été saupoudré de quelques "accords" avec les plus grands annonceurs du Net (Disney, la Fox...), afin que leurs pages Web ne soient i i â a t « - Mi» Mimé hm Smk» MM **
• • Press Relations Netscape AnnouncesPlanstoMakeNext-Generation
Communicator Source Code Avajlable Free on theNet BOI.D MOVETO
MARNES S CREATIVE POWER OFTHOUSANDS OF INTERNET DEVEl.OPERS;
COMPANY MAKES NETSCAPE NAVIUATOR AND COMMUNICATOR 441
IMMEDIATELY FREE FOR ALL USERS, SEEDINC MARKET FOR ENTERPRISE
AND NETCENTER BUSINESSES Une annonce fracassante.
Lisibles qu'avec les outils de Microsoft. Mais même avec de tels faits, dépassant ouvertement les bornes de la loi fédérale, le gouvernement américain n'a pas pu faire autrement que de s'embourber dans un procès sans fin sur les vertus discutables de la concurrence. Pour que les choses avancent, il fallait que Netscape réagisse. Et il l'a fait. Offrir gratuitement son navigateur assure indirectement la pérennité de ses autres produits, encore commerciaux ceux- là. Par ailleurs, Netscape n'est pas condamnable : il n'impose pas la distribution de son navigateur mais propose juste à tous
d'en faire ce qu'ils veulent.
Et maintenant ?
Maintenant que Communicator est gratuit, le prétexte qui a servi de détonateur au procès Microsoft n'a plus exactement la même raison d'être. On passe du banal jugement d'une écorchure administrative à la remise en question de toute l'administration : l'Amérique ne fait-elle pas un procès à Microsoft juste parce qu'elle en a encore le loisir ? Face à l'immobilisme des institutions, la gratuité de Communicator a tout d'une révolution populaire. Toutes les informations sur ce qu'il est maintenant convenu d'appeler "le projet Openscape" sont disponibles à l'adresse http: www.openscape.org,
la page officielle réalisée avec Gimp... sous Linux.
Déjà pour Os 2
L. 'association suisse Os 2 Net abs a déjà annoncé une version
officielle pour Os 2 du célèbre navigateur Communicator, qu
'Ibm est visiblement incapable d'adapter tout seul. Ls produit
devrait s'appeler Warpscape et son développement devrait
débuter le 31 mars. Pour l'instant, aucune date de sortie n
'est annoncée mais comme en matière de navigateur corr ect
sous Os 2 il y a plutôt le feu au lac (sans arrière pensée
helvétique) gageons que nos amis suisses s'activeront sur le
projet en question (httpjlwww. Netlabs. Orgjwarpscapel). En
attendant, signalons enfin la sortie officielle d'un
netscape!2 2.02 compatible Java I.I.X. Le saviez-vous ? Pour
les besoins du dernier film de James Cameron, Titanic,
l'équipe de production a dû investir dans l'élaboration d'un
navire identique au paquebot original. Mais pour des raisons
de coût évidents, il était hors de question de construire un
clone aux dimensions démesurées du véritable Titanic. Le
metteur en scène a donc usé de maquettes extrêmement
peaufinées pour les plans d'ensemble et de reproductions
partielles à l'échelle pour les plans rapprochés. Il a
ensuite fallu appliquer divers effets spéciaux sur les images
pour les rendre plus réalistes (comme par exemple rajouter de
l'écume afin de faire croire que la maquette pèse des tonnes
et se déplace dans Atlantique). Ceux-ci ont été calculés sur
350 stations Silicon graphies et 200 stations Alpha, toutes
montées en parallèle. Le plus amusant est que, pour
synchroniser les logiciels de tout ce petit monde, les
ingénieurs de Digital domain (l'agence d'effets spéciaux)
n'ont trouvé d'autre alternative que d'utiliser Linux ! Selon
l'un d'eux, "nous avions le choix entre Windows nt, digital
unix et Linux. Windows nt plantait tout le temps et n'était
pas fiable. Digital unix coûtait bien trop cher pour pouvoir
le mettre sur chaque poste. Le seul qui restait; c'était
Linux, en version RedHat".
Le Titanic a été construit sous Linux !
TECHNOLOGIE Intel lance une puce graphique ultra puissante !
Quand Intel se penche sur un nouveau marché, c'est généralement le plus sérieusement du monde. Avec la puce i740, c'est le monde de la carte graphique qui est visé et, pour un premier essai, c'est un coup de maître. Peu cher, rapide et efficace, ce processeur 2D 3D est un des meilleurs du marché. Il faut dire que la partie 3D a été développée par Lockeed martin, la société qui est également à l'origine des bornes d'arcade de Sega. Stb, Diamond et bien d'autres constructeurs ont annoncé des cartes à base de cette puce et Intel va évidemment l'intégrer dans certains modèles de cartes mères.
JEUX3D Doom, la totale sur Risc Pc !
Grâce à Crack dot com, une équipe de développeurs qui produit des moteurs de jeu compatibles avec ceux d'Id software, les utilisateurs de Risc Pc ont la possibilité de jouer depuis belle lurette à Quake, Doom et Abuse de façon tout à fait légale, pour peu que l'on se contente des niveaux shareware. Seulement voilà, leurs routines ne sont pas des plus optimales. Si Abuse fonctionne à merveille, en revanche Quake ne dépasse pas les 10 images par seconde sur un puissant StrongArm. En ce qui concerne ce dernier, la solution pourrait bien venir de l'éditeur Tba software, lequel a racheté une
licence pour recompiler le code original en assembleur. Mais l'événement le plus marquant concerne Doom : l'éditeur R-comp interactive vient d'annoncer la sortie officielle du produit en version commerciale et complète pour Risc Pc. Doom trilogy, tel est son nom, regroupe sur trois CD-Rom Ultimate doom, Doom 2 et plus de 3000 niveaux supplémentaires ! A noter que l'éditeur met également à son catalogue une simple disquette contenant juste le moteur du jeu.
• La foire Ifa Lû société Ifa prépare sa Foire aux Logiciels et
matériels qui aura lieu les 1 y 2 et 3 mai 1998 à la Salle des
Fêtes, Place de F Europe.
59680 Colleret. Les fans de Pc, Mac, Atari, Amiga trouveront des centaines de logiciels à partir de 10 francs !
• Le Fraug ouvre son site NOUVEAUX PROCESSEURS Vu sur le net Be
Leading l jticiuup r» 4 l huu) tut-111 Ihc nlix $ Suditiut
lût ai £4 TW k.iMKÎ * h ttp: subwa y. student.u twen
te.nl edge.html Be leading edge. Un site très sérieux et
quotidiennement mis à jour (voire heure par heure) pour
connaître toutes les rumeurs ainsi que les dernières annonces.
On y trouvera également une compilation d'idées avancées par
les développeurs.
Jusqu'à présent, le constructeur SB s'était rendu célèbre grâce à la large diffusion de ses puces graphiques sur de nombreux modèles de cartes vidéos. Mais le positionnement de S3 risque bien de changer. En effet, le constructeur vient de racheter près de 45 brevets technologiques ayant appartenu au défunt Exponential. Parmi ceux-ci figurent tous les plans permettant de construire un processeur 64 bits dont la particularité serait d'être compatible à la fois avec le PowerPC et le Pentium. Rappelons que, malgré sa très petite taille, Exponential était, il y a un an, l'une des sociétés les plus
en avance sur le marché des microprocesseurs. Le fameux x704 fut d'ailleurs l'un de ses plus beaux coups d'éclat : il s'agissait d'un clone du PowerPC pouvant atteindre la fréquence incroyable de 533 Mhz (une prouesse encore inégalée chez Motorola et Ibm). Malheureusement, Exponential aura dû fermer ses portes à la suite de l'annulation punitive d'une grosse commande en provenance d'Apple. Fort de l'appropriation de plusieurs technologies du même acabit, l'idée de S3 n'est ni plus ni moins que de concurrencer le processeur 64 bits qu'lntel prévoit de sortir en 1999. Tout comme le Merced, la
puce potentielle de S3 sera de technologie Risc et a priori compatible avec le Pentium. L'avantage tiendra dans le fait que la technologie Risc de cette puce sera celle du PowerPC, autrement dit compatible avec tout un tas d'applications et de systèmes déjà existants, au contraire de l'ultra propriétaire Merced. Mais au fait, pourquoi S3 tient-il à s'écarter du marché des cartes graphiques, domaine où il est leader, pour se tourner vers celui plus nébuleux des processeurs ? Certainement parce qu'il y a aujourd'hui 45 sociétés qui se partagent le marché graphique et que les analystes prévoient
qu'il n'en restera plus que six d'ici à deux ans.
LES GENS DU NET Fred Fish arrête l'Amiga !
Célèbre pour ses compilations de shareware sur disquettes, puis pour ses fameux CD-Rom Ceek gadget, Fred Fish était l'un des grands noms du logiciel sur Amiga. Malheureusement, ce grand homme vient d'annoncer qu'il abandonnait dorénavant la distribution sur cette plate-forme. Selon lui, le marché ne s'est jamais vraiment remis de la chute de Commodore. Cette annonce a été suivie d'une immense braderie où la plupart des CD-Rom encore en stocks (plusieurs milliers tout de même) ont été liquidés pour 1 dollar l'unité ! A noter que ce fut d'ailleurs l'occasion d'obtenir le système Pos pour moins
de 5 dollars (celui-ci était en effet offert sur le CD-Rom Ceek gadget 2). En ce qui concerne le projet Ade (Amiga développer environnement, un projet qui consiste à porter tout l'environnement Unix, X-window y compris, directement sous AmigaOs), Fred Fish ne voit aucun inconvénient de continuer à le supporter. Néanmoins, tous les travaux seront dorénavant juste téléchargeables sur le site de Cronus (www.ninemoons.com) et ne seront plus distribués sur CD-Rom.
Java sur Risc Pc, c'est oui ou c'est non ?
S3, vers un processeur, à la fois Pentium et PowerPC L'histoire est houleuse entre Acorn et java... Si la disponibilité de Java sur le Ne est d'ores et déjà une réalité, cela ne va en revanche pas de même avec la gamme des ordinateurs de bureau, les Risc Pc. La machine virtuelle Java 7.7.x est annoncée pour bientôt et la 7.2 est prévue pour la fin de l'année.
Chockcino, le clone indépendant de Java, devrait également arriver plus ou moins rapidement dans une version 1.1.3, voire 1.1.4. Gnome prévoit un portage de Kaffe (jvm 1.1.3), lequel sera aussi disponible sous RiscBsd et ArmLinux. "annoncé", "devrait arriver", "prévu"... Certes, mais au jour d'aujourd'hui, il n'y a... rien ! Le Jdk
1. 1.5 est bien disponible sur le site de Sun, mais rien ne
permet actuellement de l'utiliser sur Risc Pc. Heureusement on
peut déjà trouver certains utilitaires, tel un désassembleur
de classes ou un portage de Cuavac. Rappelons que Cuavac est
un logiciel Gnu, écrit par Peter Naulls, permettant de
compiler directement des programmes Java (on le trouve à
l'adresse : http: chocky.home.ml.org java ). Pour
l'anecdote, Cuavac se montre même plus rapide que le Jdk
officiel, mais il n'est malheureusement pas entièrement
compatible. Donc, oui, il est possible d'avoir dès maintenant
Java sur Risc Pc... mais en bidouillant un peu.
WEIRD SCIENCE ORDER HOTLINE Exclusive Retail & "Rade Distributor for Vulcan Software Limited.
Weird Science. Q llouse. Trbon Way Business Park, Humberstone Lane. Leicester LE4 9HA Tel: (0116) 246 3800 Fax: (0116) 246 380! Email: SalesC* weirdscience.co.uk Suse est une distribution allemande qui a vu le jour dès les premiers noyaux 1 .x.x. La concurrence ne faisait alors pas rage et Linux était plus un système d'exploitation expérimental qu'un véritable Os stable. Les versions du pack se sont succédé et, d'améliorations en améliorations, cette distribution est arrivée à un niveau de maturité enviable par bien des systèmes. Le pack se présente sous un emballage de très bonne
facture, dans lequel se trouvent un kit de 4 CD-Rom, un livre de 400 pages et une disquette de boot. Le livre est un guide extrêmement complet balayant l'installation et la configuration mais, surtout, il se révèle un excellent guide d'administration post-installation. Il faudra néanmoins maîtriser parfaitement la langue de Shakespeare pour profiter pleinement de ce manuel. Les Cds un, deux et trois concernent l'installa-
- YaST - Yet another Setup Tool- YaST Version 0.79 -- (c) 1994-97
S.u.S.E. GmbH Language: Media: Root-Device: General help Fo
Adjustiaents of Choose Instal l Update susten Show README fil
Copyright Exit YaST (de)acti User adn Group ad C reate b _ Set
the Set tiae rooe Configure Xfree86(TM) Configure GPM Security
settings Change configuration file Une configuration intuitive.
¦ -- xtem cetgc**ix: root • SuSEconfig 1s sbin fluaH» kerneld pnpifcap sln bST fsck kl liai 15 pautrd start-stop-damon activât* fsck.ext?
Killproc P»*xi*te sulogln agettg fgk.mmx rarp a*apoff Jadblocks greksyes Idconfig rctdi swpon ix* hait lilo rtkop taper tjgrestare hucluck reboot tel mit bootpc ifconfig lsnd rwMlkg UreTfs cfdisk tnlt ¦ingettg request-route .saaple udosctl ciock Init.d ¦ke?fs restore conf.d inaod
* fs rauri ctrlaltdel ina«t t«OIR TDCl «kfs.ext2 rat ipdote
drpend 1 ratai Ipkg ¦kfs.ainlx route »ast lntr «fcsw*.
Rrestare zast du*pe2fs îpfudth noc robe nnlewl e2fsck isapnp pidDf setaerlal MA kbfkate pkgtuol shutdowi : root • ls sbirfl Pas vraiment Système V. tion en elle-même et le quatrième contient un "Live filesystem", c'est-à- dire un Linux complet et pré-installé.
L'installation Après avoir booté sur la disquette fournie, l'utilisateur est guidé à tra- Itl
- S iiss ai ~ vers plusieurs menus déroulants afin de mettre en
place les préférences habituelles : langue, clavier français et
type de moniteur. On se retrouve enfin sur le très fonctionnel
Yast (Yet another setup tool), un outil de paramétrage et
d'installation d'une remarquable efficacité. Dans un premier
temps, on mettra en place les partitions destinées à recevoir
Linux avec un frontend à fdisk relativement simple à manier
puis, comme de coutume, on pourra sélectionner les packages
(au format rpm) individuellement ou en bloc, voire choisir
une installation type. Un aspect très intéressant de
l'installation consiste en la sauvegarde des noms de packages
installés sur une disquette annexe ; cela permettra en cas de
mauvaise manipulation de réinstaller son système en un
minimum de temps.
La liste des Rpms contenus dans les trois Cds est réellement impressionnante et très à jour. A titre d'exemple, Gimp est fourni en version
0. 99.15, alors que la RedHat 5.0, sortie un mois plus tard,
fournit "seulement" la version 0.99.12. Un autre point
appréciable est que cette distribution inclut des Rpms
d'applications commerciales en version d'évaluation ; citons
parmi elles Applixware, Wordperfect et Ac3d.
A la suite de l'installation des packages, vient le paramétrage du système flambant neuf avec son lot de questions récalcitrantes : mise en place d'un éventuel réseau, port de souris et Lilo. Il est regrettable que Suse ne bénéficie pas de la simplicité de la RedHat en ce qui concerne la configuration de X. Il faudra en effet choisir cette possibilité dans le menu (Configure Xfree86) et s'abandonner au pratique, mais ô combien hermétique, xf86config.
La distribution Suse 5.1 Hormis les Debian, RedHat et autres Siackware, il existe une distribution de Linux présente depuis le début et dont on parle, à tort, fort peu : la Suse !
Si toutes ces opérations sont présentées de manière peu intuitive pour le novice, l'utilisation du manuel rend cette phase très simple ; il aborde en effet chaque point dans les moindres détails et de manière séquentielle, de sorte que le lecteur connaît à chaque instant l'opération en cours.
Première approche La séquence de démarrage ressemble à tous les boots de Linux ; rien ne diffère à ce niveau. On se retrouve après quelques secondes de chargement devant un banal "login auquel on répondra par "root". Un rapide parcours de l'arborescence révèle quelques bizarreries ; en effet, d'un point de vue purement esthétique, les couleurs choisies pour représenter les différents types de fichier sont plutôt exotiques. Et, surtout, on sera très étonné par la présence des répertoires init.d et conf.d dans sbin, répertoire habituellement réservé aux outils d'administration. Entre
système V et Bsd, Suse a choisi : ce sera Suse ! Notons tout de même la parfaite localisation du clavier français dès le premier démarrage, un point très appréciable quand on connaît la difficulté à faire fonction- ner la touche Supprime dans les autres distributions. Du coté système, la Suse fonctionne encore sous Iibc5, mais la Glibc2 faisant partie des packages Rpm, c'est sans difficulté que l'on pourra faire fonctionner les programmes compilés avec cette librairie. En ce qui concerne les autres librairies, nous sommes gratifiés des versions les plus récentes, ce qui assure une
longévité appréciable à la distribution.
X-window made in Suse L'environnement graphique est particulièrement bien conçu ; on l'a bien compris, Suse a joué la carte de la fonctionnalité dans cette version. Il s'agit par conséquent d'un espace de travail parfaitement opérationnel qui nous est livré. L'interface bénéficie d'une grande homogénéité et aucun menu ne pointe sur un fichier inexistant comme c'est si souvent le cas.
Dans la version de base que nous avons installée, le desktop comporte tous les "must-have" de Linux : gimp, différents Xterms, les outils standards et le fameux Yost. Ce dernier fonctionne aussi en mode fenêtré mais s'affiche toujours en mode texte.
Suse a également, tout comme RedHat, opté pour le bureau interchangeable. C'est en effet par un simple clic de souris qu'on passera indifféremment d'AfterStep à Fvwm2 ou 95. On retrouve également la possibilité de gérer les principales options du bureau via le menu. Un point fort est que cette distribution a choisi de supporter le projet Kde, offrant ainsi à un utilisateur non averti la possibilité de parcourir son système Linux comme s'il était sous un Os entièrement graphique. Cela sera d'autant plus vrai si l'on répond simplement "Yes" au menu Xdm (de-)activated, afin de démarrer
Linux automatiquement en mode graphique. Rappelons que, quelles que soient les autres distributions, cette possibilité de démarrage est d'une relative complexité pour l'utilisateur novice.
En ce qui concerne le reste de l'utilisation de X, aucun changement notoire n'est à signaler ; tous les standards répondent présents, ainsi que les ressources et librairies.
Une distribution pro L'aspect général qui se dégage de cette distribution est le professionnalisme. Tant en ce qui concerne le pack que la manière dont sont agencées l'installation et la configuration.
On sent un réel effort pour faire reconnaître Linux comme un système d'exploitation "sérieux". Si l'habitué sera quelque peu dérouté par les choix propriétaires de Suse, le novice, s'il parcourt l'installation et avance pas à pas avec le guide, pourra se familiariser en un temps record avec un système Linux parfaitement fonctionnel.
Emile Heitor - eheitor@cie.fr Suse 5.1 En hausse ? Yast A Guide d'installation très complet A Mise en place rapide A Démos commerciales A Aspect professionnel En baisse ? Non respect de l'arborescence Système V ? Documentation indispensable Note ? ? ? ?
Pine fait partie de cette catégorie d'outils indispensables et irremplaçables qui s'exécutent exclusivement en mode texte.
Pine, le lecteur de mail en mode... texte !
Pine est un logiciel de gestion des e-mails et des news d'une rapidité et d'une fonctionnalité exemplaires. Même si son environnement de prédilection est la console, intuitive pour du mode texte : toutes les opérations s'effectuent par menu et l'ensemble des commandes est constamment affiché dans la dernière ligne de l'écran.
Plus courrier que news Pine gère le courrier de façon optimale. Il dispose de fonctions évoluées comme l'envoi différé, la compression d'anciens courriers, l'information sur pas le format Html, lequel devient pourtant commun. Cette lacune est partiellement comblée par la possibilité d'exporter des fichiers attachés ou non affichables. La partie News reprend les atouts de la gestion des courriers et permet de naviguer entre les différents messages à partir d'un menu. On regrettera cependant l'impossibilité de suivre le déroulement d'un thread. Pine n'est certainement pas le plus beau des
logiciels de mail mais, par ses capacités étonnantes, il fera le bonheur des petites configurations.
Emile Heitor - eheitor@cie.fr sa configuration s'effectue à l'intérieur du programme : aucun fichier de type .pinerc n'est à éditer puisqu'il est créé automatiquement.
L'utilisation, quant à elle, est très l'état de chaque message, l'attachement de fichiers annexes et l'organisation des e-mails (reçus, envoyés, marqués...). Comme il s'agit d'un logiciel en mode texte, Pine n'affiche Pine 3.96 En hausse A Simplicité A Rapidité A Très complet et stable En baisse ? Pas d'affichage Html ? Pas de threads Note ? ? ?
Yam 2.0 Totalement freeware, le plus connu des logiciels de courriers électroniques serait-il aussi le plus perfectionné ?
Grâce à son statut freeware (il suffit d'envoyer un mail à l'auteur pour être enregistré), Yam a su se tailler la part du lion sur le marché des gestionnaires d'e-mail pour Amiga. Et cette toute nouvelle version 2.0 entend bien entretenir le leadership. Histoire de montrer d'emblée que les choses ont évolué, toute ~i s faits ¦K255- I- Abort [Downloading message.
!_ H La boîte de réception.
L'interface graphique a vu son esthétique repensée avec le meilleur goût.
Le lancement du logiciel, par exemple, ouvre une fenêtre avec un logo coloré sur le Workbench, chose relativement rare sur Amiga. Mais le meilleur est à venir : toutes les fonctions sont désormais disponibles via toute une galerie d'icônes. Chaque action (consultation d'un mail, écriture d'un autre, gestion du carnet d'adresse...) ouvre désormais une fenêtre indépendante sur l'écran public. Pour peu que l'on ait l'idée d'exécuter Yam à partir d'un navigateur, comme Ibrowse par exemple, on aura l'impression de travailler avec une véritable suite Internet.
YAM - total 99 deteted 0 nev 88 unread 35 - 2276 KB I - [’ I7- St. From Subject A _n _ii _ji _IT _II Il _JI John Grant Bernhard Fastenrath Bernhard Fastenrath Massimiliano Origgi Dave Haynie Johan Van Gompel Dave Haynie Dave Haynie Cyperus : 1 Presse Don Romero Olivier Cremel Re: Storage for the One ArmgaOS development (vas: Emulating 68K vith PPC) AROS (vas Amiga Int CPU choice) Re: Re[2j: Emulating 68K vith PPC (vas; Re: Amiga In Re: Storage for the One Re: Off-topic: Bill Gatus of Borg T-shrt Re[2): Emulating 68K vith PPC (vas: Re: Amiga Int CP Re[2] Emulating S8K vith PPC (vas: Re: Amiga
Int CP IBM France : Invitation - (Ref:3945E) Re: Amiga Int CPU choice .. Re: Emulating 68K vith PPC (vas: Re: Amiga Int CPU Redécouvrons les joies du Yam.
Un lifting complet Mais les véritables nouveautés de Yam tiennent dans son moteur.
Auparavant, Yam était un simple outil permettant d'écrire, d'envoyer et de recevoir ses e-mail. Sa fonction la plus élaborée tenait juste dans la gestion d'un carnet d'adresses. Aujourd'hui, Yam 2.0 dispose d'une possibilité de configuration à l'extrême, dont le principe a d'ailleurs été calqué sur celui de Miami. En tout premier lieu, il permet à plusieurs utilisateurs de gérer leurs courriers, chacun se voyant assigné des répertoires personnels pour ne pas tout mélanger.
Ensuite, il dispose d'une intelligence très évoluée quant à l'action à entreprendre dans tel ou tel cas. Les filtres sont un exemple éloquent : alliés à la création de répertoires personnels, ils permettent de ranger automatiquement les courriers reçus. Les articles iront dans le dossier Dream, les blagues du copain qui s'embête à l'armée dans le dossier Personnel et les pubs directement à la poubelle !
Bien entendu, il est tout à fait possible de demander à Yam d'aller véri- fier le courrier toutes les cinq minutes, de ne télécharger que les moins gros, d'éviter les doublons et de nous prévenir au final par une petite musique de notre choix. Et si l'on reçoit en vrac les différents messages d'une mailing list, Yam est même en mesure de reconstituer l'arborescence de la discussion originale !
Un véritable mini-traitement de texte L'écriture des mails a, elle aussi, subi un relifting complet. Désormais, Yam prendra tout seul en charge toutes les formules de politesse pour que l'auteur ne perde pas de temps. Il s'agit en l'occurrence de la signature, bien entendu, mais aussi de toute l'introduction ("bonjour, suite à votre courPolder En attente Envoyé Deleted Archivé rier..."). Par ailleurs, Yam bénéficie des fonctions d'un véritable mini-traitement de texte : il justifie le texte sur une largeur donnée, peut lui appliquer tous les styles (gras, italique, souligné mais
aussi en couleur), dispose d'un presse-papiers (fonctions couper copier coller annuler), et insère même le contenu d'un fichier déjà tapé si on le lui demande ! Le logiciel jouit en outre d'un niveau de sécurité remarquable ; sans parler du cryptage confidentiel avec une clé Pgp, Yam peut par exemple envoyer un mail de façon anonyme.
Des limites ?
Alors, Yam 2.0 serait-il le logiciel ultime ? Presque. Il lui manque en fait deux choses : la possibilité de lire les messages des newsgroups ainsi que celle de ne pas effacer les e-mail sur le serveur du provider. En réalité, il s'agit là de deux limitations mineures.
D'une part, les newsgroups sont faits pour être lus avec des logiciels spécialement dédiés (et il en existe un bon nombre sur Amiga) et d'autre part les providers militent pour qu'on n'encombre pas leurs disques durs avec nos courriers abandonnés. Face à tous les produits commerciaux du genre, Yam 2.0 a véritablement toutes les chances de devenir incontournable.
Yann Serra Yam 2.0 En hausse A Interface intuitive A Filtrage A Formatage du texte En baisse ? Efface forcément les mails du serveur ? Ne lit pas les newsgroups Note ? ? ? ?
15?
XallWrite Complément inséparable d'Xclamation et d'Xquad, XallWrite est un traitement de textes Wysiwyg pour X-window.
Léger, élégant, rapide... Avec XallWrite, nous avons affaire à un outsider qui pourrait bien damer le pion à des ténors comme WordPerfect ou ApplixWords.
I-ipi1m*r«e P o*Wcn« Nom»* de ccc*e s Le look'n'feel Avant tout, il convient de préciser que XallWrite est toujours en développement. De fait, nous avons testé une version beta. Subsistent donc encore quelques erreurs de jeunesse qui, on nous Ta promis, ne seront bientôt plus que de mauvais souvenirs. Au démarrage du logiciel, la première impression est très agréable : c'est assez joli. Développé avec Motif, Tout le document Quand la clarté épouse la maniabilité.
Chacune un groupe ; un clic sur l'une d'entre elles suffit à dévoiler, dans la barre horizontale, tous les outils du groupe. Qui n'a jamais eu la sensation de suffoquer à la vue de ces usines à gaz où à peine la moitié de l'écran est consacrée au texte édité ?
Ici, tout reste accessible d'un clic de souris sans pour autant que l'écran soit envahi d'icônes.
Les fonctions En ce qui concerne la fonctionnalité, XallWrite bénéficie d'une interface pratique et, ce qui ne gâche rien, de bon goût (les connaisseurs apprécieront une valeur de 1 pour la ressource ShadowThickness). Un détail qui mérite tout de même que l'on s'y intéresse est la double barre d'icônes.
En effet, on trouve dans la barre verticale plusieurs icônes représentant pas ae rioritures.
Fonctions d'édition classiques, recherche remplacement, multi-fenê- trage et, bien évidemment, aide en ligne. En revanche, on ne trouvera pas (pour l'instant) de tableaux, de fonction undo ou de filtres d'exportation importation dans XallWrite. Ces fonctions bien pratiques Une belle boîte de dialogue pour les couleurs. Seront implantées dans Axene XAHWnle 1 J).3 BETA - Traitement de textes 2 Préparation des couieurs Noir
- -q Blanc Rouge y Jaune Vert Cyan Bleu Magenta Marron Olive Vert
sombre_ _1 3ÜZS3SHHHHHHHH1 Bleu marine Sarcelle Cyan )50%
Magenta io% Jaune 0% Noir £0% Otrmns coJtir © un avenir
relativement proche. En revanche, le moteur du logiciel semble
déjà bien rodé et les caractères du texte entré se plieront à
toutes vos exigences, depuis la taille jusqu'à la couleur en
passant par la graisse. Notons au passage que les polices
employées sont de type Postscript, ce qui garantit ainsi une
qualité d'affichage optimale, quelle que soit la taille.
L'impression quant à elle n'est pas en reste puisque le logi
ciel utilise la méthode standard sous Unix pour imprimer, à
savoir que le fichier est envoyé sous forme Postscript au
serveur d'impression.
Non seulement cela ne nécessite aucun driver spécifique mais, qui plus est, cela permet une finition et une qualité d'impression excellentes. Un des gros avantages de XallWrite est qu'il ne constitue pas un portage, mais a bel et bien été développé pour Unix et X-window. En conséquence, il s'intégrera parfaitement à votre environnement de travail (polices et impression standards, utilisation de Motif...). Encore assez jeune, il arrive parfois que XallWrite, à l'inverse de ses grands frères Xclamation et Xquad, plante en cours d'utilisation, mais le logiciel est toujours en beta. Gageons
que la version finale sera non seulement plus stable mais également plus puissante.
Utilisation personnelle idéale En conclusion, XallWrite est idéal dans le cadre d'une utilisation personnelle ou en conjonction avec Xclamation, car il s'intégre parfaitement dans la suite. Par ailleurs, les programmeurs comptent bien développer le produit et lui donner ainsi tous les atouts nécessaires à son expansion. On retrouvera ce mois-ci sur le CD-Rom le très prometteur XallWrite et tous les logiciels de la suite Axene.
Cuillaume Cirard Fichier Edition Aschage Format Fenêtres Aide I H**»** Tja Uù'S Ùùc lài «M -JUZ ¦ Au Aw ¦ | ABC ABC fcOfX if if SmiTtmt m 2 if] XA|IIWrite est
1. ......-i 'Tr : ¦ ¦ • • - ...... 1 *» jMulti-fenetres ïffl
l Write. £ 1997-1998 Axene.
A l'instar de ses grands frères, XallWrite gère parfaitement plusieurs fenêtres.
XallWrite En hausse ? L'interface A La simplicité d'utilisation A La légèreté A Le prix En baisse Y Encore un peu jeune Note ? ? ? ?
Netscape communicator 4.04 Au rayon des navigateurs Web, la diversité, quelle que soit la plate-forme, est relativement limitée. Mais depuis l'avènement du World wide web, Netscape mène la danse, et ce n'est pas près de changer... ailleurs, c'est un fervent supporter du langage Java.
Installation Netscape se décline maintenant dans tous les formats connus sous Linux puisqu'une distribution .rpm est venue compléter la collection des .deb et autres .tgz déjà existants.
Quelle que soit l'archive choisie, l'installation est d'une grande simplicité : d'icônes n'est pas surpeuplée de minuscules bitmaps incompréhensibles et les fonctions de recherche rapide sont élégamment présentées.
Le système de signets (bookmarks) est conçu comme un filemanager ; on crée une arborescence dans sa barre personnelle, de manière à ne pas saturer le menu principal, et on obtient un aperçu beaucoup plus Répondant à l'annonce de Netscape concernant la livraison des sources de Communicator selon une licence similaire à la Gpl, le développement de ce logiciel ne va cesser de s'amplifier et chaque machine bénéficiera sûrement bientôt d'une version sur mesures. Rappelons que, depuis les modifications apportées au navigateur Internet Mosaic, l'éditeur Netscape règne en maître sur la nor
malisation mondiale du Web. Fer de lance du catalogue, Communicator, le descendant de Mosaïc, bénéficie de toutes les fonctionnalités possibles en terme de frames et autres tables. Par soit le package est installé de manière standard (Debian et RedHat), soit, dans le cas d'une Slackware; le lancement du script "ns-install" sécrète tout seul les répertoires nécessaires et y copie les fichiers adéquats. A noter tout de même que cette dernière façon de faire nécessite de rajouter une variable d'environnement Class path pour le bon fonctionnement des applets java. Cette variable doit contenir le
chemin entier vers les classes fournies ; le plus souvent, il s'agit de opt netscape java classes.
Esthétique et pratique Netscape a l'indéniable avantage d'être d'une fonctionnalité et d'un agrément sans égal, entre autres parce que l'espace de travail est très intelligemment pensé. La barre propre et efficace des liens favoris. On retrouve dans les icônes principales les fonctions bien connues (Back, Forward, Home et consorts) affublées de la fonction "le-bouton-apparaît- quand-on-passe-dessus", le tout redessiné de manière moins austère que dans les précédentes versions.
On appréciera également la petite télécommande, permettant de jongler assez rapidement entre tous les modules de Communicator. L'aide accessible depuis un menu n'est pas à la traîne ; elle affiche au format Html (forcément) une documentation très complète et fort jolie sur l'utilisation de l'intégralité de Communicator : un exemple du genre ! Même si l'on regrette que celle-ci se trouve sur le site Netscape, obligeant ainsi l'utilisa- netscape: Welcome to Netscape File Edrt View Go Communicator -y S jSk. 4U 4b S i£ Bacfc Reload Home Search Guide Prlnt Securlty f" Bookmark» K Netsite 'http
ho»e netscape co» niMffffriïï MtCtàJNt S*i»t«VMrFU 6l fcS«IUK« _ I I Help 2 il r| Flowers " for your Valentine
* *vt oMfcmg jt H] Netscape Netcenter X €t KmtMft V tM wn
«)Kitrb4 **ir Mm UtttMHltt CtftMiM liymtHTM* Prod* « Nwtfih ih»
w» ’tMMUIBÉlI ' tMJAi getn yourown domain name EritaeBd mrti.
QnMim» eue»». Httmato» ¦WHUlt maaiiAa.
SESEik
• EftSÆl your-name.com | fflôT] ExV 4 w* Pwwe sxwttt Communiquer
ou Naviguer ?
Uxt » Nettupt mtwn*tion«l Sil« mic«n w Mwk*tpltC« L»un Ktl FTO Hwii» Netscape fournit son logiciel sous deux formes : Communicator et Navigator.
Ce dernier est une version Stand alone et dépourvue de toute gestion de maiI et news. Cette dernière mouture, plus légère, permet aux utilisateurs habitués à un autre lecteur de maiI de ne pas utiliser un logiciel dont certaines fonctions font double emploi.
Aboul Ihl» ifvMlttMMtyAWtb Cotwtjht® n*i iwwd bviafiacLîgfcî . OkonVIwwfwM»! Mtmlfci Au premier démarrage, direction le site de Netscape.
Teur à se connecter pour obtenir une simple information. La fenêtre de navigation reste, malgré tous ces gadgets, assez grande pour afficher des pages sans en altérer la substance et gère sans problème majeur la quasi-totalité de la nouvelle normalisation Html 4.0. A l'usage, nous n'avons constaté qu'un seul plantage du logiciel, sur une applet Java relativement grosse.
Le courrier et les news Communicator, en plus d'un très bon navigateur, est un lecteur de news et de mail relativement efficace. Les messages formatés en Html se banalisant, l'utilisation de Netscape mail peut s'avérer fort judicieuse dans le cadre de messageries professionnelles. Ce module est à l'image du logiciel, lourd mais exhaustif. Il dispose de toutes les fonctions que l'on est en droit d'attendre, comme l'attachement de fichiers, les carnets d'adresse, les cartes de visite (non standards bien évidemment) et les signatures. Il adopte en fait la philosophie de tous les
logiciels de ce type, à savoir un répertoire In et un répertoire Out, mais apporte également pour nouveauté que le lecteur de news et celui de mail ne font presque plus qu'un.
On pourra donc de façon transparente consulter ses mails et ses newsgroups favoris avec un minimum d'efforts. Le module Netscape news est semblable à sa version antérieure ; il souffre cependant d'un léger bogue qui consiste à charger indéfiniment un article sélectionné. Pour remédier à cela, il suffit d'appuyer sur la touche Stop du menu et le chargement s'arrête.
Netscape composer Si l'intégralité de Communicator était du même niveau de qualité que celui du navigateur central, les futurs déve- ¦ .. ,1 Dream sur le web.
Loppeurs du projet Openscape n'auraient plus grand-chose à faire. Mais Netscape est une société au cœur tendre et, pour elle, le module Composer est raté. Cette partie de Communicator fait office de créateur de pages Web, mais si une utilisation simple ne pose en théorie que peu de problèmes, l'incrustation de tables et autres raffinements issus de la réflexion du w3 consortium sont un nid à core dump pour ce pauvre Composer. Ajoutons à cela qu'il ne permet toujours pas de créer de frames de façon automatique et finalement, que le source Html est hors normes au possible. Nous avons à notre
