Sponsors

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Dream n38 Amigazone : Typesmith, Wordworth Linuxzone : Lincity, Xquad, Lyx Disquette Amiga : Doopsi, Monopoly Dream n39 Amigazone : les browsers Web, Shapeshifter Linuxzone : Xwindow, The gimp, Mesa OpenGL, Xclamation Disquette Amiga : Gestion 2000 (demo) et FirePower Dream n40 Amigazone : Blobz, Cybervision 64 3D, Airmail Linux : les distributions, Maelstrom, DDD, CDE Disquette Amiga : Amigameboy, WebDesign, VirusZ-11. LE S P, N C I E N S N UM E R 0 S AVEC CO /!,MIGA, /J,lP;RI, BE. LINUX. RISC PC Dream n41 (epuise) Dream n42 Dossier: tout sur Java Amiga : PcTask vs Pcx, Organiser 2 Linux : Hot]ava, Xanim En pratique : le RiscOs, la connectique Amiga Sur le CD : Atari, amiga, BeOs, Linux, RiscPc, specie I demos de groupes Dream n43 Dossier: les clones Amiga Linux explique aux debutants Amiga : Quake et Duke existent Atari: comment installer Linux etX Window Rise Pc : meilleur kit Internet ? CD: 140 emulateurs ! Dream n44 Dossier: Persistence of Vision Tests : StarOffice 3.1 pour Linux, systerne pOS, Psion series 5 Decouverte : Warp 4.0, le processeur Power Sur le CD : Pov pour Amiga, Atari, Linux, Rise Pc Dream n45 Dossier : Latex pour tous les system es Labo : Art effect 2, Applixware 4.3 Plein feu : les processeurs Alpha Sur le CD : 50 Mo de bureautique Os/2, 25 Mo d'utilitaires graphiques pour RiscOs, 50 Mo de jeux pour Falcon, 60 Mo de demos pour Amiga. Dream N46 Dossier : remplacez Windows par la Debian gnu Linux Labo : Cyberstorm Ppc, The Gimp, Window maker Decouverte : que vaut BeOs pr2? Sur le CD : distribution Debian gnu Linux (pour Pc) et Dream Linux (pour Amiga). 