disposition l'un des plus mauvais créateurs de pages web. Notons tout de même que cet élément n'a que très peu d'importance puisqu'il est de notoriété publique que rien ne peut plus détrôner Vi ou Emacs en terme de puissance pour la diffusion sur Internet.
Configuration L'étendue des possibilités de configuration de Communicator mériterait à elle seule un article entier. Cependant, le logiciel reste très simple à mettre en œuvre pour une utilisation courante ; seuls quelques paramètres sont nécessaires à la navigation sur les sites Web Au sujet du projet Openscape Le site www.openscape.org suit l'évolution du développement de la version FreeSoftware de Netscape communicator 5 et nous ne saurions trop vous inviter à apporter une contribution à ce projet colossal ainsi qu'à encourager ses inspirateurs. Ce projet a choisi Linux comme
plate-forme de développement, ce qui aura des répercussions très importantes pour l'évolution et la popularisation de notre système favori !
Ou Ftp. Hormis les paramètres avancés, le logiciel est utilisable tel quel, sans aucun paramétrage. En ce qui concerne les paramètres de mail et news, les habituels serveurs (Pop3, Smtp et Nntp) doivent soit correspondre à ceux fournis par le provider, soit désigner localhost pour un envoi différé (dans le cas d'une utilisation conjointe avec sendmail et un serveur de news de type leafnode). Si ses fonctions de mailing sont relativement communes, Netscape communicator 4 est certainement comme Le navigateur grâce à ses innombrables capacités et à sa toute puissance dans le domaine de la
navigation sur le World wide web. S'il souffre encore de quelques imperfections dans ses modules annexes, il est évident qu'après la contribution de la communauté mondiale des développeurs, ce logiciel pourrait bien ne plus jamais se faire détrôner. Il reste cependant regrettable que des bogues, tels que ceux présents dans le composer, le fassent planter comme planterait une simple version alpha. A noter que ces bogues sont également présents sur la version Windows avec des conséquences plus graves qu'un simple core dump.
Emile Heitor - eheitor@cie.fr Communicator 4 En hausse ? Communicator est gratuit !
A Puissance du navigateur A Normalisation Html 4 A Fonctionnalité des modules de mail et news A Aide en ligne très puissante A Existe pour toutes les plates- formes Unix En baisse ? Netscape composer ? Encore quelques rares bogues Note ? ? ? ? ?
Drives Drives est un logiciel dont le but est de faire de la place sur la barre d'icônes en réunissant tous les systèmes de fichier.
Le fonctionnement de Drives, développé par lan Hawkins, est simple. Le logiciel scanne tous les systèmes de fichiers présents sur la barre et les regroupe dans une seule fenêtre. Par ailleurs, Drives ajoute des fonctions bien utiles au système, tel le formatage rapide des disques, la vérification des unités (qui analyse, entre autres, la vitesse d'un disque) et un mini lecteur de CD audio. Le lecteur de CD-Rom a droit à un traitement de faveur puisqu'il est surveillé en continu ; l'insertion d'un CD audio provoque automatiquement sa lecture et celle d'un CD-Rom affiche son contenu.
Une fenêtre claire et plus de place sur la barre.
Pas encore parfait La force du logiciel provient du fait que tout y est configurable. Au fur et à mesure de l'évolution de la machine, Drives peut intégrer de nouveaux systèmes de fichiers et de nombreux types d'unités, qu'il s'agisse de lecteurs de CD, de disques Ide interne, de lecteurs de disquettes ou encore de périphériques Scsi. Le support d'Atafs et de ZipFs s'est cependant révélé difficile, voire impossible. Avec de tels formatages, la fenêtre Storage n'a pu s'initialiser correctement. Mais l'outil qui s'occupe de leur reconnaissance n'est encore qu'une version beta entièrement
écrite en Bbc basic et qui ne demande qu'à être corrigée dans les prochaines semaines.
David Feugey Drives En hausse A II fait de la place A Excellente gestion des diverses unités A On peut difficilement s'en passer En baisse ? Formatage rapide imparfait ? Support moyen des formatages non standard Y Lecteur de CD audio peu performant Note ? ? ? ?
Squeak, un portage de SmallTalk Excellent logiciel du domaine public, Squeak est un portage de SmallTalk, avec tout son environnement et ses bibliothèques.
Squeak est un portage de la version Mac de ce merveilleux outil de développement qu'est SmallTalk. Son utilisation se fait au travers d'une interface graphique très soignée. On lance la création d'une nouvelle application et on travaille dessus en posant les divers éléments graphiques qui permettront de la contrôler. Rappelons que SmallTalk est un langage objets très évolué et dont la qualité graphique a servi de modèle pour de nombreux systèmes d'exploitation. Squeak a comme particularité de bien s'intégrer à RiscOs : il peut naviguer dans les fichiers, accède aux interruptions
logicielles et s'utilise dans une fenêtre.
Vraiment puissant Le logiciel reste parfaitement utilisable sur un bon vieux RiscPc 700, quoi-
* qu'un poil lent. La gestion des graphiques est très complète,
mais le support du son n'est pas présent ni celui du port
série. De plus, on peut rencontrer des problèmes avec la ges
tion des couleurs dans les modes en milliers et millions de
couleurs. Le tout est un peu lourd et lent, mais vraiment
puissant. Dernier point, l'archive r* S » ;= • Un essai de
l'outil de dessin.
Pèse près de 2 Mo, ce qui en fait un logiciel assez volumineux par rapport aux autres applications RiscOs.
Heureusement, en plus d'être disponible sur le site http: sumeru.stan- ford.edu tim, Squeak est présent sur le Cd de ce mois-ci. On pourra aussi consulter le site de Squeak à l'adresse http: www.squeak.org pour d'autres ressources.
David Feugey Squeak En hausse A Quelle puissance !
A Un véritable environnement de développement Intégration au système.
En baisse ? Mieux vaut disposer d'un StrongArm Y Le manque de son ou d'accès au port série Note ? ? ? ?
A QUAND REMONTE LA DERNIÈRE FOIS OÙ VOUS AVEZ REGARDÉ UN PINGOUIN DANS J " LESYEUX? | POUR LINUX A OiWMANDE °cjf 01 44 93 39 94 °yen • 75017 PARIS] Tel 01 44 93 39 93 FQX Date et signature obligatoires Je commande une licence d'utilisation" pour les logiciels de la suite bureautique Axene au prix de 295F TTC.
Société Prénom Les logiciels et lo documentation sont fournis sur le CD-ROM du mogozine.
La licence permet d'activer toutes les fonctionolités des logiciels.
Type d'Unix E-mail Adresse
C. P.
- Règlement joint - ? Carte Bancaire ? Chèque bancaire à l'ordre
d'Axene France n°CBl , , . I , , , i , , , i , , , Expire le
Villt Les commandes par Carte Bancaire sont aussi possibles par
téléphone, fax et Internet. http: www.axene.com Dream
* Pingouin non inclus dans cette offre spéciale, contactez votre
animalier habituel.
& Pe est un éditeur de texte à reconnaissance de syntaxe. Il est donc particulièrement destiné aux programmeurs.
Pe , de Hekkelman Programmatur (http: www.bedepot.com), est à comparer à BbEdit sur Macintosh, Golded sur Amiga ou encore Emacs sous Unix.
A Tère de la conception visuelle (et vas- y que je clique partout) des pro- ce que l'on est en droit d'attendre d'un tel produit : possibilité de couper l'écran en deux parties (le split d'écran), sélection et repositionnement du texte à la souris, glisser déposer entre deux fenêtres, fonctions de recherche et de remplacement, marges de tabulation, protection du fichier en lecture seule, etc. A noter que la fonction de recherche et de remplacement permet de travailler sur plusieurs fichiers et de façon récursive dans un répertoire avec ou sans utilisation du grep.
Navigation facilitée Dans la barre d'outils d'une fenêtre Pe, l'icône Fx propose, par simple clic, un menu d'accès rapide aux endroits clés du fichier. Par exemple, ce menu contiendra toutes les fonctions et entêtes des instructions d'un fichier contenant du code C C++. Idéal pour les fichiers à rallonge. Pe s'intégre complètement dans l'environnement de développement ; ainsi-il est possible de taper directement dans l'éditeur une File Edit Text Search Extensions f* ?l.ljX ! 75.25 boot optional eampU Debug.h TM OS.h id, char lo Application.h ! Roeter.h ag») Bitmap.h Menultem.h Menu.h
MenuBar.h SorollVievr.h Aiert.h etdio.h tab.h math.h "MB"); olaeeQTMainWindow TmalnWindow::TMalnWindov Palette TmainWindov ::Updat*SorollBare Palette iuX tein ( " TmainWindov ::Frarrn»R®eized Palette TmalnWindov ::QultR®qu»at*d TmainWindow::M*ecag*R«o*iv*d main Zoom avant sur un menu bien pourvu.
Body, Pe écrira dans l'éditeur : void() };. Cette syntaxe est stockée dans un fichier texte modifiable à souhaits.
Enfin, Pe est l'un des rares éditeurs sur BeOs à prendre en compte les retours chariots version Mac et Dos. Loin d'être du même niveau qu'Emacs ou BbEdit, Pe ne reste pas moins pleine- RU C«t Tnt Smrch CitMuUm Wmov mmMm i SÇjj n *¦** n ¦y».-*»' ¦r .api'-.-w i :: rrr I«W L'affichage est irréprochable... la malléabilité se révèle très poussée... hélas !
Grammes ou des pages Web, des logiciels comme Pe offrent la possibilité de travailler efficacement du code de tout horizon. Cette version 7.7.7 reconnaît automatiquement (grâce au suffixe des fichiers) la syntaxe du C C++, de Python, de Tex, du Html, du langage Oberon et de bien d'autres encore.
Visuellement, cela se traduit par un affichage coloré des mots clés trouvés dans le fichier en cours d'édition.
L'éditeur en lui-même dispose de tout Suffi» Mipping Linguig* VC C++ HTML Définit Lin JlVl Oberon-2 Perl Python Rei TeX iffluoi c;h:opp:op:C:H commande du shell, comme par exemple Is, pour obtenir la liste des fichiers et répertoires à partir du répertoire courant. Malheureusement, il nous a été impossible de travailler de concert avec le compilateur CodeWarrior et, ce, malgré la présence dans la barre de menu de l'icône du compilateur. Ainsi, à chaque tentative de compilation, force est de reconnaître que Pe se plante lamentablement. Par ailleurs, Pe ne gère pas les caractères accentués
si usités dans notre langue ; les 'é' et autres 'à' lui sont inconnus alors que ça ne pose pas d'état d'âme à StyleEdit, le plus simple éditeur de texte livré avec BeOS.
Et des petits plus Parmi les petits plus, notons la présence d'un glossaire personnalisable.
Affiché dans une fenêtre indépendante, il propose une liste de mots derrière lesquels se trouvent toute une syntaxe.
Par exemple, en cliquant sur Fonction ment utilisable. Le principe d'un tel produit est d'apporter un confort à l'écriture de code. Cette mission est remplie. Toutefois, on aurait aimé qu'il soit un peu moins cher (environ 250
F) , surtout au vu des plantages répétitifs lors de son
interaction avec CodeWarrior.
Voilà un éditeur de texte bien rapide : un Pe mon nerveux.
Christophe Morvant kubernan@argyro. Net En hausse ? Facilité d'utilisation A Efficace et rapide A Bonne documentation En baisse ? Il ne parle pas français ? Son prix ? Des plantages sérieux avec le compilateur Note ? ? ?
Tout l'univers du PC Chaaue mois, le magazine + 2 CD-Rom = 421 CD-Pro : Avec la version d'essai de Dreamweaver, créez vos propres pages web Ludi-CD : Ouimo, la version complète du jeu d'arcade tarnage V indows Bêta 3 : DREAM MARKET SPECIALISTE MEGA PROMOSÜ 3490 1190p Cy ber storm060 50Mhz 3590 f Cybervision64 3D 4Mo1990* AMINET 19,20,21.22 89 » AMIGA FORMAT CD 49* Disque dur 1Go.+pose 1290* VOTRE Dream vous propose de participer à cette nouvelle rubrique Dream Market. Particuliers, clubs, associations, boutiques, PME... Cette rubrique est pour vous.
Infographie image» da tynth »» btxnn multimédia 20 rue du 11 novembre 42100 Samt Etienne MSD multimédia Te 10477494430
- v- . .... Fax 0477494439 390 F. H.T. le pavé en couleur !
Renseignements : Valérie Ambrosio au 01 53 36 84 11 BOWE AWÉE 1998 AMIGA 1200 & 4000T 060 et PPC ® BLIZZARD PPC 603e et + tr JEUX pour A500 A600 â partir de 89 JEUX pour A1200 à partir de 129 CD ROMs à partir de 50 Disquettes MANGA (n°1 à 250) 15 CYBERVISION 64 3D 4Mo 1590 CYBERSTORM 060 MK III et PPC « BLIZZARD 1260 3480 DISQUETTES DD neuves x50 100 SOURIS WIZARD 560 dpi Noires 110 BP 404 - 63109 ROMAGNAT Cedex 3 65 Fax 04 73 61 15 60 E-Mail: voxel@nat.fr LE PC DANS LA POCHE HORS SÉRIE N°3 AU PRIX DE 30F (+ 16 F frais de port) Tous les ordinateurs de poche Psion, Palmpilot, Hp48... voir page
boutique MicroBoot Eitult mftrmtitfUf
* !IHI Tous les produits pour y|yj j y
- To tiers
• Disques durs
- Burettes Sirnts
• Cartes accélératrices
• Jeut Utilitaires... tmenuùxvd. Inc yâ
• Pièces détachées MICRO BOOT Amiga PC Mac 83 Rue Salvador
Allendé 62220 Carvin Tel: 03 21 37 40 00 LA BIBLE DU JEU AMIGA
BEST OF JEUX AMIGA ET CD-32 AU PRIX DE 20F (+ 16 F frais de
port) La référence en matière de jeux pour Amiga et CD-32 voir
page boutique m L internet sur Atari n'est plus un mythe. La
preuve, un nouveau CD lui est entièrement consacré, réalisé par
Pascal Nowak et distribué par la Terre du milieu.
Comme son nom l'indique, tous les outils pour se connecter à Internet sont présents. On y trouve bien évidemment les stars de cette catégorie : les piles de connexion Slip ppp freeware (Stik et Sting), ainsi que leurs différents logiciels associés, comme Mg-ftp, Telnet et autre Atairc.
Aux cotés de ces freewares, on trouve des démonstrations de logiciels du commerce, tel Cob, maintenant livré avec un logiciel de connexion (Ppp- connect) mais qui ne fonctionne que sous MagiC. On a le droit aussi à Wen.Suite, l'intégré Internet français qui permet de lire son courrier, de participer aux groupes de discussions et de naviguer sur le Web.
Pour Mint et Linux aussi Pour les personnes qui utilisent Mint, pas de problème. Les différentes distributions sont elles aussi au rendez- vous. Tous les outils pour créer un réseau et se connecter à Internet sont eux aussi de la partie. On trouve la couche de base (Mint-net), les programmes de connexion (Ppp, Slip) et les outils réseaux. Dernier système en lice sur nos machines pour pouvoir se connecter, Linux est présent au travers de la distribution (si on peut l'appeler ainsi) WatchTower. En revanche, plusieurs archives sont corrompues et empêchent donc l'installation de se faire.
Dommage.
Just call me Internet 2 Bonus On aura aussi le droit à différentes documentations liées au réseau, comme les Rfc qui définissent les différents éléments dont le Net est fait (protocole, langage, etc.). Au final un très bon produit que tout utilisateur atariste désireux de se connecter se doit de posséder.
David Curé - cure@cnam.fr frcù&ff rÿ Just call me Internet 2 En hausse A L'interface Html A Le nombre d'outils En baisse ? Installation de Linux impossible Note ? ? ? ? ?
O
- -- * SB Il Qwst i lMauat clwlsissci m Imd Wij Français ou
tchèque ? A vous de parler.
Service démos Depuis le début de l'Atari, un nombre important de démos a vu le jour. Le but de ce CD-Rom est de les réunir toutes.
Depuis l'arrivée des ordinateurs personnels, les programmeurs ont toujours voulu montrer leurs talents. Associés à des graphistes et des musiciens, ils ont créé des groupes de développement dont le but était de produire des démonstrations de ce que pouvait faire un ordi- nateur. Toutes les machines Atari sont représentées sur ce CD, puisqu'on y trouve un répertoire pour les St et leur déclinaison les Ste, ainsi qu'un répertoire pour le petit dernier, le Falcon.
St et Ste C'est sur les Atari st et ste que le nombre de démos est le plus grand, puisqu'on en trouve presque 200 !
Mais, la plupart des productions pour ces machines étaient distribuées sur disquettes et utilisaient un dispositif de démarrage spécial pour booter directement depuis celles-ci. Une particularité dont il faut s'affranchir si l'on souhaite regarder à nouveau ces démos. Celles-ci sont donc fournies sous la forme d'une archive, correspondant à l'image d'une disquette, qu'il faudra décompresser. Tous les outils nécessaires à l'opération sont fournis.
Le Falcon La machine étant plus récente, on ne trouve sur le CD que 80 démos, mais ce n'est déjà pas si mal. L'ensemble de celles-ci sont compressées et il suffira de les installer sur le disque dur pour les admirer. Une manipulation dont on se serait bien passé car il était techniquement tout à fait faisable de mettre directement les exécutables sur le CD-Rom. Malgré cela, Service démos reste une superbe compilation indispensable pour épater ses voisins.
David Curé - cure@cnam.fr U ropa 2 En hausse A C'est beau En baisse ? Compression des demos Falcon ? Pas d'interface de navigation Note ? ? ? ?
À ceux qui aiment cultiver les Perl, les ÉDITIONS O’REILLY proposent : Deuxième édition Introduction à Perl Ranci al Scbwartz et Tom Cbristiansen Cette nouvelle édition du légendaire "lama book" a été entièrement revue et corrigée, et contient maintenant un chapitre supplémentaire consacré à l'interface CGI. Elle est toujours destinée aux débutants qui souhaitent s'initier à ce langage réputé pour sa puissance et sa souplesse. Cet ouvrage, truffé d'exemples concrets et d'exercices pertinents, est l'introduction idéale à Programmation en Perl, la bible écrite par Larry Wall, le créateur de
Perl.
Février 98 300 pages 2-84177-041-9 220 F Programmation avancée en Perl S ri ram S ri ni vas an Si les pages de manuel ou le livre Programmation en Perl ne vous suffisent plus, c'est que vous avez besoin de structures de données complexes, que vous devez accéder à de grandes bases de données, ou encore que vous souhaitez réaliser des interfaces graphiques pour vos programmes. Si de plus il vous hiut manipuler des données en réseau, gérer efficacement les erreurs, ou faire coopérer C avec Perl, cet ouvrage passionnant est fait pour vous !
Mai 981430 pages 2-84177-039-71280 F Deuxième édition Programmation en Perl Larry Wall, 'Pom Cbristiansen et Ranc al L. Scbwartz Considérée comme la référence absolue sur Perl, la deuxième édition du "camel book" passe au crible tous les aspects du langage, depuis les fonctions internes jusqu'aux objets, en passant par les expressions rationnelles et la bibliothèque de modules standard. Tout est savamment expliqué par Larry Wall et ses acolytes, et illustré par des extraits de code judicieusement choisis.
Décembre 96 680 pages 2-84177-004-41280 F Programmation clc clients Web avec Perl Clinton Wong Les browsers Web sont des outils très pratiques pour "surfer" sur l’Internet, mais ils ont un inconvénient majeur : ils sont interactifs. Autrement dit, la recherche d'informations ne peut se faire sans la présence du chercheur, parfois soumis à de longues minutes d'attente inutile. Cet ouvrage explique comment écrire vos propres programmes, qui patienteront à votre place, et prendront soin de récupérer l'information automatiquement, de l'analyser et la filtrer pour vous.
Décembre 97 240 pages 2-84177-030-8 220 F Tous ces livres et bien d’autres sont en vente chez votre libraire habituel O’REILLY' Web : http: www.oreilly.com international france L'Ire présente l'avantage de n'utiliser que peu de bande passante, en conséquence il est idéal pour passer le temps pendant un gros download. Amlrc est Le logiciel pour faire de Vire sur Amiga. Ecrit par Oliver Wagner, également connu pour AmFtp et Voyager, Amlrc est le successeur de Grapevine. Il offre une interface graphique très conviviale (Mui oblige) aux austères commandes Ire. Cependant, celles-ci restent
toujours accessibles pour les habitués et autres nostalgiques d'Ircll.
Présentation Le but de cet article n'est pas de décrire le fonctionnement et l'utilisation de Vire (un numéro entier de Dream n'y suffirait pas) ; aussi, vous trouverez de plus amples renseignements dans les ouvrages O'Reilly.
Rappelons juste une chose : Vire est un moyen de dialogue direct entre plusieurs utilisateurs connectés sur Internet. Au démarrage, Amlrc propose une liste de serveurs Ire. Il existe plusieurs types de serveurs dont les plus connus sont de type Efnet ou Undernet. En France, pour les personnes passant par un provider, il est conseillé de se connecter sur irc.insart.com. On dispose alors de la totalité des canaux Efnet, comme par g j MIME Kteda Typa Prêter encea SJBÜSl Ht ... » appacaW Save RAM apo*catioh octet-str*am exe info Save PRO PERSO D swaMten x-Bp î* PRO PER3Û D
appacatiorVx-tar tar tgz Save PRO PERSO D appfceatlon x-tvi Ixjtzti Save PRO PERSO T) app*cation x-fcx fex Save PRO PERSO D •*! • SIV RAM txt doc readme texl S&V (Cia») taxt html hlm html shlml S&V (cia») text x-amlgaguide CMC* s&v (cia») text rtf rtf siv da») rivage » s&v RAM mage x-txn fcmiff bruah s&v (Ci*») MlhCtype P| *pp«caiton Bx-ap Exténuons |ap Dtrectory |PRO PERSO Oowntoad |A*u»r Save toOts*.
Q| Use et*» drectory? _|
- --------------- Amlrc 2.0 Si vous ne connaissez pas Ire, alors
un conseil : n'essayez pas. L'Ire (Internet relay chat) est
comme une drogue : lorsqu'on y a goûté, on ne peut plus s'en
passer.
? I ÀMIRC.1 • Sélection d'un serveur Pseudonymes : |Garfield Nom réel : |Guillaume Girard Nom de l'utilisateur : |ggirard Sélectionnez ni serveir IRC str lequel se connecter il iïû Joindre Nom Port Mût .de. EFNet EFNet AmlRC irc.ais.net 6667 No UnderNet
* UnderNet AmlRC irc.undernet.org 6667 No ? GalaxyNet
' GalaxyNet AmlRC irc.galaxynet.org 6667 No New Server-
irc.insat.com 6667 No I Nom du serveur : irc.insat.com
Commentaire; -New Server- Port ; |6667 | Mot de passe : Joindre
auto. : T Connecter | Connecter en chaîne | Nouveau serveur |
New Croup [ Copier | Effacer ce serveur [ Amlrc connaît déjà un
bon nombre de serveurs.
ÇPlaaaho'.aar». fit.*»'., siAitiMT:'’ U* tntenu(v*we*'1» _J: v‘ . Evw** fternove | Copy I “VW» Parcel La fenêtre de préférences pour Vamlrc.
Exemple amigafr ou linuxfr. Il est de rigueur sur Ire d'observer une certaine "Netiquette", les gêneurs étant courants. Une fois connecté au serveur il suffit de taper join lechannel pour participer à une discussion. On se trouve alors face à une simple fenêtre comprenant une listview sur le côté droit. Cette dernière liste les utilisateurs présents sur le canal et l'on peut suivre la discussion dans la fenêtre principale. Un gadget au bas de la fenêtre permet d'entrer ses contributions à la conversation. Bien entendu, il suffit, pour participer à un canal Ire, de posséder un quelconque
client, quelle que soit la plate-forme.
Amlrc est un exemple de client.
Fonctions évoluées.
Amlrc prend en charge graphiquement toutes les fonctions évoluées de Vire : transfert de fichiers (Dec send), dialogues en privé (Dec chat) etc. Toutes ces fonctions sont toujours accessibles par commandes et, pour ce faire, on utilise le gadget qui sert à entrer le texte que l'on veut voir affiché dans la fenêtre principale. En effet, si le texte commence par un slash ( join par exemple), alors il est interprété comme une commande Ire.
Nouveautés La version 2.0 dfAmlrc apporte son lot de nouveautés. Tout d'abord, la présence d'un Lag-O-Meter qui permet de connaître à tout moment l'état du réseau (les habitués apprécieront), tout ceci de manière entièrement graphique et accessible d'un simple clic sous la liste des utilisateurs. Les fenêtres de dialogue ont maintenant un bouton permettant de changer de pseudo pour la fenêtre active ; pratique lorsque l'on se re-connecte sous un nom différent.
Dans le même ordre d'idées, ces fenêtres, ainsi que les fenêtres des canaux, offrent via un gadget la possibilité de re-diriger le contenu vers un fichier de log. Pour ce qui est du Dec, les transferts terminés peuvent tous être effacés d'un seul clic et l'on découvre alors la possibilité d'accepter automatiquement toutes les requêtes Dec. Les serveurs sont désormais organisés en groupes et les menus de préférences permettent de choisir les fenêtres à ouvrir au démarrage. Attention, la version 3.8 de Mui est nécessaire pour disposer de la plupart de ces améliorations. Enfin, Amlrc
dispose d'une Api pour plugins. Celle-ci permet, en conjonction avec Arexx, d'étendre ses possibilités à l'infini. La version 2.0 & Amlrc constitue donc une mise-à-jour indispensable pour tout utilisateur chevronné, tant les améliorations apportées deviennent vite indispensables.
Guillaume Girard Am I rc 2.0 En hausse ? Très intuitif A Extrêmement complet A Api plugins En baisse ? Rien Note ? ? ? ? ?
DUCHET COMPUTERS 51 Saint-George Road - CHEPSTOW - NP6 5LA - Angleterre Tél: 00 44 1291 625 780 (8 h à 19 h lundi - samedi) FâXt 00 44 1 291 627 046 (24h 24) Ligne téléphonique directe en français MINITEL 361 6 AZERTY rubrique DUC LA SEULE ADRESSE POUR VOUS FOURNIR DIRECTEMENT EN ANGLETERRE!
NOUS NE PROPOSONS JAMAIS DES ARTICLES QUI N’EXISTENT PAS OU QUE NOUS N’AVONS PAS EN INVENTAIRE DU MATERIEL AMIGA DISPONIBLE (Prix en Francs Français, T.T.C. port compris) Interface PCMCIA SCSI2 Hisoft SURF SQUIRREL (A1200) 745 F Extension mémoire 1 Mo pour Amiga 600 275 F SOURIS AMIGA 125 F - 2 pour 220 F - 3 pour 300 F Câble Péritel 2 mètres pour tous Amigas: 95 F - 2 pour 150 F Câble Péritel pour CD32 [modèle avec 3 fiches banane] 95 F QUADRUPLEUR de MANETTES: 50 F - 4 pour 150 F Carte AURA 12bit 16bit PCMCIA (A600 A1200) 695 F Carte AURA 8 bit -tous Amigas- 295 F Câble pour moniteur 1084 D
(2 mètres) 125 F Câble pour moniteur Philips CM8833 Mk2 (2 mètres) 115 F Câble double rallonge ports souris et joystick 45 F ALIMENTATION 220 240V POUR CD 32 225 F TECHNO SOUND TURBO 2 stéréo (F) Compatible AMIPHONE TCP 285 F Adaptateur pour brancher les manettes analogues PC sur AMIGA: 45F - les 2: 80 F HOUSSE AMIGA 500 600 1200 (PRECISEZ SVP) 25 F - 3 pour 50 F Câble série (1.80m) pour relier 2 Amigas (pour jeux, transferts, etc...) 95 F Carte MAGNUM extension RAM A1200 - 8 Mo maximum - Fournie Oko 375 F CARTE SÉRIE HYPER RAPIDE WHIPPET PCMCIA (A600 1200) 425 F INTERFACE MIDI PROMIDI 215 F
Câble pour moniteur 1084 S (2 mètres) 100 F - pour 1084 SPI (2 mètres) 115 F LECTEUR INTERNE AMIGA 500 285 F LECTEUR INTERNE AMIGA 600 1200 [PRÉCISEZ SVP] 285 F Boîtier adaptateur 23 broches 15 broches Hi-D (Pièce COMMODORE 390682-01) pour relier un écran PC à un AMIGA: 100 F KIT [avec câble multi standard 2 mètres] de transfert de fichiers AMIGA = PC (doc. F): 120 F - Kit avec câble 5m: 145 F - avec câble 10m: 165 F COPIEUR "HARD": XCOPY PRO + Interface CYCLONE (doc en français) 250 F DATA SWITCH pour AMIGA 500, 600, 1200, 2000, 3000, 4000, etc... avec câble GRATUIT de raccord spécial
pour AMIGA Permet de relier plusieurs périphériques au même port de votre Amiga - pour port série ou port imprimante - précisez, svp - DATA SWITCH POUR CONNECTER 2 périphériques: 145 FF - DATA SWITCH POUR 3 PÉRIPHÉRIQUES: 175 FF DATA SWITCH POUR 4 PÉRIPHÉRIQUES: 185 FF Les DATA SWITCH SONT ENVOYÉS PAR PAQUET SÉPARÉ JOYPADS JOYSTICKS MANETTES DE JEU SPÉCIALS AMIGA ACTION PAD (JOYPAD) - Amiga seulement..... .....125 F -2 pour 220 F EXECUTIVE MINI JOYSTICK (LORICIEL) .. ... 59 F TAC 30 JOYSTICK (SUNCOM) - 3 BOUTONS FEU - TIR AUTOMATIQUE . . 99 F Q STICK (SUNCOM) JOYSTICK DE PRÉCISION
.... 79 F ERGO STICK (SUNCOM)
- JOYSTICK DE TYPE "SPEEDKING", SE TIENT DANS LA MAIN
....119 F PROGICIELS AMIGA DISPONIBLES (Prix en Francs
Français, T.T.C port compris) NOUVEAU ! MAKE CD (Hisoft)
Progiciel pour graver les CD ROMS! Seulement .... 345 F PHOTON
PAINT 2.01 65 F GP FAX v 2.350 375 F TERMITE TCP 295 F
GAMESMITH 525 F HISPEED PASCAL (dernière version) 525 F DELUXE
PAINT 5 [CD ROM] 195 F 1395 F PC TASK 3.1 avec guide Français
249 F C+ + DEVELOPER
G. F.A. BASIC 3.51 (avec manuel technique de 420 pages) 95 F
DEVPAC 3.18 (dernière version officielle de Hisoft) 395 F
HISOFT BASIC 2 (dernière version officielle de Hisoft) 395 F
NET & WEB (Contient IBROWSE 1.12a+ complet + MUI) 295 F
IBROWSE -version 1.12a + complète- contient MUI 3.8+ 245 F
ULTIMATE BLITZ BASIC 2.1 [CD ROM] 195 F C++ LITE 695 F
DIRECTORY OPUS 5.6 MAGELLAN 495 F BLITZ BASIC 2.1 175 F
B. u.M. 9a 9b 1 Oa 1 Ob (4 disks) 65 F
B. U.M. 5 16 17 8 (4 disks) 40 F Blitz support suite (3 disks)
110 F DELUXE PAINT 5 [DISKS] 195 F NOUVEAU ! SOUNDPROBE 16-bit
(Hisoft) Progiciel de digitalisation sonore et musicale.
Seulement .... 195 F TOUS LES JEUX CI-DESSOUS SONT EN STOCK !
(Prix T.T.C. port compris): ALIEN BREED 3D2 Killing Grounds .
145 F Evolution HUMANS 3 (F) Al 200 . .
. 95 F ODYSSEY . . 75 F THEME PARK -A 1200 .. 125 F A-320 AIRBUS II 135 F EXILE - A 1200 . 95 F PGA GOLF EURO TOUR -A 1200 . .
. 45 F THEME PARK -A 600 ... 125 F B-17 FLYING FORTRESS -500 600- 125 F EXILE - A 600 .. . 95 F PINBALL FANTASIES AGA -A1200 . 65 F TOTAL FOOTBALL (Domark) ..... 95 F BLITZTENNIS -CENTER COURT- (F) . 95 F F-15 II (Microprose) ..... 125 F PINBALL ILLUSIONS (F) A 1200 . . .
. 95 F TURNING POINTS -A 500- 55 F BLITZKREIG (WARGAME) . 45 F F-19STEALTH FIGHTER -A500 2000 .
125 F PLAYER MANAGER 2 (ANCO)____ . 95 F
U. F.O. (A 600) . 125 F BLOODNET (F) - A1200
.. 110 F FIELDS OF GLORY (WB 2 + ) ____ 125 F POWER
DRIVE (F) ...... . 35 F
U. F.O. (A 1200) 125 F BLOODNET (F) -A500+ A600 .
.
110 F FIELDS OF GLORY -A 1200 ...... 125 F RAILROAD TYCOON .... 125 F VIRTUAL KARTING -Al 200 (F) ... . 75 F BUBBLE & SQUEAK -A 1200 ---- . 65 F GUNSHIP 2000 . 125 F ROAD RASH ... . 95 F WHITE DEATH (WARGAME) ..... . 45 F BUBBLE & SQUEAK -A 600 ...... . 65 F HEIMDALL 2 (VF) A500 600 ..... . 75 F SENSIBLE GOLF . 95 F WING COMMANDER .... . 95 F CHAOS ENGINE AGA -A 1200 . 65 F HEIMDALL 2 (VF) - A 1200 ...... . 75 F SHAQ FU -A 1200- ..... . 60 F WORMS (VF) .. 125 F CHAOS ENGINE 2 (F) A500 600 .
195 F Impossible Mission 2025 (vf) a1200 . 95 F SILENT SERVICE 2 ..... 125 F WORMS Director's Cut -AGA- .... 185 F CHAOS ENGINE 2 (F) - A 1200 . .
195 F Impossible Mission 2025 (vf) a600 .
. 95 F SKELETON KREW (F) - A 1200 ---- . 75 F XTREME RACING -A 1200-...... . 75 F CIVIUZATION .. 115 F JAMES POND 2 (F)-A 1200 ..... . 35 F SLAM TILT (F) - A 1200 . 125 F Xtreme Racing AGA: 2 DATA DISKS 55 F COALA - A 1200 ...... . 95 F KINGPIN BOWLING (VF) . . 49 F SPECIAL FORCES (Microprose) . 95 F ZEEWOLF 1 (NF) ...... . 45 F COLONIZATION (F) ..... 125 F LEMMINGS . 95 F STARLORD (Microprose) . . 95 F ZEEWOLF 2 Wild Justice . . 65 F DESERT STRIKE ...... . 95 F The LOST VIKINGS (VF) . . 95 F STREET
RACER -A 1200- 125 F ZEEWOLF 1 + ZEEWOLF 2 ...... . 95 F DOGFIGHT (Microprose) . 95 F MICROPROSE GRAND PRIX F1 115 F STRIP POT -A 1200- (Erotique)---- . 45 F ZOOL (F) - A500 600 ... . 35 F DUNE 2 . 115 F MINSKIES the Abduction -A 1200 .
. 85 F SUPER SKIDMARKS .... . 85 F COMPILATION (1) A 1200: DUNGEON MASTER 2 (VF) A 1 200 . .
. 95 F MORPH (F) - Al200 .... . 35 F SUP ST. FIGHTER 2 TURBO(F)-A1200 . 95 F GUARDIAN + SKIDMARKS + GLOOM 145 F ELITE 2 (Version Française) ..... 125 F NICK FALDO GOLF ..... . 35 F SUPER TENNIS CHAMPION...... . 75 F COMPILATION (2) A 1200: Euroleague manager (2mo ram) . .
. 85 F NIGHTHAWK F-117 A 2.0 -v 3.01 . 95 F SYNDICATE ... . 70 F FEARS + ROADKILL + LEGENDS (F) .
145 F SELECTION JEUX AMIGA CD ROM et CD 32 (Prix T.T.C. port compris) - Les "CD ROM" sont pour Amiga 1200 4000 + lecteur CD BRUTAL PAWS OF FURY (VF) . . .
. . 50 F EXILE . ____50 F MEAN ARENAS (F) ...... 45 F STREET RACER (Amiga + CDROM] 125 F BUBBA'N'STYX (F) .... . . 45 F GUARDIAN .
- ---75 F PINBALL ILLUSIONS ..... 65 F SUPER LEAGUE
MANAGER ..... . 75 F CASTLES 2 ... . . 45 F HUMANS
1 + HUMANS 2 ____45 F PREMIERE (F) ... 45 F Super
Street Fighter 2 Turbo (F) .
. 95 F CIVIUZATION AGA (Amiga* CDROM) .
. 125 F LEGENDS (F) ____95 F SPECCY 97 (Amiga+ CDROM)..... 95 F ULTIMATE GLOOM [Amiga*CD ROM] 125 F ELITE 2 .. . . 95 F LIBERATION CAPTIVE 2 ..... ____70 F SPERIS LEGACY (Doc F) CD32 CDROM 95 F VITAL LIGHT (F) ...... . 45 F EVOLUTION HUMANS 3 (F)..... . . 95 F MARVIN MARVELLOUS...... ____45 F STAR CRUSADER [Amiga + CDROM] 95 F WORMS (VF) CD32 et CDROM . .
125 F Pour un envoi immédiat d'articles ci-dessus (règlement par carte internationale VISA EUROCARD): téléphonez-nous (pas de panique, notre personnel est français), ou faxez votre commande signée avec détails de votre carte bancaire. Par Minitel: 3616 azerty puis duc. Ou rédigez (EN français svp) sur papier libre et joignez votre règlement, nous acceptons les chèques ordinaires français, les chèques La Poste Français, les cartes internationales visa et eurocard, mandats internationaux (ou Eurochèque en sterling si vous n'avez pas de chéquier Français). Notre catalogue complet vous est envoyé
-gratuitement- avec votre première commande.
Si vous désirez recevoir un catalogue complet afin de faire votre choix, écrivez-vous en français svp et joignez 6 timbres à 3 FF ou 4 C.R.I.; précisez votre configuration exacte, ou nous ne pourrons pas donner suite à votre demande. Transaction minimum 100 ff mars 1998 - stock et prix valables pour la durée de publication du magazine - Toute commande est considérée comme ferme.
Système Que vaut vraiment Windows nt 5 ?
Voici plusieurs mois que nous répétons à qui veut l'entendre que Linux présente une réelle alternative à Windows nt. Soit. Mais alors pourquoi lui accorder aujourd'hui deux pages ? Pour le prouver, tout simplement !
Q2XB223HII WÊÊÊÊÊ Efa £ * y**, fio Favortes -A £ Adàm |j My CorrçUei ¦V Fonvard My H Computer 3HnoocolAI HdlOOmolDl __3 WndomNT
IL) Cortiol Panel Win*? (Cl) Local Duk ToUlSo. 603MB dû Datai 1F
1 m jli fil Pttkw; Tvm rP»c« S2.5MB .S DtaKJp Nc »*o Kno M
SchwMed Tatfci | 1 obfec*|:| seteded FreeSpace 82 5MB.
Capaoty 603MB Le désormais incontournable IE4.
Useï Manager PIRD User Pobcies Qptions Help Username Full Name Description S Guest Built-in accountfor guest access to the computer domain Groups Description ! Administrators Members can fully administer the computer domain Backup Operators Members can bypass file security to back up files Guests Users granted guest access to the computer domain Power Users Members can share directories and printers Replicator Supports file réplication in a domain Users Ordinary users La gestion des comptes utilsateur selon Nt.
Plus sérieusement, tester correctement un système d'exploitation en deux pages n'est pas possible. Aussi nous bornerons-nous à vous présenter les principaux aspects de Windows nt. Cette nouvelle mouture du système "Pro" de Microsoft se destine pourtant à tout le monde : depuis la grosse multinationale (pas trop grosse quand même, puisque Microsoft ui-même utilise Solaris, l'Unix de Sun, pour faire fonctionner son serveur web) jusqu'à la petite Pme.
Officieusement, le power user est également le premier visé pour faciliter la transition vers le prochain système de Microsoft.
Conséquence directe d'une telle politique : plusieurs versions à prix variés. En plus des traditionnelles versions Server et Workstation, on trouvera bientôt Windows nt5 Pme et certainement d'autres encore.
Installation S'offrent à l'utilisateur plusieurs possibilités pour installer le logiciel : directement en bootant sur le CD-Rom (si le Bios le permet), via les trois disquettes fournies, ou depuis Windows95, si celui-ci est déjà présent sur le Pc. La procédure est des plus classiques : on commence par partitionner le disque dur si besoin est (Nt peut être installé dans un répertoire, un peu comme UmsDos pour Linux), puis le programme d'installation se charge de copier les fichiers nécessaires. Enfin, on reboote sous Nt pour terminer la configuration. On comprend dès lors la présence du
terme Beta (notre version de test était notée Beta)... En effet, si le boot sur CD-Rom fonctionne parfaitement, le système se bloque après le redémarrage.
La cause en est simple : le boot de Windows nt se bloque si un CD-Rom est présent dans le lecteur ! Il suffit donc d'insérer le CD-Rom après que Windows eut booté... Différences avec Nt4 L'intégration de Microsoft internet explorer 4 n'est pas réservée à Windows98. En dépit de tout jugement américain récent, Nt5 utilise le bureau Web. On aime ou on déteste. En théorie, cela tient franchement du gadget et n'apporte aucun intérêt, surtout dans le cadre d'un système destiné aux professionnels. En pratique, lorsque l'on a goûté à Kde sous Linux (Kde utilise également le bureau Web), ce gadget
devient vite indispensable. Attention cependant, sous Nf5, tout est html ! Et lorsque l'on ouvre une fenêtre pour afficher le contenu d'un répertoire, la moitié au bas mot de la fenêtre est utilisée pour afficher de jolis dégradés et des informations sur le disque dur ! Au total, une lourdeur certaine. Idem pour le Bureau actif (Active desktop), tellement lourd qu'il en Le clustering Le clustering est la technique qui consiste à relier plusieurs machines en réseau pour partager leurs ressources. De cette manière, le système ne voit en fait qu'une seule machine. Deux avantages évidents à
cette technique : si dix machines sont reliées, la charge système est répartie et les dix processeurs sont utilisés. Par ailleurs, si une machine vient à tomber en panne, non seulement cet incident est transparent pour les utilisateurs (car les neuf autres continuent de fonctionner) mais, en plus, l'utilisateur ne perçoit un ralentissement que de 1 10ème de la vitesse globale. Malheureusement, sous Windows nt, on ne gère que deux machines... Et encore, uniquement pour la tolérance de pannes ! La répartition de la charge système n'est pas comprise.
Conscient de la chose, Microsoft promet un support plus complet dans la version finale.
T. inlxl devient inutilisable.
Rappelons que le bureau actif permet d'afficher en lieu et place d'un fond d'écran classique, une page web ou des chaînes de "push".
Le moindre clic sur le bureau actif connecte la machine à Internet, pénible pour les simples utilisateurs que nous sommes qui utiliseront l'onéreux réseau téléphonique.
Spectaculaire nouveauté (c'est en effet un argument de vente de Microsoft) : les menus déroulants se déroulent vraiment, avec un scrolling du plus "bel" effet... Un peu "France profonde" pour un système destiné aux pros.
Enfin, Windows nt ressemble de plus en plus à un Unix, la lourdeur en plus et la stabilité en mois. En effet, Kerberos est maintenant inclus en standard et le clustering est supporté (cf encadré).
Différences avec Linux Parler de différences à proprement parler entre Windows nt et Linux n'a pas de sens.
En revanche, il peut être intéressant de comparer certains points communs aux deux systèmes mais abordés différemment.
Tcp ip est le standard en matière de protocole pour les échanges d'informations, que ce soit sur Internet ou sur un réseau local composé de machines Unix. Sous Windows nt, pour partager disques et -iOM JÆJJSJ r x ~ es F«ATol« |o M4 l E*» £ *• Y»» fi» look £ ****• Gâ Aittan Bock g vontcto ï ndow U«*
* Art on * Vw»v IjlB» f,**Sp«rt l *Fre« LÜÎÏ- Outlook Express .
603 MB 282 MB 39 MB 546 MB 51MB 81MB 836 MB 100% 100 X 100* 60* 603 MB 282 MB 38 MB 901 MB 101 MB 603 MB 1702 MB Outlook’" I vptrti 4 P*«bon Bauc tel DATAS Pattom 8«m HDIOO Patèon Banc û»WIN96( P»***’ Bmc tJWnto" PatAon Bauc Microsoft _ Outlook Express r i ReadMai RmSNm CcnpowcMet O © R 1-7 Dnk 0 BaK 4133 MB DATAS (F | 902 MB FAT HeaMy W1N95 (C;| 604 MB FAT H«*hy (SyMml
• -» Dilk 1 8acc 102 MB ' tDRa CDRt» 0 MB ¦ Prwmy PaMan ¦ P«tton
g LogcMDnv Un pas trop mauvais lecteur de mail.
Ne faut pas confondre bureautique et informatique. D'une part Windows nt ne s'envi- sage pas dans le cadre de la simple utilisation d'un tableur et, d'autre part, Linux propose énormément de logiciels "pro" souvent, d'ailleurs, à des prix bien inférieurs. Citons les plus connus : Netscape communicator, Corel WordPerfect, Applixware, The Gimp, Kde, etc. Puisqu'il est question de prix, l'addition semble ici salée. Même pour la version Pme. Et surtout en comparaison du prix de la plupart des distributions commerciales de Linux. En effet ces distributions, comme la Suse ou Caldera open
linux, sont fournies avec énormément d'outils dépassant le cadre de la simple bureautique, incluent un support technique digne de ce nom et sont disponibles avec une documentation papier pour moins d'un dixième du prix de Windows nt.
En conclusion En proposant l'administration simple et graphique, Windows nt prétend permettre aux entreprises de se passer d'un administrateur système. Or, tout graphique qu'elle soit, l'administration d'un réseau local requiert des connaissances dépassant de loin celles d'un utilisateur moyen. En conséquence, il reste nécessaire de faire appel à un spécialiste.
Cuillaume Cirard ggirard@club-internet.fr Une cure de jouvence pour Fdisk.
Imprimantes, on utilise aussi une méthode propriétaire : NetBeui. Même si Linux possède les logiciels permettant de connecter une Linux-box à ce type de serveur, on aurait de loin préféré l'utilisation de méthodes standard comme, par exemple, Nfs. D'autant plus que les réseaux sous NetBeui sont réputés pour offrir au hacker des trous de sécurité béants... Autre argument de vente de Windows nt : finies les commandes Unix avec 20 000V - options à retenir par cœur, voici l'administration graphique ! Certes, mais pour les tâches d'administration simples comme la gestion des comptes
utilisateurs, on ne voit pas bien l'intérêt : des commandes comme adduser font cela très simplement et, pour les tâches plus lourdes, les interfaces sont soit moins puissantes, soit aussi compliquées à utiliser (car elles regorgent d'options à préciser manuellement).
On parle souvent en informatique de "lourdeur". Si ce mot n'a pas de signification précise et ne peut être exprimé clairement, chacun sait ce que cela représente.
Et, dans ce domaine, Windows nt n'a pas de concurrent sérieux. Même Windows95 Osrl semble rapide en comparaison !
Linux est souvent considéré comme un système de bidouilleurs, avec lequel on ne peut travailler sérieusement car les logiciels phares de l'informatique n'existent pas. Il mzrrcyj £*• ¥**» fio Fjvertei ÜHp m 3 j) a a jà if Slop Rebesh Home Search Favotiet Hnfcay Ch Adchesi 1 *] (es MeAfou (* chamehhtm ZJ Là*« Welcomc to the Active Channel Viewer Sécurité et stabilité Une petite anecdote vaut souvent mieux qu'un long discours. Sous Windows nt, un simple utilisateur peut par défaut changer les préférences relatives à la résolution de l'écran. Il s'agit d'un paramètre qui affecte tous les
autres utilisateurs. Ainsi, il suffit à cet utilisateur de régler le système pour qu'il s'affiche dans une résolution non supportée par l'écran, pour que tout le système devienne inaccessible... Même à l'administrateur !
Quant à la stabilité, elle ne paraît pas, à première vue, aussi déplorable que Ton aurait pu s'y attendre. Mais à seconde vue, si. En effet, dès que la charge système est importante, on peut s'attendre à des réactions imprévisibles : plantage, reboot soudain, etc. Par ailleurs, le simple fait de changer le nombre de couleurs affichées à l'écran oblige à rebooter la machine. Dommage pour un serveur... Tht Chuual Vawat a • nr», BiU-tcmn winiow thaï ywi cui rut lo viaw Channab Thu «nniow contenu pacial fotuni to nuka Mltmf up and mwuif Ctunatl content et »uy end pieenaebla et pouiW Jbsurtj The
chemuIt arulabk Rom the Chenml bu en the teint et Ihott m th» Chuiml 2 Cbck the puhpin acon to itop the Channel bu Rom bdui zJ £ Do. D Infâme» rone Action desktop et Push.
Arm 9,1||||| un tournant pour Arm Plus puissant que le StrongArm, le dernier Arm 9 a la volonté d'être la technologie la plus répandue dans le monde.
L'Arm 9, un puits de technologies Le séminaire parisien de présentation de Yarm9 a marqué le début d'une longue tournée européenne et mondiale. C'est le premier de ce genre en France, pays dans lequel Arm entend ouvrir rapidement une filiale ou un réseau de distribution. Rappelons qu'Arm est la société qui développe, entre autres, les processeurs utilisés dans les stations, les micros et les Network computers d'Acorn. Elle est devenue indépendante en 1990 et est passée, depuis, de 12 employés à plus de 300.
Les prétentions d'Arm Arm souhaite que sa technologie Risc devienne la plus utilisée dans le monde.
Ni plus ni moins. Rappelons qu'Arm ne fabrique pas lui-même ses processeurs. La société passe par un système de licences dans lequel ce sont d'autres constructeurs qui fondent et vendent les puces, parfois même en omettant de préciser qu'il s'agit Vous avez le choix des Arm d'un Arm. Il en va ainsi de Digital, Samsung, Alcatel, Philips, Texas instrument, Sharp, Nec, Hyundai ou encore Sony. Ceci pourrait devenir rapidement réalité puisque Arm réalise une bonne troisième place avec 11% des volumes de vente de microprocesseurs Risc en 1997, derrière Mips à 49% et Hitachi avec 23% (il ne s'agit
pas que des microprocesseurs pour ordinateurs, mais pour toutes les gammes électroniques, allant du téléphone cellulaire au tableau de bord d'une voiture). A noter que les ventes d'Hitachi sont en baisse et que celles d'Arm sont celles qui ont subi la hausse la plus importante. Une telle présence sur le marché se justifie par un excellent rapport entre la puissance et le faible coût (tant en ce qui concerne les processeurs que les outils de développement).
L'Arm 9, un foudre de guerre Le nouveau fer de lance, c'est Yarm 9. Il éclipse complètement son prédécesseur, Yarm 8, lequel n'est même pas relégué au rang de base architecturale pour processeurs dérivés (à l'inverse de Yarm 7, dont les fils animent toujours le Psion sériés 5 et Yarchimèdes 7000+).
L'Arm 9 profite de diverses technologies récentes et inédites sur la gamme précédente, tels des caches dissociés, un pipeline à 5 niveaux, une Mmu, un Fpu, un Dsp, une multiplication câblée en 32 fois 8 bits, un déboguage hardware et une option Arm synthétisable. Bien entendu, Yarm 9 est pleinement compatible avec ses prédécesseurs. Les faits les plus marquants sont l'adoption d'une architecture comparable à celle du StrongArm, ainsi que la présence - enfin - d'un coprocesseur arithmétique.
Le modèle Arm 940T est d'ores et déjà disponible ; il fonctionne à 120 Mhz, fournit 132 Mips, est équipé de quatre caches de 2 Ko chacun et dispose d'une Mmu sans la gestion de la mémoire virtuelle. Et tout ça pour une consommation inférieure à 500mW ! D'ici à quelques semaines, il sera également possible d'obtenir l'Arm 910T, lequel proposera un cache de taille plus importante ainsi qu'une Mmu complète. A terme, les fréquences des Arm 9 devraient allègrement dépasser les 200 Mhz. A noter que Y Arm 9 dispose d'une puissance suffisante pour faire du soft modem à 56 kbps. A ce propos, il
est amusant de savoir que les modems de la société belge Coware sont construits depuis belle lurette autour d'un processeur Arm ! La famille Arm 9 se place favorablement face aux autres familles de processeurs. Seul le M-core de Motorola a été une source d'inquiétude, mais les premiers tests montrent que l'Arm est mieux situé du côté des performances pures et, probablement, le meilleur en ce qui concerne les performances en utilisation réelle. Enfin, Yarm 10 sera annoncé fin 1998. Il dépassera la barre des 300 Mips de l'Arm 9 pour atteindre un maximum de 450 Mips, avec un consommation de
l'ordre du Watt.
Les partenaires Les partenaires utilisant l'Arm sont très nombreux. Si la plupart présentent des solutions de développement pour électronique embarquée ou des systèmes d'exploitation temps réel, certains ont une activité plus proche de nos préoccupations. Ainsi, la présentation française étalait les prototypes de toute une kyrielle de Network computers et de systèmes d'exploitation susceptibles d'utiliser ce type de processeurs.
David Feugey Red M Linux 5.0 Disponible maintenant en version française !
La version 5 de Red Hat Linux pour Intel allie simplicité d'utilisation pour les débutants, ainsi que puissance et souplesse pour les utilisateurs confirmés souhaitant disposer d'une station de travail performante ou d'un serveur.
349 Francs Prix public conseillé Nombreux changemenrs depuis la version précédente : Une qualité reconnue ; ' , du monde enfier!
En 1996, le magazine américain Infoworld a décerné à Red Hat Linux le prix du meilleur produit de l'année. En 1997, Red Hat Linux était parmi les finalistes des Ziff-Davis European software Excellence Awards dans la catégorie environnement de travail.
Nouveau système de partitionnement des disques avec Disk Druid Détection automatique du matériel Démarrage rapide Configuration pour de nombreux gestionnaires de fenêtres Outils d'administration système Support direct du son Livré avec des utilitaires commerciaux complets !
Serveur X Metro-X Si vous avez besoin de plus que ce que Xfree86 peut vous apporter, une licence monoposte de ce logiciel à 99 dollars vous est offerte. Metro-X supporte une vaste gamme de cartes vidéo et permet en plus une gestion multi-moniteurs.
BRU2000-PE Red Hat Linux comprend une licence mono-utilisateur pour le fameux logiciel commercial de sauvegarde BRU (édition personnelle). Coûtant 89 dollars s'il est acheté séparément, ce logiciel se charge de vos sauvegardes importantes régulièrement et d'une manière fiable.
Client et serveur RealAudio Ecoutez vos refrains préférés depuis les sites internet et envoyez des messages sonores aux auditeurs connectés à votre serveur internet Red Hat.
R Où Frouver RedHaF Linux
S. O?
FNAC, liste des magasins sur www.linux-kheops.com region IKARIOS, 75-PARIS, www.linux-france.com K2C, 06-CANNES, 04.93.99.17.80 K2C, 06-NICE, 04.92.00.15.15 K2C, 13-AIX en PROVENCE,
04. 42.93.65.37 LE MONDE en TIQUE, 75-PARIS,
01. 43.25.45.20 LIBRAIRIE du CAPITOLE, 31- TOULOUSE,
05.61.22.51.97 MCD2 Diffusion, 75-PARIS,
01. 42.16.88.00 MICROCOSME. 25-BESANCON,
03. 81.83.54.71 PC HALLE, liste des magasins sur www.pchalle.fr
PEARL DIFFUSION, 67-SELESTAT,
03. 88.58.02.02 SURCOUF, 75-PARIS, 01.53.33.20.00 Vous souhaitez
devenir revendeur ? Contactez... K2C, 06-NICE, 04.92.00.15.15
FRANCE CD, 77-LAGNY SUR MER.
01. 64.02.20.02 EMTEC, Magnetics, 75-PARIS,
01. 49.64.57.54 KHEOPS, 06-ANTIBES, 04.92.13.29.56 Vous êtes une
université ou une administration ?
Logiciels du Soleil, 06-CAGNES sur MER, 04.93.14.01.55 Web www.linux-kheops.com Email kheops@linux-kheops.com Comment peaufiner son Linux m68k ?
Félicitations à tous ceux qui ont franchi avec succès les premières étapes de l'installation de Linux sur Amiga ou Atari. Ils ont désormais à leur disposition un système Linux complet et correctement configuré. Si ce n'est pas le cas, alors armez-vous d'un peu de courage, et recommencez depuis le début. Vous y arriverez sûrement, sauf dans le cas extrême où c'est votre configuration matérielle qui constitue le facteur bloquant.
UNREGISTEREO vv Display 24 8 Bit Algorithms Root Windows Image Size pzt_icon.gif
- XV 3.1 Oa(PNG): -j j| o : ’• v Load PstSS Save Z-J) Print
k" Delete -* - o 1 file 149x146 GIF89. 8 bit mode. Cot ail 4
colors.
% Grab CEI S About XV Quit AutoCrop : : -. : »• XV, le viewver d'images.
Nous n'allons pas nous étendre sur la configurations des Window managers pour plusieurs raisons. La première est que les fichiers de configuration de base (ceux qui se nomment "system.*") sont suffisamment documentés. La seconde est qu'une série d'articles très complète sur Afterstep paraît tous les mois dans ce même magazine. Il est d'ailleurs à noter que l'exemple d'Afterstep peut tout à fait se décliner pour les autres Window managers.
Non, ce mois-ci, nous allons surtout faire le tour de quelques applications qui se révèlent rapidement indispensables, à savoir celles qui concernent le réseau et le développement, deux domaines de prédilection pour tout Unix. Nous verrons également une panoplie d'utilitaires permettant de visionner et de traiter différents formats de fichiers.
Le développement en C et C++ : Ccc Le compilateur universellement connu et reconnu, le bien nommé Ccc, était directement livré avec la Watchtower. Bien que la version fournie soit la 2.7.2 (la dernière en date étant la 2.7.2.2), celle-ci suffira cependant amplement à couvrir tous nos besoins de compilation. Car oui, ce qu'il y a d'intéressant dans Linux, c'est le fait de pouvoir recompiler les sources (offertes tous les mois sur le CD de Dream) pour faire tourner de nouvelles applications inconnues de l'Amiga ou de l'Atari. Avant toute chose, il convient d'avoir les deux liens
symboliques suivants pour que Ccc puisse trouver tous les fichiers d'Include dont il a besoin : usr src linux - usr src linux-
2. 0.29 usr local include - usr inclu- de libg++-2.7.1 include
Recompiler le noyau Bien souvent, l'une des premières applica
tions que l'on souhaite recompiler est le noyau (kernel en
anglais) de Linux. En effet, dans le kernel générique que nous
vous avons fourni, les supports pour toutes les cartes et
configurations existantes ont été fournis (enfin, presque).
Mais, afin d'économiser quelques dizaines de Ko de mémoire, il
peut être intéressant de ne garder que ceux qui vous
serviront réellement.
Pour recompiler un kernel Linux, il faut d'abord passer par un menu de configuration, puis lancer la compilation : cd usr src linux make menuconfig make dep make clean make make modules Il vous faudra ensuite tester le kernel que vous avez créé. Copiez-le sur votre partition Amiga, avec une commande du style : cp vmlinux amiga linux vmlinux- test Puis, après avoir rebooté en mode AmigaOs, changez votre script de démarrage en remplaçant "vmlinux-2033" par "vmlinux-test". Enfin, lancez ce script pour vérifier que votre kernel s'exécute correctement. Si Linux ne boote plus, alors vous
devrez faire une autre tentative et repasser par le menu de configuration. Une fois que vous serez satisfait du kernel que vous aurez créé, il faudra terminer l'installation avec les commandes suivantes : cd usr src linux make modules_install depmod -a La compilation en générale La compilation d'un kernel est une chose assez particulière. De manière plus généra- En pratique le, la compilation d'une application se passe de la manière suivante : un script teste votre configuration et crée un fichier "Makefile", lequel est ensuite utilisé par Ccc pour compiler le programme en question avec
des paramètres corrects.
Souvent, les lignes de commandes à taper sont du style : . configure make make install Dans tous les cas, nous vous conseillons vivement de lire le fichier intitulé Install ou Readme.install présent dans l'archive du programme, lequel vous livrera la démarche à suivre pour compiler et installer le programme en question sans problème. Pour plus amples précisions, se référer à l'article dédié du Dream No 46, page 42.
Emacs, l'éditeur de textes Une des premières applications dont vous aurez besoin, notamment pour écrire vos programmes, c'est un éditeur de textes.
Plus convivial que Vi, Emacs dispose d'une puissance qui n'est plus à démontrer, quel que soit le système Unix sur lequel il est installé. Il sait faire tout ce que font les autres et même plus. Il est possible d'avoir une configuration pour chaque type de fichier (programme en C ou C++, script en Shell, page Html, etc.) et ainsi modifier l'indentation et la coloration de vos textes selon certains mots clés. Emacs est si puissant qu'il intègre même les fonctions d'un lecteur de news et d'un navigateur Web !
Nous vous invitons donc à consulter l'article à son sujet en page 42 de ce même numéro pour de plus longues explications.
Si la complexité d'Emacs vous fait peur, alors essayez Xcoral. A la différence d'Emacs, qui peut s'utiliser aussi bien en mode texte qu'en mode graphique, Xcoral nécessite obligatoirement X-window.
Xview, pour visualiser des images Aussi renommé qu'Emacs, mais dans le domaine des fichiers images, voici Xview.
Xview reconnaît non seulement une trentaine de formats de fichiers, mais est aussi l'outil idéal pour réaliser bon nombre de manipulations courantes. Il dispose d'un catalogueur d'images (permettant de voir en un instant le contenu entier d'un répertoire), d'un éditeur de palette ainsi que de quelques filtres parmi lesquels Blur, Emboss et autres Redimensionnement. Pour les animations (QuickTime, Mpeg...), nous vous conseillons Xanim. Xanim n'est pas disponible en version binaire ; il est distribué uniquement sous forme de sources mais se recompile très facilement.
Mosaic, le navigateur Web Mosaic a été l'un des tous premiers navigateurs Web disponibles. Mais son développement a cessé depuis quelques temps déjà et il reste éloigné de ce que proposent actuellement Netscape navigator ou même Internet explorer. De toutes façons, notre choix est réduit puisque c'est le seul navigateur actuellement disponible pour Linux m68k.
Pour visionner d'autres formats de fichiers Selon vos besoins, vous pouvez également installer Ghostview pour lire les fichiers PostScript, et Xpdf pour les fichiers Pdf.
Installer une nouvelle application Plutôt que de donner explicitement toutes les commandes à taper pour installer chacun de ces programmes, nous préférons proposer une méthode générale qui vaudra pour au moins 95% des cas rencontrés. La plupart du temps, nous récupérons des fichiers se terminant par .tar.gz ou tgz, ce qui est la même chose. Cela signifie que plusieurs fichiers ont été regroupés au sein d'un seul et même fichier par la commande Tar, puis compressés avec Gzip. C'est donc l'équivalent d'une archive lha (voir Dream No 45, page 46, pour de plus vastes informations). Pour
visualiser le contenu d'une telle archive, nous allons utiliser une commande du style : tar ztf archives archive.tar.gz Deux cas de figures peuvent se présenter.
Premièrement, on peut lire quelque chose ressemblant à : usr bin programme Auquel cas, le programme est prêt à être installé. Il suffit de se placer à la racine et de décompresser l'archive. Nous l'avons déjà fait de nombreuses fois au cours de l'installation du système Linux et, comme vous le verrez à l'usage, la majorité des archives se présentent ainsi. Voici ce qu'il faut taper pour décompresser l'archive : cd tar xf archives archive.tar.gz. Où trouver toutes ces archives ? Outre le CD- Rom de Dream, qui vous propose une sélection des meilleures applications depuis quelques mois déjà,
vous pourrez soit aller faire un tour sur l'un des sites Ftp dédiés à Linux-m68k (comme ftp.uni- erlangen.de ou ftp.lip6.fr), soit vous procurer une distribution de Linux sur CD- Rom. En effet, beaucoup de distributions de Linux pour Pc incluent également les archives de Linux-m68k. Deuxième cas de figure, le contenu de l'archive est structuré ainsi : Programme-1.0 README Programme-1.0 Makefile Programme-1.0 src ... Pour installer un tel programme, il faut utiliser un script fourni, voire le recompiler. C'est notamment le cas, par exemple, pour Afterstep, Lesstif ou encore Mwm. Il suffira
donc de décompresser l'archive avec la même commande que précédemment, lire le fichier Readme et enfin lancer la compilation comme expliqué précédemment. Bon Linux et à bientôt !
Vincent Onetovodka@saturne.org En pratique • Matériel Comment relire une partition Ms Dos sur Amiga ?
Si on ne dispose pas de lecteur Zip, il peut être très utile de pouvoir relire un disque dur Ms Dos sur Amiga.
600 F d'économie !
Dans notre rubrique En pratique du Dream No 47, nous vous disions que la cartouche Jaz fournie avec le lecteur du même nom était irrécupérable car protégée par un mot de passe. Il existe en fait une astuce : il suffit de formater cette cartouche en bas niveau avant de la préparer avec HdToolBox. Merci à Didier du Plessis-Robinson pour cette ruse qui fait tout de même économiser près de 600 F. ou Windows, absolument rien n'est prévu pour lire ou écrire sur un disque formaté par AmigaOs. Sous Linux, c'est franchement mieux ; cet Os reconnaît sans aucun problème une partition en Amiga
FastFileSystem. Il suffit donc de formater le disque à partir du Workbench, de le brancher sur le Pc, de le "mounter" sous Linux et hop ! L'affaire est dans le sac.
Mais prenons le cas le plus répandu : le Pc tourne sous Windows 95. Dans cette configuration, c'est à l'Amiga de faire un effort. Les possesseurs de cartes Scsi de Phase 5 sont les plus chanceux. Ils disposent d'un outil fourni en standard qui se nomme MsDosMount. Il suffit de lancer cette commande à partir d'une fenêtre Shell en précisant le pilote du contrôleur (attention, seuls les pilotes de Phase 5 sont supportés, pour les autres le comportement peut être totalement aléatoire) et le numéro d'Id du disque (0 ou 1 pour l'Ide et de 0 à 7 pour le Scsi). Bien entendu, le cas le plus
intéressant est celui d'un disque Ms Dos qu'il faut récupérer sur un Amiga tout bête, sans passer par une carte contrôleur de Phase
5. Le premier réflexe est de passer par HdToolBox pour écrire un
Rdb (identificateur du disque, voir Dream précédents) sur
le boot du disque, Rdb dans lequel on précise que le disque
est formaté en Ms Dos .
C'est une très mauvaise idée. Non seulement parce que l'Amiga ne montera pas plus automati- Récupérer un disque Dos peut être utile. Quement le disque sur le Workbench, mais aussi parce que cela peut le rendre inutilisable sous Windows 95.
A l'heure d'Internet, de la vidéo numérique et des fichiers audio Mp3, il est incontestable que les seules disquettes ne suffisent plus à l'échange de données entre deux micros.
La solution s'appelle donc Zip, Jaz ou encore Syjet. Seul problème, ces lecteurs coûtent tout de même une certaine somme et les petits porte-monnaies préféraient carrément avoir un disque dur commun entre un Amiga et un Pc. La chose est possible de deux manières : soit mettre les deux ordinateurs en réseau, soit brancher le disque commun une fois sur le Pc, une fois sur l'Amiga. Ce mois-ci, nous étudierons la deuxième solution.
Bien que plus astreignante (il faut démonter, débrancher, rebrancher, remonter à chaque fois), elle permet tout de même à deux personnes éloignées de s'échanger des données à l'occasion d'une visite de courtoisie, sans passer par un coûteux téléchargement téléphonique.
Windows ne connaît pas l'AmigaOs Du côté Pc, c'est très clair : sous Ms Dos L'astuce : une mountlist La solution ultime consiste donc à passer par une mountlist (voir aussi les Dream précédents). Malheureusement, nous ne pouvons pas vous donner de mountlist générique, celle-ci spécifiant des caractéristiques matérielles (nombre de têtes, de pistes, de secteurs, etc.) propres à chaque disque. Il faudra donc commencer par brancher le disque dur, déjà formaté par le Pc en Ms Dos, sur l'Amiga.
Puis, il convient de lancer HdToolBox, de sélectionner le nouveau disque dur, de cliquer sur le bouton Change drive type puis sur Define new et enfin Read configuration. Notez les valeurs correspondantes à Heads et Block per track.
Revenez à la fenêtre de départ et sélectionnez l'option Partition drive. Notez les valeurs correspondantes à Start cyl et End cyl. Ces valeurs vont nous permettre d'écrire la mountlist suivante : * Mountlist pour un disque dur Pc * Device = dnsérer ici le pilote, c'est scsi.device pour un disque inteme Unit = insérer ici le numéro d'Id du lecteur FileSystem = L:CrossDOSFileSystem Flags = 0 Surfaces = dnsérer ici la valeur donnée par "Heads" dans HdToolbox BlocksPerTrack = dnsérer ici la valeur donnée par "Blocks per track" SectorSize = 512 Mask = 0x7ffffffe MaxTransfer = 0x100000
Reserved = 1 Interleave = 0 LowCyl = dnsérer ici la DeltaG ra ph ’ X 4 rue des Iris - 91180 St. Germain les Arpajon Contactez-nous au
01. 60.84.16.14 (Tél. Fax) ou sur Internet : www.deltagraphx.com
- dgx@deltagraphx.com Mars 1998 CARTES TURBO AMIGA TOWERS
n’est plus fabriqué 3120 F 425 F 570 F 4890 F 5570 F 5990 F
7920 F 6570 F 6980 F 8910 F 2820 F 3200 F 3750 F 4140 F 4430
F 4820 F 2820 F 3230 F 5160 F 3750 F 4170 F 6100 F 4430 F
4850 F 6780 F 5320 F infinitiv TV 1290 F 4250 F 5520 F 7230 F
255 F 100 F 450 F 450 F 1820 F 2930 F 1695 F 4100 F 1150 F
Bien entendu, il ne faut pas taper les phrases entre crochets
mais écrire à la place les valeurs correspondantes, sans
crochet.
Il suffit ensuite de sauvegarder cette mountlist dans le tiroir Devs:Dosdrivers , en lui assignant l'icône d'un projet dont l'outil est C:Mount. Le disque Ms Dos sera dès lors reconnu dès le démarrage de l'Amiga. Mais attention, ne tentez pas de formater directement le disque à partir du Workbench. Si cela donne l'apparence de fonctionner sur Amiga, il y a de fortes chances que, de retour sous Windows 95, le disque ait des erreurs de lecture écriture. La faute semble en incomber à CrossDos, le gestionnaire d'AmigaOS pour les formatages en Ms Dos. A ce sujet, rappelons que seule la
version 7 de CrossDos est à même de relire les noms longs de Windows 95.
Que ceux qui disposent d'un Pc et d'un Amiga dans la même pièce se rassurent : nous étudierons dès le mois prochain la façon de mettre ces deux machines en réseau pour éviter d'avoir à démonter remonter sans cesse leurs disques.
Docteur Dream Dream@posse-press.com La première chose à vérifier lorsque l'on veut connecter un disque formaté en Ms Dos sur un Amiga est que l'on dispose de CrossDos. Ce pilote (qui se trouve dans L.CrossDosFileSystem) est la seule routine du système capable de relire ce type de formatage. CrossDos est fourni en standard avec le Workbench depuis l'AmigaOs 2.7 et toutes ses versions récentes sont éditées indépendamment par Consultron : (http: www.cucug.org consultron). De plus, vérifiez bien la nature du disque : un disque Scsi ne se connectera que sur un contrôleur Scsi et un disque Ide que
sur un contrôleur Ide.
HighCyl = Insérer ici la valeur donnée par "End cyl" Buffers = 50 BufMemType = 0 StackSize = 2000 Priority = 10 GlobVec = -1 DosType = 0x4D534800 Les précautions à prendre Disque dur IDE 1.6 Go 1095 F Disque dur IDE 2.1 Go 1200 F Disque dur IDE 3.2 Go 1450 F Disque dur IDE 4.3 Go 1960 F Disque dur IDE 6.4 Go 2350 F Disques dur SCSI 2.1 Go 1420 F Disques dur SCSI 4 Go 2230 F Disques dur SCSI 6.4 Go 3650 F Disques dur SCSI 9 Go 6030 F Disques dur SCSI 18 Go 14740 F HARDWARE Ariane Ethernet 2080 F Adaptateur SVGA RGB 100 F Connecteurs SCSI à sertir
N. C. Connecteurs IDE à sertir
N. C. Graveur CD CDD2600 3030 F Idemux 4xIDE 50 F Lecteur CD 24x
IDE 500 F Lecteur CD 24x SCSI 900 F Liana 200 F Nappe 2.5
3.5 3.5 110 F Nappe 2.5 3.5 70 F Préludé 1890 F Pro TV 990
F Rack Tiroir amovible IDE 100 F Rack Tiroir amovible SCSI 100
F Rom 3.1 A1200 350 F Rom 3.1 A3000 350 F Scandoubler 1200
externe 1250 F Scandoubler 1200 interne 999 F Scandoubler 4000
interne 1450 F Scanner Paragon 800 SP 2050 F Souris Wizard 560
dpi 150 F Souris PC 70 F Vidi 24 RT Pro 2680 F Blizzard 1230
Blizzard 1260 Copro 50 Mhz Contrôleur FSCSI 1230 Cyberstorm
MK.3 Blizz 2604 180Mhz socle Blizz 2604 180Mhz 68040 Blizz
2604 180Mhz 68060 Blizz 2604 200Mhz socle Blizz 2604 200Mhz
68040 Blizz 2604 200Mhz 68060 Blizz 603e 160Mhz socle Blizz
603e 160Mhz 68030 Blizz 603e 200Mhz socle Blizz 603e 200Mhz
68030 Blizz 603e 250Mhz socle Blizz 603e 250Mhz 68030 Blizz
603+160Mhz socle Blizz 603+160Mhz 68040 Blizz 603+160Mhz 68060
Blizz 603+200Mhz socle Blizz 603+200Mhz 68040 Blizz 603+200Mhz
68060 Blizz 603+250Mhz socle Blizz 603+250Mhz 68040 Blizz
603+250Mhz 68060 Cyberstorm 180Mhz socle Cyberstorm 180Mhz
68040 5730 F Cyberstorm 180Mhz 68060 7660 F Cyberstorm 200Mhz
socle 6330 F Cyberstorm 200Mhz 68040 6750 F Cyberstorm 200Mhz
68060 8680 F DISQUES DURS Adorage2.5 390 F Adorage Premium FX
100 F Animage Composer • 300 F AsimCDFS 410 F Clarissa 500 F
Cocktcl visiotel 290 F Imagine 5 450 F Mainactor broadcast
1100 F Monument Designer V3 1490 F OCR reconn. De caractères
550 F Pagestream 3.2 590 F Personal Paint 6.4 vf 20 F
Quarterback Deluxe 400 F Scala MM400 1300 F Scanquix 690 F
Trapfax 430 F TurboPrint V6 VF 590 F XDVE3.0 1295 F Nous
intégrons des configurations spécifiques à votre demande sur
Amiga PC Mac. Nous livrons des stations vidéo-graphiques
clés en mains (montage vidéo non linéaire, stations graphiques
3D).
Livraisons par UPS 24 48 h 120 F Prix et photos non contractuels Infinitiv A1200 Infinitiv A1300 Infinitiv A1400 Infinitiv A1500 Adaptateur PCMCIA Clavier Windows Interface clavier PC Alimentation Infinitiv Towerhawk RBM 1200 Towerhawk RBM 4000 Zorro2 Micronik Zorro3 Micronik Zorro2 RBM Cartes Graphiques Cybervision 64 3D 1400 F Cybervision 64 scandoubler 570 F Picasso IV 2790 F LOGICIELS r En pratique • Système Comment configurer BeOs ?
On se risque souvent à comparer BeOs avec Unix. Voire à l'assimiler à un clone d'Unix. Grave erreur.
Be inc. compte parmi ses ingénieurs un bon nombre de personnes issues du monde Mac. L'installation, la configuration et l'utilisation du système s'en ressentent.
Une fois la phase d'installation de BeOS achevée, le système n'est pas encore tout à fait prêt à l'emploi. Il manquera quelques réglages notamment pour la connexion Internet, l'installation d'une imprimante mais également tout ce qui concerne les modifications destinées à personnaliser l'environnement selon nos goûts et nos habitudes. Pour ce dernier point, les furieux du "j'efface-tout-et-je-me-fait-mon- bureau-à-moi-tout-seul" risquent d'être un peu déçus.
Le réglage du moteur sans les doigts sales Si vous possédez des unités de sauvegardes secondaires (lecteur Zip, second disque dur, etc.), un réglage préalable du dossier Disks présent sur le bureau permet de monter automatiquement tous les volumes reliés à votre machine. Pour y parvenir, il vous faut ouvrir le dossier Disks, choisir l'option Mount settings du menu File et sélectionner l'une des options qui vous convient. En l'occurrence, il s'agira du montage de tous les disques après chaque boot ainsi que le montage en mode automatique lors du fonctionnement de BeOs. Désormais, le dossier
Disks affichera tout ce qu'il a pu détecter comme volumes (même ceux du type Apple ou Iso 9660 pour les CD-Rom). Pour plonger un peu plus dans le vif du sujet, il faudra ouvrir le dossier Preferences. A l'intérieur se trouvent les options de modifications du son, de la résolution de l'écran, de la sélection de l'imprimante, de la configuration du clavier, de la souris, des barres de défilement, de l'accès au courrier électronique et de l'accès Internet en général. Ce dernier est configuré par la préférence Network. C'est un modèle de simplicité. Vous choisissez en premier lieu le type
d'interface physique pour votre connexion (modem via Ppp ou carte Ethernet). Si vous possédez quatre comptes Internet différents (quatre fournisseurs d'accès) vous définirez quatre interfaces. Pour chacune, vous préciserez le nom de domaine, l'adresse Ip du serveur, le type de modem que vous utilisez (sur ce point vous avez l'embarras du choix), votre login, le mot de passe et le numéro d'appel. Il ne reste plus qu'à redémarrer le serveur de réseau - pas la machine, nous sommes ici dans la micro alternative, voyons - en cliquant sur le bouton Restart networking. Vous pouvez dès lors
surfer sur le Web avec le navigateur NetPositive livré preferences File Window S» Ml & « - AddPrinter Boot DriveSetup E-mail FileTypes A & Fonts Keyboard Keymap Menu Mouse & fâ S § Network Screen ScrollBar SelectPrinter Sound m a Time VirtualMemory Workspaces 18 items Les préférences... essentielles avec le système, ouvrir une session Ftp depuis le terminal ou mieux encore depuis le produit Kftp dont nous avons déjà parlé dans un numéro précèdent. Notez que si vous décidez de passer par l'un ou l'autre de vos fournisseurs d'accès, le redémarrage du serveur de réseau (pas de la machine !) Est
indispensable. La configuration de votre boîte aux lettres électroniques est toute aussi aisée. Ouvrez la préférence 'E-mail' et renseignez les options d'accès à votre compte.
L'inconvénient est que ce service ne gère pas l'utilisation de comptes multiples. On préférera dans ce cas l'usage du logiciel Adam, de la société Adamation, ou bien le produit Mail-it de BeatWare.
Installé tel quel, surtout en pré-version, BeOs n'assure pas vraiment côté look and feel. Nous allons jeter un œil sous les jupons du système pour le rendre plus conforme à nos goûts.