Click image to download PDF

Document sans nom Mensuel - 10,95 Scan - 245 FL - 10,80 FS - 255 FB N°ISSN 1259-1165 Ils envahissent le marché : quel ordinateur de La Rednat 5.0 est arrivée, tous les Os le l’Atari, le Sujet sir Amiga, installation d’0s 2... poche faut-il choisir ?
, L 2306 -48 38,00 F Avant-garde : à quoi ressemblera l'informatique de demain ?
Révélation : le nouvel Amiga sera une station Alpha !
Démarrez CMMX toute tranquillité Votre PC devient Station-X !
I Tous nos tarifsi
• me i le* port contpfiSj livraison I o«js 48 h. I I N U X
Applications Autres LINUX ~w- r , irrO ( Q :U* IH Linux
Officiai RedHat 5.0 (Intel) 12 97 Linux Red Hat PowerTools 5.0
12 97 Linux Official Red Hat 5.0 (Intel) Française (Logiciels
du soleil) Linux Official RedHat 5.0 (Alpha) Linux S.u.S.e. 5.1
(Version US) 12 97 CALDERA Open Linux Base 1.1 (Version
Française) CALDERA Open Linux Base 1.1 (Version US) CALDERA
Open Linux Standard Linux InfoMagic (prévue début 02 98) Deblan
Linux (Linux Press) + manuel Linux OS Professional Edition
(Walnut Creek) 07 97 Linux Slackware 3.4 (Walnut Creek) 11 97)
MkLinux DR 2.1 + livre 320 pages (Rich Morin) 295 170 360 320
295 635 595 3690 175 250 1345 185 330 Tïir Captpltia txvar.
OjNrraûtf fyitrm *iià «tu1 L'titiTit-i!
LINUX Applications Graphiques (MNIS Février 1998) Livres Le Système Linux "0'Reilly" (590 p.) 2ème Ed. (FR) Administration Réseau sous Linux "0'Reilly" (368 p.) (FR) Linux et Xfree 86 "Eyrolles" 404 pages (FR) avec RedHat 4.2 + Netscape 3.0.1 Linux Man (RedHat) 2000 pages 2nd Edition Doctor Linux (RedHat) 2030 pages Sème Edition 290 230 UpenLmux linux'i Linux SIACKWARE I r.*- os Free BSD Plus de 350 applications graphiques !
Free BSD 2.2.5 (Walnut Creek) 11 97 Complété FreeBSD 2.2.5 + livre (817 p.) 01 98 MkLinuX Applications Développement Applixware 4.3.5 Office suite (Logiciel du Soleil) Applixware 4.3.7 Office suite (S.u.S.e) Applixware 4.3.7 Office suite (Red Hat) Applixware 4.3.7 Developer's Edition (Red Hat) CDE Client Edition Developer (RedHat) Wabi 2.2 pour Linux (émulateur Win 3.1 x) -Caldera- MOO TIFF 2.0.1. InfoMagic Motif ReadHat 2.0.1 Accelerated-AX 4.1 Display Server pour Linux BSD (Xi-Graphics) (support de plus de 500 cartes graphiques) 875 CDE (Xi-Graphics) : bundle (CDE + Applications Builder
pour Motif + Motif 1.2.5 + Accelerated-AX 4.1) Accelerated-LX 4.1 Laptop Portable Server JAVA WorkShop 2.0 (Sunsoft) tarif Éduc. : 690 GNU Step for Linux 04 97 (Net Community) C C++ User Group Library 08 97 (Walnut Creek) GNU Free Software for Unix 04 97 (Walnut Creek) Perl 09 97 (Walnut Creek) Tex 12 97 (Walnut Creek) Ada 11 97 (Walnut Creek) Eiffel 03 97 (Walnut Creek) CICA 08 97 (Walnut Creek) CICA NT 11 97 (Walnut Creek) Hobbes OS 2 10 97 (Walnut Creek) Simtel Dos 09 97 (Walnut Creek) Windows95.COM 11 97 (InfoMagic) et bien d'autres titres... 495 545 795 1990 620 1590 890 890 1195 Gimp,
Surf, utilitaires graphiques, ImageMagic, onatpbm, sced,xpaint, viewers pour tous les principaux formats, des modules pour générations spéciales WEB, outils pour scanners, drivers pour scanners Mustek, SANE (Scanner Accès now Easy), mirroirs de GIMP et GTK, mirroirs des applications graphiques du Sunsite... 2990 1745 1175 235 245 210 190 190 190 190 140 230 140 170 170 Offre spéciale Linux MNIS 10 97 + Applications ELF-97 295 FTTC LINUX Linux MNIS 10 97 Xfree 3.3 Noyaux 20.30 2.1.5( Installation simple en français 195 FTTC Æsæ a A retourner à MCD2 Diffusion - 5 7 rue Leredde 75013 Paris
Tél. Ol 42 16 88 OO Fax Ol 42 16 89 85 ? Je suis intéressé(e) par_ et désire recevoir une documentation.
_Fttc p-j-yç f GiTnos tarifs Fttc au prix de au prix de au prix de Total ? Je désire commander Tous nos sont en FTTC et port compris Livraison sous 48 h. Fttc Prénom Nom Adresse Société I I je règle par chèque à l'ordre de MCD2 Diffusion ] Je règle par Carte Bancaire en reportant son n° a-dessous Tél Ville
C. P 1 1 1 1 1 1 INI http: www.mcd2-diff.fr email :
mcd2@mcd2-diff.fr expire : | | | Le micro-ordinateur est mort
! Enfin, pas encore tout à fait. Microsoft et Apple doivent
encore publier Windows 98 et MacOs 9, quant à Intel, il promet
à ses clients de leur fournir encore un énième Pentium. Mais
ce seront les derniers ! A terme, les parts de marché du
micro-ordinateur devraient éclater en deux segments bien
distincts. Pour le grand public, il y aura le Network
computer, très puissant, pas cher du tout et certainement
compatible Risc Pc. Et pour les passionnés, les informaticiens
qui aiment à customiser leur machine, ce seront des stations !
Digital et Sun ont clairement annoncé la couleur : ils
proposent désormais les centaines de Mips de leurs processeurs
Risc dans des boîtiers Atx avec cartes Pci tout ce qu'il y a
de plus standard, pour moins de 20 000 F. Du coup, Intel
condamne le Pentium pour se targuer du Merced et Microsoft
déclare que Windows nt lave encore plus blanc que le 98 pas
encore sorti. Et l'Amiga dans tout ça ? A priori, le chouchou
de Dream devrait devenir une simple carte d'extension pour
station Alpha.
CD-Rom - page 4 Linux pour PowerMac, la totale : distributions MkLinux et Redhat. Une démo exclusive du logiciel de création 3D, Tornado 3D. Et tous les jeux, démos, utilitaires du mois pour Amiga, Linux, Atari, « Sommaire
• Courant alternatif - page 6 Ultra io Incroyable : Index
information présente un nouvel Amiga pour stations Alpha !
Surprise : les micros Unix les plus puissants sont des...
Macintosh !
Comment un fabricant de frigo a poussé le processeur Alpha à 737 Mhz. Sun se lance dans la fabrication de micro-ordinateurs !... Dossier - page 16 Les ordinateurs de poche envahissent le marché. Quelles sont leurs particularités et quel modèle choisir ?
Labo - page 24 La Redhat 5.0 est arrivée ! Xpk, ie sys Backcjrounti and Ihnntes Oirectory ¦j üsr iocal Iib ascp Bacfcground Bacfcground r laflerstep bac fground.jpg Jbdckup Alhe,P
- rîiror.î C o-mrx) r CK.hr S cvihrM C c*ot*r»dwwp C «nhrbnri
OK ' tème de compactage ultime pour l'Amiga. Becasso ou comment
faire de la création graphique sous BeOs.
Fof gère tous vos fichiers sous Linux, Lotus Smart suite arrive sous Os 2...
• Découverte - page 36 A quoi ressemblera l'informatique de
demain ? Le Ne est-il le successeur du micro-ordinateur ? Un
dossier exclusif pour répondre à toutes ces questions.
Tous les autres systèmes disponibles sur Atari... En Pratique - page 42 Installer tous les meilleurs Window managers sous Linux 68k. Comment connecter un lecteur Syjet sur un Amiga ? Comment installer Os 2 ?
Comment aller plus loin avec RiscOs ?
Approfondir - page 50 Aller plus loin sous Linux avec le Shell, X-Window et les réseaux.
Programmation - page 58 La suite de vos rubriques sur Tcl tk, Java et Assembleur.
Zone libre - page 64 Enfin ! Doom officiellement adapté sur Amiga et Myst aussi ! Spécial : les démos sur Risc Pc. Incontournable : toute l'histoirë de l'Amiga !
0 Forum - page 72 La réponse à toutes vos questions se trouve dans le courrier des lecteurs et les meilleures affaires du mois sont dans les petites annonces.
Abonnement P.67 Dream's bootik P.74 Tout Linux pour PowerMac et la version exclusive de Tornado 3D Tornado 3D Edité par l'allemand Haage & Partner, Tornado 3D est le tout dernier logiciel de création 3D pour Amiga. Il dispose d'une interface agréable permettant à la fois de modéliser ses objets, mais aussi de les placer dans l'espace. Lors de la conception, les objets peuvent être visualisés sous forme solide, beaucoup plus parlante que l'ancestral système du fil de fer. Il est ainsi possible de visualiser en temps réel n'importe quelle transformation exercée. Les quatre fenêtres de
preview peuvent se satisfaire des modes graphiques Cybergraphx (jusqu'à 1 6 millions de couleurs), Aga mais aussi Ecs. Par ailleurs Tornado 3D est spécialement optimisé pour les fonctions 3D câblées de la carte Cybervision 64 3D. Enfin, le logiciel dispose de fonctions de morphing automatique, d'explosions en particules, d'associations booléennes, de filtrage photographique (brouillard, flou, etc.) et, bien entendu, d'animation.
Vous nous l'avez réclamé; le voici : Linux pour Power Macintosh enfin offert sur le CD-Rom de Dream ! Désormais, les utilisateurs de la marque à la pomme font enfin partie de la communauté alternative. L'Amiga n'est pas en reste, puisqu'en plus des adaptations d'Afterstep et de Fvwm95 (également pour Atari), il bénéficie de nouveau de l'un des meilleurs logiciels de création 3D, comme au bon vieux temps. Mieux, la démo "spéciale Dream "de Tornado 3D (c'est son nom) est offerte en exclusivité sur le CD- Rom du mois ! A ne pas manquer non plus : une compilation de tous les meilleurs
langages de programmation pour jg Atari.
Linux sur PowerMac Parallèlement à MkLinux, le portage officiel de Linux sur PowerMac développé par Apple et l'Open software foundation, de nombreuses versions de Linux en Free software circulent sur Internet. Afin de leur éviter de nombreuses heures de téléchargement, Dream offre, aujourd'hui, cet autre Os aux nombreux utilisateurs de Mac désireux de franchir le pas. Attention, la version que nous fournissons ne fonctionne pas sur Macintosh 68 k, mais juste sur Power Mac. De même, nous ne garantissons pas le bon fonctionnement de ce Linux sur les tous derniers Mac G3 (la chose est à
vérifier), dont la carte mère diffère des anciennes versions par un nouveau chipset.
De plus, le Linux de ce mois-ci n'est pas une distribution mais une compilation comprenant divers utilitaires en plus de deux distributions (dont une beta version de la distribution Redhat). Dès que Linux sera installé sur votre Power Mac, il vous suffira de compiler tous les sources que nous offrons chaque mois sur notre CD-Rom pour profiter des tonnes de logiciels dont bénéficie l'environnement Unix.
Répertoire Linux Enfin ! Tous les fichiers qui complètent la distribution Debian offerte au mois de décembre dernier. Et des tonnes de sources diverses.
Répertoire Atari Une compilation exclusive pour programmer en Assembleur, Basic, C et Pascal sur Atari !
65 Mo de démos et de jeux rien que pour vos yeux ! 25 documentations exclusives pour tout connaître sur le matériel Amiga, ainsi que son histoire. En bonus : une méga compilation de toutes les adaptations de Boulder dash sur Amiga, un must ! Et toujours : les toutes dernières versions des pilotes et des utilitaires.
Répertoire Linux 68k Tous les derniers noyaux pour mettre votre distribution à jour. Ainsi que des tonnes de documentations, les meilleurs Window managers et plein d'outils pour programmer et recompiler les sources.
Répertoire Os 2 La toute dernière version du Fixpack S, ainsi que la version démo exploitable jusqu'à fin février de Star office.
Chaque mois, le magazine + 2 CD-Rom = 38f Ludï-CD : CD-Pro : Zéro zone, la démo exclusive Avec la démo de Cinema4d, du jeu d'aventure signé créez votre propre monde Mierofolie's Cryo ! Le mariage et laissez parler votre ru Nouvelle ait e r n a t i v e s j£r .
Le micro Unix le plus puissant est un Macintosh !
Apple avait déjà les cartes mères les plus puissantes du moment. Il lui manquait juste d'étendre cette qualité à son système d'exploitation. C'est maintenant chose faite grâce à Rhapsody !
File Edit Disk Uieui Tools Windows Seruices FileManager QQ ?
O W 241 MB avciilafote on hard disk DemoApps Mail boxe s Un environnement graphique très primesautier.
Ithapsod) Récemment présenté aux développeurs Mac, Rhapsody suscite de plus en plus d'intérêt de la part des utilisateurs de systèmes alternatifs. Il faut dire que le nouveau système d'exploitation d'Apple n'a plus grand-chose à voir avec le volontairement édulcoré MacOs. Descendant logique de NextStep, Rhapsody n'est autre qu'un système Unix à la norme Bsd 4.4. Son environnement graphique repose sur Openstep, avec un mécanisme d'affichage prioritaire (mélange de Finder et de NextStep) et un émulateur MacOs intégré.
A l'assaut des stations Passer à un système Unix constitue pour Apple un réajustement de ses politiques marketing et technologiques. En effet, malgré tous les efforts du constructeur pour transformer le très utile Macintosh en joujou familial, la sauce multimédia n'a pas voulu prendre : les éditeurs ont jugé que les ventes Pc et Playstation de leurs titres étaient suffisantes pour ne pas avoir à en proposer des versions Power Pc. Par ailleurs, cette expérience aura desservi l'image de la pomme, reléguée de fait au rang des lecteurs de CD-Rom culturels de seconde zone. Pour séduire à
nouveau les professionnels, il fallait frapper un grand coup. Et les choses semblent bien parties, car en réunissant un système puissant largement standardisé (Unix), les micros les plus rapides du monde (c'est le cas des derniers Power Mac G3 avec processeur Power Pc 750 à 266 Mhz ; mais les stations Alpha, restent plus performantes) et la convivialité légendaire de MacOs, Apple met tous les atouts de son côté pour s'attaquer au marché des stations de travail. Si MacOS 8.1 est une alternative à Windows 95, Rhapsody, lui, vient directement concurrencer Window nt.
?
LocaiApps LocaiLibraty TGZ S BS myTarBall.tgz 5wfc*' • .
- : • f* ¦ _
• Star office 4.0 joue les prolongations La beta H de Staroffice
4.0 expirait te 31 12197. Après quoi, le produit se trouvait
bridé et ne pouvait être utilisé qu'à des fins de
démonstration. Star division, la société qui développe cette
superbe suite bureautique multi-platefonne (Os 2, Linux,
Macintosh. Win32), a décidé de prolonger cette beta en
proposant de télécharger sur leur serveur
(www.stardivision.com) un correctif permettant de repousser la
date d'échéance au 28102 98.
International étant quasiment identique).
Mais au fait, système inspiré d'Unix, interface graphique très conviviale et complète, micro le plus puissant du moment... cela ne vous rappelle rien ? Il y a fort à parier que si Commodore avait La machine ultime ?
Par ailleurs, l'implémentation Openstep de Rhapsody fait la part belle à java, au détriment du fameux ObjectiveC, même si cela ne pose pas de problème majeur (l'architecture de ces deux langages CONSTRUCTEUR Apple : finalement, ça va plutôt pas mal !
Alors que tout le monde croyait la marque à la pomme mourante, le MacWorld expo de janvier s'est ouvert sur une nouvelle étonnante : pour la première fois depuis longtemps, Apple vient de réaliser un bénéfice de 45 millions de dollars (contre une perte de 120 millions de dollars, il y a un an à la même date) ! Mieux, il s'est vendu 1 30 000 Power Mac G3 dans les 50 jours qui ont suivi leur mise sur le marché, alors que les plus optimistes pensaient juste atteindre 80 000 pièces sur tout le trimestre. Dans la foulée, Steve jobs a annoncé que le nouvel Office 98 est dores et déjà disponible
sur Mac (mais pas encore sur Pc ; pourtant c'est un logiciel Microsoft) et qu'il bénéficie d'améliorations auxquelles n'auront pas accès les utilisateurs de Windows. Et même si personne n'a encore eu le temps de faire le tour de MacOs
8. 0, Apple publie déjà MacOs 8.1 qui propose une gestion des
disques entièrement repensée et une compatibilité java accrue.
Enfin, rappelons que les derniers Power Mac G3 restent les microordinateurs les plus rapides du monde grâce à leur microprocesseur Power Pc 750 à 266 Mhz et leur carte graphique 3D l28 bits. Les choses vont même encore S'améliorer avec des modèles à 300, puis 350 Mhz.
Continué d'exister et que ses ingénieurs étaient restés aussi prolifiques qu'en 1 985, l'Amiga actuel ressemblerait comme deux gouttes d'eau à ces nouveaux Macintosh.
Espérons que cela ne leur porte pas malheur... Dream recrute !
Dans le cadre de son expansion, Dream recherche des collaborateurs spécialisés Amiga.
Si la chose vous intéresse, n'hésitez pas à nous envoyer un curriculum vitae accompagné du test d'un logiciel de votre choix (1800 caractères) ainsi que d'un article en pratique de 7000 signes avec sujet libre (programmation, bidouille, Workbench, etc.). Votre candidature sera jugée sur la pertinence des sujets choisis et la qualité littéraire, mais aussi pédagogique de vos articles. Il est possible de nous écrire à Posse Press, Dream recrute, 16 rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris ou via Internet à l'adresse Dream@posse-press.com.
• Encore des salons Amiga !
Les deux prochains gros salons consacrés à F Amiga se tiendront à St Louis (Amiga 98 - The gateway computer show, Harley Ho te h 3400 Rider frai sont e Sf Louis.
63045 Missouri, Usa, les 14 et 15 Mars) et à Toronto (Internationa A miga 93. Canada.
Www.randonFize.com). Hormis le duo Petro Tyschtschenko Jeff Schind er habitue , on trouvera de nombreux revendeurs. Le principal intérêt, cependant, est que des conférences développeurs y auront Heu.
AMIGA LINUX RISC PC BE OS DIVERS
• Composition automatique sur RiscPc Sibc ius est un logiciel
d'édition de partitions proposant une vitesse de traitement et
des fonctions sans aucun équivalent sur les autres machines. An
fur et à mesure, le logiciel s'est transformé en un outil de
création musicale puis en un logiciel culte pour toute une
série de créateurs musicaux. L'ajout récent du module de
reconnaissance de partitions (à partir d'une image scannée)
permet désormais de numériser et de réutiliser to rt type de
partitions imprimées. Ce module semble être d'une qualité
exceptionnelle. Sibelius est distribué en France par Ashiv.
Ttheodore@asliiv.fr. Le site de la maison mère est an http:llwww.sibelius-software.com. (îymnopédic 1 c-,4t.
F1, • r- f - CM
* » * « ï .1 % I i I i iî
- ; - ; , ; 7 wr C : ' [ i i Ti ; :rv vlj ét li T i " FAIRE LE
POINT Quelle situation pour Os 2 en 98 ?
Os 2, Warp 4 Comme Ibm reste officiellement muet en ce qui concerne Os 2, les rumeurs vont bon train sur l'avenir du produit. Celles-ci proviennent pour la plupart de sources anonymes ou de fuites chez Ibm. Quoi qu'il en soit, si l'on rassemble ces bruits, voici ce qu'il en sort. Au sujet de Warp 4.1, il semblerait que le Fixpack 5 apporte déjà aux anciennes versions la plupart des nouveautés annoncées pour ce produit (notamment l'éditeur de la base de registre). Quant à savoir si le Fixpack 5 amène Os 2 au niveau d'une version 4.01 ou 4.1, cela relève du mystère le plus complet. Quoi qu'il
en soit, Ibm a déclaré travailler QS 2 très activement i wwÆ% sur cette version intermédiaire de son système d'exploitation. En ce qui concerne Warp 5, la véritable nouvelle version d'0s 2, une chose est sûre : il existera au moins une version serveur de ce produit. Warp Server 5, c'est son nom, s'annonce comme une refonte totale de Warp Server 4. Il devrait être doté d'un nouveau système de fichiers plus performant et l'organisation de ses outils devrait être revue pour une meilleure intégration.
Le but d'Ibm est de fournir le meilleur serveur, quel que soit le client qui l'exploite (notamment un navigateur Web). Pour les versions clientes de Warp 5, l'avenir est moins clair. Une version client léger (dite "thin client") a été annoncée. Elle est destinée aux Network computers d'Ibm.
Quant à la version "Fat client" héri- tière directe de Warp 4.0, rien n'est encore précisé. Mais la logique implique qu'elle devrait de toute façon voir le jour.
Sotie se fait, ou remboursé.
JEUX La déferlante 3D sur Amiga !
Après la sortie en plusieurs versions de Doom sur Amiga, l'éditeur Vulcan software vient d'annoncer que la publication effective de son jeu phare, Genetic species, était prévue pour très bientôt. Il faut savoir que, même si aucune version commerciale n'a été distribuée, ce jeu en est maintenant à sa version 3.0. Bénéficiant du savoir-faire tout récent des développeurs Amiga en matière de 3D, Genetic species dispose de bien plus de caractéristiques que prévu : effets de miroir sur les murs, sols animés, économiseur d'écran (oui !) Et autres fractales de lumière pour les explosions
sont désormais de mise. En prime, Genetic species jouit désormais de nombreuses voix off, de multiples séquences cinématiques et de plein de nouvelles armes. Mais si Genetic species hérite de la génération Wolf (on ne se déplace que sur un seul niveau, il n'y ni escalier, ni ascenseur), il affiche tout de même des effets graphiques que même Quake lui envie !
(http: www.marble-eyes.dk et www.vulcan.co.uk). A ce propos, rappelons que la version officielle d'AmigaQuake devrait également sortir d'ici peu. Loin des expérimentations freeware et désormais illégales, cette version bénéficiera du support et des moyens de développement d'un véritable éditeur, Clickboom, lequel aurait racheté 100 000 dollars la licence Quake à Id software.
Http: home.ican.net ~clk- boom .
* l. w 1 * 1 " À : * r&ft. * * F L'emprise des ténèbres.
RUMEUR Amiga international menacée ?
Chaque mois qui passe lève un peu plus le voile sur le véritable rôle de la société allemande Amiga international, officiellement chargée de vendre le matériel Amiga.
Désormais, on sait que la seule raison d'être de cette entité européenne est en réalité de réparer une sacrée bévue commise il y a deux ans par son dirigeant, Petro Tyschtschenko. Ayant complètement oublié de procéder à une étude de marché, Petro avait en effet commandé la fabrication de beaucoup trop de machines Amiga. Résultat, il se retrouve aujourd'hui avec près de quarante mille Amiga 1200 sur les bras, ainsi que plus de dix mille Amiga 4000 et environ vingt-cinq mille composants Aga. Avec des stocks pareils, on comprend mieux pourquoi aucune usine n'a été relancée. Conséquence
malheureuse, les coûts de fabrication et de stockage n'ont pas du tout été amortis ; les distributeurs prêts à investir 2000 F dans un ordinateur à 14 Mhz avec juste 2 Mo de Ram et sans disque dur n'ont en effet pas été légion. Un sacré gouffre financier. Quand le pot aux roses à été découvert, Escom a préféré fermer ses portes et Viscorp a renoncé de justesse au rachat. Aujourd'hui, Gateway 2000 a les moyens d'investir dans la fabrication d'une nouvelle gamme d'Amiga. Mais avant tout, il faut assainir la marque : rien ne sera fait tant que Petro n'aura pas remboursé ses énormes dettes. C'est
pourquoi, depuis l'été dernier, Petro brade à tout va, notamment grâce à son système de licences. Au contraire de ce qui se fait habituellement, la licence est ici juste un système de bundle, destiné à vendre en masse pour trois fois rien des lots entiers de cartes mères et de composants Aga.
Ça marche pas trop mal, grâce à des assembleurs comme Micronik et Nova sector, ou encore des fabricants comme Index-information ou Dce, lesquels développent de nouvelles cartes mères à partir des composants existants. Pour accélérer encore les choses, la dernière trouvaille d'Amiga international est de vendre les composants au détail sur son site Internet. Il faut dire que, pour une fois, l'équipe de Petro Tyschtschenko se montre motivée : il y va de sa survie. En effet, d'ici à fin 1998, Gateway 2000 entend monter une véritable structure de distribution de l'Amiga en Europe.
C'est un système d'exploitation simple comme bon jour: Grâce à son installation commandée par menue, à la possibilité du lancement de logiciels sur CD sans installation préalable, un à manuel détaillé de 400 pages (en anglais), ainsi qu'à une assistance technique pour l'installation pendant les 60 jours suivant l'achat.
C'est un système offrant de nombreuses possibilités: qu'il s'agisse d'un accès confortable à l'Internet, de RNIS, avec S.u.S.E. Linux tout est possible. Le package S.u.S.E. Linux 5.1 comprend de nombreux langages de programmation, des logiciels-serveur Internet, ainsi que des applications variées.
C'est un système à la portée de tout le monde: le leader parmi les systèmes Linux, ne coûte que 295 Francs (port compris). Essayez-le!
Dans ce programme, chaque filiale dépendra de la maison mère aux Usa pour tout ce qui est légal et commercial, ainsi que d'un centre technique en Allemagne (a priori, il s'agirait de Dce, qui exerçait déjà dans ce domaine à l'époque de Commodore).
A Petro de prouver qu'il sera alors encore indispensable... Pour toute commande veuillez vous adresser à: MCD2 Diffusion 5 7 rue Leredde 75013 Paris Tel. 01 42 16 88 00 Fax 01 42 16 89 85 Email: mcd2@mcd2-diff.fr
S. u.S.E. ? S.u.S.E. GmbH Gebhardstr. 2 D-90762 Fürth Tel.
+49 911 740 53 81 Fax +49 911 741 77 55 Email: suse@suse.de ?
[ http: www.suse.de fZ DREAM N°48 - FÉVRIER 1998
• Tous des hypocrites !
Nouvel Amiga Comme Ces bizarre. Plusieurs acteurs du marché Mac ont complètement retourné leur veste depuis qu'Apple a affiché des bénéfices de 45 millions de dollars.
Voici, par exemple, ce que Pou pouvait entendre Pété dernier, au moment où Ame Ho avait démissionné et que Steve Jobs prenait le pouvoir : “ Vue la conjoncture, nous pensons que les nouvelles versions de Photoshop et Ihustrator ne sortiront plus que sur PC' (Adobe) ou encore “parti comme c'est, les actions d'Apple vont encore chuter à la fin de Pannée" (Charles Wo f analyste financier). Et aujourd'hui : "Steve Jobs a’la carrure pour être président d'Apple et nous lui avons conseillé de le faire. Il connaît le marché mieux que personne" (Adobe), ainsi que '‘Steve Jobs a fait un bon dieu de
sacré travail !"
(Charles Wo f).
¦ L'Inside out révélé : un Amiga à base d'Alpha pour mai 98 !
Le constructeur anglais Index information, à qui l'on doit déjà les excellents clones Amiga access et Boxer, vient de révéler les spécifications d'un troisième produit dans la même gamme.
La surprise générale, l'Inside out est une carte Pci contenant tout le hardware de iase d'un Amiga (68040 ou 68060 jusqu'à 75 Mhz, composants Aga et 2 Mo de Chip ram) et qui vient se connecter dans une station Alpha. Cette carte sera disponible au mois de mai.
Par ailleurs, dès le début de l'année prochaine, Vinside out sera accompagné d'une version de l'AmigaOs recompilée pour processeurs Dec alpha.
En attendant, le système utilisera le 680x0 de Vinside out pour se lancer.
Le plus puissant hardware Concrètement, le nouvel Amiga, selon Index information, sera une station Alpha dotée d'un processeur 21164Pc à 533 Mhz ou 21164 à 600 Mhz, d'une carte mère AlphaPc 164sx ou AlphaPc 164lx, de la carte Inside out et de tous les attributs électroniques que l'on peut mettre dans ce genre de machines (disques Ultra-wide scsi et Ide, jusqu'à 512 Mo de SdRam, cartes Matrox, Ati, 3D fx, Soundblaster Awe64, etc.). Au démarrage, la machine bootera sous $ AmigaOs (AmigaOs 68 k pour l'instant et AmigaOs alpha en 1999) et sera en mesure d'utiliser toutes les extensions Pci comme
s'il s'agissait d'extensions Zorro grâce à un ensemble de pilotes initialement développés par Hi-q pour le Siamese. De fait, les cartes graphiques seront traitées par CybergraphX et les cartes audio par Ahi. Bien entendu, il sera de bon ton que toutes les applications soient recompilées pour Alpha afin de profiter des performances de ce processeur. Rappelons que les processeurs Dec alpha sont à ce jour les plus puissants du monde et que ces stations fonctionnent également sous Linux, Digital unix et Windows nt. Cependant, l'entière compatibilité des logiciels existants sera conservée : dès
qu'une application 680X0 ou spécialement Aga sera lancée, son code sera envoyé à la carte Inside out pour pouvoir être exécuté en mode natif. Et même de cette manière on pourra bénéficier d'une machine accélérée puisque la carte est prévue pour recevoir un 68060 à 75 Mhz et que les composants Aga d'index information sont plus rapides de 30 %. De plus, Ylnside out dispose d'un connecteur de disquette à la norme Amiga pour relire les disquettes formatées sur une machine actuelle, ainsi que d'un connecteur vidéo 25 broches à 15 Khz pour les modes Pal, Ntsc et Cenlock.
Des configurations à la carte Le prix définitif de Ylnside out n'a pas encore été défini mais il est difficilement imaginable qu'elle dépasse les 1200 F sans processeur ou 2500 F avec un 68060 à 75 Mhz. Le reste du prix se répartira entre les différents éléments que chacun pourra acheter chez tout assembleur de France et de Navarre (les prix correspondent environ à ceux pratiqués en janvier 98, mais auront vraisemblablement baissé d'ici là): une carte mère Alpha avec processeur (9000 F), des barrettes Simms SdRam (450 F les 32 Mo), un disque dur de 4 Go (1800 F), une carte graphique 8 Mo +
3D fx (2000
F) , un bon lecteur de CD + lecteur de disquette + souris +
clavier (800 F) et un boîtier Atx avec alimentation (400 F).
Cependant, Index pense être en mesure de fournir une machine complète aux alentours de 10 000 F dès octobre prochain.
Et le Power Pc ?
Nous l'avions annoncé : le choix de l'allemand Phase 5, consistant à mettre un PowerPC dans Y Amiga, n'avait absolument rien d'officiel. De fait, rien n'a été prévu sur Ylnside out pour supporter les logiciels d'une PowerUp. Cela étant, l'Alpha n'a rien non plus d'officiel. Mais vue la supériorité de la technologie d'index information, il est tout à fait possible d'imaginer qu'Amiga Inc. en fera un nouveau standard.
CD JEUX MATERIEL PARADISE BUREAUTIQUE COMPATIBILITE |r2-MI vAsnam m L ¦El i -à Une fenêtre Windows.
- i CONSOMMATION 1 : : Les logiciels Windows 95 pour Os 2 !
Le " Win32-Os 2 project", en démonstration lors du salon Warpstock (cf Dream numéro 46), semble prendre réellement son envol. Initialement, ce projet consistait en une collection d'outils permettant à un utilisateur final de convertir une application Win32 (donc écrite pour Windows 95 et Nt) en application Os 2 native. Sans grande prétention, le Win32-Os 2 project espérait juste arriver à faire tourner Microsoft Office sous Os 2 (il se limite pour l'instant aux outils simples, comme le Démineur ou le Notepad). Mais depuis que toute une équipe de développeurs s'est rassemblée autour de
Sander Van Leeuwen, il est dorénavant question d'adapter les routines graphiques DirectX.
Si la chose arrive à terme, il sera dès lors possible de lancer n'importe quel jeu Windows 95 sous Os 2 ! Et le fait que le nouveau porte-parole de Win32-Os 2 ne soit autre que Timur Tabi (ex-ingénieur d'Ibm très réputé dans le monde Os 2) présage d'un avenir des plus optimistes. Aux dernières nouvelles, le logiciel serait gratuit pour l'utilisateur final et payant pour les entreprises. Aucune date de sortie n'est encore annoncée, mais il est permis d'espérer une version beta d'ici à cet été.
SpaceTech, un pas de plus pour la distribution RiscPc Désormais considéré comme une valeur sûre pour tout utilisateur de RiscPc en mal de logiciels, l'anglais SpaceTech est un Vpciste qui propose des produits hors normes dont le célèbre Top Model 2 et sa suite d'outils. Ce logiciel de création 3D (qui n'utilise qu'une seule vue et affiche les objets avec une qualité proche du raytracing) s'est vu adjoindre de nouvelles capacités grâce à TopDeform, un outil de déformation 3D révolutionnaire, et TopMotion, une suite permettant de créer des animations. SpaceTech commercialise également un
CD-Rom contenant de nombreux objets, textures et utilitaires (tous les renseignements sur Top Model 2 sont disponibles chez Rush, Rush@wanadoo.fr). Par ailleurs, Spacetech distribue aussi des produits plus classiques tels Photodesk 2, un des meilleurs logiciels de traitement d'image, Photolink (qui permet d'utiliser des appareils photo numériques sur Acorn) ou encore PhotoReal (un pilote photo-réaliste pour machines Acorn et imprimantes Canon). Le site Web de SpaceTech est à l'adresse http: www.spacetech.co.uk La version finale de WordPerfect 7 est enfin disponible pour Linux. Identique à
la version pour Windows 95, la francisation de l'interface et des différents dictionnaires y est inclue. Il est possible d'en devenir l'heureux acquéreur pour environ 200$ (tout de même). Pour ce faire, il suffit de la commander directement sur le Web à l'adresse : http: www.sdcorp.com wpli- nux orderlinux html Heureusement, une version de démonstration est librement téléchargeable à : http: www.sdcorp.com dem os demos.htm?linux. S'entend par démonstration une version non bridée mais limitée en utilisation à un mois. La totalité des archives (incluant les manuels en ligne) pèse non loin de
100 Mo, aussi Corel a- t-il pensé aux pauvres Internautes français : l'éditeur offre la possibilité de commander on-line un CD de démonstration. Surveillez bien votre magazine préféré, un test ne saurait tarder.
Word Perfect 7, enfin disponible pour Linux !
GUF9ABI rOu* APPUCATION SERVER l or UNIX WordPerfect 7 17 bit level 6..... 115 F Aga experience vol3 ..135 F Aminet 20, 21 ou 22: .....85 F Amijnet set 5 ..219 F Amimes babes SE .....175 F Assembly cd, 3rd phase....70 F Dpaint 5 cd ....219 F Giga graphie set.... .: .149 F Golden demos v 95 F Magîcwb enhancer. 99 F Magic publisher ...179 F Mods anthology ..206 F Rhs erotic collection ...89 F Scala plug-in ..... 249 F Texture cd vo!1 ...145 F Turbocalc 5.01 ...... 590 F Ultimate blitz
basic ...219 F Nombreux périphériques, jeux et cd-rom dispos Nous contacter!
Frais de port logiciels 35 F frais de port matériel 80 F frais de port tour, écran 100F [Sôftware Parad îsê] jC-A du BAB !39 Rte de Lamouly 164600 ANGLET Amiga 1300 T1 .3389 F Amiga 1300 ti + .1 ....3999 F ( inclus un scandoubler interne ) Amiga 1400 Ti .4949 F Amiga 1500 TI .6389 F Tower Infinîtiv Zorro II 2290 F Clavier Win95 +adaptateur.....139 F Bus Zorro II Micronik ......1490 F Bus Zorro III Micronik 3189 F Extension 5.25 ..290 F Extension 3.5 interne ...90 F
Adapateur 2 disks intemes....229 F Adaptateur Pcmcia 245 F Alimentation interne 230W.....449 F Lecteur disks HD...,„ ..590 F Tower A4000 + Z3IL .2790 F ( 7 Zlll, 5 PC ÏSA, 2 slot vidéo ) Moniteur 15’ Smile ...1990 F Moniteur 17* Smile ...359&F Scandoubler A1200T A4000..599 F Rack extractïble IDE ..109 F Disque dur IDE 3.5, 2.1 go..1390 F Lecteur cd-rom ATAPI x 24....650 F 16 mo simms 32 bits 60ns.... 270 F 32 mo simms 32 bits 60ns 590 F Souris et tapis Frog design...145 F Digitaliseur Megalosound 350 F Modem numéris externe
..1790 F Modem numéris rtc ext 2690 F Brain damnage pinball 215 F Flying hight .....199 F Flying hight datas disks 85 F Jet pilot ...... ...229 F Master axe 159 F Myst ..... 375 F Nemac IV. .ï....f....i.i 175 F OnEscapee 279 F Shadow of the 3rd moon.287 F Stranglers ....229 F Street racer ....159 F Trapped 2 cd.. ....199 F Ulimate Gloom cd ......159 F Wendetta 2175 cd .....179 F Cd-rom eux TEL 05-59-57-20-88
• La petite histoire de Linux.
Un nouveau site consacré à Linux chez Mygale : h ftp f www. Mygale. Org 04 inux.
Très bien réalisé’. On y trouve entre autres une traduction d'un texte retraçant (certes d'une manière un peu romancée) la petite histoire de Linux et de son concepteur (http : www. Mygale.org 04 Un ux ch roniqueslfrLinuxW.html). A ne surtout pas manquer !
* Exodus, un nouvel Elite sur RiscPc ?
TECHNOLOGIE Un fabricant de frigo pousse l'Alpha à 737 Mhz !
Le microprocesseur Alpha 21 1 64 vient de battre son propre record de vitesse en atteignant la fréquence démesurée de... 737 Mhz !
S'agirait-il là d'un exemple du fameux savoir-faire des fonderies de Samsung, lequel avait promis semblable miracle ? Point du tout, l'auteur de cette performance n'est autre qu'un fabricant de... frigos !
Bien évidemment, les frigos en question n'ont rien à voir avec les appareils ménagers que l'on trouve dans chaque cuisine. Mais tout de même, les supra dissipateurs thermiques de la société Kryotech en reprennent le principe : il s'agit d'un circuit dans lequel un liquide (du fréon) est transformé en gaz, ce qui a comme propriété physique d'absorber un maximum d'énergie, donc de chaleur. En réduisant la température d'un microprocesseur, il devient dès lors possible d'augmenter sa fréquence sans qu'il finisse par fondre. Pour concevoir un modèle de réfrigérateur qui s'adapte à la très
petite taille mais également à la très haute chaleur d'un Dec alpha, la société Kryotech s'est associée à l'armée américaine, laquelle a développé tout le système d'étanchéité. Et le résultat est étonnant : ainsi protégé, un simple 21164 à 600 Mhz peut sans danger être overclocké jusqu'à 737 Mhz ! Mais pas plus : le processeur Alpha chauffe tellement qu'il faudrait disposer d'un réfrigérateur capable de descendre à moins de -40 degrés Celsius pour conserver une température constante. Or, à cette taille, la limite de -40 degrés Celcius est infranchissable. A titre d'information, signalons
que le réfrigérateur s'accapare, à lui seul, toute la puissance d'une deuxième alimentation de 120 watts. Http : www.kryotech.com. EXTENSION Un Dsp dans l'Amiga C'est connu, les Amiga 4000 et 1200 étaient initialement prévus pour fonctionner avec un Dsp. Malheureusement, certains commerciaux de Commodore ont décidé de retirer au tout dernier moment cette caractéristique pourtant fort prometteuse. Une lacune aujourd'hui réparée grâce à la Delfina. Pour moins de 2000 F, la carte Delfina lite dispose d'un Dsp 56002 de Motorola et de tout un nouvel ensemble audio (16 bits, 48 Khz et six
connecteurs, dont un pour la numérisation).
La carte est livrée avec un environnement de programmation permettant de développer des applications utilisant le Dsp (pas seulement pour l'audio, aussi pour le calcul). La Delfina se connecte dans n'importe quel bus Zorro 2 et il est possible de la commander sur Internet à l'adresse : http: www.sci.fi ~petsoff orde
r. html.
• BeOs Pc, plus ou moins rapide ?
CPU Monitor Pcwct-K 604e 181 Mhz flTTlTITTilH Toujours plus cité.
Le développement de la version Pc de BeOs arrive maintenant à terme. Selon Eric i Ringewa d. Chef du département technique chez Be inc., tout ce qui fait appel au processeur (calculs, transferts avec la Ram...) est plus rapide sur un PowerPC que sur un Pentium 2. En revanche, les accès disque sont plus vêloces sur un Pc que sur un Mac.
MICRO ORDINATEUR Des stations Alpha à 5000 F ?
La société américaine NekoTech propose une AlphaStation 200 de Digital (45200 7 00) pour moins de 1000 dollars ! Evidemment, on ne dispose pour ce prix que d'un Alpha 21064 à 100 Mhz, ce qui en limite franchement l'intérêt. A première vue tout du moins... En effet, en y regardant de plus près, on dispose tout de même d'une station complète (sans écran) équipée de 512 Ko de cache, de 32Mo de Ram, d'un disque dur Scsi de 1 Go, ainsi que d'une carte vidéo 2 Mo Number nine (plus d'informations sur : http: www.alphapower.com products AlphaStati on200-100.htm). Pas encore convaincu ? En réali
té, le véritable intérêt de cette offre est surtout que la station en question est fournie avec une iicen- se bi-utilisateur de Digital unix, laquelle vaut tout de même 10 000 dollars américains à elle seule !
Dommage, la configuration équivalente avec un processeur 21164 à 600 Mhz, 584 Mo de SdRam, 11 Go de disque dur Ultra-wide Scsi et un écran 17 pouces coûte tout de même dans les 75 000 F (http: www.alphapower.com products SuperSER VER.htm) ! Bon, c'est pas tout ça, mais elles arrivent quand, ces fameuses stations Alpha, complètes, pour seulement 12 000 F ?
Bill Gates fait le comique... Bill Gates n'est pas content il ne veut pas admettre que la justice d'un petit pays comme les Etats- Unis puisse lui dicter sa loi.
Le N° 2 de Microsoft a honte... On croyait la partie gagnée. En décembre dernier, le département de la Justice américain a formellement interdit à Microsoft de livrer gratuitement Internet explorer avec Windows 95, pour arrêter de faire de la concurrence déloyale à Netscape.
Une situation agaçante pour Bill Gates, qui ne supporte que son monopole. Mais l'homme le plus riche de la Terre n'entend pas se laisser faire aussi facilement. En tout premier lieu, le jugement précise qu'Internet explorer ne doit plus être "imposé" ni "offert" par Microsoft avec chaque exemplaire de Windows
95. C'est-à-dire que les constructeurs sont maintenant libres
d'installer Windows 95 tout seul sur leurs machines, ou
accompagné de n'importe quel autre navigateur de leur choix.
Pas si bête que ça, Microsoft a sorti début janvier une toute nouvelle version de Windows
95. .. qui ne fonctionne que si elle est accompa- gnée d’Internet
explorer ! "Mais n’allons pas à 'encontre de la loi. Les
constructeurs ont toujours le choix : soit ils veulent
Internet explorer et ils prennent la toute dernière version
avec plein de nouvelles routines améliorées, soit ils ne
veulent pas d’Internet explorer et, dans ce cas, ils prennent
une ancienne version de Window 95. Ah, au fait, la seule
ancienne version de Windows 95 encore disponible à notre
catalogue est l’une des toutes premières qui plantait tout le
temps l’ordinateur.
Désolé, nous sommes en rupture de stocks pour les autres" a-t-on déclaré, en substance, à Redmond.
Windows 95 illégal Evidemment, à la question de savoir si cette nouvelle version est bien légale, Microsoft a répondu qu'il était désolé, mais que Windows devient tellement compliqué à programmer qu'il a fallu remplacer ses routines essentielles par celles d'Internet explorer, lequel est une extension du système d'exploitation et pas du tout un produit commercial indépendant.
Manque de chance : le 5 janvier dernier, Microsoft présente sa version Macintosh d'Internet explorer. Le Sénat a sauté sur l'occasion : "en gros, Internet explorer c'est le nom d'une routine Windows sur Pc et c'est un logiciel commercial sur Macintosh. Vous vous fichez de nous ?" Et bing : la nouvelle version de Windows est déclarée illégale. Le 6 janvier dernier, au bord de la crise de nerfs, Bill Gates a tiré une énième carte de sa manche. En 1996, l'un des juges du département de la justice aurait envoyé un e-mail à la hotline de Netscape comportant la phrase suivante : "oui, je sais,
j'ai vendu mon âme au diable, j'ai installé un logiciel Microsoft sur mon Mac. Mais depuis je n'arrive plus à retrouver mes bookmarks dans Netscape navigator. Comment faut-il faire ?" Selon Microsoft, le "j'ai vendu mon âme au diable" prouve que tout le Sénat américain est à la botte de Netscape, que Bill Gates est la victime d'un immense complot international destiné à déstabiliser l'économie américaine et que le procès doit être entièrement révisé. Le 9 janvier dernier, Steve Ballmer, le N° 2 de Microsoft, a estimé que les sbires de Bill Gates avaient poussé le bouchon un peu trop loin et
a préféré présenter officiellement ses excuses à la presse...
• Linux 2.2 officiellement pour 68 k !
Procès Microsoi Dans une récente interview, Lin us Torva dy le créateur de Linux, a annoncé que la version 3.2 de son système d'exploitation supporterait désormais au même titre les plates- formes Intel et 680X0 ! Dans la pratique, cela ne changera pas grand-chose si ce n 'est que les logiciels sortiront vraisemblablement simultanément sur Pc, Amiga et Atari.
. Mais le plus intéressant est que la demande d'un support officie pour Linux m68k soit montée aussi haut.
I ’n état défait qui traduit bien l'importance qn 'accordent les Amigaïsfes et les Ata ris tes à la standardisation.
• Une mailing list Amiga française Une mailing list est une
correspondance d'e-mail, un forum dans lequel chacun échange
ses opinions et fait part aux autres des dernières in
formations dont il est au courant. S 'il existe de nombreuses
mailing list concernant Pamiga. Aucune, jusqu'à présent, n
'était en français. C'est désormais chose réparée grâce à P
initiative du français Olivier Leroy.
Http:llwww.myga le. Oigl- olivieer a miga m amiga.html MICRO ORDINATEUR
• L'Atari enfin émulé sur RiscPc !
L lie première version de l'émulateur Atari est disponible sur le site Iveb de Samuel E lis : (http:llwwwjoton.ac. ukj-scel 96 ste ni). Celle-ci permet enfin d'accéder au monde Atari à partir d'une machine fonctionnant sous RiscOs.
L'émulation est de bonne qualité, mais beaucoup trop lente : c est poussif sur un StrongArm et parfaitement inutilisable sur autre chose ! semblerait que l'auteur ait utilisé une méthode de conversion des codes 68000 faisant usage d'un interpréteur classique. A insi, chaque instruction 68000 utilise environ 1000 (ydes Arm ! Vivement la prochaine version... Sun se lance dans le micro-ordinateur !
Sun, ce géant américain que l'on compare souvent à Digital (puisqu'il fabrique des stations haut de gamme, des microprocesseurs Risc ultra rapides et qu'il développe aussi son propre Os reposant sur Unix, Solaris), ce monstre visionnaire qui a inventé Java, ce... constructeur de micro-ordinateurs ! Eh oui, Sun s'attaque désormais au marché de la micro informatique grâce à deux nouvelles machines : Y Ultra 5 et V Ultra 10. Concurrents directs des nouvelles stations Alpha dites "grand public" (largement plébiscitées dans les un clone.
Derniers numéros de Dream), les Ultra disposeront d'un ou deux microprocesseurs UltraSparc 2i (Risc 64 bits, Speclnt 12.1, SpecFp 12.9) extrêmement puissants à 300 Mhz et de plusieurs bus Pci pour accepter toutes les cartes d'extension du monde Pc. Les machines seront livrées avec Solaris (YUnix de Sun) mais pas Windows nt (Sun est l'un des principaux ennemis de Microsoft, à cause de )ava notamment). Pour environ 20 000 F, ces micros offriront la puissance d'un système Unix éprouvé alliée aux excellentes performances d'un hardware Risc standardisé. Bref, une station professionnelle complète
pour le grand public, même si la cible est avant tout les infographistes. Le but avoué de ces petites bombes est de concurrencer directement les nouveaux Pc hauts de gamme que l'on reconnaît au fait qu'ils utilisent Windows nt. Par ailleurs, Sun vient d'autoriser le clonage de ses machines et trois constructeurs américains proposent déjà des micros équivalents à leurs catalogues, http: www.sun.com . MICROPROCESSEUR Intel : le Pentium, c'est pas encore fini !
On croyait la famille des Pentium bientôt enterrée avec l'arrivée prochaine du Merced, le fameux nouveau processeur Risc 64 bits incompatible avec tous les x86 qui équipent les Pc. Eh bien non, Intel vient d'annoncer un nouveau processeur x86, à base de technologie Katmai, pour 1999. Le but avoué de l'opération est justement de continuer à assurer la compatibilité avec les Pc existants pendant encore deux ou trois ans. Démarrant avec une fréquence de 500 Mhz, les nouveaux Pentium katmai seront à considérer comme des "Pentium 2 Mmx 2" intégrant les co-processeurs graphique et arithmétique.
Dans le même temps, Intel a levé le voile sur quelques caractéristiques du Merced, dont l'architecture se nomme la-64. L'la-64 est une architecture Risc de type Vliw (Very long instruction words) totalement incompatible avec la famille x86 (la famille des processeurs qui équipe les Pc d'aujourd'hui, c'est-à-dire les Pentium 2, Pro, Mmx et autres clones). Sur le papier, l'la-64 utilise des mots d'instruction de 128 bits. En réalité, elle fonctionne en traitant parallèlement trois instructions de 40 bits (ce qui est toujours mieux qu'une seule instruction de 32 bits sur Pentium 2). Pour que
les performances d'un programme soient optimales, il faudra donc que le compilateur décide tout seul du choix des instructions successives regroupables par paquet de trois afin d'être exécutées en même temps.
Intel se félicite de cette nouvelle technologie, développée en partenariat avec Hp, qui va enfin lui permettre de se débarrasser de la dinosauresque conception Ose des processeurs Pentium (lesquels découlent d'un vieux processeur 8 bits, le 8080). Autrement dit, voici un constructeur qui se fait ouvertement de l'auto-concurrence.
Vu sur le net http: www.man.ac.uk ~mb ge4cdl Blitz Un site de référence pour tous les accrocs de ce fabuleux langage qu'est le Blitz basic sur Amiga.
Particulièrement intéressant, on y trouve de nombreux cours accompagnés de multiples exemples.
Un Amiga, un Mac, une station Alpha... Chacune de ces plates-formes a des avantages et des inconvénients. Alors, comment choisir la bonne ? En attendant l'Inside out, l'éditeur anglais Hi-q limited a certainement la solution : le Siamese, un concept qui regroupe tous les systèmes dans un même ordinateur ! Il s'agit juste d'une carte mère Amiga et d'une autre Alpha (ou Pc) que l'on relie en réseau et que l'on place dans un gros boîtier tour pour faire plus joli. L'installation hardware n'est pas plus compliquée, si ce n'est qu'il faut penser à relier l'écran à la carte graphique Pc, le clavier
et la souris à la
• BeOs ne marche plus sur Mac !
SIAMESE 2.5 Tous les systèmes dans un seul ordinateur !
Carte Amiga et les lecteurs à n'importe lequel des deux contrôleurs. En réalité, toute l'intelligence du Siamese est regroupée dans un ensemble propriétaire de logiciels dont la nouvelle version 2.5 vient de sortir. Dans la pratique, des pilotes compatibles Cybergraphx détournent l'affichage de l'Amiga vers le hardware Pc afin que les fenêtres des deux environnements puissent se mélanger sur un seul écran. La nouveauté est qu’AmigaOs n'est plus restreint à une seule grosse fenêtre (comme c'est le cas avec l'émulateur Uaë) mais que chacune des fenêtres du Workbench se
• Atéo concepts n'est pas content !
Le Workbench sous Windows. Place indépendamment sur le bureau de Windows 95 (ou Nt).
Les lecteurs, eux, sont pleinement accessibles aux deux environnements. Concrètement, le Siamese est surtout une solution pour tout utilisateur d'Amiga qui souhaite offrir à sa machine la diversité et la puissance des extensions Pc. A titre d'exemple, AmigaQuake devient excessivement fluide sur un simple 68030 car l'animation sera prise en compte par les pilotes DirectX d'un processeur Alpha à 600 Mhz ou même Pentium à 166 Mhz, potentiellement appuyé par une carte 3D fx. Et le Mac ? Il s'agit juste d'un argument commercial de Hi-Q : MacOs fonctionne en réalité grâce à l'émulateur
Shapeshifter pour Amiga, bien meilleur que tout autre produit du même genre sur Pc. Le Siamese est compatible avec toute carte mère Amiga, y compris celle de l'Access, d'index information. Cette dernière est d'ailleurs particulièrement intéressante puisqu'elle occupe un minimum de place (une simple baie 5,25 pouces). Il est possible de-commander tous les éléments du Siamese (mais, pour faire des économies, nous recommandons juste l'achat des pilotes 2.5) sur le site www.siamese.co.uk. Systèmes en synthèse, grâce au Siamese.
Fin décembre, le fanzine français Amiga on line publiait sur son site Internet une interview de l'un des développeurs d'Atéo concepts.
Celui-ci y révélait que le fameux bus pour Amiga 1200 en cours de développement (FAtéo bus) 11'était en fait qu 'un banal bus Isa comme on en trouve dans tous les vieux Pc.
La chose a eu le privilège de mettre en colère le P-dg d'Atéo concepts qui dément totalement : "Monsieur (censuré) n'a jamais travaillé pour nous. L’isa.Ubrary qu’il mentionne est son propre projet et le fait que nous l'ayons adopté est le fruit de son imagination ” La petite histoire d'Unix
• - . V- ::: .. . .•••' ’ • :ï Le langage Tcl Tk, que les
lecteurs de Dream commencent à connaître, est né dans les
bureaux de recherche de Sun (encore lui I). Une équipe chargée
de programmer des interfaces pour des appareils électroniques
était frustrée de devoir réinventer la roue à chaque fois et
décida de créer une fois pour toutes un langage extensible
ad-hoc pour ce genre d'applications : le Tool command language
("langage pour contrôler des outils"). Simple et souple, le Tel
eut un succès phénoménal.
Et lorsqu'on cherchait un moyen de programmer facilement des "front-end" graphiques sous X- Window, le Tel toolkit fut le choix naturel. Encore une petite précision : Tcl Tk se prononce "tiqueul tiké" (et pas "técéhèle tékô").
A la découverte des ordinateurs de poche C'était inévitable. En miniaturisant toujours plus les composants électroniques et en intégrant toujours mieux divers mécanismes (comme un clavier ou un écran), on a fini par concevoir des ordinateurs de moins de 20 cm de côté. II a d'abord été question de simples agendas électroniques, justes promptes à afficher le contenu de leurs quelques kilo-octets sur un écran Lcd de deux ou trois lignes. Mais désormais, ces appareils sont de véritables ordinateurs, avec une réelle puissance de calcul, une mémoire vive qui se compte en mégaoctets, une
unité de stockage pour archiver de nombreux fichiers et même un système d'exploitation On en parle de plus en plus, ils envahissent le marché.
Eux, ce sont les ordinateurs de poche.
Mais quelles sont leurs cardctéristiques et, surtout, que modèle choisir ?
Accompagné d'une interface graphique.
Grâce à leur aptitude à être transportés partout, on les appelle ordinateurs de poche, ou "poc- kets" Les trois types de pockets De la même manière que sont apparus les micro-ordinateurs au milieu des années 80, il existe un Nokia 9000. Nombre incommensurable de pockets, chaque modèle disposant d'une technologie propriétaire. Néanmoins, il est possible de discerner dans cette jungle trois tendances utilitaires. La première se positionne ouvertement sur le créneau de l'outil hi-tech pour hommes d'affaires : il s'agit des Pilot, Newton et autres Avigo. Ce sont des blocs-notes