Enjoliver la carrosserie Modifier la résolution de l'écran est très simple. L'icône Screen est là pour ça. Vous ajusterez ainsi la taille, le nombre de couleurs, la fréquence d'affichage. Et devinez quoi ? Sans redémarrer... Les paramètres d'affichage sont liés à l'écran en cours. Il est donc possible d'avoir autant de mode d'affichage que d'écrans virtuels. Les écran virtuels sont activés en lançant l'icône Workspaces, toujours dans le dossier Preferences. Nous passerons sur l'installation de l'imprimante. Signalons juste que sont reconnues les imprimantes compatibles Hp pci3 laserjet
et Apple laserwriter (mais accessible uniquement par réseau AppleTalk).
Voilà, c'est à peu près tout ce que vous pouvez espérer, dans la version actuelle du système, pour une configuration complète via les outils standards. Ceux qui détestent la couleur jaune des barres de titre devront patienter pour en changer.
Un joli fond.
Pour beaucoup, l'impossibilité de mettre une image de fond sur le bureau relève d'un grave manquement aux us et coutumes d'un Os digne de ce nom. BeOs est, pour l'instant, affublé de cette tare mais une astuce va nous permettre de la surmonter.
Voyons, quel outil de base permet l'affichage d'images au format Gif ? Réponse : le navigateur NetPositive. Quelle méthode utiliser ? Réponse : la technologie des répliquants. La manipulation consiste à double cliquer sur l'image choisie et automatiquement le navigateur l'ouvrira. Il ne reste qu'à répliquer NetPositive sur le bureau en le tirant pas la petite menotte sur le coin en bas à gauche (vous devez auparavant demander l'affichage des répliquants depuis le menu Show replicants de la DeskBar). Le tout est maintenant intégré. Votre image de fond s'affichera en permanence. Le
navigateur étant peu gourmand en ressources, cette solution est acceptable... en attendant mieux. Pour supprimer un répliquant, appuyez sur les touches Ctrl-pomme en cliquant sur la petite menotte.
Wallpaper, un gestionnaire de fond d'écran Trucs et astuces Parlons un peu des Queries. Kezako ? Ce sont des objets résultant de l'utilisation du Find présent dans chaque menu File et depuis la DeskBar. C'est bien plus qu'une simple fonction de recherche de fichiers.
Find permet une recherche poussée en fonction du type de fichier. Démonstration par l'exemple. Pour notre grand malheur, les lecteurs de courriers électroniques actuellement disponibles ne contiennent pas de fonctions de filtrage (sauf Mail-it qui semble faire exception mais nous ne l'avons pas encore Wallpaper Wallpaper setup X Enable Tracker Walpaper Image: Horizontal.
Brov njpeg Center | TU» | Load and dither image» ae needed ][ Gestion en gestation.
Testé). No problemo, voici la solution : phase 1, ouvrez une nouvelle requête en cliquant sur Find dans le menu de la DeskBar. Phase 2, choisissez le type de fichier correspondant à votre recherche ; ici nous prendrons le type E-mail. Sélectionnez ensuite le genre de critère lié à votre recherche. Puisque notre ambition est de nous construire un filtre pour les messages du courrier électronique, le critère à choisir est l'attribut d'un e-mail (lu, non lu, expéditeur, sujet, etc.). Phase 3, en choisissant Attribut, vous pouvez renseigner vos critères de filtrage et déclencher la recherche. Le
résultat s'affichera à l'écran et la requête elle-même (et non pas le résultat) sera stockée sur le disque dur dans le répertoire home que- ries. Modifiez son nom pour qu'elle soit aisément identifiable et double cliquez dessus pour la relancer autant de fois que vous en aurez l'utilité. Ce petit exemple démontre la richesse des Queries et plus généralement le haut degré d'intégration des éléments constituant BeOs.
Les finitions Duk Mount Settings 3: Thu. J»n 01 1970 1200:00 AM S»t Nov 01 1997 03.4201 PM WoO. Dm 10 1997. 0994 14 PM Tu*. Nov 28 1997. «0112 PM Vous aimez que votre système lance automatiquement vos applications préférées dès le démarrage ? Editez alors le fichier UserBootScript situé dans le répertoire boot home config boot. Ajoutez-y, par exemple, la ligne suivante : boot beos apps Clock & Celle-ci lancera automatiquement l'horloge (Clock dans le répertoire boot beos apps) à chaque démarrage. Pour enrichir notre bel écran de nouvelles polices de caractères, il suffit de récupérer des
polices TrueType au format Pc et de les copier dans le répertoire boot home config fonts ttfonts. Souriez, voici la dernière astuce. Certains n'aiment pas encombrer leur bureau. Heureusement, avoir un bureau vide tout en voulant accéder rapidement à ses dossiers et programmes est tout à fait possible sur BeOs. Premièrement vous pouvez ajoutez n'importe quel dossier dans le menu de DeskBar en le plaçant dans le répertoire boot home config be. Ensuite, l'excellent logiciel LaunchPad de Hiromasa Kato : (http: www.eng.iastate.edu ~hiro BeOS.ht
ml) pourra afficher un dock flottant (vertical ou horizontal) sur
le bureau. Glissez dessus applications et dossiers. Et tel le
professeur Shandra retrouvant Hal9000 neuf ans après, vous
pourrez afficher une mine de satisfaction devant le travail
accompli et le résultat final.
Nous avons tous envie de travailler avec un système sympathique, obéissant et beau. Avec BeOS, en laissant de côté la partie système pure, les rapports charnels ne sont pas réellement encore possibles.
Nous avons pu cependant agrémenter un tant soit peu l'environnement. Laissons-le mûrir encore quelques mois.
Christophe Morvant wahpast@argyro.net Duncan wilcox nous offre un gestionnaire de fond d'écran remplaçant irrémédiablement notre manipulation de NetPositive. Wallpaper
(VI. 0) se présente simplement sous la forme d'un tableau de
bord. Il vous permet de mettre en fond d'écran des images à
des formats divers (jpg, Gif, etc.) et à des positions
différentes (centrées, à la taille de l'écran etc.). Cet
utilitaire est gratuit et disponible sur le site :
http: www.mclink.it personal MC2 7 99 Emacs a la
réputation d'être aussi puissant que compliqué à utiliser,
la plupart de ses commandes au clavier paraissant obscures
et difficiles à mémoriser. On pourrait se dire qu'il
suffit de se restreindre aux commandes des menus (ouf ! Il y
en a !), mais ce n'est que partiellement vrai. Par
exemple, un administrateur est souvent obligé d'intervenir
à distance sur une machine avec un simple émulateur de
terminal, sans X-window. La connaissance des raccourcis
clavier est alors nécessaire. Par ailleurs, ceux-ci consti
tuent un standard de fait dans le monde Unix et on les
retrouve dans de nombreux autres logiciels.
Notations Les commandes d'Emacs utilisent deux touches spéciales : la touche Contrôle (notée C) et la touche Meta, notée M. Cette dernière correspond sur nos claviers à la touche Esc. Il faut savoir que Ctrl s'utilise toujours en même temps qu'une autre File Edtt Apps Options Buflers Tools Top • * Bot faaLMAsmt s m Type C hC wto refer to the GPL Version 2, dated June 1991, for full détails.
You may give oui copies of Xemacs; type C h C I to see the conditions.
Type C h C ri for information on getting the latesl version.
Type fl for help; C k u to undo changes. ('C-' means use the CTRL key.)
To get out of Xemacs, type M xs»ve buffers Mil eimacs Type C h t for a tutorial on using Xemacs.
Type C h I to enter Info, which you can use to read documentation.
F or tips and arsr'trs to fremiently askeri questions. See the Xemacs FAQ.
(Ifs or the Help menu. Or type C h F fa capital F!|.Ji
- XEmacs: *scratch* (Llsp interaction) Ail-----------------
Loading - aemacs-options . Done Emacs, le chef-d'œuvre des
éditeurs.
Touche et Meta toujours avant une autre touche. Ainsi, C-g signifie "appuyer en même temps sur Ctrl et g", tandis que M-q veut dire "appuyer sur Esc, puis sur q". Les commandes sont souvent chaînées : "C-h t" signifie "appuyer sur Ctrl et h en même temps, puis sur t". Il faut garder cela à l'esprit car c'est sous cette forme que les commandes apparaissent, par exemple, dans les menus. Apprenons tout de suite une première commande : C-g. C'est l'échappatoire, à utiliser pour annuler une opération ou lorsque l'on ne sait plus quoi faire.
L'édition Partant du principe qu'Emocs est avant tout destiné aux pros et que chacun sait utiliser un éditeur, nous nous intéresserons principalement aux fonctions évoluées.
L'édition proprement dite sous Emacs marche comme sous n'importe quel éditeur de base : on se déplace et on tape ou on efface du texte normalement, sans modes ni commandes spéciales à la Vi. M- g (comme Goto) permet de se rendre directement à une ligne quelconque, tandis que C-x w (comme Which line ?) Donne le numéro de la ligne où se trouve le curseur. Les commandes de couper copier coller sont extrêmement sophistiquées sous Emacs mais, dans la pratique, on utilise le plus souvent C-k (pour copier dans le presse-papiers tout le texte qui se trouve entre le curseur et la fin de la
ligne) et C-y (pour coller le contenu du presse- papiers).
Recherche et remplacement Les commandes C-s (comme Search) et C-r (comme Reverse) lancent respectivement une recherche vers l'avant et vers l'arrière à partir du curseur.
La première fois, Emacs demande d'entrer la chaîne cherchée, puis chaque nouvel appui sur C-s ou C-r cherche l'occurrence suivante. Pour faire une nouvelle recherche, on doit "sortir" par C-g.
Comme on s'en doute, Emacs peut faire également des recherches d'expressions régulières. On lance une telle recherche par C-M-s (appuyer sur Ctrl, Escape et s en même temps) ou C-M-r. Il existe de la même manière deux fonctions de remplacement : le remplacement simple (M-%) et le remplacement d'expressions régulières, qui n'est affecté par défaut à aucune combinaison de touches. Pour l'invoquer, il faudra soit passer par les menus déroulants, soit appeler la fonction par son nom (taper M-x replace-regexp).
Après Sed et Vi, le troisième volet de la trilogie des éditeurs de texte se nomme Emacs. Il fait tout ce que fait n 'importe quel autre éditeur; et encore beaucoup, beaucoup plus.
Logiciel Comment marche Emacs ?
Les buffers et les fichiers Emacs peut travailler en même temps sur plusieurs fichiers, appelés buffers. Au lancements, le buffer *scratch* est créé par défaut ; il s'agit d'un document vierge.
Pour ouvrir un nouveau buffer, on utilise la commande C-x C-f (comme File) qui charge un nouveau fichier (ou qui crée un fichier s'il n'existe pas). On peut alors basculer entre les différents buffers à l'aide de C-x b (comme Buffer). Pour sauvegarder un buffer, on fait C-x C-s (comme Save), ou C-x C-w si on veut lui donner un nouveau nom. Ce ne sont que les commandes les plus basiques, car la gestion des buffers dans Emacs pourrait faire à elle seule l'objet d'un dossier de dix pages ! En revanche, il faut savoir que le presse-papiers est commun à tous les buffers ; ainsi, un texte
coupé dans un buffer peut être collé dans PARADISE Bibliographie Emacs tutorial, accessible depuis Emacs par C-h t : un petit voyage initiatique à travers Emacs.Www.xemacs.org : toutes les informations techniques dont on peut avoir besoin !
Learning gnu emacs (0'Reilly) : l'un des meilleurs ouvrages sur Emacs, pour le néophyte aussi bien que pour le power user.Introduction à Cnu emacs (0'Reilly) : le même, traduit en français. Writing gnu emacs extensions (0'Reilly) : un guide rapide et condensé de la programmation en Emacs lisp. (Nb : ces trois ouvrages sont également valables pour Xemacs).
Un autre (logique).
Les modes A chaque buffer est associé un mode d'édition. Dans le mode Fundamental (celui par défaut), Emacs se comporte comme tout éditeur de texte ordinaire. Les autres modes sont dérivés de Fundamental et l'enrichissent par de nouvelles possibilités de présentation et d'édition. Il existe en particulier des modes pour tous les langages de programmation courants (Java-mode, C++-mode, Html- mode, etc.) qui facilitent la vie aux programmeurs en proposant des menus contextuels adaptés au langage et différentes polices et couleurs pour mettre en valeur les listings.
Lorsque l'on charge un fichier, Emacs passe automatiquement dans le mode approprié pour l'éditer, mais il est aussi possible de changer de mode en cours d'édition, en tapant M-x suivi du nom du mode (par exemple M-x c-mode). Un mode très intéressant est le lisp-interaction-mode, lequel fournit un accès direct à la machine Lisp qui est au cœur d'Emacs (désolé, mais pour tout renseignement concernant Visual basic, adressez- vous à notre spécialiste Guillaume Girard).
Accès au Shell La commande M-! Permet d'exécuter une commande Shell depuis Emacs. Le résultat est alors récupéré dans un nouveau buffer.
Essayez par exemple M-! Is : un buffer est créé, contenant la liste des fichiers du répertoire courant. C'est pratique, mais il y a mieux : le mode terminal-emulator permet de faire tourner n'importe quel programme (y compris le shell lui-même) au sein d'un buffer Emacs. Enfin, le mode telnet ouvre dans un buffer une connexion Telnet à une machine locale ou distante. Tout ceci pour dire qu'une fois Emacs lancé, on n'a plus jamais besoin d'en sortir. Voici tout de même la commande pour quitter Emacs, (on ne sait jamais) : C-x C-c.
En pratique... Toutes les distributions de Linux propo- Dream prof
• Gnu Emacs et Xemacs Gnu emacs est le "vrai” Emacs, écrit par
Richard Stallman. Xemacs est le descendant de Lucid emacsy
lui-même dérivé d'une ancienne version de Gnu emacs. Ils sont
en concurrence et chacun a ses adeptes et ses détracteurs.
Le langage Lisp reposant sur la théorie du lambda-calcul y est le langage le plus simple et le plus puissant qui soit. On l'utilise pour l'intelligence artificielle, le développement de compilateurs, les bases de données, etc. C'est en fait une famille de langages, dont les plus connus sont Common lisp, Le lisp de l'inria et Scheme. Que veut dire Emacs?
Historiquement, Emacs signifie "Editor macrocommands", mais il existe aussi une superbe définition récursive : "Emacs makes any computer slow ". D'autres mauvaises langues y voient l'abréviation de "Escape-meta-alt-ctrl-shift" sent Gnu emacs et ou Xemacs (celui-ci privilégie l'interface utilisateur : barres d'icônes, multimédia, Internet à gogo, menus popup, drag'n'drop...). Les Unixiens avancés préfèrent généralement Gnu emacs, dont l'interface très austère risque d'effrayer les novices. A noter que ce que nous avons vu ici est valable pour les deux versions.
Ce n'est que le début Vous pouvez maintenant vous servir d'Emacs sans crainte et on vous promet qu'après vous y être habitué, vous ne voudrez plus entendre parler d'un autre éditeur. Cet article avait pour but d'initier les débutants à l'utilisation d'Emacs, mais ce ne sera sûrement pas la dernière fois qu'on en parle dans Dream.
Jakub Zimmerman
* *m 11» tdH *% *¦ D»nwt luis Top « . » Bol Hw ülifflEBâ® 5
Vç jor import (ava.au te vent* import lavauül * import
iava.iang e ect *.
Import javaJo.*; import expression*; class loadtafed extends CetContents privât c Vnrtg name.
Public LoadFailedfStnng req. String name) ( supertreq). Thtsname-namc } public doutée eval(' throws EvatëLxcepbon ; throur new Eva£xception("
0. ...V*! ‘?name).J public String getStringValueO throws
EvaSException throw new Eva£ xeption('* ¦?namer } class
¦ oreadCetTypetoodei extends CjassUoadec prtvate Hashlable
toadedClasses; prtvate Class constructorPrototypeQ; public
JspreadCeUTypeLoaderf) throws OassNotFoundExcepaon
loadedClasses-rtew HasNable( ).
ConstructorPrototype-new Oass(3], constructorPrototypefO]- CjassJorNamef c -, -« • or* o s ; *k ajnstnxayPrototypepj-Class-lofNameC., -• e *); conçtwctorPrototype[2)-ClassJcxNamer - ') public syncttrofiizea Ciass loadClassi Stnng name. üoohsn calResoh eClass) I ws OassNotf oundExcepbon 5S c-(CJass) toaoedClasses.get(name) Wr.-n.iat
- XEmacs: SpreadsheeUava (java ¦ ¦ ) Top------ Font
-*-Helvetica-Medium-R-*-*-*-i iO-IOO-iOO-*-*-IS08858-i Les
commandes en gras.
R i e I Amiga 1300 Tï .3389 F i Amiga 1300 ti+ -.3999 F ( indus un scandoubler interne ) Amiga 1400 T1 .. 4949 F Amiga 1500 71 .6389 F Tower Infinitiv Zorro II -..2290 F Clavier Win95 +adaptateur..H39 F Bus Zorro II Micronik ......1490 F Bus Zorro III Micronik .....3189 F Extension 5.25 ..290 F Extension 3.5 interne- 90 F Adapateur 2 disks intemes..-229 F Adaptateur Pcmda. .....245 F Alimentation interne 230W.....449 F Ledeur disks HD 590 F Tower A4000 +
Zlll ..-2790 F ( 7 Zlll, 5 POIS A, 2 Slot vidéo ) , Moniteur 15' Smile ? ...1990 F Moniteur 17 Smile ... 3590 Scandoubler A1200T A4000..599 F Rack extractible IDE ..109 F Disque dur IDE 3.5, 2.1 go..1390 F Lecteur cd-rom ATAPI x 24....650 F 16 mo simms 32 bits 60ns.... 270 F 32 mo simms 32 bits 60ns 590 F Souris et tapis Frog design...145 F Digitaliseur Megalosound 350 F Modem numéris externe 1790 F Modem numéris rtc ext 2690 F eux Brain damnage pinball 215 F Flying hight .....199 F Flying hight datas disks 85 F Jet pilot
..„..«3...229 F Master axe : ...159 F £ 375 F Myst .. Nemac IV., OnEscapee ..279 f Shadow of the 3rd moon.287 F Stranglers .....229 F Street racer .159 F Trapped 2 cd ...199 F Imimate Gloom cd ......159 F Wendetta 2175 cd......&....179 F Kl
- rom 17 bit level 6 . 115 F Aga experience
vol3 ..135 F Aminet 20, 21 ou 22...... 85 F Aminet set
5 ....219 F Amimes babes SE .....175 F
Assembly cd, 3rd phase....70 F Dpaint 5 cd .219 F Giga
graphie set .149 F Golde a demos ......-95 F
Ma$ Èwb enhancer ; 99 F Magic
pubtfsher ...179 F ithol tic c Rhs erotic
collection 89 F Scala plug-in - .,....249 F Texture cd
vol1 .145 F Turbocalc 5.01 .590 F
Ultimate blitz basic ......219 F Nombreux périphériques, jeux
et cd-rom dispos Nous contacter!
Frais de port logiciels 35 F frais de port matériel 80 F frais de port tour, écran 100F rsôftwarë Paradfsën ; jC-A du BAB !39 Rte de Lamouly I64600 ANGLET Système Comment faire fonctionner les vieux logiciels sous RiscOs ?
Malgré tout, il arrive que certains produits refusent quand même de fonctionner. Cela peut avoir trois causes. Il peut s'agir d'un problème avec le code, le système ou le matériel.
Souvent le problème n'est pas soluble... de prime abord ! La première chose est de s'assurer que le logiciel n'est pas juste incompatible avec un module chargé en mémoire. Pour cela, il suffit de démarrer la machine en pressant la touche Shift, ce qui empêche le Boot de s'exécuter. On se retrouve ainsi avec une configuration propre. Dans le cas plus particulier d'une démo, il se peut que celle-ci utilise un mode d'affichage particulier. Pas de problème : il suffit donc de déposer le fichier de définition des modes graphiques sur l'icône en forme de moniteur, histoire d'intégrer ses modes
au système. Si ces précautions ne suffisent pas, tout n'est pas encore perdu... La compatibilité entre les diverses machines de la gamme Acorn est très bonne. Ainsi, il n'est pas rare de faire fonctionner des logiciels vieux d'une dizaine d'années sur un RiscPc avec StrongArm.
Le code Le microprocesseur Arm a subi de nombreuses modifications au fur et à mesure de ses différentes générations. L'Arm 2 n'avait pas de cache, l'Arm 6 a introduit un Pipeline, le StrongArm dispose d'un cache dissocié en plus de nouvelles instructions... Ainsi, il arrive que du code programmé pour un processeur particulier refuse de fonctionner sur un autre. Notamment au cours de la séquence de démarrage d'un logiciel, dans laquelle il est habituel de trouver une série de tests concernant le hardware. Ce genre de test est sous la forme d'un RMEnsure UtilityModule No de versionx II suffit
simplement de supprimer cette ligne pour enlever le test qui pose problème.
Le StrongArm, avec ses instructions pas toujours standards, est celui qui pose le plus de problèmes. Heureusement, un logiciel comme StronCuard, distribué par le Clan, pourra être fort utile.
De même, le cache dissocié engendre un certains nombre d'incompatibilités. La commande *Cache off ou, une fois encore, l'utilisation de StrongCache résoudront immédiatement ce problème.
Souvent, une démo provoque un plantage à cause de l'un des modules qu'elle utilise, tel Memalloc, Pm, Abclib ou encore Fpemulator. Le bon réflexe est donc de remplacer tous ces modules par des versions plus récentes.
Le système Avec les anciennes versions de RiscOs, l'allocation de la mémoire était un exercice assez difficile, d'autant plus que les premières machines ne disposaient souvent que de 1 ou 2 Mo de mémoire. Pour compenser, le module Memalloc avait alors pour tâche de réserver des blocs de mémoire. Ce module est maintenant bien trop vieux pour rester compatible avec les systèmes récents. Il faut donc soit le remplacer par une version plus récente, soit substituer à ses commandes des ChangeDynAMIGArea - Type Taille . Le plus simple est de noter ce que Memalloc réserve comme mémoire, puis
de désactiver les lignes correspondantes (avec le caractère e) et enfin d'allouer soi-même la mémoire en utilisant le gestionnaire de tâches.
Les vieux logiciels utilisaient couramment les Sprites système, une méthode d'affichage désormais désuète. La solution pour qu'ils continuent à fonctionner est de réserver de la mémoire dans la catégorie "System sprites".
Par ailleurs, il se peut que le logiciel affiche un message signifiant que la mémoire est insuffisante. Beaucoup de programmes semblent avoir besoin de plus de mémoire Démo Fizz.
Pour fonctionner avec les systèmes récents.
Il suffit de remplacer la commande Wimpslot -min taille -max taille par une autre faisant apparaître des valeurs plus élevées.
Les modes d'écran sont aussi un écueil.
Certains logiciels demandent de fixer le mode à la main, ce qu'on peut faire avec la commande Mode dans le menu du Display manager. Les modes utilisent l'ancienne numérotation ; on ne trouve donc pas de X taille , Y taille et C nombre , mais plutôt un numéro unique qui correspond au mode (15, 32...). En général, le logiciel est assez courtois pour indiquer quel numéro il faut utiliser.
Sur Archimèdes, les modes étaient définis à travers des modules qu'il ne faut plus utiliser. Cependant, si le mode est spécifique, il faudra s'assurer que celui-ci apparaît bien dans la liste des définitions de modes.
Certains logiciels proposent aussi de quitter le bureau. Ce n'est qu'un demi problème, dans le sens où cela ne fonctionne plus guère, le logiciel rendant souvent la main au Wimp.
Une application peut ne pas trouver ses ressources. Elle affiche alors un message laconique, du genre File xxx not found.
Dans la mesure où le dossier de l'application a bien été défini, soit par une variable d'environnement, soit par un Dir Obey$ Dir (qui fixe le dossier par défaut comme étant celui de l'application), il faudra essayer de mettre l'application sur la racine du disque dur. Eh oui, à l'époque ou les gens utilisaient surtout des disquettes, il n'était pas rare que les applications ne soient conçues que pour fonctionner à partir de la racine.
Enfin, certains logiciels doivent être évités, tels ceux qui modifient votre Boot et redémarrent la machine. C'est souvent périlleux, alors autant avoir une sauvegarde de son Boot et du contenu de la Cmos.
En cas de problème, l'appui sur la touche "Delete" à l'allumage de la machine permettra de revenir à la configuration usine.
Le matériel Le matériel aussi peut être la source de divers plantages. Il n'y a souvent rien à faire, si ce n'est vérifier que tout est bien configuré. Notamment en ce qui concerne le son, dont on peut voir le status avec la commande *Status. Si le son n'est pas en 8 bits, il faudra entrer la commande
* Configure SoundSystem 8bit et redémarrer la machine. Le
récent Vidc20 (qui gère le son et la vidéo) est beaucoup plus
performant que l'ancestral Vidcla. Mais ce gain de
performances se paye malheureusement par quelques
incompatibilités malheureusement insolubles.
Dernier point, la vitesse. Les vieux vont souvent trop vite. Pour remédier à cela, l'utilitaire Vsyncx2 permet de ralentir la machine. Il est également possible de déconnecter le cache avec la commande
* Cache off.
Quitter un logiciel Les logiciels qui fonctionnent en mode monotâche font souvent des difficultés lorsqu'il s'agit de rendre la main. Le plus simple est d'essayer les raccourcis classiques : Q, Ctrl + Esc, FI 2 ou Alt+Break. Alt+Break est une manière un peu violente de quitter une application mais tout de même très efficace. De plus, un Alt+Break suivi de quelques pressions sur la touche Enter permet de quitter un logiciel particulièrement récalcitrant. Il se peut que cette méthode ne rende pas un système très propre.
Le cas d'un son qui reste bloqué sur une note, même après avoir quitté un logiciel, est particulièrement agaçant.
Heureusement, l'utilitaire ResetSound+ arrêtera tout bruit disgracieux, mais le son ne fonctionnera probablement plus avant le prochain démarrage. Pire, il arrive que la musique toute entière continue d'être jouée. Pour arranger cela, la commande
* Modules permettra de voir la liste des modules dans l'ordre de
chargement. On pourra dès lors reconnaître la présence de
modules aux formats TrackerModule, DsymphonyPlayer ou
CoconizerPlayer.
Pourvue de cette information, la commande *RMkill Nom du module arrêtera dans l'instant la musique.
Une démo se finit parfois par un prompt du genre " ". Cela signifie que vous êtes dans le Basic ! La commande QUIT (en majuscules) permettra de le quitter.
Un bon suivi du monde Acorn Pour être rassurant, il faut préciser que la généralité veut que la plupart des logiciels fonctionnent sur les machines récentes. Dans le cas d'un logiciel qui, malgré tout, ne voudrait absolument pas se lancer, rien ne vous empêche de contacter directement l'auteur, lequel se montre souvent très ouvert. C'est l'une des particularités du monde Acorn : les logiciels y sont particulièrement bien suivis et l'update, même d'un très vieux jeu ou d'une démo, est quelque chose de très courant.
David Feugey Comment exécuter des applications Dos sous Linux ?
Linux est depuis longtemps la plate-forme idéale au développement d'émulateurs : Uae, Snes9x, StonX et autres y ont fait leurs premières armes. Parmi ceux-là, DosEmu se détache du lot : il permet d'exécuter des applications Dos sous Linux.
!DHS£MU MOMC PvvGàt Th» Ogly Duokltng ot Linux DO*bu for pot aulx Ion. IM u • Llnul application th.t «naDIM th. Llnul 0* to run Mny rr« progrMM mcludlnp km DPMI n* Llnul II a Mmrful, "ünli-lll®' ItMMM Dparitlng tyitaa- Por acra in" " .format Ion vlllt La page officielle de Dosemu.
Le projet Dosemu a débuté dès les premières versions de Linux.
Constatant que ce dernier manquait cruellement d'applications, un groupe de fanatiques - dont Linus Torvards - diffuse dès 1994 la version 0.4 d'un émulateur Dos sur lequel fonctionnent bon nombre d'applications Ms Dos standard.
Contrairement à son confrère Wine (l'émulateur Windows), Dosemu a très rapidement progressé durant ces trois dernières années : il permet désormais de faire tourner Windows 3.1 aussi bien en mode console que sous X. A noter que l'évolution du développement s'est quelque peu ralentie ces derniers mois. Mais c'est normal : l'actuelle version 0.67.xx est déjà pleinement fonctionnelle.
Comment ça marche ?
Le lancement de Dosemu s'opère comme un reboot de la machine : après avoir tapé la commande Dos, on retrouve l'écran de démarrage de l'ordinateur (mais Linux tourne toujours derrière) qui débouche quelques instants plus tard sur un grandiose "Démarrage de MS-Dos...". Tout se passe comme sur le vrai, tout y est, du fabuleux autoexec.bat jusqu'aux indispensables Format, Fdisk et Edit. La mise en place d'un Ms Dos opérationnel n'est donc pas plus compliquée que sur une partition Dos native. Restent à donner les chemins, créer quelques fichiers .Bat et installer ses logiciels favoris.
Attention cependant, le filesystem Linux est visible et éventuellement modifiable depuis Dosemu.
Attention, donc, à ne pas lancer Dosemu en tant que root ! On ne sait jamais : la vilaine gestion des fichiers sous Dos aurait tôt fait de mettre la pagaille dans les noms longs de Linux... Après quelques manipulations ad'hoc, nous pouvons admirer un 3D Studio ne souffrant que d'un très léger ralentissement d'affichage (le calcul des rendus prend une ou deux secondes de plus) et même défier d'autres joueurs à un Duke nukem 3D en réseau ! La seule différence avec un Pc directement sous Ms Dos est que le Dos est juste une tâche parmi tant d'autres sous Linux : un simple Alt-Fl (ou F2, etc.) et
hop ! On switche automatiquement sur une autre console. Bien évidemment, la quasi totalité des applications exécutables depuis Dosemu en mode console l'est aussi à partir de Xdos, la version fenê- trée pour X-window de cet émulateur.
A noter que Dosemu ne fonctionne évidemment que sous Linux x86. En effet, le logiciel n'émule que le système d'exploitation de Microsoft et pas le hardware d'un Pc : aucune chance, donc, d'émuler de la sorte un Pc sous Linux m68k.
Installation de Dosemu Dosemu, comme la plupart des outils Linux, est disponible sous trois formats : rpm, deb et tgz. Il va sans dire que les versions rpm et deb sont autrement plus simples à mettre en place que le package source tgz. Nous prendrons comme exemple l'installation du package rpm, ce dernier étant le plus récent. Comme d'habitude, un simple "rpm -ivh dosemu-0.67.xx-x.i386.rpm" suffit à la mise en place du logiciel. Vient ensuite une phase plus critique : la configuration de Dosemu. Si les versions
0. 66.xx étaient relativement simples à mettre en place, le
facteur sécurité a jeté un sérieux désordre dans le fichier
etc dosemu.conf, fichier principal de configuration. Aussi,
il est préférable de sauvegarder précieusement le fichier
original et d'en réécrire un flambant neuf en fonction des
conseils qui vont suivre. Il est important de préciser que
cette configuration ne bénéficie d'aucune sûreté, si ce
n'est l'interdiction totale pour un utilisateur lambda de
lancer Dosemu. La première étape consiste donc à éditer le
fichier etc dosemu.users pour y rajouter l'utilisateur
courant de la machine. Cela se précise comme suit : dieu c_all
l'utilisateur dieu a accès à la totalité de C: Aucun autre
utilisateur, à part root, n'aura ainsi le droit d'utiliser
Dosemu. Vient ensuite l'édition du fichier etc dosemu.conf
: Linux DOS enulator 0.60.3 $ Date: 1995 0S 06 16:25:30 $ Last
configurai at Ued Jun 20 14:23:23 19% ion DrJES. Linux 1.2.10
«15 Hun Jun 26 22:18:36 ADT 19% Fatches 8 New Code to liiHix
-nsdosOuger.rutgers.edu DpflI Seruer Uersion 0.9 installed
ptarting US DUS... (Linux Pile Systenl driue D: is directory
usr doslx [Linux File System! Driue E: is directory usr dos
(Linux File System! Driue F: is directory usr dosZ Idoscmu
OSOpll EUS 4.0 driucr installed] "UcIcône to dosemu 0.60!"
K: interruption update- TERMINATE The final terminal program uersion 4 Copyright (c) 1992,% by Strathrory Systems Limited. AU Rights Reserued | Change configuration | Serren and colors Commun ications setup Genern I opt ions Tmjgles Distributed by Internet Uia Genesis hope you ni 11 f ind the system useful and continue to use lt in the future... Please upgrade to the PROFESSIOHA r ilenanes and paths Protocol options Emu la t inn keybonrd setup Host settings Logiu strings scripts Users IEIISI Secur ity Point system Cost nandgenent Fax conf igurat iun Registration info Our distribution
tean: Richard J. Cooper USA inn Patata BÜÜE9B Dosemu lance sans problèmes les applications Dos.
It prefix sufflx, rc dial detny. Long Distante carrier Par convention on mettra un double dièse pour les commentaires dosdebug off } pour les développeurs dosbanner on Bannière de démarrage timint on horloge terminal charset latin freq 4 color on } Type de terminal, avec taux rafraîchissement ( ici 5 images secondes ) X updatefreq 8 title "DOS in a BOX" icon_name "xdos" } Propriétés pour Dosemu en mode fenêtré matheo on Coprocesseur arithmétique : on off epu 80586 Type de processeur 80[345]86 xms 16000 Mémoire XMS ems 2048 Mémoire EMS dosmem 2048
Mémoire conventionnelle keyboard layout fr-latinl key- bint on rawkeyboard off } serial corn 1 device dev cuaO } serial mouse corn 2 device dev cual } ttylocks directory var lock namestub LCK.. } video vga console graphies chipset s3 memsize 4096 } sound_emu sb_base 0x220 sb_irq 5 sb_dma 1 sb_dsp dev audio sb_mixer dev mixer mpu_base 0x330 } dpmi 16000 Gestion de la mémoire protégée speaker native Haut parleur ipxsupport off Support du protocole IPX, "on" ou "off" printer options "%s" command "lpr" timeout 20 } Commande d'impression bootA disk image
" var lib dosemu hdi- mage" } floppy device dev fdO threeinch } Déclaration du lecteur de disquettes irqpassing off Inhibition du contrôle d'IRQ On remarque à la ligne "dosmem" que Dosemu peut allouer bien plus que les 640 k mythiques de mémoire conventionnelle.
Cela peut prêter à sourire quand on connaît les déboires de la communauté Pc-iste à grappiller des octets pour faire enfin fonctionner leur jeu favori !
A la ligne "keyboard", on définit l'interruption et l'optimisation du clavier pour les applications Dos ; mieux vaut laisser cette dernière option à "off". Petit rappel concernant les lignes "serial" : Coml (sous Dos) équivaut à dev cuaO et Com2 à dev cua1. La ligne "ttyclock" définit un fichier de blocage dans le cas d'un éventuel plantage. La ligne "video" déclare la carte graphique utilisée, avec son chipset et sa mémoire. La ligne "sound_emu" ini- tialise la carte sonore. Attention, cette partie de Dosemu, aux dires des auteurs, est le parent pauvre du logiciel. L'émulation, quand
elle se fait, n'est pas d'une grande qualité et ralentit quelque peu les accès d'une manière générale. Il sera donc préférable, dans nos premiers tests, d'utiliser la ligne : "sound_emu off" qui inhibe l'émulation sonore, d'ailleurs uniquement de type SoundBlaster pour le moment. La ligne "bootA" active le boot sur un lecteur de disquettes ; lorsque Dosemu sera installé et opérationnel, on pourra la changer en "BootC", ce qui équivaut à la séquence "C, A" dans les paramètres du Bios. Enfin, la première ligne "disk" est très importante ; elle définit un disque virtuel matérialisé par un
fichier (hdimage) qui correspond au disque C:. C'est dans ce disque que se trouvent les programmes Dos de base pour Dosemu. Si l'on possède un autre disque, réel celui là, auquel on veut accéder depuis Dosemu, il faudra rajouter une ligne du type : "disk partition " dev hda6" readonly }".
Dans celle-ci, " dev hda6" correspond à la partition à laquelle accéder (en lecture- seule, ici). Ne pas oublier que la partition Linux est visible et accessible depuis Dosemu. Il est donc tout a fait possible de créer un réper- toire dosemu dans lequel on pourra construire une arborescence Dos standard.
Installation du Dos Reste maintenant la phase la moins critique de l'installation. Il est impératif de posséder une disquette comportant le système Dos (quel qu'il soit) pour pouvoir mettre en place l'émulateur. Il suffit alors d'insérer une disquette Dos amorçable dans le lecteur puis de lancer Dosemu par la commande : dos -a Ce qui aura pour effet de démarrer Dosemu sur la disquette d'amorçage. Une fois sous Dosemu, la première chose à taper est : fdisk mbr Pas de panique, la conséquence de cette commande n'est que de rendre le disque virtuel C: "bootable". Ne perdons pas de vue que
Linux tourne toujours en tache de fond ; un simple Alt-f2 nous en convaincra. Reste ensuite à mettre en place le Dos de la manière habituelle : Autoexec.bat, Config.sys, binaires, utilitaires de base et... les jeux ! A ce sujet, plusieurs jeux ne fonctionnent pas et ne fonctionneront jamais ; c'est une conséquence du mode protégé dont notre Linux ne saurait se défaire. Les dernières versions ainsi que toutes les informations sont à l'adresse "http: www.suse.com ~dose- mu ", le site officiel de Dosemu.
Emile Heitor eheitor@cie. Fr r 1 que • Cil y l a L !
Système S'®' Comment exécuter des applications Tos sous Linux 68 k ?
• cd .. acc2htal
• la acc3rt»l.c acc2htal.pdb scc2htnl.ttp cstal.txt sortie.ht»
accühtal.o acc2hUil.prj accent.txt catalogu.azt test, ht» a tos
acc2htal.ttf Jsage: set2ht»1 flc_in flc.oxt ffpuyer sur
ratim a toi acc2ht»l.ttp acent.txt srti.ht» I«possible
d'ouurir acent.txt rr sir retim a ta» «x2ht»l.ttp acccnt.txt
sortie.hu I A l'instar de Linux x86, Linux 68 k possède
également un émulateur lui permettant d'exécuter les
applications originellement prévues pour la machine. En
l'occurrence, les applications Tos pour Atari.
La question la plus fréquente des nouveaux utilisateurs de Linux sur Atari est : "Linux c'est bien, mais est-ce que je peux faire tourner mes anciens programmes Atari ?". Voici la réponse à cette angoissante question.
Le système Le système de l'Atari s'appuie sur trois couches : le Tos (lui-même découpé en Bios, Xbios et GemDos), et les parties graphiques Aes et Vdi. Pour l'émulation sous Linux, c'est exactement la même chose : on se retrouve avec trois modules différents pour chaque couche du système. Le projet global d'émulation est Osis et les sous-couches s'appelent oTosis, oVdisis et oAesis. L'émulateur étant toujours en phase de développement, il n'existe pas de version binaire de celui-ci, mais seulement des versions sources qu'il faudra recompiler systématiquement. Pour faire fonctionner
l'émulateur, il faudra donc récupérer les trois archives des trois modules (présents sur le CD de ce mois-ci bien sûr).
Mo progran to start!
Usage: tos -tdhvn] [-r extra_*ei*ory] tos_progra* [tos_pro9ran_args]
• cd disks c co*pact lha310
• tos lharceng.ttp Uterc Version 3.10 junior (Atari) - dedicated
to an unknowi genius (c Haruyasu Yoshizaki, 1968-1989,
Grunenberg, Mande 1, 1994 May 25 1994 Syntax: Lharc [ comtand ]
[ -(-l K s«itchs [-l+IO-3l options ]»...] archive
[«Driwe :[ ] K Base-Directory ] PathsÆiles ... Cow»and
a: Add files to archive u: Update newer files to archive f,r;
Freshen Re-construct archive a: Hove files to archive (neans 'a
~d') d: Delete files fron archive e,x: Extract files fro*
archive p: DisPlay files on screen l,vj List Verbose list of
archive t: Test integrity of archive c: Coupress files in
AFX-fon»at Suitchs (URRNING: The neaning of the d-switch has
been completely changed) r: Recursive expansion of dirs w:
Specify work-directory n: No Message at query f: Include
folders in archive i: Ignore attributes v: Display «ith extemal
tool h: Hold screen after finishing y; Only files with
'changed' attribute 1: Use Lare coupâtîble nethod o: Use Lharc
1.13 compatible nethod k: Header-level (0-2) x: Extend fi le pî
Distinguish pathnanes c: Skip tine-conparison aj ftiy attribute
n: Set process-indicator t: Tine-stanp of archive b: Clear
'Changed'-attribute qî S«4ipress ail nessages (quiet) uî Store
- don't conpress files Press key to continue Lharc version
Tos en action.
OTosis oTosis est le cœur de l'émulateur. Il est chargé de rediriger tous les appels initialement destinés au Tos vers de nouvelles fonctions Linux qui vont réaliser les mêmes opérations. Partie de l'émulateur la plus aboutie, oTosis émule entièrement les trois couches basses du système ; toutes les fonctions Bios, Xbios et GemDos sont implantées.
Comme nous sommes sous un système multitâche, les développeurs ont ajouté le support des nouvelles fonctions Mint, permettant de gérer les processus et autres signaux. Tous les programmes qui n'appellent que ces fonctions tournent très bien sous Linux. On les reconnaît aisément grâce à leur extension .ttp ou .tos (tous les programmes non graphiques). Pour compiler le module, il faut commencer par décompresser le fichier source et aller dans le répertoire fraîchement créé. Reste ensuite à modifier le fichier options.def pour prendre en compte le chemin d'accès à vos partitions Gem (par
exemple : str DriveC disks c ). Vous pouvez alors lancer la compilation par un simple "make".
OVdisis Cette partie de l'émulateur s'occupe de tous les tracés de base à l'écran. Tous les appels sont redirigés au travers d'une librairie permettant de tracer directement sur l'écran administré par le serveur X FrameBuffer (elle se nomme oFbis).
Toutes les fonctions ne Un petit programme compilé avec Pure C. 9ifs !aes»19 cab_14 c«b.beta.20 cabjpeg.ovl dir.ht» doc hoœ.ht» leeoe htal leesaij htalt09s.txt le99lal cab.rsc file.id.dlz install.bat
• tos ceb.spp dVDIis not yet lapleaented. Coaplaln to: Stefan
Berndtsson 9i»b0trivus. ii.gu.se oVDIls not yet lapleænted.
Coeplam to: Stefan Berndtsson (gubebetrivui.tfc.gu.sel îVBlis
not yet laplenented. Cauplain to: Stefan lemdtsson
91inb0tr1vu1.1i1.9u.se) avilis not yet lapleaented. Coaplain
to: âtefan Berndtsson (yjbaMtrimb .1i1.9j.se Snif... La Vdi
n'est pas encore implantée.
Sont pas encore implantées, mais les plus importantes sont là. Attention, son installation n'est pas simple et son utilisation peut geler complètement votre machine... Pour pouvoir le tester, il faut installer au préalable la librairie ofbis et la compiler. Puis, il faut rendre cette librairie et son header accessibles (dans usr lib et usr include).
OAesis Ce module est la partie qui remplacera le bureau Gem ainsi que la gestion des événements du système. Malheureusement, oAesis n'est pour le moment pas disponible sous Linux. La version actuelle repose sur Mint, mais son adaptation ne devrait pas être trop compliquée.
Ça marche ?
Comme on peut s'en apercevoir, l'émulation Tos sous Linux n'est pas encore finie... Honnêtement, ne comptez pas faire tourner vos logiciels graphiques sans redémarrer sous Tos. Une petite anecdote pour finir : cette émulation manque totalement de stabilité sur Amiga (aussi sous Linux m68k), mais c'est la seule façon d'avoir un Atari sur l'ex-machine de Commodore !
David Curé - david.cure@linux-m68k.org _j lÜKÜUWUüfS tt tSX&UlSj (MOU VOS H PAG£S (OUUÜRS PANS TOUS US POAl J0G6AAAAAHJR CONFlRMl) IT «K PtSÛUtmS PONT (Ni (OMMRCI W ÜRStON C0AAPÜT1 de* dônes |u*qtfà 120 fflï ps (68060 à 120 mtrt) des programmes musicaux epousîoiniams le mus* de la pao avec CMAMUSSt O J mkUXitï4Ul&' IOUS LES MOIS UN PROGRAMME DU COMMERCE?B( DISQUEIIE + UNE DEUXf ME DISQUETTE BOURREE DE DP PIXÂRT 3 Milan (images), 8 BALL, CliporH, LGM, T BAIL, Ist WORD, BU GDPS, ’HOTOIINE 2 3 démo, HOME PAGE PENGUIN démo, LOTUS, STUDIO SON v 2 (version complèteX HADES, PAPYRUS dèmo (sur demande
et selon choix disque) le tameux logiciel de dessin en version complète, pour tout ATARI.
V. utilisable directement sur le Net des|eux$ T,fMC0N, JAGUAR,
UTNX« des nouveauté* qui pileuvent choque mois UT1 QynuTmSme
IXJrBmBTTÎ atteint chez les utïïisateur* ENFIN ON SUPERBE
CLONE OS DOOM SUR FAUCON un système sans firme de tdtene d
entièrement géré par «et acteur*
- rrrrrrr rrrr- rr rrr r rr le multitâches surpuissant sur ATARI
.a ferre du Milieu WR RECEVOIR UN EXEKW RE QE ST MAGAZXNt
AINSI QUE LES CATALOGUES TERRE PV MILIEU RWOYEZ-NOUS CE BON PE
WAWi a' ec mis TimEs au tarif mmi A vaoresse suivante LA TERRE
PV MIEIE je désire recevoir gratuitement les produits suivants
: ? ST MAGAZINE n°118 ? Catalogue général ATARI ? Catalogue
musique ATARI ? Catalogue PAO ATARI ? Catalogue jeux ATARI ?
Catalogue LYNX & JAGUAR code postal :______ ville
:_____....----------pays :---------- ------------------
FvtïUQTE m&QALMW mm SUR ATARI AtfC CALAMU3 SL REALISATION
QOPtfROY K WIUFÎOU LA TERRE PU MILIEU 2e partie Nous vous
avons présenté Awk comme un filtre semblable à Sed. Il s'agit
en fait d'un véritable langage de programmation disposant de
nombreuses fonctions, structures de contrôle, etc. Awk Comme la
plupart des langages, Awk dispose de variables. La distinction
est faite entre les variables définies par l'utilisateur et les
variables système.
D'un côté, les variables système (par exemple NR, ou encore NF) ne sont pas modifiables et renvoient juste des informaEichier Options garfield8dream: ho«e garfield awk 'begin i=0 NR 1 && NF 1 print *(i ? 1), Alpha 667 Pentium 200 garfield@dream: home garfield | Figure 7 tions sur le déroulement du programme.
De l'autre, le nom des variables utilisateur répond aux mêmes règles qu'en C : pas de limitation de longueur, pas de chiffres en premier caractère, etc. Par ailleurs, il n'est pas nécessaire de déclarer le type des variables : dès que le nom d'une variable apparaît pour la première fois, une place est réservée pour elle en mémoire. A la création elle contient la valeur 0 ou encore une chaîne de caractères vide. Awk ne distingue pas plusieurs types de données. Une variable peut être successivement affectée d'un texte, puis d'un nombre. En fonction du contexte d'utilisation de la variable, Awk
décidera s'il est utile de convertir la variable ou non (lorsque la conversion n'est pas possible, la variable contient 0 ou une chaîne vide). Il est bien sûr possible d'effectuer les opérations courantes sur les variables, quel que soit leur type, comme l'addition, la soustraction, la multiplication et la division (opérateurs + -* ).
D'autre part, est prévue toute une série de variables système pour permettre de modifier le comportement du programme en fonction de situations particulières. Les deux plus utilisées sont NR et NF qui contiennent respectivement le nombre de lignes et le nombre de champs. La documentation de Awk vous renseignera en détails sur les variables suivantes : ARGC, ARGV, FILENAME, FNR, FS, OFS, ORS, RS.
Un aspect intéressant des variables est que le signe $ peut-être suivi (tout comme en Shell) d'un nom de variable.
Ainsi, dans le cas des variables de champ (SI, $ 2, etc.), c'est la valeur de la variable qui définit le champ concerné. Le petit programme suivant illustre cette notion et affiche le fichier Processeurs en supprimant, au passage, la dernière colonne et la première ligne (cf. Figure 1) : awk xbegin i=0} NR 1 && NF 1 print $ (i + 1), $ (NF-1)}' Processeurs Les structures de contrôle Eléments essentiels d'un langage, les structures de contrôle permettent d'agir sur le déroulement d'un programme. Ici encore, Awk ne fait guère preuve d'originalité et propose trois types de structures de contrôle
: les décisions, les boucles et les sauts contrôlés. Ces derniers ne seront pas abordés ici, car considérés comme trop dangereux (programmation spaghetti). Vous pourrez tout de même obtenir des informations les concernant dans la documentation de Awk (commandes break, continue, next, exit).
Les décisions se résument en fait à la commande if classique, présente dans la plupart des langages, du Basic au C et en passant par le Shell. "If" permet l'exécution d'une ou plusieurs instructions, en fonction de la réalisation d'une condition.
Celle-ci sera définie sur la base des opérateurs de comparaison ou des opérateurs logiques déjà évoqués. Ainsi, une expression if est de la forme suivante : if (condition) instruction ou if (condition) instruction else autre_instruction Pour regrouper plusieurs instructions pour une même condition, il suffit d'utiliser les accolades : if (condition) intruction autre_instruction } else demi ere_ins truc t ion Le k de Awk (qui signifie kerninghan) n'est pas étranger à la ressemblance flagrante de Awk au langage C. Vous ne serez donc pas surpris d'apprendre que Awk dispose de trois formes
de boucles : while, for et do-while. La boucle while est très simple : elle teste une condition et effectue l'opération associée tant que la condition reste vraie : while (condition) instruction La boucle for est en tout point semblable à la boucle for du C : for (instruction de départ; condition; instruction de comptage) instruction Le plus souvent, la boucle for est utilisée lorsque l'instruction doit être exécutée un nombre donné de fois. Mais, de manière générale, et comme le prouve l'exemple suivant, les boucles for et while sont interchangeables : awk ' i=NF while (i 0) print
$ i i=i-l } } ' Processeurs mèm Dream prof
• Awk, ça sert à quoi ?
Awk permet de manipuler facilement de grandes quantités de texte de manière automatique. En effet, même si Perl est de plus en plus utilisé dans ce domaine, Awk reste de loin plus facile, plus simple et, de notre point de vue, plus élégant à utiliser.
L'Etang Simon . 03320 Le Veurdre Tél : 04.70.66.44.2TT"ax: 04.7Œ.CTTÔ Ouvert du lundi 14 H a 19 H et du Mardi au Samedi 10 H- 12H et 14 H a 19 98: LE RETOUR DE L’ AMIGA GRACE A VOUS Toujours DÏSPO chez TÜJRTLE BAY: A600 Commodore A600 version 2.0 Commodore Gar.2mois 990F r s D Carte mère A60O version 2.0 Gar.2mois 59QFrs D BIENTOT DE NOUVELLE CARTES MERES A1200 XNYSB3AM3B Xrid V LES CLASSIQUES Extensions A500 500+ B 190Frs Ext. A500+ sans Horloge Disques Durs A600 Al200 C 1440FrsHD 2Go2’5 IBM 1090FrsHD 2Go3’5 1450FrsHD 3.2Go 3’5 UDMA Ext. A500 avec Horloge HD 1.2Go 2’5 IBM HD 1.6Go 3’5 HD
2.5Go 3’5 awk ' for (i=NF; i 0, print $ i } ' Processeurs while (i 5) print $ i est équivalent à : do print $ i while (i 5) A la différence que si i vaut, par exemple, 3 avant l'appel de la boucle, la boucle while ne renverra rien alors que la boucle do-while affichera 3.
Le mois prochain, nous terminerons notre étude de Awk avec les fonctions intégrées et les fonctions définies par l'utilisateur. Bon courage.
Cuilloume Girard Code Postal: ! Imvurtwi - ? X Eichier Qpttons ûide j :.fovun.ij ? X | £lchler Qptions Aide garfield9dream: home garfield awk '£ A garfieldôdreamr home garfieid awk ’C i=NF for i=NF; i 0; i=i-l while (i 0 C print *i print *i i=i-l ' Processeurs ) specfp J Freq ' Processeurs CPU specfp 66 Freq 667 CPU Alpha 66 3,9 667 200 Alpha Pentium 3,9 garfielc®dream: home garfield ?
200 Pentium garfield0drea*: home garfield Q 7 Figure 2 Comme c'est le cas pour Sed, il est fréquent que les programmes Awk travaillent directement dans des scripts du Shell. Ils sont utilisés dans le cadre d'une substitution de commandes ou intégrés dans un tube. Voici donc un petit exemple de tube utilisant Awk : who | awk ' printf("%s est connecté depuis le %s à %s n", $ 1 $ 3 $ 2) }' | less Ce tube, outre prouver une fois encore la ressemblance entre le C et Awk, affiche pour chaque utilisateur la date et l'heure de sa connexion au système. Nous fournirons bientôt beaucoup d'autres exemples
de tubes des plus utiles aux plus spectaculaires.
Ces deux programmes produisent le même résultat, comme le montre la figure 2. La boucle do-while est semblable à la boucle repeat-until du Basic : elle exécute toujours une instruction en fonction d'une condition, mais la différence avec la boucle while est qu'ici, l'instruction est exécutée au moins une fois et le test sur la condition n'est effectué qu'après l'exécution. La syntaxe est simple : do instruction while (condition) Ainsi condition ne sera testée que lorsque instruction aura été exécutée. On en déduit facilement que : L'utilisation dans un Shell 60Frs Barettes Simm B
4Mo32bits STD lOOFrs 4Mo EDO llOFrs 8Mo STD 125Frs 8Mo EDO 150Frs I6M0STD 300Frs I6M0EDO 290Frs 32MoEDO 610Frs Lecteurs CD-ROMA600 Al200 C CD Atapi Nu CD Atapi Externe x24 SAMSUNG 590Frs 890Frs CD SCSI Nu CD SCSI Externe x8 PIONEER 850Frs 1050Frs Lecteurs de disquettes Amiga B Interne 880KoA500 600 1200 199Frs Interne 88OK0 A2000 210Frs Tower A600 Al200 E Tower TBD1200 à monter 950Frs Tower TBD600 à monter 1090Frs Interface clavier PC seule A600 1200(clavier inclus) 349Frs(380Frs) TBD 4 Ide ( Option IDE-fix’97) 150Frs A (350Frs B) comprend 1 interface + 1 nappe 2’5 2’5 Nombreux choix de Haut
Parleur Multimédia de 25 Watts à 240Watts, contactez-nous !!
LES TOPS Cartes accélératrices Al200 à partir d’un 68EC30 25Mhz à partir de 650Frs C Blizzard 1230.IV 890Frs C Blizzard 1260.IV 3099Frs C Kit SCSI Blizzard IV 650Frs C Black 68030-50Mhz 850Frs Kit SCSI Black, APPOLO 590Frs Cartes accélératrices A3000 A4000 à partir de 2300Frs C Interfaces Zorro II RBM pour tout A1200 monter en tour 1450Frs C ROM 3.1 A500 600 2000 220Frs ROM 3.1 Al200 3000 4000 360Frs OS 3.1 A500 600 2000 470Frs OS 3.1 Al200 3000 4000 580Frs Ces articles sont de nouveaux disponibles en direct de chez VILLAGE TRONIC TBD 3.0 Multimédia (Garantie 1 an) 5490Frs E Tower TBD, A1200
version3.0, HD I.6G0, Lecteur CD-ROM x24, HP 2x25W, Blizzard 1230.IV, 8M0 de RAM, système 3.0, clavier et souris.
A compléter et à retourner: L’ Etang Simon - 03320 LE VEURDRE Prévoir Kit Install 2.0 , 3.0 ou 3.1 Nom, Prénom 280Frs 2380Frs 1250Frs 1790Frs Adresse: Ville: Accompagnez ce coupon d'une enveloppe timbrée à votre adresse.
Frais de Port: A 60Frs B 65Frs C 75Frs D lOOFrs E 160Frs. Valables dans la limite du stock.
Prix TTC, modifiables sans préavis. Paiement Mandat-lettre, CB, CHQ ou CRBT.
X-Window le cadre). Un certain nombre de propriétés attachées à la fenêtre sélectionnée sont alors affichées dans le xterm. Une propriété est tout simplement une information attachée à la fenêtre et associée à un nom et un type. Repérez dans ce retour la propriété de nom WM_CLASS de type STRING (chaîne de caractères) : WM_CLASS(STRING) = "emacs", "Emacs" Le nom d'instance est le premier ; c'est en général le nom de l'exécutable lancé. Le nom de classe commence par une majuscule et nous servira quand nous aborderons les ressources de X-window.
Configurer les styles Un style est donc l'association d'un certain nombre d'attributs à une ou plusieurs fenêtres représentées par un motif (de type expression régulière simplifiée) qui reconnaît le nom d'instance attaché à la fenêtre.
Un motif de nom de fenêtre utilise les caractères standards, ainsi que les jokers :
* : reconnaît zéro ou plusieurs caractères quelconques ? :
reconnaît un unique caractère Par exemple, "x*" reconnaît tous
les noms de fenêtre commençant par x, ?term , les Les styles de
fenêtres sous Afterstep Afterstep, en digne représentant de la
famille Fvwm, permet une configuration à hauteur de la fenêtre,
pour compléter les options globales définies par défaut.
?
¦ l« ?M H ? I « ??
+03:42 elapne play [pesch@tatoiine afterstepIS xprop WM DESKTOP WM DESKTOP) = 0x0 WM_STATE UM_STATE): window state: Normal icon window: 0x0 MOTIF UM MESSAGES*AT0M) = M0TIF.UM_0FFSET WM_PR0T0C0LS(AT0M): protocol s _M0TIF UM MESSAGES, UM.DELETE HINDOU WM CLIENT LEADER*HINDOU): window id 0x2c00078 WM LOCALE NAME*STRING) = ”C" WM CLASS STRING) = "xmcd", "XMcd" WM_HINTS(WM_HINTS : Client accepts input or input focus: True Initial state is Normal State, bitmap id to use for icon: 0x2c0009d WM_NORMAL_HINTS(WM_SIZE_HINTS): user specified location: 320, 0 program specified size: 360 by 135 window
gravity: NorthEast WM_CLIENT_MACHI HE (STRING) = "tâtonne" WM CÛMMAND*STRING) = T. "xmcd "-geometry", "-0+0“ WM ICON NAME*STRING) = "xmcd" WM_NAME(STRING) = "Motif CD Audio Player 0" [11+ Done usernet (wd: " wd now: " afterstep) [peschOtatoi ine afterstep]$ Des informations sur les fenêtres avec Xprop.
Avant d'entrer dans les détails de la configuration fenêtre par fenêtre, modifions un comportement par défaut quelque peu gênant : le déplacement entre les bureaux virtuels.
Gestion des bureaux virtuels L'option DesktopSize permet de préciser le nombre de desktops (bureaux) virtuels administrés par Afterstep. Chaque bureau virtuel est assimilable à un écran séparé permettant de ranger harmonieusement ses fenêtres. La valeur courante utilisée est : DesktopSize 2x2 qui permet d'avoir un écran virtuel de deuxécrans physiques de largeur sur deux de haut. Par défaut, les déplacements dans les bureaux virtuels se font par paliers (scrolling grossier), comme si l'on ne disposait que d'un énorme écran. On préfère en générale simuler l'utilisation d'écrans séparés en
positionnant les options suivantes : EdgeScroll 100 100 EdgeResistance 200 0 La première option définit un déplacement de 100% dans les deux directions (page par page). Le pointeur de souris permet de se déplacer entre les bureaux, il suffit pour cela de faire sortir le pointeur du bureau courant dans la direction du prochain bureau virtuel. Le premier paramètre de EdgeResistance oblige à "forcer un peu le passage". Le deuxième paramètre permet de bloquer les fenêtres un certain temps avant qu'elles ne sortent du bureau courant (ici, nous ne les bloquons pas du tout).
Les styles de fenêtre Un style de fenêtre, sous Afterstep et dans tous les Window managers dérivés de Fvwm, est une configuration particulière pour une ou plusieurs fenêtres. Pour Afterstep, les applications ne sont pas identifiées par le nom de l'exécutable qui a été invoqué mais plutôt par le nom d'instance des applications. Pour connaître ce nom d'instance, il faut commencer par invoquer l'utilitaire xprop dans une fenêtre Xterm.
Ce petit programme (assez pratique pour le programmeur X-window) vous demande ensuite de sélectionner une fenêtre (utilisez Les options globales Il y a tellement d'options globales disponibles sous Afterstep qu'il serait fastidieux de toutes les présenter mais voici une sélection qui pourra vous rendre de nombreux services : OpaqueMove x : Déplacement des fenêtres avec leur contenu (le paramètre x est le pourcentage de fenêtres prises en compte, en fonction de leur taille : 100 = toutes les fenêtres, 0= aucun) OpaqueResize : demande au client de redessiner son contenu à chaque événement de
redimensionnement (lent sur les vieux systèmes).IconTitle : Rajouter un nom aux icônes DecorateTransients : Décorer les boîtes de dialogue, qui deviennent alors facilement déplaçables (en général, on précise cette option).
RandomPlacement : placer les fenêtres au hasard SmartPIacement : trouver une place libre pour les positionner mots de cinq lettres finissant par term, etc. Le motif "*" reconnaît toutes les fenêtres et représente en quelque sorte le style minimal. Les styles sont lus du haut vers le bas et les attributs sont ceux du dernier style reconnaissant le nom d'instance. En pratique, le style minimal est vide car les options de configurations globales sont prioritaires. Les styles vont surtout nous permettre de créer des configurations spécifiques pour certains clients : Style "term" Icon
Computer PC. Xpm Style "xv" Icon XV.xpm Style "xmcd" NoHandles, Icon FileIcon_CD_Tile.xpm,Sticky Style "emacs" Icon Clipboard.xpm Style "*clock" NoTitle, NoHandles, NoFocus, StaysOnTo p, WindowListSkip Ici, les fenêtres xterm et xv utiliseront des icônes alternatives, xmcd (le top des lecteurs CD, compilable avec lesstif) ne pourra pas être redimensionné (NoHandles) et sera visible sur tous les bureaux virtuels (le Sticky des fameuses sticky Windows, ou fenêtres collantes). La série des horloges (*clock pour xclock, xdaliclock, xmclock, cdeclock, etc.) n'ont en plus pas de titre (NoTitle),
restent toujours en avant plan (StaysOnTop) et n'apparaissent pas dans les listes de fenêtres (WindowListSkip).
Voici une sélection des principaux attributs disponibles : Linux est un monstre de multitâche, certes, mais faut pas en abuser non plus !
StartsOnDesk x : fenêtre affichée dans le bureau x ( par défaut : le bureau actuel) Icon nom_fichier.xpm : utiliser nom_fichier.xpm pour dessiner 1'icône Tous ces attributs sont aussi disponibles de manière globale. Pour par exemple, empêcher l'affichage de tous les titres (étrange), utilisez : NoTitle Il ne vous reste plus qu'à créer des configurations "de la mort" pour vos applications favorites. Nous aborderons le mois prochain un des aspect les plus importants d'Afterstep : les modules.
Fred Pesch Nolcon : désactiver l'icône ( style Nolcon pour simuler une boîte d'icône avec une winlist) NoTitle : pas de barre de titre NoFocus : la fenêtre n'accepte pas les entrées clavier NoHandles : pas de poignées de redimens ionnement WindowListSkip : ne pas afficher dans la liste des fenêtres (bouton du milieu par défaut) CirculateSkip : ne pas intégrer au basculement de fenêtre ( Shift Tab par défaut) StaysOnTop : toujours en avant plan Sticky : fenêtre affichée sur tous les bureaux virtuels Startlconic : démarrer le programme sous forme icônifiée Zones de positionnement des icônes _ Il
est possible d'utiliser jusqu'à quatre zones (rectangles dans la fenêtre racine) pour placer les icônes. Chaque zone est définie par l'option IconBox gauche haut droite bas où (gauche,haut) et (droite, bas) sont les coordonnées des deux coins du rectangle (-1 équivaut à l'extrémité opposée). Dans notre configuration du mois, nous utilisons :lconBox 0 0 -1 64 IconBox -64 64 -1 -1 Ces zones correspondent à une ligne d'icônes en haut et une ligne à la verticale à droite, ce qui laisse pas mal de possibilités . Afterstep place les icônes dans les zones données de gauche à droite et de haut en bas.
Si toutes les zones sont occupées, l'icône se place juste en dessous de la fenêtre icônifiée.
& Lorsque l'on souhaite naviguer sur Internet à partir d'un Amiga, il convient en tout premier lieu de disposer au moins de quelques éléments de base : un modem, un abonnement chez un provider, un logiciel de connexion, un navigateur Web et un outil de réception envoi du courrier. Il existe plusieurs logiciels qui remplissent ces deux dernières fonctions, mais nous ne saurions que trop conseiller l'emploi de Yam (freeware pour le courrier) et Ibrowse (la version démo suffit dans un premier temps pour surfer sur le Web). En ce qui concerne le modem, rappelons qu'absolument tous les modèles
fonctionnent sur un Amiga, même si votre revendeur prétend le contraire ! Donc, n'hésitez pas à Comment se connecter sur Internet à partir d'un Amiga ?
Depuis l'arrivée de Miami, se connecter sur Internet à partir d'un Amiga est un jeu d'enfant... si Miamilnit fonctionne ! Voici une petite méthode manuelle pour ceux qui galèrent.
? | Miami - Easy Internet access for Amiga General Interface type Q serial driver (PPP CSLIP IP) Deyice serial .device Uojt 0 Speed 57600 MÜÜiiiÜHiMM Use CD Erotocol ei async PPP J Flow control Q RTS CTS | 00F mode ei auto J Serial mode ei 8N1 IP lype o dynamic iP address Multicasts ei disabled _| MTLi 1024 Interface PPP Dialer Database TCP IP Events Modem Logging Windows GUI Sock3 do Q nothing aftec minutes zsl VJ The settings have been loaded.
Online Première étape : la configuration du port série de l'Amiga.
Vous faire plaisir, les petits derniers d'Us robotics ou d'Olitec n'attendent que vous à la Fnac du coin. Il en est de même pour le provider. Ceux-ci se fichent complètement de savoir si vous possédez un Amiga, un Mac ou un Pc ; leurs protocoles de communication sont universels.
Alors regardez les tarifs des providers de votre région et abonnez-vous chez le moins cher ! Finalement, la seule difficulté dans la connexion à Internet, c'est la configuration du logiciel de connexion.
En l'occurrence, Miami, le plus simple à mettre en œuvre.
C'est parti !
Une fois le modem allumé, branché sur la prise téléphonique et raccordé à l'Amiga, il ne reste plus qu'à lancer Miami. Un clic sur ~Elfo General Interface PPP Dialer Database TCP IP Events Logging Windows GUI Socks The settings have been loaded Qnhne Deux clics à Miami.
Interface permet d'entrer les paramètres de votre Amiga et de son connecteur série.
Voici une liste de valeurs qui devraient fonctionner absolument partout : Interface type : built-in serial Speed : 57600 Protocol : Async Ppp Flow control : Rts Cts Eof mode : Auto Serial mode : 8nl Ip type : dynamic Multicasts : disabled Mtu : 1024 Laissez tous les autres paramètres vides ou dé-sélectionnés. Vient ensuite la partie la plus intéressante, celle qui va vous permettre de lancer la connexion Internet d'un seul clic. Choisissez l'option Dialer.
Ici, nous allons définir un script qui composera tout seul le numéro de téléphone, enverra le login, le mot de passe et ira même jusqu'à se reconnecter s'il y a eu une erreur. Allez dans la fenêtre Dial script et entrez une à une les lignes suivantes (en appuyant sur le bouton Add) : DIAL DELAY 5 WAIT "gin:" SENDUSERID WAIT "sword:" SENDPASSWORD DELAY 15 END Cliquez ensuite dans la fenêtre Phone numbers et entrez le numéro de téléphone de votre provider. Attention, ce numéro de téléphone n'est bien entendu pas celui du standard ou de l'attaché commercial de votre provider, mais celui
de son modem. Normalement, ce dernier figure sur la pochette du kit de connexion que votre provider vous a donné en vous abonnant. C'est d'ailleurs la seule chose intéressante du kit, puisque Easy Internet acce» for Amiga Allow ÈdS-CHAP | lype Ol none Same as in dialer _ Phone Qumber (T User name |yserra Min delay |tp” Eassword | . Q|| Ma&delay |3Q ÜJC V] ACCM |a0000 Get DNS from IPCP Escape | General Interface PPP Dialer Database TCP IP Events Modem Logging Windows GUI Socks z v TermReq before hangup 3Ù Quick Reconnect PI disabled | The settings have been loaded.
Pour un Topolino sur Amiga A2000 prévoir 290 F. imk Online
- OL Configuration du protocole.
° IJ 1 :Easyjntëmëtâccc»3 for Amiga General Interface PPP Database TCP IP Events Modem Logging Windows GUI Socks LANGAGE... «Hisoft Devpac 3.50 VF complet.
«PowerASM .. «StormC ..... «P.OS Power Up ... DELAY 5 ¦ WAIT "gin:" SENDUSERID » 0155400040 » 0147451414 J AJ LSI : i 1 le» 1 m üiitil wm Add| Hüi! M Login ID I y serra Repeat Delay |30
- j Password I . Qll Redial Delay |o
- 1 Capture jj|||
- ----!?!
The settings have been loaded.
Online mmmm i 83 Très important, le script de connexion.
Le CD-Rom qu'il contient est juste destiné à MacOs ou Windows (et hop, à la poubelle !). De la même manière, votre provider a dû vous attribuer un login et un mot de passe (password, en anglais) qu'il faut préciser dans les cellules du même nom, sous la fenêtre Phone numbers. Maintenant, allez dans la catégorie Ppp, entrez une nouvelle fois votre login et votre mot de passe, puis sélectionnez uniquement les cellules Vjc, Get dns from ipcp, Termreq before hang up et Accm. Dans cette dernière, entrez la valeur aOOOO. Allez ensuite dans la catégorie Tcp ip et ne sélectionnez que les cellules
Dynamic, Fake ip et Verify dns server. Entrez, dans la foulée, votre véritable nom, ainsi que votre login. Il ne reste plus qu'à configurer le modem, en sélectionnant l'option du même nom. Les quatre cellules qui s'of- frent à nous servent à envoyer les commandes de base au modem. Celles-ci varient en fait d'un appareil à l'autre. Vérifiez donc dans le manuel du modem fraîchement acheté quelles sont les commandes d'initialisation et de sortie (AT quelque chose...), ainsi que le suffixe pour la composition (souvent r).
En ce qui concerne la cellule Dial prefix, entrez toujours ATDT (en majuscules).
C'est tout bon !
Sélectionnez le menu Settings Save as default et... voilà ! Il ne vous reste plus qu'à revenir sur la catégorie générale et à cliquer sur Online pour être sur Internet. Une fois l'identification passée (ce qui devrait prendre quelques secondes), il suffira d'exécuter les logiciels de navigation et de mail pour mettre la chose dans la pratique. Bon surf !
EIKIVEAU : A.D.F.I. RI FA’ ié Afflige! Technologie do t' Réparation par réparateur ag Traitement prioritaire (par téléphone) = +20 Docteur Dream.
Dream@posse-press. Corn = 40 F = 70 F = +30 F = +60 F Paiement différé = gratuit Paiement en 2 fois = +50 F Paiement en 3 fois = +100 F PILOTES A.D.F.I. Pour les Stylus, Canon, compatibles ESC P2 et LQ. 190F.
«Imprimante Stylus color 600 ..17901 «Imprimante Stylus color 800 ..29401 «Cable Imprimante 451 «Spouleur d'impression .1901 Souris 2 boutons qualité supérieure .129 F Souris 3 boutons 560 ppp ......209 F Joystick standard de luxe 148 F Joystick mini format de luxe .148 F Plus de 700 références en magasin... CREATIONS A D.F.l.
A.
B.E .....470
F
Décollages 290
F «-La
Mer ...140F
«Coloreliage ...125
F
«¦L'espace .120F
«¦L'alphabet .. 290 F BIEN
DÉBUTER SUR... «Worbench 2 ..... 190F
«"Worbench
3 ..190F COURS
DE BASICS... «Annabella
GFA ....320 F
«Jennifer
Amos .....190F COURS
D'ASSEMBLEUR... «Ophelie
ASM ......390 F
«¦Macros
ASM 490 F
«Hypertexte ....390
F «Manuel 3
VO ...50 F
ENCYCLOPÉDIE A.D.F.I. «T. 1
Exec .320
F «T.2
Matériel ..320
F PAGESTREAM... «Manuel
VF ...550 F
«Aides hypertextes .....390
F
«Scripts 240
F
«Gabarits .240
F
«Festivité .240
F
«Texture ...240
F MISE EN PAGE... PageStream 3.3
VF ...1690F (avec manuel et
scripts et aides) «Drapeaux
monde .340 F «Effet
de Gary 290 F
«Extension Border 400
F «Extension
TextFX .....490 F «Filtre
Wordworth .230 F
«Filtre IFF
DTXT ....60 F «Filtre
Propage ..60 F
«Filtre
JPEG ...230 F
«Moteur True type 290
F TypeSmith
VF 490 F
«Fontes
Studio ......340 F
IMAGE... «DrawStudio
disquette ...790 F «DrawStudio
cédérom 980 F
«ArtEffect 980
F Encore plus rapide.
Encore plus précis.
Encore plus fidèle.
F Topolino Connectez sur Amiga toutes vos Souris, Joystick, TrackbaiL... originaires d.y.JiLQJidg.f-Ç- 245F.
795' 940' 1890' .330 F 1090' «StormWizard .5401 SELECTION MATERIELS A.D.F.I Lecteur Cédérom Goldstar 24 x .....690 F Lecteur Cédérom 32 x ..1190 F Modem USRobotics Sporter Message Plus ....1349F Modem USRobotics Sporter Flash 1140 F Carte Accélératrice Blizzard 1230 IV 830 F Carte Accélératrice Blizzard 1260 ...2840 F Contrôleur Fast SCSI 2 pour Blizzard ......530 F Blizzard 603e PowerPC 160 Mhz 68030 2980 F Blizzard 603e PowerPC 250 Mhz
68030 4640F Blizzard 603+ PowerPC 160 Mhz 68060......4940 F Blizzard 603+ PowerPC 250 Mhz 68060 ...... 6640 F Cyberstorm MK III UW SCSI .....4380 F Cyberstorm 604e 200 Mhz 68060 7890 F Cybervision 64 3 D .....1389 F Scandoubler pour Cybervision 540 F Picasso IV 2640 F Amiga A1200 avec Pack Magic® .2489 F Amiga A1200 DD + Pack Magic® + Scala®.. 2949 F Amiga A 1300 en tour .3349 F Amiga A1400
en tour avec Zorro II .4849 F Amiga A1500 en tour avec Zorro III ......5949 F Tour Micronic ..1179 F Coque clavier A1200 .... 359 F Scanner Epson GT 5500 SCSI ......2490 F Écran SVGA garanti sur site 14" ..1490 F Écran SVGA granti sur site 15" ...1840F OS 3.1 (ROM+disquettes+Livres) 460F à 570 F RÉSEAU... «Ethernet Ariadne .....1590F «Amiga - CD32 Semet 249 F «Amiga - Amiga
Pamet ..165 F DISQUES DURS garantis jusqu'à 5 ans «IBM 2“ 2.16 GO 1729 F «IBM 3* 3,2 GO ..1590F «IBM SCSI 2 GO 1729F SELECTION LOGICIELS A.D.F.I. «Miami Ibrownse Net Web 2 339 F 250 F 595 F «Asim CDFS TurboPrint 6 .480F 449 F «Scanquix.Epson = 540 F HP ou Paragon ....560F Wordworth VF TurboCalc VF ...450F 480F Organiser VF Personnal Paint 7.1 ....349F 240F Aminet (ancien sous réserve =45F) 18 à
23......79 F et écrans Amiga.
Virement postal = +20 F Virement bancaire = +20 F Envoi à l’étranger (en europe) Eurochèque = +15 F Chèque étranger = +15 F Annulation acceptée = 120 F Devis spécifique = 150 F Lettre recommandée = +70 F + 15 F Préservons nos emplois : nos livraisons se font par transporteur français sous 24 H en stock... Réseaux Go u yo«a local vers*® of AkaVuta Comment améliorer ses recherches sous AltaVista ?
IRemesnber to bockmarir *i) i t? Yy-if, frawic royyud»o 1997 c'ctpoi«Uoo AU ti i«• itmc*»4 Et en français s'il vous plait... Tout d'abord, pointez votre browser Web préféré (n'importe lequel, même le plus mauvais, le site ne contenant ni frames ni tables) à l'adresse suivante : http: www.altavista.telia.com. Attention ! On peut tout à fait accéder à Altavista directement via http: www.alta- vista.com, mais on se prive alors de nombreuses facilités. En effet, la première étape consiste à choisir d'une part le pays dans lequel on se trouve et d'autre part la langue désirée. Un click sur "Go"
et on se retrouve sur le site AltaVista le plus proche et donc (a priori) le plus rapide, avec une belle page Web toute en français. On prend soin de bookmarquer l'Url (fig. 1).
Recherche simple
* AltaVista Requête évoluée timpkcily AND exode AND (mleilece
NEAR coheient NEAR Ajei £onvnuecetai 2 à & k s à u m Rechapa
Accuei Rechercher Gude Imcwna Sécurité Arrêta |||
* Sgnets } Adosse
|«cohafrV»NEAP.cu-Jonv;able’t2Sbi-êd0«21SaFMa7gF86êd1-êseachx-36tsgatch
-8 -1 Nous sommes maintenant en mesure d'effectuer une
recherche simple. Les mots entrés dans le champ seront
considérés comme des critères de recherche et toutes les pages
contenant au moins un des mots en question, même partiellement,
seront listées. On notera qu'il est également possible de
spécifier dans quelle langue doivent être écrits les
documents que l'on cherche. Les résultats sont affichés sous
forme de liste à raison de dix entrées par page. Evidemment,
une recherche sur le simple mot Linux donnera une quantité
phénoménale de résultats (fig. 2). Une première amélioration