électroniques. De la taille d'un petit carnet et totalement dénués de clavier, ils disposent d'un écran tactile capable de reconnaître l'écriture de leur propriétaire. Viennent ensuite les calculatrices évoluées, telles la Hp48 ou la 7792. Assistants indispensables des étudiants et des scientifiques, ces appareils ont pour principal intérêt de pouvoir être programmés via un clavier alpha-numérique. Enfin, on trouve les véritables mini-micros ordinateurs, ceux dont le but est de ressembler le plus possible à une machine de bureau. Complètement comparables aux calculatrices évoluées, ils
ont l'avantage d'offrir toute une panoplie de logiciels courants en mémoire morte, allant du traitement de texte avec correcteur orthographique à l'application de dessin et en passant par l'inévitable tableur. Un segment de marché sur lequel règne en maître le constructeur anglais Psion, récemment talonné par Microsoft et sa technologie Windows Ce.
De l'intérêt des pockets Qu'il s'agisse des calculatrices évoluées ou des modèles reprenant le principe des Psion, les pockets donnent véritablement l'impression de disposer d'un micro-ordinateur que l'on balade partout avec soi.
Tout d'abord grâce à la puissance de leurs microprocesseurs 32 bits. Le plus souvent, il s'agit d'Arm (qui équipent les Archimèdes et les Risc Pc), de 68000 (comme sur l'Amiga 2000 et les premiers Macintosh) ou encore de Sh3 (celui de la console Saturn).
Ensuite, grâce à la richesse de leur système d'exploitation. L'Epoc32 de Psion, par exemple, permet de naviguer sur un disque dur virtuel comme on le ferait à partir d'un Macintosh. En prime, une barre des tâches comparable à celle de BeOS permet de sauter d'une application à l'autre tout en conservant un fonctionnement multitâche. On dispose même d'un langage interne à la fois très simple et très puissant, '0pl, dont la convivialité pourrait se comparer à celle du Basic et les performances à celles du C. Enfin, les pockets disposent d'écrans haute définition, où la barrière des 640x200
pixels en 16 niveaux de gris n'est plus forcément inaccessible.
Des systèmes enfin ouverts Mais le plus confortable reste tout de même la possibilité d'évolution de ces machines : il est tout à fait possible de leur ingérer de nouveaux logiciels pour compléter le panel proposé en mémoire morte.
Les constructeurs sont passés maîtres dans l'art de contourner une limitation inhérente à la conception même des pockets : l'impossibilité d'y intégrer une mémoire de masse. Qu'il s'agisse de lecteurs de disquette, de disques durs ou de lecteurs de CD-Rom, tous sont trop gros pour prendre place dans un boîtier que l'on souhaite particulièrement petit. Pour le stockage interne, les pockets disposent donc d'une Ram non-volatile.
Pour l'échange de données avec le monde extérieur, ou la récupération de logiciels tiers, un connecteur est prévu d'origine, dans le seul but d'être relié au port série d'un simple micro-ordinateur. Et pas uniquement un Pc sous Windows : on trouve sur Internet toute une panoplie de protocoles permettant à la plupart des pockets de communiquer avec un Mac, un Amiga, un Atari, un RiscPc ou encore une station sous Linux.
Dès lors il devient possible de jouer (après "faire tourner Quake sur Amiga" le sport est actuel est "faire tourner Doom sur Psion Séries 5"), de s'édu- quer, de regarder des démos, de développer dans d'autres langages, de travailler encore plus... Et même de se connecter sur Internet ! Juste retour des choses, les ordinateurs de poche se branchent sur les téléphones que l'on accroche à la ceinture. Détail important, il faut tout de même qu'au moins l'un des deux dispose d'un modem, ce qui est loin d'être une généralité.
Une solution optimale Reste une question. Pourquoi préférer un ordinateur de poche à un micro portable, sachant que pratiquement les mêmes applications tournent sur les deux ? Les portables ont pour eux l'intégration des mêmes unités de stockage que les ordinateurs de bureau (disquettes, CD-Rom...) et l.es pockets sont les seuls à tenir dans une poche. Il y a tout de même deux éléments qui font franchement pencher la balance du côté de ces derniers : le prix et l'autonomie. Les pockets sont environ cinq fois moins chers que leurs équivalents Pc ou Mac et une paire de simples piles bâtons
AA leur permet de tenir plus de 30 heures là ou les portables dépassent difficilement les trois heures (avec une batterie au lithium qui met, de surcroît, un certain temps à se recharger).
Enfin, le poids d'un pocket se compte, lui, en à peine quelques centaines de grammes... La prochaine étape technologique ? Que les pockets disposent d'un écran couleur !
Comment choisir son pocket ?
Quel est le pocket qui vous convient le mieux ?
Préférez-vous celui qui copie votre micro-ordinateur, en termes de puissance et d'utilisation ? Ou celui qui, déguisé sous les revers d'un simple bloc-note électronique, se transforme en véritable station de développement hi-tech dès que vous effleurez son écran tactile ? Et puis, que vaut ce tout nouveau label Windows Ce qui prétend transformer en ordinateur de poche le bus bête des autoradios ? Dream a répertorié pour vous toutes les machines les plus en vogues, celles qui sont sûres de toujours occuper une part de marché l'année prochaine, pour mieux voux aider à choisir.
Les Psion y a quatorze ans, l'anglais Psion cessait son activité d'édition de logiciels sur Zx spectrum pour se reconvertir dans la fabrication d'assistants électroniques. Sortis en 1984, les Organizers étaient de petits pavés hideux à l'ergonomie plus que (jouteuse : un écran Lcd d'une seule ligne (et de seize caractères...) surplombait un clavier dont les touches étaient disposées par ordre alphabétique ! Le succès fut pourtant au rendez-vous, et la petite bête contribuera à faire de Psion un leader mondial. Aujourd'hui, le cheval de bataille se nomme Séries 5. Doté d'un processeur
équivalent au 486, cet ordinateur de 354 grammes remporte toutes les faveurs du public depuis sa sortie, en octobre dernier. Il faut dire que le Séries 5 représente pour tout le marché des pockets le passage à une nouvelle étape technologique.
Le Psion Séries 5, un excellent concept Doté d'un microprocesseur Risc Arm 7100 à 18,5 Mhz, le Psion séries 5 accumule les éloges du public et de la presse depuis sa sortie en octobre dernier. Il faut dire que ce micro de 354 grammes a tout d'un ordinateur de bureau. Psion est parti de la réflexion suivante : puisqu'un on ne peut mettre qu'un nombre limité de ressources dans un ordinateur de poche, son système d'exploitation se doit donc d'être le moins gourmand possible.
I Le tout premier Organizer Psion !
L'fpoc 32 remplit à la perfection ce rôle et se satisfait d'un écran de réso- TST Nouveau... Ouvrir... Cül+O Mot de passe... Maj+cw+M Jg Imprimer Mise en page... Options Config imprimante... MabCM*c Aperçu... cw+u Imprimer . Cw+p . 1 , .v Quitter CW+Q explications.
Lution 640x240 en 1 6 nuances de gris. Cela étant il sait parfaitement gérer d'autres résolutions ainsi qu'un nombre de couleurs bien plus élevé.
L'écran tactile du Séries 5 se pilote au stylet (mais le revers de l'ongle suffit très bien). De cette manière, on clique dans les menus, on déplace des fenêtres, on sélectionne du texte, on pointe sur des objets... Le clavier est l'élément mécanique le plus étonnant du Séries 5 ! Disposant de touches plastiques semblables à celle d'un Pc de bureau, ce clavier assure un confort d'utilisation incroyable.
L'interface utilisateur manifestement sur celle du Mac, retenue pour ses qualités intuitives. Ainsi, le bureau du Psion est constitué de dossiers, dans lesquels l'utilisateur peut stocker ses documents. Les dossiers "système" ne sont pas visibles ni exploitables par défaut, mais il suffit de cocher quelques cases pour avoir accès à presque tout ! Un régal pour qui désire pousser sa machine dans ses derniers retranchements... Par ailleurs, de nombreuses applications de productivité sont disponibles (en Rom), toutes entièrement compatibles avec les standards du marché. Du bout du stylet,
on pilote le traitement de texte ou le tableur comme on le ferait avec une souris pour Word ou Excel. Et pour parfaire le réalisme, il y a même un vérificateur d'orthographe !
Autres exemples de puissance, le gestionnaire de base de données ne met pas plus de 5 secondes à rechercher un nom parmi 3000 enregistrements et le programme de dessin à main levée permet même de signer la lettre en cours d'écriture dans le traitement de texte. Top du top, le Séries 5 sait imiter à la perfection un dictaphone : trois touches externes (cachées par un dispositif amovible) suffisent à piloter le logiciel de numérisation audio même lorsque la machine est fermée !
Aussi extensible qu'un micro Le Psion Séries 5 dispose d'un bus destiné à accueillir des cartes Compactflash, qui augmenteront la mémoire. A noter que ce sont les mêmes cartes qui équipent les appareils photo numériques de dernière génération. D'ailleurs, le Séries 5 peut directement en relire le contenu (mais il faut un logiciel spécial pour afficher les images Jpeg) ! Autre interface, un port infrarouge à 115 kbps permet d'échanger des -n tüiyi A ?
Vt Sam 30 Fichier Un Os avec interface graphique qui se contrôle au stylet.
Processeur Arm 7100 à Arm 7100 à Nec V30h à Nec V30h à Nec V30hà 18,432 Mhz 18,432 Mhz 7,68 Mhz 7,68 Mhz 7,68 Mhz Ram 4 à 8 Mo 4 à 16 Mo 1 à 2 Mo De 512 kà 1 Mo De 512k à 2 Mo Ecran 640x240 640x320 480x160 480x160 240x160 1 6 niveaux de gris 16 niveaux de gris 3 niveaux de gris 3 niveaux de gris 3 niveaux de gris Son Hp + micro Hp + micro Hp + micro Hp + micro Hp + micro Clavier Azerty Azerty Azerty Azerty + pavé Azerty mécanique élastomère élastomère num. élastomère élastomère Stylet Oui Non (GlidePoint) Non Non Non Piles Alimentation 2 R6 + 2 R6 + 2 R6 + 2 R6 + 2 R6 + 1 lithium option 1
lithium option 1 lithium option 1 lithium option 1 lithium option Autonomie De 20 à 30 h De 20 à 30 h - - Rétro éclairage Oui Oui Oui (sauf premiers modèles) Non Non Connectique Rs232 et Rs232 et Rs232 et Rs232 et Rs232 19,2 kbps IrDa 115 kbps IrDa 115 kbps IrDa 57,6 kbps IrDa 57,6 kbps Poids Dimensions 354 g 390 g 275 g 183 g 275 g 1 70x90x23 mm 187x120x20 mm 165x85x22 mm 150x73x19 mm 165x85x23 mm Ports d'extension 1 CompactFlash 1 PC Card 2 SSD - 2 SSD
O. S. Epoc 32 Epoc 32 Epoc 16 Epoc 16 Epoc 16 Rom 6 Mo 8 Mo 1 Mo
1 Mo 1 Mo Prix A partir A partir A partir A partir Marché de
4990 F de 4500 F de 2990 F de 1490 F de l'occasion données
avec un autre Séries 5, mais aussi une imprimante équipée
Irda ou un ordinateur portable.
Enfin, la machine est livrée avec un câble de connexion série qui lui permet, en théorie, de communiquer avec tout autre ordinateur ou modem.
Dans la pratique, on ne trouve pour l'instant que des pilotes pour Windows 95, RiscOs et MacOs. Mais nombre de sharewares sont annoncés pour communiquer avec la plupart des autres systèmes.
Un bon outil de développement Opl 32, un langage de programmation entre le basic et le Pascal, est inclus dans la Rom du Séries 5, sous forme d'un éditeur couplé à un transcodeur (qui produit un exécutable autonome). Fort bien pensé, il permet de réaliser des applications qui vont des plus simples (des macros qui seront exploitables depuis le tableur par exemple) jusqu'aux plus complexes (des logiciels à part entière). Les passionnés de la programmation peuvent souscrire à EpocWorld, un service de Psion Angleterre qui donne accès à des outils supplémentaires (les bibliothèques C, un accès au
serveur Internet...). La gratuité des outils de base et la passion que suscite le Séries 5 a permis de donner naissance à une logithèque de sharewares et freewares énorme.
La machine parfaite ?
Les deux piles R6 assurent une autonomie d'environ 35 heures au mieux, 25 heures en général et 15 heures en cas d'utilisation intensive du rétro éclairage ou du port de communication. C'est bien mieux que la plupart des concurrents ! Mais le Séries 5 n'est pas exempt de défauts. Son prix risque de rebuter plus d'un client potentiel. Ce qui est petit est cher... Il souffre également de petits défauts dans chaque application, qui se révèlent parfois frustrants. Ainsi le calendrier ne permet pas une vue mensuelle des événements, l'impression de pages uniques n'est pas toujours possible, le
transfert par infrarouge de plusieurs fichiers ou répertoires simultanément n'est pas possible... Psion a toutefois promis de remédier à ces défauts de jeunesse dans les prochaines mises à jour de la Rom. Il est intéressant de souligner que Psion a proposé un échange gratuit des premières machines qui posaient problème. Une politique commerciale rare et fort appréciable !
Les autres Psion Pilotés par un processeur Nec V30h à 7,68 mHz (l'équivalent d'un Intel 8086), les Psion Séries 3a et 3c ne sont pas des bêtes de course mais l'Epoc 16 y fait des miracles ! Parfaits pour saisir des textes, exploiter des bases de données, organiser des valeurs dans un tableur ou gérer un carnet de rendez-vous avec l'agenda, les Psion Séries 3 brillent par leur solidité à toute épreuve et par leur possibilité d'être connectés à tous les micros sous tous les systèmes. Par ailleurs, ils disposent d'une logithèque énorme et très exhaustive, mais incompatible avec celle du
Séries 5. Ces deux machines constituent une valeur sûre pour qui veut disposer d'un ordinateur de poche performant à un prix tout à fait abordable !
Le Siena est une version réduite du Séries 3c, avec Des cartes mémoires compatibles avec les appareils photos numériques.
Son écran deux fois plus petit (240x160). Grand avantage par raport aux autres membres de la famille, il dispose d'un pavé numérique que les habitués des calculs financiers apprécieront.
Le premier clône du Séries 5 est déjà commercialisé ! Son nom n'est pas Dolly, mais Geofox-1.
Doté d'un écran plus grand que celui du Séries 5 (640x320 pixels), d'un clavier proche de celui du Séries 3 et d'un pavé numérique, il utilise en revanche un dispositif ClidePoint pour remplacer le stylet car l'écran n'est pas tactile.
Les compatibles Windows Ce Quel est le point commun entre Casio, Compaq, Ericsson, Hewlett-Packard, Hitachi, Lg Electronics, Nec, Novatel wireless, Philips, et Sharp ? Ils ont tous participé aux premiers pas du Windows de poche, appelé Windows CE.
Le tentaculaire Microsoft n'a pris que peu de risques pour imposer son système d'exploitation pour machines de poche. S'inspirant ouvertement des machines à succès existantes (les Psion Séries 3), il a présenté Windows Ce (pour Consumer electronics). Au 8 janvier 1998, soit plus d'un an après l'apparition de ce système, 500 000 machines à base de Windows Ce se seraient vendues.
Un score officiel plutôt suspect puisque la première version de cet Os miniature n'est disponible qu'en version américaine (écran et clavier).
Qu'est-ce que Windows Ce ?
Il s'agit d'un système d'exploitation dédié à des machines de petite taille dotées de performances inférieures à celles d'un Pc de bureau ou d'un portable. Contrairement à Windows 95 ou Nt, Windows Ce réside en Rom et ne nécessite que de faibles ressources Ram. Cependant, son interface s'appuye sur celle de ses grands frères, dans un but évident : ne pas perturber les hordes d'utilisateurs de Windows et leur proposer de retrouver tous les réflexes déjà acquis (qui a parlé de conditionnement ?). Dans un soucis de cohérence, des versions réduites des logiciels phares de Microsoft sont
intégrées en Rom, permettant ainsi de travailler sous Word, Excel, Powerpoint ou encore Internet explorer. Par ailleurs, Windows Ce vl.0 ne permet pas l'utilisation d'un écran couleur. Bien que ce ne soit pas un réel inconvénient dans la mesure où la consommation de tels écrans met à mal l'autonomie des machines. La plupart des constructeurs ont d'ailleurs opté pour des batteries rechargeables NiMh dans le cas d'écrans couleur (avec Windows Ce 2.0). PalmPc, le concurrent direct du PalmPilot de 3Com.
® m AaarM&oatr 4 • • • m ¦ *?“ L'AutoPc. Le look des beaux autoradios !
R Windows Ce version 2 Dévoilé au public en septembre 1997 la nouvelle mouture de Windows Ce affiche des ambitions bien plus importantes que celle qui la précède. A l'instar de son aîné, elle vise le marché des machines de poche. Mais cette version 2 a également pour prétention d'entrer dans les consoles de jeux, les téléphones portables, les boîtiers de télévision à péage, les lecteurs Dvd, les contrôleurs d'instruments de mesure, les bornes interactives, les équipements de bureau, les périphériques d'ordinateur... et même les autoradios ! Les intentions de Microsoft sont claires :
introduire leur technologie partout où c'est possible, et même là où ça ne l'est a priori pas encore.
Poürquoi une telle euphorie ? Les analystes s'accordent à penser que Microsoft serait prêt à s'attaquer à n'importe quel autre marché que celui des micros, tant il est effrayé par la menace des Network computers et ]ava.
Velo 1 de Philips, le plus rapide des Windows Ce 7... Les caractéristiques annoncées de cette deuxième version offrent une gestion avancée des tâches, des pages mémoire, d’Unicode (le successeur de Yascii qui donne accès à la plupart des caractères accentués), des polices True type, et de l'affichage couleur en 32 bits. Microsoft a également annoncé le support des principaux processeurs du marché (Arm, Mips, PowerPC, StrongArm, i486, Pentium, SuperH), ainsi qu'une collaboration active avec Amd, Digital, Hitachi, Ibm, Intel, Motorola, Nec, Philips et Toshiba... Désormais, Windows Ce est
localisé en anglais, américain, français, allemand, italien, brésilien, portugais, espagnol latino-américain et japonais. De quoi devenir le maître du monde.
Microsoft maître du monde ?
Pour s'assurer la domination du marché le plus rapidement possible et dans tous les domaines d'application (nous avons vu qu'ils sont nombreux), Microsoft ne lésine pas sur les moyens. D'abord en offrant gratuitement la nouvelle version de Windows Ce aux utilisateurs souvent refroidis par la version 1.0 et, ce, quelque soit la machine. Puis en donnant gratuitement aux développeurs des outils de programmation comme Visual basic 5, les bibliothèques complètes des Api exploitables sous VbS, Visual C++ et Visual I++. Normalement, java devrait aussi faire partie des chevaux de bataille
de Windows Ce, tout comme l'intégration d'une version limitée de Ylnternet explorer. Un Java juste "basé" sur celui de frac**» Le bureau de Windows CE. Toute ressemblance avec Windows 95 est volontaire !
S & 3 & & t?
My Hardhçw Tte internet Irtx» Calenaar Contacts Tasfcs Microsoft Pocket Word Ci Fivcntps * 1 Ji Documents * Moosott 8 Settngs » Pocket Excel $ s HeU & ;. JpRun... ¦ $ y»Sysper»a I Start p®v£?9:36PM j£| Les habitués de Windows 95 ne seront pas dépaysés... Handheld PC (HP C) : Windows Ce 2 attacks . M- v ü _ Constructeur NEC Hewlett-Packard Hewlett-Packard Sharp Casio Philips Modèle Mobilepro 700 360LX 620LX Mobilon 4500 Cassiopeia A20 Velo 500 Processeur Mips Sh-3 Sh-3 Mips Sh-3 Mips (54 mHz) (60 mHz) (75 mHz) (75 mHz) (80 mHz) (75 mHz) Ram rom 16 8 8 10 16 10 16 16 8 8 16 16 Ecran 640x240
640x240 640x240 640x240 640x240 640x240 couleur 16 nuances de gris couleur couleur 4 nuances de gris 16 nuances de gris Rétro éclairage Oui Oui Oui Oui Oui Oui Modem intégré NC Non Non 33,6 kbps Non 28,8 kbps Extensions PC Card, PC Card, PC Card, PC Card PC Card, PC Card, Dram Compact Flash Compact Flash Compact Flash Compact Flash Compact Flash Prix Environ Environ Environ Environ Environ Environ 7000 francs 6000 francs 7000 francs 7500 francs 6500 francs 7000 francs Autonomie 4 heures 20 heures 4 heures 4 heures 25 heures 20 heures wmrn CsteLSk L'Etang Simon 03310 Le Veurdre Tel :
04770766.44.25 Fax: Û4.70:66.'42'.7Ô' Ouvert du lundi 14 H a 19 H et du Mardi au Samedi 10 H-l 2H et 14 H a 19 Ht Sun, c'est-à-dire doté d'une compatibilité discutable... Windows Ce repose sur une couche Win32 qui inclut une pile Tcp ip (Ppp et Slip), Winsock v2.0, un serveur d'accès distant, un serveur de connexion par câble et une api de téléphonie. Exactement comme Windows 95 en quelque sorte... Ayant testé le marché avec Windows Ce v1.0, et profitant de l'expérience de ses concurrents, Microsoft a décidé de décliner Windows Ce v2.0 autour de trois concepts tous publics. Précision
nécessaire : Microsoft ne produit aucun appareil : il détermine juste les spécifications du matériel sur lequel doit être utilisé Windows Ce. Il s'agit ensuite pour les constructeurs partenaires d'y adhérer et de réaliser leurs produits. On remarquera que succès rencontrés par le Séries 5 de Psion et le PalmPilot de 3Com a sans aucun doute influencé le design des nouvelles machines au label Windows Ce.
Handheld Pc (Hp c) Directement issu des premières tentatives de Windows Ce 1, cette machine se présente sous la forme d'un portable de forme réduite.
Les dimensions de l'écran sont de 480x240 ou 640x240, depuis 4 nuances de gris jusqu'à 256 couleurs. L'écran est tactile, avec un dispositif de pointage par stylet. La Rom pèse 8 Mo ou plus et la Ram 4 Mo ou plus. Les extensions peuvent être au format PC Card, Compactflash, port série ou infrarouge. Il dispose en outre d'un micro et d'un haut-parleur. Les applications de base sont Pocket Word, Pocket Excel, Pocket Outlook, Pocket Internet explorer et Pocket Powerpoint (Pocket raton-Javeur a été oublié).
Palm Pc Fort du succès du Palmpilot de 3Com, le PalmPC en reprend le design et les principales fonctions. La saisie des données (avec stylet) utilise un module de reconnaissance cursive de caractères (comme le Newton) ou caractère par caractère (comme Graffiti).
Le logiciel principal est Pocket outlook, comprenant le calendrier, le gestionnaire de contacts, le gestionnaire de tâches et la boîte d'arrivée du courrier. Destiné à une utilisation nomade, il inclut un enregistreur vocal, un utilitaire de prise de notes, une horloge mondiale, une calculatrice et des outils de synchronisation. La connexion (docking) s'effectue en posant simplement le PalmPC sur une base (un " cradle ") reliée à un PC sous Windows.
AutoPc A priori éloigné de l'informatique personnelle, Windows Ce investit pourtant... l'autoradio ! L'AutoPC inclut un tuner Am fm (rappelons que c'est un autoradio) et un lecteur de CD. Mais il va beaucoup plus loin. Il est capable de se connecter à Internet et de récupérer CRA€E A VoiîS •• . .::fc«Ÿe.âttt:éyche«: ftïtf Ï-Ë- A600. Commodore yërsfcM:;èomtnpâqre. Çar jmois. I59ÔFrs Ê À6jtH} vemqit Commodore iGar.2mois 9901% B 'Co;iHce:mèire &Ï20O : ,0. Fear.2Mois JJ : ïO90Frs B liftdmmè AjÉÉv«* mi 0 €ar;2mols -59iïr$ B • • LES CLASSIQUES Extensions A500 500+ B Ext. A500 avec Horloge HD 270Mo
2’5 IBM HD 2Go 2’5 HD 2Go 3’5 Prévoir Kit Install 2.0 4Mo32bits STD 8M0 STD I6M0STD 32Mo EDO 190Frs Ext. .4500+ sans Horloge Disques Durs A600 A1200 C 280Frs 1440Frs 1090Frs 1450Frs 790Frs HD 1.2Go2’5 IBM 2380Frs HD1.6Go3’5 1250Frs HD 2.5Go 3’5
3. 0 ou 3.1 60Frs Burettes Simm B lOOFrs 4Mo EDO 125Frs 8M0EDO 1
lOFrs 150Frs 290Frs 300Frs I6M0EDO 6 lOFrs Lecteurs
CD-ROMA60Q A1200 C CD Atapi Nu 590Frs CD SCSI Nu 950Frs CD
Atapi Externe 7 lOFrs CD SCSI Externe 1050Frs x24 x8 Lecteurs
de disquettes Amiga B Interne 880KoA500 600 l200 199Frs
Interne 88OK0 A2000 210Frs Interne 1.76Mo Al 200Comm. NC
Interne 1.76 Al 200Am.Tech. NC Interne 88OK0 avec façade 21
ÔFrs Interne 1,76Mo avec façade NC Préciser la version de F
A1200 Commodore ou AmigaTechnologie pour les 1.76Mo
Tower,4600 Al200 E Tower TBD1200 à monter 950Frs Tower TBD600
à monter 1090Frs Interface clavier PC seule A600 1200(clavier
inclus) 349Frs (380Frs) TBD 4 Ide ( Option IDE-fix’97) 150Frs
A (350Frs B) comprend 1 interface + 1 nappe 2’5 2’5 LES TOPS
Cartes accélératrices A1200 à partir d’un 68EC30 25Mhz à
partir de 650Frs C Blizzard 1230.IV 890Frs C Blizzard 1260.IV
3099Frs C Kit SCSI Blizzard IV 650Frs C Black 68030-50Mhz
850Frs Kit SCSI Black, APPOLO 590Frs Copro 68882 33 PLCC
190Frs B Copro 68882 50 PGA 460FrsC Cartes accélératrices
A3000 A4000 à partir de Interfaces Zorro II RBM pour tout Al
200 monter en tour 2300Frs C 1450Frs C OS 3.1 A500 600 2000
470Frs OS 3.1 Al200 3000 4000 580Frs ROM 3.1 A500 600 2000
220Frs ROM 3.1 Al200 3000 4000 360Frs Ces articles sont de
nouveaux disponibles en direct de chez VILLAGE TRONIC TBD 3.0
Multimédia (Garantie 1 an) 5490Frs E Tower TBD, A1200
version3.0, HD I.6G0, Lecteur CD-ROM x24, HP 2x25W, Blizzard
1230.IV, 8M0 de RAM, système 3.0, clavier et souris
• PL • y ¦... ..... • f; *: ; ; : •.. : : • A compléter et à
retourner: L* Etang Simon - 03320 LE VEURDRE Nom, Prénom:
Adresse: Ville: Code Postal: Accompagnez ce coupon d’une
enveloppe timbrée à votre adresse.
Frais de Port: A 60Frs B 65Frs C 75Frs D lOOFrs E 160Frs. Valables dans la limite du stock.
Prix TTC, modifiables sans préavis. Paiement Mandat-lettre, CB, CHQ ou CRBT.
My Hyxfeld Th? Internet PC Bat ter» l Copilot, l'émulateur Pilot.
Ainsi le courrier électronique, de distiller des flashs d'information routière. Si l'on y adjoint un récepteur Gps, un logiciel de positionnement renseigne en temps réel sur la position du véhicule. La voie est grande ouverte à des services d'aide à la navigation qui permettront d'échapper aux bouchons routiers.
Services qui ne seront bien évidemment pas gratuits.
Son interface se limite à un seul et unique bouton, le fameux "Démarrer" mais elle est épaulée par une synthèse vocale et un module de reconnaissance vocale. Plus question de cliquer ou d'utiliser un stylet (normal, l'utilisateur est supposé conduire avec le minimum de concentration qui s'impose), la voix suffit à piloter toutes les fonctions de l'autoradio ! Il vous lira d'une voix douce et suave (on suppose) les Emails en attente, et vous annoncera que l'autoroute sur laquelle vous venez de vous engager est complètement bouchée... Attention tout de même si vous êtes enrhubé, botre
audoradio bera la sourde oreille... Attention aussi aux enfants qui videront avec malice votre boite Email depuis les sièges arrières... Et demain ?
Windows Ce 3 devrait faire son apparition dès le printemps 98 (le nom de code actuel est Jupiter). Au menu, des écrans plus grands, la possibilité de connecter un écran de type Vga comme sur les portables. Cette nouvelle version viendra concurrencer les mini portables (comme le Libretto de Toshiba) avec des performances égales ou supérieures, sachant que Windows Ce sera toujours moins gourmand que Windows 95.
Le PalmPilot, pas si gadget que ça... Le PalmPilot machine pour cadres shootés à la came technologique et gadgetisante ? Une belle idée reçue pour tous ceux qui considèrent qu'une machine sans clavier est une machine d'amateur. Avec plus de 60% de part de marché Copilot sous Windows Ce... nombreux utilitaires de communication (Pilotmail et UnixMail Suite) permettant de gérer l'Email du PalmPilot sous Unix. Les Unixiens ont à leur disposition une mailinglist (abonnement à pilot-unix- request@lists.best.com) ainsi qu'un site FTP : (ftp: ryeham.ee.ryerson.ca pub PalmOS ). Outils d'émulation
Tous les émulateurs Pilot disponibles pour chaque système se fondent sur le source du programme CoPilot pour Windows de Greg Hewgill (http: www.hewgill.com pilot copilot index.html). CoPilot a ensuite été adapté sur diverses plates- formes (tous les liens sont indiqués sur le site de Greg) : Linux Unix, MacOs PowerMac et Os 2. Il est actuellement en cours de portage sur BeOs et Tos.
Qui veut bien s'y coller pour l'Amiga ?
Dernier émulateur sorti, et j'en ai avalé le stylet de mon Pilot : une version de CoPilot pour Windows Ce développée par un histrion de Microsoft.
Outils de développement Sans entrer dans les détails techniques, signalons que le PalmOs, fonctionnant sur processeur Motorola MC68328 (compatible 680x0) est un système à part entière gérant merveilleusement le multitâche. Il dispose à ce titre de 4 kits de développement directement utilisables sous PalmPilot : CbasPad, un Basic (développé par un Ron Nicholson, l'une des signatures sous le capot de Y Amiga 1000...), PocketC, un compilateur C, B-Forth et PilotForth, deux compilateurs Forth. Les développeurs PalmPilot disposent également d'outils de programmation standard tels Codewarrior
ou Cnu C disponibles sous différents Os. Dans ce domaine le site de référence est Roadcoders (http: www.road- coders.com pilot ). Fred Botton, Wim Sical, Yann Serra aux Etats-Unis, le PalmPilot a su séduire aussi bien les cadres que les techniciens. Ces derniers se sont empressés de porter les applications développées par 3Com pour Windows et MacOs vers leur système de prédilection, en particulier Unix. Petit tour d'horizon des outils disponibles.
Liaison PalmPilot vers Desktop L'équivalent du PilotDesktop sous Windows est disponible sous Unix. Pilotmanager permet d'interfa- cer les données présentes dans le PalmPilot (adresses, agenda, mémos...) avec n'importe quelle application Unix. Pilotmanager sera avantageusement complété par IncBack, un excellent outil de sauvegarde de la mémoire du Pilot (fichiers et applications). On notera également l'existence de My PC Llnfc Calend Documents » V,L!
H w m Recycle Bn Shcrteut to Contac PitotŒ I Jl5tw*rjçC»d Irtxjx Ü Jk II 10:26 fM Jj Hors série PC Team n°3 spécial micro-ordinateurs de poche Sur le CD, retrouvez : Plus de 8000 programmes pour Psion séries 3a, 3c, 5, Siena, Palmpilot, HP48, TI92, Newton, Portfolio, Hp 200 Lx, Ma icLink... Tous les outils Linux, Arnica et Windows pour connecter votre pocket à un micro.
Tout l'univers de Linux sur le Web !
• Les documentations (format html ou téléchargeable) Manuel
utilisateur RedHat 4.2, Debian 1.2.9, Slackware 96 3.2... Guide
Xfree86 3.2, Métro X, configuration noyau 2.0 2.1... Le guide
du Rootard, Linux Facile, etc.
• Les liens Linux Où trouver éditeurs de textes, éditeurs html,
clients email, browsers, tableurs, traitements de textes, ges
tionnaires de fichiers, utilitaires systèmes, utilitaires
graphiques... Les acteurs commerciaux du monde Linux Les
Web-zines consacrés à Linux E3S52B28fj 'JSà
• Kto !'C « Tlffl 11 MütUtCjmX-
• Uwt.'ub îaaJLto.c W L«i. ; ; ; -SB) www.linux-kheops.com ~
OfTre Sp«cial«! Offre Installation Red Hat SPARG .l IU1 VA -
• La liste des produits Linux par Kheops Le catalogue des
produits, les pro- mos du mois, les revendeurs en France...
! *•«* rm,f, »urati»‘" I»'*1 Installation.
* ¦ *TvWl,’,K
• Khcop» 97- PC LlnuX ne Jrm+f~t c fn « .w riu' j»t ' frt H
Stivia W ' ¦AMalM HÎ5 ‘ 3 ** CrfK __ . -* N'hésitez pas à
vous connecter !
Logiciels du Soleil 1, rue Pasqualini BP 1 1 2 06 802 Cagnes sur mer cédex fél : 04 93 14 01 55 fax : 04 93 14 36 75 t peu évolué par rapport aux versions
4. 0 et 4.1, mais suffit amplement à l'installation et à la
configuration sans soucis de son système. Il balaie d'un geste
les problèmes les plus fréquents et contient tous les Howtos
indispensables. A noter que ce guide explique également
l'installation de Linux sur stations Alpha et Sparc.
Une installation simplissime La procédure d'installation est deve- Available: atd ï bootparamd crond gpm hait httpd inet innd kemeld keytable kiUall Ipd network jnfs 7 Remove kemeld key table .rpr network 1 random a syslog r cron.rpmsax t crond portmap.rpn pcmcia jinet kemeld network syslog atd portmap - fcr keytable i gpm V local ?50 Query Uninstall Verify Configure Available Exit Utilities Base Documentation Development rusersd rwhod Games Daemons Ils sont tous là.
Redhat 5.0 ¦ « RedHat" est présente sur la scène Linux depuis la Iversion 1.0 du système.
Mais si les premières distributions se détachaient difficilement du lot, la version 4.0 a marqué en son temps un tournant dans la croissance de la société du même nom. Avec la Redhat 5e du nom, elle frappe un grand coup en imposant un nouveau standard de librairies et une phase d'installation encore améliorée. Le packaging, d'allure très professionnelle et très alléchante, se compose de deux CD-Rom (la distribution d'une part et les sources de tous les outils, d'autre part), d'un manuel de trois cents pages, d'une carte d'enregistrement offrant une hot line gratuite de deux mois via
Email, de deux disquettes d'installation et de diverses publicités pour des produits Redhat. Le manuel a Enfin ! Après avoir reçu le prix d'excellence du meilleur système d'exploitation de l'année 96, Redhat sort la version 5.0 de la plus connue des distributions de Linux.
Sion de touche. En ce qui concerne l'installation de X, deux choix sont possibles : la distribution officielle inclut en effet le célèbre Xfree86, mais aussi le serveur payant Métro X. Les performances de ce dernier se distinguent surtout sur les cartes graphiques à base de chips Mga ( Matrox ). Sur des cartes de type S3 et EtôOOO, Xfree atteint cependant une vitesse et une stabilité bien supérieures. La mise en place du réseau, le choix du type de souris et la configuration de l'imprimante n'ont rien à envier aux installations simplifiées d'autres systèmes.
L'installation complète se déroule en moins d'une demi-heure (activation du serveur web, ftp, news ou d'un reseau local incluse). Les administrateurs de tous poils seront également ravis d'apprendre l'existence d'un mode Kickstart (non, rien à voir avec l'Amiga) qui permet de créer une disquette type pour reproduire la même procédure d'installation sur un nombre infini de machines. Une fois reçues les félicitations de Redhat pour cette installation sans anicroches, nous pouvons rebooter, l'âme en paix, et taper le tant attendu startx.
Nue enfantine. Qu'il s'agisse d'upgra- der une version antérieure ou bien d'installer le système pour la première fois, le passage le plus compliqué est certainement l'insertion manuelle de la disquette Redhat dans le lecteur !
Après un reboot adéquat, l'utilisateur est guidé de bout en bout avec, à chaque moment, la possibilité de revenir sur ses pas ou d'interroger l'aide en ligne. Même le pourtant très documenté fdisk a cédé sa place à Disk druid, un outil de partitionnement de disque encore plus efficace. Mieux encore, la Redhat devient plug'n'play : plus besoin de choisir sa carte vidéo dans une liste infinie, c'est désormais une tâche qui se réalise toute seule. De la même manière, souris et modems seront reconnus sans la moindre pres- L'interface graphique Comme de coutume, on se trouve devant une
interface à la Windows95 quelque peu retouchée par rapport aux versions précédentes.
Un gros effort d'intégration a été réalisé sur cette distribution. On appréciera notamment de pouvoir changer de Window-manager à la volée (via un menu) ou encore de paramétrer la qüasi-totalité du bureau à la souris.
Le control-panel est toujours au rendez- vous. Plus design qu'auparavant, il reste sous sa forme Tcl tk et l'on retrouve tous les modules bien connus des aficion- nados de la Redhat.
Les bogues de la configuration réseau ont été corrigés et les outils forment finalement un tout assez panel relooké homogène. On attend tout de même toujours la traduction de ces modules en C- motif, histoire d'accélérer ostensiblement quelques modules d'une lenteur inacceptable. Dans le même registre, la politique de Redhat du "toutgraphique" rend complètement hermétiques les scripts de démarrage. Il est, depuis la version contHBü]f2 File 0 w Le control-
4. 0, quasiment obligatoire de passer par le control-panel pour
configurer son système, tellement les scripts sont peuplés de
variables dépendantes les unes des autres.
Hormis ces points dérangeants, il est important de souligner l'incroyable efficacité du support technique : seulement quelques heures après la sortie officielle, un rpm corrigeant un léger problème de dépendances faisait son apparition dans le répertoire "updates" du site principal.
Et, deux jours plus tard, sortait une version corrigée de Ccc pour les processeurs Cyrix, ces derniers éprouvant certaines difficultés à fonctionner avec la nouvelle librairie Glibc 2.
L'apparition de ces mises à jour a été automatiquement communiquée de façon fort sympathique aux utilisateurs enregistrés ayant contacté le support technique.
Un standard de fait Grâce à une mise en place rapide et un puissant système d'installation, la Redhat occupera à n'en pas douter une place de plus en plus importante chez les industriels, également friands de support Hot-line.
De plus, par sa grande simplicité, elle devient l'outil idéal pour s'initier aux joies de l'administration Unix !
A noter que la distribution Redhat
5. 0 coûte moins de 300 F. Emile Heitor - eheitor@cie.fr Redhat
5.0 En hausse Extrême simplicité Puissance de rpm Packaging
impressionnant Support technique très efficace En baisse
Encore quelques bogues Evolution mineure du control- panel
Note ? ? ? ? ?
Cet utilitaire fait partie des innombrables carnets d'adresses à la Rolodex, mais il sort du lot grâce à son interface et ses fonctions très pratiques.
Addressbook Le fonctionnement d'Addressbook ressemble à celui d'un Sgbdr très simplifié. Pour chaque base.de données, un document particulier précise le format des enregistrements, c'est-à-dire leurs champs. Cependant, il s'agit ici plus de paramétrer l'interface utilisateur pour cette base que de créer une véritable relation. On définit en fait ce qui apparaît dans la fenêtre principale, quand on voudra consulter la base ou lui ajouter des enregistrements. Il est également possible d'associer des programmes externes à certains champs : par exemple, il suffit de cliquer sur un bouton
pour envoyer un mail ou un fax à la personne dont on a l'adresse dans Addressbook. Voilà qui le rend réellement pratique ! Dans l'ensemble, Addressbook se révèle bien pensé, convi- vial et très modulable (les fenêtres de préférences sont relativement impressionnantes).
Les possibilités d'édition sont classiques et il y a bien sûr une fonction de recherche avec plusieurs modes, dont la recherche par expressions régulières.
Partout dans le monde Que les anglophobes se rassurent, Addressbook est un programme très cosmopolite : l'utilisateur a le choix entre l'anglais, le français, l'allemand, le hollandais, l'espagnol, l'italien et le norvégien, excusez du peu. Le choix de la langue concerne l'interface du programme, mais également l'affichage et l'édition des répertoires d'adresses... A condition de les traduire ! Addressbook n'est pas un traducteur automatique et si l'on crée un champ "Système utilisé" il ne peut pas deviner ce que ça veut dire en norvégien ! L'exemple fourni ne propose ainsi que
l'anglais, le français et l'allemand. Addressbook est donc un programme réellement utile et trouve naturellement sa place sur une station Linux personnelle.
Re Ecr Goto Optcrs Couitrics Hfrp RrttNam» GuttHt Addressbook AjB CD Sqapterocnt1 PunuCH Boris Bcdxr Oemens DuVa p E i F G H Jj± K i L Street jl. Rc* Elrte!
Gustave EBîei MteLey Moïse Arnold Sehwarrenegçer CotfWyf WIN Zip Code; jZSOOl o;p CityiPem üîit S:T BHMay*. 3! 01.188$ Ujv W|X v* Z Pàutce Ptxne: f 1 Wo* Pncne: jfï i5*545« F«r _ J ©p ©u £3 Emait 1 Rnbhed readmg Dotabese.
Homepage: ÇRecoro* Catepcry jtaAWOuider l« j «« j 4 j ? 1 ? ! 1 i E3 Renier'; mee ü?*t» axe | 1 1 Cteer !
Searrh View Un utilitaire plein d'adresses.
Guillaume Girard Adressbook 0.6.1 En hausse Paramétrable Fonctionne dans 7 langues Interfaçage avec des programmes externes En baisse C'est en Tcl Tk Note ? ? ? ? ?
Xpk, le système de compression absolu Comment faire pour avoir des fichiers compressés mais toujours utilisables par le système ? Xpk vient à la rescousse !
XpkCybPrefs.
':X FAST a FEAL F RLE GZIP a HFMN i HUFF ¦ !0EÀ SMPL MA5H NOME NUKE PWPK RAKE RDCN RIEN SUR!
SLZX SMPL SQSH USER
- C, y. Corder f'original yj [Ram OttkT SI Qutter Cocher Sauver
. g Avec XpkCyPrtefs, on définit les compresseurs par défaut.
Xit, le compresseur ultime.
De même, à quoi sert de compresser un exécutable si l'on ne peut étendre l'opération à ses volumineuses librairies ? Et que dire des archives, totalement inexploitables tant qu'on ne leur aura pas rendu leur taille originale ?
Une troisième génération de packers Véritable nouvelle philosophie de la compression, Xpk n'est pas un programme, mais un ensemble de programmes. Le principe est de fournir, au démarrage, un protocole standard de compression par lequel passeront toutes les routines d'archivage et de compression, mais aussi de lecture écriture. Concrètement, il suffit de placer l'outil XpkCybPrefs (du Bien que les gros disques durs coûtent de moins en moins cher et que les solutions de sauvegarde soient de plus en plus accessibles, il reste très appréciable de pouvoir compresser ses fichiers pour
économiser de la place. Seulement voilà, V AmigaOs n'est pas à l'origine prévu pour ce genre de manipulation et la compression pose quelques restrictions dont on serait heureux de s'affranchir Par exemple, un fichier d'aide ainsi traité ne pourra plus être lu par son application d'origine (en appuyant sur la touche Help) mais uniquement par un utilitaire de base (Ppmore...) qu'il faudra ressortir à chaque fois.
Français Alexis Nasr) dans le tiroir WbStartup. La première fonction de cet outil est de préciser quelles seront les tâches qui devront automatiquement lire et enregistrer leurs données en passant par Xpk, c'est-à-dire qui bénéficieront de la compression décompression de manière transparente, même si elles n'étaient pas prévues pour à l'origine. Et ça marche !
Directory 4, par exemple, liste le contenu correct d'un Czip comme s'il s'agissait d'un fichier normal. La seconde fonction est de définir quelle méthode de compression il faudra employer pour tel ou tel fichier : on ne peut pas traiter de la même manière un exécutable comme un son ou une image. Ces méthodes sont des modules Freeware et l'on peut en mettre autant qu'on le veut dans le tiroir Libs compressors . Par exemple, on utilisera les méthodes Smpl pour une musique ou un son, Impi (celle d'Imploder !) Pour un exécutable et Rake (compatible PowerPacker) pour un texte.
Compresser à la volée Mais les possibilités de Xpk vont plus loin. Xit (du français Laurent Kempé) par exemple, permet de compresser et décompresser automatiquement n'importe quel fichier en faisant simplement glisser son icône sur la fenêtre du programme. Extrêmement pratique : il suffit de glisser un tiroir entier pour que chacun des fichiers qu'il contient (exécutable, textes, images, sons) soit compressé automatiquement avec la bonne méthode.
Car, même s'il est possible de préciser manuellement quel module de compression il faut employer, Xit saura utiliser la base de définitions de XpkCybPrefs. De même, il peut être laborieux, voire impossible, d'entrer toutes les applications devant utiliser Xpk dans l'interface de XpkCybPrefs, aussi existe-t-il Xfh. Il s'agit d'un handler AmigaOs qui crée une copie virtuelle d'un disque existant. De cette manière, tout exécutable ou donnée qui sera lu écrit sur le disque xDhO: plutôt que DhO: se verra automatiquement compressé décompressé de manière totalement transparente. Xfh est même
capable de ne créer une copie virtuelle que d'un seul tiroir ! Top du top, on trouvera également la Xpkarchive.library, laquelle permet de travailler avec les archives (Lha, Lzx et autres, du moment que l'on ajoute le bon module) aussi simplement que s'il s'agissait de répertoires !
Yann Serra En hausse A Fonctionne avec tout A Devine tout seul la méthode de compression En baisse ? Difficile à installer Note ? ? ? ?
Xpk DUCHET COMPUTERS 51 Saint-George Road - CHEPSTOW - NP6 5LA - Angleterre Tél: 00 44 1291 625 780 (8 h à 19 h lundi - samedi) Fax: 00 44 1291 627 046 (24h 24) Ligne téléphonique directe en français MINITEL 3616 AZERTY rubrique DUC LA SEULE ADRESSE POUR VOUS FOURNIR DIRECTEMENT EN ANGLETERRE!
NOUS NE PROPOSONS JAMAIS DES ARTICLES QUI N’EXISTENT PAS OU QUE NOUS N’AVONS PAS EN INVENTAIRE DU MATERIEL AMIGA DISPONIBLE (Prix en Francs Français, T.T.C. port compris) Interface PCMCIA SCSI2 Hisoft SURF SQUIRREL (A1200) 745 F TECHNO SOUND TURBO 2 stéréo (F) Compatible AMIPHONE TCP 285 F Adaptateur pour brancher les manettes analogues PC sur AMIGA: 45F les 2: 80 F HOUSSE AMIGA 500 600 1200 (PRECISEZ SVP) 25 F 3 pour 50 F Câble série (1.80m) pour relier 2 Amigas (pour jeux, transferts, etc...) 95 F Carte MAGNUM extension RAM A1200 8 Mo maximum Fournie Oko 375 F CARTE SÉRIE HYPER RAPIDE
WHIPPET PCMCIA (A600 1200) 425 F INTERFACE MIDI PROMIDI 215 F Câble pour moniteur 1084 S (2 mètres) 100 F pour 1084 SPI (2 mètres) 115 F LECTEUR INTERNE AMIGA 500 285 F LECTEUR INTERNE AMIGA 600 1200 [PRÉCISEZ SVP] 285 F Boîtier adaptateur 23 broches 15 broches Hi-D (Pièce COMMODORE 390682-01) COPIEUR "HARD": XCOPY PRO + Interface Extension mémoire 1 Mo pour Amiga 600 275 F KIT de transfert de fichiers AMIGA = PC (doc. F) 120 F SOURIS AMIGA 125 F 2 pour 220 F 3 pour 300 F Câble Péritel 1.50 m: 75 F Câble Péritel 2 mètres: 95 F QUADRUPLEUR de MANETTES: 50 F 4 pour 150 F Carte AURA
12bit 16bit PCMCIA (A600 A1200) 695 F Carte AURA 8 bit -tous Amigas- 295 F Câble pour moniteur 1084 D (2 mètres) 125 F Câble pour moniteur Philips CM8833 Mk2 (2 mètres) 115 F Double rallonge ports souris et joystick 45 F ALIMENTATION 220 240V POUR CD 32 225 F pour relier un écran PC à un AMIGA: 100 F CYCLONE (doc en français) 250 F DATA SWITCH pour AMIGA 500, 600, 1200, 2000, 3000, 4000, etc... avec câble GRATUIT de raccord spécial pour AMIGA Permet de relier plusieurs périphériques au même port de votre Amiga - pour port série ou port imprimante précisez, svp - DATA SWITCH pour connecter 2
périphériques: 145 FF - DATA SWITCH pour 3 périphériques: 175 FF DATA SWITCH pour 4 périphériques: 185 FF Les data switch sont envoyés par paquet séparé JOYPADS JOYSTICKS MANETTES DE JEU SPÉCIALS AMIGA ACTION PAD (JOYPAD) Amiga seulement 125 F 2 pour 220 F EXECUTIVE MINI JOYSTICK (LORICIEL) 59 F TAC 30 JOYSTICK (SUNCOM) 3 BOUTONS FEU TIR AUTOMATIQUE 99 F Q STICK (SUNCOM) JOYSTICK DE PRÉCISION 79 F ERGO STICK (SUNCOM) JOYSTICK TRÈS ROBUSTE CONSTRUIT D'APRÈS LA FORME DE LA MAIN HUMAINE; IDÉAL POUR JEUX DE FOOTBALL 119 F PROGICIELS AMIGA DISPONIBLES (Prix en Francs Français, T.T.C. port
compris) NOUVEAU MAKE CD (Hisoft) Progiciel pour graver les CD ROMS! Seulement .... 345 F PC TASK 3.1 avec guide Français 249 F DICE C Compiler 3.2 (avec manuels sur disk) 325 F DIRECTORY OPUS 5.6 MAGELLAN 495 F PHOTON PAINT 2.01 65 F
G. F.A. BASIC 3.51 (avec manuel technique de 420 pages) 95 F
INTOS 65 F GP FAX v 2.350 375 F DEVPAC 3.18 (dernière version
officielle de Hisoft) 395 F BLITZ BASIC 2.1 175 F TERMITE TCP
295 F HISOFT BASIC 2 (dernière version officielle de Hisoft)
395 F
B. u.m. 9a 9b 10a 10b (4 disks) 65 F GAMESMITH 525 F NET & WEB
(Contient IBROWSE 1.12a + complet + MUI) 295 F
B. U.M. 5 6 H 18 (4 disks) 40 F HISPEED PASCAL (demidre version)
525 F IBROWSE -version 1.12a + complète- contient MUI 3.8+ 245
F Blitz support suite (3 DISKS) 110 F NOUVEAU !
SOUNDPROBE 16-bit (Hisoft) Progiciel de digitalisation sonore et musicale. Seulement .... 195 F PC TASK 4.3 - version Windows 95 - avec guide d'utilisation en français seulement 495 F TTC Port compris TOUS LES JEUX CI-DESSOUS SONT EN STOCK ï (Prix T.T.C. port compris): A-320 AIRBUS II 135 F Evolution HUMANS 3 (F) A1200 95 F NIGHTHAWK F-117 A 2.0 -v 3.01 95 F SYNDICATE 70 F B-17 FLYING FORTRESS -500 600- 125 F EXILE - A 1200 95 F ODYSSEY . 75 F THEME PARK -A 1200 125 F BLITZTENNIS -CENTER COURT- (F) 95 F EXILE - A 600 95 F PGA GOLF EURO TOUR -A 1200 .
. 45 F THEME PARK -A 600 .
125 F BLITZKREIG (WARGAME) 45 F F-15 II (Microprose) 125 F PINBALL FANTASIES AGA -A1200 65 F TOTAL FOOTBALL (Domark) 95 F BLOODNET (F) - Al 200 110 F F-1 9 STEALTH FIGHTER -A500 2000 125 F PINBALL ILLUSIONS (F) A 1200 95 F TURNING POINTS -A 500- 55 F BLOODNET (F) -A500+ A600 110 F FIELDS OF GLORY (WB 2 + ) 125 F PLAYER MANAGER 2 (ANCO) 95 F
U. F.O. (A 600) 125 F BRUTAL PAWS OF FURY (VF) 45 F FIELDS OF
GLORY -A 1200 125 F POWER DRIVE (F) 35 F
U. F.O. (A 1200) 125 F BUBBLE & SQUEAK -A 1200 65 F GUNSHIP 2000
125 F RAILROAD TYCOON 125 F VIRTUAL KARTING -Al 200 (F) 75 F
BUBBLE & SQUEAK -A 600 65 F GUNSHIP 2000 AGA .
125 F ROAD RASH 95 F WATCH TOWER (F) -A 1200 45 F CHAOS ENGINE AGA -A 1200 65 F HEIMDALL 2 (F) A500 600 75 F SENSIBLE GOLF . .
95 F WHITE DEATH (WARGAME) 45 F CHAOS ENGINE 2 (F) A500 600 195 F HEIMDALL 2 (VF) - A 1200 75 F SHAQ FU -A 1200- 60 F WING COMMANDER 95 F CHAOS ENGINE 2 (F) - A 1200 195 F Impossible Mission 2025 (vf) a1200 95 F SILENT SERVICE 2 . .
125 F XTREME RACING -A 1200- 75 F CIVILIZATION 115 F Impossible Mission 2025 (vf) a600 .
. 95 F SKELETON KREW (F) - A 1200 75 F Xtreme Racing AGA: 2 DATA DISKS 55 F COALA * A 1200 95 F JAMES POND 2 (F) -A 1200 35 F SLAM TILT (F) - A 1200 125 F ZEEWOLF 1 (NF) 45 F COLONIZATION (F) 125 F LEMMINGS 95 F SPECIAL FORCES (Microprose) 95 F ZEEWOLF 2 Wild Justice 65 F DESERT STRIKE 95 F The LOST VIKINGS (VF) 95 F STARLORD (Microprose) 95 F ZEEWOLF 1 + ZEEWOLF 2 95 F DOGFIGHT (Microprose) 95 F MICROPROSE GRAND PRIX F1 115 F STREET RACER -A 1200- 125 F ZOOL (F) - A500 600 35 F DUNE 2 115 F MINSKIES the Abduction -A 1200 85 F STRIP POT -A 1200- (Erotique) 45 F COMPILATION (1) A 1200: Dungeon
master 2 (VF) A 1200 95 F MORPH (F) - A1200 35 F SUPER SKIDMARKS 85 F GUARDIAN + SKIDMARKS + GLOOM 145 F ELITE 2 (Version Française) 125 F NAPOLEONICS -A 500 65 F SUP ST. FIGHTER 2 TURBO(F)-A1200 95 F COMPILATION (2) A 1200: Euroleague manager (2mo ram) 85 F NICK FALDO GOLF 35 F SUPER TENNIS CHAMPION 75 F FEARS + ROADKILL + LEGENDS (F) 145 F SELECTION AMIGA CD ROM et CD 32 (Prix T.T.C. port compris) - Les "CD ROM" sont pour Amiga 1200 4000 + lecteur CD BRUTAL PAWS OF FURY (VF) 50 F EVOLUTION HUMANS 3 (F) 95 F LIBERATION CAPTIVE 2 70 F STAR CRUSADER [Amiga + CDROM] 95 F BUBBA'N'STYX (F) 45 F
EXILE 50 F MARVIN MARVELLOUS . 45 F STREET RACER [Amiga + CDROM] 125 F CASTLES 2 45 F FEARS 85 F MEAN ARENAS (F) 45 F SUPER LEAGUE MANAGER 75 F CIVILIZATION AGA (AmigaCDROM) 125 F GUARDIAN 75 F PINBALL ILLUSIONS 65 F Super Street Fighter 2 Turbo (F) 95 F DRAGONSTONE (F) 60 F HUMANS 1 + HUMANS 2 45 F PREMIERE (F) 45 F ULTIMATE GLOOM |Amiga + CD ROMl 125 F ELITE 2 95 F LEGENDS (F) 95 F SPECCY 97 (Amiga + CDROM) 95 F VITAL LIGHT (F) 45 F Pour un envoi immédiat d'articles ci-dessus (règlement par carte internationale VISA EUROCARD): téléphonez-nous (pas de panique, notre personnel est français),
ou faxez votre commande signée avec détails de votre carte bancaire. Par Minitel: 3616 azerty puis DUC. Ou rédigez (EN français svp) sur papier libre et joignez votre règlement. Nous acceptons les chèques ordinaires français, les chèques La Poste Français, les cartes internationales visa et EUROCARD, mandats internationaux (ou Eurochèque en sterling si vous n'avez pas de chéquier Français). Notre catalogue complet vous est envoyé -gratuitement- avec votre première commande.
Si vous désirez recevoir un catalogue complet afin défaire votre choix, écrivez-vous en français SVP et joignez 6 timbres à 3 FF ou 4C.R.I.; précisez votre configuration exacte ou nous ne pourrons pas donner suite à votre demande. Transaction minimum 100 ff février 1998 - Stock et prix valables pour la durée de publication du magazine - Toute commande est considérée comme ferme.
La création et la retouche d'images sous BeOs !
Depuis deux ans, les développeurs utilisateurs de BeOs attendent un signe des grands éditeurs de logiciels de retouche d'images indiquant le portage de leurs produits sur BeOs. Adobe voyait même l'opportunité de mener Photoshop là où MacOs lui interdisait d'aller. Mais depuis cette annonce, rien. Cependant, le fossé commence peu à peu à être comblé. Et Becasso
1. 0 de Sum software (http: www.
Sumware.demaon.nl) sort du lot.
Faussement modeste A l'ouverture de l'application, on se demande bien ce qu'on va pouvoir faire avec ce produit tellement l'interface est maigre ; un menu File et cinq boutons. Le ton est donné : simplici- Layers in Untitled 1 Layer H* BOX New Layer “ rtde New Layer _ New Layer Hide Background - VfaruâJ OttUnce 9 Abcohite RGB t vti RGB a ”;
• v
• WÈPmim&â
• • • t
• ?
• • • ' ? ' Spacmg : Spraycan |
* 1 té. Mais aussi, nous le verrons, efficacité.
Le menu File contient deux options principales : New Canvas permettant l'ouverture d'une surface de travail vierge aux dimensions souhaitées et Open File qui accepte d'ouvrir tous les types de format d'images décrits dans les Datatypes installés sur BeOs (jpeg, targa, png, gif etc.). La fonction Export permet de réaliser l'opération inverse. Notons que, comme il est écrit dans les commandements des logiciels de retouches, la fonction Undo travaille sur plusieurs niveaux dont le nombre peut être modifié.
Penser orthogonal Le premier des boutons, sous le menu File, est un sélecteur de mode. Deux modes sont disponibles en cliquant sur le sélecteur : le mode dessin représenté par le crayon et le mode sélection représenté par une main.