consiste à indiquer "+" devant chaque mot de la recherche ;
ainsi la chaîne "+linux +freebsd" cherchera toutes les
occurrences contenant conjointement, cette fois-ci, le mot
"linux" et le mot "freebsd". De même le signe "-" permet de
ne pas prendre en compte les pages contenant un terme donné. Un
exemple bien utile est "+linux -Windows".
Les guillemets permettent de spécifier une expression contenant des espaces ; cela évite que les différents mots composant l'expression ne soient pas considérés comme distincts.
Recherche |w«b T], et affichage des résultats | *n *orm jt stjndjrd simpllciey AND exode AND (interface NEAR coherent NEAR customizable) Critères de classement des résultats: [ Date de débat: |21 Har 86 Date de Bu: Aille Requête simple Documents 1-1 de 1 correspondant à la requête, les meilleures correspondances d'abord.
1. EXode - The X Open Desktop Project lüpdated: May lst| nhanced
pen skîop [ Last modification to dus Site was May lst ]
OverView: Free Tools to Enhance the X Windows Desktop The goal
of die eXode project B httr Z ww simchcitv
nat ia so heare exodei - sue 4K - 01-May-97 - Bnghsh -
Traduction
1. F 2j.
3. "
Attention à la casse Préférez toujours les minuscules, car la recherche se fait dans ce cas sans faire de différence entre majuscules et minuscules.
Cela n'est pas le cas lorsqu'une majuscule apparaît dans le mot ; Altavista considère alors qu'il doit tenir compte de la casse des lettres. Par exemple, linux correspondra aussi bien à LinuX qu'à IINUx, alors que Linux sera unique.
Cliquez ici?
Rer kerrW !»•* .il Un peu de classement Il est fréquent d'avoir plusieurs milliers de réponses lorsque l'on utilise la recherche simple. En réalité, cela n'a rien d'alarmant car il est fort probable que le document que vous cherchiez se trouve dans les 20 premiers trouvés. En effet, l'ordre des résultats donné par Altavista prend en compte l'importance de divers paramètres : présence de tous les mots, présence des mots dans le sujet ou au début du document et rapprochement potentiel des mots entre eux. En revanche, la fréquence d'un mot dans le document n'a aucune importance.
Document! 1-10 d'environ 1000000 correspondant a 1a requête, les medleares correspondances d'abord.
Rien que ça ?
ESI fctoi £dtion Alhchege 4 J zl La recherche avancée Docieneot chagé Simplicité ? Tu parles !
Le principal avantage de la recherche évoluée est sans aucun doute de proposer plus de critères quant à la sélection des mots à trouver. Il est en effet possible de chercher un document en fonction de sa date de modification, de la fréquence d'un mot clé, etc. Un simple clic sur Requête évoluée vous transporte vers un formulaire un peu plus complexe et surtout beaucoup plus puissant.
Du bon usage des booléens La partie date parle d'elle-même. Et lorsque la recherche se fait sur plusieurs mots, le champ critère permet de spécifier quel mot est considéré comme le plus important pour le classement. Le formulaire principal est de loin le plus intéressant ; c'est ici que figurent les mots à rechercher, entre lesquels s'intercalent des opérateurs booléens. Ainsi AND est équivalent au "+" de la recherche simple. S'ajoutent les opérateurs OR, NOT et NEAR. OR permet de spécifier l'un des deux mots concernés, au choix, ou les deux. NEAR est équivalent à AND mais rajoute la
condition que les deux mots ne doivent pas être séparés de plus de 10 mots. Enfin NOT inverse la condition. Il est à noter qu'il n'existe pas de XOR (OR exclusif) ; on utilisera donc (pre- mier_mot OR deuxième_mot) AND NOT (premier_mot AND deuxième mot). Tout comme dans une expression arithmétique, les parenthèses influent sur l'ordre dans AltaVista est le moteur de recherche sur Internet le plus puissant et sans doute le plus connu. Il permet, grâce à un simple browser Web, de rechercher toutes sortes de documents sur Internet. Visite guidée.
[cta £ tar. *Vch«jt A|» tanne*. 7 4' y i A V * À l) Màt h(n Sacuto Ante |7M*v»U»A«cci« »t»v'aiwy7»i liXy wcUc9 tcou«HrtWMbi«M*M y*rMi jê] LoohSmar Se rch Category Dream prof FtpSearch
• Les accents marchent-ils ?
Altavista supporte les jeux de caractères internationaux. Une recherche sur le mot système n ’'incluent donc pas les documents contenant “système”.
• Juste pour le Web ?
Il est égalemnt possible d'effectuer des recherches sur Usenet grâce au menu déroulant présent sur la page de garde d'Altavista.
T ; i 1 .'ft i 4 il ftéeMm tUehaqv «ccuri Iwtwc*» frato um WuM v:- * 1| | I I i d a Cliquez ici?
I mHHHIlMMUt 11MllIHI _ CitonitxIaMwuIn r Dal,*Maa|2 *•* • Tout ça pour ça ?
Requête évoluée.
Lequel sont appliqués les opérateurs. Enfin il est possible pour simplifier d'utiliser des symboles (respectivement & I ! Et ~ pour AND OR NOT et NEAR) ; les programmeurs Shell apprécieront.
Host.machine la page se trouve sur la machine spécifiée image-.botton.gif la page contient une image appelée bot- ton.gif link: texte la page contient un lien vers une Url contenant texte texte: texte texte est présent n'importe où sur la page title.texte le titre de la page contient texte URL: texte l'Url de la page contient texte.
Bonne navigation !
Guillaume Girard Mots clés Les mots clés sont reconnus dans les deux types de recherche ; ils permettent de spécifier où doivent se trouver certains critères. En clair, il est possible de ne chercher que les documents qui contiennent Linux dans l'Url ou encore les documents se trouvant en France. L'utilisation en est simple puisqu'il suffit d'entrer "motcléioccurence". Voici donc pour terminer la liste complète des mots clés reconnus, ainsi que leur signification : anchortexte texte apparaît dans un lien de la page applet:jakub la page contient un applet appelé jakub domain:domain la page
se trouve au sein du domaine Quelle recherche choisir ?
Comment choisir le type de recherche qui vous convient ? Il est évident que la recherche simple est plus... simple et plus rapide, mais moins puissante. De manière générale, celle-ci répond pourtant à 90% des cas car le classement des documents est automatique ; on l'utilisera donc par défaut. Il est nécessaire d'utiliser la recherche évoluée si la date de modification importe ou si vous avez l'utilisation du booléen NEAR.
Compagnon idéal d'AltaVista, FtpSearch en fait un Archie disponible via le Web. FtpSearch est au ftp ce qu'AltaVista est au Web et Veronica à Copher. Vous le trouverez à l'adresse http: ftpsearch.ntnu.no. Tout comme Altavista, Ftpsearch peut être très simple d'emploi mais aussi très puissant. Par défaut, il suffit de remplir le premier champ, éventuellement le domaine pour restreindre la recherche et pour obtenir tous les fichiers présents sur des sites ftp contenant le texte. Les amateurs seront heureux d'apprendre que FtpSearch est extrêmement configurable ; il permet même la recherche en
utilisant les expressions régulières. Une utilisation courante de FtpSearch est la suivante : Altavista ayant trouvé la homepage d'un logiciel ou le logiciel lui-même, on copie colle son nom dans FtpSearch avec, par exemple, une restriction au domaine .fr pour trouver ledit logiciel en France et, donc, le télécharger plus rapidement.
• Et pour chercher le mot AND ?
Pour utiliser les opérateurs comme critères il suffit de les mettre entre guillemets.
• Peut-on utiliser les jokers ?
L. 'utilisation du caractère * est la même qu 'avec le Shell,
sauf qu 'il est nécessaire de spécif ier les tro is caractères
précédents et qu 'il ne remplace que 5 caractères au maximum
(et uniquement des minuscules).
ALPHA DORSAÏ ALPHA DORSAÏ SX & LX 533 KIT ALPHA SX 533 ALPHA PC164SX cache 1 Mo 21164PC(«)533Mhz & MédiumTour ATX
10. 690 FTTC Kit ALPHA PC164SX 533 Mhz, 64 Mo sDRAM, 6.4 Go uDMA,
FD 3m, 2, Millénium II 4 Mo, 15” 0.26, CD-ROM 24x, AWE 64, HP
160 Wtt Clavier Souris ALPHA PC164LX cache 2 Mo
21164(5)533Mhz & MédiumTour ATX
18. 690 FTTC
20. 000 FTTC INTEL DORSAÏ INTERROGEZ NOUS EQUIPEZ VOUS, UP-GRADEZ
VOUS Pour passer commande Tél. Messagerie 01 46 65 70 20 Fax
01 46 65 13 20 E-MAIL do rsa i(5)cl u b-in ternet.fr PC
P2-233 Intel P2-233, Atlanta ATX 64 Mo sDRAM, 6.4 Go uDMA,
Millén. Il 4 Mo, Voodoo 4 Mo 3Dfx, 15” 0.26, FD 3m, 2, CD-ROM
24x, AWE 64, HP 160 Wtt, Winmodem USR MédiumTour ATX,
Clavier Souris, Win95
16. 000 FTTC Te l t k La gestion des fichiers en Tel est d'une
simplicité enfantine. Ce qui va nous permettre, vous l'avez
compris, de progresser en Tk. Nous allons surtout nous
occuper des fichiers textes car Tel aime le texte et c'est
tant mieux.
Gérer le système de fichiers Tel propose en interne une partie des fonctionnalités de commandes, en général proposées en externe sous d'autres interpréteurs de commandes. Les commandes cd et pwd sont par exemple disponibles : % cd frais couldn't change working directory to "frais": no such file or directory % pwd home lette avec des oeufs % cd pourris Comme prévu, cd tout seul vous fait retourner à la case $ HOME. Vous pouvez d'ailleurs lancer n'importe quelle commande et récupérer la sortie standard avec exec : %set repertoire [exec ls ] calc.tel dialogs.tel lib.tel menubar. Tel
testlib.flib tkcalclO.tel La commande glob, nettement plus intéressante, retourne une liste de noms de fichiers sélectionnés en fonction d'un motif de type expression régulière simplifiée (similaire à l'expansion du shell). Sa syntaxe est la suivante : glob [-nocomplain] [ ] motifl motif2 Gestion de fichiers et boîtes de dialogues sous Td tk 10e partie Difficile de trouver une relation entre les deux sujets du mois : fichiers, boîtes de dialogues... Bon sang ! Mais c'est bien sûr : pour choisir un fichier, nous aurons besoin d'une boîte de dialogue ! Ouf, sauvé (du ridicule).
L'option -nocomplain empêche l'élaboration d'un message d'erreur si aucun fichier ne correspond au motif. L'option indique que tout ce qui suit ne doit pas être interprété comme une option. Le motif est composé des constructeurs suivants :
* : remplace un nombre quelconque de lettres ( y compris 0) ? :
un seul caractère (motifl,motif2, . . . ,motifN} : motifl ou
motif2 ou motif3 motif : n'utilise que les noms de répertoires
[abc] : a , b ou c [!abc] : ni a, ni b, ni c Voici un petit
exemple : % glob *.tel *.txt calc.tel dialogs.tel lib.tel menu-
bar, tel tkcalclO.tel tkcalc.plan.txt Gestion de fichiers
textes Les opérations que l'on s'attend à retrouver sous Tel
concernant les fichiers textes sont les suivantes : ouvrir un
fichier en lecture ou écriture (commande open), lire une ligne
de texte dans le fichier (commande gets), écrire une ligne
dans le fichier (commande puts) et fermer le fichier (commande
close). L'ouverture d'un fichier en lecture se fait de la
manière suivante : set fichier [open nom_du_fichier r] On
peut remplacer r par w pour ouvrir le fichier en écriture
(d'autres valeurs sont possibles pour les fichiers en accès
direct, voir plus loin ...). La variable fichier est un
descripteur sur le fichier ; elle sera passée en paramètre aux
opérations d'entrées sorties. On peut ensuite lire une ligne de
texte dans le fichier : gets $ fichier ligne puts $ ligne == je
suis la ligne de texte dans le fichier Avec cette syntaxe, gets
renvoie le nombre de caractères effectivement lus. Il est ainsi
très simple d'afficher l'intégralité d'un fichier texte : proc
AfficherFichier nom_fichier } ( set fichier [open
$ nom_fichier r] while [gets $ fichier ligne] 0 } affichage
à l'écran puts $ ligne } close $ fichier } N'oubliez pas de
fermer votre fichier après l'avoir utilisé, ceci grâce à la
commande close. Pour écrire un fichier, on utilise bien
entendu puts : puts $ fichier ligne_a_ecrire Ces opérations de
base, qui suffisent en général pour traiter n'importe quel
fichier texte, sont accompagnées de fonctions de plus bas
niveau qui permettent de gérer les fichiers en accès direct :
read, write, tell, seek, etc. A noter une dernière infor
mation à propos des fichiers textes : il est possible de vider
le tampon de sortie avec la commande flush.
Les fichiers dans TkCalc Les fonctions utilisateur peuvent être sauvegardées sur disque. Le format de fichier est le suivant : ?" »¦;.'.* ; &Zf£ ZWîï7&yt.wnit3SK(IISaa99MIHmmB& vfS!3ff3&St. *.
Les procédures LoadLibrary, Pour la sauvegarde, il faut utiliser la comgrec tory: tiome pesch tools tKcaJc tkx:alc8 ftr] MergeLibrary et SaveLibrary s'occupent mande tk_getSaveFile, tout simplement.
5j testiib tiib de la gestion de ces fichiers. Prenons Une fois le nom du fichier sélectionné (Ü testllb2 tlib l'exemple de LoadLibrary, exécutée (placé dans la variable filename), nous lorsque l'on sélectionne le menu Load détruisons les fonctions déjà existantes library (original !). Dans un premier (uniquement dans la section User ). Le
• J 1 temps, cette procédure demande à l'utireste est une
simple lecture du fichier File name: testlib flib ûpen lisateur
de sélectionner un nom de source : fichier. Tk nous propose ici
une fonction Ries of type: Fonctions TkCaic (* .flito) |
Cancel fort sympathique : la sélection d'un while ! [eof $ f]
} La boîte de dialogue de chargement fichier dans une boîte
de dialogue com recuperer la description de sauvegarde de
fichier; merci Tk !
Plexe en à peine quelques lignes de la fonction code. Tout d'abord, nous établissons la gets $ f name Fonctionl (paramètres) liste des types de fichiers que nous vouif $ name == "" } break lons administrer : gets $ f accolade cchaine à placer dans la calcula- gets $ f val trice set types gets $ f comment commentaire Fonctions TkCaic} .flib} gets $ f accolade } } ajouter la fonction a la Fonction2(...) Tous les fichiers} * librairie ...}... } AddFuncLib "User" $ name $ val } $ comment Voici un exemple : } Il s'agit d'une liste composée d'autres PI(x) listes dont le premier élément est
une Avec cette nouvelle gestion de fichiers, la chaîne de description du format de librairie de fonctions est pratiquement
3. 14159265359 fichier (dans une liste) et le second est
opérationnelle. Ainsi, les commandes The value of PI
l'extension correspondante (* = tous les use, new et delete de
la boîte de dia} .
Fichiers). Ensuite, un simple appel à la logue des librairies fonctionnent (cf.
Toto(x) commande standard tk_getOpenFile fait encadré). Vous avez donc du pain sur la pratiquement tout le travail : planche pour créer et m'expédier vos 1+1 librairies de fonctions personnalisées !
Toto's head set filename [tk_getOpenFile - Fred Pesch } filetypes $ types] La boîte de dialogue d'ajout de fonction Si vous sélectionnez le bouton new de la set NewFunctionVal "" right -expand true - fiII x fenêtre de sélection des fonctions, vous set NewFunctionComment "" etc... pourrez voir apparaître une petite boîte de interface gerer la boite de dialogue modale dialogue permettant de rajouter une toplevel .newdialog grab set .newdialog fonction. Lorsque cette fenêtre est affichée, wm title .newdialog "New function" tkwait window .newdialog la calculatrice n'est plus opérationnelle.
On frame .newdialog.nameframe grab release newdialog dit que la boîte de dialogue est modale. La label .newdialog.nameframe.label -text } première chose à faire est bien sûr de placer "Name" proc NewFunctionOk } un grab sur la fenêtre (cf Dream No 46). Le entry .newdialog.nameframe.entry - global NewFunctionName problème, c'est que nous voulons également textvariable NewFunctionName NewFunctionVal NewFunctionComment attendre que la fenêtre disparaisse pour etc ... toutes les données sont obligatoires continuer notre exécution et enlever le grab. Frame .newdialog.commandframe -relief if
$ NewFunctionName == "" j return Ceci se fait simplement en utilisant la raised-bd 2 if $ NewFunctionVal == "" } return commande tkwait window qui attend en button .newdialog.commandframe.okbtn if SNewFunctionComment == "" ) paramètre un nom de fenêtre top niveau. -text "Ok" -command NewFunctionOk return Voici un extrait du code utilisé dans le button faire l'opération demandée programme (fichier lib.tcl) : . Newdialog. Commandframe. Cancelbtn - text AddFuncLib "User" SnewFunctionName "Cancel" -command NewFunctionCancel $ NewFunction Val $ NewFunctionComment boite de dialogue, nouvelle
fonction gestion de geometrie ne pas oublier de détruire la fenetre proc NewFunctionDialog (j pack .newdialog.nameframe -side top - destroy .newdialog global NewFunctionName expand true -fill x } NewFunctionVal NewFunctionComment pack .newdialog.nameframe.label -side proc NewFunctionCancel ) ( variables partagées left destroy .newdialog set NewFunctionName "" pack .newdialog.nameframe.entry -side } Nous avons vu que les threads partagent leur espace d'adressage, ce dont il faut explicitement tenir compte. Considérons par exemple la classe Compteur : Initiation à Java class Compteur
int val; public void incrémenter() val=val+l; } } Supposons que val vaut initialement 1 et que deux threads tentent d'exécuter simultanément la méthode incrémenter. Que se passe-t-il ? Si le premier thread effectue l'opération puis le second prend la main, val aura été incrémenté deux fois de suite et vaudra finalement 3. Mais si le premier thread évalue val+1 (le résultat vaut 2), et le second effectue l'opération complète et rend la main, le premier thread pourra alors continuer en affectant à val le résultat de l'opération qu'il vient de faire (qui vaut toujours 2), et val vaudra
finalement 2.
Autrement dit, le résultat est imprévisible car on ne sait pas dans quel ordre le système exécute les threads ! Il s'agit donc d'une portion de code qui ne doit être exécutée que par un seul thread à la fois pour garantir un fonctionnement cohérent : c'est ce que l'on appelle une section critique. En Java, les sections critiques peuvent être déclarées de deux manières différentes. La première (et la plus utilisée) consiste à utiliser les méthodes "synchronisées". Le principe est que les méthodes synchronisées sont mutuellement exclusives : lorsqu'un thread est en train d'en
exécuter une et qu'un autre thread tente au même moment d'appeler une méthode synchronisée du même objet, il est mis en attente et ne sera réveillé que lorsqu'il pourra disposer à son tour de l'accès exclusif. Dans cet exemple, on réécrit la méthode incrémenter en ajoutant le mot-clé "synchronised" : synchronised public void incrémenter () val=val+l; } Désormais, tout se passera correctement même si plusieurs threads tentent d'incré- menter en même temps.
Les critères de Bernstein Détecter les sections critiques en pratique peut être plus difficile qu'il n'y paraît. C'est même l'objet de recherches en mathématiques et en informatique théorique. Une méthode simple consiste à utiliser les conditions de Bernstein, qui signifient en somme que, premièrement, deux threads ne doivent jamais modifier la même variable au même moment et que, deuxièmement, un thread ne doit jamais modifier la valeur d'une variable pendant qu'un autre est en train de la lire. Dans notre cas, cela signifie par exemple qu'on ne pourra pas écrire la méthode suivante :
public int lireValeurO retum val ; } Car, n'étant pas synchronisée, cette méthode peut être appelée alors qu'un autre thread est en train d'exécuter incré- menter() (on tente de lire une variable pendant qu'elle est modifiée). En guise d'exercice, imaginez deux scénarios dans lesquels on appelle simultanément lireValeur() et incrémenter(), tels que lireValeur renvoie deux valeurs différentes.
Pour remédier au problème, on déclare la méthode lireValeur comme étant synchronisée : synchronised public int lireValeur() retum val; } On a alors la garantie que l'exécution sera toujours cohérente, mais au prix d'une dégradation des performances ! En effet, un seul thread à la fois peut exécuter lireValeur et monsieur Bernstein n'a pas interdit à plusieurs threads de lire la même variable en même temps, car ça ne pose aucun problème de cohérence ! Cela signifie que si trois threads veulent lire la valeur, ils devront attendre et appeler lireValeur() chacun à leur tour, alors qu'ils
pourraient le faire en même temps sans problème. Il faudrait en fait autoriser, par objet, autant d'accès simultanés à lireValeur() que nécessaire, mais un seul accès à incrémenter(). Il faudrait également rendre lireValeur() et incrémenter() mutuellement exclusives sur un même objet, ce qui exige déjà des techniques bien plus élaborées que le simple mot-clef "synchronised". Tout cela pour dire que même un exemple aussi anodin que celui-ci peut très vite devenir subtil.
Une autre syntaxe 12e partie L'utilisation des threads est tentante car tout paraît si simple.
Mais dès que le programme devient un tant soit peu complexe, les problèmes de synchronisation apparaissent.
Java possède une autre syntaxe pour la synchronisation. On peut l'utiliser par exemple lorsqu'on traite un objet qui n'a pas été prévu pour être manipulé par plusieurs threads simultanément et ne gère pas la synchronisation. Cette syntaxe est : synchroni zed(obj et) instruction; instruction; Un thread ne peut entrer dans le bloc syn- chronized que si aucun autre thread n'exécute un bloc synchronisé sur le même objet. Si par exemple notre classe Compteur ne définissait aucune méthode comme étant synchronisée, on appellerait lireValeur() comme suit (on suppose que comp est une instance de
Compteur) : synchronised(comp) cornp. Incrémenter; } ou encore synchroni sed(comp) valeur=comp.lireValeur(); } Une histoire de spaghettis Cinq philosophes sont assis autour d'une table. Chacun a devant lui une assiette de spaghettis et deux fourchettes, une de chaque côté, qu'il partage avec ses deux voisins. Les philosophes réfléchissent et, de temps en temps, ils mangent quelques spaghettis avant de se replonger dans leurs pensées. Le hic, c'est qu'un philosophe a besoin des deux fourchettes pour pouvoir manger, ce qui signifie qu'il ne peut se restaurer en même temps que ses
voisins.
Maintenant, il s'agit de trouver une synchronisation (c'est-à-dire déterminer les sections critiques et les exclusions mutuelles) qui garantisse un fonctionne- ment correct (chaque philosophe attend d'avoir les deux fourchettes avant de manger) et qui évite la famine (tous les philosophes désirant manger le feront tôt ou tard). En somme, chaque philosophe fait successivement les opérations suivantes :
1. Réfléchir
2. Prendre une fourchette
3. Prendre 1'autre fourchette
4. Manger
5. Poser les deux fourchettes et retourner à 1 Essayez de trouver
une synchronisation qui marche... ce n'est vraiment pas simple
! Ce problème, imaginé par l'informaticien hollandais
Dijkstra, est devenu si célèbre que le terme de famine fait
aujourd'hui partie des termes techniques en matière de
conception de systèmes d'exploitation.
Problème d'interblocage Si concevoir rigoureusement un programme "multithreadé" est souvent difficile, le déboguage est un véritable cauchemar.
L'une des erreurs de conception les plus fréquentes (et les plus désastreuses) est l'interblocage. Imaginons qu'un thread exécute le code suivant : synchroni sed(obj e11) synchroni s ed(obj e12) } } Tandis qu'un autre fait au même moment : synchronised(obj et2) synchronised(obj etl) Les deux threads entreront sans problème dans leurs blocs synchronised respectifs.
Mais supposons qu'à l'instant où le premier thread tente d'entrer dans le bloc synchronised(objet2), le second ne soit pas encore terminé. Le premier thread est alors suspendu et attend que le second thread libère objet2. Ce dernier continue pendant ce temps son exécution et tente d'entrer dans le bloc synchronised(objetl). Or, à ce moment, objetl est toujours détenu par le premier thread qui n'est pas sorti du bloc synchronised(objetl), et le second thread est suspendu. On se trouve alors dans une situation étrange : le premier thread attend que l'autre ait fini, qui attend pour sa part que
le premier ait fini. Aucun des deux ne pourra donc jamais se terminer : c'est la famine, un plantage total et définitif des deux threads ! Il faut dire que garantir que l'interblocage ne se produira jamais dans un programme multithreadé est peut-être le problème le plus difficile en programmation.
Tout n'est pas si noir Cet article avait pour but d'illustrer les problèmes qui peuvent se présenter lorsqu'on utilise les threads. En pratique, c'est tout de même bien plus simple : la plupart du temps, les threads effectuent des tâches totalement indépendantes où les problèmes de synchronisation ne se posent pas. Evitez autant que faire se peut d'utiliser des variables partagées par plusieurs threads et, dans la grande majorité des cas restants, le mot-clef "synchronised" vous permettra de vous tirer d'affaire. Mais nous reparlerons encore de la synchronisation dans Dream !
Jakub Zimmerman Hors série PC Team n°3 spécial micro-ordinateurs de poche Sur le CD, retrouvez : Plus de 8ooo programmes pour Psion séries 3a, 3c, 5, Siena, Palmpilot, HP48, TI92, Newton, Portfolio, Hp 200 Lx, Ma icLink... Tous les outils Linux, Ami?a et Windows pour connecter votre pocket à un micro.
Assembleur Initiation à l'assembleur 13e partie Ce mois-ci, nous allons voir une des techniques ultra-classiques de l'histoire de la programmation : le Double buffering.
- je dessine mon objet dans l'écran logique
- je recommence depuis le début.
Et hop, plus de clignotement ! En effet, pendant tout le temps ou l'on travaille dans l'écran logique, l'écran physique ne bouge pas. L'intérêt d'attendre que le balayage ait atteint le bas de l'écran est compréhensible : si on échangeait les deux images au moment où le balayage se trouve au milieu de l'écran, celles-ci se trouveraient mélangées.
Le listing de ce mois fait la translation d'un petit carré suivant la diagonale de l'écran, en appliquant la technique du double buffering.
David Mignon Vous est-il déjà arrivé de faire une petite animation sur l'écran de votre micro-ordinateur ? La plupart des débutants qui s'y sont essayé, se sont souvent confronté à un affreux clignotement de l'écran. Pourtant, la démarche algorithmique employée avait l'air des plus honnêtes :
- j'attends 1'arrivée du balayage vidéo en bas de l'écran
- j'efface l'écran
- je dessine mon objet
- je recommence depuis le début Alors, pourquoi cela ne
fonctionne pas convenablement ? Très simple, dans ce grand
classique du mauvais raisonnement plein de bonnes intentions,
le programmeur oublie un fait naturel commun à n'importe quel
écran : le balayage vidéo va de haut en bas, certes, mais sans
jamais s'arrêter. Autrement dit, les modifications du
programmeur se mettent à peine en place que le balayage a déjà
recommencé à afficher le haut de l'écran. L'oeil perçoit alors
l'effacement rapide (étape n°2) comme un clignotement et, ce,
bien que l'image soit correcte dans la mémoire de l'ordinateur.
C'est un fait, le temps dont on dipose pour faire toutes ces
opérations d'affichage et d'effacement est bien trop court et
il n'y a que les programmeurs de Microsoft pour penser que la
solution est d'opter pour un microprocesseur plus rapide.
C mvu 2- esr un, LQ 5m Vf). V
(c. Komfto) Un peu d'astuce L'astuce est en fait la suivante :
puisque dessiner dans l'écran que l'on voit pose problème,
alors pourquoi ne pas dessiner dans un autre écran, que l'on
ne voit pas, et les échanger ensuite ? C'est cette tech
nique que l'on appelle le Double buffering.
On dispose donc de deux écrans, un écran physique qui est celui affiché, et un écran logique qui est celui dans lequel on dessine. Une fois le dessin effectué, on attend sagement le retour du balayage vidéo et on échange les deux écrans. Ce qui se résume par la démarche suivante : Le listing est sur le CD !
Afin d'économiser de la place dans les pages du magazine, nous vous livrerons dorénavant le listing sur le CD-Rom du mois, dans le répertoire Amiga magazine programmation. Par ailleurs, cette méthode offre l'avantage supplémentaire d'être immédiatement disponible pour l'utilisateur, lequel ne sera plus jamais victime des fautes de frappe. Pour inaugurer cette nouvelle formule, nous vous offrons également ce mois-ci, la plupart des listings parus dans cette rubrique assembleur, ainsi que ceux autrefois parus dans la rubrique C. À Offre spéciale programmation ++ Dream, le magazine de la micro
alternative.
N u N Oui, je souhaite m'abonner à Dream pour un an.
? Formule 1 : abonnement d'un an à Dream avec 1 CD-Rom + Programmation C++ par la pratique, Editions O'Reilly & Associates, 439 francs à l'ordre de Posse Press. Le livre me parviendra séparément, en recommandé.
? Formule 2 : abonnement d'un an à Dream avec 1 CD-Rom, 319 francs.
Nom : Prénom : Adresse : .... .....Code postal : .Ville : .. Machine système (facultatif) : ? Amiga AmigaDos ? Amiga Linux ? Pc Linux ? Pc Divers ? Be BeOs ? Autre machine autre système : ... Ci-joint un règlement de
francs, par ? Chèque bancaire, ? Mandat postal à l'ordre de Posse Press.
En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi commander : Date et signature obligatoires : D R f jf AIVI Par téléphone : 01 53 36 84 10 du lundi au vendredi de 9h30 à 18h00 Q Par fax : 01 43 55 66 68, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 ? Carte bancaire : n° CB i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i expire le i i i i i Offre à renvoyer à Dream abonnement, 16, rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Tarif pour la France métropolitaine uniquement. DOM TOM et étranger, ajouter 100 francs au prix de l'abonnement, paiement par mandat uniquement. Offre valable jusqu'au 10 mars 1998 (cachet de la poste faisant foi).
Informatiques et libertés : en application de l'article L27 de la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification pour toute information vous concernant en vous adressant à notre siège social.
Les informations requises sont nécessaires à l'établissement de votre commande. Elles pourront également être cédées à des organismes extérieurs, sauf indication contraire de votre part.
Jeux test Bubble impact C'est indéniable, Bubble impact est un clone réussi du jeu Puzzle bobble sur console Nintendo. Pour ceux qui ne connaissent pas ce type de produit, rappelons qu'il s'agit d'assembler entres elles des bulles colorées. A chaque fois qu'au moins trois bulles de la même couleur sont jointes, elles disparaissent et entraînent dans leur chute les bulles qu'elles supportaient. Bref, Bubble impact est un jeu d'action et de réflexion où la limite de temps joue un grand rôle, lesdites bulles se rapprochant lentement et invariablement de la ligne à ne pas dépasser... Un
jeu à succès On retrouve l'ambiance des jeux à Jeu à deux : l'ordinateur est en mauvaise posture.
En voyant Bubble impact, on ne peut s'empêcher de penser à Tétris, même si la forme est totalement différente.
Succès : jouabilité excellente, graphismes mignons à souhaits, animations gratuites, musique entraînante, bruitages rigolos... Tout est parfait ! Ce jeu est résolument rafraîchissant. On a même tendance à ne plus pouvoir s'arrêter de jouer : voilà son plus gros défaut. Et à deux c'est encore pire : on double le nombre de personnes non productives !
Plusieurs modes Plusieurs modes sont disponibles, allant du joueur simple à la combinaison de plusieurs participants humains face à l'ordinateur, ce qui renouvelle un peu le de paramétrer ce défaut, quitte à perdre quelques images dans le feu de l'action.
100 niveaux !
Très comparable, en terme de qualité, à Pushy 2, Bubble impact est un shareware de l'Allemand Patrick Hinrichs qui ne coûte pas plus de 10 Dm. La version démo est disponible sur le serveur d'Armoric (http: sidonie.imag.fr AcornDemos), mais on lui préférera de loin la version complète, contenant 100 niveaux et plein de nouveaux graphismes. De quoi passer de bons moments.
David Feugey Bubble impact En hausse ? Très prenant A Techniquement irréprochable.
A Parfait En baisse T Rien Note ? ? ? ? ?
F n a 6, iSi fej « k à '& *1 t=f F W S - et tous 10H PLUG’IN F FRANCIS ZEGUT VWIOflOflWIMAU “na ww. Rtf.fr Jeux test OnEscapee Dans la plus pure lignée de Flashback et Another world, On escapee est un jeu d'aventure action en 2D.
Le jeu s'ouvre sur une introduction du plus bel effet : une longue animation dessinée sous Dpaint pose les bases de l'histoire. Un sombre commando extra-ter- .3' W
v. :' :¦ y'1 ; , y : : 4 t l J V cr , Pile : graphisme
luxuriant.
Restre descend sur notre planète pour capturer un échantillon de l'espèce humaine.
Heureusement, celui que nous n'allons pas tarder à incarner se distingue par sa dextérité et se joue de la bienveillance de ses geôliers.
Mais c'est déjà trop tard. Le vaisseau qui l'emportait vient de s'écraser avec fracas sur la surface du monde alien. Désormais, notre tâche se résume à revenir sur Terre... Le principe d'OnEscapee consiste à progresser au travers de six niveaux, exactement de la même manière qu'on le faisait dans Flashback et Another world : un personnage est dirigé de profil sur des décors en 2D dessinés à la main, en sautant par-dessus les embûches et en remettant à leur bonne place les clés éparpillées. La difficulté est intelligemment croissante et les scènes ciné- matiques viennent fréquemment
ponctuer J*
* CSi.
- ' 1 « i i Face : intrigue foisonnante.
L'action. Par ailleurs, OnEscapee reconnaît automatiquement la langue du Workbench.
Il est en outre possible de paramétrer diverses options, comme la vitesse d'affichage. Un jeu dont l'ambiance se révèle envoûtante et la qualité sonore de très bonne facture. L'effort esthétique est louable, mais on aurait quand même souhaité obtenir un résultat à la hauteur des composants Aga.
De plus, force est de reconnaître que la maniabilité n'est pas toujours au rendez- vous.
Yann Serra On Escapee En hausse Scénario Richesse Ambiance En baisse Maniabilité Palette Note ? ? ? ?
Uropa 2 Initialement présenté comme shareware, Uropa 2 est désormais un jeu d'aventure action en 3D isométrique commercial.
Le jeu démarre sur une splendide introduction en images de synthèse du plus bel effet. Des aliens tous droits issus d'un trou noir attaquent la colonie terrienne Uropa 2 établie sur la lune. Le joueur incarne un droïde de type Havar alternativement dans des intérieurs en 3D isométrique et des extérieurs tout plats en 3D temps réel. Son but consiste à détruire l'avant-garde alien et à préparer la riposte. Progressant dans un univers mignon à souhaits, le joueur devra tirer sur des ennemis potentiels, communiquer avec les ordinateurs de la base (pour télécommander le cargo qui transportera les
otages, acheter des armes, récupérer de la vie, etc.) et trouver le moyen de franchir certains passages bloqués.
Une ambiance excellente A l'usage, Uropa 2 s'avère des plus agréables. Cela surtout grâce à la présence de petites surprises qui dynamisent le jeu, telle la possibilité de se déguiser en droïde adverse, la représentation particulièrement esthétique des explosions ou encore le réalisme des voix dans certains dialogues. A ce propos, signalons qu'Uropa 2 fonctionne sans problème dans la langue de Molière.
Par ailleurs, le fait de passer d'un univers intérieur à un monde extérieur (représenté par une technique totalement différente) rythme merveilleusement le jeu. Une excellente atmosphère synthétisée par des sons très réalistes et des graphismes très agréables. De plus, la jouabilité est irréprochable.
Yann Serra Uropa 2 En hausse ? En français A Les graphismes A Le son A L'ambiance A La maniabilité En baisse ? Rien !
Note ? ? ? ?
EâgS? VOTRE SOURIS méconnu ????
Forcement critique et goguenard.
Le sourcil est foncé d'origine J e Ziÿûmaâ'c le seul muscle de la souris pour démonter toute 'info sur l'info pour mettre son nez dans tous les coins mal éclairés de la micro et sentir d'évolution technique de ifa pour s'offrir le luxe d'être incisif quand la presse "sérieuse" passe les plats pour se rouler dans la poilade gauloise et le moralement pas correct informatèuri une, deux, trois oreilles pour écouter ce que tout le monde raconte et s'en faire sa propre opinion.