Chacun des deux modes opère sur les outils (crayons, gomme, brosse, spray etc.). Ainsi, la brosse peut effectivement imprimer des pixels ou servir à sélectionner une partie de l'image. Ce procédé est dit orthogonal. C'est ce qui fait la simplicité d'utilisation de Becasso. La touche de tabulation bascule d'un mode à un autre. Le deuxième bouton est le sélecteur d'outils. On y retrouve les instruments traditionnels; pinceau, gomme, brosse, spray, formes (cercle, carré, rectangle...). Quand l'outil est choisi, on peut en éditer les attributs en appuyant sur la touche Pomme et la souris.
L'attribut pinceau offrira par exemple une large palette de formes et de styles.
Les trois autres boutons permettent dans l'ordre, de sélectionner les couleurs d'avant-plan, d'arrière-plan et le type de surface (rayé, croisé etc.) Un produit exprès pour BeOs Pour moins de 30 dollars, on dispose de quoi travailler correctement.
Evidemment, comparé à Painter, Becasso semble tout maigrichon.
Pourtant, il se montre docile au dessin direct à la souris et cette version 1 repose sur une base de fonctions étendues. Grâce aux couches, notamment, qui aident à la construction de l'image en séparant à son gré chaque partie qui la compose.
Chaque couche est visible dans une fenêtre. Si l'on souhaite travailler sur une partie de l'image et cacher les autres, il suffit de cliquer la case Hidden des autres couches.
Becasso 1.0 Pour les couleurs, Becasso travaille en mode Rgb (Red green blue) ou Hsv (mode s'appuyant sur les teintes et la saturation des couleurs). Il est également possible de travailler l'opacité des couleurs. Les fonctions de filtres, de transformations et de générations d'images sont disponibles au travers d'add-ons, sortes de plug-in à la mode BeOs.
Un futur Photoshop ?
Pour des travaux peu poussés, Becasso a de quoi supplanter les logiciels courants de retouche d'image.
On peut regretter la tendance de l'outil à conduire à la faute une main un peu lourde (difficile, en effet, de créer un arc de cercle digne de ce nom avec l'outil pinceau). Il demeure néanmoins rapide, convivial et abordable ! Un futur Photoshop ? Sans aucun doute.
Christophe Morvant Wahpast@argyro. Net Becasso 1.0 En hausse ? Accepte les add-ons A Convivial Utilisation des couches Mode complet de gestion des couleurs A Son prix En baisse Peu d'options de filtres Pas d'options de sauvegardes (compression jpeg, etc.) Note ? ? ? ?
Major Développé par le français Michel Donat, Major bank est la troisième génération de gestion bancaire, après Abank et Blitzbank.
Tbut comme ses prédécesseurs, Major bank se présente sous la forme d'un relevé de compte bancaire interactif. Il suffit de cliquer sur le bouton Ajouter, pour entrer une nouvelle opération, ou de double-cliquer sur une entrée déjà existante pour en modifier le contenu. Le logiciel prend en compte la valeur effective des transactions (la date à laquelle elles seront débitées ou créditées), ce qui lui permet d'afficher à la fois l'état du solde au jour le jour et l'état du solde une fois toutes les opérations effectuées. Mais là où Major bank va plus loin que ses prédécesseurs, c'est
qu'il peut effectuer des virements vers d'autres comptes et gérer 10 comptes de manière simultanée. Par ailleurs, le logiciel est en mesure de récupérer les données anciennement enregistrées par Abank.
Encore limité Major bank dispose d'un bloc-notes pour chaque compte (sur lequel on peut écrire tout ce que l'on veut, comme les heures d'ouverture de l'agence), sait automatiser certaines tâches (versement du salaire, prélèvement des impôts) et calcule même le total des débits et des crédits sur toutes les opérations sélectionnées à la souris.
En revanche, il ne calcule pas les intérêts et la définition d'une transaction est très limitée. On aurait aimé, par exemple, qu'un virement sur un compte d'épargne ne prenne de l'argent qu'au-dessus de 5000 F. Il devient dès lors difficile d'effectuer des prévisions un peu pointues.
De même, on saisit assez mal la nuance qu'il peut y avoir entre les opérations imposées de virement et de prélèvement. Major bank est un très bon aide- mémoire, mais c'est un piètre gestionnaire financier. Enfin, pour l'instant... Yann Serra bank Major bank En hausse 7 0 comptes simultanés Virement vers d'autres comptes En baisse Ne calcule pas les intérêts Le système des transactions est complètement à revoir Note ? ?
Airmail Face au réputé Yam, Airmail pro est un logiciel de courrier électronique de plus en plus intéressant.
Le point fort d'Airmail pro, par rapport à la concurrence, a toujours été sa sophistication et cette nouvelle version nous en apporte une fois de plus la preuve. Le logiciel bénéficie d'une bibliothèque d'icônes relativement étendue ainsi que de la possibilité de lire les mails à haute voix. Par ailleurs, ses préférences très détaillées permet- .... J SMTP j Paths 1 ftepJy | Option ) hfocOpj HotKeyj Formé;) EdKor j Hetperj MIME j Il Got Mail Sound: |RO:COhW3 lnternet MaS AirMa«lPro2 Sound5 youvegotma»l iff | Q| No Ma* Sound |Pro:CW lnfenwt h AirMadPrû2 Sourxfc none-vrM«jff |Q|
Checfc Kad Every Mnufev (“ 120I 1 Il Indudî Tag: | Prompt Passvord | interface £?| Large icoro _JflÜNE jtfJEncotfe C MIME _JPGP Il Ma* Sort On: 0| Marne Language £1 engfeh V '
- ----------l! l !
Save Aî I Save DefwJt 1 Load lise | Cancei .._.. P A suivre au pied de la lettre.
Pro 2 tent de configurer Airmail pro dans ses moindres détails, de l'emplacement des fenêtres au filtrage des courriers (pour, par exemple, jeter directement à la corbeille tous les messages de pub avant de les lire). Il est même possible de substituer chacun de ses modules (édition d'un nouveau courrier, décodage binaire d'un fichier attaché, etc.) par un programme de son choix.
Presque le logiciel ultime... Cette nouvelle version 2 est porteuse de quelques améliorations bien utiles, comme la possibilité de ne télécharger que certains courriers (utile lorsque l'on est chez soi), la conservation de ceux envoyés, le marquage de ceux déjà lus, la reconnaissance du nouveau protocole Apop ou encore le support de la compression Binhex. Mais le plus spectaculaire reste encore le gestionnaire d'adresse dans lequel on peut insérer la photo d'un correspondant.
Hélas ! Les deux plus importants défauts de la version précédente sont malheureusement toujours là : le drag'n'drop d'un courrier vers un'tiroir est impossible (il faut cliquer sur plusieurs icônes) et l'extraction d'un fichier attaché est des plus archaïques, car on ne peut pas choisir l'endroit où il va s'enregistrer, on est obligé de partir à sa recherche dans un des répertoires d'Airmail pro). Ce dernier défaut est le seul qui puisse encore faire pencher la balance vers Yam, le concurrent gratuit d’Airmail pro.
¦Yann Serra Airmail pro 2.0 En hausse Interface configurable Lecture à haute voix Reconnaissance de tous les protocoles Photos des correspondants En baisse Pas de drag'n'drop Façon archaïque de récupérer les attachements Note ? ? ?
S?
Encore un nouveau gestionnaire de fichiers pour Unix !
Saura-t-il offrir plus que la concurrence et s'imposer face aux xfile, moxfm, tkdesk et autres filerunner ?
Fof 0.99a-beta Avant tout, il convient de noter que Fof en est encore à sa version beta. Fof est le file manager du projet eXode. Pour ceux qui ne le connaissent encore pas, eXode est un projet de desktop Free software pour X-window reposant sur motif lesstif. Rappelons également que les applications participant à eXode sont prévues pour fonctionner indépendamment les unes des autres Fred's Own Filemanager Rie Archive Sélection Filemanager Tools User Commands hcn» c garfield fof-0.95a-beta ________ Name Owner Attr.
Date garfield rwxr-xr-x Novl4 ÊDdocs garfield rwxr-xr-x Novl4 CD xpm garfield rwxr-xr-x Novl4 Qfof garfield rwxr-xr-x Novl4 Qinstall garfield rwxr-xr-x Novl4 DmakefUe garfield rw-r--r Novl4 D Makefile-orig garfield rw-r--r Novl4 DCHANGES.LOG garfield rw-r r Novl4 D Fof.ad garfield rw-r r Nov 14 Q1NSTALL garfield rw-r--r Nov 14 DU CENSE garfield rw-r--r-- Nov 14 |dreadme garfield rw-r--r-- Nov 14 DRELEASE garfield rw-r--r-~ Nov 14 DTODO garfield rw-r--r-- Nov 14 D defaultfofrc H!
Garfield rw-r--r-- Nov 14 v-t:. ¦ _________________ Thu Jan 09 7997 7 file selected : n i file Fof se caractérise par une rapidité vertigineuse.
Mais aussi d'un window-manager. Fof est écrit en C Ansi et utilise Motif là où la plupart des gestionnaires de fichiers utilisent tci tk. La philosophie de Fof est de se présenter comme un interface graphique aux commandes Unix classiques. Ainsi, lorsque l'on drag'n'drop des fichiers d'un répertoire vers un autre, c'est en fait la commande cp qui est exécutée de manière transparente pour l'utilisateur. A noter que le protocole de drag'n'drop utilisé dans Fof n'est pas celui de Motif mais le dnd d’Offix.
Ceci permet d'obtenir un meilleur confort avec les nombreux utilitaires qui l'emploient déjà. Sous Afterstep, par exemple, on drag'n'drop un fichier texte sur l'icône de l'éditeur et... hop ! Emacs se lance et ouvre ledit fichier. A noter que le drag'n'drop s'effectue grâce au bouton du milieu.
Spécificités Le principal avantage de Fof par rapport à sa concurrence est de ne pas se limiter aux manipulations classiques de copie et déplacement de fichiers. Ici, on peut enfin créer une archive tar en sélectionnant simplement des fichiers et en cliquant sur un menu. Utile pour les allergiques de la ligne de commande ! La rapidité est également au rendez-vous, ce qui semble naturel si l'on compare Fof à des file managers écrits en tcl tk. Petit point noir au tableau : l'utilisation du Container de Motif 2.0 offre le double inconvénient de rendre l'affichage du contenu d'un gros
répertoire très lent et de perdre la compatibilité Lesstif. Mais que l'on se rassure, il est prévu d'utiliser une méthode plus élégante pour la version finale.
Mis à part cela, la numérotation "beta" semble juste signifier qu'il subsiste quelque part des petits bogues de second ordre ou qu'il reste des fonctions a implanter. En effet, tel quel, le programme est déjà parfaitement stable.
Et configurable !
Motif oblige, les possibilités de configuration sont aussi un point fort de Fof. La plupart des fonctions du file- manager sont paramétrables dans un Fiîê Finder Find fr om hamé ?- -- l Basic Options Advanced Options j Type Choose (ncrw: f ) | r Name : fof J Size tixacttv P User name or ID _l Group name or ID p" T One filesystem Files Fourni ( 1 malches ) ftiome garfield faf-0.99a-beta faf Find A votre disposition, un large éventail de configuration.
Fichier - .fofrc (original non ?) Et le look and feel général est entièrement modifiable via les ressources (depuis la couleur du menu jusqu'à la police utilisée pour les fichiers). Bien sûr, Fof supporte le protocole d'Editres, offrant ainsi un confort de personnalisation inégalable. En conclusion Fof est un logiciel très prometteur, même s'il est encore un peu jeune. Il n'en reste pas moins tout à fait utilisable, même pour l'utilisateur final.
Guillaume Girard Fof o.çça-beta En hausse ? Interface graphique aux outils Unix A Supporte Editres A Utilisation de Motif En baisse T Encore en version beta T Utilisation du container de Motif 2 ? Les icônes sont moches (subjectif) Note ? ? ? ?
Eurêka Un tableur très complet !
Eurêka est un logiciel de la société Longman logotron. Il s'agit d'un tableur classique disposant de toutes les fonctions courantes. Eurêka se compare favorablement à Excel 4 ou
5. Il propose un maximum d'options, mais les fonctions de mise en
page pourraient être plus nombreuses. Il dispose d'une
bibliothèque de formules importante ainsi que d'un langage de
macros performant. La gestion des graphiques est également
satisfaisante.
En ce qui concerne les fonctions d'import export, Eurêka utilise son propre format ainsi que les formats Lotus, Csv, Sid, Draw et Templates, ce qui devrait calmer les inquiétudes de tous ceux qui ont l'habitude de travailler avec un autre tableur.
Un concentré de puissance Le plus incroyable est la taille du logiciel. Alors qu 'Excel 5 tient sur onze disquettes, l'archive d'Eureka occupe environ 350 Ko ! Et il ne manque rien... Eurêka bénéficie de l'excellente ergonomie de Risc Os ; la saisie et la mise en page d'un tableau sont vraiment rapides. De plus, la faible consommation en ressources système et en mémoire du logiciel permettent d'atteindre des vitesses de traitement étonnantes. Les seuls défauts de ce tableur sont l'absence de base de donnée ainsi que le manque de certaines options de mise en page, tel le formatage
automatique ou le centrage sur plusieurs colonnes. Eurêka 3 coûte environ 1000 F et est disponible chez Rush, Rush@wanadoo.fr. David Feugey ATAFS::B K -VDevvArnclcsjC.'l .Eureka.Dcniodiart.Ca liflo» m TOTAL INCOIÆ ?
Qtw ?
Saie* ¦ BàJârxatyf Un graphique.
Eurêka 3 En hausse ? Un vrai tableur A L'ergonomie A Les macros En baisse ? Certaines options de mise en page Note ? ? ? ?
Le pack ArmTeX - DVIview e ! DVIview i_: S ¦nu m _JL ara :»P *¦ DaTeX en fonctionnement.
La puissance de TeX avec l'ergonomie de Risc Os !
TeX et LaTeX sont des processeurs de texte bien connus du monde Unix. Il s'agit bien là de processeurs de texte et non de traitement de texte. TeX transforme un texte préparé avec des balises spéciales en texte mis en page et prêt à imprimer.
Le système utilisé ressemble un peu au code Html du monde Internet. On peut comparer le travail de TeX avec celui d'un compilateur classique. TeX n'est pas d'un abord aussi facile qu'un traitement de texte ordinaire, puisqu'il | b* Lm Ut «V» H rma 1 | TAUmr, | TA» f 'uOJlr» AfW M.1.1»T XlJlOCIV**• UT.X | T«X j SfXtX ( ».u :. J TrTW»; Un test de DviView.
Impose l'apprentissage d'un ensemble de codes de formatage, mais il se montre infiniment plus puissant. Le pack ArmTeX met TeX à la portée du plus grand nombre de personnes. Il s'agit d'un portage de TeX accompagné de divers utilitaires. DviView permet de lire les fichiers Dvi crées avec TeX et de les convertir au format Draw ou de les imprimer. Cette application solutionne la plupart des problèmes liés à l'utilisation des fichiers Dvi. DaTeX est une interface pour TeX qui facilite la création et la gestion des fichiers TeX, LaTeX, TeXinfo et SliTeX. Il lance automatiquement TeX ou
DviView et gère tout les utilitaires liés à TeX. La grande force du pack ArmTeX est d'être un ensemble complet et prêt à l'emploi ce qui est le meilleur moyen de bien commencer avec TeX. La création de fichiers TeX sous Wimp est enfin accessible, même si la connaissance des diverses balises reste nécessaire.
ArmTeX est un logiciel gratuit, nécessitant toutefois une place assez importante sur le disque dur (11 Mo), ce qui est assez inhabituel pour les utilisateurs de Risc Os. TeX est également assez gourmand en mémoire, maisil s'agit là d'un logiciel indispensable.
David Feugey En hausse ? Toute la puissance de (La)TeX A DviView et DaTeX A Pas besoin d'utiliser la ligne de commande En baisse ? Un logiciel énorme... ? Et gourmand en mémoire !
Note ? ? ? ? ?
ArmT eX & mm wL i Swaiiow ’xtJir x&iir - bg "*8âôa9e' -fg Exec MaxSwalfow ¦y-ayes" xeyes -geometry • Swallow ‘xJoad* xioad -nolabei -hl bla Exec ’KTerm" xterm -ut -T top - e top 2 Exec ‘ xv & A i Exec *-“ xterm -ta r!4 -ba grey -T *alr y -j jmomtorxpm xterm -ut -T top - e top S esamejabel Add c* j Change | Delete il OK C' Apply Exit mais une installation fastidieuse.
Commande correspondante au lancement de tel ou tel exécutable.
Pas encore finalisé Ce logiciel a cependant un défaut : son installation est des plus pénibles et il n'existe pas à notre connaissance de package pour RedHat ou Debian fonctionnant à 100%. Cela dit, on trouvera plusieurs essais de packages pour Caldera OpenLinux ainsi que toute la documentation nécessaire à l'installation sur le site www.eosys.com lb AfterStep ascp. Guillaume Girard _J Stici. On Page | NoTHIetoa* | No Handie Stait iconic | Nofocus Wlndûw Name -
- Icon- |eim Jwhteietterxpm Add f !
- Â il En hausse Simple et pratique Look homogène En baisse
Installaton pénible Note ? ? ? ?
?I
- Icon Box-i Desktop Size X 2 «!?
2 Background Edge Résistance- ..if -fj .-f| ¦¦+ Jl 0000 ms +3+3*5* tH °peis aJ U OK - Apply Exit Un outil fort en thèmes.
Une utilisation facilissime... Configurer un Window-mana- ger n'est pas chose simple ; on passe le plus clair de son temps à éditer des fichiers de configuration plus ou moins obscurs et à apprendre leur syntaxe souvent bizarre. Le plus prisé des Window- managers, AfterStep à l'heure actuelle, n'échappe pas à la règle. A tel point que depuis quelques mois, une nouvelle rubrique entièrement dévolue à cette tache a fait son apparition dans Dream. Ascp (AfterStep control panel) est à Afterstep, ce que The dotfile genera- tor est à Fvwm2 (voir Dream n°38).
Ecrit en Tcl Tk, ou plutôt en Tcl TkStep, cet utilitaire permet de configurer tout ce qui est paramé- 1 Ascp Un outil idéal pour configurer AfterStep en trois clics de souris.
Background and Thèmes Directory- il It Apply usr local lib ascp des fenêtres élégantes... réussis). Chaque module d'Afterstep est représenté par une icône dans une barre horizontale qui en contient un bon nombre. Très simple d'emploi, un aperçu affichera par exemple une version réduite d'une image possible pour le fond d'écran. Idem pour les polices de caractères. Linux oblige, Ascp ajoute même des fonctions plus avancées à l'interface originale de NextStep.
Ainsi, une fenêtre permet d'associer à chaque icône du Wharf la ligne de trable dans AfterStep. Très complet, tout est accessible d'un clic de souris : fond d'écran, thèmes, configuration des menus, décoration des fenêtres... Tout comme sur Next Comble du raffinement, Ascp adopte lui-même le look Next puisqu'il s'appuie sur TkStep. TkStep est en fait un patch pour Tk, donnant aux widgets proposés par ce dernier le look Next (les scrollbars sont particulièrement Menus 1 S Commands
- -Menu Tiiie-j r 'Applications* 1 Ixv 1 [Applications J "Games*
H VI ¦Xiock- "Utlirtjes*
• Qutt- Verify ‘Module-Popup" bhostview The Glmp [GNU Emacs Enîry
Tfne 0-.
Ai u i Ai S te.
Bitmap Add cJ' | Delete | J* Applications" A_J 7 I Exec J Delete | f e.vec xv S OK ç* Apply I Exit J Sticky Icons j Stubborn Icons j Smart Icon Placement 32 Pager Scale üüL-LJ Edge Scroll (%) 0 Hor cizi | Wrap 0 Ver i i Wrap Sens propre ou sens configuré ?
Desktop Preferences e Btoifluga i Writer Writer, comme son nom l'indique en anglais, est un traitement de texte.
& - & & & fe & &
* • • c -e ( iii ¦ ¦¦ rrns
• ----- ! *. a- ] «Il RICUI . LT GJHWAIT 1 uut.jai ata ** 1
t'émet • ¦ r«w L'écriture et la vie.
Writer est l'un des outils de la suite bureautique que propose la société californienne BeatWare (avec un logiciel de retouche d'images, un logiciel de dessin vectoriel et un tableur).
Actuellement en version 1.0.4, ce logiciel ne prétend pas se substituer à un Word. D'une part, parce qu'il n'intègre pas toutes les fonctions qui font le charme d'une usine a gaz (macros, champs de formulaire et autres réjouissances), d'autre part, parce qu'il offre quelques originalités qui permettent de boxer dans une autre catégorie. L'application s'ouvre rapidement sur une interface sobre avec la traditionnelle barre de menu.
Dessous, se trouve un bandeau fort joli, agrémenté d'icônes agréables permettant l'accès aux principales fonctions du logiciel (cadrage de texte, choix de la police etc.). L'originalité repose ici sur deux concepts. Le premier est son orientation articulée autour des frames (ou trames). Chaque trame peut contenir une image insérée par glisser-déposer et ou du texte. Les trames peuvent être redimensionnées (avec cadrage du texte et de l'image en temps réel) et déplacées n'importe où sur le document. Nous ne sommes pas loin de la Pao.
Original Autre point original, la notion de vue accessible depuis la barre de menu.
En choisissant ce mode, on ouvre une nouvelle fenêtre, réplique exacte du document en cours. Dès lors, toute manipulation réalisée dans l'une des fenêtres se reproduira chez sa sœur jumelle. L'intérêt est de pouvoir observer les répercussions d'une modification à un autre endroit du document. Malgré tout, Writer souffre de quelques lacunes comme l'impossibilité d'importer ou d'exporter un document dans un autre format ou l'absence d'un correcteur orthographique. Writer coûte environ 70 $ et la mise à jour est gratuite.
Christophe Morvant wahpast@argyro. Net Writer 1.0.4 En hausse Rapidité
A. Interface agréable A Concepts originaux.
En baisse Y Format propriétaire Y Pas de dictionnaire Note ? ? ? ?
DREAM MARKET SPECIALISTE Dream vous propose de participer à cette nouvelle rubrique Dream Market. Particuliers, clubs, associations, boutiques, PME.. Cette rubrique est pour vous.
390 F. H.T. le pavé en couleur !
Renseignements : Valérie Ambrosio au 01 53 36 84 11 MËGA PROMOSü 34 9 0: Biizz plra 1190F Cybèrstorm06Q 50Mhz3590r Cybervision64 3D 4Mo1990f AMINET 19,20,21,22 89f AMIGA FORMAT CD 49f Disque dur 1Ga+pose 1290f Wt SCS» bUiïart copro SZ-Ofrv?. OlctoSeur. CD-ROM.
Fftpftraftofls Amiga. Imprimante*, modem*, Amtnet infographie «mages de synthèse, bornes multimédia 20 rue du 11 novembre 421 GO Saint Etienne MSD multimédia Ie,:0477494430 emM fr Fax:04774-94439 vos micros à prix imbattables ’UC Multimédia 200 Mhz 3800f
• Portable. 450 f
• PCIBM 690f
• Ecran ‘ à partir Me 250 f
• Imprimante 390f PC-Mac-Atari-Console - 70% rubrique spéciale
Amiga BON NE ANNÉE 1998 AmiGA 1200 & 4000T 060 et PPC ®
BLIZZARD PPC 603e et + « JEUX pour A500 A600 à partir de 89
JEUX pour A1200 à partir de 129 CD ROMs à partir de 50
Disquettes MANGA (n°1 à 250) 15 CYBERVISION 64 3D 4Mo 1590
CYBERSTORM ’060 MK III et PPC * BLIZZARD 1260 3480 DISQUETTES
DD neuves x50 100 SOURIS WIZARD 560 dpi Noires 110 voir page
boutique ¦a ivXLi ¦v_ruc-x.ua vaviuuii Soft-Logik. Hisolt
Dcvpac.
Haaee & nartner. LH production.... voir page boutique Publicité BP 404 - 63109 ROMAGNAT Cedex Fax ,4 i 5 6.0 E-Mail: voxel@nat.fr LE PC DANS LA POCHE HORS SÉRIE N°3 AU PRIX DE 35F (+ 16 F frais de port) Tous les ordinateurs de poche Psion, Palmpilot, Hp48... llMMmijSI "'je-;'1; im vf LA BIBLE DU JEU AMIGA BEST OF JEUX AMIGA ET CD-32 AU PRIX DE 20F (+ 16 F frais de port) La référence en matière de jeux pour Amiga et CD-32 Lotus smartsuite pour Os 2 !
â Lotus SmartSuite for OS 2 Warp 4 Icônes Lotus 1-2-3 Lotus Accessories Lotus Approach Lotus Assistance Center Lotus Freelance Graphics for OS 2 Warp 4 for OS 2 Warp 4 for OS 2 Warp 4 ~ n &&& Lotus Organiser Lotus SmartMaster Templates for OS 2 Warp 4 ; : ;- ¦ - 8 objects, 0 K bytes total. 1 selected, 0 K bytes.
Enfin un portage correct d'une application Windows vers Os 2 ! Avec cette suite bureautique sous Warp, Lotus fournit des outils professionnels sous Os 2 pour le marché Soho (Small office home office).
Bien qu'elles soient parfaitement honorables et totalement comparables à celles de la version Win32, cet article ne détaillera pas les performances de la suite Lotus smartsuite puisqu'il ne s'agit que d'une version beta. La suite se compose de cinq logiciels : Wordpro le traitement de texte, Lotus 123 le tableur, Freelance Voilà une interface qui tombe pile.
Graphie le logiciel de présentation, Approach la base de données et Organiser l'agenda.
Des plus signés Lotus La suite dans son ensemble est un fidèle portage de la version Win32. On y retrouve la même unicité de l'interface et notamment l'Infobox chère à Lotus. L'infobox est une boîte de dialogue non modale (qui ne bloque pas l'interface mais reste toujours visible) qui permet d'éditer les propriétés d'un objet (texte ou mise en page par exemple) et s'adapte au contexte. En effet, son contenu varie lorsque l'on change d'objet ou si l'on passe sur un ..imnm -iu t: Mise Advanced ij Font name Size: Attributs.
Rockwell H i9 y Bold 4 Rockwell Condensed i10 t Italie i il Rockwell Ltg ht i 11 W' Under&ne 4 Symbol i EEHti Word Undertine Symbol Set _ Dbl Underline Times New Roman a F2 di Supersciïpt d Textcotor. Bacigiound- P Transparent Demandez objet ayant des propriétés différentes.
Certes, l'adaptation à cet outil n'est pas instantanée pour les utilisateurs conditionnés par une interface à la Microsoft, mais c'est comme la notation polonaise inversée : une fois que l'on s'y est fait, on ne peut plus s'en passer. Une autre constante de la suite, c'est le langage de programmation que l'on retrouve dans chaque logiciel : le LotusScript, une sorte de Visual basic à la mode Lotus lbm. Enfin, chaque produit est doté de fonctions Internet plus ou moins heureuses.
En ce qui concerne Wordpro, tout ce que l'on peut désirer d'un traitement de texte moderne s'y trouve : formatage automatique, surlignage des fautes, gestion des gros documents par document maître, outils graphiques, outil d'équation etc. L'interface est simple et intuitive.
L'outil, comparable aux produits de la concurrence dans la plupart de ses fonctions, se démarque très nettement lorsqu'il s'agit de travail en groupe : rédaction de document à plusieurs, gestion de version et outils de révision sont le lot de Wordpro.
Mais là où le bas blesse, c'est dans l'interaction de l'application avec le bureau Os 2. Fidèle portage de la version Windows, Wordpro, comme les autres logiciels de la suite, ne tient aucun compte du Workplace shell ou de certaines conventions d'Os 2 (le glisser déplacer par le bouton droit par exemple). Le seul effort consenti par Lotus dans l'intégration réside dans LotusScript, lequel sait s'interfa- cer avec des scripts en Rexx. Les remarques sont les mêmes pour Lotus 123 et Freelance.
Le programme.
Le portage d'Organizer semble avoir été un peu plus difficile. Ce logiciel est légèrement plus lent que les autres membres de la suite mais son interface vaut le coup d'œil : un vrai Filofax !
L'ergonomie du produit est assez bien étudiée mais son intégration dans l'esprit de la suite laisse un peu à désirer : pas d'Infobox et aucune possibilité d'automatiser les tâches par de la programmation. Enfin Organizer atteint le summum de la non intégration dans l'interface avec sa propre corbeille qui ignore superbement le broyeur du Workplace shell.
Pour finir, Approach est une vraie nouveauté dans l'univers Os 2, lequel n'a jamais eu de petite base de données conviviale de ce type. Cependant, son adaptation n'est pas encore optimisée, vu les temps de réponse de son affichage.
La Smartsuite arrive trop tard sous Os 2 pour éviter une confrontation avec l'autre suite : Star office. Ce qui est idiot de la part d'Ibm puisque cela fait bientôt six ans qu'0s 2 manque d'une suite bureautique. A moins qu'il ne s'agisse d'une subtile tactique pour montrer aux détracteurs de l'Os qu'il y a du choix et de la concurrence sous Warp.
Antoine Sabot-durand En hausse ? La prise en main ? Les fonctions En baisse ? L'intégration avec OS 2 : 1 Note ? ? ? ?
Lotus smartsuite beta 2 Animateurs Graphistes 30 Programmeurs mm II 11!
æ**j |£:« ?.*« ¦ "Si Tsï.S&ïi
II. 'M iJI H Ê I liiüiüi Hardware Nouvelle informatique qu'est-ce
qu'un Network computer ?
C'est décidé, le Network computer, ou Ne; est l'ordinateur de demain. Un nouveau concept surtout inventé pour en finir une bonne fois pour toutes avec l'hégémonie du standard Wintel.
Moulinette. La tâche exécutée, il ne lui reste plus qu'à cliquer sur une enveloppe pour envoyer ses images au flasheur. Ce petit exercice n'aura pas pris plus de dix minutes et Catherine est déjà dans la cuisine à s'occuper d'autres tâches plus ménagères. Christophe, son ami, se lève à son tour. Il plonge la main dans le canapé et en tire une autre carte à puce, presque identique à la première si ce n'est qu'elle porte son nom. Il l'insère dans la console encore allumée et reprend la partie de Tomb raider 4 qu'il avait laissée en suspens la veille. Catherine et Christophe n'ont ni
Macintosh, ni Playstation chez eux. Ils utilisent juste un Network computer qui leur donne accès à tout type d'applications, via Internet.
Ars 2002. Catherine est maquettiste dans un important magazine français de micro-informatique. Ce matin, elle est quelque peu souffrante. La fin d'un hiver particulièrement pluvieux en est sans aucun doute la cause.
Restée chez elle, elle tire de son portefeuille une -carte à puce, sur laquelle figure la publicité d'un provider Internet, et l'insère dans la fente d'une console noire, posée au dessus du décodeur Canal+. Le bureau de son Macintosh apparaît alors sur la télé du salon. D'un geste de la main, elle se saisit d'une souris pour exécuter un travail important : mettre au format Postscript les différentes illustrations des rubriques dont elle a la charge. C'est simple, il suffit de toutes les glisser sur l'icône d'une petite Le concept du Ne Le Ne est un ordinateur dépourvu d'unités de stockage,
une caractéristique essentielle qui en fait une machine très peu onéreuse.
Pour accéder à ses données, il passe par un réseau. Celui- ci peut être un réseau local, comme celui d'une entreprise, mais aussi Internet. A ce propos, le Ne est en mesure d'utiliser toutes les ressources offertes par Internet, de la lecture de pages Web à l'envoi de courriers électroniques, en passant par l'exécution de programmes écrits en Java. Ce sont là les caractéristiques de base de cet ordinateur, définies dans un cahier des charges relativement strict. Mais, en dehors des prérogatives de ce dernier, les constructeurs inté- ressés par la fabrication d'un Ne ont une
totale liberté de choix technologique ; aucun système d'exploitation ou de processeur ne leur est imposé.
Dans un premier temps, le Ne est destiné aux entreprises, dans lesquelles il pourra remplacer les terminaux X, beaucoup plus chers. Chaque employé dispose d'un écran, d'un clavier et d'une souris ; toutes ses données sont enregistrées sur un disque dur central, qu'il partage avec ses collaborateurs. Par ailleurs, le Network computer s'accommode sans problème des réseaux Intranet, un concept en vogue qui devrait remplacer d'ici peu les actuels protocoles réseaux Tcp ip et leurs serveurs Unix.
A terme, le but avoué du Ne est aussi de prendre des parts de marché dans le grand public. Il y remplacerait avantageusement le couple Minitel ordinateur personnel.
Dans ce cas, le réseau serait Internet et le disque dur qui contiendrait les données de l'utilisateur se trouverait vraisemblablement chez son provider.
Le Ne dans la pratique Les Ne sont interchangeables. Chaque utilisateur disposera d'une carte à puce qu'il pourra insérer dans n'importe quelle machine pour accéder au réseau. Cette carte contiendra toutes les caractéristiques de son utilisateur : ses mots de passe, l'endroit où il devra se connecter par défaut, la clé pour accéder à ses données, etc. Tous ses logiciels, tous ses enregistrements et même la configuration de son bureau seront stockés sur un serveur. Du coup, que l'on travaille au bureau, chez soi, à la poste ou chez un ami, on aura toujours l'impression d'utiliser le même
ordinateur !
Dans la pratique, et surtout parce que les utilisateurs le demandent, il sera possible de rajouter une unité de stockage local au Ne (disque dur ou lecteur Zip).
Dès lors, comment choisir tel ou tel Ne ? Le choix se fera bien entendu sur le prix de l'appareil (pour l'instant moins de 3000 F, mais la tendance est, comme d'habitude, à la baisse), mais aussi sur l'aptitude de la machine à mieux traiter les données. Sur tel modèle, les jeux en 3D seront plus fluides, sur tel autre, les sons auront une meilleure qualité. Cependant, que le Ne de votre coeur soit de technologie Macintosh, Amiga, RiscPc ou Playstation, tout le monde pourra jouer au même Tomb raider et tout le monde pourra utiliser le même Word.
Par ailleurs, la différence se fera également au regard de l'interface. Dans ce cas, ce sera la convivialité de l'Os qui sera jugée.
Le Ne aujourd'hui Mais ce n'est pas pour tout de suite ! La plupart des Ne sont toujours à l'état de prototypes, ce qui n'est pas très grave puisque les Telecoms se préparent à peine à leur arrivée. Néanmoins, chaque constructeur travaille d'arrache-pied dans son coin pour proposer un modèle à son catalogue de fin d'année. Ce genre de produits devant être puissant et peu cher à produire, les processeurs choisis sont des Arm (RiscPc et Psion), des Mips (consoles Playstation et N64), des Sh4 (console Pourquoi Microsoft n'aime pas le Ne ?
Si leur ergonomie particulière n'est plus un sujet qui suscite d'amusantes polémiques, il est tout de même un dénominateur commun qui caractérise chaque logiciel de Microsoft : ils sont mal programmés. Et plus particulièrement le système d'exploitation Windows. Dans la pratique, Windows est un amalgame de routines expérimentales dont on a eu la mauvaise idée de vérouiller l'emplacement. Il n'y a pas de brouillon : on pose directement les bogues tout en sachant qu'on ne pourra plus les enlever après. L'astuce, c'est que, lorsque l'on repère un bogue, il suffit de rajouter des correcteurs de
bogues, eux aussi expérimentaux, pour colmater le tas. Au final, la version de base actuelle de Windows 95 occupe près de 90 Mo sur le disque dur. Des systèmes équivalents, comme RiscOs ou AmigaOs, se contentent, eux, d'une simple Rom de 512 Ko. Malheureusement pour Bill Gates, les Ne n'auront pas de disque dur.
Mais il y a aussi une autre raison à 'énervement des pontes de la société de Redmond : chaque logiciel développé pour un Ne et chaque pilote de périphériques seront dépendants du langage java. Manque de bol : java appartient à Sun et c'est lui qui empochera toutes les royalties. Pire, Sun a même obtenu que java soit normalisé Iso, ce qui empêche Microsoft d'en proposer une version propriétaire... Saturn) et des Coldfire (nouveaux Atari). De même, le système d'exploitation doit être puissant, compact, discret et fiable. Les élus sont donc javaOs, NcOs (autre nom du RiscOs d'Acorn), Ceoworks,
Os 9 et, bien évidemment, AmigaOs. Les quelques modèles déjà proposés se partagent en deux gammes : les Ne professionnels (surpuissants mais trop chers) et les Ne grand public (encore trop limités). En réalité, les configurations les plus intéressantes attendent encore d'être lancées. Même si les choses évoluent rapidement, il y a fort à parier que les premiers qui s'y colleront risquent de s'y casser les dents.
Le Ne d'Acorn, déjà disponible Le Network computer de l'anglais Acorn est la machine qui a servi de démonstration et de plate-forme de référence pour Oracle, initiateur du projet Ne. Il dispose d'un Arm7500fe à 48 Mhz très rapide et de 8 Mo de Ram. La famille des Arm connait une forte croissance de ses ventes depuis les deux dernières années et l'Arm 7500fe est la version tout en un de l'Arm 7. Ainsi, ce processeur incorpore les coprocesseurs vidéo, sonore et même arithmétique. Autre caractéristique technique, le Ne d'Acorn est livré avec une carte réseau ou un modem, suivant les utilisations.
On dispose en outre d'une entrée et d'une sortie son, pour les futurs logiciels de télé-conférence, ainsi que de ports pour l'imprimante, la souris et le clavier.
La première impression est étonnante : la machine est petite et facile à brancher. Elle se contrôle à l'aide d'une télécommande ou d'un clavier et d'une souris. L'allumage réserve une bonne surprise : il se fait dans le silence le plus total. La configuration et la première connexion Internet se font sans heurts une bonne fois pour toutes et, ensuite, tout va tout seul : on navigue sur le Net en sélectionnant les liens à la téléco- mande. D'un point de vue technique (affichage d'images Jpeg, animations, etc.), la machine profite pleinement de la vélocité du processeur Arm.
En ce qui concerne le logiciel, le système est le NcOs d'Acorn, un dérivé de RiscOs, ce qui permet de réutiliser la plupart des applications initialement prévues pour Archimèdes et RiscPc Le navigateur Hardware Intel : pas vraiment menacé Contrairement à Microsoft, il importe peu à Intel que le Ne remplace le Pc, dont il est pourtant le maître technologique. Dans les faits, Intel va totalement arrêter de fabriquer des Pentium pour passer, l'année prochaine, à un nouveau type de processeurs, le Merced.
Il s'agit d'un Risc 64 bits pas vraiment compatible avec les générations Cisc x86 (Pentium 2, Pentium pro, Pentium Mmx, Pentium, 486, 386, etc.). Le constructeur américain souhaite destiner ce processeur au marché des stations de travail et n'a qu'une crainte : que le grand public croit qu'il s'agit toujours d'un Pc et qu'il râle parce que plus aucune application ne marche.
Intel serait même ravi que les Ne percent : il est, depuis peu, le fabricant du StrongArm. Le StrongArm n’est ni plus ni moins que le processeur utilisé dans les Ne d'Acorn et ce constructeur tend à s'imposer comme leader sur ce nouveau marché.
Enfin, Intel n'arrête pas de passer des accords avec divers éditeurs de systèmes d'exploitation en ce moment (Sun, Digital...). Certains analystes voient dans ces démarches une volonté flagrante de se débarrasser de Microsoft.
.il m ouï MIT Pioducts Support Links Search Internet Suite Release II colour brochure Latest news ANT Server Suite permits 100% Acom System solution to the Internet ANT Internet Suite II vl.24 now available New technologies from ANT at Wakefield *97 Gold avvard for ANT at BETT'97 New technologies from ANT at BETT'97 ANT Ethernet cards and StrongARM processors ANT Limited. PO Box 300. Cambridge. CB1 2EG. UK. Tel +44 1223 567808. Fax 567801.
Email Sales Enquines (sales@anLoo.tik), or Technical Support (support ara.co.uk). Le site d'ANT.
Internet est celui de la société Ant. Il est d'une qualité fantastique, le rendu étant un peu meilleur que celui de Netscape navigator. En revanche, pour des raisons techniques, surtout liées à l'affichage sur un écran de télévision, le browser ne reproduit pas les frames.
Ouvert à tous les standards Le NcOs interprète java d'une brillante façon. Ce qui n'est pas très étonnant, puisque la version StrongArm de la machine virtuelle java est à ce jour la plus rapide.
A titre d'anecdote, de nombreux collaborateurs de la rédaction ont eu beaucoup de mal à admettre qu'il ne s'agissait pas d'un véritable micro-ordinateur lorsque nous ANT Limited Acorn nettuorking specialists ATAFS: :Booi .S. WWWpagt leur avons fait utiliser la suite bureautique de Corel, sur un réseau local ! Par ailleurs, la machine peut servir de terminal X et même lire des fichiers Macromedia director (un standard pour les applications interactives sur Mac et Pc). Acom a de surcroît passé des accords avec l'éditeur Eidos, l'une des sociétés les plus avancées dans le domaine de la
compression vidéo. Ce Ne profite également du savoir-faire d'Acorn dans le cadre de l'affichage sur télévision.
La machine dispose d'un antialiasing des polices, ainsi que d'un système d'optimisation de l'affichage qui supprime tout effet de scintillement. Bien entendu, le Ne peut aussi s'interfacer avec un moniteur Svga standard.
Les développements en cours Alors que ce Ne n'est pas encore commercialisé (il est, pour l'instant, juste destiné aux développeurs, ce qui explique son prix relativement élevé de 4500 F), Acorn vient déjà d'annoncer son grand frère : le Concord. Plus pro- fessionnel, le Concord est le Ne le plus rapide du marché, grâce à son processeur StrongArm à 233 Mhz.
Selon le constructeur anglais, les prochaines étapes sont la vidéo conférence et le passage à un nouvel Os, Galiléo, dans lequel seront fondus RiscOs et StbOs.
Acorn à également proposé des émulateurs pour son Ne, lesquels permettront aux éditeurs de revendre leurs anciens jeux vidéos par le biais d'Internet.
D'autres développeurs proposent déjà des produits spécifiques. Argonet vend le Ne avec un lecteur Zip, ce qui le transforme en un ordinateur performant et vraiment pas cher, et Oregan a assuré l'optimisation de toute sa gamme de logiciels RiscOs pour le Ne.
Pourquoi le Ne ?
Le principal atout du Ne est son très faible prix. Lorsque l'on parle du Pc sans maintenance, le Ne répond par le concept du jetable : un Ne coûte moins cher que l'intervention d'une société de maintenance ou qu'une mise à jour matérielle. Il est donc plus économique de jeter un Ne plutôt que de le réparer ou de l'améliorer ! Dans le même ordre d'idée, certains analystes ont laissé entendre que le matériel deviendrait si peu cher, qu'il serait probablement offert avec les logiciels. Une révolution que l'on peut comparer au phénomène actuel des téléphones cellulaires.
Le Ne constitue en ce sens une étape logique de l'histoire des technologies numériques. Rappelons que, depuis le milieu des années 70, l'informatique n'a évolué que dans un seul sens : la démocratisation. En 25 ans, les premiers terminaux austères à 1000 F se sont transformés en micro-ordinateurs personnels. Et force est de reconnaître que l'extrême facilité d'utilisation atteinte aujourd'hui par ces machines est enfin prompte à séduire le plus grand nombre. Sauf qu'il faut tout de même débourser près de
10. 000 F pour s'offrir l'une de ces merveilles... Eh oui,
après la convivialité, le prix est le nouvel obstacle à
l'expansion yk B g WWW.C Ooicoteam V ¦ ¦ I Pour rendre le
futur Technologies plus présent o 1 Station Alpha le "Coder"
le "Graphist 3D" L_J
C. mère 164SX cache 1Mo Proc. 21164PC 400Mhz 32Mo SDRAM DD 1.7 Go
EIDE Fujitsu CD 24x Sony ATAPI Disk 3.5" 1 44 Mo SB 16 PnP S3
Trio 64 2 Mo PCI Moniteur 14" digital Tatung Souris Logitech
Pilot Clavier KeyTronic Boitier Moyen Tour ATX 13990 F ttc
Transformez votre PC en Station Alpha ! 23990 F ttc Update Kit
CM 164SX + PROC 21164PC + 32 Mo SDRAM + Boitier ATX Update Kit
400 Mhz 8990 F ttc Update Kit 466 Mhz 9990 F ttc Update Kit
533 Mhz : 10990 F ttc Garantie 1 an pièces et main d'oeuvre.
Vente par correspondance uniquement.
Contactez nous pour connaître les options et les autres configurations Certainement dans un moment de panique, Microsoft a racheté la société WebTv, dont le produit du même nom se targue d'unir télévision et Internet. Mais au grand dam de Bill Cates, le produit récemment acquis s'avère ne pas du tout être un Ne. S'appuyant sur de vieilles technologies Intel recyclées (486sx et consorts), il s'agit juste d'un récepteur de télévision par câble avec interface graphique, mieux connu sous le nom de Set top box. En clair, il permet de sélectionner ses chaînes à l'aide d'un menu déroulant. La
dénomination " Web " vient du fait que l'appareil est capable de se connecter sur le site spécialisé de son constructeur pour en tirer quelques informations sur les films diffusés dans la semaine. Et c'est tout !
Pas de mail, pas de langage java et encore moins de puissance de calcul... Pire, le WebTv n'est utilisable que si l'on s'abonne chez WebTv networks, aucun autre provider n'étant reconnu.
Toujours plus populaire de l'ordinateur.
On pourrait se dire qu'il suffit d'attendre un petit peu car, comme les prix n'arrêtent pas de chuter, on va bien finir par obtenir des configurations accessibles à tous les porte-monnaie. Mais ce raisonnement, hypocritement plébiscité par les médias, est faux. Ce n'est pas le prix des ordinateurs qui baisse, c'est leur puissan- dsri'vssuu £g D5 460X65 süftùmmï Luo Misa) B5ÜSa» WebTv, le faux Ne ce qui augmente plus vite que leur prix.
La preuve, du temps où ils étaient des standards, le Zx81 s'affichait à 1000 F, le Commodore 64 à 3000 F, l'Amstrad 6128 à 6000 F, l'Amiga _ 500 à 7000 F... Et, aujourd'hui, le Pc est à 1 0 000 F. L'incroyable montée en puissance doit cesser de masquer la légère mais indubitable inflation.
Alors, est-il aujourd'hui possible de s'attaquer, pour la première fois, à ce facteur pécuniaire de plus en plus gênant ? La réponse est oui ! En effet, les progrès technologiques nous ont enfin permis de rendre obsolètes les parties les plus coûteuses d'un ordinateur : Internet, le réseau public ouvert à tout le monde, vient remplacer les unités de stockages individuelles. Le Ne sait se passer de disque dur, pas le Pc. Donc le Ne devrait pouvoir se répandre plus que le Pc.
Reste un problème, comme par hasard typiquement français. Chez nous, les communications locales sont payantes.
Puisqu'un Ne ne marche qu'en étant connecté à un réseau, cela revient à dire qu'une heure d'utilisation reviendra à payer une heure de communication téléphonique. Du coup, l'argument du prix n'a plus de raison d'être et les Français risqueraient d'être les seuls à ne pas comprendre l'intérêt d'abandonner le Pc.
Alors, la France dernier bastion de Bill Gates, envers et contre tout le reste de la planète ? Nous allons aimer l'an 2000 !
David Feugey et Yann Serra
C. mère 164SX cache 1Mo Proc. 21164PC 533Mhz 64MoSDRAM DD 3.2 Go
EIDE Fujitsu CD 24x Sony ATAPI Disk 3.5" 1.44 Mo Disk Zip 100
IDE Carte Réseau PCI SB 16 PnP Diamond Fire GL 1000 Pro 8 Mo
Moniteur 17" 8617 llyama Souris Logitech Pilot Clavier
KeyTronic Boitier Moyen Tour ATX .chez.com nicoteam Nicoteam
Technologies - Bat Oeillet, 37 rue Corneille, 31100 Toulouse
Ouvert du Lundi au Vendredi Tel : 05.61.43.48.33 de 9h30 à
18h30 Fax : 05.61.43.48.31 Nicoteam Technologies. SARL au
capital de 50 000 F Caractéristiques et prix modifiables sans
préavis - Toutes les marques citées appartiennent à leurs
propriétaires respectifs.
Système Il existe au moins deux catégories de logiciels permettant de mettre à jour son système : ceux qui remplacent totalement l'ancien Os et ceux qui l'améliorent.
Dans la première catégorie, le choix n'est pas très grand si l'on veut rester compatible avec le Tos. Le premier système apparu en ce sens est Mint, acronyme pour Mint is not Tos (comme le célèbre Gnu is not Unix).
Mint Les autres systèmes d'exploitation sur Atari Le Tos n'est plus dons le coup ? Peut-être, mais saviez-vous que les utilisateurs d'Atari ont trouvé depuis belle lurette plusieurs remplaçants à leur système d'exploitation ?
Ce système a été développé dans l'esprit Unix, -dans le sens où les fonctions ajoutées au Tos (car Mint reprend bien évidement les bases du Tos pour rester entièrement compatible) sont issues du monde Unix. Mint offre en premier lieu le multitâche préemptif (caractéristique qui fait aujourd'hui le plus défaut à notre système). Ce dernier permet de lancer en même temps plusieurs applications, tel un jeu pendant la longue compilation d'un programme. Mint apporte aussi la gestion du lecteur unifié (U:). Grâce à lui, on peut accéder à toutes ces partitions à partir d'une seule icône. L'intérêt
est de pouvoir créer des liens entre les répertoires des différents lecteurs physiques, ce qui nous permet d'obtenir une structure de fichiers équivalente à celle d'Unix (dans laquelle, par exemple, on peut avoir un répertoire bin regroupant tous les exécutables). Mint dispose d'une extension réseau, Mint-net, qui rend utilisable sur Atari la majorité des commandes Unix et des protocoles dédiés (à ce sujet, Ppp n'arri- Un véritable multitâche.
Multitos.
Bureau Fichier Visualisation Options *1 ... 14*1 0 octet? Utilités pw U ctjéts. J X A 07 1 [ X B 07 ni X C 00 1 • X D 07 1 !
X DEV 07 1 ' X E oo i •; X F . 07 1 X G 07 1 v X H 87 1 : X I 87 1 X PIPE 07 : X PR0C 07 .
X SHM 08 r * fiES BESJ1T CEMTR CONSOLE FASTTEXT 678552 07 11 57 0 0 :4031584 oaçtsji:lhsés pôr 8 ofrjets, a AESSYS 081 GEHDUHP 008 HIHT 000 MEHDESX 086 SCREEH 005 a SLO 882 a SYSUPDAT 003 IWWLML 17872 87 11 97 L51856 17 11 97 ve que maintenant sous Tos, alors qu'il existe depuis longtemps sous Mint). La gestion des pilotes et des systèmes de fichiers repose sur des modules : on peut en développer un pour gérer l' so9660 (le format des CD- Rom) et le placer ensuite dans le répertoire de Mint pour qu'il soit pris en compte. C'est avec un module spécifique que Mint peut par exemple gérer les
noms longs, au format Minix, donc complètement incompatibles avec le Tos classique. A noter que dans la dernière version de Mint, la 1.14, qui est une version en développement, la gestion de la mémoire virtuelle commence enfin à faire son apparition. Le seul, mais important, reproche que l'on pourrait faire à Mint est que son utilisation se fait au travers de shell.
MultiTos Une évolution de Mint a été MultiTos. Ce système, livré avec les Falcons, s'articulait autour du noyau Mint et apportait une nouvelle version du bureau, prévue pour fonctionner en multitâche. Dans le menu des accessoires, on trouve l'ensemble des programmes lancés sur le système. Il est possible de passer de l'un à l'autre en sélectionnant un nouveau nom dans ce menu.
Magic Le dernier système en date est Magic. Magic apporte la gestion du multitâche préemptif, un nouveau bureau, la gestion du lecteur unifié U: ainsi que la possibilité d'extensions à la Mint (c'est-à-dire qu'on peut lui rajouter La protection mémoire.
Des modules pour la gestion de système de fichiers non supportés). Magic gère ainsi les noms longs de la même manière que Windows 95 (format Vfat). Un des avantages significatifs de Magic est sa rapidité à exécuter les applications par rapport au Tos ou au MultiTos. Autre particularité, Magic existe aussi sur Pc et Macintosh : il s'agit de MagicPc et MagicMac. Eh oui, les trois versions utilisent exactement les mêmes applications (ce qui est d'ailleurs un excellent moyen pour récupérer sa logithèque après avoir changé de machine). Sur Pc, un émulateur 68000 permet de transformer à la
volée des programmes spécifiquement prévus pour Atari en programmes compatibles Intel.
Naes Naes est un autre système qui vient tout juste de faire son apparition sur le marché français. S'appuyant, lui aussi, sur Mint, il propose une nouvelle conception du bureau pour pouvoir profiter du multitâche.
Pour l'anecdote, le nom original de Naes était... MultiTos 2 !
Juste pour améliorer le Tos Comme on a pu le voir dans les systèmes d'exploitation de remplacement, l'ensemble d'entre eux (ainsi que le Tos) ne supporte pas la gestion de la mémoire virtuelle, même si Mint commence à l'intégrer.
OutSide est un patch permettant d'utiliser cette mémoire virtuelle. Pour pouvoir l'utiliser, il faut au minimum un 68030.
Pour améliorer la vitesse des applications, il est aussi possible de patcher les routines graphiques du Tos. C'est le rôle de Nvdi. Par ailleurs, Nvdi est compatible avec SpeedoCdos, lequel apporte un ensemble de pilotes destinés à l'impression. Enfin, on peut aussi juste changer le bureau de Y Atari.
Et là, le choix est important, qu'il s'agisse de logiciels du domaine public ou de produits commerciaux (Gemini, Ease, Neodesk, Thing, etc.). Le mieux est encore d'aller faire un tour sur : ftp: ftp.lip6.fr pub atari Desktops , pour juger par soi-même.
David Curé cure@cnam.fr 11, rue des Ecoles 59680 Colleret Tél 03 27 67 77 67 - Fax : 03 27 67 71 36 - Internet : http: perso.wanadoo.fr ifa Catalogue complet disponible contre 12 F en timbres LES COMMERCIAUX 22 F La Disquette DOMAINE PUBLIC GOLDEH EAGLE Golden Eagle = 69 F L’arme Fatale = 69 F Bumpy’s = 69 F Jim Power = 69 F Somsir MIGA Interface Midi = 89 F Legacy of Sorasil = 79 F Vol_ UATTSQ iUATTïO Compil Quattro 4 = 49 F Compil Quattro 2 = 49 F Compil Quattro 3 = 49 F Lemmings = 69 F Moktar = 69 F PERSONAL
* PAINT Commodore Scrabble = 89 F Personnal Paéint = 79 F
Première CD32 = 69 F AM 1166 -PRINTER DRIVER GENERATOR : Créez
votre prpopres pilotes d’imprimante.
AM 1167-ASI DISK ARCHIVERS : Une compilation des meilleurs archiveurs du moment.
AM 1168-FILEMASTER v3.0 : dernière version de ce superbe gestionnaire de fichiers.
AM 1177-STRIKE COMMANDER : Un superbe duel aérien génialissime! Un MUST!
AM 1178-CRUNCHERS COMPIL : 60 compacteurs de fichiers d'excellente qualité.
AM 1180-CRITICAL HEAT : remarquable jeu mélangeant stratégie et jeu de rôle.
AM 1181-FALCONIA : bon jeu de rôle. Nécessitant des connaissances en Anglais. 1200 AM 1182-ELDRITCH : Superbe jeu d'exploration de dongeons vu de dessus. 1200 AM 1183-ANDROID ARENA : Un shoot em up original. Un MUST.
AM 1184-BIKER BABE : Un jeu de plateformes très fluide, beaucoup d’action!!!
AM 1185-POWEROIDS : clone d'Asteroids avec tous les graphismes en raytracing. 1200 AM 1186-ITP DEMO : un superbe multiple shoot em up. 1200 fAM 1187-DUELS COMPIL : compilation étonnante composée de hits! 600, 1200 AM 1188-SCROTAX v2.0 : Un shoot em up . Assez difficile. 1200 AM 1193-MING SHU v3.33 : Un programme d'astrologie chinoise très complet.
AM 1195-KELLOG’S EXPRESS : Un fabuleux jeu digne du domaine commercial!!!
AM 1196-ALIEN SPACE : Un très bon jeu de rôle style ’Dungeon Master' .1200 AM 1197-GLADIATORS OF DAGANIA : Un excellent jeu style’Dungeon Master’. 1200 AM 1198-FATAL BLOWS : Un super clone de 'Street Fighter 2’ . 600, 1200 AM 1199-BATTLE DUEL v1.0 : Un super jeu d’artillerie en 256 couleurs. 1200 AM 1222-PINGWYNNE : dirigez un pingouin dans un labyrinthe de glaces. 600, 1200 AM 1224-ALCATRAZ MUSEUM Un superbe slideshow du groupe Alcatraz.
AM 1225-BLOODBALL : Un jeu de football futuriste. Graphismes très fins. A voir.
AM 1226-TECHNOVENTURE : Un jeu de plateformes très très vaste et rapide.
AM 1227A et 1227B-SEALIFE PICS : Un slideshow très très très beau sur la faune marine AM 1228-CARTOON CLIPARTS VOL.1 : des cliparts humoristiques.
AM 1229-CARTOON CLIPARTS VOL.2 : des cliparts humoristiques.
AM 1230-POWER POINTS CLIPARTS VOL.1 : des flèches, signes, panneaux, etc. AM 1231-POWER POINTS CLIPARTS VOL.2 : des flèches, signes, panneaux, etc. AM 1232-POWER POINTS CLIPARTS VOL.3 : des flèches, signes, panneaux, etc. AM 1233-POWER POINTS CLIPARTS VOL.4 : des flèches, signes, panneaux, etc. AM 1234-POWER POINTS CLIPARTS VOL.5 : des flèches, signes, panneaux, etc. AM 1235-BUILDINGS CLIPARTS : des bâtiments, édifices.
AM 1236-TRAVEL CLIPARTS ; des édifices ou monuments des grandes villes du monde.
AM 1237-CATS CLIPARTS : des chats, des chats... AM 1238-PROFESSlONS CLIPARTS : beaucoup de métiers sont représentés.
AM 1239-ANIMAUX CLIPARTS : énormément d’animaux très mignons.
AM 1240-FAMOUS PEOPLE CLIPARTS : des gens célèbres.
AM 1241-MEN CLIPARTS : encore une série sur les métiers.
AM 1242-WOMEN CLIPARTS VOL.1 : des représentations de femmes et divers métiers.
AM 1243-WOMEN CLIPARTS VOL.2 : des représentations de femmes et divers métiers.
AM 1244-CHILDREN CLIPARTS VOL.1 : des enfants qui jouent, etc AM 1245-CHILDREN CLIPARTS VOL.2 : des enfants qui jouent, etc. AM 1246-CARS CLIPARTS : cliparts représentant des voitures.
AM 1247-AIRCRAFT CLIPARTS VOL.1 : des avions de combats, des hélicoptères, etc. AM 1248-AIRCRAFT CLIPARTS VOL.2 : des avions de combats, des hélicoptères, etc. AM 1249-AIRCRAFT CLIPARTS VOL.3 : des avions de combats, des hélicoptères, etc. AM 125Q-SPORTS CLIPARTS VOL.1 : collection de cliparts représentant divers sports.
AMI251-SPORTS CLIPARTS VOL.2 : collection de cliparts représentant divers sports.
AM 1252-SPORTS CLIPARTS VOL.3 : collection de cliparts représentant divers sports.
AM 1253-XMAS CLIPARTS VOL.1 : Noël et Nouvel An, pour vos cartes de voeux.
AM 1254-XMAS CLIPARTS VOL.2 : Noël et Nouvel An, pour vos cartes de voeux.
AM 1255-XMAS CLIPARTS VOL.3 : Noël et Nouvel An, pour vos cartes de voeux.
AM 1256-XMAS CLIPARTS VOL.4 : Noël et Nouvel An, pour vos cartes de voeux.
AM 1257-XMAS CLIPARTS VOL.5 : Noël et Nouvel An, pour vos cartes de voeux.
AM 1258-ZODIAC CLIPARTS VOL.1 : les représentations des symboles du zodiaque.
AM 1259-ZODIAC CLIPARTS VOL.2 : les représentations des symboles du zodiaque.
AM 126Û-TOTAL EXCESS : shoot em up horizontal avec de super graphismes. 1200 AM 1261-OOZE : un très bon jeu de réflexion très original. 600. 1200 AM 1262-TOMMY TANKERS : jeu de tanks vus de dessus pour 2 joueurs. 1200 AM 1263-DISKSALV2 v11.31 : le récupérateur de disque dur, de disquettes... 600, 1200 AM 1264-EDWORDPRO v5 : un puissant traitement de textes très efficace. 600, 1200 AM 1265-OCTAMED v4.0 : magnifique éditeur de musique à posséder... 600. 1200 AM 1266-GAME WARPER v1 : permet d'obtenir des vies infinies dans les jeux. 600, 1200 AM 1267-ANIME GUIDE : un fabuleux guide de tous les
dessins animés japonais.
AM 1288-BOOMERANG : un mega jeu de poursuite dans un labyrinthe pour 2 joueurs AM 1269-BRATWURST v1.01 : jeu de tir de 2 à 4 joueurs. Réalisation très originale. 1200 AM 1270-ATOMIC : un jeu de réflexion et rapidité. Excellente réalisation et très fun!
AM 1271-BATTLE TRUCKS : un jeu de stock-cars avec des camions géants vus de dessus.
AM 1272-WAR OF THE WORL'DS Part 4 : un bon jeu d’aventure en 3D.
AM 1273-LANCE : dirigez un chevalier et éliminez vos adversaires. 1200 AM 1274A et 1274B-HYPER-RACE : une course de voitures vue de dessus. 1200 AM 1275Aet 1275B-WALLY WORLD : un jeu de plateforme hyper bien réalisé . Un rriust.
AM 1276-ANTEP : un jeu de rôle que tous les fans d'Ultima 4 se doivent de posséder.
AM 1277-TURBO JAM : une superbe course de voitures originale! 1200 AM 1278-MASTERBRAIN : jeu Français sur le principe du Master Mind. 600, 1200 AM 1279-EXTREME MODULES COMPIL‘1 : un ensemble de modules étonnants.
AM 1280-QUIZ v2.3 : logiciel de questions à choix multiples en Français. 600, 1200 AM 1281A et 1281B-SPACE ECLIPSE : jeu d’aventure graphique très bien fait. 600, 1200 AM 1282-GUNFIGHTERS : un jeu de duel de cowboys. Très original! 2 joueurs.
AM 1283-SPLQGGY : un superbe jeu de plateformes au look très particulier. 1200 AM 1284-ANT WARS v1.9 : jeu délirant et très bien réalisé. A voir absolument.
AM 1285-STARBIKE : une nouvelle version de Tron.
AM 1286-GLOBAL THERMONUCLEAR WAR : génial jeu d'artillerie sur la carte du monde.
AM 1287-SICKBALL 2 : vous deveez empecher une balle de quitter l'écran. 600. 1200 AM 1288-DRAGON SIMULATOR : un simulateur de vol sur dragon... 1200 Bon de commande à retourner à : IFA, 11 rue des Ecoles 59680 Colleret - France Montant = .F Frais de port = 40 F Frais de port étranger et Dom-Tom. Ajoutez 40 F = .F Règlement par : Veuillez me faire parvenir les produits suivants : O Chèque Omandat Ocarte Bancaire N° CB | | | | | | I | | I l_l_l_l_l LLLLI Date de validité N° Tél
Nom .....Prénom Adresse ..... Montant total de la commande = .F Code postal Ville m Avant de reprendre nos investigations, nous allons nous attarder un moment sur quelques problèmes d'installation dont certains nous ont fait part par courrier ou par e-mail.
Comment configurer X-window sous Amiga-linux ?
Après avoir installé Linux et l'avoir configuré, il nous reste à mettre en place un joli environnement graphique.
Débogage A ce jour, il reste encore de nombreuses cartes Scsi non ou mal reconnues par le noyau Linux pour Amiga. Il en résulte que les disques Scsi n'apparaissent pas ou que des erreurs de lecture écriture surviennent lors du boot de Linux. Afin de connaître chaque modèle homologué, nous avons placé sur le CD du mois un fichier Linux68k-faq. Par ailleurs, nous offrons également ce mois-ci la toute dernière version du noyau (la 2.0.33) qui, suivant les cas, pourra peut-être résoudre ce genre de problèmes. Pour changer de noyau, il suffit de copier le fichier vmlinux-2033 (dans le tiroir
Linux68k new-noyaux Amiga ) sur votre partition Amiga au même endroit que les autres et d'éditer le script que vous utilisez pour booter le système Linux. Remplacez-y alors le nom vmlinux-2029 par vmlinux-2033. Attention : ce nouveau noyau nécessite que votre Amiga soit équipé d'un Fpu !
Qui vivra Riviera.
Par ailleurs, certains se sont étonnés de ne pas disposer d'un clavier en français malgré ce que leur promettait notre procédure d'installation. C'est normal : la configuration du clavier en mode Azerty ne se met en place que sous l'environnement graphique X-window, et non sous le mode console initial.
Une des opérations que vous avez dû réaliser assez tôt est de créer de nouveaux comptes utilisateurs. Et, ce, grâce au script adduser que nous vous avions fourni. Il semble que celui-ci ne se comporte par tout à fait correctement si vous utilisez le kernel NoFpu (le fichier " etc group" qui définit les groupes d'utilisateurs est corrompu). En fait, de façon plus générale, de nombreux problèmes apparaissent lors de l'utilisation du kernel NoFpu alors qu'ils n'existent pas avec un kernel générique.
Window Ops Move Resize Rai se Lower (Un)PütOnTop (De)lconify (Un) Stick (Un)Ma ;imize Destroy CI n ç p
- -1- - -_ Refresh Screen Fenêtre ou ne pas être.
Pour adduser, nous ne pouvons que vous conseiller de remplacer le script précédent par notre nouvelle version (voir sur le CD-Rom).
X-window, le démarrage Nous avions, le mois dernier, pallié un manque de fichiers de configuration pour le gestionnaire de login en mode graphique xdm) par la création d'un fichier manquant (XSession). Après une recherche plus poussée, nous avons découvert que le susdit fichier, et d'autres mêmes, étaient bien présents dans la distribution de Xfree68, mais ne se trouvaient pas dans le répertoire où xdm les cherchait.
Nous vous suggérons de créer le lien symbolique suivant pour remédier à cela et offrir à xdm de nouvelles fonctions : cd usr lib ln -s usr XllR6 lib Xll Xll Il vous faudra également modifier à nouveau le fichier " etc inittab" si vous l'aviez fait le mois dernier, et donc enlever les arguments session etc XSession de la ligne de commande qui lance xdm. Vous disposez dès lors d'un login de sécurité (ou failsafe) qui s'utilise comme suit : lors d'un login sous X-window, validez votre mot de passe avec la touche FI et non la touche Entrée comme vous le faites habituellement. Le démarrage
d'une session X classique sera alors remplacé par un simple shell. Cette fonctionnalité est très pratique pour mettre au point différents fichiers de configuration et repérer d'éventuels problèmes.
Le principe de X-window La console texte est certes très pratique, mais ce n'est pas un environnement de travail digne de ce nom. C'est pourquoi on optera d'emblée pour l'environnement, graphique lui, X-window. Celui-ci a pour particularité de disposer d'un nombre quasiment illimité d'espaces de travail, dans lesquels plusieurs applications peuvent cohabiter librement (un peu comme si l'on avait plusieurs Workbench en même temps sur Amiga, chacun avec leurs applications). L'une de ces applications va avoir en charge la gestion et le look des éléments graphiques de X-window ; il s'agit du
Window manager (mot à mot, c'est un ges- tionnaire de fenêtres, mais il ne s'occupe pas que de cela). On choisit un Window manager pour diverses raisons : son look, ses possibilités de configuration, ses fonctions, sa charge de ressources... Le premier Window manager que l'on découvre, lorsque l'on vient d'installer Xfree68, c'est Twm. Relativement basique, on lui doit ces horribles fenêtres en noir et blanc, bordées de rose sur fond gris. Certes, c'est bien pauvre. Aussi, allons-nous aborder l'installation de quatre autres Window managers.
Bien plus puissants, ceux-ci donneront à notre interface graphique l'aspect de NextStep ou encore de Windows 95 Installer quatre Window managers Commençons par quelques manipulations préalables qui nous seront utiles pour la suite des événements. Tout d'abord, nous allons ajouter un chemin au path. Le path est la liste des répertoires pouvant contenir des programmes exécutables. Pour que cet ajout soit pris en compte par tous nos futurs comptes utilisateurs, nous allons modifier le fichier etc skel .profile. Repérez la ligne commençant par "PATH=" elle contient une liste de répertoires,
séparés par le caractère deux- points (:). Ajoutez-y un nouveau répertoire : usr local bin.
Ensuite, nous vous conseillons vivement de créer un nouveau compte utilisateur pour chaque Window manager que vous désirez installer. Cela nous permettra de travailler sur des fichiers de configuration différents à chaque fois, et de garder ainsi un exemple de profil pour chacun des Window managers.
Enregistrez-vous Foncez sur le site http: www.cs.kuleuven.ac.be ~geert Linux m68k Registration.html, pour vous faire recenser et ainsi faire grossir le nombre des utilisateurs Linux m68k de par le monde. A l'heure actuelle, les machines utilisant ce système se répartissent comme suit : Amiga (74,18 %), Atari (20,57 %), Macintosh (3,06 %), stations Vme (0,98 %), Sun 3 (0,66 %) et autres (0,55 %). De même, la France est pour l'instant le quatrième pays des utilisateurs de Linux m68k, derrière l'Allemagne, les Usa puis l'Angleterre. A noter qu'en additionnant tous les lecteurs potentiels de
Dream (suisses et belges), les francophones sont les troisièmes plus nombreux utilisateurs.
Nous avons également besoin d'installer deux nouvelles librairies. Elles seront utilisées par les Window managers. Leur installation est très simple : il suffit simplement de désarchiver les fichiers correspondant à la racine, comme ceci : cd |L.in»bip68Kl [Statisorsl lUserrl lSy«tam | llnt*m tl [RyCîItîUonJ Linux m68k registration Ify.'.u arc running Lxwa'tnf-Sk ar i yen wjoC ¦ becoœ a regmered user.
Basic information Use foSt-anç w£ nruti n u roao4atc y fet tttfOUÊHB
• Yoorrucne- I-
• Y t *x c o r*iy I-
• Yctc rrüeta pbtfonn
• Yotg CTTJ type JmC«C2Ô3
• Yvur ‘7PU ck k frcfjorucy l i Mhri tar zxf amiga linux libXpm-
4. 7.bin-ELF.tgz tar zxf amiga Iinux Xaw3d-
1. 1a.tgz Ychb t-jtal amoïc* of arable syitem RAM (i e rzcb,ing
iThp RAM Your îotid jbuow* A bai 4 àsk. Rptet ta MB) Dans les
manipulations suivantes, nous sup- poserons qu'une partition
au format Amiga, contenant les différentes archives du CD-
Rom, est montée sur " Amiga" et que les quatre comptes
utilisateurs suivants existent : fvwm2, fvwm95, afterstep et
mwm.
Fvwm2 Son installation est relativement simple : il suffit de désarchiver à la racine le fichier fvwm-
2. 0.43.tgz, puis de copier le fichier de configuration par
défaut dans le répertoire Home de l'utilisateur concerné. Il y
a juste une petite subtilité que l'on doit à la qualité
médiocre de la plupart des archives pour Linux68k : le fichier
de configuration en question ne porte pas le nom qu'il
devrait. Alors, il faut le renommer : cd tar zxf
amiga linux fvwm-
2. 0.43 tgz cd usr XllR6 lib Xll fvwm2 mv system.fvwmrc
System.fvwm2rc cp system.fvwm2rc ~fvwm2 fvwm2rc Ensuite,
éditez le fichier : " home fvwm2 .wm" et remplacez la ligne
existante par fvwm2. Vous pouvez maintenant tester ce
gestionnaire de fenêtres en vous logant avec le compte fvwm2.
Si, après quelques secondes, vous retournez à l'écran de
login, c'est que le système n'a pas pu démarrer correctement
la session X. Utilisez alors le login failsafe comme expliqué
plus Dream prof
• Comment s'initier aux commandes du Shell ?
Il suffit de relire la rubrique Vos débuts sous Linux (Dream No 43), puis toutes les rubriques Approfondir Shell parues dans Dream depuis le No 38.
• Comment fonctionne X-Window ?
Relire les rubriques Débuter sous X-Window, dans les Dream No 44 et 45
• Comment configurer Afterstep ?
Relire les rubriques Approfondir X-Window parues dans Dream depuis le No 46 haut, exécutez le fichier ".xsession" dans la fenêtre shell dont vous disposez et analysez les messages d'erreurs retournés.
Fvwm95 Fvwm95 est un dérivé de fvwm2. Sa subtilité est de disposer d'un look très proche de celui de Windows 95. Il s'installe rigoureusement de la même manière : il faut désarchiver le fichier fvwm95-2.0.41 e.tgz à la racine, copier le fichier de configuration par défaut dans le répertoire Home de l'utilisateur intéressé et modifier en conséquence le fichier ".wm" lui appartenant. Dans la pratique, voilà ce que cela donne : cd tar zxf amiga linux fvwm95-
2. 0.41e.tgz cd usr XHR6 lib Xll fvwm95-2 cp system.fvwm95rc2
~fvwm95 fvwm95rc2 Le fichier " home fvwm95 .wm" ne doit
contenir que l'unique ligne "fvwm95-2" Afterstep Inspiré par
le très populaire look du système NextStep, Afterstep est un
gestionnaire de fenêtres très agréable et généralement très
apprécié de la communauté Linux. Son installation est
complètement différente des deux premiers, tout en restant
aussi simple. Le fichier "afterstep.tgz" est à désarchiver
dans un répertoire temporaire, de votre choix. Il suffit
ensuite de remplacer le script Installme, plutôt bogué, par la
version fournie sur notre CD-Rom. Puis, exécutez-le, il va se
charger de copier l'ensemble des fichiers nécessaires aux
endroits voulus, tar zxf afterstep.tgz cd Afterstep-1.0pre2
cp amiga linux Installme Installme Après un premier
paragraphe d'introduction, appuyez sur la touche Entrée pour
démarrer l'installation. Le script vous demande alors si vous
utilisez une résolution en 8 bitplans
(256) couleurs. Répondez "Y" pour Yes dans tous les cas. Ensuite,
il vous demande une liste de logins pour lesquels il
installera les fichiers de configurations nécessaires. Ne
répondez rien, et tapez simplement la touche Entrée.
L'installation effective débutera alors.
Des modes Aga inconnus et surpuissants !
Xfree68, le serveur X de notre Linux, est capable de prouesses techniques que le Workbench de iAmigaOs n'imagine même pas ! Grâce au chipset Aga, et sans carte graphique, vous pourrez obtenir une résolution extrême de 1024x768 pixels en 256 couleurs, sous réserve que vous ayez un moniteur Multisyncro. Tout le secret est de trouver les bons réglages pour le fichier " etc XF86Config" Reprenez le fichier qui était fourni avec notre guide d'installation du numéro 45, et modifiez la section "Screen" comme suit : Section "Screen" Driver "fbdev" Device "Linux m68k Frame Buffer Device" Monitor
"AmigaMonitor" SubSection "Display" Unused!
Depth 8 Modes "1024x768" ViewPort 0 0 Virtual 1024 768 EndSubSection EndSection Vérifiez également que le mode "1024x768" est correctement défini plus haut, dans la section "Monitor" : ModeLine "1024x768" 28.376 1024 1196 1212 1288 768 772 774 804 Interlace -HSync -t-VSync -CSync Première remarque : n'oubliez pas d'exécuter le programme VgaOnly sous AmigaOs avant de booter Linux, pour pouvoir profiter pleinement des modes Vga ou assimilés. Ensuite, lorsque vous changez le paramètre "Modes" de la section "Screen" du fichier " etc XF68Config" pensez également à faire correspondre les valeurs du
paramètre "Virtual" : ces deux valeurs représentent la hauteur et la largeur (en pixels) de l'écran. Si vous n'avez pas de moniteur Multisyncro, nous vous conseillons de laisser le mode "default" Quand le script sera arrivé à terme, il faudra procéder comme plus haut : c'est-à-dire copier le fichier de configuration par défaut dans le répertoire de l'utilisateur concerné et préciser, dans le fichier ".wm" qu'il utilisera Afterstep comme Window manager. Voilà comment cela se passe dans la pratique : cd usr XHR6 lib Xll afterstep cp System.steprc -afterstep .ste- prc Mwm Mwm, pour Motif window
manager, repose originellement sur Motif. Motif est un ensemble de librairies graphiques commerciales que Sun à développé pour tous les modèles de systèmes Unix. Notre mwm, à nous, s'appuie sur Lesstif, clone gratuit de Motif. Là aussi, la procédure d'installation est un peu particulière.
La première étape consiste à désarchiver le fichier Lesstif-0.76.tgz dans un répertoire temporaire. Mais comme il n'y a pas ici de script d'installation, nous devrons nous- mêmes copier les fichiers nécessaires aux endroits adéquats. Voilà comment il faut faire : tar zxf lesstif-0.76 tgz cd lesstif-0.76 libXm cp libXm.so.O 76 usr XHR6 lib cd libMrm cp libMrm.so.0.76 usr XllR6 lib cd include cp -r * usr XllR6 include cd usr XHR6 lib ln -s libXm.so.O 76 libXm.so.O ln -s libXm.so.O 76 libXm.so ln -s libMrm.so.0.76 libMr.so.O ln -s libMrm.so.O 76 libMr.so cp
usr XllR6 lib Xll mwm sys- tem.mwmrc -mwm .mwmrc A ce stade-là, nous ne pouvons pas vous inviter à parcourir les fichiers de configuration de chacun de ces gestionnaires de fenêtres.
Testez différentes valeurs en sachant que les fichiers d'origine se trouvent toujours dans le répertoire " usr X11 R6 lib X11 " Et à vous seuls de choisir celui qui vous plaît ou vous convient le mieux.
Vincent Oneto Plusieurs fois primé par le marché, le lecteur Syjet de Syquest fonctionne avec des cartouches de 1,5 Co.
Concurrent direct du jaz de Iomega, le lecteur Syjet est la solution proposée par Syquest pour répondre aux besoins de disques durs amovibles. De fait, un disque Syjet est une cartouche 3,5 pouces de 1,5 Go avec des taux de transfert pouvant atteindre les 7 Mo par seconde. Il existe en trois versions : Scsi, ide et parallèle. Comme pour les lecteurs de Iomega, seules les deux premières sont utilisables sur un Amiga.
Surtout pas HdToolBox !
D'emblée, on serait tenté de procéder avec un Syjet comme on le ferait avec un jaz, à savoir utiliser HdToolBox pour préparer le disque avant de le formater. Grave erreur ! En effet, les lecteurs de Syquest ont ceci de commun avec ceux de Nomaï qu'ils utilisent une vitesse de rotation variable. Un concept technologique connu sous le nom de Lba. Hérité des premiers lecteurs de disquette sur Macintosh, le Lba consiste à écrire plus ou moins de secteurs par piste, suivant que la tête de lecture se trouve sur la périphérie ou à l'intérieur du disque. Mieux répartis sur la surface magnétique, les
secteurs sont ainsi moins soumis aux erreurs de lecteur. Le problème est qu'HdToolBox ne connaît pas le Lba et se trompe complètement sur les attributs de la cartouche.
Les astuces de l'Amiga La solution consiste donc à passer par l'intermédiaire d'une Mountiist, dans laquelle on entre manuellement les caractéristiques du disque. Seulement voilà, comment faire comprendre à Vamiga que le nombre de secteurs par piste varie, puisqu'une Mountiist ne reconnaît qu'une seule valeur pour le paramètre "BlocksPerTrack" ? En réalité, c'est un faux problème. Eh oui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, Vamiga se fiche pas mal de savoir à quelle piste ou quelle face il accède. La seule chose qu'il prend en considération, c'est le numéro du secteur en cours.
Lors d'une lecture ou d'une écriture, Vamiga transmet le numéro du secteur voulu au lecteur Syjet, lequel se charge tout seul de placer la tète magnétique au bon endroit. Mais alors, pourquoi devoir entrer le nombre de pistes et le nombre de secteurs par piste dans une Mountiist, si cela ne sert à rien ?
C'est juste une raison de commodité : l'ordinateur est ainsi à même de déduire grosso modo où se trouve la tête de lecture pour une éventuelle application graphique, telle la jauge de formatage du Workbench, par exemple. Par ailleurs, multiplier le nombre total de pistes par le nombre de secteurs par piste est e seul moyen pour Vamiga de connaître le nombre total de secteurs. Du moment que le résultat de cette multiplication est juste, on se fiche pas mal que le nombre de pistes et de secteurs soit faux.
La bonne Mountiist Comment connecter un lecteur Syjet sur un Amiga ?
Voici la Mountiist à taper pour reconnaître un lecteur Syjet. Nous l'avons enregistré dans le tiroir Devs Dosdrivers sous le nom Syj, mais vous êtes libre de l'appeler comme bon vous semble.
N'oubliez pas d'adapter les deux premières lignes à votre matériel.
Device = cybscsi.device Unit = 4 Flags = 0 Surfaces = 1 BlocksPerTrack = 221 SectorSize =512 Mask = Oxffffffff MaxTransfer = Oxffffff Reserved = 2 Interleave = 0 LowCyl = 0 HighCyl = 13256 Buffers =50 BufMemType = 0 StackSize =600 Priority =10 GlobVec =-1 DosType = 0x444f5301 Utilisation Une fois la Mountiist créée et placée dans le tiroir Devs Dosdrivers , le Syjet s'utilise comme un lecteur de disquette : l'icône du disque apparaît à chaque insertion d'une cartouche et disparaît à chaque éjection.
Le formatage se fait en passant par le menu habituel qui reconnaît automatiquement les 1,5 Go. Il est même possible de lire et d'écrire des cartouches à différents formats (Pc, Mac, etc.) si l'on crée plusieurs variantes de la Mountiist (il faut rajouter le bon handler, L:CrossDos-handler ou encore L:CrossMac-handler) et que l'on utilise la commande Mfsmount.
Attention cependant, une cartouche amovible ne s'éjecte pas comme une disquette normale ou Zip ; une fois que l'on a appuyé sur le bouton, il faut toujours attendre quelques brèves secondes pour laisser le temps au lecteur de ranger ses têtes. Enfin, même si les cartouches Syjet ont la même apparence que les cartouches jaz, ne vous trompez pas en les achetant : les deux modèles sont totalement incompatibles !
Docteur Dream Dream@posse-press.com Remerciements à l'agence Com'vitamines r En pratique k r Système Installation d'Os 2 Warp 4.0 L'une des raisons de l'insuccès d'0s 2 auprès du grand public fut pendant longtemps liée aux difficultés suscitées par son installation... blée par Warp. Le CD s'utilise avec un navigateur Web ce qui permet de l'exploiter à partir de n'importe quelle plateforme et d'accéder à la bibliothèque de pilotes Os 2 sur Internet, si une version proposée sur le CD est un peu dépassée.
Disquettes et drivers Trois disquettes de boot sont nécessaires pour l'installation d'0s 2. Elles sont fournies dans la boîte. Le cas échéant, il est possible de les régénérer en lançant cdinst.bat sous Dos, à partir du CD-Rom.
La disquette la plus épineuse reste la seconde. Elle contient en effet tous les l itnüqiM.dioii 1)11 y twn»* ( uxlr ) SI tes sütecllons effectuées sont correctes, cliquez su Suivant. Pour modifier une sélection, cliquez sur Imcfino correspondante.
w Wi.-- - -Ùv Support matériel supplémentaire : Gestion avancée de ('alimentation : é.9 Support non Installé Support de ta carte PCMCIA Support non installé Configuration Dock II ifiÊS Support non Inxtailé ! à S Compartiment UttraBag
• wvx Support non installé Support optique SCSI II : :SÜS Support
non installé vWc-.
; ~~ | Support unité do disquette externe ¦ 23 Support non Installé S Support infrarouge Support non Installé ¦ m m i_AWeJ Suivant | Précédent Elisez votre support.
Saires pour une plate-forme de développement. On réservera au moins 300 Mo sur son disque pour l'installation.
Dans la boîte La boîte de Warp 4.0 contient 4 CD : le système, un CD de pilotes (Device drivers pak) très utile, un client Lotus notes 4.1 et un CD rempli d'applications en version démo. Le Device drivers pak sera nécessaire si le matériel n'est pas reconnu d'em- Pays France secondaire _ Imprimante (HP LaserJet 5L ...... Si la version 4.0 apporte beaucoup d'améliorations dans ce domaine, il reste cependant quelques petits écueils qu'il vaut mieux connaître pour ne pas rater son installation. Cet article décrit précisément les différentes étapes du processus et fait le point sur les astuces
non documentées nécessaires.
La configuration On prendra soin de choisir un matériel de bonne qualité et le plus "standard" possible pour installer Warp. Une carte mère Asus fera parfaitement l'affaire. Le processeur peut-être indifféremment un Intel, un Cyrix ou un Amd. Si l'on souhaite utiliser des fonctions telles que Voice type, il faut opter au minimum pour une fréquence de 133 Mhz. Dans le cas contraire, on peut descendre jusqu'au 486 dx33. En ce qui concerne la mémoire, 16 Mo sont vraiment un minimum, 32 Mo parfaits pour une utilisation normale et 64 Mo néces- Si les options matérielles sélectées sont
correctes, cliquez sur Suivant Pour modifier un choix, cliquez sur l'icône correspondante.
Nat i onal -----1 - - i Souris Périphérique de pointage série Support des périphériques série Support installé Périphériques installés
- :v w;.-v- Français (189) Configuration du système principal
Système Suivant N Support de l'unite CD-ROM Jjg |Aucun(e) Pour
faire de la configuration intelligente.
Support multimédia (Sound Blaster AWE PnP I W : ;__ Device drivers pak est d'une aide précieuse.
Pilotes pour CD-Rom ainsi que le fichier config.sys destiné à charger ces pilotes.
Si, par malchance, le CD-Rom n'est pas reconnu d'emblée par Os 2 au lancement, il faudra bidouiller cette disquette pour y installer les pilotes correspondants véritablement à votre matériel.
Evidemment, on trouvera ces pilotes sur le CD "Device drivers pak" ou sur sa version Internet.
Le ou les pilotes se présentent sous la forme de fichier .add (Advanced device driver) qu'il faudra copier sur cette seconde disquette avant de l'ajouter au config.sys dans une ligne basedev= driver .add. En cas de manque de place sur la disquette, il ne faut pas hésiter à retirer un pilote inutile du config.sys. Toutes ces manipulations peuvent se faire sans problème sous Dos. Avec Edit, par exemple.
Signalons également que Warp ne supporte pas nativement les disques Ide d'une taille supérieure à 4 Go. Pour cela, il faut télécharger et installer un pilote spécial, que l'on trouvera à l'adresse http: service.software.ibm.com os2ddpa k html os_2comp installa greatert index.
Htm Bootmanager, multiboot, Hpfs et compagnie Une fois le CD-Rom reconnu, on atteint la première partie de l'installation en mode texte. Le programme donne le choix entre l'installation de base ou l'installation personnalisée. Pour éviter toute surprise, ». 1 4,11 M4 __ 5m»»' OC* mm ta t IIJMM4... « M t (t.lt Mil___ ¦**- OC.«l nai *i i in » MX----- r : i «m I* («m m NfH 4m IMUm à *MU ’mMm lirai i M----- V. Fonctions TCP IP
* ¦ Fonctions de transport multiprotocole Précédent 1
Instellaign j i Aide Pat .en cours Version en cours Version en
cours Non installée Non installée NoninstaBée Non installée au
menu du gestionnaire d'amorçage (le fameux bootmanager).
Une fois le disque partitionné, il reste à choisir le système de fichier, Hpfs ou Fat.
Sauf besoins spécifiques, on choisira pour des partitions supérieures à 100 Mo l'Hpfs car plus performant, moins gourmand en place disque et plus stable que la Fat. Une fois le système de fichier choisi, l'installation texte se passe sans problème. Si l'on a utilisé des pilotes spécifiques, il convient de ne pas oublier de sortir du programme par F3 et de copier les pilotes sur le disque à la main (la commande copy fera l'affaire), avant de relancer la machine. Le fichier config.sys peut être modifié par l'éditeur tedit.exe. Deuxième partie : L'installation graphique Après redémarrage, le
système se lance en mode graphique sur un bureau temporaire avec le programme d'installation. Le premier écran permet de choisir, entre autres, carte graphique, carte son et imprimante. Le panneau qui suit est du Les menus de Fdisk sont très copieux.
L'installation se montre plus accessible.
Cela peut poser des problèmes à terme.
Deuxième possibilité : installer Warp sur une partition à part. Si on refuse d'installer Os 2 sur la partition principale existante du premier disque, le programme d'installation lancera l'utilitaire fdisk qui permettra de désigner une autre partition existante ou de créer une partition pour Os 2. Fdisk permettra également d'installer un bootmanager. Il s'agit d'une partition spéciale qui permettra de choisir lors du démarrage le système à lancer.
Nous n'entrerons pas ici dans les détails de Fdisk ; disons simplement que les menus permettent de créer une partition, de la déclarer "installable" et de l'ajouter on choisira l'installation personnalisée.
L'option suivante concerne l'emplacement du système. Plusieurs choix sont possibles. Première possibilité : installer Warp sur une partition Fat (mais pas Fat32) existante pour cohabiter avec un Dos ou un Windows 95 déjà installé. Dans ce cas, on passera d'un système à l'autre grâce à Multiboot. Il s'agit d'un utilitaire permettant de changer l'Os lancé lors du prochain boot. En cas de cohabitation avec Windows 95, rappelons que Warp ne gère pas les noms de fichier longs sous Fat de la même manière que Windows.
Coii%urj1ioJj et installation d*ti 2 Warp Saectez les fondions à installer : A j J Fonctions Poste è Poste Précédent | Suivant | Aide U Fonctions TCP IP D LAN Distance ! J Fonctions dfent de gestion de systèmes ? Citent NetWare ? Mobile Flte Sync même tonneau en un peu plus orienté portable. Le troisième panneau permet de choisir les composantes logicielles à installer. Nous ne passerons pas en revue ici toutes ces composantes, ce serait trop fastidieux. Signalons tout de même que le standard Opendoc n'existe plus et que le Java 1.0 est inexploitable (le 1.02 s'installe avec Netscape et
le Jdk 1.1.1 sur le CD Dream d'octobre est très performant). La phase suivante constitue l'installation réseau. Là encore nous n'entrerons pas dans les détails, le réseau sous Os 2 fera l'objet d'un prochain article. Si l'on veut pouvoir naviguer sur Internet, il suffit d'installer la couche Tcp lp sans carte réseau. Une fois tous ces choix effectués, il ne reste plus qu'à laisser faire la machine. Elle va prendre la demi-heure nécessaire pour installer tout le système sans intervention humaine.
Quand ça coince... En cas de problème, pas de panique. Si l'on est bloqué au milieu de l'installation sans que plus rien ne bouge, le mieux est de relancer la machine. L'installation doit alors se relancer sans trop de problèmes.
Rappelons qu'il est toujours possible au démarrage d'Os 2 de passer par le menu de boot en appuyant sur Alt-FI lorsque le petit carré blanc suivit du texte "Os 2" apparaît en haut de l'écran. Ce menu permet de récupérer une configuration précédente, de demander un invite système sans lancer le Shell graphique ou de réinitialiser l'affichage en Vga.
En cas de grosse galère (soyons francs : ça arrive de temps à autre), il ne faut pas hésiter à venir consulter les newsgroups sur Internet (fr.comp.os.os2, par exemple) ou le Team qui se fera un plaisir de tenter un dépannage... Bonne installation !
Antoine Sabot-Durand OS 2 W«p & • Fonctions de partage de fichiers et d'frn rimarntes ¦¦ Cart ej de réseau pour le? Fonctions de partage de fichierî et d'rmprimâriteî Unité d’installation: [5 ID utilisateur et mot de pasîe [j Serveur DHCP disponible sur ie réseau local . J Gc-rv jnr i.':Di S tM pofdôk- sur fer » kmu ta :4 Adresse TCP IP
192. 168.0.2 Masque de sous-réseau
255. 255.255.0 Routeur
192. 168.0.3 Nom du système hôte ARCHE Nom du domaine TCP IP
(abside, corn Serveur de noms
1194. 51.79.8 ? Fonctions TCP IP Le Monde selon Warp.
Configuration Comment moduler et contrôler l'espace mémoire sous RiscOs ?
Voici un des derniers articles concernant la maintenance et la configuration de RiscOs. Le sujet de ce mois-ci est la gestion de la mémoire sous RiscOs.
Il faut rappeler que RiscOs n'utilise que peu de mémoire pour fonctionner puisqu'il est présent en Rom. De même, sa modularité permet aux diverses applications de partager facilement leurs ressources. Le processeur Arm fournit un code extrêmement compact. Bref, l'utilisation mémoire des différents modules est très faible, et il en va de même pour les applications. La gestion de la mémoire a longtemps été la point faible de RiscOs, puisque celui-ci ne disposait pas de gestion de la mémoire dynamique. Ce vide est comblé depuis RiscOs 3.5. La mémoire est gérée de plusieurs façons, et il
est souvent possible de changer la taille de la mémoire allouée à une application pendant son fonctionnement.
Vent être maniées alors que les vertes sont fixes. La deuxième méthode passe par l'utilisation de commandes spécifiques dont
* ChangeDynAMIGArea - type taille k.
Par exemple ChangeDynAMIGArea FontSize 1020 k, attribue 1020 k à la gestion des fontes. La troisième méthode, la plus efficace, consiste à utiliser la commande ‘Configure commande taille k qui permet de fixer la taille allouée à un bloc particulier de façon permanente.
Principes généraux La modification de la taille d'un bloc mémoire peut se faire de diverses façons.
On peut utiliser la souris dans la fenêtre système "Tasks" pour changer directement la taille d'un bloc. Les barres rouges peuL'application Iconfigure permet de gérer la configuration de la mémoire en utilisant les deux dernières méthodes. Les exemples qui suivent dans cet article utilisent souvent la troisième méthode, quoique l'une des deux autres aurait pu donner des résultats équivalents.
La mémoire écran La mémoire écran est maintenant allouée automatiquement en fonction des besoins.
La mémoire vidéo est mélangée avec la mémoire principale et peut être utilisée par le système si elle n'est que partiellement utilisée. Il est possible de changer la taille du bloc mémoire alloué par défaut, ce qui est pratique pour certains vieux jeux. Il suffit de rentrer la commande ‘Configure ScreenSize taille k pour changer cette valeur.
L'espace de travail du système L'espace réservé au curseur système et aux sons (soit l'espace de travail du système) est alloué automatiquement par le système et il n'est pas possible d'agir sur sa taille.
L'allocation de la pile système est également automatique et peut être contrôlée par une commande du Cli. Il s'agit de la commande ‘Configure SystemSize taille k.
Les modules Le bloc réservé aux modules est important et souvent créateur de problèmes.
Effectivement, avant l'apparition des zones de mémoire dynamique, les programmeurs utilisaient cette zone, appelée la rma, pour allouer et désallouer des blocs de mémoire.
A la base la rma accueille les modules qui sont chargés en mémoire. C'est par ce système que RiscOs peut être augmenté ou complété. La modularité du système passe par les modules et donc par la rma. Le pro- T*t» PmKmhI Nm Jtvv Mk 3WRK HUM* e EiVt ADFS FiWi COFS Pik: fttv Ufbi Mimÿ.1 VpntKi RAMES hk» fVo: fat M-Ouk ZttR E33 UpeM hkl LV«k m Sorcn iban-xy Cor Î6MK
- CK SyMcm kNpMni KvfeK msm Rtil S ocra *|Kifcv» RAM üiu
ApftwIMUllMlll 16X*4K MK a Sv*K ai « Ktkqvtx ?:k (,75* i
tt'icup sprw puci
* K i r
t. ________r_ _) ... Avec un RamDisk de 16 Mo blême est que la
rma est sujette à la fragmentation et que l'espace ainsi
perdu n'est pas toujours récupérable. Ainsi, la taille de la
rma a souvent tendance à augmenter pendant une session de
travail.
Heureusement il existe des utilitaires pour limiter ou supprimer la fragmentation dans la rma. Sa taille est contrôlée automatiquement, mais peut prendre une taille minimale fixe, via la commande ‘Configure RMASize taille k. Cette zone peut être partiellement défragmentée par la commande *RMTidy.
Les polices La zone allouée au traitement des fontes peut-être contrôlée librement par l'utilisateur. Il suffit d'utiliser l'application Iconfigure intégrée ou la ligne de commande via les commandes ‘Configure FontMax taille k et ‘Configure FontSize taille k. Pour une utilisation optimale du système on peut réserver environ 256 k aux fontes.
Les sprites Un bloc mémoire peut-être réservé aux sprites. En fait il s'agit d'une ancienne méthode de gestion des sprites. Les- applications ne l'utilisent plus maintenant.
Cependant, il peut arriver que certains RRM BBC BRSXC V version 1.16 C Rcorn 1989 Startino uith 6S1M6 butes fror HELP Help cin dot •HELP .• or “HELP R* to print thr nanes of kruuords:
• HELP PRINT1 for h*Ip on anv p*rtlcular kr*j« rd and •HELP CT
for ai RRH BBC BRSXC V asscnbled on l«t Rpri1 1996.
The protran strr is 2 butes» the variables use 8 butes. There are t of ne no r y rciuinins.
HELP .
RHO BBS RCS RDURL RSC RSN RTH RI m$ ° Sfr PT mou* É8bL ÿ ïWLt lpyacM ïmloc m? Eis»«île mu* I |Wel°PE Erh ErgR «f èei* Ce i ëosue 6Col himem help impui ii fe* mit »?!« m'* Eir"LL tir ÉF LVRR KXP* HÜDE Hop «QUE MOUSl RL-X1 Ni MOT OtO ON OFF OF QRIGÏN OR 01 OPEHOUT OPCNUP SflfêÇ™*E OUERLRV PRINT g«OE HfhT RtNOMBFR §18* trScc UPOS REPFRT REPORT RE«0 RFM RIIN RRO RESTORF RI RHO KtÇTRNCLE RENUMBER STEP SflÜE SGN SIN SI 185 ?§? Hffto«D lift UOU1 kl UPOSC 5§¥ÉeS 5S2? «SCe mlL üi MlOTH JHELP l Hfsenblv lân9UA9 is cont Jinrd in 13 and assfnbled Ai P ,. I AhoU follnw Iuîf cônd 3 expr llPn
-toi?B?COUBi o£wi Cfîll Wl DCPI E QUOI ECUS expr JORr cond l rp9 . label HDKI. cond 1 r p ) . label à7oauwïftnii«OT«tfiitté«kiavwttW5ia2WT« 8rr M and reo “R8 to 13 or PC or expr Le Basic intégré.
Vieux jeux aient besoin d'une telle zone.
On peut allouer une zone mémoire avec la commande ‘Configure SpriteSize taille k Le RamDisc Un RamDisc est défini par la commande ‘Configure RamFsSize tai11e k. Cette méthode limite la taille du RamDisc à 508 Ko, alors que l'utilisation de la commande ChangeDynAMIGArea -RamFsSize permet d'atteindre les 16 Mo. On peut changer la taille du RamDisc aussi longtemps que celui-ci est vide.
La mémoire dynamique est d'un usage aisé. Une seule fonction permet d'allouer, de désallouer ou de modifier la taille d'un bloc. Pour l'utilisateur, tout est transparent.
Il ne peut de toute façon pas intervenir sur les zones dynamiques. Il est possible, pour le programmeur, de se servir des zones dynamiques pour demander et utiliser des blocs de n'importe quelle taille. Il peut arriver que, si l'application est mal écrite, un bloc de mémoire dynamique ne soit pas libéré. C'est pourquoi il existe un utilitaire pour désallouer manuellement les blocs.
Les applications La taille allouée à une application est définie par défaut grâce à la commande Wimpslot -next taille k. Cette valeur est souvent contournée par la commande WimpSIot -min taille k max taille k qui se trouve dans le fichier de démarrage de la plupart des applications. Ceci permet d'éviter d'allouer 640 K à une application qui peut se contenter de moins, ou qui nécessite plus de mémoire. La taille maximum pour une application est de 28640 K. La valeur par défaut est importante, car de nombreux programmes ne définissent pas la taille mémoire qu'ils souhaitent
utiliser... C'est le cas des programmes en Bbc Basic pur.
Les Disques Le nombre de buffers réservés à l'utilisation des disques et à la gestion des dossiers peut être altéré par les commandes ‘Configure Adfsbuffers ta i 11 e k et ‘Configure AdfsdirCache taiIle k. On peut choisir une valeur par défaut, qui est fonction de la taille de la mémoire, à l'aide des commandes ‘Configure Adfsbuffers 1 et ‘Configure AdfsdirCache 0. Il faut noter que les caches peuvent poser problème avec des partitions de plus de 2 Go. Il faudra alors fixer la valeur Adfsbuffers à 0.
Et la mémoire virtuelle ?
La mémoire virtuelle n'est pas gérée par RiscOs, ce qui n'est pas important, vu le peu de mémoire consommée par le système et les applications. Saturer 10 Mo de Ram est très difficile... A partir de 20 Mo c'est mission impossible ! Les applications gourmandes en mémoire, tels les logiciels de traitement d'image, utilisent leur propre système de gestion de mémoire virtuelle.
De plus Ivirtualise est un logiciel qui permet d'utiliser la mémoire virtuelle pour les zones de mémoire dynamiques. Ce sont les zones les plus faciles à manipuler pour ce type d'exercice. RiscOs ne propose pas de système de gestion de la mémoire virtuelle, mais il n'interdit pas son utilisation. Bref, c'est de la mémoire virtuelle à la demande.
La plupart des utilisateurs sont heureux de ne pas voir leur disque dur se mettre à mouliner lors de l'utilisation d'un simple traitement de texte.
De quoi s'amuser !
La gestion de la mémoire s'est profondément améliorée depuis RiscOs 3.xx. L'utilisation de plusieurs modes permet d'affiner et de cibler l'occupation mémoire totale. Cette solution permet d'économiser au maximum les ressources.
David Feugey É9 A A ière partie Awk est l'inséparable compagnon de Sed. Bien que théoriquement concurrents, Sed et Awk sont finalement complémentaires. Démonstration.
Différences entre Sed et Awk Le but de ces deux utilitaires est le même ; Awk reste tout de même bien plus puissant. Sed présente comme avantage d'être rapide mais il offre à l'utilisateur des possibilités somme toutes limitées au remplacement. Enfin, Sed ne dispose pas de structures de contrôle aussi évoluées que Awk. Un des principaux intérêts du langage Awk réside dans sa syntaxe, très proche du C (ce qui n'est pas étonnant lorsqu'on sait que le principal concepteur du langage C fut Brian W. Kernighan).
La première version d'Awk naît en 1977 de la collaboration de trois programmeurs à la recherche d'un remplaçant pour le tandem Sed Grep.
Beaucoup plus souple d'emploi, Awk remporte alors un grand succès.
Principe de fonctionnement A l'instar de Sed, Awk est un filtre qui traite des lignes par l'entrée standard et les ressort après avoir appliqué des modifications. Toujours de manière similaire à Sed, il ne modifie donc pas le fichier d'entrée.
Awk subdivise les lignes en champs.
Ceux-ci sont généralement séparés par des espaces ou des tabulations, mais rien n'empêche de spécifier un autre caractère comme séparateur. Par exemple : CPU Freq specfp Alpha 667 66 Pentium 200 3,9 le fichier précédent (Processeurs) à été fourni à Awk qui l'a séparé en colonnes.
Ainsi, pour la première ligne, le premier champ contient "CPU" et le second "Freq" et ainsi de suite.
Syntaxe Les instructions indiquant les modifications à apporter aux lignes peuvent être indiquées directement sur la ligne de commande ou via un fichier : Alpha 667 66 Pentium 200 3,9 $ awk ' print Processeurs CPU Freq Alpha 667 Pentium 200 $ ?
Awk Instructions FichierDonnées awk -f Fichierlnstructions FichierDonnées Comme peuvent le constater les rescapés du mois dernier, la syntaxe de Awk est semblable à celle de Sed. Remarquez les apostrophes, les instructions Awk pouvant contenir des espaces.
Structure d'un programme Awk Chaque programme Awk se compose de critères et des actions correspondantes (Critère action}). Un critère définit les lignes pour lesquelles l'action est à entamer. Les critères correspondent grossièrement aux adresses de Sed. Une action est un ensemble d'instructions de modifications et ou de calculs. Un programme Awk peut combiner plusieurs ensembles critère action. La seule contrainte est alors que l'accolade ouverte de l'action soit placée dans la même ligne que le critère. Une action simple peut être représentée comme suit : print} Ainsi, l'ensemble
de la ligne de saisie est envoyé par le canal de sortie standard. Il est aussi possible de déterminer des textes fixes tenant lieu d'actions. Ils seront alors placés entre guillemets. De la même manière, cette commande print pourra envoyer à l'écran un texte prédéfini : print "Hello World" } Une action peut se composer de plusieurs instructions. Celles-ci sont alors placées sur plusieurs lignes ou séparées par des points virgule. Dans l'exemple précédent, aucun critère n'a été défini, l'exécution de la commande se fait pour chaque ligne.
Accès aux champs Dans les critères et dans les actions, il est possible d'accéder aux contenus des champs par l'emploi des variables $ 1, $ 2, etc. Pour accéder à l'ensemble de la ligne on utilise $ 0. Dans chaque ligne, le nombre de champs peut être modifié. Le nombre des variables valides est alors modifié en conséquence. Voici en exemple un programme Awk qui ne fait que renvoyer les deux premières colonnes du texte fournies en entrée (cf. Figure 1) : print $ 1, $ 2} Modèles L'utilitaire Awk a une multitude de possibilités permettant de former des modèles de sélection de ligne. En simplifiant,
il est possible de distinguer les formes suivantes : critère vide, critère fixe, comparaison et critère de recherche. Le critère vide est en fait l'absence de critère, l'action s'applique alors à toutes les lignes.
Les critères fixes sont soit Begin soit End.
Les actions liées à ces critères sont exécutées avant la lecture de la première ligne et ou après la lecture de la dernière ligne du fichier. Ils permettent par exemple au programmeur de définir un calcul final de somme. Un critère peut aussi contenir une comparaison. Voici les opérateurs disponibles : , supérieur à, inférieur à =, - supérieur ou égal, inférieur ou égal == égal à != différent de Il arrive souvent que ces comparaisons consistent à mettre en regard des contenus de champs avec des valeurs fixes.
Ainsi sera-t-il possible d'afficher les processeurs dont la fréquence maximale dépasse 300 Mhz. Dans ce cas, le programme Awk ressemblera à ceci : awk $ 2 300 print $ 1 } Processeurs Si un texte est comparé à une valeur numérique, Awk essaiera de convertir ce texte en nombre. Dans notre cas, le résultat sera de 0. C'est pourquoi la première ligne n'apparaît pas à l'écran (cf.
Figure 2). Dans le cas de la comparaison d'un champ avec un texte fixe, celui-ci devra être placé entre guillemets.
Parallèlement aux variables de champ, il est également possible de faire intervenir des variables systèmes dans des comparaisons.
Il s'agit de variables du programme utilitaire Awk et non pas des variables du shell. L'une des plus importantes, est Nr (Number of records) qui contient le nombre de lignes. Dans la première ligne, cette variable vaut 1, etc. Pour ne lancer une action qu'à partir de la deuxième ligne, le critère est Nr 1 De la même manière pour chaque ligne la variable Nf (number of fields) contient le nombre de champs de la ligne. Il est à noter également que toutes ces comparaisons peuvent être liées entre elles par des opérateurs logiques. Ces opérateurs sont les suivants : && ET logique OU logique !
Négation Donc, pour ne sélectionner que les lignes qui ne contiennent ni 2 ni 3 champs, le critère devient : !(NF ==2 || NF == 3) _ Dream prof
• Que veut dire Awk ?
I wk tire son nom e es initiales e e ses concepteurs : Alfred V. A io, Peter J. Weinberger, Brian V.
Kernighan.
Toujours au sein d'une comparaison, il est aussi possible d'exécuter des calculs.
Pour ce faire, on dispose des opérateurs arithmétiques traditionnels, à savoir : +, -, * %(modulo) * Pour afficher les processeurs dont le rapport specfp fréquence est supérieur à une certaine valeur X, il suffit d'utiliser le critère suivant : ($ 3 $ 2 ) X print} Critères de recherche Pour utiliser des critères de recherche dans les modèles de Awk, il suffit de les placer entre des backslash ( ). Ces critères sont des expressions régulières comme celles utilisées dans Sed ou dans Egrep. Pour pouvoir traiter également des champs individuels avec des expression régulières, il existe
les opérateurs ~ et ! ~.
A gauche de ces opérateurs sont placés le texte ou la variable à comparer au critère. Le critère est écrit entre des backs- lashs, à la droite de l'opérateur. - retourne un résultat positif si le texte correspond au critère, tandis que !~ renvoie une réponse positive si le texte ne correspond pas. En cas de réponse positive, l'action est entreprise. Enfin, Awk permet également la sélection d'une plage de lignes par des critères. Il suffira de séparer le critère définissant le début de la plage et celui définissant la fin de la plage par une apostrophe. Le mois prochain, nous
étudierons le langage de Awk plus profondément, et en particulier les structures de contrôle.
Les versions d'Awk Il existe en fait plusieurs versions d'Awk : nawk reposant sur les dernières spécifications du langage (1988) .
MAwk, conforme à la spécification Posix
1003. 2 Gnu Awk ou gAwk, la version du GNU project, qui apporte
son lot d'améliorations.
Guillaume Girard ggirard@club-internet.fr mÊÈÊÊSÊÊm $ cat Processeurs CPU Freq specfp Alpha 667 66 Pentium 200 3,9 $ awk '$ 2 300 print $ 1}' Processeurs A lpha $ u X Window Nous avons vu le mois dernier comment ajouter des dégradés dans les barres de titre et les menus d'Afterstep. Pour donner à notre environnement un look nettement plus impressionnant, nous allons cette fois-ci utiliser des motifs en couleurs.
Configurer Afterstep : les bitmaps et les pixmaps 3e partie Après les couleurs et les polices de caractèresy nous allons nous intéresser à un dernier type de ressource X-Window les bitmaps et les pixmaps.
Les bitmaps X-Window gère par défaut un unique type de fichier image : le format X bitmap. Ces fichiers sont reconnaissables à leur extension xbm. Le format des fichiers est on ne peut plus simple ; en voici un exemple : define exemple_width 8 define exemple_height 4 static unsigned char exemple_bits[] = 0x00, 0x06, 0x06, 0x00}; Le fichier se nomme exemple.xbm et ressemble à s'y méprendre à un source en langage C. La définition du bitmap est un tableau de caractères (octets) nommé exemple_bits les constantes de préprocesseur exemplewidth et exemple_height donnent la taille du
bitmap. Ici, le bitmap a une taille de 8 pixels sur 4. Pour comprendre la définition de l'image, écrivons les octets du tableau en binaire : 0x00 = 00000000 0x06 = 00000110 0x06 = 00000110 0x00 = 00000000 Si on associe la couleur de fond (par défaut : blanc) avec 0 et la couleur de premier-plan (noir) avec 1, on obtient un petit carré noir de 2 pixels sur 2 à droite du bitmap (cf. Figure 1). Les images définies par ces bitmaps sont donc bicolores. Le principal avantage de ce format de fichier est de pouvoir être intégré directement dans un programme C ou C++ avec la directive de
préprocesseur include. Les bitmaps sont couramment utilisés pour définir des pointeurs de souris.
Les pixmaps, des bitmaps en couleur La librairie Xpm développée en France au sein du groupe Bull ne fait pas partie du standard X Window, mais on la retrouve sur la plupart des systèmes. Le format de fichier xpm est très proche du format bitmap avec deux avantages : la couleur et la lisibilité. On donne le nom de pixmap à ces fichiers même si pour les développeurs X-Window, les pixmaps revêtent une signification toute autre (c'est une zone de dessin). Voici un exemple de fichier xpm représentant un cercle rouge avec un bord jaune : * XPM * static char * exemple_xpm[] = "8 8 3 1" " c white"
" c Yellow" "X c Red" . XXX " " .XXXXX " ".XXXXXXX" ".XXXXXXX" " XXXXXXX" " XXXXX " XXX "}; II s'agit ici d'un unique tableau de chaînes de caractères. La première chaîne est de la forme : "w hep" Où w = largeur du pixmap h = hauteur du pixmap c = nombre de couleurs utilisées p = nombre de caractères pour coder un pixel (en général, 1).
Ici, le pixmap est de taille 8 sur 8 et utilise trois couleurs et un caractère par pixel. Les lignes du bas donnent les définitions des The-défaut* UIOÎ ISKT ÎS 32*32.
C23* Exit 255 p: »3p texturel.xj» [peschStateoinr afte-stk 35 pixnap -fiieiane texturel .xpn ît [23 974 iFeschStatooine afterstep]* r* textvrel.xp* textire2. pn te*ture3. pt* [23* Vcne pi«ap -filerane textirel.xpi* [pescbQtatooine afterstep]* la afterstepi.txt desktop. . wd exeopie.xpn textures bonds drean.st epre leens xcafwig2.txt desktop.gif exe.-iole.vfcfli nardle.blüe.gîf xconftg3.txt LrescbQtatooine afterstep]* pivaap -tilenane exei* le. p* S [23 977 IpeschStatooire afterstep]* îs afterstepl.txt desktop. vd exexple.xp* textires bgnds drea'.steprc icons xconfig2.txt desktop.gif exemple,