Ujz zrtâe idéale pour créer le contact avec nos lecteurs motivés et compatibles La dose d'opinion micro hebdomensuelle en papier qui le fait bien Si, par le plus grand des hasards, vous ne trouvez pas informateur chez votre marchand de journaux, changez-en !
'o * Démos The party 97 On nous avait annoncé l'an passé que la Party 96 serait la dernière de cette série mythique, mais un grand nombre de personnes ont souhaité une fois encore se retrouver à l'occasion d'un tel événement européen.
Lops kakki DA JORMAS f Q K r Les dates et le lieu n'ont pas changé : entre Noël et le jour de l'an, dans un grand centre d'exposition au Danemark, à Aars plus précisément (où avaient déjà eu lieu les deux premiers rendez-vous, en 1991 et 92). La tendance des dernières années a malheureusement été confirmée : cette démo-party est de plus en plus le reflet d'une opération commerciale plutôt qu'une occasion de rencontres et de divertissement. L'animation était quelque peu faible en dehors des habituelles compétitions de démos, graphisme et autres musiques. Par ailleurs, la sélection trop
sévère sur la qualité des productions présentées n'était pas très bien venue.
Vincent Oneto Code : - Musique : - Graphisme : - Le style Jormas est reconnaissable entre tous : une musique dans le style trance goa, accompagnant un ou deux effets visuels en boucle. Ce nouvel épisode ne faillit pas à la tradition. Pour les connaisseurs... mais c'est plutôt léger pour une démo. Démo Aga, disque dur (1,3 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Killer Mellow vellow Code : S!y, Humanoid et Case Musique : Destop et Louie Graphisme : Yolk et Legend Code : Booger Musique : Booger et Iceman Graphisme : Opio Une production magnifique !
Certainement la démo de l'année 1997 ! Heureusement qu'il nous reste des groupes créatifs comme CnCd, pour nous démontrer que l'on peut utiliser des effets de 3D pour autre chose qu'afficher de simples objets tournoyant dans tous les sens au milieu d'un écran noir de Un petit hommage à Melon et plus généralement à tous ceux qui fument des peaux de banane... Les membre de Factir reprennent ici certaines caractéristiques qui étaient propres aux intros et démos de Melon, à savoir des lettrages qui se remuent et des cycles de couleurs vives. A voir au moins une fois... Mais, même remarque
que pour la production de Da Jormas, c'est un peu léger pour une démo. Démo Aga en un fichier exécutable (700 Ko), mémoire Fast obligatoire.
Vide. Ici, le graphisme ne veut pas dire "logos" et autres "images plein écran destinées à nous faire patienter pendant le chargement".
Vraiment beaucoup d'originalité dans cette production soutenue, comme toujours, par un graphisme et une musique d'excellente qualité. Point d'ombre toutefois : le processeur est mis à rude épreuve, et un 68060 ne sera pas de trop.
Démo Aga, disque dur (4,2 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
How mctny bananas can you handle?!
A «T Code : Psychoc Musique : Zoomorph Graphisme : Gafkhan, Laika, Tarmslyng et Lemniscus Comme son titre l'indique, à travers ce calembour qui, j'en suis sûr, aura plié la France en deux pendant quelques minutes, le thème de cette démo est un peu un mélange de trains et de musique Goa (si, si !). On y trouve beaucoup d'effets: un wagon en Gouraud, un ticket de train mappé, un voxel avec une voie de chemin de fer, etc. La qualité générale de cette démo, qu'il s'agisse autant du code, du graphisme ou de la musique, nous laisse penser qu'il s'agit là d'une première démo de la part d'un groupe
plein de bonne volonté, mais on n'en est pas encore au niveau atteint par des groupes plus expérimentés.
Démo Aga, disque dur (3,7 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Code : Pg et Hence Musique : Steffo Graphisme : Skize, Skutt, Mrk et Dvize Si l'on fait un bilan de cette année 1997, on se rend compte que Limited édition a été l'un des groupes les plus productifs sur la scène des démos Amiga. On a même pu noter que leurs productions avaient gagné en maturité. Les points forts de cette nouvelle démo se matérialisent par des effets de 3D multi-objets, un travail poussé sur les mouvements et des déplacements de caméra originaux (à ne pas manquer : une scène de combat entre deux robots). Les éclairages sont également à l'honneur, notamment dans la
partie des greetings. Démo Aga, disque dur (1,8 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Code : Dr StrangeLove Musique : Barksten et Temal Graphisme : Razorback Goatraince Remix Dans une ambiance plutôt macabre, une démo assez pauvre en innovations, où les effets ne sont plus tout jeunes (zoom, voxel, tunnel mappé) et le graphisme très inégal. C'est dommage, on avait connu mieux de la part de ce groupe suédois, qui avait réussi l'exploit de placer sa démo "" devant celle de IBM à la Remedy 97. Démo Aga, disque dur (3,2 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Turbotronic INSTINCT T|lOiÜC Code : Nuclear Ninja Musique : Turbocop Graphisme : Ageldust, Tentacie, Soda et Squid Pour sa première production, Instinct nous propose une démo composée presque exclusivement d'effets de 3D (mirroirs, ombres, environnement mapping, etc.), mais malheureusement une grosse erreur de mathématiques fait apparaître certaines déformations. C'est très gênant, pour ne pas dire très laid.
Démo Aga, disque dur (3,6 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Microstory Gnu is gg- not U ix !
Le Cnu project, cet enfant terrible du développement de logiciels, est l'histoire d'un rêve qui est devenu la plus folle entreprise que l'informatique ait jamais connue.
Richard M. Stallman, informaticien brillant et excentrique, chercheur en intelligence artificielle au célèbre Massachusetts institu- te of technology (le Mit) et programmeur réputé. Stallman décide de se consacrer entièrement à cette cause. Il rêve d'un monde où les logiciels seraient à la disposition de chacun, "just like the air" (tout comme l'air), où chacun puisse utiliser ce qu'il veut sans avoir de comptes à rendre, et où le but d'un développeur n'est pas de garder jalousement ses secrets mais au A la fin des années 70, l'industrie du logiciel naissante voit apparaître une chose encore
relativement inconnue des informaticiens : les licences d'utilisation, de plus en plus précises, restrictives, contraignantes et souvent abusives. Les utilisateurs aussi bien que les programmeurs se sentent dès lors frustrés par le fait qu'ils ne peuvent disposer à leur guise de leurs logiciels. C'est alors que naît le concept de l'informatique libre. L'un de ses plus fervents militants n'est autre que contraire de créer des œuvres ouvertes et en perpétuelle amélioration. Stallman est tout simplement considéré comme l'inventeur de ce que l'on appellera plus tard le Free software. A
cette époque, il met au point la première version de son éditeur de texte, un certain Emacs, et décide de combattre activement les développeurs de logiciels propriétaires. Il élabore à cette fin la General public license (Gpl) qui formalise les principes du Free software et lui donne un statut légal. Mais le plus important est le fait que Stallman lance un projet très ambitieux : développer un système capable de se substituer totalement à Unix et qui serait 100% Free software. Le nom choisi pour ce projet est Cnu, pour Cnu is not Unix.
La Free software foundation L'ampleur du projet n'apparaît que progressivement. Il faut d'abord se donner les outils de développement : compilateurs, débogueurs, bibliothèques, outils de génie logiciel... tout un programme ! Stallman réalise qu'il aura besoin du support de l'ensemble de la communauté informatique - et surtout de sponsors - pour mener à bien son entreprise. Afin de centraliser toutes les ressources humaines et matérielles, il crée en 1984 la Free software foundation (l'année même où Apple lance son Macintosh, l'ordinateur le plus propriétaire jamais conçu). Le
développement de logiciels n'est qu'une partie des activités de la Fsf : celle-ci se consacre également à promouvoir le Free software auprès des utilisateurs, organise des conférences et des meetings et apporte son soutien à d'autres projets qui vont "dans la bonne direction". Mais malgré ses moyens très limités, la Fsf se fait très vite un nom grâce à la qualité exceptionnelle de ses logiciels.
Un long statu quo Le Free software est longtemps resté incompris et les utilisateurs se méfient de cette plante exotique. Si les logiciels édités par la Fsf gagnent l'admiration des connaisseurs, ils restent à peu près inconnus hors du monde de la recherche. La Fsf gagne de l'argent principalement en vendant des bandes (plus tard des CD-Rom) contenant les logiciels Cnu. Les bénéfices annuels sont alors de quelques centaines de milliers de dollars, ce qui peut paraître dérisoire, mais c'est suffisant pour payer les salariés et organiser quelques opérations de promotion, sachant que les
frais de fonctionnement de la Fsf sont proches de zéro. On voit alors apparaître un nouveau type d'entreprises : les Free software compares, spécialisées dans la distribution et la maintenance du Free software. La Fsf finit même par avoir sa "face commerciale", Cygnus software, qui porte les logiciels Gnu sous Windows et Nt, en plus d'offrir une participation poussée au développement du projet. C'est ainsi que le développement de Ccc ou de Guile se fait en partie chez Cygnus.
Le grand boom Le début des années 90 marque un tournant pour le Free software : grâce à l'explosion d'Internet et à la politique de plus en plus agaçante des éditeurs de logiciels propriétaires, les utilisateurs s'intéressent à ce monde parallèle. C'est à ce moment qu'un certain Linus Torvalds décide de diffuser son système d'exploitation (encore embryonnaire) sous licence Gpl. Fort de son immense succès, Linux entraîne dans son sillage de nouveaux projets et de nombreux développeurs sautent dans le train en marche. Les outils de développement Gnu sont universellement adoptés, tant par
les éditeurs de jeux vidéo (Quake est écrit avec Ccc) que par les fabriquants d'appareils électroniques et électroménagers.
Paradoxalement, la Fsf s'en trouve affaiblie : Stallman n'est plus le maître incontesté du Free software, les revenus chutent et sa fondation connaît de graves difficultés financières. Qui achèterait un CD avec Emacs quand il suffit de le télécharger par Ftp ? Mais Stallman ne baisse pas les bras ; il adopte un budget de rigueur, cherche de nouvelles sources de profit et garde le cap : "si la Fsf termine le développement de Gnu puis doit mettre la clé sous la porte, ce serait un succès complet".
ProTV (Tous signaux vidéo sur écran VGA) ...990 F Goldstar 15" 0.23 .. 1 550 F Amaga 17" 0.23 ...... 5 290 F Mitsubishi 17" Pro 67 TXV .4 490 F Mitsubishi 17" Pro 67 TXM I ...„ ...5 450 F Quel Os pour Gnu ?
Avant même le lancement de Linux, la Fsf décide de commencer les travaux sur la partie système d'exploitation de Gnu. Elle avait déjà mis au point un noyau du type Unix quasiment fonctionnel et tout le monde s'attendait à ce que ce dernier soit stabilisé et intégré à Gnu. Mais à la surprise générale, Stallman décide d'abandonner totalement ces travaux et fait mettre en chantier un système totalement nouveau, le Hurd. Cette volte-face en fait grincer des dents à plus d'un, y compris au sein de la Fsf. On aurait préféré voir Gnu rester dans la voie tracée et aboutir dans un délai raisonnable
plutôt que de lancer un projet qui ne sera intéressant qu'à très long terme et qui coûtera énormément d'énergie et d'argent. Seul contre tous, Stallman ne revient pas pour autant sur sa décision et refusera même d'utiliser Linux comme noyau de Gnu. La première version "boo- table" du Hurd n'arrivera qu'en automne 1996, suivie de la version 0.2 en 1997, mais on est encore loin d'une release complète et finalisée. Actuellement, toutes les pièces essentielles du fameux Gnu system sont disponibles... sauf deux, toujours en développement. Il s'agit de l'interface graphique GnuStep et du système
d'exploitation proprement dit : le Hurd. Mais celui-ci promet beaucoup plus que le tant attendu "Gnu kernel" : il s'agit de faire table rase et de réinventer le concept même de système d'exploitation en se plaçant dans le contexte de l'informatique de l'an 2005, tout en restant totalement compatible avec les applications existantes.
Mémoires de masse Lecteur CDPOM IDE Goldstar 24x ......„ ....510 F Disque dur IDE 2.1 Go .....1 220 F Disque dur IDE 2.5 Go ..1 550 F Lecteur ZIP ATA PI interne ...650 F
CDPOM vierges Traxdata 5ilver (les dix) ..120 F Mieux : le nouveau système doit permettre aux logiciels actuels de profiter directement des nouvelles possibilités, sans qu'il soit nécessaire de modifier la moindre ligne de code ! Qui a dit "impossible" ?
Amiga - PC - Mac - Linux Du mardi au samedi A 20 mn de Grenoble & Chambér j Moniteurs & Video Iakub Zimmerman Gnu Linux ou Lignux ?
Mémoires Une querelle oppose depuis le début Richard Stallman à Linus Torvalds : le premier accuse le second de sous-estimer la contribution de Gnu au succès de Linux et souhaiterait que Linux s'appelle "Lignux" (idée abandonnée, qu'on se rassure !), "Gnu Linux" ou, de préférence, "Système Gnu basé sur Linux". Ce à quoi Linus rétorque que Stallman, qui n'est pas spécialement un esprit ouvert, n'a pas son mot à dire et que la meilleure preuve de sa reconnaissance vient du fait qu'il ait placé Linux sous licence Gpl. La dispute ne cessera probablement jamais, mais qu'on parle de Gnu Linux, de
"Linux-based Gnu system" ou simplement de Linux, il s'agit strictement et exactement de la même chose !
5IMM 6 Mo EDO ..120 F 5IMM 16 Mo EDO ....260 F DIMM SDPAM 52 Mo ..500 F Autres Modem USPobotics 5portster Flash
56000 ...1190 F Carte SCSI-2 PCI Tekram (PC) 600 F Distributeur produits Micronik & Atéo Configurations PC sur mesure • Linux installé gratuitement Spécialiste en câbles & nappes ésotériques Frais de port TTC : Mémoires 25 F - Moniteur 150 F - Autres 50 F Pragma Informatique Route départementale 523 • 36570 TENCIN Tél. : 04 76 45 60 60 - Fax 04 76 45 60 55 sy na pse( c I u b- i n tern et.fr Je n'arrive pas à recompiler le noyau pour
lui faire reconnaître ma carte son. Comme c'est écrit dans le forum du n°47, je me logue en root et je vais dans usr src linux. A l'intérieur de ce répertoire, il n'y en a qu'un, nommé "include", et quand je tente un make config, j'obtient le message suivant : "No rule to make tar- get config". Peut-on installer des packages debian sur la Redhat ? Comment installer X ?
Vous mettez qu'il suffit de faire un rpm -i nom_de_fichier.rpm mais il y a une dizaine de fichiers différents. J'ai tenté d'en installer plusieurs sans succès, comment faut-il faire ?
J'aimerais bien trouver Netscape sur votre CD, car télécharger plus de 10 Mo sur Internet est trop long.
Souvent, vous présentez de petits utilitaires mais vous ne précisez pas où on peut se les procurer. Enfin, je trouve que vous n'êtes pas assez précis pour les débutants ; je fais des "man" à longueur de temps mais je ne progresse pas beaucoup.
Anonyme.
Pour compiler le noyau, il est nécessaire d'installer le package contenant les sources. Cela se fait très simplement par : dpkg -i cdrom bo bina- ry-i386 misc kernel- package_3.28.deb dpkg -i cdrom bo bina- ry-i386 devel kernel- source-2.0.30-7.deb dpkg -i cdrom bo bina- ry-i386 devel kernel- headers-2.0.30_2.0.30- 7 . Deb De plus, sous Debian, la commande make-kpkg est utilisée pour créer un package .deb (contenant un noyau flambant neuf) qu'il suffit d'installer comme tout autre package (voir l'article sur la Debian). Pour le moment, il n'est pas possible d'installer des packages Debian
sous Redhat. En revanche, l'inverse est tout à fait possible, voire courant grâce à la commande alien : alien -n packa- ge_redhat.rpm ou alien -n packa- ge_slackware.tgz. Attention ! La commande rpm installe les packages RedHat ; pour installer les packages Debian, c'est la commande dpkg qui convient. Pour X, il suffit d'installer les packages suivants : le fichier xl 1 xserver- ??? (qui correspond à votre carte), les fichiers xll xfnt???
(pour les polices désirées), x I 1 x I i b 6 _ 3 . 3 - 4 . Deb, x1 1 xbase_3.3-4.deb et xl 1 xcontrib_3.2-2.deb. Nous essayons autant que possible de fournir sur le CD les logiciels testés. Nous nous efforcerons par ailleurs de donner l'adresse Internet à laquelle vous pourrez vous procurer les logiciels non fournis sur le CD. Nous essayons de contenter tout le monde, les débutants comme les utilisateurs avertis. Par ailleurs, le meilleur moyen de progresser sous Linux, reste de "mettre les mains dans le cambouis". Nous pouvons bien sûr vous guider dans vos pérégrinations, mais sachez
que rien n'est vain ; même si vous pensez que vous ne progressez pas beaucoup, cela vient du fait que ce que vous apprenez n'est pas forcément immédiatement utilisable.
Bientôt; vous aurez besoin d'une information et vous vous souviendrez de l'avoir lue; dans un man, un mois auparavant. Si vous trouvez que vous ne progressez pas assez vite, nous vous conseillons l'excellent livre "le système Linux", aux éditions O'Reilly.
Vds ou échange scan à main 24 Bit 400Dpi contre matériel ou logiciel ; contacter François au 03 83 52 33
92. Répondeur. (54).
Petites annonces Vds Cpu Intel Pentium 120 Mhz + Radiateur thermique : 450 F. M. jUBLOT Xavier 7 Allée Henri Bergson 18000 Bourges.
Contre 20 F, recevez mes listes de Soluces Astuces, codes. Roger JM, 49 Rue Florion 51800 ST Ménéhould.
Vds 1200 + MTEC 03042 Mhz + DD800 + CDX4 + écran + 3 000 Frs à débattre + HP660 c : 990 F. 05 56 39 42 33.
Vds CG Diamond Edge 3D 2Mo (son + intégré) ou échange contre intel P200. François 05 57 51 00
64.
Vds battlespire 1906. R. Contactez Antoine au : 04 75 81 46 86.
A1200 + écran + DD170 Mo + Lect. Ext. + Carte 68030 (4 Mo) + CD X2 + Accs. Prix : 3500 F. Vds aussi A600 : 2 Mo + DD 70 Mo.
Tél. : 02 33 40 08 49 après 17 h. Vds carte 3Dfx 650 F Mgamillenium 600 F. Sound 64 Dynamic 3 D 500 F sbawe 32 Jeux originaux très récents : TR II Quake
II. JK Sublo 76 Pod LBA 2. Xavier au 02 98 85 04 24.
Vds 1200 + carte acc. 68030 28 Mhz 8 Mo + DD 80 Mo + CD-rom 2 X + Moniteur 1083S + scanner à main 16 32 niveaux de gris 4 000 F. Tél. : 03 44 41 57 20.
Vds collection CD sur Amiga et aussi nbrx jeux. Demandez : Alfred 06 85 46 15 26. 3 rue des Maçons de lumière 95800 Cergy.
Désormais, il est possible d'écrire à Dream par E-mail ! N'hésitez donc pas à envoyer toutes vos missives à l'adresse drea@posse-pres.com. Nos experts se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions !
Vds carte MTEK030 42 Mhz + 68882 25MHz + 4 Mo : 600 F.Vds Alim ext. Ventillée 200W Ts Amiga : 200 F. Vincent au 05 55 52 0192 après 1 7h30.
Vds Al 200 OS 3.0 Blizzard 030 50 - 16 Mo CD 4 X HD 2 Go + 3 man. + carte son AURA + Cds + jeux + souris... : 4 000 F. à déb. Tél. : 02 40 59 68 87.
Vds 1200 600, matériel, logiciels, moniteur. Tél. : 03 21 37 40 00.
(heures de bureau).
Vds carte GVP 1230 + 4 Mo + DK7 + Divers + Bible WB 3 + Copieur Hard + jeu : 1 000 F. Tél. : 02 35 87 86 54.
Vds jeux Amiga : Desert strike, Wing commander, etc... à 55 F le jeu ; écran 1084S = 400 F ; lect.
Ext. 880 Ko = 100 F. Tél. : 03 24 27 29 63.
Vds Mtec 1230 28 + 8 Mo 700 F. 03 28 68 90 85 Bruno.
Vds carte mémoire MBX avec 4 Mo et 68882 à 25 Mhz. Px : 450 F à débattre. Tél. : 04 67 42 25 18.
Cherche contacts Amiga sur Montpellier.
Vds 4030 10 M + hd 120 m+ CD Rom + carte IO de GVP + SCSI + HD 80 M + écran + digitaliseur vidéo + audio nbx C7 D7 prix 6 500 F. Tél. : 03 27 27 83 02.
Vends CD32 S X 32 DD270 8Mo 20 CD Rom + Disquettes + imprimante + Comprendre l'Amiga prix 1 500 F. Tél. : 02 35 75 22 18, heures repas.
Vds Al 200 + 1085s + 16 Mo + Bliz D 1230 + CD X 8 + DD1.7 : 5 500 F. Jean 01 39 13 58 98.
Vds carte accélératrice cyberstorm 060 (MK1) + module Scsi (rom V8.5) : 2 500 F. Demander jérôme. 01 45 89 87 43. Paris.
Vds cartes graphique & vidéo : Retina Z2 4 mo (800 F). VLAB Z2 (800 F). Tvpaint 2 (400 F). Le tout 1 800 F. Tél. : 05 56 69 72 34.
A. V 386 avec Work, Norton...petit prix ; carte
acquisition-restitution vidéo PC haute résolution 2 500 F.
Pour Amiga : scanner main 400 dpi, logiciels traitement de
texte : WordWorth 6 et 3, KindWords 2 et 3, base de donnée,
PageSetter, DigiWiew + filtre électronique, Scala VidéoTitler,
jeux tous Amiga prix sacrifiés. Table montage vidéo.
Vidéonics TU1 (1 500 F). Tél. : 02 31 68 84 92 (répondeur).
Vds A1200 + écran + CD 4 X + DD 540 Mo + 2 joys + jeux + nbreux disks + Mtec 030 + 8 Mo + Nbreux Dream : 3 600 F. Tél. : 02 47 53 75
05.
Vds Al 200 + HD Seaget 630 Mo : 1 800 F. Carte Scsi Gvp pour A2 3 4000 + HD Scsi 700 Mo + 8 Mo : 800 F. PC x : 250 F. Amos 3d : 100 F. A1200 + 030 50 + 8 Mo + HD 170 Mo + moniteur + lect. Ext.
Tover Drive + Scan couleur + Souris + originaux : 3 800 F à débattre. 01 60 02 60 07. Après 19 h. Vds A1200 Ram 10 Mo + Carte accél + DD2,5. 1 G.O + lect. Ext. + accessoires + Nbx logic. + TS les dream 2 500 F. Port compris. 05 53 49 32 11.
Tarif des PA Vends carte mémoire vide pour Amiga 1200 Extensible 8 Mo : 400 F. Livres - CDRom - Amiga - Prix à débattre au 05 53 04 59 91.
Envoyez votre règlement (selon les tarifs ci-dessus) par chèque à l'ordre de Posse Press PA, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 Paris. La vente ou l'échange de logiciels concerne uniquement les originaux. Dream se réserve le droit de refuser toute annonce. - Rubriques : J achats _) ventes J contacts - Système : J Amiga J Linux ? Autre Vds 1200 T 3.1 2500 F, Amiga 2000B rev. 6.2 - 3.1 500 F + Ml4385 2 000 F. Autre mat. Tél. : 03 82 57 17 00 soir.
Vds Al 200 + Moniteur + 2 joysticks + jeux Prix : 1 300 F. Tél. : 02 43 82 63 58. Rép. Demandez Delphine.
Vds pour Al 200 carte Acc. 030 28 + 68882 33. 8 Mo Fast : 700 F. Port compris. Tél. : 03 24 35 15 40 le Week-end , dema; Alex.
Vds Disc Dur 60 Mo 250 F, imprimante Mps 1230, 250 F, final copy 2 200 F, Archon 50 F. Pour Amiga.
Alexissolier@Min ; tél. : 04 50 45 75
46. Tel. Net ACH. DRIVE H.D. Vds Vds Al 200, 1 500 F. DD 650 Mo
600 F. Squirrel 400 F. Picasso II 900 F. A3640 1 000 F. Tél.
: 03 86 80 90 87.
4030 + 11538 + 68882 33Mz + 16 Mo + CD 4X + DD2. Go + Softs : 7000 F. 4040 + EGS + 1960 + Softs (symthese, animation...) 8 000 F. 03 27 92 75 44.
Echange playstation + 1 manette + 1 carte mémoire + 5 jeux + boîte et doc, garantie 9 mois.
Contre Blizzard 68030 50MHz + copro 68882 à 50 Mhz + 8 Mo de fast, ou +. Ecrire à Réguéna Laurent , 9 cité Bonduelle, 59223 Roncq.
Vds pour A1200, carte 68030 + Mmu à 28 Mhz + 8 Mo 600 F + Vds nbrx D7 jeux & utilitaires + cherche écran multisynchro. Jérôme au 03 85 33 85 12.
ACHATS Achète Carte Blizzard 1230 - 1240 - 1260 avec éventuellement son Insertion magazine Dream Option couplée magazine PC Team Option en gras Total contrôleur scsi 2 Tél. : 03 80 67 55
79.
Ch jeux pour console Vectrex + Jeux et utils pour 6128 et Amiga
500. Bernard au 01 48 18 82 33 ou fax 01 4818 82 11.
Ach. Ou échange Amos pro avec ou sans Doc plus si possible Extension AGA. Tél. : 01 30 25 34
67. DMD Maurice.
Achète FPU pour Blizzard 1230 : 200 F et Modem capable recep.
Fax amiga éteint + softs. Joël au 03 89 48 09 39 le soir.
CONTACTS Recherche graphistes musiciens et scénaristes pour compléter équipe pour jeu vidéo. 03 20 42 25 14 ou smi-soft@nordnet.FR. Cherche contacts tous Amiga pour échanges. Fabrice Bertin, 71 rue de la fontaine 80300 Albert.
Cherche contacts sur amiga.
Contacter Blondel Dany, 3 voie Henri Dunant, 59760 Grande Synthé.
Cherche contacts sour A600.
Mielcarek Yann 28 Lot. Du Champ Marot 02320 Brancourt en Laonnaois. Vends jeux Al 200. 03 23 22 28 18.
Non abonné Dream 20F (+15F) (+20F) Abonne Dream 0F (+1SF) (+10F) Dream est édité par Posse Press, SARL au capital de 250 000 francs, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Téléphone: 01 53 36 84 10 Télécopie : 01 43 55 66 68 Directeur de publication : Romain Canonge Tél. : 01 53 36 84 25 Email : rcanonge@posse-press.com Directrice de la rédaction : Christine Robert Tél. : 01 53 36 84 24 Email : crobert@posse-press.com Responsable promotion publicité : Hélène Blondel Tél. : 01 53 36 84 20 Email : hblondel@posse-press.com Responsable comptable et administrative : Angelina Parmentier Tél. : 01 53 36 84 23 Email : admin@posse-press.com Assistante de direction : Valérie Ambrosio Tél. : 01 53 36 84 11 Secrétaire générale : Anna Vincent Tél. : 01 53 36 84 10
Renseignements : (technique, vpc, abonnements) Tél. : 01 53 36 84 18 du mardi au vendredi de lOhOO à12h30 Rédacteur en chef : Yann Serra Tél. : 01 53 36 84 15 Email : yserra@posse-press.com Directeur des projets multimédia : Frédéric Botton Tél. : 01 53 36 84 12 Email : fbotton@posse-press.com Ont collaboré à ce numéro : David Curé, David Feugey, Guillaume Girard, Emile Heitor, Bernard Medioni, David Mignon, Christophe Morvant, Vincent Oneto, Frédéric Peschanski, Richard Thibault, jakub Zimmeramn.
Directeur artistique : Pierre-Yves Roudy Tél. : 01 53 36 84 28 Email : pyroudy@posse-press.com 1er rédacteur graphiste : Catherine Paire Tél. : 01 53 36 84 27 Email : crea@posse-press.com Rédacteur graphiste : Séverine Briaud Tél. : 01 53 36 84 27 Email : crea@posse-press.com Illustrateur : Christophe Bardon Réalisation du CD Posse Press Fabrication : Photogravure : La station graphique Impression : Léonce Deprez Réassort : Distrimédia (Toulouse) Tél. : 05 61 40 74 74 Diffusion : Mlp Dépôt légal : à parution Commission paritaire : n°75364 Représentant légal : Romain Canonge Associés principaux
: Romain Canonge, Christine Robert Copyright 1997 - Posse Press Toute représentation ou toute reproduction intégrale ou partielle du magazine, toute utilisation du logo de Dream ne peuvent se faire sans l'accord de l'éditeur. L'envoi de textes, photos, logiciels à l'éditeur implique l'acceptation par l'auteur de leur libre publication. Sauf accord spécial, les documents ne sont jamais restitués. L'éditeur décline toute responsabilité quant aux opinions formulées dans les articles, celles-ci n'engageant que les auteurs. Les marques citées appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Leur citation est faite sans aucun but publicitaire et ne signifie en aucun cas que les procédés soient tombés dans le domaine public.
Posse.
30F Le Pc sans se PORT 8 planter i iTskÆ Tout pour 1 WWT3 comprendre et Y r . V ' - acheter un El V *' ordinateur multimédia: wr % l'unité centrale, le V.Z stockage magnétique, l'affichage, le multimédia, les communications, les imprimantes, les souris, les joysticks... Avec CD-Rom 30F Le Pc sans rT~r”r-' % + Püftl B fausses notes 1 ’ musique assistée I W $ par ordinateur : le I Midi, le hardware, rH IL'.
Internet, rubriques I gf fcy,- - pratiques... Avec un CD comprenant 34 démonstrations commerciales, 50 Mo de modules, 1 3 trackers, 100 fichiers Wav... 30F Le Pc dans la [r~r~r~r~r *P3fi Poc e ordinateurs de 1 poche : Psion ygs sériés 3 et 5, Issr* Palmpilot, Hp48, Ti92, Newton, Windows ce... Avec tous les logiciels de connexion pour Amiga, Atari, Linux, etc. 20F La bible du jeu p- „ ; Amiga I OR(§ La référence en matière de jeux pour Amiga et Bktil CD-32. Découvrez les 101 meilleurs jeux, 101 trucs et astuces et un ËH méga-dossier sur les jeux de foot. Incontournable.
15F Le CD PC Team ? Pom A (n°10 à 24) __ Retrouvez sur chacun de ces (-A CD-Rom un répertoire Amiga d'environ 10 Mo: jeux, t83IT1 utilitaires, astuces, fichiers images, sons... I i LES ANCIENS NUMÉROS AVEC DISQUETTE AMISA
• Dream n°1 Dossier : la CD-32 Reportage : l'ECTS de Londres
Disquette : DSS 1, version complète
• Dream n°2 Dossier : les jeux de Noël Reportage : comparatif
numériseurs Disquette : Amos turbo
• Dream n°3 Dossier : les imprimantes Reportage : le Supergames
show Disquette : Cinemorph, version complète
• Dream n°4 Dossier : les virus Reportage : le Winter ces de Las
Vegas Disquette : Quickwrite, version complète
• Dream n°5 Dossier : sex'n'Amiga Labo : Blitz basic 2,
Mediapoint... Disquette : Skidmarks démo
• Dream n°6 Dossier : le salon Imagina 94 Labo : ADPro 2.5,
Quarterback... Disquette : Personal paint 4, version complète
• Dream n°7 Dossier : le piratage Labo : Scenery animator, Vidi
24, le PAR... Disquette : Canon studio, version complète
• Dream n°8 Dossier : les simulateurs Labo : Overdrive CD,
Caligari, Directory opus... Disquette : Personal font maker,
version light
• Dream n°9 Dossier : l'Amiga en vacances Labo : Imagine 3.0,
Emplant Disquette : Abank
• Dream n°10 Dossier : les mangas et l'Amiga Labo : carte M-Tec,
Can do... Disquette : une sélection de DP
• Dream n°11 Dossier : l'avenir de l'Amiga Labo : Lightwave,
Dice, Videostage... Disquette : Painter 3D, version complète
• Dream n°12 Dossier : la création d'un jeu Labo : DSS 3.0,
DirWork, Brilliance 2... Disquette : Desktop magic
• Dream n°13 Dossier : l'Amiga à la télé Labo : PageStream,
Panorama Disquette : Virus checker 6.41
• Dream n°14 Dossier : l'Amiga et les graphismes Reportage : Le
World of Amiga Disquette : Real time sound processor II lite
• Dream n°15 Dossier : le rachat de l'Amiga Labo : Photogenics...
Disquette : Skidmarks II, la démo
• Dream n°16 Dossier : les clones Amiga arrivent Reportage :
l'Amiga s'impose à Imagina Disquette : Photogenics, la démo
• Dream n°l 7 Dossier : la Doom-mania arrive sur Amiga Labo :
GoldEd 2.1.1, Easy calc, Studio professional 2... Disquette :
DSS 3, version complète
• Dream n°18 Dossier : l'ECTS de Londres Labo : Dpaint V, Scala
mm400, Sherlock, Diavolo, Power CD... Disquette : Brutal, la
démo
• Dream n°19 Dossier : les dessous du rachat par Escom Reportage
: l'Amiga à L'E3 de Los Angeles Disquette : OctaMed pro 5.04,
version complète
• Dream n°20 Dossier : l'Amiga et Internet Labo : Photogenics
1.2, Kit tower 1200, Digita organiser... Disquette : Obsession
flipper, la démo
• Dream n°21 Dossier : transformez votre Amiga en Pc, Mac... Labo
: OctaMed 6, AsimCDFS, Fax on ... Disquette : Flight of the
amazon queen, la démo
• Dream n°22 Dossier : l'avenir ludique de l'Amiga Labo : CD
Write, lecteur Zip... Disquette : Vroom multiplayer, version
complète
• Dream n°23 Dossier : optimisez votre Workbench !
Reportage : l'Amiga aux commandes du virtuel Disquette : Coala, la démo
• Dream n°24 Dossier : choisir un lecteur CD-Rom pour Amiga Labo
: Devpac 3.5, carte Piccolo, Action replay 1200... Disquette :
Boston bomb club, version complète
• Dream n°25 Dossier : l'Amiga expo fait un carton Labo :
Directory opus 5.0 Disquette : Virus checker 8.03
• Dream n°26 Dossier : les ordinateurs exotiques Labo :
ImagineVision, Blitz basic
2. 1, Arts et frontières... Disquette : Zeewolf 2, la démo
• Dream n°27 Dossier : le guide du programmeur Labo : la carte
68060 Blizzard 1260T Disquette : Gloom deluxe, la démo
• Dream n°28 Dossier : les extension du Pc au service de l'Amiga
Labo : Tower TBD, SX32, TurboCalc 3.5, @-Net... Disquette :
TurboPrint professional 4.1, version light
• Dream n°29 Dossier : Viscorp rachète l'Amiga Labo : DeltaTower,
DiskSalv 4... Disquette : MandelTour AGA, version complète
• Dream n°30 Dossier : toutes les clés pour éviter la galère Labo
: Wordworth 5, World atlas, encyclopédie Adfi... Disquette :
Blitzbank 2.1
• Dream n°31 Dossier : le quizz de l'été Labo : Image FX 2.a,
Artpad 2, Vid 24, Kit internet... Disquette : une sélection de
DP
• Dream n°32 Dossier : quel fournisseur Internet choisir ?
Labo : Turbo print v 4.1... Disquette : Poweroïds
• Dream n°33 Dossier : le multimédia et l'Amiga Labo : la carte
Cyberstorm 060 Disquette : une sélection de DP
• Dream n°34 Dossier : la communauté Amiga à la rescousse Labo :
OctaMED, Soundstudio, Imagine 5.0... Disquette : Alien breed 3D
2, la démo
• Dream n°35 Jeu : Capital punishment Labo : iBrowse,
InterOffice, MaxDOS
• Dream n°36 Dossier : pourquoi investir sur Amiga Labo : 2
modems 33600bps, X- DVE, SMD-100... Disquette : une sélection
de DP
• Dream n°37 Dossier : gagnez de l'argent avec votre Amiga
Reportage : l'histoire de l'informatique à Londres Disquette :
Magic menu 2.15
• Dream n°38 Amigazone : Typesmith, Wordworth Linuxzone :
Lincity, Xquad, Lyx Disquette Amiga (épuisée) LES ANCIENS
NUMÉROS AVEC CO AMIGA. ATARI.
BE, LINUX. RISC PC...
• Dream n°41 (épuisé)
• Dream n°42 (épuisé)
• Dream n°43 (épuisé)
• Dream n°44 Dossier : Persistence of Vision Tests : StarOffice
3.1 pour Linux, système pOS, Psion séries 5 Découverte : Warp
4.0, le processeur Power Sur le CD : Pov pour Amiga, Atari,
Linux, Risc Pc...
• Dream n°45 Dossier : Latex pour tous les systèmes Labo : Art
effect 2, Applixware
4. 3... Plein feu : les processeurs Alpha Sur le CD : 50 Mo de
bureautique Os 2, 25 Mo d'utilitaires graphiques pour RiscOs,
50 Mo de jeux pour
• Dream n°39 Amigazone : les browsers Web, Shapeshifter...
Linuxzone : Xwindow, The gimp, Mesa OpenGL, Xclamation...
Disquette Amiga (épuisée)
• Dream n°40 Amigazone : Blobz, Cybervision 64 3D, Airmail Linux
: les distributions, Maëlstrom, DDD, CDE... Disquette Amiga :
Amigameboy, WebDesign, VirusZ-ll... 25F Falcon, 60 Mo de démos
pour Amiga.
• Dream N°46 Dossier : remplacez Windows par la Debian gnu Linux
Labo : Cyberstorm Ppc, The Gimp, Window maker... Découverte :
que vaut BeOs pr2 ?
Sur le CD : distribution Debian gnu Linux (pour Pc) et Dream Linux (pour Amiga). Logiciels Gnu pour Os 2, 40 Mo de démos Falcon, 100 Mo de démos commerciales pour Risc Pc.
• Dream N°47 Dossier : les secrets des nouveaux processeurs.
Labo : Deux stations Alpha, Kde, Cyberstorm Mk3, Coldfire... Sur le CD : Kde, version complète d'Octamed, Mint, le Fixpack 5, Linux pour RiscPc...
• Dream N°48 Dossier : à la découverte des ordinateurs de poche
Labo : La Redhat 5.0 est arrivée, tous les OS de l'Atari, le
Syjet sur Amiga, installation d'Os 2... Sur le CD : tout Linux
pour PowerMac et la version exclusive de Tornado 3D.
Tous les classiques du jeu sont encore disponibles sur Amiga : Bat II, Battle isle Italie, Celtic legends, Cisco beat, Fous du volant, Géants du sport, Harrier assault; Humans, Indy 4, It came from the desert, Kick off, Last ninja 3, Loom, Pack tortues ninja, Trivial pursuit... N'hésitez pas à appeler au 01 53 36 84 18 pour connaître les disponibilités et les nouveaux arrivages. Merci d'indiquer; dans la mesure du possible, un jeu de remplacement en cas de rupture de stock sur votre premier choix.
M B N M N Articles choisis Prix Coupon à renvoyer à Posse Press Dream's bootik - 16, rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Nom : ... Prénom : ..... Adresse : ...... Code postal : ..... Ville : .... Téléphone : .. Machine Système : Port A : gratuit (France, étranger et Dom-Tom) Port B : 16 francs (France), 20 francs (étranger et Dom-Tom) Port C : 21 francs (France), 35 francs (étranger et Dom-Tom) Si plusieurs produits sont
commandés avec des ports différents, ne compter que le port le plus cher.
+ port Total Je règle par : ? Chèque à l'ordre de Posse Press ? Mandat ? Carte bancaire Date et signature obligatoires : expire le I 1 1 I I 1111 I 1 1 1 I I I I I I ¦1_1. 1 En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi commander :
• Par téléphone : 01 53 36 84 10 du Lundi au Vendredi de 9h30 à
18h00
• Par fax : 01 43 55 66 68, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24
Informatiques et libertés : en application de l’article L27 de
la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique et aux
libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification
pour toute information vous concernant en vous adressant à
notre siège social. Les informations requises sont nécessaires
à l'établissement de votre commande. Elles pourront également
être cédées à des organismes extérieurs, sauf indication
contraire de votre part.
Animateurs 3D Graphistes 3D ES? 'P** Programmeurs C-C++ Programmeurs 3D Dans notre course à l'excel des jeux vidéo qui “tuent”.
Rémunération fixe -h prime: Envoyez vos travaux et coordonnât Shen “MoonDragon" 65, boulevard de Sébastopol - 75001 Pa Tél. : 01 55 34 34 00 Fax: 01 55 34 34 01