d» ftarMeJîlue.giF xconfig3.txt [peschêtatooine afterstep]5 [pe3dv t3tooine afterstep** vvd -xy jean.v*KJ [peschStatootne afterstep;* d»splay .jean.xwd «¦ Un xterm version 501 (regardez la barre de titre).
Couleurs, le blanc est assigné à la couleur blanche, le au jaune et le X au rouge. Il est aussi possible de donner des correspondances monochromes (m white ou m black), en niveau de gris (g) ou en utilisant des descriptions symboliques indépendantes du visuel (s). Ensuite, vient la définition du pixmap où chaque ligne est représentée par une chaîne de caractères. Le seul inconvénient de ce format de fichier est l'absence de compression ; c'est un format idéal pour les petites images, comme les icônes ou les motifs répétitifs.
Afterstep et les pixmaps Nous avons vu le mois dernier la variable TextureTypes qui permet de préciser un type de dégradé pour les différents éléments de décoration d'Afterstep. Le type 128 pour la barre de titre de la fenêtre active et des autres fenêtres permet d'utiliser un pixmap comme motif répétitif de remplissage. Notre nouvelle définition de TextureTypes est la suivante : TextureTypes 128 128 4 1 3 Pour préciser le fichier pixmap (portant l'extension .xpm) à utiliser, nous devons utiliser les variables : “ g Ç pj[Xe 'jÇ Edit ) Filcnane: exenple.xbn Basenane: exenple Clear Sot Invert
Mark Unnark Hove S (leftj (Voldj (righj rotaj ; doun] rotaj Point Curve Line ( Rectangle ) (Filled Rectangle) ( Circle ~~) Filled Circle ) ( Flood FUI ) Set Hot Spot ) y Clear Mot Spot ) Undo Figure!, le programme bitmap, simple mais efficace.
TitlePixmap nom_fichier.xpm po.ur la fenetre active UtitlePixmap nom_fichier.xpm pour la fenetre active Les variables PixmapPath et IconPath indiquent les chemins de recherche respectifs pour les fichiers pixmaps et bitmaps. Notre variable PixmapPath (située au début du fichier dream.steprc) est définie comme suit : PixmapPath usr include Xll pixmaps : home pesc h media pixmaps A chaque fois que nous indiquons un fichier pixmap, Afterstep commence par chercher si ce fichier est dans usr include Xll pixmaps (chemin standard pour les pixmaps) puis, s'il ne le trouve pas, utilise
home pesch media pixmaps . Il faudra bien sûr changer pesch (c'est qui ?) Par votre nom de login. Le script install.sh.-fourni sur le CD installe correctement la configuration du mois avec les fichiers suivants : home votre login .steprc (la config d'Afterstep) Une texture de fond "automatique" Nous avons vu comment appeler Xv pour préciser un motif de fond d'écran. Mais il est possible d'utiliser la fonction InitFunction de la manière suivante : Fonction "XnitFonction" motif de fond d'écran Exec "I" exec xv -root -quit ~ media textures rock_blue.gif EndFunction La commande Exec est
une fonction prédéfinie d'Afterstep qui permet de lancer un programme. Le "I" est indispensable mais ne servira que dans les menus (nous verrons cela plus tard). Le second exec démarre un interpréteur de commande, puis la commande à lancer suit (ici, un Xv pour la texture de fond). Cette InitFunction est un endroit privilégié pour lancer des applications au démarrage de X-Window. On peut préciser une commande par ligne et la fonction doit se terminer par EndFunction. De la même manière, la fonction RestartFunction est appelée à chaque redémarrage d'Afterstep (choisissez l'option Exit Restart
dans le menu d'Afterstep). Dans notre configuration du mois, nous en avons profité pour changer le motif de fond de fenêtre ; sympa, non ?
home votre login media pixmaps * (des fichiers pixmaps d'exemple) hane votre login media bitmaps (rien pour l'instant) home votre login media textures * (des textures gif) Nous utiliserons désormais tout le temps cette hiérarchie. La variable IconPath utilise exactement la même syntaxe que PixmapPath mais elle indique les chemins de recherche pour les bitmaps monochromes.
IconPath usr include Xll bitmaps : home pesc h media bitmaps C'est bien connu, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. J'ai donc choisi une texture de type jean (le pantalon) pour la fenêtre active et des nuages pour les fenêtres inactives. Rien ne vous empêche d'utiliser d'autres textures ! Gardez cependant à l'esprit que la barre de titre fait dix neuf pixels de haut. Ne choisissez pas des fichiers trop gros ! Voici la définition des deux variables pixmap : TitlePixmap jean.xpm UtitlePixmap nuages.xpm Les fichiers jean.xpm et nuages.xpm se trouvent dans home cvotre
login media pixmaps.
Une texture pour la root window Afterstep s'occupe des décorations des fenêtres, pas de leur contenu. Ainsi, la fenêtre de fond d'écran, ou root window, est par défaut remplie avec un motif noir et blanc du plus mauvais effet. Pour spécifier un autre motif bicolore ou une couleur pleine, on utilise la commande standard xse- troot. Voici quelques exemples d'utilisation de cette commande : xsetroot -solid MidnightBlue : fond d'écran bleu-nuit xsetroot -bg gray30 -fg gray40 bitmap exemple.xbm : motif bitmap xsetroot -def : revenir a la configuration par défaut Xsetroot permet d'autres petites
manipulations au niveau de la root window ; consultez le man xsetroot pour en savoir plus. Le principal défaut de cette commande est qu'elle ne supporte pas les images en couleurs. Or, pour donner un look sympa à notre configuration, l'utilisation de motifs colorés serait une bonne idée. Nous devons utiliser d'autres outils (non standards) : Xloadimage, Xli ou encore Xv. Nous allons utiliser Xv, largement diffusé même si cela nous oblige à lancer le programme complet pour changer le fond d'écran. La ligne de commande à utiliser est la suivante : xv -root -quit image Le principal
avantage d'Xv est de reconnaître la plupart des formats d'images existants. Pour un motif de fond d'écran, utilisez des images comportant relativement peu de couleurs et qui se chargent rapidement (les xpm et les gif sont parfaits). Vous trouverez en encadré une méthode pour automatiser le changement de texture. Au programme des prochains mois : les styles de fenêtres, les modules et les fonctions d'Afterstep pour déboucher sur une configuration "à tomber j'te jure" !
Fred Pesch Cet article a pour but de présenter l'utilisation ainsi que l'administration de Nfs. Il se termine par la partie la plus intéressante qui est une présentation simplifiée de son fonctionnement dans le noyau Linux. Même si cet article est dédié à Linux, une grande partie du contenu (et des commandes) présentée reste totalement vraie avec d'autres systèmes.
Nfs, ou système de fichiers réseau... Derrière ce nom barbare se cache une fonctionnalité particulièrement utile et puissante, qui facilite aussi bien la vie des utilisateurs que celle des administrateurs systèmes.
Nfs, le système de fichiers réseau Présentation Nfs, ou Network file system, est un système de fichiers particulier, puisqu'il permet à des utilisateurs d'une machine de pouvoir accéder et travailler sur un système de fichiers d'une machine distante.
Ce type de montage spécifique permet par exemple à un site de centraliser sur une machine les comptes des utilisateurs de l'ensemble du réseau. Ce qui facilite à la fois les sauvegardes (un seul disque à sauvegarder), l'administration système mais également la vie des utilisateurs (voir la figure 1 ).
En effet, du moment qu'un utilisateur possède un compte sur une machine, et que cette machine monte par Nfs le disque sur lequel se trouvent ses données, l'utilisateur pourra travailler dessus d'une manière totalement transparente quel que soit le poste de travail utilisé.
Un peu d'histoire.
En fait, l'idée d'un système de fichiers réseau n'est pas nouvelle. Elle commence à prendre forme dans les années 80 lorsque le support réseau fut totalement intégré dans le noyau Unix (c'est-à-dire à partir de la version 4.2 de Bsd). Un grand nombre de systèmes de ce type furent imaginés (Unix united, Network disk de Sun, Rfs sur System V, Andrew Filesystem, etc.). Développé au même moment par Sun microsystems, Nfs a été le premier des systèmes de fichiers réseau réellement opérationnel et commercialisé. De plus, Sun plaça les spécifications de ce protocole dans le domaine public, per
mettant ainsi son implémentation sur d'autres systèmes Unix et même sur d'autres systèmes d'exploitation. Cela explique sûrement une partie du succès de ce protocole, même si à certains niveaux il est possible de le critiquer (Nfs a été surnommé Nightmare file System...). Nfs seul ne sert pas à grand chose. Il repose sur d'autres protocoles comme Xdr ou Rpc, ainsi que sur la couche réseau du système, mais nous y reviendrons.
Nfs du côté utilisateur Nfs, du côté strictement de l'utilisateur, est totalement transparent : on peut très bien travailler sur un disque distant sans même s'en rendre compte. En fait, les entrées sorties sont légèrement plus lentes qu'un accès direct. Le "légèrement" dépend en réalité de la charge du réseau, des temps de réponse du serveur et des types de systèmes d'exploitation utilisés. L'une des premières questions que tout utilisateur peut se poser consiste à savoir si telle ou telle partition est montée par Nfs ou pas. Il suffit d'utiliser soit la commande df avec l'option " -T "
pour obtenir la liste des systèmes de fichiers montés avec le type de système utilisé (voir la copie d'écran), soit la commande " df -tnfs " La ligne donnée par df, outre les renseignements habituels que l'on y trouve (taille, place libre, etc.), indique le nom de la machine sur laquelle se trouve le disque (ici, zorglub), ainsi que le répertoire qui est monté (ici, il s'agit de la racine, ).
Il est également possible d'utiliser la commande mount, laquelle nous donnera en plus les options de montages utilisées... Mais nous le reverrons plus tard.
Après cette courte introduction, passons aux choses sérieuses : comment réaliser des montages Nfs, que l'on se situe du côté du client ou du côté du serveur.
Administration système côté client Pour effectuer, par exemple, le montage Nfs du répertoire home de la machine zorglub, il suffit de lancer une commande (à condition que le serveur vous autorise à effectuer un tel montage) en tant que super-utilisateur : . bin mount -tnfs -o options machine : répertoire répertoire La commande mount(8) est chargée de réaliser le montage Nfs. Lors de ce montage, un certain nombre d'erreurs peut survenir. Dans la copie d'écran qui suit, deux erreurs typiques sont reproduites : l'indisponibilité de la machine (les démons serveurs ne tournent pas dessus) et
les droits de la machine cliente sont insuffisants.
__________________________ -__________________________________________ -----_________________________________-_______ ......1 bash _ .! ! !
[Garida1f ganda1f df -T 1 F i lesystein Type 1024-block s Used Available Capacity Hounted on i dev hda2 ext2 205009 173705 20717 89% dev sda2 ext2 307299 248645 42782 85% usr2 j dev sda3 ext2 337022 170266 149348 53% usr3 dev sdb2 ext2 1190110 722894 405725 64% usr2 home ftp i dev sdbl ext2 397500 322908 54062 86% usr 2 horne f tp pub2 zorglub: nfs 453755 405131 25188 94% mnt j Ganda1f ganda1f) .| ii j ---- ----------' ) La commande df.
Par un certain abus d'écriture, on peut omettre de spécifier le type (-tnfs) sous Linux. Mais il est préférable de connaître la ligne de commande complète. Les options sont assez nombreuses (elles sont décrites dans la page de manuel nfs(5)).
Toutefois, en voici deux très utiles : risze (nombres d'octets utilisés par Nfs lorsqu'il effectue une opération de lecture ; il est recommandé d'utiliser 81 92 si votre carte réseau est performante, la valeur par défaut de 1024 étant un peu faible) et rwrite (nombre d'octets utilisés par Nfs lorsqu'il effectue une écriture ; même remarque que pour rsize concernant la valeur à donner).
Evolution de Nfs i vers Nfs 3 En 7 993, Sun a diffusé les spécifications du protocole Nfs, version 3. Le développement de cette spécification est en cours dans Linux 2.7 et sera donc disponible dans la prochaine version "stable" (2.2 ou 3.0). Il existe un grand nombre de différences entre les deux versions, la plupart étant très techniques. En résumé, la nouvelle version est plus souple : le nombre d'octets utilisés lors des opérations Read Write n'est plus limité (sauf par la taille maximale d'un datagramme Ip, c'est-à-dire 64 Ko). Certaines opérations ont été améliorées (par exemple,
GetAttr). Enfin, l'opération STATFS a été supprimée et sept s , , , autres ont ete ajoutées.
• ACCESS : équivaut à l'appel système access(2) qui permet de
vérifier les droits d'accès à un fichier;
• MKNOD : équivaut à l'appel système mknod(2) qui permet de créer
un fichier spécial ;
• READDIRPLUS : renvoie le contenu d'un répertoire (nom des
fichiers mais également tous leurs attributs) ;
• FSINFO : informations statiques concernant le système de
fichiers (taille maximale d'un Fichier,...) ;
• FSSTAT : informations dynamiques concernant le système de
fichiers (nombre d'i-noeuds libres, place libre, place
occupée,...) ;
• PATHCONF : informations concernant un fichier suivant la norme
POSIX 7 ;
• COMMIT : annulation des écriture asynchrones.
Signalons que Nfs v3 accélère assez sensiblement la vitesse de transfert des données, ce qui est une excellente chose.
Dans le fichier etc fstab, vous pouvez ainsi ajouter la ligne suivante si vous voulez effectuer automatiquement le montage d'une partition distante : Montage par Nfs du répertoire local mon.serveur : usr local usr local nfs rsize=8192 wsize=8192 Configuration d'un serveur Nfs La configuration d'un serveur Nfs est légèrement plus compliquée. Vous devez vous assurer que deux démons particuliers fonctionnent : rpc.mountd et rpc.nfsd. De plus, vous devez avoir au préalable inclus le gestionnaire Nfs dans votre noyau (que cela soit de manière statique ou sous la forme d'un module
chargeable). Entrons donc dans le vif du sujet. Voici un exemple de fichier exports : Exemple de fichier etc exports gandalf(rw) zorglub (rw,no_root_squash) projets
* .mon.domaine.fr(rw) La première ligne de ce fichier autorise
les machines gandalf et zorglub à monter par Nfs la racine du
serveur, en lecture et en écriture (option rw). L'option
no_root_squash permet au super utilisateur (root) de la
machine zorglub d'être considéré comme étant root par le ser
veur. Cette option doit être utilisée avec une infinie
précaution car elle peut introduire des failles de sécurité
importantes. Par exemple, la machine zorglub peut dans ce cas
aller modifier le fichier etc passwd du serveur. Cette option
est toutefois très utile aux machines sans disques par exemple.
L'option inverse est root_squash : le serveur considère alors
la requête du client comme provenant d'un utilisateur quel
conque, sans aucun privilège.
Ganda 1-f ( ganda 1 f ) r»iount zorglub: ront rpc nount: RPC: Unable to receive; errno = Connection refused Ganda1f(gandalf) mount zorglub: wnt mount: zorglubî failed, reason.given by server: Permission denied Gandalf gandalf) mount zorglub: mnt Ganda1f ganda1f mount dev hda2 on type ext2 (rw) dev sda2 on usr2 type ext2 roi dev sde3 on usr3 type ext2 rw dew sdb2 on usr2 home ftp type ext2 rw) dev sdbl on usr2 home ftp pub2 type ext2 (rw) none on proc type proc (rw) zorglub: on mnt type nfs rw,addr=199.139.199.2) Gandalf(gandalf) u La commande mount.
La seconde ligne autorise toutes les machines appartenant au domaine mon.domaine.fr à monter le système de fichiers projets en lecture et écriture.
L'ensemble des options utilisables est détaillé dans la page de manuel exports(5). Attention : lors de la modification d'un tel fichier, il est nécessaire que les démons mountd et nfsd relisent ce fichier. Vous pouvez soit les tuer et les relancer, soit leur envoyer le signal HUP avec la commande kill (par exemple : $ kill -HUP 123, si 123 est le Pid du procès- Réseaux Nom de la procédure Fonction NFSPROCGETATTR attributs classiques d'un fichier NFSPROC_SETATTR fixe les attributs d'un fichier NFSPROC_LOOKUP procédure appelée en même temps qu'un processus client NFSPROC_OPEN ouvre un fichier
sur le serveur NFSPROC_READLINK lecture d'un lien symbolique NFSPROC_READ lecture d'un fichier NFSPROC_WRITE écriture dans un fichier NFSPROC_CREATE création d'un fichier NFSPROC_REMOVE suppression d'un fichier NFSPROC__RENAME changement du nom d'un fichier NFSPROC_LINK création d'un lien physique NFSPROC SYMLINK création d'un lien symbolique NFSPROC_MKDIR création d'un répertoire NFSPROC_RMDIR suppression d'un répertoire NFSPROC READDIR lecture du contenu d'un répertoire NFSPROC_STA TFS renvoie l'état du système de fichiers (espace libre,...) sus mountd). Signalons également la présence
d'une commande très pratique : showmount, qui donne la liste des machines montant des systèmes de fichiers sur le serveur. L'option -a donne un format beaucoup plus complet.
Présentation du fonctionnement Après la présentation de l'utilisation réelle de Nfs, passons à son fonctionnement interne. Nfs est un protocole qui s'inspire en réalité d'un certain nombre d'autres protocoles réseau : Xdr, Rpc, Tcp Udp lp.
Le schéma qui suit illustre la place de Nfs ainsi que de ses protocoles associés dans le modèle Osi.
Pour être vraiment précis, il convient de signaler que Nfs a été à l'origine écrit pour s'appuyer exclusivement sur Udp, ce qui constitue l'implémentation par défaut. Toutefois, il existe d'autres implémentations pour, par exemple, Tcp.
Xdr Xdr est l'abréviation de " eXternal Data Représentation " Ce protocole est en fait utilisé pour permettre le transport d'informations entre deux machines indépendamment de l'architecture et du système d'exploitation. En effet, si vous échangez des données entre un Pc sous Linux et une Sparc, les octets ne sont pas codés dans le même ordre suivant les processeurs (little big endian) et, de plus, les entiers peuvent ne pas avoir la même taille, les flottants sons susceptibles de pas être codés suivant la même norme, etc. C'est pour cette raison que l'on utilise ce protocole.
Xdr n'est pas seulement utilisé avec Nfs : on s'en sert également pour des applications devant transmettre des données à travers un réseau. Il est complètement détaillé dans le Rfc 1014. En résumé, Xdr définit des types de données (entier, flottant, etc.) qui peuvent être décodés sans problème quel que soit le système, du moment qu'il possède une couche Xdr.
Rpc Rpc (Remote procédure call), ou "Appels de pro- cédures dis tantes" en bon français est un protocole permettant d'exécuter des fonctions sur une machine distante. Ce protocole est utilisé par bon nombre d'outils systèmes tels que rusers, wall, Nis, etc. Le principe général de ce protocole est de permettre à une machine A de faire exécuter un certain nombre de fonctions (au sens de la programmation) directement sur la machine B et, donc, en utilisant son microprocesseur. Ce protocole s'ap- puye bien évidemment sur Tcp Udp. Il existe en réalité plusieurs versions de Rpc (Sun Rcpc
et Cde). La version utilisée par Nfs est Sun Rpc.
On peut par exemple imaginer une machine dotée de processeurs très performants pour les calculs (comme pour générer des images de synthèses) et un Pc sous Linux sans coprocesseur arithmétique (genre 386 première époque). On peut réaliser toute la saisie des données décrivant l'image sur notre bon vieux Pc, comme par exemple le type de texture utilisé, les coordonnées des caméras, des objets, etc. Le rendu final peut alors être sous-traité au serveur, d'une manière transparente, via les Rpc.
Le but de cet article n'est pas de détailler ce protocole : un seul article ne suffirait pas, d'autant plus que les Rpc utilisent un démon particulier, un translateur de ports (portmap). Le tout est de savoir que les Rpc sont utilisés comme fondation pour Nfs (voir la Rfc 1057), et qu'ils per- Sparc sous Solaris NFS 7- Application 6 - Présentation XDR 5 - Session RPC 4 - Transport TŒ' UDP 3 - Réseau ICMP IF' PC sous Linux 2- Liaison 1 - Couche physique reseau Ethernet XDR XDR entier entier Le protocole réseau.
E. ,tpt'se BP 801 64008 PAU CEDEX Tel Fax: 05 59 82 95 00
Email: phoenix@club-internet. Fr Web:
http: www.phoenix-dp.com AMINET 23 85 F DPAINT V CD 240 F
Ultimate Blitz 240 F Network PC Upd 99 F Amiga Format CD23 49
F Patchwork CD 140 F ONESCAPEE 315 F CYGNUS 8 140 F SWORD 240
F SHADOW OF THE 3rd MOON 310 F
• Xv.v WAv.v.w ÿ !
1 ar tS l*: imite II II 1 ¦NI Amiga Format CD 13, 16, 17ou19 30 F Video Creator MF 99 F IntotheNet 119 F Montage (cd audio) 59 F Xi Paint 4 259 F MSIQMOS 99 F 179 F 99 F 159 F 129 F 399 F m y* iH M ATPPIPI lili & Lecteur CD SCSI 24X Disque Dur SCSI 2.1 Go Disque Dur SCSI 4.3Go Versions externes 1100 F 1990 F 2490 F + 490 F Graveur CD Réinscriptible 2X 2X 6X RICOH MP 6200 SR SCSI 3590 F Graveur CD SCSI 2X 6X 2490 F Graveur CD SCSI 4X 6X 3590 F Logiciel CDR BurnIT 2.0 695 F Burn It 2.0 avec graveur + 490 F mettent d'exécuter une fonction sur une machine distante. Pour plus de détails,
reportez-vous à la littérature donnée à la fin de cet article.
Nfs Si on résume l'utilisation du protocole Nfs, on peut considérer que ce protocole fournit un accès transparent aux systèmes de fichiers d'une machine distante. En ce qui concerne le client, l'accès à un système de fichiers distant se résume à effectuer des appels aux Rpc sur le serveur. Sur le serveur, la situation est légèrement plus compliquée. Il doit en réalité gérer deux choses : les requêtes d'accès aux données (démon nfsd : ce programme est chargé de gérer les requêtes au système de fichiers des machines clientes), les montages (démon mountd : ce programme est chargé de permettre aux
machines clientes de monter le système de fichiers voulu).
Lorsqu'un processus utilisateur souhaite accéder à une donnée, quelle qu'elle soit, il fait appel à une des procédures définies par le protocole Nfs. Il existe en réalité un bonne quinzaine de procédures utilisables. Par exemple, lorsqu'un processus utilisateur souhaite détruire un fichier, c'est la procédure Remove du serveur Nfs qui est utilisée. Les procédures existantes sont représentées dans le tableau qui suit (voir le fichier usr include linux nfs.h) Quelques mots sur l'implémentation L'implémentation de Nfs dans Linux a été réalisée par Olaf Kirch (okir@monad.swb.de). Le code
peut être trouvé dans l'arborescence des sources de Linux, dans le répertoire linux fs nfs. L'implémentation de Linux (nous parlons ici de la version 2.0.31) utilise en réalité des Rpc asynchrones et correspond à la version 2 de Nfs. L'implémentation de Nfs dans Linux est fortement inspirée de celle implémentée dans Bsd
4. 4. L'ensemble du code nécessaire au bon fonctionnement de Nfs
ne se trouve pas uniquement dans le noyau : la bibliothèque
standard contient l'implémentation de certains protocoles
(tels que Xdr) tandis qu'un paquetage recèle les sources des
autres programmes nécessaires à l'utilisation et à l'exploi
tation de Nfs (au moins parce qu'il contient mountd et nfsd).
La complexité du code (ne pas oublier que Nfs repose sur Rpc Xdr, ainsi que sur des communications réseau) empêche une description précise du fonctionnement interne dans cet article. Mais, au moins, vous savez maintenant où chercher.
Eric Dumas Distant Suns 5 245 F Turbocalc 5 VF 699 F Fontamania 99 F Games Room 139 F Best of Mecomp 109 F WebIt! 139 F Picture Manager 525 F Amiga Web OffuneI 59 F AMINET 22 85 F @NET CD 2 149 F Aminet Set 5 199 F Lightrom 5 310 F ANIMATIC 30 F Demos are Forever 30 F Global Amiga Exp. 30 F Textures CD 30 F Super autos 30 F NetNewsoffline 1 30 F MYST 349 F Final ODYSSEY 310 F Pinball B.Damage 245 F Ultimate GLOOM 170 F STREET RACER 170 F iilll Amiga Tools 7 139 F APC & TCP 5 89 F pOS pre-release 175 F DirectoryOpus5 Magellan 490 F Network PC 240 F Termite TCP 1.2 340 F IbrowseV 1.12a 250 F Net
Web 2 595 F Hidden Truth 210 F Magic Publisher 175 F Personal Paint 7 240 F Amiga Forever 1.0 399 F (mise A jour 2.0 incluse) Amiga Forever 1.0 239 F Cygnus ED Pro. 4 245 F Turbocalc5.0 VF 699 F Kara Collection 139 F Personal Suite 69 F Wordworth6 CD 279 F Wordworth 6 Office CD 420 F Amiga format CD 21 - 22 49 F W95 COMPANION Maxon Cinéma 4D Learning curve Maxon Atlas Steuer Profit 95 PC TASK 4 VF loiDiwiois CD IlIilQËNIX 1 Un CD SURPRISE GRATUIT pour toute commande de 350 F ou plus.
Bibliographie 2- Le Catalogue AMIGA gratuit (descentainesdeCD, Disks, Matériels etc...) 3 TOUTES LES nouveautés détaillées en téléchargement sur le web de phoenix.
De l'administration système :
• Administration Unix (Moréno - Ediscience International)
• Administration Réseau sous Linux (Olaf Kirch - Editions
O'Reilly) Du développement et système d'exploitation
• Communication sous Unix (J.M. Riflet - Ediscience
International)
• Conception et Implémentation du Système 4.4 Bsd (McKusick,
Bostic, Karels et Quarterman Addison Wesley)
• Linux Kernel Internais (M. Beck, H. Bohme, M. Dziadzka, U.
Kunitz, R. Magnus, D. Verworner - Addison Wesley)
• Programmation Linux 2.0, Api système et fonctionnement du noyau
(Rémy Card, Eric Dumas, Franck Mével - Eyrolles)
• Tcp IP Illustré - Volume 7 (Stevens - Addison Wesley) Commandez
notre catalogue Pc et Mac “BIBLIOROM 98" Plus de 1500 CD ROM
CLASSÉS. COMMENTÉS ET ILLUSTRÉS. PRIX DU CATALOGUE 1 8 F.
Prénom: Ville: Nom: Adresse: Code Postal: Articles: .
IlFrais de port Logiciels + 30 Frs Matériels + 90 Frs
TOTAL: .. Règlement
par: O Chèque O Mandat O Carte Bancaire O Contre Remboursement
+ 30 F (Pas de matériel en contre remboursement) N°: Date et
signature: PHOENIX-DP BP 801 64008 PAU CEDEX Tel Fax: 05 59
82 95 00 Email: phoenix@club-internet.fr Web:
http: www.phoenix-dp.com Les listboxes, les scrollbars et les
tableaux Graph ; Help ; Reset I £as»c af s(x) - - Absolut*
value of x 8as(c exp(x) - - e ratsed to the power x
Bas*c rmod(x,y) -- Real rematnder of x tftvfcted by y
8asJcArypot(x.y) -- Square root of (x«*y«) BastcAog(x)
Raturai logartthm of x A m Basic | Trfgo | SasicAoglO(x)-- Base
10logartthméSÉBSÊÊSSSi £g rMM i Bastc pow(x,y) - - x ratead !o
the power y UjiTV I Basic sqrt(x) -- Square root of x
Tr1go acos(x) -- Art cosine of x, tn tho range 0 to PI
Trtgo âsln(x) - - Arc sine of x. Int the range -Pl 2 to Pl 2
Trtgo atan(x) Arc tangent of x, m the range - Pl 2 to PL
Trtgo atan2(x) - -Arc tangent of x y. Xi the range -Pl 2 to
Tr1gofces(x) Cosine of x (x tn radians) TrfcmiriMh Ÿ» - -
ItnHr ni v User | ..... . -BÜIJ Use | New j Detote ;
dose f
- J-1_I J J . J 2 | 3 | - | An. | 0J.±..L:* 1 Afcout ... | Ourt
!
¦ ¦’ xtunii A__i__L « 0 ttodcStd Une calculatrice bientôt complète... Les listboxes en détails La définition des boîtes à liste sont de la forme : listbox chemin du widget options Voici les principales options spécifiques aux boîtes à liste :
- selectmode : type de sélection single : un seul élément
susceptible d'être sélectionné browse : un seul élément,
scrolling automatique (valeur par défaut) multiple : plusieurs
éléments consécutifs extended : plusieurs éléments consécutifs
ou non (utiliser control)
- xscrollcommand : commande à appeler lors d'un défilement
horizontal
- yscrcollcommand : idem défilement vertical Quelques fonctions
de liste ( widget est le chemin du widget listbox) : widget
delete posl [pos2] Supprime l'élément à la position posl
(premier élément = position 0) ou tous les éléments entre posl
et pos2 si pos2 est spécifié.
widget insert position [elements ...] Insère les éléments avant position (position 0 = insérer au début) widget g et posl [pos2] Retourne l'élément situé en posl ou la liste des éléments entre posl et pos2 widget see position Rend l'élément situé en position entière visible (faire man n listbox pour les autres fonctions).
Lors de la première partie de notre initiation, nous avions introduit le concept de Tableau en Tel. S'il fallait rapprocher le concept de tableau des langages impératifs (Pascal, C, Ada) avec une construction de Tel, ce serait.les listes. Les éléments d'un tableau Tel ne sont en effet pas associés à des indices numériques mais à des chaînes de caractères. Par exemple, l'instruction : % set équipé(gigi) "Un sacré farceur" Associe la chaîne de caractères "Un sacré farceur" à l'entrée gigi du tableau équipé. On utilise ensuite equipe(gigi) comme une 9e partie Préparez-vous à un mois
assez chargé, avec quelques nouveautés tant pour Tel que Tk et un programme nettement amélioré... Un sacré farceur Vous l'avez peut-être remarqué, il n'y a pas de notion évidente d'ordre sur les éléments d'un tableau Tel, ce qui en fait une structure de donnée originale qui n'en reste pas moins très appréciée des développeurs Tel. La commande array s'occupe des opérations étendues sur les tableaux. En tout premier lieu, la commande array names tableau retourne la liste de tous les éléments du tableau : % set équipé(jakzim) "Toujours en vacances" % set équipé(fredp)
"tclcc++javahtmlcgi" % set équipé(imil) "Total techno look" % array names équipé gigi jakzim fredp imil Nous pouvons utiliser la commande forea- ch pour récupérer la liste des valeurs du tableau : % set rigolos [array names équipé] % foreach guignol $ rigolos puts "équipé($ guignol) = $ equipe($ gui- gnol)" } équipé(gigi) = Un sacré farceur équipé(fredp) = tclcc++javahtmlcgi équipé(jakzim) = Toujours en vacances équipé(imil) = Total techno look L'autre possibilité consiste à utiliser les fonctions de recherche sur les tableaux (man n array), surtout utiles pour les tableaux de taille
importante. Une autre commande intéressante est array size tableau qui retourne Programmation Trucs et astuces : le tableau des fonctions Pour gérer la librairie de fonctions mathématiques de Tkcalc, nous utilisons la variable FuncLib qui est un simple tableau Tel. Les fonctions sont divisées en catégories :
- Basic : les fonctions de base (exposant, logarithme, etc.)
- Trigo : les fonctions trigonométriques (sin, cos, etc.) ¦ Conv
: les fonctions de conversion ( round, int, etc.) ¦ User : les
fonctions définies par l'utilisateur (nous en reparlerons le
mois prochain) Chaque élément du (pbleau FuncLib utilise la
syntaxe : FuncLib( Categorie separateur nom ) valeur
commentaire } Par exemple, la fonction sinus est représentée
de la manière suivante : FuncLib(Trigo sin(x)) "sin(" "Sine
of x (x in radians)" } La valeur est ce que va insérer Tkcalc
dans l'éditeur lorsque nous sélectionnerons la fonction, ici
sin( pour la fonction sinus. La procédure AddFuncLib du fichier
lib.tcl construit une entrée dans le tableau : proc AddFuncLib
cat name val comment } global FuncLib set
"FuncLib($ cat} $ name})" [list "$ val" "$ comment" ] } Un
exemple d'appel : AddFuncLib "Trigo" "s in(x)" "s in( sine of x
(x in radians) Nous voyons dans cet exemple que les tableaux
Tel permettent de construire des structures de données
hiérarchisées (ici à deux niveaux : catégories et nom). On
aurait, bien sûr, pu utiliser des listes mais la solution
tableau est intéressante.
Functions iibrary |Basicfctos(x) Atosohite value of x Basicfexp(x) e raised to the power x Basic fmod(x,y) Real remainder of x dtvidei Basic hypot(x,y) -- Square rootof (x**y*) Basic log(x) Ratura! Logarithm of x BasicfloglO(x) Base 10 togarithm of x Basic pow(x,y ) x raised to the power y Basic sqrt(x) Square rootof x Trigo acos(x) -- Arc cosme of x, in the range i Trigo asin(x) --Arc sine of x, int the range -F j Trigo atan(x) Arc tangent of x, in the range ; Trigo atan2(x) Arc tangent of x y, in the rai Trigo cos(x) -- Cosine of x (x ni radians) Trigo cosh(x) Hyperfcolic
cosine of x Delete Use New Notre nouvelle boîte de dialogue, taille de base.
Le nombre d'éléments du tableau.
Les boîtes à liste Le widget listbox de Tk est à la fois simple d'utilisation et assez puissant. Son rôle est simple : afficher des lignes de texte, chaque ligne étant un élément de la liste. Nous allons l'utiliser pour afficher notre liste de fonctions. Ce widget liste fait partie de la boîte de dialogue .libdialog qui comporte trois cadres : .IibdiaIog .frame 1 Jibdialog.frame2 et ,libdialog.frame3. Nous allons nous intéresser au cadre framel qui contient notre boîte à liste. Voici la définition de ce cadre : frame .libdialog.framel -relief groove -bd 1 Ensuite vient la définition du widget
listbox proprement dit : listbox .libdialog.framel.lbox height 10 -width 40 -yscrollcornmand ".libdialog.framel.yscroll set" - xscrolicommand ".libdialog.framel.xscroll set" Le chemin de la listbox est donc .libdialog.framel .lbox et sa taille est de 40 caractères de large pour 10 de haut. Les options xscrolicommand et yscollcommand permettent de préciser des commandes de scrolling.
Les widgets .libdialog.framel .yscroll et .libdialog.framel .xscroll sont des barres de scrolling définies de la manière suivante : scrollbar .libdialog.framel.yscroll
- orient vertical -command ".libdialog .framel.lbox yview"
scrollbar .libdialog.framel.xscroll
- orient horizontal -command ".libdialog .framel.lbox _ xview"
Intéressons-nous à la barre de scrolling vertical (option
-orient vertical). La commande associée à cette barre de
scrolling est ".libdialog.framel .lbox yview" Il y a donc
référence mutuelle entre la boîte à listes et les barres de
scrolling. Cela correspond à deux types d'événements :
1) action sur les barres de scrolling.
Lorsque les barres de scrolling sont déplacées, les commandes xview et yview ajustent les positions horizontales et verticales de la listbox.
2) changement de position ou de taille (y compris l'espace non
affiché) de la listbox.
Il existe plusieurs moyens pour modifier la listbox sans passer par les barres de scrolling (bouton du milieu de la souris, ajouter ou effacer des éléments avec insert et delete, etc). Dans ce cas, la listbox utilise les commandes set des barres de scrolling pour ajuster leurs taille et position.
La plupart des autres toolkits graphiques nous proposent des méthodes plus générales pour le scrolling mais on s'habitue vite à cette originalité de Tk. Avant de pouvoir utiliser notre boîte à liste, nous devons l'afficher : pack .libdialog.framel.yscroll - side right -fill y pack .libdialog.framel.lbox -expand true -fill both pack .libdialog.framel.xscroll side bottom -fill x Remarquez l'utilisation des paramètres -side
- expand et -fill pour obtenir une gestion de géométrie correcte
(changez la taille de la boîte de dialogue pour comprendre ce
que nous entendons par correcte). La procédure FilILibDialog
remplit la boîte de liste en fonction du tableau FuncLib (cf.
Encadré) et de la catégorie passée en paramètre (Ail pour affi
cher toutes les fonctions). Le bouton "Lib" de la calculatrice
sert d'interrupteur d'affichage de la boîte de dialogue de
sélection des fonctions. Votre principal "travail" pour ce
mois-ci sera de repérer les nouveautés de la version 9 de
Tkcalc, ainsi que l'analyse détaillée de ces modifications ou
ajouts, avec la totalité de l'initiation Tci Tk à portée de
main. Au boulot !
Fred Pesch Programmation Java Initiation à lava 11e partie Nous allons voir aujourd'hui comment utiliser les Threads en Java et à quoi ils servent. Mais commençons par mettre les pendules à l'heure... virtuelle java crée automatiquement plusieurs threads pour chaque programme.
La gestion des événements de l'interface utilisateur, le ramasse-miettes ou la communication par réseau sont autant de threads dont le programmeur n'a pas à s'occuper.
Chaque thread est représenté en Java par un objet de classe Thread. Faisons par exemple un thread qui remplisse un tableau de nombres : class Remplissage extends Thread public int tableau[][ ] ; public Remplissage(int t[][]) 'tableau=t; } public void run() int k; for(k=0; kctableau.length; k++) tableau[k] =k; ême s'il est très à la mode en ce moment, le multi-thread n'est pas un concept nouveau.
Il s'agit simplement de faire tourner en même temps plusieurs parties d'un programme : c'est en fait une forme simplifiée du multitâche. Normalement, deux tâches indépendantes ont chacune leur espace d'adressage propre et il est hors de question qu'une tâche aille triturer la zone de travail de l'autre.
En revanche, deux threads d'une même tâche ne sont pas protégés l'un de l'autre et doivent tout partager. Pour le programmeur, le multi-thread a un avantage et un inconvénient. L'avantage est que c'est très rapide, vu que le système n'a pas à changer de contexte d'exécution quand il veut donner la main à un autre thread. L'inconvénient est qu'il faut tout gérer soi-même, en faisant attention à ce qu'un thread ne s'amuse pas à changer, par exemple, la valeur d'une variable au moment où un autre veut l'utiliser.
Threads et Java Contrairement à des langages comme C ou C++, où il faut passer par des bibliothèques particulières, Java intègre en standard tout ce qu'il faut pour programmer en multi-thread. Mieux : la machine } La classe Thread possède plusieurs méthodes pour contrôler les threads.
Pour le moment, on en est à lancer le thread, ce qui se fait par la méthode start. Supposons que nous avons deux tableaux : tableaul et tableau2. Nous voulons les remplir : Remplissage rempl=new Remplissage(tableaul); Remplissage remp2=new Remplissage(tableau2); rempl.start(); remp2.start(); machin.bidule(); La méthode start lance effectivement le thread, appelle la méthode run et rend aussitôt la main. A partir de là, l'appelant et la méthode run s'exécutent en même temps jusqu'à ce que run() s'achève. Le thread est alors détruit. Dans cet exemple, après la ligne remp2.start(), nous avons
trois threads qui tournent en parallèle : un qui fait rempl .run(), un qui fait remp2.run() et un qui continue d'exécuter machin.bidule(). Facile, non?
La méthode join Après l'appel à rempl ,start(), on peut avoir envie de lire "tableau" Mais que se passe-t-il si, à ce moment-là, le thread rempl n'a pas encore terminé de remplir le tableau ? Il faut donc prendre des précautions particulières : ça s'appelle la synchronisation et c'est une problématique très vaste et complexe, dont on reparlera souvent. Alors commençons par le plus 6 simple. La méthode join de la classe Thread permet d'attendre que le thread se finisse. Si le thread est déjà terminé, join rend la main immédiatement. Autrement, elle fait attendre. Pour utiliser
tableau! En toute sécurité, on fera d'abord rempl ,join().
Après cet appel, on aura la certitude que le thread rempl est terminé et donc que tableaul est totalement rempli.
L'interface Runnabie Il existe une autre manière de créer des threads en java. Au lieu de dériver Thread, on peut simplement l'instancier. Il suffit de passer en paramètre un objet qui implémente l'interface Runnabie. Le thread créé va alors lancer la méthode run de ce Runnabie : class Remplissage implements Runnabie public int tableau [][] ; public Remplissage(int t[][]) tableau=t; } public void run() int k; for(k=0; kctableau.length; k++) tableau[k]=k; } } Thread rempl=new Thread(new Remplissage(tableaul)); Thread remp2=new Thread (new Remplissage(tableau2)); rempl.start();
remp2.start(); machin.bidule(); Cette manière de faire est la plus utilisée car elle se révèle beaucoup plus pratique, bien que ce petit exemple laisse à penser le contraire.
Le jeu de la vie Vous connaissez certainement le "jeu de la vie", bestseller des cours d'initiation à la programmation. On dispose d'un tableau de cases, dont chacune peut être soit "vivante" soit-"morte" L'état de chaque cellule dépend uniquement de ses huit voisines (dans certains cas, une cellule vivante va mourir ou au contraire une nouvelle cellule peut naître) et l'exercice consiste à écrire un programme qui affiche les générations successives.
En ce qui nous concerne, nous allons faire cela en utilisant deux threads : un qui affiche le tableau pendant qu'un autre calcule la génération suivante. Notre programme travaille avec deux tableaux : "tableaul" contient la génération courante (celle qui est affichée) et on construit la prochaine génération dans "tableau2" Lorsque celle-ci est prête et l'affichage est terminé, on permute les deux tableaux : "tableau2" devient "tableaul" et vice-versa.
Et c'est reparti pour la génération suivante !
Les classes de base du programme 140 route de Bischwiller 67300! S ltigheim On commence par définir une classe "IterateurSurTableau" comme on l'a fait pour le démineur. On en dérive la classe "Repaint" qui n'a rien de spécialement plus excitant.
03 m 62 On rajoute néanmoins une méthode "changerTableau" qui permet de "zapper" sur un autre tableau.
Pùmred-by AMIGA Comme l'on va devoir alterner entre nos deux tableaux à chaque génération, ceci nous évitera de devoir créer un nouveau Repaint à chaque fois. Viennent enfin les choses intéressantes.
Chaque nouvelle génération sera engendrée par un objet de classe Générateur.
Tours et accessoires Micronik Cette classe implémente Runnabie, car l'on veut que le calcul se fasse en tache de fond, en tant que thread. "Générateur" est bien sûr un "IterateurSurTableau" Sa méthode traiter détermine l'état de la cellule à la prochaine génération en fonction de l'état de ses voisins et l'inscrit dans le tableau "dest" On utilise ici la méthode règle qui reçoit en paramètre les huit cases adjacentes et doit renvoyer le nouvel état de la cellule. Cette méthode est abstraite : en dérivant "Générateur" on peut implémenter règle de différentes manières.
La classe "Standard" par exemple, implémente les régies habituelles : si une cellule a moins de 2 voisins, elle meurt d'isolement, si elle en a 4 ou plus, elle meurt de surpeuplement et si elle en a exactement 3, une nouvelle cellule naît.
Vous pouvez vous amuser à implémenter d'autres règles et ajouter à l'applet un petit menu pour choisir celle que l'on veut utiliser... La classe JeuDeLaVie C'est un Canvas où s'affichent les tableaux de cellules. Elle implémente aussi Runnabie et sa méthode "run" est la boucle principale du programme. Voyons cette boucle : elle commence par lancer un thread qui prépare la génération suivante, puis elle fait dessiner la génération courante.
Ces deux opérations se déroulent donc simultanément.
Lorsque l'affichage s'arrête, on fait "génération.join()" pour attendre que le calcul de la prochaine génération soit fini (au cas où l'affichage se soit terminé plus tôt) et on appelle la méthode "changer" pour permuter les deux tableaux. Cette dernière utilise une notion que nous n'avons pas encore vue, l'exclusion mutuelle, mais nous éclaircirons ce point dès le mois prochain.
En attendant la suite Comme d'habitude, vous trouverez le source commenté sur le CD du mois.
Plus que jamais, nous vous invitons à le lire, le faire tourner et surtout à essayer de le modifier !
La prochaine fois, nous parlerons plus en détails des problèmes de synchronisation, de philosophes et de spaghettis.
189,- F jakub Zimmerman
S. L. Diffusion - 6 rue tTObernqi 67300 Schiltiaheim Tour
Micronik avec interface davier Coque Clavier AMIGA Mikronik
379,- 389,- 889,- 389,- 489,- + .Interface et cordon spirale 3
4 6 1 A13QÛ(A)2Û0+Tour+clim+(lavier) A1400(ldem que
Al300+Zorro II) A1500(ldem que Al 300+Zorro III) Carte Zorro 2
(5 slots Zorro 11, 2PC-ISA, 2PQ, sbt video optionnel) Carte
Zorro 3 +st$ i 3 189,- (S slots Zorro ll lll, 2PQSA, 2PCI,
+-sbl video optionnel) Lecteur Disquette HD interne 1200
Lecteur Disquette HD interne 2 4000 Lecteur Disquette HD
Externe Alim 200 Watt Interne Mikronik Top Case 5,25"
Supplémentaire Panier 3,5" Supplémentaire Façade 5,25 pour
cd-rom Clavier Windows 105 T ROM 3441200 4000, ROM 3,1 Cartes
d'Extensions A500-600-1200- Viper A500 520-33 AT CD+8M0
E-Matrix T-530-40+Controleur AT M-TEC A600 68030 40+4MO Carte
Son Delphina Lite SCSI Kit 1230 60 BLIZZARD 1230 IV
68030 50+MMU Copro FPU 68882 50 PGA.
Cybervision 64 3D 4 Mo Scan Doubler pour Cybervision Cyberstorm MARK III 60 50 + SGI Terminaison UltraWscsi68 active Adaptateur SCSI 68- 50 interne Nappe UltraW SCSI 4 postes Cyberstorm PPC à partir de Blizzard PPC 603e 250 pour 060 Blizzard PPC 603e 250 avec 060 Périohériaues 1 189,- 1 389,- s Disque Dur IDE 3,5" 1,6 GO i Disque Dur IDE 3,5" 2,1 GO I Disque Dur IDE 3,5" 3,2 GO I Disque Dur IDE 3,5" 6,4 GO j Quadrupleur IDE | CD ROM SCSI 12X interne I CD ROM IDE 24X interne IDEFIX 97pour CD ATAPI Joystick Analogique Speedking f Joystick Attack AM î JoyPad CD32 Pro | JoyPad AM 1 Souris à partir
de J Ram 8 MO 32Bits 60ns simple face Ram 16M0 32Bits 60ns simple face Ram 32MO 32Bits 60ns 1 559,- 2 689,- 169,- 859,- 669,- 269,- 79,- 79,- 199,- 79,- 169,- 159,- 279,- 689,- Demandez notre catalogue logiciels de plus de 350 références N Scanner Couleur SCSI i Passe Artec AT6 0x3°° m + ScanQulx 3,8VF a m mation Assembleur Deux d'entre elles ont été spécialement conçues pour gérer les passages de paramètres par la pile. Il s'agit-de Link et Unlk. Ces deux instructions ne sont en général présentes que dans le code généré par un compilateur, car elles sont un peu délicates à utiliser pour
l'humain moyen. Dans les faits, un compilateur s'arrange toujours pour gérer les passages de paramètres. Ceci lui évite d'avoir à jongler ultérieurement avec les registres de données et d'adresses (sauf spécification contraire). Le compilateur adopte donc une technique qui consiste à empiler les paramètres d'une fonc- tion, puis à les extraire de la pile pour effectuer les traitements nécessaires. Au retour de la fonction, il réactualise le pointeur de pile pour remettre la pile dans l'état ou elle était avant l'appel. Les instructions Link et Unlk ont justement été incorporées au jeu
d'instruction du 68000 pour faciliter cette gestion de pile. Ces deux instructions sont complémentaires. En voici une brève définition : Initiation à l'assembleur 12e partie Le 68000 est un microprocesseur du début des années 70 et comme tous ceux de son époque, il a été muni de nombreuses instructions de haut niveau.
Link an,valeur Cette instruction effectue trois actions : elle empile le registre d'adresse An, elle affecte le pointeur de pile (a7) à An, elle ajoute l'entier Valeur au pointeur de pile.
Unlk an Cette instruction n'effectue que deux actions : elle affecte le contenu du registre An au pointeur de pile, elle dépile le dernier mot de 32 bits qui est sur la pile. Le registre An (i.e a0,a1,...,a6) a le rôle du pointeur de contexte (frame pointer). Il pointe à l'endroit initial dans la pile, là où les valeurs ont un sens pour notre programme. Supposons que nous ayons écrit une fonction qui ajoute deux entiers comme un compilateur l'aurait fait. Au moment de l'appeler, le registre An pointe au même endroit que le pointeur de pile. On effectue alors l'instruction Link An, - 8,
laquelle va sauvegarder le contenu de An dans la pile, puis affecter à An l'ancien pointeur de pile et enfin incrémenter le pointeur de pile de -8. Cette dernière opération permet de réserver de la place pour les deux entiers entre l'emplacement où est stocké l'ancien An et l'endroit indiqué par le pointeur de pile. Nous n'avons plus qu'à affecter nos deux paramètres dans la pile et sauter dans la fonction. La fonction a été écrite dans la même philosophie et elle sait retrouver ses paramètres dans la pile. Attention à l'utilisation d'une instruction de saut avec retour, comme Jsr ou
Bsr, car la dernière valeur sur la pile est la valeur de retour pour l'appel. Une fois la fonction terminée, il suffit de faire Unlink an pour retrouver le pointeur de pile et le registre An d'avant l'appel.
Passons tout de suite à un exemple qui utilise cette technique à fond. Il s'agit d'un listing qui implémente une fonction récursive permettant de dessiner le flocon de Von Coch.
David Mignon Ecrit pour Devpac . .Pour Asm-one ajouter ;la directive INCDIR avec le répertoire correct et supprimer opt c+, d- ; exemple : INCDIR "Asm- one :include " opt c+,d- inolude ex.ec i exec_l ib. I include intuition intuition.i include intuition intuition_lib. I include graphies gra- phics__lib. I xl equ 0 yl equ 4 x2 equ 8 y2 equ 12 x3 equ 16 y3 equ 20 x4 equ 24 y4 equ 28 x5 equ 32 y5 equ 36 n equ 40 max equ 6 rac equ 28377 OPENLIB MACRO lea (pc),al moveq 0,d0 CALLEXEC OpenLibrary move.l d0, 2 ENDM CLOSELIB MACRO move.l l,al CALLEXEC CloseLibrary ENDM on suppose que a5 est le
frame pointer EMPILE_PARAMS MACRO link a5, -44 move.l l,xl(a7) move.l 2,yl(a7) move.l 3,x5(a7) move.l 4,y5(a7) move.l 5,n(a7) ENDM OPENLIB intnom, _IntuitionBase OPENLIB gf xnom, _Gf xBase lea ScreenED,aO CALLINT OpenScreen move.l dO,ScreenEDRast move.l dO,WindowEDSl lea WindowED,aO CALLINT OpenWindow move.l dO,WindowEDRast EMPILE_PARAMS 100, 400, 400, 400, 0 bsr koeh unlk a5 EMPILE_PARAMS 250, 141, 100, 400, 0 bsr koeh unlk a5 EMPILE_PARAMS 400, 400, 250, 141, 0 bsr koeh unlk a5 bsr cliquer_souris move.l WindowEDRast,aO CALLINT CloseWindow move.l ScreenEDRast,aO CALLINT CloseScreen
CLOSELIB _GfxBase CLOSELIB _IntuitionBase rts cliquer_souris move.l WindowEDRast,aO move.l 86(aO),a0 CALLEXEC GetMsg tst.l dO beq.s cliquer_souris rts prendre a6 comme frame pointer temporaire car a7 Atéo Concepts contient ;en plus l'adresse de retour koch movea.l a7,a6 adda.l 4,a6 move.l xl(a6), dO move.l yl(a6) , dl move.l x5 (a6) , d2 move.l y5(a6) , d3 move.l n(a6),d4 cmp. 1 max,d4 beq terminal bsr calcul_fractal movea.l a7,a6 adda.l 4,a6 move.l n(a6) d4 addq.l l,d4 EMPILE_PARAMS xl (a6) ,yl (a6) ,x2 (a6) ,y2 (a
6) ,d4 bsr koch unlk a5 movea.1 a7, a6 adda.l 4,a6 move.l
n(a6),d4 addq.l l,d4 EMPI LE_PARAMS x2 (a6) ,y2 (a6) ,x3 (a6)
,y3 (a
6) ,d4 bsr koch unlk a5 movea.l a7,a6 adda.l 4,a6 move.l n(a6),
d4 addq.l l,d4 EMPILE_PARAMS x3 (a6) ,y3 (a6) , x4 (a6) ,y4
(a
6) ,d4 bsr koch unlk a5 movea.l a7,a6 adda.l 4,a6 move.1 n ( a6
) , d4 addq.l l,d4 EMPI LE_PARAMS x4 (a6) , y4(a6) ,x5(a6)
,y5 (a
6) ,d4 bsr koch unlk a5 rts terminal movem.l d0-d7 a0-a6,- (a7)
move.l ScreenEDRast,al lea $ 54(al),al exg d5,d0 exg d6,dl
move.l l,dO CALLGRAF SetAPen exg d5,d0 exg d6, dl and.1
$ 3ff,dO and.1 $ 3fffdl move.l ScreenEDRast,al lea $ 54(al),al
CALLGRAF Move move.l d2,d0 move.l d3,dl move.l ScreenEDRast,al
lea $ 54(al),al CALLGRAF Draw movem.l (a7)+,d0- d7 a0-a6 rts
;ici a6 pointe dans la pile au bon endroit ; il faut calculer
; dO=xl dl=yl d2=x5 d3=y5 ; x2= (x5-xl) 3+xl ; y2= (y5-yl)
3+yl ; x4= (x5-xl) *2 3+xl ; y4= (y5-yl) *2 3+yl ; x3=
(x4-x2) 2- (y4- y2) *sqrt (3) 2+x2 ; y3= (x4- x2) *sort(3)
2+ (y4- y2) 2+y2 calcul__fractal ; calcul x2 move.l d0,d5
move.l d2,d6 sub.l d5,d6 move.l dl,d5 move.l d3 d7 sub.l d5,d7
move.l d6,d5 divs 3,d5 ext.l d5 add.1 dO, d5 move.l d5,x2(a6)
; calcul y2 move.l d7,d5 divs 3,d5 ext.l d5 add.l dl,d5
move.l d5,y2(a6) ; calcul x4 move.1 d6,d5 add.l d5,d5 divs
3,d5 ext.l d5 add.l d0,d5 move.l d5,x4(a6) ; calcul y4 move.l
d7,d5 add.l d5,d5 divs 3,d5 ext.l d5 add.l dl,d5 move.l
d5,y4(a6) move. 1 x2 (a6) , dO move.l y2 (a6) ,dl move.l
x4(a6),d2 move.l y4(a6) ,d3 move.l d0,d5 move.l d2,d6 sub.l
d5,d6 move.l dl,d5 move.l d3,d7 sub.l d5,d7 ; calcul x3 move.l
d6,d5 asr.l l,d5 move.l d7,d4 muls rac,d4 asr.l 8,d4 asr.l
7,d4 ext.l d4 sub.l d4,d5 add.l d0,d5 move.l d5,x3(a6) ;
calcul y3 move.l d6,d5 muls rac,d5 asr.l 8,d5 asr.l 7,d5
ext.l d5 asr.l l,d7 add.l d7,d5 add.l dl,d5 move.l d5,y3(a6)
rts intnom INTNAME gfxnom GRAFNAME even _IntuitionBase dc.l 0
_GfxBase de.1 0 ScreenED dc.w 0,0,640,512,1 de.b 0,1
dc. w V_HIRES!V_LACE
dc. w CUSTOMSCREEN
dc. l 0
dc. l ScreenEDtitre
dc. l 0,0 ScreenEDtitre dc.b "To recurse is divine ... ", 0
ScreenEDRast de. 1 0 even WindowED
dc. w 0,0, 640, 512 de.b 0,0 de. 1 MOUSEBUTTONS de. 1 BACKDROP !
BOR- DERLESS! SIMPLE_REFRESH!AC TIVATE de.1 0,0,0 WindowEDSl
de. 1 0
dc. l 0
dc. w 0, 0, 0, 0 de. W CUSTOMSCREEN WindowEDRast dc.l 00 (
Fabrication, maintenance et distribution ) Payement ;par
chèçfue. Mandat ou CR.
Part Ijogieiet 40 Prs. Matériel 75 Prs Toiver 120 Pi' Mre-rèmbànmmmr (mutez 60 Frs, CR toiver tél.
De lOh à 19h (samedi sur rendez-vous) Catalogue complet sur simple demande Tél : 02.40.85.30.85 Fax : 02.40.38.33.21 E-Mail : info@ateo-concepts.com Web ; http: www.ateo-concepts.com Adresse : Le Plessis, 44220 - Couëron ( à proximité de Nantes )__ Produits Atéo Branchez 4 périphériques IDE Atéo IDE mux complêt A1200 A4000 ... N.C. 199 Carte seule, sans nappes Al200 A4000 . N.C. 70 Interface pour Clavier PC Pour A1200 monté en boîtier tower ...349 Pour A2 3 4000 ( modèle externe ) 399 Clavier PC 105 touches ...89 Mise à
jour ROM interface clavier PC (1.8) 80 Boîtiers Atéo TOWER + Accessoires Boîtier Médium Tower Al200 (Alim 200W + doc montage + interface clavier PC + clavier)... 1090 Boîtier Grand Tower A4000 (alimentation 230W + nappes + doc montage) 1290 Çqrts graphique. Pjxglfr; .t. Arggg.uj, (4 siots) 1990 Kit branchement module SCSI dans Towers ... 290 Lecteurs de disquettes DD iht. A5 500+, Aô 1200, A2 4000. 250. 230, 210 DD externe tout Amiga .450 HD Interne pour CatWeasel .....175 Périphériques
Périphériques IDE ATAPI Disque Dur 1.7 Go, Fujitsu 1490 CD-ROM 24x interne + prise casque ..790 Tiroir extractible pour disque dur IDE ..150 Périphériques SCSI Disque Dur Fast SCSI3 2.4 Go, Seagate 2390 CD-ROM 8x12x interne (Sony), silencieux! 1190 Lecteur ZIP 100 Mo Cartouche ZIP ... 1190 100 Surf Squirel (SCSI + Série sur port PCMCIA) .... 690 Soft ‘Burn lt' pour graveur de CD ....695 Graveur PHILIPS 265CR interne (2x6x) ... 2590 Scanner A4, 600x600, 24 bits Soft 1990 250 Vidéo Picasso IV (4Mo, Zll lll.
Scandoubleur 100Hz). 2990
- Module audio 16bits pour Picasso IV 1450
- Démodulateur TV pour Picasso IV ..N.C. CyberVIsion
64 3D (4Mo. Sans pass-thru) 1590
- Scandoubleur pour Cybervision (A40Û0) 690
- Codeur Décodeur MPEG Cybervision 1290 Digitaliser 24bits temps
réel - FG24 . 1290 Moniteur SMILE 14"(pitch
0.28) ..... 1390 Moniteur SMILE 15" (pitch
0.28, 30 - 55KHz).... 1990 Moniteur SMILE 17" (pitch 0.28, 1280
x 1024) . 3690 Les Cables Rallonge 3.5flMale vers
2x3.5e . 120 Cable 2.5' vers 3.5'
(approx. 30 cm) N.C. Cable 2.5' vers 2.5' et 3.5*
(approx. 30 cm)... N.C. Doubleurs
d’alimentations 25 Nappe IDE 2
3 connecteurs ..50 70 Nappe SCSI 2 4 8
connecteurs . 50 130 180 Cable SCSI avec centronic 50
pts 120 Cable centronic 50pts vers SUB-D
25pts . 150 Terminaison passive SCSI centronic 50pts 130
Adaptateur clavier DIN 5 vers Minl-DIN 6 ...40 Adaptateur
SUB-D 9pts M vers SUB-D 25pts F .... 39 j=rAccélération Pour
Amiga 600 Apollo 630 68030 à 33 Mhz + Coprocesseur. 795
Àpoilo 630 68030 à 50 Mhz ..1150 Pour
Amiga 1200 Apollo Blizzard 1230 - 68030 à 50 Mhz .. 990 899
Apollo 1240 68040 à 40 Mhz 1990
Apollo Blizzard 1260 - 68060 50 Mhz . 2990 3190 Apollo
1260A 68060 à 66 Mhz .... 3290 Module SCSI
II pour Blizzard ou Apollo ......590 Pour Amiga 2000
Apollo 2030 68030 50 Mhz + Copro + SCSI . 1990 Apollo 2040
68040 à 40 Mhz + SCSI 2590 Blizzard 2060 68060 à 50 Mhz +
SCSI II 4290 Pour Amiga 3000 et 4000 Apollo 4040 68040 à 40
Mhz + SCSI II 2490 Apollo 4060 68060 à 50 Mhz + SCSI II 3990
Cyberstorm MKIII 68060 50Mhz + FW SCSI... 4890 Module SCSI II
pour carte Cyberstorm MKII.... 650 Cartes PPC Nous
contacter ... N.C. Aia s Aussi... Souris 600 DPI 3
boutons (beige) ......95 Mémoires EDO 60 ns,
4, 8, 16. 32 et 64 Mo N.C. Jeux t ests Xf risk Une version
"informatique" du célèbre jeu de société existe aussi sous Unix
et, ce qui ne gâche rien, se révèle excellente !
En tant que jeu multi-joueurs sous Unix, Xf risk utilise le modèle client serveur. Le serveur fait office d'arbitre et ne gère absolument pas des joueurs-machine, même si l'on peut tout de même jouer contre l'ordinateur ! Pour cela, Xf risk propose, en plus du client graphique "humain" trois clients qui jouent automatiquement. Nommés Conway, Colson (d'après leurs auteurs) et Terminator, ils implémentent chacun un algorithme d'intelligence artificielle différent avec un style de jeu qui lui est propre. Dans une partie peuvent s'affronter des joueurs humains (dispersés aux quatre coins du
monde) et des joueurs artificiels (idem) : c'est ce qui fait l'attrait de ce jeu ! Il est aussi passionnant de lancer, par exemple, Conway contre Terminator et d'observer le combat sans intervenir.
Le jeu A l'utilisation, Xf risk s'avère très semblable au désormais classique jeu de Risk sous MacOS. L'inspiration est évidente tant sur le plan du "look" que sur celui du "feel" Le modèle client serveur a cependant ses défauts : il est par exemple impossible de sauvegarder une partie. Eh oui, c'est maintenant que joue votre adversaire australien et pas la semaine prochaine, jour où vous aurez décidé de recharger la sauvegarde pour continuer ! Le serveur Xf risk supporte les deux variantes du Risk : soit chacun doit tenter de conquérir le monde entier, soit chaque joueur a un contrat à
accomplir, connu de lui seul... Il s'agit quasiment de deux principes différents.
Tour de Babel Xf risk a un très gros défaut : il mélange les langues ! Des bouts de phrase en français se mêlent à de l'anglais, ce qui est pour le moins agaçant (par exemple "Conquérir Europe and South America"). Cependant, au vu du plaisir (et de l'intérêt informatique !)
Que procure ce programme, on lui pardonnera ce léger manque de finition.
Jakub Zimmerman Xf risk 0.99 : En hausse ? Client serveur A Différents adversaires-machine A Agréable et convivial En baisse ? C'est du franglais !
Note ? ? ? ?
Super fou Super foui egg est un jeu de réflexion non seulement gratuit, mais aussi tout à fait génial. A mi-chemin entre Tétris et Columns.
Fois que vous remplissez une ligne, l'adversaire est pénalisé par l'apparition d'un bloc. Là ou le jeu devient diabolique c'est quand une opération complète une série qui, en s'effa- SUCER ÊOD wiiP r3:-i
- p p ¦ p 1 ! F BBT* * * c j i 4- --r A- t coup ultime. Quatre
séries d'un coup et c'est la mise à mort certaine de
l'adversaire. A moins qu'il ne réussisse à nous gêner... La
réalisation du jeu se montre parfaite. C'est fluide et
puissant, avec des graphismes, une musique et des bruitages
hilarants. Super foui egg est entièrement réalisé en Bbc basic
; il n'y a pas une seule ligne d'assembleur dans le code
principal, rien que du Basic interprété.
Le jeu contre l'ordinateur est un peu trop difficile pour un joueur ordinaire mais, à deux, c'est vraiment le pied. En bref, Super foui egg est un jeu de réflexion dans la lignée de Pushy II, c'est-à-dire excellent. Ce jeu est l'oeuvre d'Owain Cole, de Visions of the impossible (Voti). Le site Web est à l'adresse http: www.rodean.demon.co.uk VOTI.html. David Feugey Super En hausse ? Un jeu prenant A Et drôle !
En baisse V Un peu ardu contre l'ordinateur Note ? ? ? ? ?
Il s'agit en fait du portage d'un jeu Amiga du domaine public. Dans un sens, c'est un jeu de Tétris où le but est de compléter des séries de quatre éléments de la même couleur. Pas de formes compliquées dans Super foui egg. La force de ce jeu vient du fait que celui-ci se joue à deux, contre l'ordinateur ou face à un autre adversaire. A chaque Zone libre m Doom Ça y est ! Depuis qu'ld software a offert les sources originales de Doom sur Internet, cinq programmeurs l'ont adapté sur Amiga.
La sortie de Doom, en 1993, avait sonné le glas de l'Amiga ludique.
Pour la première fois, le jeu doté de la meilleure animation, de la meilleure action et des meilleurs graphismes n'était pas un produit Amiga. Pire, les développeurs de Doom avaient même insisté sur le fait que c'était impossible à faire sur la machine de Commodore. C'est à ce moment, et à ce moment seulement, que le Pc a commencé à devenir grand public.
Cinq ans plus tard, Id software offre gratuitement sur Internet le code source de Doom, écrit en langage C. Cinq programmeurs (Trance, Peter McGavin, Marcus Ceelnard, Kalle Sandstrom et Georg Steger) recompilent alors le logiciel sur Amiga, juste pour voir. Et là, ô surprise, Doom fonctionne très bien ! Et même aussi rapidement que sur un Pc, pour peu que l'on dispose d'un 68030. Mais le pire, c'est que Doom n'a besoin ni de cartes graphiques, ni de Fpu... Même le chipset Ecs d'un Amiga 500 suffit à la faire tourner rapidement avec toutes les bonnes couleurs !
Il vous le faut !
Il existe donc cinq moteurs pour Doom : AmigaDoom, Adoom, AmiDoom, PsiDoom et DoomAttack. Tous sont légaux, gratuits et tous fonctionnent extrêmement rapidement. A noter qu'ils font des miracles avec les composants Aga, si bien qu'une carte graphique n'apportera absolument aucun gain de performances. Leurs différences se situent au niveau de divers paramètres, comme l'acceptation ou non d'un joystick, du jeu en réseau ou encore de la musique.
Pour les faire fonctionner, il faut bien entendu un fichier Wad et les pilotes graphiques RtgMaster. A la question "Est-ce que Doom a encore un intérêt en 1998 ?"
Nous répondrons sans détours qu'après avoir joué ne serait-ce que dix minutes à ce jeu que l'on connaît par cœur, nous n'avons pu nous empêcher de finir tous les niveaux dans la foulée.
Yann Serra Doom En hausse A Un mythe A Très rapide A Nécessite peu de hardware A Compatible avec les parties Internet En baisse ? L'implantation de la musique est à améliorer Note ? ? ? ? ?
Après Doom, Myst est un autre titre mythique enfin adapté à l'Amiga.
Ous veniez à peine d'effleurer les pages poussiéreuses d'un très ancien grimoire retraçant la légende d'une île imaginaire. Soudain, le monde qui vous entoure disparaît-dans la pénombre et fait place à l'univers du livre, l'univers de Myst. Il n'y a plus qu'une chose à faire : explorer et trouver des objets dans l'espoir de sortir. Au fur et à mesure de sa quête à travers différentes époques, le joueur apprendra que deux frères ont été capturés et qu'il doit libérer l'un des deux.
Gros plan sur un graphisme flamboyant.
Simple mais beau Paradoxalement à tout le tapage que ce produit a suscité, le moteur de Myst est on ne peut plus basique. Il s'agit juste de faire défiler une à une de très belles images en cliquant sur des zones interactives.
D'ailleurs, le code source, initialement écrit en Lingo, tient sur une seule ligne : OnMouseButton go NextFrame.
Autrement dit, le fait qu'il ait fallu attendre cinq ans pour obtenir une version Amiga de ce logiciel relève purement d'une politique commerciale obscurantiste ; dès le début il aurait été possible de le programmer en Amos.
Un jeu grand public Malheureusement, les techniques de jeu d'aventure ont beaucoup évolué en cinq ans. Désormais, un joueur expérimenté réclame beaucoup plus d'interaction avec son environnement. Si la richesse de Myst, qui réside essentiellement dans la qualité esthétique, ravit encore le grand public néophyte, elle risque en revanche de décevoir de nombreux joueurs expérimentés.
Yann Serra En hausse A Adaptation attendue A Graphismes de toute beauté En baisse ? Principe de jeu simpliste ? En anglais Note ? ? ?
D é m o s Xtreme méga démo, la démo vraiment Extrême !
Xtreme est la première démo internationale pour machines Acorn.
Elle regroupe la plupart des grands noms de la scène Acorn mondiale; c'est-à-dire Bass, Arm's tech, Excelsior, Eddie xxx.
T Hc 15î‘3i Internationa; DEMO La première démo internationale puisqu'on vous le dit !
Même si la démo Xtreme est maintenant relativement ancienne, elle reste tout de même toujours attrayante. Fonctionnant sur tous types de machines (des plus anciens Archimèdes aux plus récents RiscPc), certaines de ses parties ne sont accessibles qu'aux possesseurs de configurations spécifiques. Typiquement, un Risc Pc 600 sans StrongArm et équipé d'au moins 1 Mo de Vram, pourra visualiser l'ensemble de la démo Globalement, celle-ci dure de 20 à plus de 30 minutes, en fonction des parties qui sont Une compilation d'effets Xtreme comporte de nombreux effets en 2D et 3D. Ses points forts
viennent sans nul doute des effets classiques, tels les shaded bobs, qui sont les plus rapides jamais vus. On peut également admirer un scrol- Des shaded bobs.
Ling différentiel sur plusieurs niveaux, des zooms, rotations et déformations en temps réel, ainsi que du tracé vectoriel. Les effets 3D se décomposent en deux catégories : la fausse 3D, qui utilise les rotations de palette et autres effets Bitmap, et la vraie 3D, superbe sur un Risc Pc.
Un véritable festival La démo est longue, mais n'y cherchez pas de scénario. Il s'agit de multiples parties distinctes liées avec grand soin. Les deux points communs entre les modules sont la qualité et la puissance du code, d'une part, et la faiblesse des musiques, d'autre part... A de rares exceptions près, il n'y a que de la techno (mais n'est-ce pas le genre qui veut ça ?). Même si l'on ne dispose pas de carte accélératrice, la démo est disponible sur le serveur de démos Acorn d'Armoric, un membre du groupe Arm's tech, au h 11 p : w w w . S i d o n i e imag.fr AcornDemos .
David Feugey 11 numéros de Dream avec CD-Rom = 418 francs __ Mmmm Sommation réteau avec eau avec Java, itions O Reilly & rociates 20 francs O'REJLLY I d'économie !
INU Hf il : Cet ouvrage est également disponible en librairie.
:J __________-S2 iiiiiiiiniiinniiiwinniwiifn'fiwwiHM iiiiiiiwiaiUwiwi™ i rrini1 Oui, je souhaite m'abonner à Dream pour un an.
? Formule 1 : abonnement d'un an à Dream avec 1 CD-Rom + Programmation réseau avec Java, Editions O'Reilly & Associates, 399 francs à l'ordre de Posse Press. Le livre me parviendra séparément, en recommandé.
? Formule 2 : abonnement d'un an à Dream avec 1 CD-Rom, 319 francs, à l'ordre de Posse Press.
Nom : Prénom : ...Adresse : .... .....Code postal : .Ville : .. Machine système (facultatif) : ? Amiga AmigaDos ? Amiga Linux ? Pc Linux ? Pc Divers ? Be BeOs ? Autre machine autre système
: ... Ci-joint un règlement de francs, par ? Chèque bancaire, ? Mandat postal à l'ordre de Posse Press.
En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi commander : Date et signature obligatoires : D R f «Sf AIVI Par téléphone : 01 53 36 84 10 du lundi au vendredi de 9h30 à 18h00 Par fax : 01 43 55 66 68, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 ? Carte bancaire : n° CB i i i i i i i i i i i i i i i ..... expire le i i i i i Offre à renvoyer à Dream abonnement, 1 6, rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Tarif pour la France métropolitaine uniquement. DOM TOM et étranger, ajouter 100 francs au prix de l'abonnement, paiement par mandat uniquement. Offre valable jusqu'au 10 mars 1998 (cachet de la poste faisant foi).
Informatiques et libertés : en application de l'article L27 de la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification pour toute information vous concernant en vous adressant à notre siège social.
Les informations requises sont nécessaires à l'établissement de votre commande. Elles pourront également être cédées à des organismes extérieurs, sauf indication contraire de votre part.
En ce début d'année 1982, le monde de la micro-informatique est en effervescence. La programmation d'un microprocesseur est quelque chose de maintenant parfaitement maîtrisé et les constructeurs se multiplient pour proposer des ordinateurs personnels toujours plus originaux. Commodore annonce la sortie prochaine du C64 et le japonais Kazuhiko Nishi rencontre Bill Gates pour lui montrer un prototype du Msx. La période est excitante et le marché rapporte tellement aux divers investisseurs qu'il est considéré comme l'Eldorado des temps modernes. Il n'en faut pas plus pour convaincre trois
hommes : un des ingénieurs de la console Atari 2600 (Jay Miner), l'un des programmeurs en chef d'Activision (Larry Caplan) et un riche texan (Dave Morris). Animés par le dynamisme de jay Miner, nos trois lurons décident de fonder la société Hi- toro dans le but de construire une nouvelle console révolutionnaire, jay s'occupera de créer le hardware et Larry s'attachera à développer le contenu de la Rom.
L Amiga, une machine qui porte malheur ?
Plus de 5 millions de machines vendues, des prototypes extraordinaires et... une poisse incroyable ! Chronique d'une suite de rebondissements dont on parle encore.
Quant à Dave, on ne lui demande pas grand- chose si ce n'est d'être le président de Hi-toro et d'y investir 7 millions de dollars. En l'occurrence, il trouvera cette somme auprès de trois médecins de Floride.
L'idée géniale de Jay, c'est Yantic. Il s'agit d'un composant à même de traiter tout seul la gestion des sprites, parallèlement au microprocesseur avec lequel il partage la mémoire. Ce composant a fait ses premières armes sur la console 2600 et Atari le trouve tellement performant qu'il entend bien le réutiliser dans sa gamme de micros (les 400 800), ainsi que dans sa nouvelle console, la 5200. Mais qu'importe Atari, Jay Miner a déjà noir sur blanc toutes les caractéristiques de la nouvelle génération de sa puce. De plus, son idée est d'associer le nouvel Antic au 68000, un processeur 16 32
bits de Motorola, alors que tout le marché fonctionne encore avec des architectures 8 bits. A peine installés dans ses nouveaux locaux, nos hommes s'attellent à la tâche pour une nouvelle machine que l'on appelle déjà le Lorraine, en référence à Lorraine Morris, l'épouse de Dave. Dans la foulée, la société a à peine eu le temps de déposer sa raison sociale que l'administration lui tire déjà les oreilles : un fabricant japonais de tondeuses à gazon se nomme déjà Toro. On décide alors d'appeler la société "Amiga Inc." un nom qui sonne bien et qui a le mérite de se trouver avant Atari et
Apple dans l'annuaire.
Le Lorraine Le développement du Lorraine prend du temps et, histoire de commencer un petit peu à se faire connaître, Amiga Inc. se lance dans la conception d'une gamme de joysticks pour consoles. Le plus original est sans aucun doute le joyboard, vendu avec le jeu de ski Mogul maniac pour Atari 2600. Cette espèce de tapis de bain que l'on contrôle par pression des pieds, a eu un succès phénoménal auprès des éditeurs de l'époque. Si bien qu'une petite dizaine de jeux fut développée rien que pour lui. Le préféré de Dale Luck, (un hippy engagé pour s'occuper de l'Os du Lorraine) était Curu
méditation, dans lequel il était question de rester le plus longtemps possible immobile sur le Joyboard. Dale avait pour habitude d'en faire une petite partie à chaque fois que ses expérimentations provoquaient un plantage.
Fin 1983, les employés se sont multipliés et le porte-monnaie d'Amiga Inc. est à sec. Il faut dire que le projet initial d'une console grand public s'est rapidement transformé en la réalisation d'ordinateurs élaborés, surtout depuis que Cari Sassenrath (l'auteur du multitâche) et Dale Luck avaient mis en avant le déclin soudain des Colecovision et Atari 5200 face aux Commodore 64 et autres Apple 2. Par ailleurs, les rumeurs d'un Macintosh chez Apple et d'un Pc-at chez Ibm n'est pas faite pour rassurer les investisseurs contactés par Dave Morris. Aussi est-il décidé de présenter en l'état
le prototype de la machine au Ces d'hiver. Le Lorraine est alors un monstre de plusieurs kilos, rempli de câbles et de cartes éparses. A titre d'exemple, ce qui deviendra plus tard Agnus comprenait alors 750 composants.
L'engin est à un tel point encombrant et précieux qu'on lui réserve un siège (sous le nom de joe Pillow) aux côtés de Rj Mical et Jay Miner dans l'avion qui les transporte.
Mais le 4 janvier 1984, jour de la première présentation, le public est impressionné : il voit s'animer sous ses yeux une boule au carrelage rouge et blanc... toute en 3D (la démo en question avait été programmée la nuit précédente) ! Même si la machine plante totalement au bout de quelques minutes de présentation, l'effet est tout de même suffisamment remarquable pour susciter la curiosité d'éventuels investisseurs.
Bien que contactés, ni Sony ni Apple ne daigneront accorder un quelconque intérêt à ce radiateur fantaisiste. Seul Silicon graphies s'avance à faire une offre relativement maigre, juste pour racheter les composants graphiques.
Andy Warhol, premier utilisateur d'Amiga Cependant, la fin de l'année se termine sur une curieuse visite. Jack Tramiel vient voir l'équipe d'Amiga Inc. pour lui faire part de son intention prochaine de quitter Commodore et de racheter Atari. En ce sens, il se propose d'acquérir le projet Lorraine pour en faire une nouvelle génération d'ordinateurs 16 32 bits. Ce seraient les Jackintosh, pendants graphiques du Macintosh. L'offre est faible (70 cents par action) mais elle est la seule... Jusqu'à ce jour de janvier 1985 où le géant du Le meilleur des Amiga 4000 Contrairement à ce que beaucoup
de gens croient, il existe trois types de cartes mères pour Amiga 4000 : la classique, la Tower et la... Le ! La 4000 Lc040 est une version corrigée de la carte classique : un processeur 68040 est directement soudé dessus, les échanges avec le chipset Aga y sont optimisés et... elle coûte bien moins chère que la carte classique !
Malheureusement, cette carte fut produite à très peu d'exemplaires juste un mois avant la faillite de Commodore. Elle est donc rarissime.
Moment, Commodore lui-même, vient frapper à la porte d'Amiga Inc. Jay Miner et ses collaborateurs sont aux anges : 4,25 dollars par action sont avancés pour racheter entièrement Amiga Inc. et 27 millions de dollars supplémentaires sont posés sur la table pour que le développement reparte sur des bases saines. La seule condition posée est que la machine soit prête six mois plus tard.
Les délais sont rudes et l'on ne pense à rajouter les fonctions vectorielles du Blitter qu'au dernier moment. Mais le premier Commodore Lorraine créé par Amiga (renommé plus simplement Amiga tout court, pas très gênant puisque l'entité du même nom n'existait plus) est dévoilé le 23 juillet sous les yeux de l'artiste fantasque Andy Warhol. Celui-ci se saisit de la souris et se livre alors à la réalisation improvisée du portrait de Deborah Harry, la chanteuse de Blondie, également présente.
La manifestation n'en fut que plus percutante et c'est en grandes pompes que le premier Amiga (comportant la signature de tous ses développeurs sous le capot, y comprit l'empreinte d'une patte de Mitchy, le caniche de jay Miner), est lancé deux mois plus tard. La version de sa carte mère est la Zorro, la première sur laquelle le bus d'extension se montre enfin fonctionnel.
Mais c'est un leurre : les six derniers mois n'avaient en fait pas suffi à intégrer dans l'Amiga toutes les caractéristiques initialement prévues, tels des modes graphiques étendus (ExtraHalfBrite et Ham) et de nombreuses routines du système. C'est d'ailleurs pour cela que les composants graphiques et la Rom volatile sont à ce moment fournis sur une carte fille.
L'Amiga devient allemand, puis américain Vu ce que coûtent les travaux de Jay Miner, Commodore décide d'envoyer tous les plans des nouveaux composants à son équipe de développement en Allemagne (à Braunschweig), beaucoup plus productive.
Il en sort, en 1 986, deux nouvelles machines. Même s'il ressemble comme deux gouttes d'eau à l'Amiga original, l'Amiga 1000 dispose d'une carte mère beaucoup plus intégrée et plus propre (il n'y a plus de carte fille), ainsi que de la toute dernière version des composants graphiques reconnaissant l'affichage en mode Pal (condition sine qua non pour percer sur le marché européen). La nouvelle version du système, YamigaDos 1.1, est à ce point peu fiable que l'on préfère continuer à la Microstory charger sur disquette. L'Amiga 2000, lui, est fourni dans un boîtier plus grand car il est pourvu
de onze connecteurs d'extension ! Par ailleurs, le 2000 est sorti quelques semaines après le 1000, ce qui lui permet de jouir, enfin, d'une version stable d'AmigaDos (la 1.2) en Rom.
Parallèlement, Jack Tramiel, déçu de n'avoir pu racheter le Lorraine, présente ses Atari 260 St et 520 St. D'une conception plus basique, ceux-ci trahissent tout de même d'étranges similitudes avec les Amiga. Commodore, fortement décidé à contrecarrer les plans de son ex-président (voir Dream No 43), demande alors à l'équipe de Jay Miner de sortir un "St killer" La pérennité de l'Amiga retourne ainsi aux laboratoires américains desquels sortent, en 1987 Vamiga 500 (visuellement identique au 520 Stf, avec lecteur de disquette intégré) puis l'Amiga 2000B. Ce dernier bénéficie d'une carte
mère totalement repensée et sa mémoire graphique (Chip Ram) passe de 512 Ko à 1 Mo.
Les machines inconnues De 1987 à 1989, Y Amiga 500 se vend bien et Commodore en est suffisamment satisfait pour faire la sourde oreille aux nouveaux projets de ses ingénieurs. D'ailleurs, l'équipe un peu trop frivole de Jay Miner n'a jamais vraiment apprécié les arrivistes en costume trois pièces du service administratif. Et ce n'est pas un hasard si les deux parties trouvent rapidement un accord économique pour mettre fin à leur collaboration. Désormais, l'Amiga est entre les mains de Commodore et l'on préfère faire naître d'autres projets ailleurs plutôt que de veiller sur sa
maturité commerciale. Il faudra attendre deux ans, pour que le groupe d'ingénieurs de remplacement (dirigé par Jeff Porter et assisté de Dave Haynie) propose, le 17 juillet 1991, l'embryon d'un projet intéressant : l'Amiga 3000+. Loin des configurations intermédiaires que Commodore avait publiées sous le sigle prometteur mais encore méconnu du "multimédia" (les Amiga 3000, 500+, 600 et Cdtv... tous des fiascos), le 3000+ propose un chipset graphique véritablement innovant (le Pandora, ultérieurement appelé Aa puis Aga), un Dsp3210 à 50 Mhz de chez At&t (cinq fois plus rapide qu'un
68040 à 25 Mhz), un 68030 à 25 Mhz et une puce sonore 16 bits à 48 Khz. Dans une interview de l'époque, Jay Miner déclarait que les chipsets Ocs et Ecs avaient été fabriqués en technologie Nmos pour des raisons de coût. Mais il ne comprenait pas pourquoi l'Aga reposait toujours dessus alors que la technologie Cmos offrait le double avantage d'être plus puissante et bien moins chère.
En septembre, Commodore change de P-dg.
La première mission de Medhi Ali consiste à réduire les dépenses fonctionnelles des différents services (développement et marketing, essentiellement) afin de combler un budget largement entamé par les caprices du Président épicuriste Irvin Gould. La première victime est la licence en cours de Vcos. Ecrit par At&t, Vcos était une toute nouvelle couche d'AmigaOs, spécialement développée pour gérer le Dsp comme un calculateur et un modem v32bis. Dommage, le Vcos était la partie la plus finalisée du 3000+.
L'équipe d'ingénieurs réalise de fait une version économique de la machine : il s'agit du 1000+, qui ne possède pas de Dsp. Mais jeff Porter le juge trop peu intéressant en regard du Nyx, le nouveau prototype en préparation. La partie la plus intéressante du Nyx était sans nul doute son chipset Aaa, dit "Triple A" Ce dernier permettait d'atteindre des définitions de 1280x1024 pixels en 24 bits (modes Chunky et planar) et disposait de 8 voies audio, avec une qualité de 100 Khz pour les échantillons sonores. Nous sommes alors en 1992 et le microprocesseur du prototype est encore un 68030.
Cela étant, la roadmap du projet prévoyait à terme de remplacer la famille 680x0 par un processeur Risc Hp pa. La pré-version 4.0 d'AmigaOs était d'ailleurs compilée en ce sens.
Comment Medhi Aii a tué l'Amiga Le seul problème est que Medhi Ali est venu de lui-même dans les laboratoires.
Oscillant entre les cartes mères et les propos enjoués de ses ingénieurs, il découvre, nonchalamment jeté au dessus d'une armoire, le prototype oublié du 1000+. En un instant, séduit par son faible coût de fabrication, il déclare la machine absolument géniale et annule tous les autres projets en cours. Pour des raisons commerciales, c'est sous le nom d'Amiga 4000 que le 1000+ sort en décembre 1992, suivi de près par les Amiga 1200 (remplaçant du 500 avec les composants du 4000) et CD- 32 (la première console 32 bits). Le succès forcément mitigé de ces machines (le public s'attendait à
quelque chose de plus performant) n'empêchera pas Commodore de fermer ses portes le 29 avril 1994. Deux mois plus tard, jay Miner décède des suites d'une longue maladie.
Epilogue 1 998. Le développement de l'Amiga, dont les droits sont passés entre diverses mains (Escom en 1 995 puis Gateway 2000 depuis mai 1997), est enfin relancé grâce aux nouvelles cartes mères d'index information et Dce. Pourquoi un tel acharnement pour assurer la pérennité d'une machine sortie en 1 985 ?
Certainement parce qu'il s'en est vendu près de 5 millions dans le monde... Yann Serra l'espace multimédia Maintenant le vendredi c'est souris... PLUG'IN : 20H - 22H les INTERNAUTES prennent la PAROLE : 22H - 24H et tous le} jours, PLUG’IN EXPRESS: 2UH ARNAUD CHAUDRON FRANCIS ZEGUT VERSION ORIGINALE www.rtl.fr Maintenant, je dis non, non à java ! Ce programme hyper lent, prévu pour un ordinateur qui n'existe pas et qui doit être émulé (la fameuse machine virtuelle). Et encore non pour que l'Amiga soit une machine reposant sur du java.
Il faut contrôler sa machine et non pas se laisser maîtriser. Un seul langage offre la puissance pure du microprocesseur : c'est Yassembleur. Je l'avoue, je ne programme pas en Assembleur. Je me contente juste de faire des programmes tout bêtes en Amos sur mon
500.
Strider.
Et pan, ça devait arriver ! A force d'écrire n'importe quoi sur leurs couvertures, nos confrères de la presse micro Pc ont totalement perdu les gens. Il faut dire que, à la base, il n 'était pas très malin de la part de Sun de trouver l'allégorie de la machine virtuelle comme démonstration.
Mais il est surtout beaucoup plus idiot d'avoir pris cet exemple fantaisiste pour argent comptant et d'avoir écrit des articles démagogiques sur la chose. Aussi, fervents défenseurs de la philosophie "dans Dream, on vous dit les choses vraies", nous nous sentons comme un devoir de réajuster le tir. Java est un langage. Un point c'est tout. Un langage que l'on pourrait comparer au Basic, d'ailleurs (Amos est un Basic sur Amiga), puisqu'il est interprété.
Et comme le Basic, le but de lava est d'être présent sur toutes les machines. Mais le problème avec le Basic, c'est qu'il n'y avait pas un Basic, mais plusieurs Basic, tous disposant de particularités (dans certains, il fallait numéroter les lignes, dans d'autres il fallait au moins quatre arguments à l'instruction Plot...). Par exemple, il est impossible d'exécuter sous Amos un listing Visual Basic ; pourtant, ce sont tous les deux des Basic ! Avec java, il n'y a qu'un seul java. C'est-à-dire qu'un listing tapé sur Pc s'exécutera sans problème sur un Amiga, un Mac ou un RiscPc. Et
comment s'exécutera-t-il ? Et bien par l'intermédiaire de java, justement, comme un listing en Amos s'exécute sous Amos.
Mais, allez savoir pourquoi, les développeurs de Sun ont décidé d'appeler ce java une "machine virtuelle". Si le coeur vous en dit, rien ne vous empêche d'appeler aussi l'interface d'Amos une machine virtuelle ; c'est ridicule mais vous auriez raison.
L'intérêt de programmer en java sur Amiga ? Honnêtement, il est très faible. Mais réfléchissez deux minutes : avoir Java sur Amiga revient à dire que l'on peut utiliser tous les programmes développés en java sur Pc ou Mac. Et ça a l'air plutôt intéressant : le géant Corel a reprogrammé toute sa suite bureautique en Java ! Bien entendu, comme il s'agit d'un langage interprété, les performances d'un programme écrit en java auront sans aucun doute les mêmes performances qu'un programme écrit en Amos. En résumé : ne pas vouloir de java sur son ordinateur, ça veut dire ne pas vouloir utili
ser plus de logiciels. Et, quitte à programmer en Amos, autant programmer en Java : c'est pareil sauf que l'on peut distribuer son logiciel à un plus grand nombre !
JE NE LIS PAS DREAM Comment faire fonctionner mes jeux d'Amiga 500 sur mon Pentium-Windows 95 ?
Sébastien, Verneuil.
C'est simple, il suffit d'utiliser un émulateur. Cet émulateur s'appelle Uae et est distribué gratuitement presque tous les mois sur un magazine comme Pc team. A noter l'arrivée d'Amiga forever, un autre émulateur, plus performant mais commercial.
LINUX PAS BEAU Est-ce que Linux marcherait mieux sur mon Amiga si j'achetais une carte graphique ?
Etienne.
Uniquement si vous faites l'acquisition d'une carte Cybervision
64. C'est en effet la seule carte graphique qui soit pleinement
supportée sur la version Amiga du noyau Linux. La Cybervision
64 vous permettra de fonctionner en 256 couleurs très
rapidement et dans des définitions plus poussées que celles
de l'Aga.
1200 4- CARTE GRAPHIQUE Une Picasso 4 est-elle vraiment utilisable sans problème sur 1200 avec bus Zorro 21 Y a-t-il un scandoubler de prévu avec cette carte ? Comme je prévois d'acquérir une carte Ppc de Phase 5 en même temps, serait-il mieux d'attendre les cartes graphiques pour cartes Ppc ? Y'a-t-il un scandoubler de prévu pour la version 1200 de ces cartes ?
Brice.
La Picasso 4 est une carte graphique qui dispose d'un scandoubler. Elle se connecte à la fois dans un bus Zorro2 et dans le bus vidéo standard. Pour utiliser une Picasso 4 sur Amiga 1200, il faut donc disposer d'une carte fille Zorro 2 avec connecteur vidéo interne (ce qui n'est pas le cas de toutes, demandez à votre revendeur).
Par ailleurs, aucune annonce n'a été faite sur un éventuel scandoubler pour la carte CybervisionPpc.
Normalement, cela devrait aller de soi, mais Phase 5 nous a appris à être méfiants depuis le coup de la Cybervision 64 3D, sortie en deux morceaux successifs.
AFFICHAGE SOUS AFTERSTEP Ma carte graphique autorise une définition maximale de 1024 x 756 pixels en 24 bits.
Combien de bits puis-je avoir sous AfterStep ? Et comment ?
Comment définir la taille d'un bouton Wharf ?
Hon Wai Wan.
Le nombre de couleurs affichées n'est pas géré par le Window manager mais par le serveur X. Si vous utilisez Xeree et que vous le lancez avec startx, utilisez : startx bpp 16 Ceci lance X-Window en 655356 couleurs, ce qui est largement suffisant dans la plupart des cas. Les valeurs 24 ou 32 sont possibles, suivant les cartes graphiques et leur support dans Xfree. Pour des raisons de cohérence, c'est le pixmap affiché dans le Wharf qui doit s'adapter à la taille maximale des boutons. Nous publierons très prochainement un article sur le sujet.
Désormais, il est possible d'écrire à Dream par E-mail !
N'hésitez donc pas à envoyer toutes vos missives à l'adresse dream@posse- press.com. Nos experts se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions !
VENTES Vds Amiga 1200 + 4 Mo Fast + copro 33 Mhz + HD810 Mo Ide + DD210 Mo Scsi + écran 1084S + CD-32 avec S-port + jeux, utils... Prix à déb. Tél. : 03 81 49 16 65.
Vds A1200 68030 28 Mhz 8 Mo + écran + DD340 + CD X 2 + Alim. 175 Wat + logiciels + jeux + CD + imprimante HP400 couleurs. 4 500 F à déb. Tél. : 04 90 60 29 59.
Vds Amiga 500 1 Mo + lect.
Externe + imprimante mat.
Panasonic 1081 + joys. + originaux (jeux et utilitaires) le tout 800 F. Tél. : 01 4240 23 19.
Collection H3CD laser audio classiques état neufs 600 F. Range-disques automatique offert. Tél. : 01 47 49 02 48.
Pour Amiga 1200 Rom 3.1 + disk = 250 F. 3.0 + disk 200 F. 8 Mo pour Bliz. IV 150 F pour tout Amiga : Kit home music 200 F cadeau Painter 3D. Tél. : 01 47 49 02 48.
Pour Amiga 1200 Vds ext.
Mémoire + 4 Mo = 400 F modem 14400 bds + cable = 400 F carte M-tec 68030 45 Mhz + 8 Mo = 700 F. Tél. : 03
- -----------------------r - Tarif ....T - ~--r - : des
PA Abonné Dream Non abonné Dream Insertion maqazine Dream 0F
20F Option couplée maqazine PC Team (+15F) (+15F) Option en
qras (+10F) (+20F) Total 83 48 35 18 ou 01 48 08 58 38.
Vds Amiga 1200 + tour Ateo + CD4X + Blizz ; 1230 IV 50 Mhz + 16 Mo + HD 520 Mo = clavier PC + alim. 230 W = 4 000 F ports compris. Christophe.
Tél : 04 79 37 75 95.
I Envoyez votre règlement (selon les tarifs ci-dessus) par chèque à | l'ordre de Posse Press PA, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 j Paris. La vente ou l'échange de logiciels concernent uniquement i les originaux. Dream se réserve le droit de refuser toute annonce. - i Rubriques : 3 achats O ventes 3 contacts - Système : ? Amiga j J Linux 3 autre Vds Amiga 500 1 Mo ram + imprimante + logiciels . Très bon état. Prix à débattre ; Frindel Y. 9, rue de Bergheim.
67100 Strasbourg. Tél. : 03 88 84 63 93.
Amiga 1200, HD 2 Go (3.5p), HD 70 Mo (2.5p) modem 33600 bds, carte ext. Mémoire, 2 barrettes 8 Mo, lecteur D7 moniteur, 300 D7 de jeux et utils prix casses demandez Sony au 03 87 37 31 69.
I l Petites annonces Vends CD-Rom Amiga et jeux Playstation. Cherche contact sur PC. Tél. : 05 61 12 25 27.
Cherche CD Collection 1 7 bits n° 1,2,3 + Dises porte du temps Amiga 500 1200. Tél. : 05 61 58 03 52. Demandez Gérard.
Vds Siamese Systèms (coupler un PC + un Amiga) : 900 F. HD 540 Mo (2.5p) : 1 1 00 F. Blizzard 060 : 2000 F. Tél. : 05 49 60 21 10. (week-end).
Vds carte Apollo 1230 25 Mhz + 4 Mo + copro tout 400 F. Tél. : 04 94 12 76 53 ou 06 81 13 33 62.
Le logiciel de voyance Tarology est arrivé. Disponible en version démo. Chez les meilleurs fournisseurs DP.
Essayez-le.
59 jeux Playstation 150 F l'un et 5 jeux N64 200 F l'un. Tous jeux = neufs sous emballage et jamais ouverts. Tél. : Julien au 01 30 40 16 31.
Vends modem Creatix 14400 Bds fax modem minitel 400 F. Vds ext. Mémoire Amiga 1200 4 Mo + support copro 400 F. Tél. : 04 93 74 94 85.
Forum Vds carte Mtec 1230 28 Mhz + copro 68882 + 4 Mo Ram 32 bits. Prix : 600 F. Fabrice Tél. : 03 21 59 07 82.
CONTACTS Echange jeux Amiga 1200 et Amiga 500. Envoyer liste à Fouchet Sergee, la Rouablere 35500 ST M'Hervé (et vds Mégarive + jeu = 300 F).
Cherche carte Apollo 2060 ou
2030. Tél. : 04 78 88 28 46 ; après 1 7 h 30 Recherche éducatifs,
Carton rouge coupe du monde, (help me !). Blondel Dany, 3,
voie Henri Dunant 59760 Grande- Synthe.
Dream est édité par Posse Press, SARL au capital de 250 000 francs, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Téléphone : 01 53 36 84 10 Télécopie : 01 43 5S 66 68 Directeur de publication : Romain Canonge Tél. : 01 53 36 84 25 Email : rcanonge@posse-press.com Directrice de la rédaction : Christine Robert Tél. : 01 53 36 84 24 Email : crobert@posse-press.com Responsable promotion publicité : Hélène Blondel Tél. : 01 53 36 84 20 Email : hblondel@posse-press.com Responsable comptable et administrative : Arigelina Parmentier Tél. : 01 53 36 84 23 Email : admin@posse-press.com Assistante de direction : Valérie Ambrosio Tél. : 01 53 36 84 11 Secrétaire générale : Anna Vincent Tél. : 01 53 36 84 10
Renseignements : (technique, vpc, abonnements) Tél. : 01 53 36 84 18 du mardi au vendredi de lOhOOà 12h30 Rédacteur en chef : Yann Serra Tél. : 01 53 36 84 15 Email : yserra@posse-press.com Directeur des projets multimédia : Frédéric Botton Tél. : 01 53 36 84 12 Rédacteur projet multimédia : Christophe Kirsh Tél. : 01 53 36 84 12 Email : fbotton@posse-press.com Ont collaboré à ce numéro : David Curé, Eric Dumas, David Feugey, Guillaume Girard, Emile Heitor, Bernard Médioni, David Mignon, Christophe Morvant, Vincent Oneto, Frédéric Peschanski, Jakub Zimmeramn.
Directeur artistique : Pierre-Yves Roudy Tél. : 01 53 36 84 28 Email : pyroudy@hol.fr 1" rédacteur graphiste : Catherine Paire Tél. : 01 53 36 84 27 Rédacteur graphiste : Séverine Briaud Tél. : 01 53 36 84 27 Illustrateur : Christophe Bardon Réalisation du CD Posse Press Fabrication : Photogravure : La station graphique Impression : Léonce Deprez Réassort : Distrimédia (Toulouse) Tél. : 05 61 40 74 74 Diffusion : Mlp Dépôt légal : à parution Commission paritaire : n°75364 Représentant légal : Romain Canonge Associés principaux : Romain Canonge, Christine Robert Copyright 1997 - Posse Press
Toute représentation ou toute reproduction intégrale ou partielle du magazine, toute utilisation du logo de Dream ne peuvent se faire sans l'accord de l'éditeur. L'envoi de textes, photos, logiciels à l'éditeur implique l'acceptation par l'auteur de leur libre publication. Sauf accord spécial, les documents ne sont jamais restitués. L'éditeur décline toute responsabilité quant aux opinions formulées dans les articles, celles-ci n'engageant que les auteurs. Les marques citées appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Leur citation est faite sans aucun but publicitaire et ne signifie
en aucun cas que les procédés soient tombés dans le domaine public.
Pesse s s 30F Le Pc sans se f _ ? PûfiTB planter F Tout pour comprendre et ~4 acheter un l r' tijÊÉ ordinateur jST V multimédia : V~~~ ' l'unité centrale, le ItT-.
Stockage ___- magnétique, l'affichage, le multimédia, les communications, les imprimantes, les souris, les joysticks... Avec CD-Rom 30F Le Pc sans p‘ • • ? P3R1B fausses notes I rjïluJ musique assistée I T" ; 5 1 par ordinateur : le I Midi, le hardware, l r"W Qr | Internet, rubriques 1 pratiques... Avec 1 fffQ A L- un CD comprenant 34 démonstrations commerciales, 50 Mo de modules, 13 trackers, 100 fichiers Wav... 35F Le Pc dans la rr-rrr . ? PORT B p°che Tous les 1 aaMWBBE3 I "TU_L ordinateurs de iscSaÉT poche : Psion r T sériés 3 et 5, Irssr If Palmpilot, Hp48, Ti92, Newton, Windows
ce... Avec tous les logiciels de connexion pour Amiga, Atari, Linux, etc. 20F La bible du jeu Amiga IDR l La référence en matière de jeux pour Amiga et MetiV CD-32. Découvrez les 101 meilleurs BçKj jeux, 101 trucs et astuces et un méga-dossier sur les jeux de foot. Incontournable.
15F 3» team astuces, fichiers images, sons... LES ANCIENS NUMÉROS AVEC DISQUETTE AMIBA
• Dream n°1 Dossier : la CD-32 Reportage : l'ECTS de Londres
Disquette : DSS 1, version complète
• Dream n°2 Dossier : les jeux de Noël Reportage : comparatif
numériseurs Disquette : Amos turbo
• Dream n°3 Dossier : les imprimantes Reportage : le Supergames
show Disquette : Cinemorph, version complète
• Dream n°4 Dossier : les virus Reportage : le Winter ces de Las
Vegas Disquette : Quickwrite, version complète
• Dream n°5 Dossier : sex'n'Amiga Labo : Blitz basic 2,
Mediapoint... Disquette : Skidmarks démo
• Dream n°6 Dossier : le salon Imagina 94 Labo : ADPro 2.5,
Quarterback... Disquette : Personal paint 4, version complète
• Dream n°7 Dossier : le piratage Labo : Scenery animator, Vidi
24, le PAR... Disquette : Canon studio, version complète
• Dream n°8 Dossier : les simulateurs Labo : Overdrive CD,
Caligari, Directory opus... Disquette : Personal font maker,
version light
• Dream n°9 Dossier : l'Amiga en vacances Labo : Imagine 3.0,
Emplant Disquette : Abank
• Dream n°10 Dossier : les mangas et l'Amiga Labo : carte M-Tec,
Can do... Disquette : une sélection de DP
• Dream n°11 Dossier : l'avenir de l'Amiga Labo : Lightwave,
Dice, Videostage... Disquette : Painter 3D, version complète
• Dream n°12 Dossier : la création d'un jeu Labo : DSS 3.0,
DirWork, Brilliance 2... Disquette : Desktop magic
• Dream n°13 Dossier : l'Amiga à la télé 20F ?PORTS Labo :
PageStream, Panorama Disquette : Virus checker 6.41
• Dream n°14 Dossier : l'Amiga et les graphismes Reportage : Le
World of Amiga Disquette : Real time sound processor II lite
• Dream n°15 Dossier : le rachat de l'Amiga Labo : Photogenics...
Disquette : Skidmarks II, la démo
• Dream n°16 Dossier : les clones Amiga arrivent Reportage :
l'Amiga s'impose à Imagina Disquette : Photogenics, la démo
• Dream n°17 Dossier : la Doom-mania arrive sur Amiga Labo :
GoldEd 2.1.1, Easy calc, Studio professional 2... Disquette :
DSS 3, version complète
• Dream n°18 Dossier : l'ECTS de Londres Labo : Dpaint V, Scala
mm400, Sherlock, Diavolo, Power CD... Disquette : Brutal, la
démo
• Dream n°19 Dossier : les dessous du rachat par Escom Reportage
: l'Amiga à L'E3 de Los Angeles Disquette : OctaMed pro 5.04,
version complète
• Dream n°20 Dossier : l'Amiga et Internet Labo : Photogenics
1.2, Kit tower 1200, Digita organiser... Disquette : Obsession
flipper, la démo
• Dream n°21 Dossier : transformez votre Amiga en Pc, Mac... Labo
: OctaMed 6, AsimCDFS, Fax on ... Disquette : Flight of the
amazon queen, la démo
• Dream n°22 Dossier : l'avenir ludique de l'Amiga Labo : CD
Write, lecteur Zip... Disquette : Vroom multiplayer, version
complète
• Dream n°23 Dossier : optimisez votre Workbench !
Reportage : l'Amiga aux commandes du virtuel Disquette : Coala, la démo
• Dream n°24 Dossier : choisir un lecteur CD- Rom pour Amiga Labo
: Devpac 3.5, carte Piccolo, Action Replay 1200... Disquette :
Boston bomb club, version complète
• Dream n°2S Dossier : l'Amiga expo fait un carton Labo :
Directory opus 5.0 Disquette : Virus checker 8.03
• Dream n°26 Dossier : les ordinateurs exotiques Labo :
ImagineVision, Blitz basic
2. 1, Arts et frontières... Disquette : Zeewolf 2, la démo
• Dream n°27 Dossier : le guide du programmeur Labo : la carte
68060 Blizzard 1260T Disquette : Gloom deluxe, la démo
• Dream n°28 Dossier : les extension du Pc au service de l'Amiga
Labo : Tower TBD, SX32, TurboCalc 3.5, @-Net... Disquette :
TurboPrint professional 4.1, version light
• Dream n°29 Dossier : Viscorp rachète l'Amiga Labo : DeltaTower,
DiskSalv4... Disquette : MandelTour AGA, version complète
• Dream n°30 Dossier : toutes les clés pour éviter la galère Labo
: Wordworth 5, World atlas, encyclopédie Adfi... Disquette :
Blitzbank 2.1
• Dream n°31 Dossier : le quizz de l'été Labo : Image FX 2.a,
Artpad 2, Vid 24, Kit internet... Disquette : une sélection de
DP
• Dream n°32 Dossier : quel fournisseur Internet choisir ?
Labo : Turbo print v 4.1... Disquette : Poweroïds
• Dream n°33 Dossier : le multimédia et l'Amiga Labo : la carte
Cyberstorm 060 Disquette : une sélection de DP
• Dream n°34 Dossier : la communauté Amiga à la rescousse Labo :
OctaMED, Soundstudio, Imagine 5.0... Disquette : Alien breed 3D
2, la démo
• Dream n°35 jeu : Capital punishment Labo : iBrowse,
InterOffice, MaxDOS
• Dream n°36 Dossier : pourquoi investir sur Amiga Labo : 2
modems 33600bps, X- DVE, SMD-100... Disquette : une sélection
de DP
• Dream n°37 Dossier : gagnez de l'argent avec votre Amiga
Reportage : l'histoire de l'informatique à Londres Disquette :
Magic menu 2.15
• Dream n°38 Amigazone : Typesmith, Wordworth Linuxzone :
Lincity, Xquad, Lyx Disquette Amiga : Doopsi, Monopoly... LES
ANCIENS NUMÉROS AVEC CD AMIGA, ATARI, BE. LINUX, RISC PC...
• Dream n°39 Amigazone : les browsers Web, Shapeshifter...
Linuxzone : Xwindow, The gimp, Mesa OpenGL, Xclamation...
Disquette Amiga : Gestion 2000 (démo) et FirePower Tous les
classiques du jeu sont encore disponibles sur Amiga : Bat II,
Battle isle Italie, Celtic legends, Cisco heat, Fous du volant,
Géants du sport, Harrier assault, Humans, Indy 4, It came from
the desert, Kick off, Last ninja 3, Loom, Pack tortues ninja,
Trivial pursuit... N'hésitez pas à appeler au 01 53 36 84 18
pour connaître les disponibilités et les nouveaux arrivages.
Merci d'indiquer, dans la mesure du possible, un jeu de
remplacement en cas de rupture de stock sur votre premier
choix.
• Dream n°40 Amigazone : Blobz, Cybervision 64 3D, Airmail Linux
: les distributions, Maëlstrom, DDD, CDE... Disquette Amiga :
Amigameboy, WebDesign, VirusZ-ll... 25F ?PüfiTB
• Dream n°41 (épuisé)
• Dream n°42 Dossier : tout sur Java Amiga : PcTask vs Pcx,
Organiser 2... Linux : Hotjava, Xanim En pratique : le RiscOs,
la connectique Amiga Sur le CD : Atari, amiga, BeOs, Linux,
RiscPc, spécial démos de groupes
• Dream n°43 Dossier : les clones Amiga Linux expliqué aux
débutants Amiga : Quake et Duke existent Atari : comment
installer Linux et X Window Risc Pc : meilleur kit Internet ?
CD : 140 émulateurs !
• Dream n°44 Dossier : Persistence of Vision Tests : StarOffice
3.1 pour Linux, système pOS, Psion séries 5 Découverte : Warp
4.0, le processeur Power Sur le CD : Pov pour Amiga, Atari,
Linux, Risc Pc...
• Dream n°4S Dossier : Latex pour tous les systèmes Labo : Art
effect 2, Applixware
4. 3... Plein feu : les processeurs Alpha Sur le CD : 50 Mo de
bureautique Os 2, 25 Mo d'utilitaires graphiques pour RiscOs,
50 Mo de jeux pour Falcon, 60 Mo de démos pour Amiga.
• Dream N°46 Dossier : remplacez Windows par la Debian gnu Linux
Labo : Cyberstorm Ppc, The Gimp, Window maker... Découverte :
que vaut BeOs pr2 ?
Sur le CD : distribution Debian gnu Linux (pour Pc) et Dream Linux (pour Amiga). Logiciels Gnu pour Os 2, 40 Mo de démos Falcon, 100 Mo de démos commerciales pour Risc Pc.
• Dream N°47 Dossier : les secrets des nouveaux processeurs.
Labo : Deux stations Alpha, Kde, Cyberstorm Mk3, Coldfire... Sur le CD : Kde, version complète d'Octamed, Mint, le Fixpack 5, Linux pour RiscPc... N D B N M M Coupon à renvoyer à Posse Press Dream's bootik 16, rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Nom : ... Prénom : ..... Adresse : ...... Code postal : ..... Ville : .... Téléphone : .. Machine Système : Articles choisis Prix £gj| m Port A : gratuit (France, étranger et Dom-Tom) Port B : 16 francs (France), 20 francs (étranger et Dom-Tom) Port C : 21 francs (France), 35 francs (étranger et Dom-Tom) Si
plusieurs produits sont commandés avec des ports différents, ne compter que le port le plus cher.
+ port Total expire le i i i i i ? Mandat J carte bancaire rr lllll lllll I 1 L L 1 Je règle par : ? Chèque à l'ordre de Posse Press Date et signature obligatoires : En cas de paiement par carte bancaire, vous pouvez aussi commander :
• Par téléphone : 01 53 36 84 10 du Lundi au Vendredi de 9h30 à
18h00
• Par fax : 01 43 55 66 68, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24
Informatiques et libertés : en application de l'article 127 de
la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique et aux
libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification
pour toute information vous concernant en vous adressant à
notre siège social. Les informations requises sont nécessaires
à l'établissement de votre commande. Elles pourront également
être cédées à des organismes extérieurs, sauf indication
contraire de votre part.
A ceux qui veulent aller plus loin avec Java, les ÉDITIONS O’REILLY proposent : Programmation réseau JAVAH avec Java tPrmWiTM Elliotte Rusty Harold L'avènement de Java a révolutionné l'approche de la programmation réseau, réservée jusqu'alors à un petit nombre d'initiés. Grâce à ce nouveau language, le développeur peut ajouter le réseau à sa panoplie, au même titre que les threads ou l’interface V graphique. A l'aide d'exemples de code, cet ouvrage traite de l'utilisation de toutes les fonctionnalités réseau de Java 1.1, qu'il s'agisse de RMI (Remote Method Invocation), de sockets, de
protocoles multipoints, de servlets. Ou plus simplement des URL et des applets.
Novembre 1997 440 pages 2-84177-034-6 220 F Beans Java : guide du programmeur Robert Englander Le concept de Beans est une avancée majeure pour les développeurs Java.
Les Beans sont des composants logiciels destinés à être aisément t,- inclus dans un programme Java quelconque. Le but de ce livre n'est pas seulement de montrer comment utiliser les Beans, mais aussi d'apprendre à en créer.
Novembre 97 350 pages 2-84177-038-9 220 F Tous ces livres et bien d’autres sont en vente chez votre libraire habituel Java par la pratique JAVif* Pat Niemexer & Josh Peck Ce livre est destiné à tous ceux qui souhaitent apprendre à programmer rapidement des applications Java de haut niveau. Il vous explique non seulement comment réaliser des pages WWW dynamiques, mais aussi écrire des gestionnaires de contenu, C 7 des programmes réseau, et autres applications autonomes, comme un testeur de sécurité réseau.
Vous apprendrez également à utiliser de façon optimale les threads, les tableaux, AWT (Abstract Windowing Toolkit), etc. Octobre 1996 436 pages 2-84177-022-2 220 F JDBC et Java : Guide du programmeur JIMM George Reese Cet ouvrage, qui suppose l'accès à une base de données et une certaine familiarité avec Java, décrit la version
1. 1 du langage et détaille l’essentiel des classes JDBC (y
compris les procédures stockées) et RMI. Mais l'originalité de
ce guide tient avant c o tout à l'ensemble de modèles
(patterns) qu'il propose afin d'isoler les différentes
opérations (création, stockage et extraction des données,
validation et annulation des transactions, etc.) effectuées
par l'application et en faciliter ainsi tant l'enrichissement
que la maintenance. Vous y apprendrez de plus à créer et
manipuler des objets distribués grâce à l'interface RMI.
Toutes les techniques exposées sont illustrées par des
exemples fonctionnels.
Février 1998 230 pages 2-84177-042-7 220 F O’REILLY TM Web : http: www.oreilly.com international france 1 Java certifié Iso, est-ce vraiment une bonne idée ?
C'estfait. Java a enfin le tampon de l'iso. Sun a de quoi se frotter les mains : désormais, soit on est compatible à 100% avec te standard officie Iso, soit on n est pas Java du tout et on n V pas le droit d'utiliser le label. I u revoir.
Internet Explorer. Cependant. La certification en question pose de graves problèmes : en particulier; elle risque de ralentir révolution de Java (les spécifications actuelles ne portent que sur la version 1.02, alors que ta 1.2pointe déjà son nez...). Pire. Cette récente norme Iso est entre les seules mains de Sun. qui ne rêve que de devenir Microsoft à la place de Microsoft.
De nombreuses sociétés s inquiètent de ce monopole quasiment institutionnel ; si la domination de . Microsoft est difficile à vivre, que sera celle de Sun. qui dispose en plus d'un indéniable savoir-faire technologique ?
2 Apache sur Amiga !
Apache est une référence dans le monde Unix. Il s'agit du logiciel le plus complet et le plus professionnel pour créer un seiveur Web. A Pheure actuelle, on estime que plus de 40 % des serveurs Internet P utilisent. L'excellente nouvelle est qu 'Apache vient d'être adapté à P Amiga ! Complètement compatible avec la version originale (il reconnaît même les anciens fichiers de configuration), Amiga Apache peut exécuter des scripts Arcxx (ce qui permet de faire fonctionner des moteurs de recherche Amiga, comme une base de données Info file, par exemple).
Http :lfm'ïvw.xs4all. nlf- albertvlapac he index.html. 3
- x * --- . • * ?
L'adversaire (à droite) va avoir des soucis.
çant, en complète une autre et ainsi de suite.
A cet égard, quand deux séries sont complétées en un seul coup, ce n'est pas un bloc de pénalité qui apparaît dans la fenêtre de son adversaire mais bien une ligne de blocs !
Diabolique Le but du jeu est donc de créer des séries presque complètes et de les finir en un seul