Click image to download PDF

Merci pour votre aide à l'agrandissement d'Amigaland.com !


Thanks for you help to extend Amigaland.com !
frdanlenfideelhuitjanoplptroruessvtr

Connexion

Pub+

32.1% 
18.5% 
5.6% 
5.3% 
4.9% 
4% 
2.8% 
2% 
1.8% 
1.2% 

Today: 19
Yesterday: 94
This Week: 642
Last Week: 669
This Month: 2436
Last Month: 2931
Total: 63504

Information cookies

Cookies are short reports that are sent and stored on the hard drive of the user's computer through your browser when it connects to a web. Cookies can be used to collect and store user data while connected to provide you the requested services and sometimes tend not to keep. Cookies can be themselves or others.

There are several types of cookies:

  • Technical cookies that facilitate user navigation and use of the various options or services offered by the web as identify the session, allow access to certain areas, facilitate orders, purchases, filling out forms, registration, security, facilitating functionalities (videos, social networks, etc..).
  • Customization cookies that allow users to access services according to their preferences (language, browser, configuration, etc..).
  • Analytical cookies which allow anonymous analysis of the behavior of web users and allow to measure user activity and develop navigation profiles in order to improve the websites.

So when you access our website, in compliance with Article 22 of Law 34/2002 of the Information Society Services, in the analytical cookies treatment, we have requested your consent to their use. All of this is to improve our services. We use Google Analytics to collect anonymous statistical information such as the number of visitors to our site. Cookies added by Google Analytics are governed by the privacy policies of Google Analytics. If you want you can disable cookies from Google Analytics.

However, please note that you can enable or disable cookies by following the instructions of your browser.

Visitors

Visite depuis
03-10-2004
Visite depuis
23-02-2014