Click image to download PDF

Merci pour votre aide à l'agrandissement d'Amigaland.com !


Thanks for you help to extend Amigaland.com !
frdanlenfideelhuitjanoplptroruessvtr

Connexion

Pub+

37.7% 
16.7% 
5.6% 
4.4% 
3.8% 
3.3% 
3.3% 
2.2% 
1.8% 
1.1% 

Today: 18
Yesterday: 119
This Week: 364
Last Week: 581
This Month: 2228
Last Month: 2550
Total: 68918

Information cookies

Cookies are short reports that are sent and stored on the hard drive of the user's computer through your browser when it connects to a web. Cookies can be used to collect and store user data while connected to provide you the requested services and sometimes tend not to keep. Cookies can be themselves or others.

There are several types of cookies:

  • Technical cookies that facilitate user navigation and use of the various options or services offered by the web as identify the session, allow access to certain areas, facilitate orders, purchases, filling out forms, registration, security, facilitating functionalities (videos, social networks, etc..).
  • Customization cookies that allow users to access services according to their preferences (language, browser, configuration, etc..).
  • Analytical cookies which allow anonymous analysis of the behavior of web users and allow to measure user activity and develop navigation profiles in order to improve the websites.

So when you access our website, in compliance with Article 22 of Law 34/2002 of the Information Society Services, in the analytical cookies treatment, we have requested your consent to their use. All of this is to improve our services. We use Google Analytics to collect anonymous statistical information such as the number of visitors to our site. Cookies added by Google Analytics are governed by the privacy policies of Google Analytics. If you want you can disable cookies from Google Analytics.

However, please note that you can enable or disable cookies by following the instructions of your browser.

Visitors

Visite depuis
03-10-2004
Visite depuis
23-02-2014